Menu
Need for Speed
  • Tout support
  • PC
  • PS4
  • ONE
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Jeux Course / Derniers tests jeux vidéo / Need for Speed / Tests Need for Speed /

Test du jeu Need For Speed, les démons de minuit

Test : Need For Speed, les démons de minuit
PS4 ONE
Need for Speed
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Epyon
L'avis de Epyon
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
03 novembre 2015 à 11:01:06
16/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (193)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
12.9/20
Tous les prix
Prix Support
14.50€ ONE
18.94€ ONE
19.99€ PS4
20.90€ PS4
31.04€ PC
31.88€ PC
Voir toutes les offres
Partager sur :

Lorsqu'il est question de Need For Speed, il y a deux écoles : ceux qui restent persuadés que les premiers, mêlant voitures de luxe et course-poursuite avec la Police, sont les meilleurs. Et il y a ceux qui seraient prêts à échanger père et mère contre un nouveau set de jantes chromées et un kit large, pour aller flamber à 200 km/h dans les rues sombres d'une ville endormie. Entre ces deux clans, la guerre a fait rage pendant un long moment, avant qu'Electronic Arts et ses studios parviennent à un compromis. Et si la licence s'est perdue fut un temps, elle revient en 2015 plus forte que jamais, avec un retour aux Need For Speed du début des années 2000. Préparez le NoS, et faites chauffer la gomme !

Notre vidéo-test de Need For Speed

Chargement de la vidéo Test Need for Speed en vidéo
Test PlayStation 4
Ce test a été effectué sur PlayStation 4, puisque c'est cette version de Need For Speed qui nous a été envoyé par l'éditeur. Certains joueurs faisant état de problème concernant la version Xbox One de Need For Speed, nous tâcherons d'obtenir une copie au plus vite afin de vous faire part de nos impressions.
Need For Speed, les démons de minuit
Need For Speed Underground (2003), celui par lequel tout a commencé.

C'est une chose que je n'avoue pas facilement, et toujours avec beaucoup de gêne : j'aime beaucoup le tuning. Alors certes pas au point de m'y adonner dans la vie de tous les jours, et le côté beauf qu'il a tendance à dégager de par chez nous me met franchement mal à l'aise lorsqu'il s'agit d'aborder le sujet en société. Mais que voulez-vous, comme bon nombre de joueurs, j'adore la partie "personnalisation" d'un jeu vidéo. Démarrer ma première partie de Mass Effect m'a pris 3 ou 4h, toutes passées à tenter en vain de créer un Shepard convaincant, avant de me rabattre sur l'apparence par défaut. Alors forcément, lorsqu'il s'agit d'automobile, un autre péché mignon, cela prend une ampleur plus considérable encore. Et ils furent nombreux, les joueurs à se soumettre à Need For Speed Underground, et surtout à Need For Speed Underground 2. Deux titres qui avaient fait débat à l'époque, mais qui pour toute une génération sont aujourd'hui cultes. Courses de nuit, néons, jantes chromées, filles courtement vêtues au départ des courses, concours de drift... Oui ce n'est pas le bon goût qui étranglait les Underground, qui s'étaient mis derrière l'oreille le noble héritage de la franchise. Nous sommes en 2015 et Need For Speed se cherche. Encore. Quoi de plus logique que de revenir à ce glorieux passé, au jour où la plupart des fans de Need For Speed sont ceux qui vénéraient Underground 2 ?

Dans le noir, personne ne vous entendra rouler

Need For Speed, les démons de minuit
Allez, on va manger chinois.

Les développeurs ne s'en cachent pas et avaient pour leur second NFS différents modèles : Need For Speed Underground 1 et 2, Need For Speed Most Wanted et Need For Speed Carbon. On retrouve donc une ville qui ne semble vivre que de nuit (voire à l'aube), que l'on peut arpenter en long, en large et en travers au volant de nos bolides préparés maison. Sans être particulièrement grande, la ville, qui imite vaguement Los Angeles, est plutôt bien construite. Elle est divisée en plusieurs zones facilement identifiables : le centre financier et ses longs boulevards lumineux ; la zone industrielle piégées par de nombreuses zones de travaux ; le port et ses ruelles sombres remplis d'obstacles imprévisibles... Et puis il y a les collines entourant la ville, dans lesquelles serpentent de nombreuses routes où se succèdent les virages à 90°. Si certaines zones font extrêmement penser aux deux premiers Underground, les collines elles rappellent automatiquement Carbon et ses duels hyper stressants dans les canyons de Palmont City. Bref tous ces lieux ont quelque chose à proposer, sur le plan esthétique bien entendu mais surtout dans ce qu'ils imposent en termes de conduite. Le tout est plutôt cohérent et donne envie d'explorer toujours plus la carte, qui est remplie de raccourcis et de petits secrets à dénicher.

