Menu
No Man's Sky
  • Tout support
  • PC
  • PS4
  • ONE
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : No Man's Sky séduit-il
PC
No Man's Sky
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Panthaa
L'avis de Panthaa
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
15 août 2016 à 18:03:36
16/20
Profil de mrderiv
Avec mrderiv
MP

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (360)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
11.3/20
Disponible à l’achat ou en téléchargement sur :
Acheter sur MicrosoftMicrosoft Store Télécharger sur le Playstation StorePlaystation Store
Cdiscount PS4 14.99€ Fnac Marketplace PS4 18.98€ Rakuten PS4 27.99€ Amazon ONE 38.52€ Fnac Marketplace ONE 40.92€ Amazon ONE 46.99€
Marchand
Supports
Prix
Voir toutes les offres
Partager sur :

Deux ans et demi après son annonce fracassante, No Man’s Sky est enfin là. Le titre de SF, mêlant habilement exploration, combat, craft et survie - à pied comme en vaisseau spatial - dévoile donc depuis peu ses surprises. Pour rappel, sa quête solo vous propose de découvrir ce qui se cache au cœur de la galaxie, aux immensités générées procéduralement. Un objectif que vous pouvez voir comme secondaire ou principal, suivant votre attrait pour l’exploration, mais qui à coup sûr vous occupera un bon paquet d’heures… La question qui se pose aujourd’hui est de savoir si No Man’s Sky est fidèle à ses promesses et si oui ou non il vaut le coup d’être joué pour ce qu’il est vraiment.

Les changements de la version PC

Sorti sur PC le 12 août 2016, No Man’s Sky s’est offert une gamme d’options des plus appréciables, mais aussi une compatibilité système à première vue calamiteuse. Le jeu ayant été pré-commandé en masse par les joueurs, ces derniers n’ont pas hésité à fusiller le titre dès la première heure de sa mise en rayon virtuels tant l’optimisation manquait ici à l’appel. Très réactive, l’équipe d’Hello Games s’est mise au travail pour fournir dans la nuit du lancement divers patchs correctifs venant aider les aventuriers n’arrivant pas à lancer le soft, tandis que les bidouilleurs de tous horizons se sont affairés à détecter ce qui pompait tant de ressources afin de mettre à disposition des bécanes les plus modestes quelques tweaks. En appliquant ces diverses astuces (jusqu’à ce qu’un patch vienne les intégrer sans avoir à triturer les fichiers du jeu), le titre arrive enfin à la stabilité et à l’optimisation tant attendue par les PCistes, lesquels n’en pouvaient plus d’attendre pour enfin pouvoir toucher, du clavier et de la souris, le très attendu jeu d’exploration spatiale. Que vaut donc la version PC de No Man’s Sky, c’est ce que nous allons voir…

Maniabilité hybride

L’interface et notamment les menus d’inventaires représentent un des plus gros soucis de No Man’s Sky, comme nous le disions dans notre test PS4 réalisé le 8 août 2016. Pour cette version PC, on remarque un léger gain de fluidité au niveau de la navigation, notamment parce que les clics demandent moins de maintien que sur PS4. Néanmoins, le tout revêt désormais un emballage hybride, à mi-chemin entre la console et le PC. Malheureusement, sur un tel genre de jeu, ce type d’interface « bâtarde » coupe légèrement l’immersion par trop d’imprécisions. En témoigne, la carte stellaire, sur laquelle naviguer à la souris est souvent laborieux. Au niveau des contrôles on appréciera le déplacement et le tir, bien plus aisés que sur console, mais nous noterons que le pilotage du vaisseau requiert un petit temps d’adaptation afin de gérer l’orientation latérale de notre carlingue. Préférez donc un passage au pad pour ces séquences-là, si vous en avez la possibilité.

