Menu
Undertale
  • Tout support
  • PC
  • PS4
  • Switch
  • Vita
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : UnderTale : Une des claques de la sphère indépendante ?
PC
Undertale
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Panthaa
L'avis de Panthaa
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
24 novembre 2015 à 18:45:46
16/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (178)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17.4/20
Tous les prix
Prix Support
44.40€ PS4
45.90€ PS4
Voir toutes les offres
Partager sur :

Le but ultime d'une aventure vidéoludique est de marquer les joueurs, que cela se fasse par un gameplay puissant, par une réalisation de haute volée, un scénario mémorable ou par des idées perturbantes… UnderTale fait partie de cette dernière caste et, contre toute attente, l’œuvre de Toby Fox secoue le joueur dans le bon sens du terme, de manière progressive et avec brio. Si bien que l'on sort de l'expérience avec une véritable envie de remercier le créateur du jeu pour son audace. Focus sur une des œuvres clé de l'année 2015 côté jeu indépendant.

Notre vidéo-test d'UnderTale

Chargement de la vidéo Test Undertale en vidéo
« C'est en anglais et c'est moche, mais continuez quand même ! »
Ne tournons pas autour du pot, UnderTale divisera les foules. De par sa plastique résolument 8 bit, sa nécessité absolue de comprendre l'anglais parfois argotique, ou sa structure très proche d'un RPG à l'ancienne où de très nombreuses bulles de dialogue viendront rythmer frénétiquement votre aventure, UnderTale étonne et freine à la fois. Partant de ce postulat, nous ne pourrons que conseiller aux plus réticents d'entre vous de persévérer, car l'épopée de notre petit humain à t-shirt rayé s'intensifie graduellement avant d'atteindre son paroxysme autour des 6 à 7 heures de jeu, alors que le scénario révèle ses twists les plus savoureux.
UnderTale : Une des claques de la sphère indépendante ?UnderTale : Une des claques de la sphère indépendante ?UnderTale : Une des claques de la sphère indépendante ?

Un scénario lambda et manichéen qui réserve quelques surprises

Globalement, UnderTale nous raconte l'histoire d'une guerre passée, opposant humains et monstres. Évidemment, nous ne spoilerons pas la trame en ce lieu, mais sachez à titre indicatif que la bête histoire manichéenne (en apparence) vous donnera matière à réfléchir, chose surprenante avec un tel enrobage technique, peu indiquée aujourd'hui lorsqu'il s'agit de plonger les masses dans une aventure résolument narrative. Sceptique durant la première heure, votre humble serviteur s'est donc posé quelques questions d'éthique durant toute la suite de son aventure, pour la simple et bonne raison que le jeu vous propose d'être pacifiste ou agressif envers les créatures que vous rencontrerez. Vous incarnez donc ici un être humain, non-genré pour favoriser l'implication du joueur, et sombrez lamentablement, après une chute, dans le « royaume des monstres », terre des damnés qui jadis faisaient la guerre aux humains, et se sont retrouvés coupés de leurs ennemis, maintenus sous terre par une barrière magique et soumis au règne d'Asgore.

Les dialogues sont très nombreux et intégralement en anglais... Anglophobes s'abstenir.

UnderTale : Une des claques de la sphère indépendante ?

A la croisée des chemins côté gameplay

En ces terres, vous êtes la cible. En tant qu'humain, votre âme sera très recherchée durant l'épopée et de nombreux PNJ voudront vous piéger. Cependant, il vous sera possible d'épargner tout le monde si vous le souhaitez, et surtout si vous y arrivez. En effet le système de combat de ce UnderTale est assez atypique puisqu'il mêle commandes de RPG old-school (tour par tour simpliste avec attaque physique, items et fuite) mais aussi actions diverses et contextuelles (parler, draguer, faire peur, danser, complimenter...) qui permettront à notre héros de convaincre l'ennemi d'abandonner le combat. Dans ce cas, votre affrontement s'achève dans le calme, vous ne gagnerez pas d'EXP, mais le jeu se souviendra de votre bonté d'âme…

UnderTale : Une des claques de la sphère indépendante ?UnderTale : Une des claques de la sphère indépendante ?

