Menu
Metal Gear Survive
  • Tout support
  • PC
  • PS4
  • ONE
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Aperçu : Metal Gear Survive : Opportuniste mais solide ?
PC PS4 ONE
Partager sur :

Après une annonce bien trop hâtive de la part de Konami, marquée par une campagne massive de "dislike" sur YouTube lors de la sortie du premier trailer, le Metal Gear "sans Kojima" refait parler de lui a quelques semaines de sa sortie. Après diverses séquences de gameplay, plus ou moins longues, dévoilées au cours des précédents mois, c'est une preview qui nous a été proposée dans le cadre d'un événement organisé par l'éditeur Konami. L’occasion pour nous de nous essayer au titre pendant près trois heures, un temps nécessaire pour apprécier le titre à sa juste valeur et surtout l’aborder dans de bonnes conditions, hors des showfloors bruyants des salons. Une fois le solo et le multi essayés, partons-nous sur un bon a priori ?

Notre Gaming Live de Metal Gear Survive après 3 heures de jeu

Chargement de la vidéo Metal Gear Survive Gaming Live

Metal Gear, aucun lien, fils unique...

Metal Gear Survive : Opportuniste mais solide ?

Que les choses soient bien claires, ce Metal Gear Survive n'a pas grand chose d'un Metal Gear, si ce n'est l'enveloppe charnelle. Comprenez par là que son squelette de gameplay est celui d'MGS V, que ses assets graphiques sont directement piochés dans l'œuvre susmentionnée et que la ressemblance est telle que l'on croirait voir un spin-off survivaliste. Et pourtant, Survive se veut comme un véritable jeu à part entière, totalement différent dans son approche, dans son thème et dans sa finalité.

Un tutoriel poussif

Metal Gear Survive : Opportuniste mais solide ?

D'ailleurs, les liens avec MGS V sont très vite expédiés et se situent principalement dans l'intro, plutôt fouillis, du mode solo. Stylisée à outrance, l'intro nous rappelle que l’ADN des cutscenes de la saga repose sur des flous, des flares, de la shaky-cam et autres subterfuges qui en jetaient grave en 2012, mais qui aujourd’hui font bien moins mouche. L’enrobage graphique du titre n’est d’ailleurs pas des plus reluisants, et choque un peu : des décors sommaires, fades, ternes, dans lesquels se meuvent des modèles quant à eux très bien animés. Toutefois, malgré la fiabilité du moteur Fox Engine lorsqu’il s’agit de donner vie à des dialogues, cette première partie du solo met un temps fou à se tasser et nous laisser trop peu de liberté d’action. On y apprend à se déplacer, à viser, à interagir avec notre environnement, on nous enseigne jusqu’aux rudiments de la survie et de la gestion de base, autant de choses un peu lourdes mais ô combien essentielles pour différencier Survive de son illustre patriarche et introduire un concept qui, pour le coup, nécessite pas mal d’explications.

Un lien avec la saga, vite expédié

Metal Gear Survive : Opportuniste mais solide ?

Oubliez donc Big Boss, Kaz, Paz, Chico et compagnie : on a ici droit à des personnages pour la plupart inédits. Scénaristiquement, MG Survive démarre après l'attaque de la première Mother Base par les troupes de XOF, en gros, à la fin de Metal Gear Solid V : Ground Zeroes. Big Boss s'échappe en hélico et laisse derrière lui les ruines de sa nation de soldats libres. Quelques instants plus tard, il tombera d'ailleurs dans un profond coma duquel il ne se réveillera qu'au bout de neuf ans, ce qui marquera le début de The Phantom Pain. Tout cela, vous connaissez évidemment et si ce n'est pas le cas, ce n'est pas bien grave. L'histoire qui nous intéresse dans Survive se déroule quelques instants après le départ de Big Boss et Kaz en hélicoptère et se concentre autour des soldats restés sur la Mother Base. Cette dernière, pour une raison assez étrange, est victime juste après l'attaque, d'un trou de ver qui s’ouvre juste au dessus d’elle et attire inévitablement les amas de métal, les cadavres encore chauds, et les rescapés qui se retrouvent malgré eux aspirés dans une dimension parallèle.

Bienvenue… dans le désert… du réel

Metal Gear Survive : Opportuniste mais solide ?

On incarne donc un soldat dont le bras a été aspiré par ce mystérieux trou de ver et qui a donc été « infecté » par le monde nommé « Dité », une sorte de Terre alternative, dévastée, dans laquelle une grande partie des débris de la Mother Base a été absorbé et disséminé. Votre boss pour cette mission, qui servira d’opérateur, se nomme GoodLuck et ce dernier vous enverra en expédition, seul, sur ces terres désolées remplies de monstres infectés. Sorte d’enfer dystopique, Dité a la particularité d’être recouverte d’une vaste zone de nuages toxiques, peuplée de monstres bien plus forts que les infectés de base. On y trouvera également de l’équipement de meilleure qualité et les différentes quêtes que vous prendrez vous inviteront régulièrement à vous y aventurer. Attention toutefois, l'oxygène y est rare, il faudra donc vous équiper en conséquent et élargir au fur et à mesure votre champs d'action Ce monde alternatif fait aussi office de prétexte pour l’équipe de développement qui s’octroie ainsi le droit d’immerger le joueur dans des décors extrêmement vides, désertiques et désertés, dans lesquels seules des créatures à l’IA limitée se baladent. Ces dernières entendent et voient, mais ne disposent d’aucune routine ou paterns complexes… De cette manière, l’usage de l’IA est réduit à son plus simple appareil a l'image des décors qui associent recyclage et économie. C’est dommage, d'autant plus que l’on met un peu de temps à s’habituer à cette laideur environnante. Fort heureusement, tout ceci est vite rattrapé par le concept même de Survive.