Un panel d’options qui renforce le plaisir de jeu

En dehors de ça et comme nous avons pu le constater sur notre seconde configuration de test (i7 4770K @3.5GHz / GeForce 780TI / 16GB de RAM), le jeu requiert des configurations relativement élevées afin de tourner correctement si vous souhaitez activer les specs maximums ainsi que les différentes options de filtrage. Une fois une configuration stable trouvée, on notera tout de même quelques ralentissements au moment où le moteur du jeu fait apparaitre le reste de l’environnement à afficher. Cet effet est d’ailleurs moins prononcé que sur PS4 mais tout de même présent. On appréciera au passage le FOV réglable, et le framerate que l’on peut désormais capper à 30/60/90/120 FPS, ou laisser courir jusqu’à son maximum. No Man’s Sky est donc désormais beaucoup plus jouable qu’à ses premières heures sur PC mais sa version finale aurait mérité un peu plus d’attention et d’authenticité. L’aventure demeure néanmoins toujours aussi agréable à parcourir bien qu’elle ne plaise pas à toutes les catégories de joueurs. Nous vous proposons donc ci-dessous notre test complet, réalisé sur PlayStation 4.

Le test PS4 réalisé le 8 août 2016

Conditions de test :
Nous avons effectué notre test sur PlayStation 4 après 25 heures de jeu. Malgré notre progression légèrement exponentielle au niveau des distances de saut dans l’espace pour rejoindre le centre, l’absence de gros changements dans le gameplay ou la trame sur les dernières heures de jeu nous a motivé à entrer en phase d’écriture.

Revivre nos deux heures de live sur No Man's Sky

Chargement de la vidéo No Man's Sky Replay

Un patchwork d’inspiration vidéoludiques et SF qui fonctionne ?

No Man's Sky séduit-il

Le titre d’Hello Games mixe énormément d’aspects et d’inspirations variées. Si son concept fait irrémédiablement penser à l’excellent Out There et aux jeux d’exploration spatiale de type Elite Dangerous, son enveloppe graphique oscille en revanche entre Destiny (pour l’interface) et les nouvelles de SF de la première moitié du 20eme siècle, sans oublier Spore pour les créatures loufoques. L’Atlas, élément central du titre qui trône fièrement sur la jaquette du jeu, est d’ailleurs clairement inspiré du Teth d’Oblivion. Rien de dérangeant en somme mais l’on a plus l’impression d’avoir face à nous une œuvre patchwork qu’un univers totalement inédit. Toutefois, il faut rendre à César ce qui est à César et avouer qu’un gros travail a été fourni sur l’ambiance globale du jeu, laquelle instaure d’emblée une atmosphère atypique et plaisante, qui accompagne parfaitement bien l’architecture procédurale de No Man’s Sky.

No Man's Sky séduit-il No Man's Sky séduit-il No Man's Sky séduit-il

Le procédural, un choix pertinent ?

No Man's Sky séduit-il

Cet aspect, crucial pour la génération de la zone de jeu, propose à chaque joueur une galaxie explorable comportant 18,446,744,073,709,551,616 planètes aux biomes relativement variés. Ce vertigineux concept nous met une petite claque avec brio à chaque nouvelle découverte de système. La faune et la flore varient d’un astre à l’autre et l’on prendra plaisir à explorer, découvrir, renommer et partager nos découvertes avec le reste des joueurs. L’excitation à chaque nouvelle entrée en atmosphère est souvent palpable au début, et vous trouverez assez vite vos marques à la surface en partant de la brève analyse des conditions de vie sur l’astre. Est-ce toxique ? Glacé ? Ardent ? La faune et la flore sont-elles présentes et si oui en quelle quantité ? Qu’en est-il des ressources ? Voilà les questions que vous vous poserez en mettant le pied sur une nouvelle zone. On déplorera tout de même au fil des heures un manque de variété à l’intérieur même d’une planète : explorer une petite zone revient à explorer l’intégralité de la planète en termes de topographie et de variation de décor ou d’ambiance.

