Final Fantasy IV : Les Années Suivantes
TOUS SUPPORTS
// VERSIONS DISPONIBLES : PC Wii iOS Android
Créer un contenu
Test : FF IV : Les Années Suivantes : Entre l'inédit et le remake
PC
Final Fantasy IV : Les Années Suivantes
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de aty007
L'avis de aty007
MP
Utilisateur jeuxvideo.com
26 juin 2015 à 19:00:00
15/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (4)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
11/20
  • Partager sur :

Contributeur

Découvrir la suite d'un Final Fantasy apparu il y a plus d'une quinzaine d'années, ça donne envie. Préparez-vous à rencontrer les enfants du Destin... pardon, les enfants des héros du volet précédent accompagnés de leurs parents, dans une aventure inédite sortie en France en mai 2015 sur Steam sous la forme d'un portage amélioré des versions publiées en 2009 sur Wii et 2012 sur iOS et Android. Visitons ensemble ce jeu fantaisiste.

Scénario : entre le réchauffé et la nouveauté

FF IV : Les Années Suivantes : Entre l'inédit et le remake
Encore une victoire de canard.

Final Fantasy IV : Les Années Suivantes nous propose de vivre l'histoire des personnages de FF IV et de leur descendance, 17 ans après les faits de Final Fantasy IV. L'idée est sympathique mais se heurte à une limite : forcément nous jouons dans le même monde que dans le jeu précédent, ce qui fait que nous connaissons déjà une très grande partie de la carte, des donjons et des monstres, nuisant fortement au plaisir de la découverte du titre.

Découpée en 10 histoires, cette suite de Final Fantasy IV possède un scénario inédit, qui reprend tout de même tels quels plusieurs éléments de l'histoire passée. On assistera donc à des scènes déjà vues et c'est la même chose au niveau des donjons... et des boss. On appréciera de pouvoir acheter d'un coup les 10 histoires pour un prix modique (15 €) comparé aux anciennes versions du jeu. Fans des Souterrains lunaires, préparez-vous ! Les 7 premiers scénarios servant d'introduction à l'histoire, le "vrai" jeu commence donc assez tardivement.

Une fois un chapitre terminé, vous pourrez importer les données de sauvegarde (niveaux des personnages, objets, gils) dans les chapitres suivants. Ce système est réutilisé pour le New Game+, on reprend la sauvegarde finale en refaisant les différents chapitres, conservant nos niveaux de personnages et l'avancement des coopérations.

Comme signalé au-dessus, une bonne partie des donjons a déjà été traversée dans le volet précédent. Cela plaira aux nostalgiques, beaucoup moins à ceux ayant joué à FF IV assez récemment, surtout quand Steam propose d'acheter un pack contenant FF IV et FF IV : Les Années Suivantes, invitant donc à jouer aux jeux à la suite. On aimera néanmoins des donjons inédits (tel le Chemin Maudit, devenu un véritable labyrinthe à traverser) qui sont assez sympathiques.

Pour finir, au niveau des combats épiques, la majorité des boss... proviennent du jeu originel. Là encore, le côté nostalgique est louable mais l'originalité en prend un coup. De plus, au niveau du challenge, à part un souci de niveau dans certains cas (problème qui se règlera facilement par une petite séance de farming), les boss opposent peu de résistance, vu qu'on les a déjà battus et donc qu'on connaît déjà toutes leurs faiblesses, leurs attaques, et la façon de les anéantir. Toutefois, les antagonistes principaux sont tout à fait inédits et relèvent très bien le niveau. Pour ceux-là, préparez-vous à des combats de haut niveau.

Comptez une bonne trentaine d'heures pour finir le jeu, si vous allez en ligne droite en ne jouant qu'avec une partie des personnages.

De nombreux personnages hauts en couleur

FF IV : Les Années Suivantes : Entre l'inédit et le remake
Mais qui est cet homme capé ?

Le jeu offre la possibilité de jouer avec plus de 20 personnages différents (plus d'une douzaine supplémentaire par rapport au jeu précédent). Du moins, ça, c'est la théorie, dans la pratique il en est autrement.