Metal Quest Survive

Metal Gear Survive : Opportuniste mais solide ?

Très vite durant notre exploration du solo, on se rend bien compte que Metal Gear Survive est un jeu à part, un vrai TPS-RPG, survivaliste, de longue haleine. Pour vous donner des points d’amarre, dites-vous simplement que Survive a plus de liens avec des jeux comme The Division et Fortnite qu’avec Metal Gear Solid V. Au rang des nouveautés, sachez que les statistiques sont ici primordiales et clairement affichées tout comme le sont les dégâts infligés. Côté micro-gestion, vous disposerez d’une jauge d’endurance, de santé, de faim et de soif qu'il faudra surveiller. De plus, l'équipement dont vous disposez s'use, tandis que l'expérience accumulée vous permettra de monter en niveaux et modifier vos compétences et aptitudes. Côté actions réalisables, votre personnage va pouvoir explorer l’immense map proposée, looter tout ce qu’il trouve, transformer les éléments du décor en ressources à grand coup de machette, s’infiltrer dans des complexes, trouver des plans, des matériaux rares et ramener diverses armes à sa base de fortune. Bref, nous sommes ici sur un tout autre niveau de gestion/survie, un peu à l’image de ce que nous a proposé la vague d’early access PC qui a déferlé suite aux lancements de DayZ, Rust, ou encore The Forest. La différence est qu’ici, nous sommes sur un mode solo scénarisé avec son lot de dialogues doublés, de cinématiques et de cut-scenes. De plus, les différentes quêtes vont vous amener à rencontrer des PNJ qui vont permettre de développer votre base. Outre la gestion des armements, armures et le craft d’outil, gadgets et barricades, on remarquera la présence du fulton, ce célèbre ballon gonflable, qui permettra de ramener à la base du bétail : idéal pour avoir une réserve de nourriture en enclos. La base de fortune deviendra au fil des missions de plus en plus structurée et la présence de défenses suggère qu’elle sera attaquée, tant par les ennemis « infectés » que par, on l’imagine, des troupes humaines armées qui trouveront un moyen de venir perturber la quiétude toute relative de Dité. "Surpris", c’est notre état après ces deux heures de jeu. Une fois sortis d’un tutoriel un peu lourdingue, on a véritablement envie de continuer et d’aller en mission ça et là pour récupérer des plans, d’armes à feu, de matériel pour éliminer discrètement nos ennemis, comme l’arc par exemple et avancer dans la trame. Bref, on en redemande.

Et le multi dans tout ça ?

Metal Gear Survive : Opportuniste mais solide ?

Après ces deux heures d’essai, notre programme de preview nous autorisait à essayer le jeu en multijoueur, à 4. Via une simple invitation, on pénètre donc dans un lobby assez stylisé dans lequel le matériel de tout le monde est clairement visible, ce qui permet de parlementer sur les atouts et faiblesses de chaque loadout en amont de la mission. Après quelques instants, nous pénétrons dans la quête multi, qui était ici une classique attaque de hordes face à un objectif que nous devions protéger jusqu’à la mort. Nos défenses s’organisent : on pose diverses barricades en bois ou métal suivant nos ressources, nous craftons des balles et préparons nos armes. Les attaques arrivent de plusieurs côtés, par vague, et les joueurs de Fortnite ou d’autres jeux similaires ne seront en aucun cas dépaysés.

Metal Gear Survive : Opportuniste mais solide ?

La présence de petites zones de quêtes annexes sur la carte nous permettent d’obtenir divers bonus entre deux vagues, à l'image des D-Walker que pourront piloter deux joueurs afin de venir à bout des hordes de fin de mission, bien plus coriaces que celles faites de simples infectés de base. Vous vous en doutez, la communication sera essentielle pour mener à bien les missions et si nous avons vu jusqu’à maintenant qu’une classique défense d’objectif, les phases de gameplay présentées en salon nous promettent, au moins, des infiltrations minutieuses en duo, avec une ambiance qui change drastiquement de ce que nous avons joué. Le fait est qu’à la fin de cette coopération, chacun a pu reprendre sa partie solo et emporter les précieuses ressources collectées : une perspective qui fait plaisir et donne du sens à cette alternance solo/multi, franchement bien pensée. Notons tout de même que ce pan du jeu nécessite encore quelques équilibrages et cela se ressent notamment lorsque l’on regarde qui gagne quoi et en quelle quantité. Sur notre partie, les gains d’une simple mission multi était colossalement plus qualitatifs et quantitatifs que tout ce que nous avions looté en solo pendant nos 3 ou 4 premières missions. De plus, seul le premier du groupe a obtenu de la monnaie, nécessaire pour monter en grade. L’équipe Konami France nous a assuré que ces soucis étaient connus et nécessitaient quelques équilibrages, avant la sortie, de la part du studio.