No Man's Sky séduit-il

Pour autant, les différents astres ont toujours quelque chose à offrir en matière d’exploration et sont généralement peuplée de points d’intérêts : de monolithes qui permettent d’apprendre de nouveaux mots pour comprendre les langues aliens et commercer avec les PNJ des stations, de centres de recherche à infiltrer pour récupérer des plans, de vaisseaux écrasés qu’il est possible de prendre à la place de votre carlingue spatiale… Clairement, on peut facilement se prendre au jeu et errer plusieurs dizaines de minutes sur certaines planètes, même après avoir joué plusieurs dizaines d’heures. Les biomes et la topographie vous en mettront parfois également plein la vue, notamment dans les grottes qui regorgent de cristaux luisants et de champignons extra-terrestres, offrant bien souvent une véritable carte postale que seules les planètes luxuriantes aux herbes hautes et aux arbres abondants peuvent égaler. Seulement voilà, aussi efficace qu’il soit, No Man’s Sky reste encore bien loin de ses trailers pleins de promesse…

L'avis de mrderiv
La génération procédurale de No Man’s Sky est à saluer. Elle permet à chaque planète de bénéficier d’un biome unique peuplé de plantes inédites et de créatures étranges créées à partir d’un immense catalogue de possibilités. Néanmoins après quelques heures de jeu, il semble que la variété ne soit pas vraiment au rendez-vous sur la surface des planètes. Le joueur aura vite fait le tour des possibilités de rencontre ou de récoltes avant de ressentir l’inévitable appel des étoiles. Bref, on ne s’éternise jamais bien longtemps sur une planète, trop motivé par l’envie d’atteindre le centre de l’univers.

Extrait de jeu : Les pieds sur terre

Chargement de la vidéo No Man's Sky Gameplay

Le syndrome de l’early access survival craft ?

No Man's Sky séduit-il

Au rang des grosses déceptions, la faune tient une place assez importante (en tout cas au moment du test sur la version 1.03). Cette dernière a un comportement erratique des plus décevants, surtout lorsque l’on compare son implantation à ce que l’on pouvait voir dans les bandes-annonces du jeu. Oubliez cette impression d’écosystème cohérent, de chaine alimentaire quasi-palpable avec ses prédateurs et ses troupeaux d’herbivores fuyant le danger : les animaux dans No Man’s Sky errent sans réel but, et ne servent pas à grand-chose. Tout au plus, ils peuvent être nourris moyennant ressources et déterreront pour vous d’autres minéraux dont vous n’avez pas forcément besoin. C’est sympathique pendant 5 minutes mais, très vite, on en vient à se demander si ce pan de l’immersion n’aurait pas mérité quelques mois de développement attitré. Ne jetons néanmoins pas la pierre à Hello Games, cette petite équipe d’une vingtaine de développeurs qui a réussi à abattre un travail dantesque. Rappelons aussi que de nombreuses mises à jour gratuites sont d’ores et déjà prévues sur le titre. En 15 jours, les développeurs sont déjà passés d’une version Gold aux features limitées à une version bien plus agréable et complète, tâchons d’espérer que leur rendement ne décroisse pas après la sortie du titre.

No Man's Sky séduit-il No Man's Sky séduit-il No Man's Sky séduit-il
No Man's Sky séduit-il

On pourra être frustré du manque d’activité sur les astres, même si les tempêtes, le cycle jour/nuit et la météo changeront légèrement l’ambiance ou mettront un tantinet en péril les systèmes de survie du joueur : on aurait aimé plus de vie à la surface comme dans l’espace. En effet, une fois l’atmosphère traversée (sans chargements), on se retrouve dans l’espace, libre de se rendre sur d’autres planètes ou stations grâce aux différents modes de propulsion, upgradables par la suite. Des cargos sortent d’hyper-espace sous vos yeux, des pirates les attaquent générant des mini-quêtes de protection spatiale. Bref, une vie artificielle se met rapidement en place au gré de scripts d’apparition et d’activité générés autour du joueur solo. On est un peu loin de l’implication miroitée par les trailers, encore une fois, mais le tout se tient et motive l’aventurier à explorer, marchander, combattre et crafter pour se rapprocher du graal.