Lorsque l'ennemi attaque, une nouvelle brillante idée de gameplay fait son entrée puisque votre âme (représentée par un petit cœur rouge que vous contrôlez), doit éviter des projectiles pendant quelques secondes, à la manière d'un shoot'em up. De nombreuses variantes de cette formule existent (avec ou sans gravité, inversion des commandes, zones d'esquive ou de passage sans bouger…). On se retrouve véritablement face à « un ensemble de mini-jeux dans le jeu » qu'il sera nécessaire de maîtriser pour avancer. Cette composante vous surprendra toujours et n'aura de cesse de se réinventer, collant parfaitement à l'ennemi, à la situation, et à la courbe de difficulté. Ce qui au départ ne représentera pour vous qu'une perte de temps dénuée de challenge vous mettra très vite sous pression à chaque attaque ennemie.

Les 10 premières minutes d'UnderTale

Chargement de la vidéo Undertale Gameplay

Banal jusque là ?

Histoire de vous donner un rapide aperçu de ce qui fait d'UnderTale un très bon jeu, sachez que le titre regorge de références au RPG et qu'il se moque des conventions, allant parfois vous expliquer plusieurs fois d'affilé une mécanique de puzzle complexe, qui en fait ne sert à rien, ou vous spammant de bulles de dialogue alors que vous tentez d'avancer. Les personnages sont fouillés, souvent plus profonds que ce que l'on peut penser, et ont souvent des répliques drôles et bien écrites. On pensera notamment à Papyrus et Sans, deux frères squelettes pas bien dégourdis qui tentent de capturer un humain pour le compte d'Asgore en début d'aventure.

UnderTale : Une des claques de la sphère indépendante ?UnderTale : Une des claques de la sphère indépendante ?UnderTale : Une des claques de la sphère indépendante ?

Ces personnages, tous attachants, interviendront au cours de l'aventure suivant vos actions, car rappelez-vous, UnderTale se souvient de tout, et ainsi, plusieurs fins sont disponible suivant votre comportement dans le jeu. Associez ce concept à pas mal de petites idées innovantes et franchement bien fichues (lorgnant parfois du côté d'ImScared par exemple), et vous obtenez une œuvre singulière, franchement bien pensée, originale, et faussement limitée techniquement.

Après l'avoir terminé, on en pense quoi ?

Une fois bouclée, l'aventure prend une toute autre tournure. Pour tout vous dire, j'étais très sceptique en début de partie, face à ce titre sommaire, acclamé par la critique. Puis, plusieurs rencontres m'ont fait sourire, et rire. Papyrus et ses dialogues, Sans et ses blagues, Alphys et ses tentatives d'explication sans spoiler d'une série télé, sans oublier évidemment le robot-star... Chacun d'entre eux m'ont fait voyager d'un endroit à un autre sans même que je m'en rende vraiment compte tant le rythme est ici faussement lent.

UnderTale : Une des claques de la sphère indépendante ?UnderTale : Une des claques de la sphère indépendante ?

Ayant terminé le titre en donnant la mort à tour de bras, je me suis très vite retrouvé face à Asgore avec la ferme intention de lui faire mordre la poussière afin de sortir de là. Après tout, j'avais tué sa femme sans m'en rendre compte et son destin me semblait alors tout tracé. Puis, son histoire m'a touché, chose à laquelle je ne m'attendais pas du tout... Sensibilisé et prenant soudain partie pour "les méchants", j'ai décidé de l'épargner pour me retrouver face à Flowey, notre première rencontre dans l'univers d'UnterTale. Là, les révélations concernant notre EXP et notre LV m'ont rappelé les twists à la Kojima et j'ai véritablement eu la sensation d'avoir été floué durant toute mon aventure.

