Menu
Ratchet & Clank
  • Tout support
  • PS4
  • PS3
  • Vita
  • PS2
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Ratchet & Clank - Beau comme un Lombax !
PS4
Ratchet & Clank
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de mrderiv
L'avis de mrderiv
MP
Journaliste jeuxvideo.com
12 avril 2016 à 09:02:02
17/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (144)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
16.7/20
Tous les prix
Prix Support
10.85€ PS4
12.81€ PS4
15.26€ PS4
17.82€ PS4
18.76€ PS4
19.99€ PS4
Voir toutes les offres
Partager sur :

Remontons en 2002, année lors de laquelle le premier épisode des aventures de Ratchet & Clank débarqua sur la PlayStation 2. Avec son duo de personnages charismatiques, un Lombax et un petit robot, la série connu un important succès au fil de ses suites sur les consoles Sony. Après une arrivée réussie sur PlayStation 3 avec, entre autres, les épisodes Opération Destruction et A Crack in Time, son développeur Insomniac Games nous livrait une fournée plutôt moyenne d’épisodes spin-off tels que QForce et All 4 One avant de revenir à la charge avec le volet Nexus en 2013 renouant avec les principales forces de la saga, mais trop peu ambitieux en matière de contenu. Un projet de film est annoncé la même année afin de porter sur grand écran le scénario du premier jeu vidéo de la série. Il est accompagné d’un “nouveau” jeu, sobrement intitulé Ratchet & Clank puisqu’il s’agit d’un reboot du premier épisode destiné à la PlayStation 4. Nouveaux personnages, nouveaux lieux, mais ficelles scénaristiques presque similaires, quand Ratchet rencontre une nouvelle fois Clank, nous en prenons plein les yeux !

Notre avis sur Ratchet & Clank dans notre videotest

Chargement de la vidéo Test Ratchet & Clank en vidéo

A Reboot in Time !

Ratchet & Clank - Beau comme un Lombax !
Les extraits du film sont assez nombreux dans le jeu

Ratchet & Clank version 2016 est-il un pur produit nostalgique ? Oui, car les fans de la première heure y retrouveront avec un plaisir non dissimulé les prémices de la saga sous forme de remise au goût du jour du premier épisode sur PlayStation 2. Après avoir visionné le film d’animation prévu pour le 13 avril dans les salles obscures et bouclé ce reboot des aventures des deux héros, il apparaît de façon évidente que les deux projets ont été menés côte à côte tant ils se complètent l’un et l’autre. Le jeu vidéo est tiré du film, lui-même tiré du scénario du jeu ; un mélange qui brouille les pistes avec une certaine réussite puisque le jeu utilise par exemple régulièrement des extraits du long-métrage en guise de cinématiques entre les planètes sans pour autant tomber dans la dissonance. Si vous aimez Ratchet & Clank, il est donc plutôt conseillé d’aller voir le film en parallèle de votre session de jeu afin de profiter de l'expérience complète imaginée par Insomniac.

D’autant que, et c’est un point qui nous chagrine un peu, les morceaux choisis du film semblent parfois être rentrés au chausse-pied dans le jeu, le studio n’ayant pas hésité à raccourcir certaines scènes pour - on l’imagine - privilégier le dynamisme de l’expérience du joueur. Il en résulte donc parfois un sentiment de vide explicatif sur certains moments clés de la série comme par exemple la création de Clank, bien expliquée dans le film, mais presque passée sous silence dans le jeu. Même la rencontre entre Ratchet & Clank sur Veldin semble avoir subie un traitement similaire au point d’en perdre un peu en plaisir de découverte. Bref, si le jeu reste tout de même parfaitement compréhensible sans avoir vu le film, son visionnage est un plus indéniable.

Jeu et film se brouillent les frontières avec brio !

Ratchet & Clank - Beau comme un Lombax !Ratchet & Clank - Beau comme un Lombax !

On prend (presque) les mêmes et on recommence !