Une course à l’amélioration captivante

No Man's Sky séduit-il

Votre progression, sauts dans l’espace mis à part, se fera par le craft et la découverte successive de nouvelles technologies pour votre vaisseau, pistolet multitool, et exocombinaison. Les plans nécessaires au craft seront obtenus dans les usines à pirater, grâce aux nacelles échouées, et en discutant avec les PNJ. On est donc constamment pris par le concept du jeu et l’on a toujours envie d’améliorer nos équipements, qu’il s’agisse d’ajouter des effets à nos tirs et grenades (notamment pour miner ou terraformer plus efficacement), d’améliorer les capacités de scan, ou d’explorer toujours plus loin pour effectuer des sauts à distance supérieure en consommant moins de ressources. Petit bémol à ce niveau là, l’interface et plus particulièrement le système d’inventaire s’avèrent relativement décevants et imposent de nombreux allers-retours, transferts de ressources et destruction d’objets pour libérer de la place.

L'avis de mrderiv
L’interface du jeu ressemble beaucoup à celle de Destiny, avec ses qualités et ses défauts. Plutôt lisible, elle impose tout de même pas mal de « menuing » pour la gestion des ressources et du commerce. La navigation au pad n’aide pas forcément à accélérer les différentes routines de craft. L’ATH suit cette même tendance et offre une vue assez dépouillée finalement à l’image de la direction artistique du jeu. Votre pire ennemi durant les premières heures de l’aventure s’appelle l'inventaire plein ; il faudra donc explorer et améliorer son vaisseau et sa combinaison pour enfin respirer un peu côté capacité d’encombrement.
No Man's Sky séduit-il No Man's Sky séduit-il

Une sensation d’immersion bien présente

No Man's Sky séduit-il

Si No Man’s Sky peut apparaître comme un vaste sandbox aux ambitions réelles mais aux atouts légèrement limitées pour l’instant, il faut bien avouer que son « scriptage » est efficace et permet de gommer la redondance des routines. De nombreuses fois, nous avons été surpris par des transmissions reçues venant titiller notre curiosité : à chaque fois, c’est une nouvelle dynamique qui s’impose à nous et vient chambouler nos plans, rendant ainsi la progression parsemée d’embuches et d’opportunités qui n’ont pour l’instant que leur nombre et leur variété comme réelle limite. Avec ce fil rouge scénaristique et l’objectif ultime et final du jeu, la recette prend à coup sûr pendant des heures, mêmes pour les joueurs n’étant en apparence pas vraiment client des open-world sandbox ou des jeux de survie.

L'avis de mrderiv
Malgré l’immense liberté accordée au joueur, No Man’s Sky oriente notre voyage grâce aux différentes améliorations technologiques nécessaires pour progresser dans l’univers. Il faudra réparer son vaisseau afin de quitter la première planète du jeu puis débloquer d’autres technologies pour explorer les recoins de l’espace. Le jeu parvient à instaurer un vrai sentiment d’accomplissement car toutes nos actions (récolte, craft, scan des zones, etc.) débloquent des étapes sous forme de rappel constant de notre progression. No Man’s Sky m’a plongé dans la peau d’un explorateur solitaire, perdu mais sans cesse motivé à progresser pour en découvrir plus sur l’univers et ses mystères.
No Man's Sky séduit-il No Man's Sky séduit-il No Man's Sky séduit-il

Une version PS4 au point ?

No Man's Sky séduit-il

Lorsque nous avions joué à la version PlayStation 4 il y a de ça 5 mois, nous pointions du doigt de nombreux problèmes. Désormais sorti sur la console de Sony, le jeu s’en sort un peu mieux. Néanmoins, le clipping des éléments à courte et moyenne distance demeure gênant et freine l’immersion du joueur, tout comme le framerate (désormais à 30 de manière relativement stable) et le champ de vision encore restreint et non-modifiable sur console. Côté réalisation, le rendu est assez inégal. Certaines planètes auront une flore si riche que les panoramas s’avèreront splendides quand d’autres paysages seront laids au possible à cause d’une navrante pauvreté des textures. On remarquera aussi quelques crashs depuis la 1.03, lesquels viennent mettre fin à votre partie, vous forçant à charger aux dernier points de sauvegarde, généralement pas bien loin de votre crash. De plus, les contrôles à la manette s’avèrent parfois gênants à cause d’un mapping des touches pas toujours bien pensé.

