Interstellar Marines : Bullseye
Web
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Tests de jeux sur Web / Interstellar Marines : Bullseye sur Web /

Test Interstellar Marines : Bullseye sur Web du 09/06/2015

Test : Interstellar Marines : Bullseye, une mise en bouche pour Interstellar Marines
Web
Interstellar Marines : Bullseye
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Omegnight
L'avis de Omegnight
MP
Utilisateur jeuxvideo.com
09 juin 2015 à 14:19:00
13/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs
Donnez votre avis sur ce jeu !
  • Partager sur :

Contributeur

Vous attendez impatiemment Interstellar Marines, mais vous détestez les jeux en accès anticipé ? Vous souhaitez combattre le terrorisme, mais sans prendre trop de risques ? Vous allez au stand de tir tous les dimanches ? Eh bien Interstellar Marines : Bullseye est fait pour vous ! Sorti en 2010 avec deux autres prototypes comme une sorte de prémices à toute la saga Interstellar Marines qui est en train de naître des mains de Zero Point Software, Bullseye nous entraîne dans un programme d’entraînement au tir pour marines interstellaires.

Interstellar Marines : Bullseye, une mise en bouche pour Interstellar Marines

Tout le concept du jeu se fonde donc sur une idée qui est celle-ci : ce jeu n’est qu’un stand de tir et rien d’autre. Mais avant d’aborder plus en profondeur le gameplay, qui est donc tout l’intérêt de Bullseye, je vais tenter de resituer le contexte d’Interstellar Marines. Après quelques débâcles entre les années 2005 et 2009, les développeurs sont repartis sur des bases saines et ont d’abord élaboré des prototypes gratuits grâce à un nouveau moteur qui prenait de plus en plus de notoriété à l'époque, Unity. Ils développèrent donc Bullseye, Running Man puis Deadlock pour ensuite s’attaquer au gros morceau qui est actuellement en phase d'accès anticipé sur Steam. Le gros projet est censé réunir plusieurs éléments comme une composante RPG ou une autre coopérative, le tout se passant dans un univers de science-fiction qui se veut très immersif dans son gameplay et son ambiance. Les trois prototypes se distinguent comme exploitant une nouvelle fonctionnalité à chaque fois, chaque prototype reprenant les bases du précédent. Bullseye, le premier prototype, se concentre sur le tir, le suivant, Running Man, ajoute les déplacements et inclut dans la foulée de nouvelles idées d'objectifs ainsi que de véritables ennemis. Enfin, Deadlock prend une tournure différente et est en réalité un jeu multijoueur.

Un gameplay concis

Interstellar Marines : Bullseye, une mise en bouche pour Interstellar Marines
Certains cartons-terroristes portent des gilets avec fierté.

Le tour du propriétaire étant fait, on s’attaque maintenant à tout ce qui fait l’intérêt de Bullseye : le gameplay qui s’effectue dans un stand de tir sur cartons. Comme tout FPS moderne, on vise, on tire… et puis c’est tout. Là, je suis peut-être un peu mauvaise langue, mais concernant Bullseye, c'est réel, les nouvelles idées sont peu nombreuses mais c'est dans les détails que l’on trouve la richesse du titre. La seule arme disponible se manie avec facilité et se veut réaliste. Le tir au jugé, par exemple, sacrifie énormément la précision, bien plus que la norme de la plupart des FPS, contre un tir évidemment plus rapide. Ainsi, un bon équilibre se crée entre tirs de précision et tirs automatiques, le joueur se doit donc de gérer avec intelligence le maniement de l’arme entre visées, rafales et rechargements afin d’obtenir le meilleur score, vu que le seul véritable objectif du jeu est le scoring.

Interstellar Marines : Bullseye, une mise en bouche pour Interstellar Marines
Vous aurez parfois besoin d'être précis et observateur...