Mais alors ce Ratchet & Clank version PS4, est-ce un nouveau jeu ou simplement un portage plus moderne du premier opus ? La réponse irait en fait chercher du côté du concept de la relecture moderne. Cet épisode transpire à chaque instant l’amour que porte Insomniac Games pour sa série. Il s’agit bel et bien du premier épisode, retouché ici et là avec plusieurs nouveautés en matière de graphismes, de gameplay, de personnages et de cheminement dans l’aventure. Il conserve toutefois son charme d'antan et ses mécaniques de base : exploration de planètes, achat et amélioration d'un arsenal déjanté et récolte de boulons à la pelle !

Ratchet & Clank - Beau comme un Lombax !Ratchet & Clank - Beau comme un Lombax !Ratchet & Clank - Beau comme un Lombax !

Petit rappel, l’action se situe dans la galaxie de Solana où le machiavélique président Drek détruit sans pitié plusieurs planètes afin d’en récupérer des morceaux pour fabriquer une nouvelle à son peuple, les Blargs. Ses lignes d’assemblage de robots de destruction tournent à plein régime pour assouvir sa soif de conquête. Mais une erreur inattendue dans la chaîne de construction participe à la création d’une anomalie, un petit robot espiègle doté d’une conscience lui dictant de faire le bien. Pourchassé par le garde du corps personnel de Drek, il parvient toutefois à s’échapper en vaisseau avant de s’écraser sur la Planète Veldin où un Lombax nommé Ratchet viendra le secourir du crash. Mécanicien de son état, Ratchet rêve d’aventures et surtout de quitter sa planète natale. Il adule les Rangers Galactiques dont le chef, le Capitaine Qwark, héros vantard et musclé au sourire éclatant vient pourtant de le refouler au test d’aptitude visant à recruter un cinquième protecteur de la galaxie. Sa rencontre avec le robot Clank, marquera l’occasion unique de réaliser son rêve. Un scénario somme toute classique, mais porté par une galerie de personnages attachants et surtout très hauts en couleur.

Ratchet & Clank - Beau comme un Lombax !
Le Capitaine Qwark est toujours aussi drôle !

Le scénario de ce reboot modifie donc en partie les conditions de rencontre avec certains personnages. Qwark est désormais accompagné de ses équipiers Rangers Galactiques, les évènements liés à sa trahison changent par rapport au jeu original et surtout, Drek est ici accompagné d’un personnage bien connu des amateurs de la série, l’infâme (mais toujours aussi drôle) Docteur Nefarious apparu à l’origine dans le troisième épisode de la saga. Insomniac s’autorise en ce sens une grande liberté et modifie certains éléments du scénario de sa saga afin d’en réécrire les origines.

De ce parti-pris décomplexé résultent toutefois certaines petites incohérences avec la suite actuelle de la saga comme la présence des Fongoïde dans le jeu, un peuple pourtant découvert dans l’épisode A Crack in Time ou encore la mention des Zonis, ces êtres mystiques censés être dévoilés dans Opération Destruction. Les fans de la première heure pourront donc parfois grincer des dents si cette relecture ne s’accompagne pas de modifications plus profondes du scénario dans les éventuelles nouvelles suites de ce reboot 2016.

Ratchet & Clank - Beau comme un Lombax !Ratchet & Clank - Beau comme un Lombax !Ratchet & Clank - Beau comme un Lombax !

Opération Destruction !

Au cœur de l’expérience de jeu, l’arsenal loufoque mis à notre disposition évolue lui aussi en fonction des épisodes les plus récents de la série. Insomniac est allé piocher principalement du côté des épisodes de la PS3 pour renouveler le panel d’armes disponibles dans cet épisode. À côté des classiques Gant à bombes, Pyrolanceur et autre Gant Ravageur, on retrouve désormais d’autres outils plus modernes comme le Discozigzag, le Lance-prédateurs ou bien encore le Frappeur Plasma venu de A crack In Time. L’épisode Opération Destruction semble d’ailleurs avoir énormément inspiré la direction voulue pour cet opus avec la présence du garde robot personnel M. Zurkon ou bien du fameux Groovitron, cette arme version boule à facette obligeant vos adversaires (boss compris !) à se trémousser sur la folie du disco. Des nouveautés bien déjantées s’invitent à la fiesta comme le Pixelizeur HD, cette arme transformant vos pauvres cibles en bouillie de pixels ou bien le Tambour à Protons et ses secousses énergétiques mortelles. On prend toujours un malin plaisir à malmener nos adversaires à l’aide de cet arsenal plus complet que jamais, même si certaines armes classiques comme le griffeur Tesla ou l’Aspiro-Canon passent pour le coup à la trappe. Rassurez-vous, le TELT (pour T’Éclater La Tronche) est toujours bel et bien présent !