Lors des 9 premières histoires, servant de prélude au scénario final, nous avons des personnages fixés qu'on ne peut pas changer. On peut donc avec plaisir jouer avec chacun des personnages (et profiter ainsi des personnages inédits), et même profiter de personnages temporaires comme des moines, des gardes ou un mage de Mysidia, chargés de protéger le(s) personnage(s) du scénario. Toutefois, dans la dixième et dernière histoire, après un petit prélude, nous récupérons d'un coup les 23 personnages jouables... tandis que nous ne pouvons qu'en sélectionner 5 dans notre équipe même si la liberté de choix est totale, aucun personnage n'étant obligatoire. On se retrouve alors avec 18 personnages ne servant donc littéralement à rien, vu que changer d'équipe en cours de route du donjon final se révèle être une fausse bonne idée dans la mesure où les personnages restant à bord de la Baleine Lunaire ne gagnent aucun point d'expérience et manqueront donc singulièrement de puissance (et de sorts) par rapport aux autres. On déplorera un système comme on a pu le voir dans Final Fantasy VI où une douzaine de personnages étaient répartis en 3 équipes de 4 pour le donjon final.

On finira donc par se choisir une équipe qu'on ne changera pas, sauf si on décide à passer de longs moments de farm pour rattraper le retard de niveaux. Certains personnages ont également des statistiques (force, vigueur, magie, etc.) bien plus faibles que le personnage moyen, tandis que d'autres ont de très bonnes statistiques. Pour pouvoir tenir la distance face aux boss, il faudra donc soit faire monter beaucoup de niveaux aux personnages faibles, soit se tourner vers un équipage de bons personnages (au hasard... l'équipe originelle de FF IV).

Les nouveaux personnages sont fort attachants et sont assez complémentaires des personnages originels. Si Ursula, la fille de Yang, est également un Moine comme son père, ses compétences de combat (Chakra et points de pression) sont assez différentes pour ne pas avoir une impression de réchauffé. Léonora, prêtresse de Troïa, maîtrise la magie blanche ainsi que la magie noire. Céodore, le fils de Cécil et Rosa, est bien un paladin comme son père mais maîtrise énormément de sorts de magie blanche. Calca et Brina, les poupées, sont originales avec leurs attaques... aléatoires On appréciera fortement le remaniement des ninjutsus, la faculté des ninjas. Edge, dans FF IV, n'avait que très peu de commandes ninjutsus (6 en fait), tandis que dans cette version, un bon nombre de compétences a été ajouté (techniques offensives plus puissantes à haut niveau, soin, soutien), tandis que les 4 personnages ninjas ajoutés ont divisé les commandes ninjutsus en 4 familles élémentaires (Eau, Feu, Terre, Air), donnant un peu de diversité.

Les coopérations : une idée sympathique

FF IV : Les Années Suivantes : Entre l'inédit et le remake
Edge et ses compagnons ninjas.

Inspirées de la compétence Tandem des jumeaux Palom & Porom de FF IV, les coopérations permettent d'attaquer simultanément un même ennemi avec plusieurs personnages (entre 2 et 5) au moyen d'une attaque combinée bénéficiant d'une animation sympathique. Les coopérations se débloquent soit au fil de l'histoire, soit en combattant avec les personnages compatibles (ex : Cécil et Rosa). Au fil des combats (ou de l'utilisation de celles-ci), les coopérations montent de niveau, augmentant la puissance d'attaque ou diminuant le coût en PM. Le grand nombre (une soixantaine) de coopérations et leur évolution possèdent un certain côté collection très appréciable, pouvant accessoirement allonger la durée de vie du jeu si on souhaite compléter à 100% les coopérations.

Le petit défaut de la chose, c'est que les coopérations peuvent être assez contraignantes. Le temps de charge du pouvoir est parfois assez long, il faut que les deux (ou plus) personnages remplissent d'abord leur jauge ATB au maximum, puis ensuite le chargement commence. Si au milieu du chargement, un personnage est paralysé, tué ou confus, les autres arrêtent immédiatement de préparer la coopération et perdent toute leur jauge ATB, les rendant momentanément vulnérables. Certaines coopérations ayant les dégâts limités à 9.999 points, faire simplement une attaque (ou un sort) avec chacun des personnages est plus rentable (au vu de la puissance et du temps d'action) selon la situation.

Les coopérations dynamisent toutefois assez bien les combats (tout en permettant de varier les stratégies) et seront quelquefois votre meilleure source de dommages contre des boss récalcitrants. Attrapez-les toutes comme on dit !

Une difficulté mal dosée

FF IV : Les Années Suivantes : Entre l'inédit et le remake
Luca, Calca et Brina, parés pour une coopération fatale.

Le jeu oscille entre période d'assistanat et période de difficulté extrême. Dans les premières histoires, il y a plusieurs donjons possédant (très) régulièrement des urnes régénératrices (de PV et PM) pouvant être utilisées à l'infini. Comment perdre dans de telles conditions ? En plus de ces urnes, des points de sauvegarde très fréquents, et notamment une sauvegarde rapide effectuée automatiquement après chaque combat, permettant en cas de défaite de ne perdre quasiment aucun gain.