L'avis de mrderiv

Si la chose ne saute pas tout de suite aux yeux lorsqu'on a les pieds sur terre, les problèmes de clipping deviennent omniprésents à bord de son vaisseau. C’est bien simple, l’environnement se charge en face de nous avec un effet rappelant le pointillisme. Limitation technique de la PS4 ou cache misère de la part d’Hello Games ? Toujours est-il que ce frein gâche quelque peu l’immersion ! J’espère donc que la version PC corrigera ce problème tout en permettant au jeu d’afficher plus d’images par secondes.

Notre avis sur No Man's Sky en 3 minutes

Chargement de la vidéo Test No Man's Sky en vidéo
Les notes
+Points positifs
  • Design savoureux et atypique
  • Très large durée de vie (objectif très lointain, et aspect bac à sable)
  • B.O excellente (bruitages, musiques, ambiances)
  • Superbe sensation de solitude auréolée de scripts d’animations (PNJ, vaisseaux, batailles, événements impromptus)
  • Génération procédurale efficace (variété des espèces animales et végétales, des minéraux et des planètes)
  • Large choix d’améliorations et de technologies pour faire évoluer sa progression
-Points négatifs
  • Version PS4 techniquement limitée (popping des éléments à courte et moyenne distance, framerate à 30FPS, FOV réduit, crashs & bugs, contrôles non mappables)
  • Manque de variété des points d’intérêt et des routines au lancement du titre (légère impression d’avoir une early access à plein tarif sans l’intensité des premières promesses)
  • Features multijoueur qu’on aurait aimé plus développées (simple envoi des données de découvertes aux autres joueurs)
  • Gameplay un peu trop arcade (manque de profondeur, inventaire peu pratique et trop limité, combats au sols peu passionnants)

No Man’s Sky est une œuvre difficile à tester tant son aspect « sandbox longue durée » est fort. Le jeu se savoure pourtant à sa juste valeur, avec un solo riche et pertinent sur ses dynamiques scriptées venant meubler l’open world et challengeant sans cesse le joueur, lequel doit souvent mettre de côté sa quête principale pour partir crapahuter dans les milliards de planètes explorables. Le procédural y est efficace et souvent fourni en surprises même si l’on aurait apprécié plus de variété dans la base de donnée exploitée, surtout en ce qui concerne les points d’intérêts et les routines des éléments non-joueurs, loin des promesses des trailers. La réalisation sur PS4 est globalement « suffisante », tout en demeurant en dessous de ce que l’on pouvait espérer du titre. L’univers du jeu est enivrant, contemplatif, savoureux, et saura plaire aux amateurs d’exploration et d’épopée dépaysantes. Malgré ses nombreuses similitudes avec des titres déjà existants, No Man’s Sky est une aventure unique au design atypique et à la dimension vertigineuse. Une très bonne expérience pour les joueurs de tous horizons.

Profil de Panthaa
L'avis de Panthaa
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
15 août 2016 à 18:03:36
16/20
Profil de mrderiv
Avec mrderiv
MP
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (360)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
11.3/20
Mis à jour le 15/08/2016
PC Action Aventure Survie Hello Games
Dernières Preview
PreviewGrounded - Le nouvel Obsidian miniaturise le jeu de survie ! 14 nov., 22:44
PreviewArise : A Simple Story, mélancolie et retour dans le temps pour un jeu poétique 11 nov., 11:11
Les jeux attendus
1
Dragon Ball Z Kakarot
17 janv. 2020
2
The Last of Us Part II
29 mai 2020
3
Cyberpunk 2077
16 avr. 2020