Du gameplay maison pour Ratchet & Clank

Chargement de la vidéo Ratchet & Clank Gameplay

Chacun de ces outils de destruction évolue toujours sur cinq niveaux en fonction de votre fréquence d’utilisation et se customise maintenant auprès des vendeurs Gadgetron grâce aux cristaux de Raritanium dénichés sur des gisements, dans des coffres ou à la mort de certains ennemis puissants. Chaque arme peut ainsi être améliorée selon différents critères : portée, zone d’effet, puissances, un ajout tout droit venu d’Opération Destruction là aussi.

Ratchet & Clank - Beau comme un Lombax !
Les Holocartes permettent de débloquer des bonus passifs

On note par la même occasion l’arrivée d’un système d’Holocartes à collectionner tout au long de l’aventure. Elles se récupèrent par paquet de trois en terrassant des ennemis ou via l’exploration des fameuses zones secrètes des planètes dans lesquelles on dénichera parfois aussi les 28 boulons d'Or cachés. L’objectif est tout simple, parvenir à réunir une série complète de cartes afin de débloquer certains bonus. Les Holocartes prennent la forme de fragment de codex transmettant certaines informations liées au background du jeu où à l’histoire des personnages rencontrés. Les collectionner offrira des bonus intéressants puisque plus vous posséderez de cartes, plus vous augmenterez certains paramètres comme le rythme de largage du Raritanium, la quantité de boulons ramassés voire même la puissance de votre Super Clé 8000, de quoi ravir les complétistes !

Nom d'un Lombax que c'est beau !

Ratchet & Clank - Beau comme un Lombax !
Le titre utilise parfaitement la partie hardware de la console !

Graphiquement, ce reboot se montre tout bonnement bluffant ! Il parvient à conserver le charme des environnements d’antan, remis au goût du jour de la plus belle manière qui soit grâce à une maîtrise technique à saluer. Le titre se contente certes de 30 images par secondes, mais parvient à les maintenir à tous les instants et ce, peu importe la quantité d’explosions de boulons affichés à l’écran. Insomniac réussit un véritable tour de force et nous offre une baffe graphique cartoonesque qui parvient à brouiller la frontière entre le film d’animation et le jeu. Les décors fourmillent de petites attentions destinées à les rendre plus beaux et plus vivants que jamais : effets de reflets sur les métaux, l’eau, particules de lave dans les airs, le travail accompli, en plus de rendre totalement hommage au matériaux de base, se montre digne de servir d’exemple à toute l’industrie.

Les planètes visitées sont splendides !

Ratchet & Clank - Beau comme un Lombax !Ratchet & Clank - Beau comme un Lombax !Ratchet & Clank - Beau comme un Lombax !

Et que dire des animations des personnages ! Des oreilles de notre Lombax sauveur de la galaxie aux tentacules rosâtre des poulpes psychiques à dézinguer sur la planète Gaspar, chaque PNJ bouge à l’écran avec un soin tout particulier. Il suffit dès lors de leur envoyer aux pieds une charge de Discobombe pour les voir se trémousser avec une animation spécifique pour chacun, boss compris. Des boss qui pour la plupart sont des nouveautés tirant parti des améliorations de gameplay de cet épisode (jetpack, ouverture des niveaux, etc.)

