Menu
Wolcen : Lords of Mayhem
  • PC
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Tests de jeux sur PC / Wolcen : Lords of Mayhem sur PC / Tests Wolcen : Lords of Mayhem PC /

Test du jeu Wolcen : un hack 'n slash ambitieux mais avant tout générique sur PC

Test : Wolcen : un hack 'n slash ambitieux mais avant tout générique
PC
Wolcen : Lords of Mayhem
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de SylvainJVTV
L'avis de SylvainJVTV
MP
Staff Web TV jeuxvideo.com
23 février 2020 à 21:07:53
12/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (107)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15/20
Partager sur :

Une campagne Kickstarter à succès et un développement à rallonge de quatre années plus tard, Wolcen, le hack’n slash du studio français Wolcen Studio sort enfin de son incubation pour dévoiler une version finale qui aurait sans doute dû rester davantage en hibernation.

Video-test : Tout savoir de Wolcen en trois minutes

Chargement de la vidéo Test en vidéo
Wolcen : un hack 'n slash ambitieux mais avant tout générique

À l’heure où Diablo III est de plus en plus délaissé, et que Path of Exile continue d’étonner, sortir un hack’n slash pour faire patienter tout le monde en attendant des suites aux deux grands concurrents du moment n’est pas chose aisée. Dans sa promesse initiale, comprenez lors de sa campagne Kickstarter, Wolcen devait de son côté se démarquer en proposant un jeu en monde ouvert, avec une bonne partie d’éléments générés aléatoirement. Le tout utilisant le CryEngine, le moteur de Crytek, les papas de Crysis. De tout cela, on a finalement en main que le moteur. Face à un développement compliqué, où le tumulte fut le mot d’ordre, choix a plutôt été fait de partir sur quelque chose de plus consensuel, quitte à ne jamais faire de l’ombre à ceux que Wolcen voulait un temps remplacer sous son avalanche de promesses.

Puisque le studio ne peut pas se baser sur une licence existante, il faut donc en créer une toute neuve. On incarne un personnage a priori lambda (féminin ou masculin), qui cache sans le savoir un grand pouvoir. Ca tombe bien, puisque le monde, déjà en proie à la guerre, doit faire face à une menace grandissante, qui pourrait bien le mener au chaos. À votre charge de tenter d’inverser la tendance, bien que vous ne serez pas aidé par vos pairs, qui tenteront de vous arrêter, vous et votre profil démoniaque. Sur le papier, et aux travers de nombreux dialogues, le lore de Wolcen s’avère en apparence plutôt fourni. Mais lorsque l’on s’intéresse véritablement à ce dernier, on se rend compte que sous ses airs verbeux se cache finalement quelque chose de plus classique, qui ne mérite pas tant d’attention de la part du joueur. En faisant parler son personnage très régulièrement, le jeu a également tendance à dévier notre attention. Beaucoup trop à notre goût. C’est d’autant plus dommage qu’un travail particulier a été réalisé sur le doublage anglais.

Wolcen : un hack 'n slash ambitieux mais avant tout génériqueWolcen : un hack 'n slash ambitieux mais avant tout génériqueWolcen : un hack 'n slash ambitieux mais avant tout générique

Travail terni tout autant par les cinématiques. En évitant de faire comme la plupart des autres hack’n slash racontant leur histoire via des plans fixes ou des cinématiques en CGI tape à l’oeil, Wolcen montre aussi ses défauts. Certaines cut-scenes sont désarmantes tant elles manquent de travail par rapport à l’ambition qu’elles représentent. On ne comptera ainsi pas le nombre de fois où un personnage apparaît façon "placeholder" en toile de fond, ou les animations faciales peu convaincantes voire inexistantes. L’intention de Wolcen Studio est louable, mais lorsqu’on ne peut pas vraiment offrir une véritable expérience cinématographique dans ces séquences, autant se contenter de ne pas le faire.

Cette mise en scène met également en avant l’absence d’originalité de Wolcen. Certes, le moteur fait des merveilles sur certains environnements, mais on constate l’influence d'autres titres à chacun des recoins du titre. Un peu de Diablo par-là, beaucoup de Path of Exile ici, sans oublier un gros soupçon de Warhammer 40 000. L’aventure n’est pas déplaisante pour autant, mais en abandonnant son monde-ouvert, le jeu est devenu un hack’n slash générique. Cet aspect est visible régulièrement, que ce soit dans les décors ou les monstres que l’on rencontre, sans compter les PNJ. Wolcen a aussi la fâcheuse tendance à nous montrer constamment qu’il est plus mature que les autres. Sauf que passé l’effet “waouh” du CryEngine, cette prise de position ne suffit pas d'autant que la linéarité dessert la narration et qu'elle ne passionne que rarement le joueur.

