Menu
Eagle Flight
  • Tout support
  • PC
  • PS4
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Tests de jeux sur PC / Eagle Flight / Eagle Flight sur PC /

Test du jeu Eagle Flight - Ubi prend son envol dans la réalité virtuelle sur PC

Test : Eagle Flight - Ubi prend son envol dans la réalité virtuelle
PC
Eagle Flight
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de mrderiv
L'avis de mrderiv
MP
Journaliste jeuxvideo.com
22 octobre 2016 à 00:20:13
14/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (5)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
13.4/20
Disponible à l’achat ou en téléchargement sur :
Télécharger sur le Playstation StorePlaystation Store
Voir toutes les offres
Partager sur :

Avec Eagle Flight, Ubisoft prend son envol dans la réalité virtuelle avec un concept à la fois simple, grisant et immersif. Que diriez-vous d’incarner un aigle majestueux survolant une ville de Paris où la nature aurait repris ses droits ? Casque devant les yeux et bec au vent, le joueur alternera entre les défis du mode solo et le challenge proposé par le mode multijoueur du jeu. Un contenu suffisant pour rendre l'expérience indispensable à tous possesseur de casque VR ? Réponse sans plus tarder en test.

NDLR : ce test à été réalisé sur la version Oculus du jeu. Une version HTC Vive sera disponible sur Steam le 20 décembre prochain tandis que le portage sur le PlayStation VR débarquera le 8 novembre.

Notre avis sur Eagle Flight en 3 minutes

Chargement de la vidéo Test Eagle Flight en vidéo

Dans le ciel de Paris

Eagle Flight - Ubi prend son envol dans la réalité virtuelle
Paris est devenu une vraie jungle urbaine

Nous sommes environ 50 ans dans le futur, dans un Paris mystérieusement abandonné par les Humains. Désormais recouverts par une épaisse végétation, les quartiers de la ville sont peuplés par différents animaux sauvages tels des ours, des loups, des faucons ou même des éléphants et des zèbres échappés des zoos du coin. Le joueur incarne ici un aigle en vue directe à la première personne, un rapace à diriger grâce à de simples mouvements de tête. Eagle Flight dispose d'un mode histoire, d'un mode exploration libre et d'un volet multijoueur que nous aborderons un peu plus tard dans le test.

Le mode solo du jeu, composé de 23 défis répartis en 5 chapitres nous donnera l’occasion d’en apprendre un peu plus sur notre environnement grâce à un narrateur conférant au tout des allures de documentaire animalier assez agréable à suivre. Dans ce mode solo, nous suivrons durant environ quatre heures plusieurs étapes de la vie d’un aigle, de sa sortie de l’œuf sur les hauteurs de la cathédrale Notre-Dame jusqu’à son accès aux meilleurs nids de la ville. Plutôt courte, cette campagne sert en réalité d’entraînement aux différentes subtilités du vol, un apprentissage important si vous souhaitez vous illustrer en mode multi.

Chaque quartier possède son lot d'épreuves à relever.

Eagle Flight - Ubi prend son envol dans la réalité virtuelleEagle Flight - Ubi prend son envol dans la réalité virtuelle

À la manière de bien des mondes ouverts made in Ubisoft, la ville de Paris est divisée en cinq quartiers remplis de défis à compléter pour progresser dans le scénario. Ces derniers prennent la forme d’épreuves notées par un système à trois étoiles. Réaliser un parcours précis en passant au travers d’anneaux volants, se frayer un passage dans les étroits dédales des catacombes de la ville ou encore se débarrasser de rapaces ennemis à l’aide de notre cri supersonique, ces défis à la carte offrent une bonne dose de challenge dès lors que le joueur commence à viser les plus hautes places du classement en ligne. Il sera nécessaire de récolter un nombre précis d’étoiles pour débloquer l'intégralité des quartiers et établir son nid sur Notre-Dame, le Louvre, le Sacré-Cœur ou encore le Panthéon et la Tour Eiffel.

Si la durée de vie de l'expérience solo est légèrement rehaussée par la recherche de différents objets à collectionner (des plumes et des poissons), on aurait aimé pouvoir explorer la ville plus en détails, ou bénéficier d’une variété plus importante de défis. Au final, ce mode campagne résonne comme une simple entrée en matière pour le multi.

Je suis un aigle !

Eagle Flight - Ubi prend son envol dans la réalité virtuelle
Les contrôles offrent ce qu'il faut de précision et de souplesse pour être agré

Selon vos talents et vos envies, le challenge pourra osciller entre la simple virée aérienne décontractée (comme en mode exploration libre) et le challenge plus corsé (comme lors des slaloms hyper serrés dans les souterrains du métro). Eagle Flight associe tous nos déplacements à de simples mouvements de tête. L’Oculus Rift devant les yeux, il suffit de tourner ou d’incliner la tête pour se mouvoir en toute liberté avec une précision parfaitement adaptée à la vitesse du jeu. La manette ne gère que l'accélération, la décélération et nos attaques soniques ou la création de bouclier de protection. Ce mode de contrôle intuitif ne devrait donc pas poser de gros problèmes aux joueurs atteints de motion sickness puisqu’il ne crée pas de déconnexion entre le regard et les actions au pad. Pensez néanmoins à faire quelques étirements de la nuque avant une session prolongée de jeu puisque les virages serrés se gèrent en penchant franchement la tête sur les côtés.