Certaines zones rappellent vraiment Need For Speed Carbon et Need For Speed Underground

Need For Speed, les démons de minuitNeed For Speed, les démons de minuit

Bien entendu on y trouve aussi les différentes épreuves, que l'on débloquera au fur et à mesure que l'on avancera dans le "scénario" de ce Need For Speed. Puisque le titre revient aux origines, vous ne serez pas étonné de trouver, à côté des courses habituelles (au tour ou en sprint) des concours de drift déclinés sous plusieurs formes. En revanche, pas de course de drag, mais on pourra tout de même compter sur nos amis de la maréchaussée pour nous rappeler que toutes nos activités sont peu compatibles avec leurs obligations professionnelles. Bref, ceux qui avaient déjà joué aux Need For Speed susmentionnés seront en terrain connu : les choses n'ont pas vraiment changé, ce que certains verront d'un bon œil, et d'autres... non. De façon tout à fait subjective, j'ai adoré retrouver l'ambiance nocturne des premiers Underground, puisque cela donne naturellement un véritable cachet au jeu. Une impression qui se renforce avec ce jeu et son apparence graphique plutôt originale.

Jeu ou film ?

Need For Speed, les démons de minuit
Vos meilleurs amis pour la vie. Si si.

Attention, ici il n'est pas question de traiter de l'habituel questionnement que soulève chaque sortie d'une production David Cage, mais plutôt de parler de certains choix visuels de Ghost Games. Vous l'avez sans doute déjà vu, Need For Speed met en scène différents pilotes connus du grand public, à commencer par Ken Block, sans doute le plus réputé du groupe. Lui et les autres ont tous été filmés, ont joué leur rôle et les cinématiques sont en fait de petites saynètes dans lesquelles se mêlent pilotes connus (Block, Magnus Walker, le crew de Risky Devils, etc) et acteurs engagés pour l'occasion. Ces acteurs, que vous retrouverez régulièrement tout au long du jeu, sont dès le début les nouveaux meilleurs amis de votre pilote, à travers duquel vous vivez cette aventure un peu originale. Si je dis « un peu originale » c'est justement parce que si l'approche l'est, indubitablement (filmer des acteurs et des VIP, et les inclure directement dans le jeu), le résultat n'est pas fondamentalement différent de ce que l'on connaissait déjà : vous incarnez un nouvel arrivant et vous allez devoir vous faire remarquer par les stars du coin, à coup de volant et de frein à main.

Need For Speed, les démons de minuit
Tiens, j'ai comme une envie de boire du MONSTER®.

À ceci près que tous les acteurs ne sont pas également doués et que certains vous donneront vite envie de démarrer la machine à baffe. Je pense notamment à Robyn, qui a la manie de regarder la caméra en permanence et qui surjoue complètement, ou Spike, presque trop crédible dans le rôle du fils à papa survitaminé (probablement à cause de tout le MONSTER® qu'il boit, merci le placement de produits à outrance). Notez que les doublages en français sont plutôt convaincants, ce qui est un bon point pour le jeu... Mais que ce soit en anglais ou en français, il faudra faire avec le ton pseudo-cool du jeu. « Yo mon poooote », « hashtag drift de malaaaaade » et autres « tu m'as pris pour un boloss ? » feront bientôt partie de votre paysage auditif. Petits veinards.

Impossible de parler de cet aspect très « ciné » du jeu sans parler des graphismes. Si à l'origine je n'étais pas vraiment convaincu, force est de constater que ce Need For Speed est très joli et repose sur une direction artistique plutôt soignée. Le jeu se recouvre d'un filtre façon « pellicule », qui apporte un certain grain à l'image et participe à cette impression que la frontière entre moments de jeu et cinématiques est parfois très mince. Bref de ce point de vue là, NFS est une franche réussite. Certains objecteront qu'entre la nuit, la pluie et le grain, cette direction artistique sert surtout de cache-misère, et c'est sans doute un peu vrai. Mais qu'importe, car tout ce que l'on retiendra finalement, c'est que le titre est beau, rien de plus.