Wolcen : un hack 'n slash ambitieux mais avant tout générique

On a néanmoins tendance à excuser certaines erreurs lorsqu’on observe le travail de fond effectué sur le système de classe. Au démarrage, pas d’archétype obligatoire comme dans Diablo III : Wolcen fait le choix d’aller voir du côté de Path of Exile. En l’occurrence, si on doit bien partir sur une base pour commencer le jeu, celui-ci nous indique très rapidement qu’on peut l’abandonner pour partir sur toute autre chose. Vous n’aimez pas les épées et vous voulez plutôt utiliser de la magie ? Laissez tomber votre arme et emparez-vous d’un bâton ou d’un catalyseur. Au fur et à mesure de votre progression, vous passerez régulièrement d’un archétype à un autre, et ce, naturellement. Tout cela est possible grâce au système de compétences, que vous trouvez sur des cadavres. Une fois activées, elles viennent s’ajouter à votre liste de compétences et vous pouvez ensuite personnaliser la barre d’action à droite de l’interface. Chaque compétence est en outre complètement personnalisable et évolutive. Plus vous l’utilisez, plus vous gagnez de l’expérience, et plus vous avez accès à des modificateurs permettant de changer votre approche lors d’un combat.

Sur le long terme, les choix que vous faites ont un impact réel. De plus, grâce à la duplication, vous pouvez avoir deux fois la même compétence, mais avec des modificateurs différents. Les possibilités de builds sont impressionnantes, d’autant plus quand on s’intéresse de surcroît aux compétences passives. Très semblable à ce que l’on trouve sur Path of Exile, cette partie est une roue à plusieurs niveaux, et dont les différents anneaux peuvent être bougés. Vous gagnez un point de passif à chaque niveau. Avec celui-ci en poche, vous pouvez démarrer un build passif uniquement dédié à la magie, ou au contraire aller dans quelque chose de plus diversifié, et ainsi partir du principe que vous allez passer d’un personnage CàC ou Distance régulièrement.

Wolcen : un hack 'n slash ambitieux mais avant tout générique

Tout cela fonctionne à condition que la traduction soit bonne. A ce stade de la version finale, certaines indications n’ont pas les effets escomptés, ou ont carrément l’effet inverse de ce qu’elles décrivent. C’est frustrant puisque la roue des passifs est au moins aussi importante que les compétences actives, et une erreur peut vous coûter cher à réinitialiser. Pour un jeu pourtant développé en France, ces problèmes sont difficiles à accepter.

Si vous arrivez à outrepasser ces défauts, Wolcen propose une fois en jeu un gameplay très nerveux. Le jeu bénéficie pour le coup d’un vrai peaufinage dans les sensations de gameplay. On sent bien lorsqu’on explose des ennemis par dizaine, ou lorsqu’on éventre un adversaire plus difficile que les autres. Avec vos compétences et votre build, on passe donc un moment plutôt intéressant. Sauf que votre expérience est pour ainsi dire gâchée par un grand nombre de bugs, difficiles à accepter de la part d’une version 1.0. On ne compte plus les fois où notre personnage s’est retrouvé coincé dans un décor après avoir été rapatrié par un ennemi, s'est retrouvé dans l’impossibilité de réaliser une roulade d’esquive car la physique fait des siennes, ou qu’on tente d’activer une compétence et que celle-ci ne se lance qu’au bout de la troisième fois après l'appui sur le bouton dédié. Si encore le jeu bénéficiait d’une difficulté bien dosée, sauf que ce n’est pas le cas. La campagne fait face à des pics de difficulté rendant la progression frustrante. Rien ne justifie qu’un adversaire lambda soit plus difficile qu’un boss, et rien ne justifie non plus qu’un boss réduise votre barre de vie à peau de chagrin car un décor vous empêche d’esquiver ses attaques. Et espérez par ailleurs que votre progression ne soit pas tout bonnement rollback en raison d’un crash.

A noter également : le système d’Aspects de l’Apocalypse. Au nombre de quatre, ils offrent en fait un mode “berserk” à votre personnage, puisqu’il devient un démon. Ils se débloquent au fur et à mesure de votre avancée, et sont activables avec leurs propres attaques dédiées (mais non personnalisables) grâce à une barre d’énergie qui progresse en combat.

