Menu
Mafia III
  • Tout support
  • PC
  • PS4
  • ONE
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Mafia 3 : le rendez-vous manqué de 2016 ?
PC PS4 ONE
Mafia III
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de [87]
L'avis de [87]
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
10 octobre 2016 à 17:17:00
14/20
Profil de Logan
Avec Logan
MP

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (190)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
11.1/20
Tous les prix
Prix Support
7.99€ PS4
8.99€ PC
9.99€ PC
9.99€ ONE
11.42€ ONE
14.37€ PS4
Voir toutes les offres
Partager sur :

Il se sera fait attendre, ce Mafia 3. Il faut dire que ramener à la vie une licence culte pour beaucoup après 6 ans de silence n'était pas une tâche facile. Après les différents aperçus que nous avons eu l'occasion de voir, le troisième épisode de la franchise semblait engagé sur la bonne voie : celle permettant de conjuguer sans peine monde ouvert et narration au cordeau. Maintenant que nous avons eu le jeu complet entre les mains, la question est de savoir si oui ou non, Mafia 3 rend justice à ses illustres prédécesseurs... et autant dire que la réponse à cette question est mitigée.

Notre vidéo-test de Mafia 3

Chargement de la vidéo Test Mafia III en vidéo

Loin du romantisme de la Mafia italienne si bien décrite dans les deux premiers opus de la licence, ce troisième épisode vous plonge directement en 1968, époque à laquelle sévit une ségrégation raciale presque communément acceptée. Entre opposition populaire à la guerre du Vietnam, racisme et assassinats... l'époque dans laquelle s'inscrit Mafia 3 représente un terreau fertile à la construction d'une histoire solide.

Une narration digne de la saga

Et autant le dire tout de suite, de ce point de vue, non, Mafia 3 ne déçoit pas. S'il existe une grande qualité chez le titre de Hangar 13 c'est sa narration. C'est bien simple, chaque cinématique est un véritable régal, du début à la fin du jeu. Lincoln, loin d'être la brute épaisse que les différents trailers laissaient supposer, se révèle être un personnage consistant, dont la quête de vengeance se justifie à mesure que l'on évolue avec lui. Les personnages qui gravitent autour de lui ne sont pas en reste, et bénéficient d'une qualité d'écriture exemplaire. Si l'on entretenait quelques inquiétudes sur la préservation de l'atmosphère mafieuse du jeu, en raison notamment du choix de la ville et de son époque, il nous aura suffit d'arpenter que quelques minutes New Bordeaux pour être rassurés. L'ADN de la licence Mafia est respecté à la lettre et l'ensemble de la mise en scène n'a clairement pas à rougir face aux meilleures œuvres cinématographiques articulées autour de thèmes similaires.

Mafia 3 : le rendez-vous manqué de 2016 ?Mafia 3 : le rendez-vous manqué de 2016 ?Mafia 3 : le rendez-vous manqué de 2016 ?
L'avis de Logan
En installant son scénario dans les années 60, Mafia III aborde des thèmes durs (le racisme, la discrimination et la place des afro-américains dans la société américaine de l’époque) tout en les imbriquant habilement dans une histoire plus conventionnelle de mafieux. Pour autant, le tout fait mouche grâce à une très bonne qualité d'écriture, des cinématiques totalement maîtrisées et des personnages principaux ainsi que des seconds couteaux marquants. Si Lincoln s'avère plus bourru qu'un Vito Scaletta (qui fait ici office de lien avec Mafia II) ou qu'un Tommy Angelo, il n'en demeure pas moins travaillé, tiraillé entre ses souvenirs de guerre et une vengeance implacable qu'il se doit de mener à son terme. De fait, le jeu doit cette fois plus au cinéma de Scorsese que de Coppola pour un résultat à la hauteur de la série.

Outre son écriture, c'est aussi grâce à son atmosphère que Mafia 3 parvient à happer le joueur. La modélisation de New-Bordeaux, version revisitée de La Nouvelle-Orléans, offre un cadre terriblement rafraîchissant dans le monde du jeu vidéo. Dans certaines zones, notamment dans le quartier français, New Bordeaux se révèle très charmante, vivante, bref, agréable à arpenter. Ajoutez à cela une bande originale qui pioche dans le meilleur de ce que les années 60 ont à offrir et vous obtiendrez une réussite du point de vue de l'immersion. Le contexte politique de l'époque est également assez bien développé, que ce soit à travers les émissions de radio que vous aurez l'occasion d'écouter, ou tout simplement grâce aux nombreuses conversations que les PnJ de l'open-world tiennent entre eux.

L'avis de Logan
Si il y a un point sur lequel Mafia III est difficilement critiquable, c'est bien son ambiance. En ayant opté pour La Nouvelle Orléans de la fin des sixties, Hangar 13 a ainsi pu user du charme inhérent à cette ville trop peu mise en avant dans le jeu vidéo. Entre magie vaudou, urbanisme suranné et vie sauvage synonyme de Bayou, Mafia III hypnotise d'autant que la violence (tant physique que verbale) gouvernée par la ségrégation apporte au jeu un ton unique soutenu par une bande-son fabuleuse.

Et c'est un peu là que l'ensemble est paradoxal, car si l'on sent beaucoup de passion et de souci de respect de la licence chez Hangar 13, de trop nombreux défauts viennent entacher l'expérience globale offerte par Mafia 3 et c'est peut-être dans le choix de l'open-world au sens « moderne » du terme que se trouve le cœur du problème.

Notre J'aime / J'aime Pas sur Mafia III

Chargement de la vidéo Mafia III Chronique

Des objectifs vite répétitifs

Mafia 3 : le rendez-vous manqué de 2016 ?
Il sera nécessaire de prendre le contrôle de New Bordeaux district par district

Si vous ne le saviez pas encore, la trame principale de Mafia 3 vous plonge dans la peau de Lincoln, orphelin qui, suite au meutre brutal de sa famille de substitution, part en quête de vengeance, choisissant d'ébranler petit à petit la mafia italienne pour en faire tomber le boss : Sal Marcano. Ce dernier a réparti nombre de ses lieutenants dans les différents districts de New Bordeaux, et votre tâche sera de prendre le contrôle de chacun d'entre eux. Pour réaliser vos objectifs, la méthode sera la même d'un quartier à l'autre : aller parler à un informateur qui sait où se trouvent les hommes de mains des différents lieutenants, ainsi que les endroits stratégiques où il sera bon d'infliger un maximum de dégâts pour ébranler tel ou tel trafic. Qu'il s'agisse de trafic de drogue ou de prostituion les objectifs changent de nom mais ne diffèrent pas. Ainsi, tout au long de votre partie, pour prendre le contrôle d'un quartier, il faudra tour à tour interroger manu militari des gangsters, détruire certaines cargaisons pour ensuite tuer les gestionnaires des trafics. Une fois ces objectifs atteints, le lieutenant du district pointera le bout de son nez, vous laissant l'opportunité de lui faire passer l'arme à gauche et ainsi continuer la quête principale.

Sur le papier, l'idée n'était pas mauvaise : avoir le choix des objectifs permettait en théorie de laisser le joueur libre de progresser dans l'open world selon ses envies, sans jamais basculer dans le GTA Like standard proposant des activités plus fantaisistes. Malheureusement, si la prise de district est plutôt sympathique en début de partie, l'ensemble s'avère affreusement redondant à l'usage, et le sentiment de faire encore et toujours la même chose s'installe très rapidement. Et malheureusement, l'introduction d'un petit aspect « micro-gestion » ne sauve pas le bateau du naufrage. Effectivement, vous serez entourés de 3 lieutenants : Burke, Cassandra et Vito, protagoniste classieux à souhait de Mafia 2. A chaque prise de contrôle de trafic ou de district, vous avez pour obligation d'en confier la gestion à l'un de vos trois partenaires. En fonction de votre choix, certains avantages seront débloqués : possibilité d'annuler les recherches de police, alliés qui vous prêteront main forte en mission … si là encore l'initiative est louable, l'impact dans les faits est beaucoup trop anecdotique pour être considéré avec minutie et vous vous trouverez à répartir vos quartiers en fonctions de vos affinités personnelles avec tel ou tel personnage sans vous préoccuper des bonus associés.

L'avis de Logan
Classique dans sa construction évoquant énormément celle d'Assassin's Creed Brotherhood et Revelations, Mafia III se perd un peu dans sa volonté affichée de nous forcer à parcourir son open world. Ainsi, le joueur désireux de suivre l'histoire devra à plusieurs reprises ronger son frein en effectuant moult missions montrant vite leurs limites avant de pouvoir profiter à nouveau de la narration. Destruction de bars clandestins, éliminations d'hommes de main, interrogatoires forcés, tout ceci deviendra (trop) vite monnaie courante afin de prendre le contrôle des quartiers de New Bordeaux. Il est donc dommage de subir par moments cette progression secondaire qui par ailleurs se fond dans celle principale articulée autour des mêmes types d'objectifs. Frustrant car si en soit, bourlinguer dans la ville n'est pas désagréable (d'autant que certains niveaux semblent touchés par la grâce), on aurait aimé que cette vendetta sanglante soit davantage mûe et contrôlée par la volonté du joueur que celle des développeurs.

Notez que la distribution de quartiers donne systématiquement lieu à une petite réunion préliminaire plutôt bien fichue, chacun de vos lieutenants cherchant à tout prix à récupérer une part de gâteau, ce qui pourra créer quelques tensions. Si dans le cadre de notre partie nous sommes parvenus à ménager le chèvre et le choux en faisant une distribution équilibrée entre chaque membre du groupe, privilégier un allié plutôt qu'un autre pourra sans aucun doute avoir des conséquence par la suite.

Mafia 3 : le rendez-vous manqué de 2016 ?Mafia 3 : le rendez-vous manqué de 2016 ?

Une gameplay convenable, une finition qui laisse à désirer

Mais est-ce que le gameplay parvient à rendre les différentes activités agréables ? Oui et non. On nous avait promis une liberté d'approche assez importante, permettant d'opter pour l'infiltration ou la confrontation. Dans les faits, la promesse est tenue et vous pourrez sans peine venir à bout de vos objectifs en mode infiltration, même s'il ne faut pas s'attendre à jouer en mode « fantôme ». Non, il sera nécessaire de passer par des neutralisations en chaîne pour vous frayer un chemin vers votre cible. Le challenge est rude, lorsque l'on prend le pari de proposer un gameplay discret : il faut un level design impeccable, pour inciter le joueur à trouver des endroits dérobés, et une intelligence artificielle crédible pour le laisser étudier le meilleur chemin à prendre. Sur ces deux points, Mafia 3 ne convainc pas. L'intelligence artificielle est pour ainsi dire inexistante et c'est très régulièrement que l'on est atterré par la stupidité des adversaires. Passer sous le nez de gardes sans alerter qui que ce soit, égorger en chaîne des opposants en plein milieu d'une pièce sans créer un mouvement de panique arrivera fréquemment, d'une manière si prononcée que l'immersion du joueur s'en trouve malmenée.

L'intelligence artificielle n'est assurément pas le point fort de Mafia 3

Chargement de la vidéo Mafia III Gameplay

L'IA n'est d'ailleurs pas plus brillante en combat, les ennemis aillant pour facheuse tendance à se précipiter au même endroit, comme pour mieux vous laisser les canarder. Bref, l'IA complètement à côté de la plaque gâche grandement le plaisir que vous optiez pour l'une ou l'autre des approches. Vous choisirez l'infiltration uniquement afin d'esquiver des combats contre des ennemis trop nombreux, certainement pas pour le côté gratifiant de liquider une cible sans alerter le moindre garde. Finalement, le seul plaisir que l'on retire des affrontements de Mafia 3 réside dans la brutalité et la mise en scène réussie des exécutions. Très variées et conditionnées par les décors, elles donnent un vrai sentiment de puissance au joueur, qui trouvera dans ce Mafia un titre brutal, visuellement et verbalement, qui assume pleinement son côté PEGI 18.

L'avis de Logan
Mafia et Mafia II ne redéfinissaient pas le genre «action». Sans surprises, Mafia III fait de même en définissant son système de jeu autour du combo conduite/gunfights/infiltration. Si le premier élément est plutôt convaincant (surtout quand il s'agit de passer la cinquième sur fond de Bad Moon Rising, Paint it, Black ou Long Tall Sally), le second l'est tout autant bien que le feeling des armes manque parfois de pêche et qu'en Visée non assistée, le tout soit moyennement précis. Quant à l'infiltration, si l'idée avait du sens, elle est ici rendue complètement caduque à cause d'une IA catastrophique stigmatisée par des gardes stupides, laxistes ou aveugles quand ce ne sont pas les trois à la fois. Cependant, dans sa globalité, le gameplay fait bien son boulot même si il est constamment rattrapé par un flagrant manque de finition court-circuitant régulièrement l'immersion.
Mafia 3 : le rendez-vous manqué de 2016 ?
Si parfois Mafia 3 est plutôt joli, la technique n'est globalement pas à la hauteur

Le manque de finition de Mafia 3 ne se ressent d'ailleurs pas que dans l'absence d'IA, mais sur l'ensemble de l'expérience. Incontestablement sorti trop tôt, Mafia 3 est, à l'heure où nous écrivons ces lignes, truffé de bugs et s'avère visuellement bien en deçà de ce que la génération actuelle de machine peut offrir. Si le titre a parfois des moments de grâce, et parvient à surprendre le joueur qui pourra profiter de jolis effets de lumière et d'une ambiance charmante, aidée notamment par le cadre atypique de la Louisiane, l'ensemble est trop terne, vide, pixellisé pour rendre justice aux open worlds actuels. L'aspect graphique n'est assurément pas le plus important des critères lorsqu'il s'agit d'évaluer la qualité d'un jeu, mais dans le cas de Mafia 3, le choc est tel qu'il parvient à ressortir complètement le joueur de l'aventure.