S'en suivi un combat de boss mémorable et complètement abusé à tous les niveaux. Graphismes détaillés en couleurs, déroulement du combat imprévisible, game over découlant sur un reboot du jeu qui réserve quelques surprises, attaque de nos sauvegardes par Flowey. La victoire fut incertaine tout au long du combat mais j'ai pu finalement venir à bout de mon adversaire.

UnderTale : Une des claques de la sphère indépendante ?UnderTale : Une des claques de la sphère indépendante ?UnderTale : Une des claques de la sphère indépendante ?

Enfin, sous les conseils d'un joueur ayant terminé la trame, j'ai décidé de recommencer l'aventure pour voir ce que donnait le titre "en total pacifisme" choisissant d'épargner les divers protagonistes et ennemis en les convainquant un à un que le combat était vain. C'est d'ailleurs Toriel, qui nous donne ce conseil en tout début de partie, nous recommandant d'être "bon" durant notre aventure. Personne n'aurait pensé qu'en suivant son conseil à la lettre, le titre découlerait sur une toute autre fin, avec un tout autre boss et une morale bien différente...

UnderTale : Une des claques de la sphère indépendante ?UnderTale : Une des claques de la sphère indépendante ?
C'est véritablement là que l'on voit le talent du créateur qui, malgré une structure de développement sommaire, arrive tout de même à donner au joueur une trame, un gameplay, un scénario, mais surtout de véritables choix dont l'influence propulse le titre dans la catégorie des "jeux à embranchement" les plus intéressants du paysage indé actuel. Une excellente expérience, qui ne plaira pas à tout le monde, mais qui ne laissera personne indifférent.
Les notes
+Points positifs
  • Humour omniprésent, références nombreuses et scénario loufoque de prime abord
  • Excellent rapport qualité/prix
  • Importance des choix dans la trame et rejouabilité
  • Gameplay qui révèle tout son intérêt au fur et à mesure de l'épopée
  • Plusieurs retournement de situation durant lequel le soft se joue de vous en tant qu'acteur de l'aventure...
  • Musique minimalistes mais néanmoins excellentes
  • Richesse et pertinence des mini-jeux du système de combat
-Points négatifs
  • Réalisation old school et pauvre
  • Débuts un peu poussifs
  • Bon niveau d'anglais exigé

Avec sa réalisation old-school crade typée 3ème génération de consoles, UnderTale laisse parfois indifférent, confortant ainsi les réfractaires anglophobes dans leur non-enthousiasme à l'égard du jeu. Et pourtant, ce dernier mérite amplement l'attention des joueurs, lesquels y découvriront peu à peu un univers riche, finement élaboré, accueillant, embelli par une panoplie de personnages franchement drôles et intéressants. Le gameplay du titre arrive aussi à étonner grâce à ses nombreuses pirouettes qui dynamisent terriblement un système de combat pourtant lambda en le rendant malin et parfois frénétique. Avec ses retournements de situation et sa fin que nous vous laissons découvrir, UnderTale se place haut dans la caste des titres indépendants qu'il faut absolument découvrir, ne serait-ce que pour savoir jusqu’où un RPG peut aller dans un terreau à l'apparence si stérile.

Profil de Panthaa
L'avis de Panthaa
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
24 novembre 2015 à 18:45:46
16/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (178)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17.4/20
Mis à jour le 29/11/2015
Indépendant PC RPG Tobyfox Monstres
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Super Smash Bros. Ultimate : On a joué au mode Aventure, au Tableau des Esprits et au mode Classique !
    SWITCH
  • Preview : Crackdown 3 : un multijoueur étonnament addictif
    PC - ONE
  • Preview : Just Cause 4 : Meilleur bac à sable que jeu d'action ?
    PC - PS4 - ONE
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Battlefield V
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Super Smash Bros. Ultimate
    SWITCH
    Vidéo - Bande-annonce
  • Jump Force
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce