Menu
ARK : Survival Evolved
  • Tout support
  • PC
  • PS4
  • ONE
  • Switch
  • iOS
  • Android
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Tous les jeux / Jeux Action / Derniers tests jeux vidéo / ARK : Survival Evolved /

Test ARK : Survival Evolved du 06/09/2017

Test : ARK : Survival Evolved, un contenu riche plombé par une réalisation médiocre
PC PS4 ONE
ARK : Survival Evolved
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de dafrans
L'avis de dafrans
MP
Journaliste jeuxvideo.com
06 septembre 2017 à 18:44:48
12/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (132)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
14.1/20
Tous les prix
Prix Support
39.99€ PS4
42.99€ ONE
49.99€ PS4
54.99€ PC
55.19€ ONE
69.90€ PC
Voir toutes les offres
Partager sur :

Que ce soit avec Uncharted de nos jours ou avec Contra il y a 30 ans, le jeu vidéo s’est toujours donné pour mission de faire vivre à ses fans des aventures riches en rebondissements et sensations fortes. Mais à l’orée de notre décennie, toute une frange de jeux est venue renouveler l’expérience vidéoludique en offrant à ses joueurs de gigantesques bacs à sable plein de jouets, mais (presque) vides de contraintes scénaristiques. Plus communément appelé "sandbox", ce genre de jeux très influencé par le succès de Minecraft, fut et continue d’être le pêché mignon des studios indépendants. Parmi eux, nous comptons le tout jeune Studio Wildcard qui a donné naissance à une version Early Access d'Ark : Survival Evolved au mois de juin 2015. Face à Rust ou The Forest, ce titre possède un atout de poids : la possibilité de s’amuser avec des dinosaures…

Ark : Survival Evolved débarque enfin sur PS4

Chargement de la vidéo ARK : Survival Evolved trailer
Quid des versions consoles ?

Testé sur une PlayStation 4 Pro, Ark se révèle être à l'image de sa version cousine sur PC. Mal optimisé, le jeu tourne aux alentours de 25 images par seconde avec de nombreuses saccades à déplorer, que ce soit lorsque vous ouvrez l'inventaire ou en rencontrant une grosse créature. Sans être non plus insupportable, cela reste frustrant.

Côté ergonomie, les choses sont ici aussi très moyennes puisque nous rencontrons les mêmes soucis que sur ordinateur, tout en étant amputé de la souris. Les allers-retours dans l'inventaire, notamment lorsque l'on souhaite poser les éléments d'une maison deviennent rapidement pénibles. Bref, même si cela reste jouable, il est clair que la navigation n'est pas optimale.

Finissons enfin sur la qualité graphique qui, tout en étant en dessous d'un affichage Ultra sur PC, reste tout à fait correcte. Nous retrouvons les très nombreux effets typiques d'Ark, les environnements très détaillés et des modèles de créatures riches en polygones.

Vous l'aurez compris, ce portage sur consoles est donc tout juste passable. Quand on vous disait qu'il était à l'image de la version PC...

Un jeu de survie classique avec un petit plus… et un petit moins

ARK : Survival Evolved, un contenu riche plombé par une réalisation médiocre
IL EST VIVANT !

Nous y sommes, après plus de deux années d’accès anticipé, Ark sort enfin en version définitive sur PC, PlayStation 4 et Xbox One. Commençons donc ce test de manière totalement vierge, nous allons juger l’expérience que propose Wildcard comme si nous n’y avions jamais joué auparavant. Après avoir pu créer notre personnage grâce à un éditeur relativement complet (bien que capable de donner naissance à de véritables atrocités), nous lançons donc notre première partie et atterrissons sur une plage. Vêtu d’un pauvre pagne, notre personnage part en quête d’objets à ramasser. Des branches, des cailloux, des baies, tous les ingrédients habituels des jeux de survie sont ici bien présents, tout comme le panneau de crafting qui vous propose les classiques pioches, torches et haches.