Au niveau des rencontres aléatoires, pendant la majorité du jeu, les monstres sont peu fréquents (il faut donc s'accrocher pour monter le niveau des personnages ET des coopérations) tandis que, dans la dernière partie du donjon final, on ne peut plus faire trois pas sans se faire agresser sauvagement (par des monstres de très haut niveau). On déplorera donc le manque de progression linéaire dans la difficulté, permettant de se préparer aux pires moments, subissant à la place un moment de transition assez difficile, où il vaut mieux commencer à farmer les combats pour endurcir nos personnages.

Ne vous attendez donc pas à un énorme challenge en affrontant ce jeu, surtout si vous êtes familier de ce type de jeux.

L'influence lunaire, une autre vision sur les combats

FF IV : Les Années Suivantes : Entre l'inédit et le remake
La Lune augmente les ninjutsus.

Une nouveauté importante, les phases lunaires influent sur les capacités au combat ! Chaque phase (pleine, croissante, décroissante, nouvelle) donne un bonus de dégâts sur un des 4 axes majeurs de compétences (attaque, magie blanche, magie noire, ninjutusu) ainsi qu'un malus de dégâts sur un autre. Donnant une vision plus stratégique aux combats, il faudra faire attention à la Lune pour éviter que vos mages ne se fassent massacrer par de pauvres monstres, que vos soigneurs soient inefficaces ou que les lames de vos guerriers ne s'émoussent.

La Lune change de phase chaque nuit (auberge, tente, pavillon) ou au bout d'un certain temps de jeu. Vous avez une équipe composée des 5 ninjas ? Vous accueillerez avec joie la Lune boostant les dégâts ninjutsus, mais vous pleurerez quand vous verrez celle qui réduit leur puissance. Des personnages variés permettent d'être opérationnel en toutes circonstances.

Petit bémol néanmoins, en jouant sur le changement de phase, en dormant plusieurs fois d'affilée, il est facile de bien se préparer à combattre un vilain boss en réduisant ses dégâts et en boostant les autres. Par exemple, certains boss n'attaquent qu'au moyen de la magie noire. Il suffit d'attendre la Lune diminuant la magie noire et le tour est joué.

Graphismes et musiques

Les musiques sont des reprises de l'opus précédent mais sont toujours aussi plaisantes à écouter. Elles rythment bien nos voyages à travers le monde et dynamisent les combats. Les graphismes 3D des combats sont jolis à regarder et bénéficient d'un bon rendu, excepté sur quelques détails (les mains des personnages par exemple). L'ensemble reste malgré tout un vrai plaisir pour les yeux et les oreilles.

Chargement du lecteur vidéo...
Les notes
+ Points positifs
  • Combats toujours aussi dynamiques
  • Personnages très sympathiques
  • Capacités très variées
  • Scénario de bonne qualité
  • Bonne durée de vie et bon rapport qualité-prix
  • Coopérations très appréciables
  • Récompenses Steam
  • Concept d'histoires séparées
  • Dimension stratégique des phases lunaires
  • De (très) bons graphismes dans l'ensemble
- Points négatifs
  • Impression de déjà-vu sur les donjons
  • Impression de déjà-vu sur les boss
  • Difficulté mal dosée et manque de réel challenge
  • Trop de personnages inutiles
  • Histoire un peu longue à démarrer
  • Quelques défauts graphiques (mains des personnages)

Pour les nostalgiques de FF IV, ce jeu sera une merveille et permet de conclure l'histoire du jeu. Mélangeant nouveautés et remakes, ce jeu saura contenter les nostalgiques et émerveiller les nouveaux joueurs. L'histoire pouvant également s'apprécier si l'on n'a pas joué à Final Fantasy IV, ce jeu se destine donc à tous les joueurs. Les graphismes de qualité sont au rendez-vous, préparez-vous pour une magnifique aventure !

Profil de aty007
L'avis de aty007
MP
Utilisateur jeuxvideo.com
26 juin 2015 à 19:00:00
15/ 20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (4)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
11/ 20
Mis à jour le 25/06/2015
PC RPG Square Enix
DERNIERS APERÇUS
  • Aperçu : Syberia 3, sur la route de la bonne aventure ?
    PC - PS4 - ONE - SWITCH
  • Aperçu : Dragon Quest Heroes II : Dans la veine du premier opus sur PS4
    PS4
  • Aperçu : Gravel : rapide, mais vraiment pas furieux
    PC - PS4 - ONE
Derniers aperçus
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • La Terre du Milieu : L'Ombre de la Guerre
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Conan Exiles
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Red Dead Redemption 2
    PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce