Menu
Wattam
  • Tout support
  • PC
  • PS4
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Tous les jeux / Jeux Aventure / Derniers tests jeux vidéo / Wattam /

Test du jeu Wattam : L'ovni de Keita Takahashi (Katamari Damacy) entre dans la ronde

Test : Wattam : L'ovni de Keita Takahashi (Katamari Damacy) entre dans la ronde
PC PS4
Wattam
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Izokay
L'avis de Izokay
MP
Rédaction jeuxvideo.com
04 janvier 2020 à 21:04:12
14/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs
Donnez votre avis sur ce jeu !
Partager sur :

Si vous connaissez le nom de Keita Takahashi, vous avez sûrement dû collecter pas mal d'ordures avec Prince sur la PlayStation 2 et le jeu nippon Katamari Damacy. Un concept étonnant en 2004, et un nouveau coup d'essai quinze ans plus tard pour le créateur qui signe avec Funomena et Annapurna Interactive Wattam, un titre qui s'annonce détonnant au vu des bandes-annonces sorties précédemment.

Le trailer de Wattam

Chargement de la vidéo Wattam trailer

Le Japon est décidément plein de surprises, tout comme l'éditeur Annapurna qui sort de son chapeau une nouvelle trouvaille après les pépites Telling Lies et autres Outer Wilds. Des bonshommes à la voix de yaourt style Animal Crossing qui se tiennent la main dans un cadre cartoonesque et multicolore, il n'en fallait pas plus pour attiser notre curiosité.

Wattam : L'ovni de Keita Takahashi (Katamari Damacy) entre dans la rondeWattam : L'ovni de Keita Takahashi (Katamari Damacy) entre dans la rondeWattam : L'ovni de Keita Takahashi (Katamari Damacy) entre dans la ronde

Wattam the Fuck ?

L'intérêt du titre reposant sur la découverte du concept, nous éviterons d'être totalement exhaustif dans ce test et invitons les plus réfractaires à ce type de spoil de se diriger directement vers la conclusion. Ceci étant dit, le pitch de Wattam est simple. Une entité a réduit à néant toute forme de vie dans ce monde, et sur une île verdoyante le premier venu à la vie est un cube vert anthropomorphe portant un chapeau melon. On a dit simple, pas classique. Bref, ce dernier répond au nom de "Maire", observe peu à peu plusieurs personnages qui apparaissent pour l'accompagner et a la lourde tache de les rassembler pour former une nouvelle communauté.

Wattam : L'ovni de Keita Takahashi (Katamari Damacy) entre dans la ronde
Le nombre de personnages est colossal, chacun ayant son propre thème musical

Un caillou, un rocher, des fleurs, des graines... Les premiers membres de la famille touchent au plus près l'écosystème naturel avant de voir des personnages de plus en manufacturés et abstraits les rejoindre. On se retrouve à un moment avec Mathieu le parchemin, Léa l'arbre, Didier le téléphone ou même Philippe le toilette... Car oui, tout le monde porte un nom et a sa propre identité. Pour faire avancer les découvertes de ces nombreux personnages, il est nécessaire de résoudre quelques énigmes et puzzles, sachant que chaque membre est contrôlable, certains ont des pouvoirs spécifiques et que l'on peut se prendre la main pour former des chaînes et rondes. Sans trop rentrer le détail, la première île ou l'aventure débute correspond à la saison du printemps, et de nouveaux horizons s'ouvrent à la communauté lorsque celle-ci se montre un peu trop grandissante en termes d'habitants.

Wattam : L'ovni de Keita Takahashi (Katamari Damacy) entre dans la rondeWattam : L'ovni de Keita Takahashi (Katamari Damacy) entre dans la rondeWattam : L'ovni de Keita Takahashi (Katamari Damacy) entre dans la rondeWattam : L'ovni de Keita Takahashi (Katamari Damacy) entre dans la rondeWattam : L'ovni de Keita Takahashi (Katamari Damacy) entre dans la ronde

La la la Land

Malgré certains moments semblables à une véritable cohue sur l'écran, d'autant que certains pouvoirs n'arrangent rien (le Maire cache sous son chapeau melon un cadeau piégé explosif qui fait valdinguer tout le monde dans la joie et la bonne humeur), Wattam est très facile à prendre en main. Il faut juste s'habituer au pas à gérer la caméra via les gâchettes et non pas le stick droit, utile pour sélectionner le personnage dont l'on souhaite prendre possession. Caméra qui sera par moment capricieuse, bloquée par certains gros personnages au premier plan comme tout bon jeu 3D qui se respecte, mais un bouton permettant de dézoomer l'action fera tout rentrer dans l'ordre. Presque tous les individus ont un bouton d'action, et ce dernier permet avec certains membres clés d'élaborer une routine pour faire avancer le récit.

Wattam : L'ovni de Keita Takahashi (Katamari Damacy) entre dans la ronde
Oui, c'est une pile de...

Un enchaînement d'actions très simple à réaliser en solo, et agréable en coopération. Ce mode multi disponible sur le jeu est très sympathique et fun lorsque l'on découvre ensuite l'absurdité de quelques situations, la transformation d'un fruit absorbé par Camille la bouche et transformé en matière fécale avec un sourire radieux en étant une parmi tant d'autres, tellement le nombre de personnages et de combinaison d'action est ahurissant. Un fait qui nous a provoqué de nombreux ralentissements sur console lorsque la communauté visible était trop importante. À noter, la composition sonore d'Asuka Takahashi fait preuve d'un effort sensationnel, car en plus d'être excellente chaque personnage sans exception à le droit à son adaptation du thème musical qui change selon l'île occupée : des bruits de bisous pour le personnage de la bouche, des violons pour la gousse d'ail qui pleure sans arrêt, et pour les personnages transformés après digestion par la bouche... on vous laisse l'imaginer. Mention spéciale au thème principal A Long Time : À Six Years, magnifiquement interprété par Andre Denise et Billy Valentine.

Wattam : L'ovni de Keita Takahashi (Katamari Damacy) entre dans la rondeWattam : L'ovni de Keita Takahashi (Katamari Damacy) entre dans la rondeWattam : L'ovni de Keita Takahashi (Katamari Damacy) entre dans la ronde

Big Bang Theory

Pouvons-nous retirer quelque chose de ce titre d'apparence puérile ? Est-ce un simple jeu ou une oeuvre lourde de sens ? Chacun se fera son idée, voici la notre : Wattam fait réfléchir qui le veut bien et qui va au-delà de la simple expérience vidéoludique, cette dernière étant d'une facilité déconcertante. On aurait en effet aimé avoir plus de challenge et de réflexion sur plusieurs énigmes, et le nombre de combinaison entre les personnages parait au final sous-exploité. Quoi qu'il en soit, la symbolique de Wattam dégagée par le déroulé du scénario est vraiment intéressante, d'où le décalage avec la DA et la mignonnerie du jeu qui ne plaira pas à tout le monde.

Wattam : L'ovni de Keita Takahashi (Katamari Damacy) entre dans la ronde
Le scénario est plus malin et métaphorique qu'il n'y parait

Au fil des saisons, le Maire découvre des révélations sur la disparition du précèdent monde et la naissance du nouveau, dans une métaphore habile des erreurs et rapports humains contemporains. Des petits indices sont en plus glissés dans le voyage itinérant de 4 heures, par exemple les noms et la langue parlée par plusieurs nouveaux venus, construits avec les différents alphabets actuels (latin, cyrillique, gojuon japonais, coréen...). Une ode finale aux rassemblements des peuples et des souvenirs en communauté, qui a toujours pour envie de décrocher un sourire au joueur. "Je veux montrer aux gens comment notre vie ordinaire est fabuleuse", le message est bien reçu, monsieur Takahashi.

Wattam : L'ovni de Keita Takahashi (Katamari Damacy) entre dans la rondeWattam : L'ovni de Keita Takahashi (Katamari Damacy) entre dans la rondeWattam : L'ovni de Keita Takahashi (Katamari Damacy) entre dans la rondeWattam : L'ovni de Keita Takahashi (Katamari Damacy) entre dans la rondeWattam : L'ovni de Keita Takahashi (Katamari Damacy) entre dans la ronde
Les notes
+Points positifs
  • Prise en main quasi immédiate
  • La découverte du concept
  • Des effets sonores et une bande-son réussie
  • Le nombre de personnages
  • Possibilité de jouer en coop
  • Une certaine puissance poétique...
-Points négatifs
  • ...combinée à un gameplay enfantin qui divisera
  • Le sentiment d'un concept sous-exploité
  • Certains ralentissements (sur console)
  • Problèmes de caméra par-ci par-là
  • Court (4 heures)

Pour en distinguer le sens et apprécier son pourquoi du comment, Wattam n'est pas à mettre entre toutes les mains. Car sous ses airs de jeu enfantin et d'une certaine facilité, le nouveau titre de Keita Takahashi est plus profond qu'il n'y parait. On regrettera surtout un manque d'inventivité sur quelques puzzles malgré le nombre important de personnages et de variables, qui laisse un goût d'inachevé pour un concept si particulier. Place maintenant à la reconstruction par le collectif si vous êtes prêt à découvrir l'aventure du créateur de Katamari Damacy.

Profil de Izokay
L'avis de Izokay
MP
Rédaction jeuxvideo.com
04 janvier 2020 à 21:04:12
14/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs
Donnez votre avis sur ce jeu !
Mis à jour le 04/01/2020
PC PlayStation 4 Aventure Sony Funomena
Dernières Preview
PreviewZombie Army 4 Dead War : Des zombies nazis et de la série B pour un Shooter coopératif décomplexé 07 janv., 16:00
Les jeux attendus
1
Final Fantasy VII Remake
10 avr. 2020
2
Resident Evil 3 (2020)
03 avr. 2020
3
Cyberpunk 2077
16 avr. 2020