ARK : Survival Evolved, un contenu riche plombé par une réalisation médiocre

Les habitués du genre sauront maintenant ce qu’il reste à faire : construire, récolter et grimper en niveau. Mais pour les néophytes, c’est une autre histoire… Ark souffre d’un gros défaut que l’on aurait espéré voir corrigé à la sortie officielle du titre : il n’est pas didactique pour un sou. On peut comprendre l’envie de laisser le joueur seul face à la nature, mais sans aucune indication sur les mécaniques du jeu, il est quasiment impossible de se débrouiller seul. Il vaut donc mieux avoir de quoi consulter Internet durant vos premières sessions ou pouvoir compter sur un ami capable de vous guider. Soyons clair, si vous n’êtes pas quelqu’un de débrouillard ou de patient, vous ne comprendrez pas grand chose.

Entre l’ergonomie des menus proche du fiasco, l’utilisation de certains objets qui relèverait presque de l’énigme et le système de construction, on en arrive à se demander comment le studio Wildcard a pu se satisfaire d'un résultat aussi médiocre. L’ensemble semble avoir été rushé. Comme si l’idée était d’empiler un maximum de fonctionnalités plus ou moins bien réalisées sans se soucier de leur côté pratique.

ARK : Survival Evolved, un contenu riche plombé par une réalisation médiocre
Croiser ce monstre sous l'eau est vraiment impressionnant.

C’est pourtant dommage puisque, à défaut d’avoir rendu le tout un minimum accessible, les développeurs ont utilisé une bonne partie de leur temps pour ajouter une quantité faramineuse de contenu. Entre vos premiers pas et le combat ultime contre les plus grosses créatures du jeu, vous devrez compter plusieurs centaines d’heures. C’est certainement la plus grosse qualité du titre, sa durée de vie est tout bonnement gargantuesque. Le nombre de créatures est gigantesque, tout comme le nombre d’objets craftables qui s’avère bien plus important que chez la concurrence. Vous y rencontrerez ainsi T-Rex, licornes, calamars géants, scorpions et des dizaines d’autres monstres extraordinaires.

Des moments marquants, surtout entre amis

ARK : Survival Evolved, un contenu riche plombé par une réalisation médiocre

Sur le papier, l’expérience Ark peut se vivre seul, mais dans les faits c’est surtout à plusieurs qu’elle prend tout son sens. Il vous est ainsi possible de créer ou rejoindre une "tribu" avec laquelle vous pourrez progresser, partager vos ressources et surtout, batailler ! Tout dépend du serveur sur lequel vous aurez atterri, mais il vous arrivera parfois de faire des rencontres formidables avec des joueurs passionnés et des communautés très organisées. Vous nouerez ainsi de véritables amitiés virtuelles avec certains, tandis que d’autres deviendront vos pires ennemis. Toujours de manière très paramétrable, vous et le vôtres pouvez déclencher des guerres contre des bandes rivales.

ARK : Survival Evolved, un contenu riche plombé par une réalisation médiocre
Home, sweet home...

Dans un premier temps, cela se jouera surtout à coups de gourdin et de flèches pour des batailles souvent fouillies. À croire qu’il s’agit d’une constante dans les jeux du genre, les personnes équipées de lances passent leur temps à sautiller dans tous les sens, tandis que ceux possédant un arc tentent de placer une flèche correctement. Et le souci, c’est que le Netcode de Ark est trop capricieux pour garantir des affrontements fluides et gratifiants. Les échanges entre vous et le serveur étant apparemment inconstants, il vous arrivera régulièrement de vous téléporter, comme si le serveur vous recadrait un coup.

ARK : Survival Evolved, un contenu riche plombé par une réalisation médiocre

Si au début cela se joue surtout à coups de flèche, arrivé à un certain niveau, il vaut mieux mettre votre skill de côté pour vous concentrer sur le farm. En effet, ce ne sera plus votre capacité à coller des headshots à l’arc qui fera la différence, mais bel et bien votre arsenal de créatures qu’il aura fallu dompter au préalable. Pour ce faire, il suffit généralement de leur abimer un peu la figure avant de vous faire pardonner en leur offrant un peu de nourriture. Encore une fois, si le nombre de races de monstres est particulièrement élevé, les rencontres tournent vite au ridicule puisque les nombreux soucis techniques (problèmes de collision, bugs d’animation et autres bizarreries) transforment Ark en une mine d’or de situations improbables. Bravo, vous avez dompté un superbe T-Rex à en faire pâlir d’envie n’importe quel paléontologue. Dommage, celui-ci semble être particulièrement embêté par une motte de terre qui l’empêche de se déplacer. Désolé, c’est comme ça et c’est une situation qui résume assez bien les problèmes du titre de Wildcard.