D’ailleurs, pour tout de suite évacuer un des défauts du jeu, c’est assez étonnant à notre époque de ne trouver aucun classement en ligne, pour un jeu où le score est la seule source d’intérêt, c’est franchement dommage, d'autant plus quand le jeu lui-même se trouve en ligne et est uniquement jouable de cette façon. Concernant le score, il s’obtient de différentes manières. La plus évidente est la destruction de cibles cartons-terroristes (appelons-les comme cela), ces cibles offrent différents niveaux de points pour les tirs sur les différentes zones, le bout de carton qui représente le corps et le petit bout de carton qui représente la tête. Attention en revanche, les cartons-terroristes se montrent sous différentes positions et portent parfois des camouflages ou des gilets pare-balles, car oui, même les cartons-terroristes ont le droit de se protéger et de vivre une vie heureuse et d'avoir plein de toutes petites cartonnettes.

Le score est le seul objectif

Interstellar Marines : Bullseye, une mise en bouche pour Interstellar Marines
Attention à ne pas blesser les cartons-otages !

Viennent ensuite les combos, ils s'obtiennent grâce à la destruction consécutive, rapide et précise de cibles, la multiplication de points ne va pas au-delà de 2, mais cela fait toujours du bien au score sachant que ce multiplicateur sera très difficile à maintenir et qu'il est capital pour obtenir les cinq étoiles de certains niveaux. Mais ce qui est encore plus important pour faire des points, ce sont les cibles bonus, ce sont de toutes petites cibles qui donnent énormément de points, en revanche elles apparaissent surtout dans des endroits peu pratiques et mesquins, il faudra donc rester aux aguets pour espérer toutes les avoir. Enfin, il reste les cartons-otages : en plus de vous faire culpabiliser pour avoir touché une cible qui ne doit pas l'être, ils vous retirent bien évidemment des points.

Interstellar Marines : Bullseye, une mise en bouche pour Interstellar Marines
La première des cibles bonus.

Dans les différentes missions d’entraînement, la principale difficulté, qui est également l'idée de level design la plus intéressante du jeu, est liée au champ de vision puisque nous n’avons pas vue sur l’intégralité du terrain. Il faut donc toujours être alerte, car un carton-terroriste qui attire notre attention à gauche peut très bien cacher un autre carton-terroriste à droite. Naturellement, les cartons-terroristes ne tirent pas, mais une cible manquée, c’est un paquet de points manqués et un paquet de points manqués, c’est incontestablement un score en deçà de l’objectif fixé par la mission. Cet effet vicieux du champ de vision ajouté aux effets de poussière et de lumière grâce au moteur Unity fait que le stand de tir se révèle être bien immersif et surtout plus redoutable qu’il n’y paraît.

Un entraînement très bref

Interstellar Marines : Bullseye, une mise en bouche pour Interstellar Marines
Cette phase est extrêmement jouissive !

Concernant les missions, il y en a vingt-et-une, chacune d’une durée moyenne de trois à cinq minutes. Même si certaines sont uniques, la plupart vont par trois, d'une difficulté facile à difficile. D’ailleurs, pour parler brièvement du terrain de jeu, il est composé de grosses plaques qui se réorganisent entre chaque mission et parfois même entre les vagues de cartons-terroristes afin de donner des environnements variés même s'il n'y a qu'un unique lieu. Ainsi, même si on a quelques missions récurrentes, l'organisation des plaques rend les choses suffisamment variées pour que le jeu reste agréable à parcourir dans sa longueur. Dans différents types de missions, on retrouve, dans le désordre, Swarm, qui met en place des vagues frénétiques composées de pléthore de cartons-terroristes, il faudra surtout gérer les temps et ses manœuvres pour bien recharger votre chargeur. Vient ensuite Assault, qui est sans doute la série de missions la plus classique puisqu'elle enchaîne des vagues de terroristes à mi-distance sur un rythme soutenu. Assault est donc bien moins intéressante que Breach, qui fait se succéder des vagues mêlant cartons-terroristes et cartons-otages dans de petits environnements, il faudra donc faire attention aux balles perdues. Dans la pénultième position, on retrouve Go go go !, qui prône le rythme très effréné utilisant de petites vagues rapides et enfin Scouting, qui vous demandera d'avoir l'œil aiguisé pour toucher les cibles lointaines équipées de gilets de camouflage.

Interstellar Marines : Bullseye, une mise en bouche pour Interstellar Marines
Pew Pew Pew Pew Pew Pew !

Toutes ces missions permettent d’acquérir de l’expérience afin d’augmenter en niveaux, et ces niveaux apportent quelques maigres améliorations d’armes telles que la réduction du recul ou l’augmentation de la vitesse de recharge. A côté de ça, on aura aussi l’occasion d’obtenir de temps à autre un accessoire à mettre sur notre seule et unique arme. On citera notamment la lampe, les différents viseurs ou le silencieux, qui ne sert concrètement pas à grand-chose contre des ennemis amorphes faits de carton et donc dépourvus d'oreilles. Le système de niveaux est sommaire et on se demandera pourquoi nous n’avons pas accès à toutes ces choses dès le début du jeu, même si cela rallongera la durée de vie du jeu du complétionniste.

Interstellar Marines : Bullseye, une mise en bouche pour Interstellar Marines
Attention dans les coins du stand de tir !

Avec ce système d’expérience futile et un nombre de missions limité, vous vous doutez bien que le jeu est très court. Mais ce n’est pas un point sur lequel on va cracher puisque Bullseye est gratuit et qu'il est carrément jouable sur navigateur, à condition d’avoir installé le plug-in Unity sur les navigateurs qui le supportent. Grâce à ce performant moteur, le jeu propose en option une expérience en plein écran avec des graphismes 3D propres (dans la mesure où le jeu est exécuté dans votre navigateur) aux effets lumineux et de particules soignés, même si ceux de lumière peuvent parfois avoir des rendus étranges sur notre arme. Pour finir, la bande-son, qui est globalement classique. Composée de quelques thèmes entraînants et de bruitages d’armes bien foutus, on retiendra surtout les petits sons et bips futuristes avec la petite voix narratrice qui, l’air de rien, nous immergent fortement dans l’ambiance science-fiction que souhaitent créer les développeurs avec Interstellar Marines.

Lien du jeu
Si vous souhaitez faire un carton sur du carton, vous pouvez vous y mettre à cette adresse. Attention toutefois, il vous faut créer (gratuitement) un compte pour y jouer sur le site.
Les notes
+ Points positifs
  • Bonnes sensations de tir
  • Du jeu sans fioritures
  • Le scoring
  • C’est gratuit !
- Points négatifs
  • Court
  • Répétitif
  • Une seule arme
  • Pas de scores en ligne

En l’état, Bullseye est perfectible, cela reste un prototype, mais il manque surtout de possibilités et de contenu. Néanmoins, on sent un grand potentiel et le jeu final Interstellar Marines s'annonce très prometteur s’il se base sur tout ce qu’instaure Bullseye, car Bullseye reste une expérience courte, mais relativement agréable.

Profil de Omegnight
L'avis de Omegnight
MP
Utilisateur jeuxvideo.com
09 juin 2015 à 14:19:00
13/ 20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs
Donnez votre avis sur ce jeu !
Mis à jour le 09/06/2015
FPS Science-Fiction Omegnight Web Zero Point Software
DERNIERS APERÇUS
  • Aperçu : Syberia 3, sur la route de la bonne aventure ?
    PC - PS4 - ONE - SWITCH
  • Aperçu : Dragon Quest Heroes II : Dans la veine du premier opus sur PS4
    PS4
  • Aperçu : Gravel : rapide, mais vraiment pas furieux
    PC - PS4 - ONE
Derniers aperçus
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Mass Effect Andromeda
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • La Terre du Milieu : L'Ombre de la Guerre
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Conan Exiles
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live