Menu
Etherium
  • PC
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Etherium : Un STR plutôt sympathique dans un univers SF
PC
Etherium
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Lespol
L'avis de Lespol
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
26 mars 2015 à 10:33:49
15/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (7)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
13/20
Tous les prix
Prix Support
1.90€ PC
3.58€ PC
Voir toutes les offres
Partager sur :

Toujours enclin à soutenir les petits développeurs français, Focus s'est récemment entiché de Tindalos Interactive, le studio derrière le MOBA Stellar Impact. Le fruit de cette collaboration est nommé Etherium. C'est de la stratégie, ça se déroule dans l'espace et c'est plutôt pas mal...

Etherium : Un STR plutôt sympathique dans un univers SF

L'action se déroule ici dans un futur lointain où 3 races se font la guerre pour une ressource ayant donné son nom au jeu : l'Etherium. Extrêmement rare, elle ne peut être obtenue que tous les 1.000 ans lorsque des créatures extra-dimensionnelles viennent pondre leurs œufs sur quelques planètes bien distinctes de notre galaxie. C'est à ce moment précis que les Vectides, les Intari et le Consortium se ruent sur ces gisements providentiels dans l'espoir de récupérer et d'exploiter la précieuse ressource qui leur est nécessaire, que ce soit d'un point de vue financier, religieux, ou tout simplement pour pouvoir continuer à vivre.

Une vraie dimension stratégique

Ces batailles acharnées pour l'Etherium se déroulent sur des champs de bataille divisés en zones qu'il va falloir capturer. Pour cela, il faut commencer par recruter des unités d'infanterie de communication dans sa base principale puis leur faire construire un bâtiment dont la fonction est double. Il sert déjà à s'octroyer le bénéfice de la zone en question, et donc à exploiter ses ressources en construisant un extracteur sur les éventuels œufs qui s'y trouvent, mais aussi à construire une série de modules aux bonus précis. On peut ainsi augmenter la limite de population, la vitesse d'extraction de l'Etherium ou bien le niveau de science, ce qui ouvre les portes du recrutement d'unités plus puissantes. Le relais ComSat permet quant à lui d'augmenter la limite de points de commandement et la vitesse à laquelle ils sont générés (les PC servant à activer des attaques spéciales propres à chaque faction). On peut aussi, grâce à ces extensions, faire en sorte qu'une base puisse recruter des unités et les soigner, qu'elle fonctionne de façon autonome sans avoir à être reliée à la base principale, qu'elle génère un bouclier, ou bien, lorsque le niveau de science est suffisant, à ce qu'elle bombarde le vaisseau de commandement ennemi situé dans l'espace. Si la partie s'éternise et que vous préférez camper sur vos positions, c'est un moyen efficace de remporter la bataille sans avoir à détruire la base principale de l'ennemi qui est souvent bien gardée.

Etherium : Un STR plutôt sympathique dans un univers SFEtherium : Un STR plutôt sympathique dans un univers SFEtherium : Un STR plutôt sympathique dans un univers SF

C'est donc une guerre de position qui se déroule, le but étant d'occuper l'espace au maximum pour générer plus d'Etherium que l'ennemi. C'est souvent suffisant pour gagner la partie puisque cela sert non seulement à recruter des unités, mais aussi les bâtiments, les modules d'extension, et même des tourelles défensives. Bref, il faut donc se ruer littéralement sur un maximum de zones dès le début de la partie, sans quoi la suite ne sera qu'une longue et lente agonie. Pour cela, on peut compter sur des transports de troupes qui ne nécessitent aucun recrutement (simplement une petite quantité d'Etherium), mais permettent d'embarquer n'importe quelle unité placée autour d'une base de recrutement et la transporter où bon nous semble. Evidemment, il faut faire attention aux unités antiaériennes et aux tourelles, mais cela peut permettre de prendre par surprise l'ennemi en attaquant directement sa base principale en début de partie. Autre élément stratégique à prendre en compte : les conditions météorologiques. En effet, chacune des 6 planètes au programme comprend des tempêtes, ouragans, éruptions volcaniques ou autres épisodes neigeux bloquant tout ravitaillement ou recrutement et permettant donc d'attaquer sereinement sans craindre une contre-offensive. On peut même profiter d'un lac gelé pour passer par surprise. La dimension stratégique est donc plutôt intéressante et les choix audacieux ont généralement des conséquences importantes, que ce soit en bien ou en mal.

Etherium : Un STR plutôt sympathique dans un univers SFEtherium : Un STR plutôt sympathique dans un univers SFEtherium : Un STR plutôt sympathique dans un univers SF

Comme on l'a déjà dit, chaque faction dispose de caractéristiques propres. Les Vectides peuvent ainsi adopter un comportement ultra défensif en construisant 4 tourelles par zone au lieu de 3 pour les autres. Leurs unités disposent aussi d'un bonus de défense plus important lorsqu'elles sont à couvert dans les forêts, ruines ou autres pics de glace présents sur les maps. Enfin, leurs boucliers sont disponibles dès le niveau de science 2. Les Intari de leur côté sont capables de connaître le temps avant les prochains événements météorologiques et sont même capables de les déclencher tandis que le Consortium adopte une posture plus agressive avec des unités de bas niveau moins chères et un emplacement d'armée supplémentaire en début de mission. Chacun dispose aussi de 6 pouvoirs actifs à déclencher contre un certain nombre de points de commandement. Trois sont communs à toutes les factions et permettent par exemple d'envoyer une attaque de zone depuis le vaisseau de commandement dans l'espace, mais les autres sont exclusifs. Le Consortium peut ainsi accélérer la construction de ses bâtiments, Intar peut améliorer le niveau d'une unité donnée et ainsi augmenter son efficacité et enfin les Vectides peuvent bloquer l'attaque de toutes les unités présentes dans une zone ou bien déployer un drone capable de réparer n'importe où sur le champ de bataille. Et c'est sans compter sur les quelques unités exclusives disponibles.