La combinaison entre l’immersion naturelle de la VR, la vue à la première personne de l’aigle et la grande liberté accordée par le vol confèrent à l’ensemble de très bonnes sensations. L’expérience, bien qu’assez limitée en matière de contenu est tantôt grisante, tantôt vertigineuse, elle nous accorde aussi de jolis moments d’apaisement lors des phases de vol libre durant lesquelles on prend plaisir à zigzaguer entre les immeubles ou admirer la ville depuis les hauteurs.

Eagle Flight - Ubi prend son envol dans la réalité virtuelleEagle Flight - Ubi prend son envol dans la réalité virtuelle

Ramène ta carcasse

Eagle Flight - Ubi prend son envol dans la réalité virtuelle
Le seul mode multi du jeu se révèle solide.

Côté multi, le joueur n’aura en tout et pour tout qu’un seul mode à se mettre sous le bec. Il prend la forme d’un simili capture de drapeau en 3v3 où deux équipes de rapace devront attraper et sécuriser une carcasse de lapin jusqu’à leur nid. Entre les tirs d’ondes soniques, la gestion des trajectoires et du bouclier, le tout se montre plus technique qu’il n’y parait. Les sensations sont en réalité assez similaires à celles ressenties dans un mode de dogfight ; on accélère au bon moment, on zigzague à toute allure entre les immeubles pour se mettre à l’abri des tirs adverses ou pour tenter de leurrer l'opposant. Le jeu en équipe est important, un porteur de carcasse non protégé par ses alliés aura tôt fait de se faire dégommer en plein vol par les rapaces ennemis.

Ce seul et unique mode, cœur du jeu mis en avant par les développeurs, restera maintenant sensible au flux de population sur Eagle Flight. Passé le petit frisson de la découverte, le manque de variété finira très certainement par lasser le joueur, nous laissant alors avec de très longues files de matchmaking et un jeu essentiellement tourné vers son maigre mode solo.

Eagle Flight - Ubi prend son envol dans la réalité virtuelle
Le Paris abandonné du jeu offre un rendu visuel simple et lisible.

Abordons enfin la partie graphique du titre, un point souvent négligé par les jeux en VR préférant miser leurs billes sur le gameplay plutôt que sur l’enrobage visuel. Ubisoft adopte une vision assez minimaliste de Paris, lumineuse et colorée, un brin cliché pour coller à l’imaginaire du joueur à l’international. Ne vous attendez pas ici à des prouesses graphiques puisque la DA ne vise pas le réalisme. Paris, sa végétation et ses animaux sauvages adoptent un rendu volontairement simple pour des questions de fluidité en VR et de lisibilité de l’action. Le tout est secondé par une bande-son solide jouant sur le registre de l’envolée lyrique lors des phases de jeu les plus immersives.

Les notes
+Points positifs
  • Le contrôle de l’aide à l’aigle des mouvements de la tête
  • De bonnes sensations de vitesse et de vol
  • Un Paris très agréable à survoler
  • Multi efficace…
-Points négatifs
  • ... mais limité à un seul et unique mode.
  • Un solo rapidement bouclé
  • Des défis qui manquent de variété

Pour son premier jeu en réalité virtuelle, Ubisoft livre avec Eagle Flight un titre au concept simple, mais tout à fait adapté à la VR. Son Paris abandonné, son système de contrôle associé aux mouvements de têtes, ses différents défis, tous ces éléments participent à construire une expérience agréable et plutôt grisante. Dommage cependant que le titre manque à ce point de variété dans sa proposition initiale. Avec une histoire bouclée en moins de cinq heures et un multijoueur doté d’un seul et unique mode de jeu, Eagle Flight possède un réel potentiel que l’on sent malheureusement trop survolé.

Profil de mrderiv
L'avis de mrderiv
MP
Journaliste jeuxvideo.com
22 octobre 2016 à 00:20:13
14/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (5)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
13.4/20
Mis à jour le 09/11/2016
PC Aventure Simulation de vol Ubisoft Contemporain
Dernières Preview
PreviewArise : A Simple Story, mélancolie et retour dans le temps pour un jeu poétique 11 nov., 11:11
PreviewShenmue 3 : Le successeur attendu d'une saga culte ? 04 nov., 14:30
PreviewOne Punch Man A Hero Nobody Knows : Jeu de combat opportuniste ou adaptation fidèle ? 03 nov., 18:06
Les jeux attendus
1
Pokémon Épée / Bouclier
15 nov. 2019
2
Star Wars Jedi : Fallen Order
15 nov. 2019
3
The Last of Us Part II
29 mai 2020