Menu
Berserk and the Band of the Hawk
  • Tout support
  • PC
  • PS4
  • PS3
  • Vita
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Tests de jeux sur PS4 / Berserk and the Band of the Hawk / Berserk and the Band of the Hawk sur PS4 /

Test du jeu Berserk and the Band of the Hawk : Un périple violent, épique et redondant sur PS4

Test : Berserk and the Band of the Hawk : Un périple violent, épique et redondant
PS4
Berserk and the Band of the Hawk
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Silent_Jay
L'avis de Silent_Jay
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
24 février 2017 à 17:52:25
14/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (10)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
14.8/20
Disponible à l’achat ou en téléchargement sur :
Télécharger sur le Playstation StorePlaystation Store
Amazon PS4 39.00€ Fnac Marketplace PS4 59.00€
Marchand
Supports
Prix
Voir toutes les offres
Partager sur :

SEINEN parmi les seinen, Berserk éclipse de son aura sombre et épique la majorité des oeuvres fantaisistes. Manga imaginé par Kentaro Miura et édité pour la première fois dans la revue Monthly Animal House en 1989, Berserk traverse les champs de bataille la tête haute depuis près de 30 ans sans jamais se trouver à court d'idées, éclairant ainsi de sa beauté froide et sanglante la bande-dessinée sous toutes ses formes. Phénomène au Pays du Soleil Levant, Berserk a connu les honneurs de l'adaptation animée (2 séries et 3 longs métrages) et vidéoludique en 1999 sur Dreamcast, bien que cette estocade ne soit que trop peu restée dans les mémoires.

Berserk and the Band of the Hawk : 3 minutes pour survivre

Nous sommes désormais en 2017 et le studio japonais OMEGA Force, motivé par le succès de L'Attaque des Titans : Les Ailes de la Liberté, se lance un défi de taille en s'attaquant au mythe Berserk. Simple Beat'em All sans saveur ou fresque héroïque transposant manette en mains les grandes heures de Guts et de la troupe du Faucon ? Verdict la Dragon Slayer virevoltant sous les assauts ennemis.

Un destin tragique

Berserk and the Band of the Hawk : Un périple violent, épique et redondant

Sombre et violente est l'oeuvre de Kentaro Miura. Berserk narre la vie de Guts, guerrier froid et taciturne forgé dans le sang et les tripes, traversant champs de bataille et destinée damnée avec pour seule alliée une épée plafonnant à 2 mètres. Né d'une femme morte se balançant au bout d'une corde, notre jeune héros a survécu dans une flaque de liquide amniotique avant d'être recueilli par une troupe de mercenaires. Et ce ne sont que les amuses-bouches. La vie de Guts est parsemée d'embûches, de drames et bien pire encore. Rien ne lui est épargné. La vie s'acharne sur cet être mû par la haine et un instinct de survie hors du commun.

Berserk and the Band of the Hawk : Un périple violent, épique et redondant

Après avoir étanché sa soif de sang sur papier et pellicule, Guts et ses compagnons d'infortune (jouables pour la plupart), s'attaquent au pixel. La vision du studio OMEGA Force est fidèle à l’œuvre d'origine et adapte rien de moins que les 32 premiers tomes (sur 38 parus en février 2017) au point de s'approprier les scènes des long métrages Golden Age. Et ces séquences empruntées au 7ème art s'associent aux cinématiques réalisées avec le moteur du jeu pour un résultat caressant le fan dans le sens du poil. L'univers créé par Kentaro Miura s'anime à l'écran et distille sa vision de la Dark Fantasy avec amour. Malgré tout, les développeurs ont ajouté des scènes H.S (hors-série) sans intérêt, histoire de gonfler la durée de vie et atteindre les 40 heures. À quoi bon ?

Berserk and the Band of the Hawk : Un périple violent, épique et redondant

Seul bémol et non des moindres, la censure. Berserk est une oeuvre totale et assumée vomissant violence et moments tragiques à la figure des lecteurs. Malheureusement, son adaptation vidéoludique se contente de concessions, la faute à un marché frileux et des lois cadenassant la créativité. Les humains valdinguent au moindre impact sans démembrement aucun. Les viscères restent bien au chaud. L'éclipse se transforme en balade champêtre (j'exagère). La violence s'estompe. Berserk s'édulcore et perd tout simplement de sa superbe.

Des cinématiques 2D tirées de la trilogie Golden Age

La voie du sang

Berserk and the Band of the Hawk : Un périple violent, épique et redondant

Trancher dans le lard résume parfaitement la vie de Guts et les attentes des fans une fois la question d'une adaptation de Berserk abordée. Et le studio OMEGA Force l'a bien compris. Des hordes d'ennemis déferlent continuellement et poussent notre héros à recouvrir de sang l'herbe verte de la plaine au cours d'une danse macabre à la violence exacerbée. Les coups portés propulsent les corps à des dizaines de mètres et transposent parfaitement les joutes imaginées par Kentaro Miura. Les ennemis tombent sous les combos dévastateurs de la troupe du Faucon. Et la jauge de Frénésie se remplissant sur le dos des cadavres entassés aux pieds de Guts augmente drastiquement sa force de frappe et lui ouvre les portes de la Death Blow. Cette nouvelle jauge absorbe ainsi les âmes des guerriers morts sous votre épée afin de relâcher toute cette puissance en une attaque ultime nettoyant la zone environnante.