Un contenu en demi-teinte

Au niveau du contenu, on trouve tout d'abord un mode Conquête faisant office de campagne au tour par tour. Le but est d'y déplacer sa flotte de planète en planète afin de conquérir des territoires grâce à des escarmouches. Chaque zone ainsi conquise offre un bonus pour la partie suivante, qui prend la forme ici d'un capital initial d'Etherium ou bien une quantité supplémentaire de points technologiques à dépenser dans un arbre permettant de débloquer les unités les plus puissantes, mais aussi un emplacement de flotte supplémentaire ou un nombre de points d'action par tour revu à la hausse. Avouons toutefois quon s'ennuie un peu dans ce mode où les seules actions offertes au joueur à chaque tour sont de déplacer son vaisseau, attaquer un territoire à travers une escarmouche ou bien attaquer un vaisseau dans l'espace pour le détruire s'il est déjà fragilisé après plusieurs défaites sur le sol. Il existe bien un système de cartes politiques permettant par exemple d'enlever l'espace d'un tour un bonus à une faction donnée ou bien de regagner des points d'action, mais cela ne suffit malheureusement pas à couvrir les manquements d'un mode qui consiste principalement à enchaîner les batailles jusqu'à remporter un certain nombre de points de victoire. Alors les conditions d'obtention de ces fameux points peuvent varier et on peut d'ailleurs dépenser des points d'action pour découvrir ceux de l'adversaire, mais, globalement, il faut essayer de tuer tout le monde et de conquérir le monde de départ des autres joueurs (gardé par un palais qui est une base disposant de plus d'emplacements d'extension) pour l'emporter.

Etherium : Un STR plutôt sympathique dans un univers SFEtherium : Un STR plutôt sympathique dans un univers SFEtherium : Un STR plutôt sympathique dans un univers SF

Ce mode n'est pas déplaisant non plus mais s'avère un poil répétitif à la longue. On y déplore aussi quelques crashs vraiment gênants en fin d'escarmouches. Quand c'est une partie simple, ce n'est pas très grave, mais quand on vient de passer une demi-heure à remporter une victoire difficile et acharnée censée nous conférer un bonus important pour la Conquête, c'est embêtant de devoir tout recommencer en raison d'un souci technique et d'une absence de sauvegarde au sein d'un combat sur le sol. Ce ne sont d'ailleurs pas les seuls défauts de ce Etherium qui en prime comprend une IA perfectible. Déjà il existe un gouffre entre l'IA Facile qui ne présente pas le moindre intérêt et Normale, mais c'est surtout l'IA alliée qui a du mal à se montrer convaincante. Ainsi, lorsqu'on lui ordonne d'attaquer un bâtiment, elle n'a pas la présence d'esprit de se défendre si une unité ennemie débarque. Plus problématique encore, si elle attaque une unité qui choisit de se replier (comme le fait chaque unité en difficulté dans Etherium), elle va simplement la suivre sans pouvoir réellement l'attaquer alors que ses camarades se retrouvent en infériorité suite à sa désertion. Dommage, ça gâche un peu une expérience globalement satisfaisante. On peut toutefois se tourner vers le multi, mais là encore, on tourne vite en rond. On a en effet simplement la possibilité de faire des parties simples à 1v1 ou 2v2, avec classement ou non. Bref, Etherium pèche un peu par manque de contenu, mais n'en reste pas moins un jeu intéressant avec une dimension stratégique plutôt sympathique. Si vous aimez le genre, vous pouvez vous laisser tenter.

Notre vidéo-test d'Etherium

Chargement de la vidéo Test Etherium en vidéo
Les notes
+Points positifs
  • La météo qui influe sur le gameplay
  • Des factions qui se jouent de façon bien distincte
  • Dimension stratégique intéressante
  • Multiples façons d'arriver à la victoire
  • Contexte assez riche pour peu qu'on s'y intéresse
  • Plutôt mignon dans l'ensemble
-Points négatifs
  • IA perfectible qui a du mal à définir correctement les cibles prioritaires
  • Quelques crashs gênants
  • Mode Conquête qui gagnerait à être plus profond
  • Il manque quelques modes multi supplémentaires

Sans être très original, Etherium se montre assez agréable à prendre en main et surtout stratégique. Les options pour arriver à la victoire sont en effet nombreuses, d'autant que la réussite d'une stratégie est aussi dépendante de phénomènes météorologiques. Bref, c'est plutôt sympa, mais le constat est moins glorieux au niveau du contenu et notamment du mode Conquête qui s'avère un poil répétitif. Cela ne nous empêchera néanmoins pas de conseiller l'expérience aux amateurs de STR.

Profil de Lespol
L'avis de Lespol
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
26 mars 2015 à 10:33:49
15/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (7)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
13/20
Mis à jour le 26/03/2015
PC Stratégie Focus Tindalos Interactive
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Resident Evil 2 : 4 heures passées à Raccoon City, et des S.T.A.R.S plein les yeux
    PC - PS4 - ONE
  • Preview : Super Smash Bros. Ultimate : On a joué au mode Aventure, au Tableau des Esprits et au mode Classique !
    SWITCH
  • Preview : Crackdown 3 : un multijoueur étonnament addictif
    PC - ONE
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Jump Force
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Anthem
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Resident Evil 2 (2019)
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live