Need For Speed, les démons de minuitNeed For Speed, les démons de minuitNeed For Speed, les démons de minuitNeed For Speed, les démons de minuitNeed For Speed, les démons de minuitNeed For Speed, les démons de minuit

Un tuning plus fouillé qu'attendu

Need For Speed, les démons de minuit
On peut faire des trucs très... colorés.

Forcément qui dit retour au monde des courses de nuit, dit retour du tuning. Et tout est là : bouclier avant/arrière, jupe, phares avant/arrière, splitters avant/arrière, jantes, rétro, pot d'échappement, aileron, capots, tout est là ! On remarque la disparition des prises d'air sur le toit ou des fameux néons à fixer sous sa voiture, mais qu'importe, on se consolera en constatant que des kits larges sont disponibles très rapidement dans le jeu. Pour compléter le tout, Need For Speed possède un outil d'édition de la peinture assez efficace ; on aimerait en dire autant de celui permettant de poser des autocollants, qui manque vraiment de souplesse, de clarté et d'options. Par exemple, une fois que vous aurez réussi à poser trois ou quatres stickers sur un côté de votre voiture, vous n'aurez aucune option vous permettant de reproduire automatiquement la même chose sur le côté opposé. L'outil est souvent frustrant et il vous arrivera de modifier la position ou les dimensions d'un sticker par inadvertance, vous forçant à tout recommencer. Heureusement qu'il y a du choix et qu'une fois l'interface domestiquée, il est possible de créer des trucs vraiment chouette...

Need For Speed, les démons de minuitNeed For Speed, les démons de minuitNeed For Speed, les démons de minuit

La bonne surprise concerne la partie technique du tuning. Si jusqu'à présent il suffisait d'acheter bêtement chaque nouvelle pièce, forcément meilleur que l'ancienne, il faudra cette fois-ci prendre en compte votre style de conduite. Le jeu vous propose en effet de choisir entre Drift et Grip : le premier vous permettra d'accomplir de gros dérapages au frein à main, tandis que l'autre vous collera à l'asphalte et permettra une conduite plus sobre mais surtout plus propre. À vous de déplacer le curseur sur la jauge appropriée ou d'effectuer vos réglages, critère par critère... mais aussi de choisir judicieusement les pièces que vous achèterez ! Et le choix ne sera pas toujours évident, selon vos réglages... À titre d'exemple, j'ai réglé ma Porsche 911 en Grip, mais afin de pouvoir déraper correctement sur certains virages, je l'avais notamment équipé de pneus Drift. Il vous faudra de nombreux essais, et moult réglages pour trouver la conduite qui vous siera le mieux. On reste sur un jeu arcade, certes, mais qui bénéficie d'une certaine profondeur... Plutôt plaisante et bienvenue !

Un jeu arcade pur jus

Que toutes ces considérations techniques ne vous effraient pas si vous êtes avant tout là pour bidouiller l'apparence de votre voiture et ensuite rouler comme un fou à travers la ville virtuelle conçue par Ghost Games. Need For Speed est un jeu de course arcade qui s'assume complètement. Après avoir passé les derniers mois qui ont passé sur des jeux comme Project CARS ou Forza Motorsport 6, j'avais oublié ce que signifiait "course arcade" : je calculais mes distances de freinage, freinais avec précaution.. avec comme résultat un enchaînement de défaites ! Mais Need For Speed, c'est comme le vélo : on n'oublie jamais vraiment.

La caméra se décale légèrement lors des drift, ce qui apporte un certain dynamisme à l'image

Need For Speed, les démons de minuitNeed For Speed, les démons de minuit

Il ne m'aura fallu que quelques dizaines de minutes pour comprendre ces « nouvelles » règles du jeu et m'adapter. On se lance à tombeau ouvert dans les lignes droites, à grand renfort de NoS, et à quelques mètres d'un virage, grand coup de frein à main, braquage et contre-braquage pour passer le virage tout en driftant. Cette sensation est hyper grisante et fait qu'à termes on optera vite pour la conduite "drift", plus à même d'offrir ce type de sensations. Attention à ne pas en faire trop néanmoins, puisqu'en poussant trop le côté "drift", votre bolide glissera au moindre coup de volant, ce qui est franchement déplaisant lorsque l'on cherche à être précis sur une trajectoire en particulier. Ghost Games a tout de même eu le bon goût de retravailler les effets de caméra et l'on subit nettement moins cette bascule sur chaque drift, comme on avait pu le voir lors de l'E3. Il est donc possible de drifter tout en ayant une bonne visibilité... La conduite n'en est que plus plaisante.