L'avis de Logan
Dommage que le niveau technique daté et de multiples bugs graphiques nous ressortent constamment de l'expérience. Ces nombreuses tares nous confirment d'ailleurs que ce troisième épisode aurait décidément mérité quelques mois de développement supplémentaires.

Techniquement, Mafia 3 n'est pas franchement au point

Mafia 3 : le rendez-vous manqué de 2016 ?

Des choses à défendre, des choses qui fâchent

Finalement, que dire de ce Mafia 3 ? Qu'il a bien évidemment des choses à défendre, et qu'en dépit de ses trop nombreux défauts, le potentiel, lui, est bien là. Le titre parvient même parfois à franchement surprendre en proposant des missions dans des environnements variés et inspirés (la scène du bateau vaut à elle seule le détour), mais ces instants se font trop rares pour permettre au jeu de véritablement décoller. L'ambiance est formidable, mais la technique ne suit pas. L'histoire est captivante, mais les phases de gameplay sont trop redondantes. Bref, la déception est là, et les éléments du jeu qui ne manquent pas de mordant se voient couper l'herbe sous le pied par une somme d'imperfections qui font de ce Mafia 3 une déception, sans être un ratage complet. Il semblerait en réalité que Hangar 13 se soit cassé les dents sur le développement de son open world, qui ne propose pas d'activités suffisamment variées pour donner l'envie au joueur de s'y perdre. Si la durée de vie du titre est globalement très satisfaisante, nul doute que les joueurs auraient préféré que Mafia 3 se concentre sur une progression plus linéaire, plus scriptée, afin de profiter au maximum de son histoire et moins avoir le sentiment d'effectuer encore et toujours les mêmes actions pour avancer dans l'aventure.

Trailer de lancement de Mafia 3

Chargement de la vidéo Mafia III trailer
Les notes
+Points positifs
  • Ambiance 60's délicieuse
  • Réalisation des cinématiques impeccable
  • La bande son, un sans faute
  • Certaines quêtes franchement originales
  • Final de qualité
-Points négatifs
  • Terriblement répétitif
  • Techniquement très faible
  • IA inexistante
  • Micro-gestion des quartiers anecdotiques
  • Manque prononcé de finition

Si l'on comprend sans peine la volonté de Hangar 13 de porter la licence Mafia dans un open world au sens « moderne » du terme, l'exercice n'est pas réussi. La principale raison réside dans la présence d'objectifs terriblement répétitifs, qui contraignent le joueur à effectuer la même tâche encore et toujours simplement pour progresser dans une histoire qui, en revanche, rend bien justice à ce qui fait le charme de la saga Mafia. Car si l'on met de côté la technique faiblarde du titre et l'intelligence artificielle inexistante, Mafia 3 propose une ambiance formidable, servie par une bande son impeccable et une réalisation au cordeau. Si la durée de vie du jeu est solide, nous aurions largement préféré un titre plus couloir et plus court, mais qui aurait eu pour avantage de laisser le joueur s'imprégner du rythme haletant de cette quête de vengeance traitée d'une manière très cinématographique. Pas un ratage complet, mais pas une réussite non plus.

Profil de [87]
L'avis de [87]
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
10 octobre 2016 à 17:17:00
14/20
Profil de Logan
Avec Logan
MP
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (190)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
11.1/20
Mis à jour le 11/10/2016
PC PlayStation 4 Xbox One Action TPS Aventure 2K Czech Hangar 13 Games 2K Games Contemporain
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Travis Strikes Again No More Heroes : Une expérience néo-rétro débridée
    SWITCH
  • Preview : Resident Evil 2 : 4 heures passées à Raccoon City, et des S.T.A.R.S plein les yeux
    PC - PS4 - ONE
  • Preview : Super Smash Bros. Ultimate : On a joué au mode Aventure, au Tableau des Esprits et au mode Classique !
    SWITCH
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Jump Force
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Anthem
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Resident Evil 2 (2019)
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live