Berserk and the Band of the Hawk : Un périple violent, épique et redondant

Berserk and the Band of the Hawk est un Beat'em All, OMEGA Force oblige. Et à ce titre, l'éternelle recette du Musô est appliquée à la lettre. Sur des cartes de tailles et configurations variées, nos héros se frayent un chemin avec pour objectif d'abattre une cible en particulier ou d'effectuer l'action exigée par le scénario, quitte à revisiter certaines scènes majeures du manga. Seuls les combats de boss enrichissent une expérience jusque-là linéaire et redondante. Un duel à mort contre Zodd L'Immortel ou un apôtre, une passe d'arme face à Griffith... ces instants de bravoure feront frémir de plaisir les fans, malgré un manque de mise en scène flagrant. N'est pas Platinum Games qui veut.

Berserk and the Band of the Hawk : Un périple violent, épique et redondant

De la jeune pousse de ces débuts au guerrier légendaire de la Troupe de Choc, notre héros bourlingue et évolue. Pour restranscrire cela, Berserk emprunte bon nombre de mécaniques au RPG. Gain d'expérience et montée de niveau traduisent les années à survivre sur le champ de bataille. Guts peut également compter sur divers accessoires lui octroyant divers boosts sur ses statistiques. Bien qu'anecdotique, cet équipement a le mérite d'exister et peut le cas échéant être amélioré ou fusionné afin d'obtenir l'objet tant désiré. De plus, à mesure que le récit se devoile, Guts s'équipe pour faire face à l'adversité et les nouvelles armes obtenues renouvellent un gameplay parfois répétitif par nature. Canon, couteaux de lancer, arbalète à répétition... la vie du guerrier est faite de plaisir simple.

Guts terrasse 1000 ennemis

Une éclipse artistique

Berserk and the Band of the Hawk : Un périple violent, épique et redondant

Les productions OMEGA Force n’ont jamais brillé par leur réalisation. Loin d’être un ramassis de pixels mal dégrossis, les graphismes de Berserk and the Band of the Hawk rappellent sans hésiter ceux de L’Attaque des Titans. Moteur de jeu identique et direction artistique similaire poussent notre œil à la comparaison. Savant mélange de Cel Shading et de réalisme, la DA fait honneur au manga. Traits forcés, expressions exagérées et effets visuels en pagaille égayent ainsi un rendu loin d’être irréprochable. Et pourtant, le soin apporté aux personnages est à mettre aux crédits des artistes ayant officié sur le projet. Guts, Casca, Judeau, Griffith… profitent d’une modélisation fidèle à leur design d'origine. Malheureusement, les animations pêchent par un manque de fluidité et de transition entre les postures.

Berserk and the Band of the Hawk : Un périple violent, épique et redondant

D’un point de vue purement technique, ce Beat’em All assure l’essentiel. Le titre est fluide et sacrifie le visuel au profit du framerate et d’une quantité astronomique d’ennemis affichés à l’écran. Et la caméra n’est que rarement prise à défaut. Bien plus proche du protagoniste, cette dernière filme l’action sans sourciller même si les endroits confinés restent une épine dans le pied pour ce genre de jeu. Mais les errements techniques s’accumulent. Les textures bavent. Les environnements sont tristement vides et indestructibles à l’exception de quelques éléments disposés ici et là. Quant à la physique des corps, Berserk se pavane sur une terre parallèle où gravité et vélocité se sentent pousser des ailes et laissent le réalisme au vestiaire au profit de l’épique pour un résultat finalement plaisant.

Berserk and the Band of the Hawk : Un périple violent, épique et redondantBerserk and the Band of the Hawk : Un périple violent, épique et redondantBerserk and the Band of the Hawk : Un périple violent, épique et redondantBerserk and the Band of the Hawk : Un périple violent, épique et redondantBerserk and the Band of the Hawk : Un périple violent, épique et redondant
Les notes
+Points positifs
  • Une adaptation fidèle de l’œuvre de Kentaro Miura
  • Un récit de Dark Fantasy épique et sombre
  • Des extraits de la trilogie Golden Age pour illustrer l’histoire
  • Un Beat’em All fluide, violent et intense
  • Des combats de boss variés et relevés
  • De nombreux personnages jouables
-Points négatifs
  • L'idée même de censurer Berserk
  • Une redondance inhérente au genre (Musô)
  • Des séquences Hors-Série sans intérêt
  • Des environnements vides et sans saveur
  • Une technique obsolète accusant le poids des années
  • Des sous-titres exclusivement en anglais

Berserk and the Band of the Hawk est une bonne adaptation des aventures de Guts souffrant avant tout d’une expérience redondante et linéaire au possible, la faute à un genre répétitif par essence… le Musô. Le titre de OMEGA Force est fidèle à l’œuvre de Kentaro Miura autant dans la violence des combats que dans le récit qu’il raconte. Et pourtant, le plaisir de découper des hordes d’ennemis ne peut occulter une technique obsolète et des graphismes pauvres recouvrant de sang l’écran faute de mieux. Berserk est un Beat’em All à conseiller aux fans de la franchise souhaitant (re)découvrir la saga manette en mains.

Profil de Silent_Jay
L'avis de Silent_Jay
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
24 février 2017 à 17:52:25
14/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (10)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
14.8/20
Mis à jour le 24/02/2017
PlayStation 4 Action Beat'em All OMEGA Force Mangas
Dernières Preview
PreviewStar Wars Jedi Fallen Order : trois heures de jeu plutôt encourageantes Il y a 14 heures
PreviewPokémon Épée et Bouclier : De bonnes idées, mais un épisode trop classique ? Il y a 16 heures
PreviewLegends of Runeterra : Le jeu de cartes de Riot pourrait rivaliser avec Hearthstone ! 16 oct., 04:00
Les jeux attendus
1
Call of Duty : Modern Warfare
25 oct. 2019
2
The Last of Us Part II
21 févr. 2020
3
Death Stranding
08 nov. 2019