Wolcen : un hack 'n slash ambitieux mais avant tout générique

A l’issue de la campagne principale, longue d’une vingtaine d’heures, on en vient à réaliser que celle-ci n'était pas des plus ntéressantes d'autant que le troisième chapitre a visiblement été terminé à la va-vite. Mais que réserve Wolcen par la suite ? Sans trop en révéler sur les événements du scénario, notre personnage devient le régent de Stormfall, une cité qui servait jusqu’ici de hub.

C’est finalement là que le système de build est le plus intéressant. En l’occurrence, votre manière de personnaliser votre personnage aura une incidence plus que directe sur votre survie. Le mode Champion de Stormfall est en effet basé sur un système semblable aux failles de Nephalem de Diablo III. Vous devez ainsi terminer un donjon généré aléatoirement et divisé en deux catégories (les mandats pour un défi rapide, ou les expéditions, pour des monstres plus coriaces). Lorsque vous en avez terminé avec lui, le jeu vous propose de revenir à la cité, ou au contraire de continuer votre épopée, avec une difficulté supplémentaire. Plus vous prenez le risque de continuer, plus le loot sera intéressant. Il n’y a donc pas de mode de difficulté supplémentaire (au-delà du mode Histoire et Normal de la campagne). Comme au casino, Wolcen vous faire prendre un pari, et la mise doit être élevée pour justifier le gain.

Wolcen : un hack 'n slash ambitieux mais avant tout génériqueWolcen : un hack 'n slash ambitieux mais avant tout génériqueWolcen : un hack 'n slash ambitieux mais avant tout générique

En plus de ces donjons, on doit également améliorer la cité avec du grind de ressources. On a aussi accès à des éléments de personnalisation supplémentaires, comme le fait de pouvoir combiner des gemmes afin de bénéficier d’un gain de puissance.

Sur le papier, là encore, Wolcen fait le job et laisse espérer une certaine profondeur. Sauf que pour qu’il y ait une profondeur, il doit y avoir des loots intéressants. Passé la dizaine d’heures sur cette partie du jeu, on se rend malheureusement vite compte que l’on arrive à bout de la table de loots. Sans compter que, comme dans la campagne, le bestiaire ne se renouvelle jamais vraiment.

Enfin, difficile de ne pas refermer ce test sans parler des graves problèmes de serveurs dont il a été victime à son lancement. Durant quasiment cinq jours, il fut impossible d’accéder à son personnage si vous aviez le malheur de l’avoir créé en ligne (un personnage Online ne peut pas être joué Offline, et vice-versa), et même une fois rétablis, ces derniers sont encore capricieux. Il est encore possible aujourd’hui d’être victime de rollback, de perdre certains de ses objets, ou d’être déconnecté sans prévenir. A ce stade, et si vous comptez jouer seul à Wolcen, il est vivement conseillé de jouer Offline, même si ce mode n'empêchera pas non plus des crashs intempestifs et réguliers.

Les notes
+Points positifs
  • Un jeu diablement beau
  • Des possibilités de builds infinies
  • Le feeling des combats
  • Une campagne plutôt longue
  • Un doublage de qualité
-Points négatifs
  • Beaucoup de bugs
  • Des crashs réguliers
  • Cinématiques ratées
  • Pas original dans le fond et la forme
  • Des gros pics de difficulté
  • De lourds problèmes de traduction en VF

A force de vouloir faire mieux que ses concurrents directs, Wolcen ne s’avère être que l’élève un peu moyen du fond de la classe qui se contente de suivre en ayant parfois quelques idées intéressantes. Il n’est pas un hack’n slash déplaisant, mais aussi bien sur la forme que sur le fond, le titre de Wolcen Studio aurait mérité des ambitions autrement moins marquées, en prenant plus de temps sur les finitions.

Profil de SylvainJVTV
L'avis de SylvainJVTV
MP
Staff Web TV jeuxvideo.com
23 février 2020 à 21:07:53
12/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (107)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15/20
Mis à jour le 24/02/2020
PC Action RPG SolarFall Games Wolcen Studio Fantastique
Dernières Preview
PreviewThe Elder Scrolls Online : Greymoor - Les vampires débarquent en Bordeciel 30 mars, 14:00
PreviewGears Tactics : Réflexion et action pour une alliance explosive 27 mars, 14:00
PreviewHearthstone : Retour en Outreterre avec une 10ème classe 17 mars, 18:15
Les jeux attendus
1
Final Fantasy VII Remake
10 avr. 2020
2
Resident Evil 3 (2020)
03 avr. 2020
3
The Last of Us Part II
29 mai 2020