Need For Speed, les démons de minuit
« Salut, je me suis dit que ton par-choc manquait de peinture rouge ! »

Gros bémol néanmoins concernant l'IA, particulièrement débile par moment : elle roule sur ses rails, tranquillement, et tout se qui se trouve en travers de son chemin termine dans le fossé. J'ai été surpris à plusieurs reprises de voir mes adversaires dévier de leurs trajectoires sans raison, pour finalement venir s'écraser contre ma portière. Dans le même genre, certains concours de drift sont rendus impraticables à cause des adversaires, qui viennent vous percuter à chaque virage, faisant tomber à zéro votre multiplicateur de score. J'ai même fini par laisser mes adversaires partir devant, quitte à prendre un peu de retard dans la course aux points... Attention à ne pas en faire de même en Sprint, où l'IA jouit de l'effet Mario Kart : après s'être mangé à 270km/h un véhicule à sens inverse, elle est capable de vous rattraper 200m avant la ligne d'arrivée et de vous déposer comme si vous pilotiez un pédalo. De quoi générer par mal d'énervement.

Need For Speed, les démons de minuitNeed For Speed, les démons de minuitNeed For Speed, les démons de minuitNeed For Speed, les démons de minuitNeed For Speed, les démons de minuitNeed For Speed, les démons de minuitNeed For Speed, les démons de minuitNeed For Speed, les démons de minuitNeed For Speed, les démons de minuit
Les notes
+Points positifs
  • Beau
  • Nombreuses possibilités de customisation
  • Les modifications techniques possibles
  • Conduite vraiment plaisante
  • Le plaisir de retrouver l'ambiance des Underground
  • Une carte pas immense mais bien pensée
  • Les fonctionnalités online
  • La bande-son
-Points négatifs
  • L'outil permettant de coller des stickers
  • Les saynètes jouées
  • L'IA
  • Connexion internet permanente obligatoire
  • Une drôle d'envie de boire du MONSTER® à chaque partie

Need For Speed n'est pas parfait et ne brille pas par son originalité : on sent clairement la volonté des créateurs de séduire les fans des Underground, Most Wanted et Carbon. Tout nous rappelle ces jeux, que ce soit la carte ou les options de personnalisation (on retrouve même quelques stickers présents dans Most Wanted !) et si l'on a aimé ces titres, il sera difficile de bouder son plaisir. La conduite, qui fait la part belle au drift, offre de belles sensations, notamment en termes de vitesse et les possibilités de customisation sont tellement nombreuses qu'on restera scotché à sa manette pour en débloquer toujours plus, afin d'embellir ses bolides. Une boucle sans fin ou presque ! Si les saynètes filmées et le casting n'apportent pas grand-chose au jeu, on ne peut pas en dire autant de son apparence graphique et de sa direction artistique qui sont indubitablement deux des points forts du jeu, même s'il est possible que cela ne plaise pas à tout le monde. En revanche difficile d'oublier cette IA, tantôt locomotive, tantôt missile balistique, capable du pire comme du meilleur... Cela étant, si vous aviez aimé les Underground, Most Wanted (le vrai) et Carbon, ce Need For Speed est clairement un immanquable.

Profil de Epyon
L'avis de Epyon
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
03 novembre 2015 à 11:01:06
16/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (193)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
12.9/20
Mis à jour le 29/11/2015
PlayStation 4 Xbox One Course Electronic Arts Ghost Games Automobile
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Bee Simulator : une expérience familiale au coeur de la ruche
    PC - PS4 - ONE - SWITCH
  • Preview : MotoGP 19 : L'année de la réconciliation ?
    PC - PS4 - ONE - SWITCH
  • Preview : WRC 8 : retour en forme pour les Lyonnais de Kylotonn
    PC - PS4 - ONE - SWITCH
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Borderlands 3
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Star Wars Jedi : Fallen Order
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Pokémon Épée / Bouclier
    SWITCH
    Vidéo - Bande-annonce