Entre manque d’optimisation et de goût

ARK : Survival Evolved, un contenu riche plombé par une réalisation médiocre
Le fameux papier qui reflète le soleil comme du métal.

Nous allons nous arrêter sur la technique qui est à l’image du jeu. Malgré de grandes ambitions, les développeurs ne sont visiblement pas des cadors et préfèrent jouer la surenchère. Reposant sur le puissant Unreal Engine 4, Ark propose de grands mondes ouverts, une composante qui demande une bonne dose d’optimisation que les développeurs semblent avoir un peu oublié. Certes ce n’est pas injouable, mais même une bête de course ne vous permettra pas de profiter des dinos en Ultra avec un framerate correct. À titre d’exemple, une GTX 970 devra se contenter de jouer en moyen et surtout, ne pas avoir peur des petites chutes de fps régulières. Bref, techniquement Ark est loin d’être optimisé et parvient à mettre à peu près n’importe quelle configuration à genoux.

ARK : Survival Evolved, un contenu riche plombé par une réalisation médiocre
Tiens, un polygone aux faces transparentes.

Mais nous parlions là du revers de la médaille, dans les faits, les mondes dans lesquels nous évoluons jouissent de textures de haute qualité, les modèles sont riches en polygones et les animations, bien que de qualité variable, sont correctes. Il y a pourtant un problème avec ce jeu et il est très simple : le manque de cohérence ou de goût, c’est selon. Les développeurs se sont régalés avec les effets de l’Unreal Engine et en ont mis à toutes les sauces. L’eau, la lumière, les flous, les reflets, la brillance, c’est un véritable trop plein d’effets clinquants à vous en brûler la rétine… C’est souvent de mauvais goût et ça n’arrange pas notre pauvre carte graphique qui en fait certainement des cauchemars la nuit.

Les notes
+Points positifs
  • Le contenu est énorme et les plus investis sont récompensés
  • L’élevage des dinos, c’est quand même cool
  • Le système de tribu qui rend le jeu entre amis vraiment fun
  • L’ensemble est très paramétrable pour adapter vos parties à vos envies
-Points négatifs
  • L’ergonomie scandaleuse
  • Une optimisation aux fraises
  • La surenchère d’effets de mauvais goût
  • Le Netcode à la traîne

Ark est un jeu difficilement recommandable tant le public auquel il s’adresse est restreint. Le défi de Wildcard était extrêmement ambitieux, mais clairement pas à la hauteur de leurs moyens. Il semble donc qu’il a fallu faire des choix et c’est clairement pour le contenu à outrance que les développeurs ont opté. Mais cette durée de vie exceptionnelle a un prix. L’optimisation, l’ergonomie et le design sont passés à la trappe et cela fait d’Ark un titre irrégulier. Il vous offrira d’excellents moments autant qu’il vous frustrera. Soyez prévenu et surtout, n’ayez pas peur d’y passer plusieurs centaines d’heures.

Profil de dafrans
L'avis de dafrans
MP
Journaliste jeuxvideo.com
06 septembre 2017 à 18:44:48
12/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (132)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
14.1/20
Mis à jour le 06/09/2017
PC PlayStation 4 Xbox One Action FPS Survie Studio Wildcard Dinosaures
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Super Smash Bros. Ultimate : On a joué au mode Aventure, au Tableau des Esprits et au mode Classique !
    SWITCH
  • Preview : Crackdown 3 : un multijoueur étonnament addictif
    PC - ONE
  • Preview : Just Cause 4 : Meilleur bac à sable que jeu d'action ?
    PC - PS4 - ONE
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Super Smash Bros. Ultimate
    SWITCH
    Vidéo - Bande-annonce
  • Jump Force
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Devil May Cry 5
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live