10 minutes de gameplay du jeu

Chargement de la vidéo Ratchet & Clank Gameplay

Un VF qui fait parler d'elle

Un point sur le doublage du jeu puisque cette question fait couler beaucoup d’encre sur les internets depuis quelques semaines. Si le casting de film utilise plusieurs têtes d’affiche populaires pour tenter de toucher un large public, des noms comme celui du Youtuber Squeezie dans le rôle de Ratchet ou bien encore Le Rire Jaune, John Rachid, Nikos Aliagas ont pu faire grincer des dents aux puristes de la licence. Qu’on se le dise, malgré nos appréhensions, le casting français du film s’en tire avec les honneurs. Lucas Hauchard, alias Squeezie, campe un Ratchet assez convaincant si c’est ce qui vous inquiète. Les doublages du jeu ont été en revanche confiés aux comédiens des précédents opus. Ce n’est donc pas Squeezie mais Cyrille Artaux qui double Ratchet, non pas Xavier Fagnon mais Martial le Minoux qui reprend son rôle habituel de Clank tout comme c’est le cas pour Hervé Caradec de retour dans la peau du Capitain Qwark alors que le personnage est doublé par le très connu Patrick Poivey au cinéma, la cultissime voix française de Bruce Willis.

Ratchet & Clank - Beau comme un Lombax !Ratchet & Clank - Beau comme un Lombax !Ratchet & Clank - Beau comme un Lombax !Ratchet & Clank - Beau comme un Lombax !

Il nous aura fallu une douzaine d’heures pour terminer l’aventure sans vraiment nous presser. Une durée de vie dans la moyenne de ce que proposent les épisodes "canons" de la saga et qui pourra être prolongée en passant en mode défi une fois votre première partie terminée. Vous conserverez alors tous vos gadgets et armes afin de lutter contre des ennemis plus coriaces et de débloquer plusieurs variantes d’arsenal liées aux Holocartes ramasées en jeu.

Les notes
+Points positifs
  • Techniquement irréprochable, visuellement bluffant !
  • Un arsenal varié et déjanté
  • La plateforme aventure est de retour pour notre plus grand plaisir !
  • Une galerie de personnage toujours aussi haute en couleur
  • Des environnements plus vastes à explorer
  • Le respect du matériel orignal
  • Des doublages français réussis
  • Prix plus que correct (moins de 40 €)
-Points négatifs
  • Certaines phases avec Clank sont un poil répétitives
  • Des cinématiques du film parfois trop tronquées dans le jeu
  • Quelques incohérences, ici et là, pouvant être néanmoins justifiée par la refonte du scénario
  • On veut la suite maintenant !

Grâce à un savoureux mélange entre nostalgie et modernité, Insomniac Games nous livre avec ce “reboot” des premières aventures de Ratchet & Clank un retour flamboyant du genre de la plateforme aventure sur consoles actuelles. Beau à en pleurer, drôle à vous en filer la banane, le jeu conjugue à merveille l’héritage de son passé avec l’envie du studio de faire revivre à un public plus actuel les prémices d’une grande saga du jeu vidéo. Haletante de bout en bout, cette aventure permettra aux vieux de la vieille de se replonger avec délectation dans la série et aux plus jeunes de découvrir les personnages de Ratchet & Clank sous l’un de leur meilleur jour ! Du grand Insomniac, foncez !

Profil de mrderiv
L'avis de mrderiv
MP
Journaliste jeuxvideo.com
12 avril 2016 à 09:02:02
17/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (144)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
16.7/20
Mis à jour le 12/04/2016
PlayStation 4 Action Aventure Plate-Forme Sony Insomniac Games
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Wolcen : Lords of Mayhem – Une alternative à Diablo III ?
    PC
  • Preview : Fire Emblem Three Houses : Plus accessible, plus permissif
    SWITCH
  • Preview : The Surge 2 : Une consolidation des forces et un lissage des faiblesses ?
    PC - PS4 - ONE
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Cyberpunk 2077
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Final Fantasy VII Remake
    PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Pokémon Épée / Bouclier
    SWITCH
    Vidéo - Bande-annonce