Metal Gear Survive Gameplay

Chargement de la vidéo
Nos impressions
Cette preview « longue durée » de Metal Gear Survive donne une bonne image de ce que tente d’apporter le titre. A travers un solo scénarisé et survivaliste dans lequel nous allons devoir construire, protéger, explorer, crafter, looter et nous battre, Survive propose une vision bien plus adulte de ce qui fit le sel de nombreux titres « survival craft » en early access sur PC. Nous avons là un TPS action infiltration avec beaucoup d’éléments de RPG et la transformation du gameplay d’MGS V est en grande partie réussie. Reste donc à savoir si le titre tiendra ses promesses sur le long terme et si le multi s’intègre bien à la formule. De même, les grosses lacunes techniques du titre, qu’il s’agisse des décors vides ou des IA limitées, laissent un petit arrière gout amer. Bref, un concept atypique que l’on a hâte d’explorer en long en large et en travers.
Profil de Panthaa
L'avis de Panthaa
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
17 janvier 2018 à 09:00:01
Mis à jour le 17/01/2018
PC PlayStation 4 Xbox One Action Shooter Création Survie Konami Post-apocalyptique Zombies
Commander Metal Gear Survive
PC
35.99 €
PS4
15.83 €
ONE
27.97 €

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Tchang-Mouloud
Tchang-Mouloud
MP
le 02 févr. à 18:10

J'aurais presque envie de le surnoter a 20 sur 20 rien que pour faire chier les fanboys de Kojima :rire:

Lire la suite...
Nouvixur
Nouvixur
MP
le 21 janv. à 21:17

Ils auraient du renommé le jeu > pas de polémique.

Lire la suite...
defronsack
defronsack
MP
le 20 janv. à 11:20

c'est moi ou il a Spoilé la fin de MG5 ?:/

Lire la suite...
Jerry_Kissinger
Jerry_Kissinger
MP
le 19 janv. à 19:04

Taclanal, Explosage, Actionnage de gueule.

Lire la suite...
Chalendil
Chalendil
MP
le 19 janv. à 14:46

Ils n'auraient pas dû appeler ça Metal Gear ça aurait été moins faux cul et ça aurait eu une chance de faire un truc sympa

Lire la suite...
kazuo-da-yo-2
kazuo-da-yo-2
MP
le 19 janv. à 12:55

"Metal Gear, aucun lien, fils unique.."
"Bienvenue… dans le désert… du réel"
"Et le multi dans tout ça ?"

:d) "Prometteur"
...

Lire la suite...
kjoijlhu
kjoijlhu
MP
le 19 janv. à 11:22

:d) ==https://goo.gl/o36deY :ok:
:d) ==https://goo.gl/Kz46CX :fete:

Lire la suite...
vance640
vance640
MP
le 19 janv. à 07:25

Je trouve ça pas mal honnetement :) A suivre ^^

Lire la suite...
ico
ico
MP
le 19 janv. à 00:24

Le résumé c’est : c’est moche, vide en solo et une IA au ras des pâquerettes. Et ce titre est prometteur car c’est « survivaliste » et qu’il y a des vagues d’ennemis ? :question:
(oui bah le titre c’est survive heureusement que y’a du survivalisme..)

Moi dans cette preview j’y vois un dragons quest builder moddé mgsV (construction de la base, quête pour matériaux, vague d’ennemi, etc... et rebelote puis changement de zone pour refaire la même chose)

Lire la suite...
scoro59
scoro59
MP
le 18 janv. à 18:24

Mon dieux.. metal gear.. QU EST CE QU IL TON FAIT !!! :-(

Lire la suite...
Top commentaires
pangolin1377
pangolin1377
MP
le 17 janv. à 10:07

Pour les amateurs de solo qui auraient loupée l'info..Le solo nécessite une connexion permanente.....
Comme de plus en plus de jeux malheuresement....

Je precise avant le"qui na pas une bonne connection internet de nos jours" que:

-tout le monde n'as pas une bonne connxion internet contrairement aux croyance,et loin de la.

-que de toute facon ce n'est pas vraiment le probleme..Un solo se doit d'etre accessible meme après fermetures des serveurs et aucune contrainte technique ne justifie cette pratique de plus en plus courante....

Beaucoup de joueurs gardent leurs vieux jeux et vieilees consoles pour pouvoir y rejouer meme des annés plus tard....

Lire la suite...
KougloffVonD
KougloffVonD
MP
le 17 janv. à 09:08

C'est le truc: autant le jeu est une honte, et un gros doigt d'honneur de la part de Konami envers Kojima et son équipe, autant il va sûrement être très fun, parce qu'il reprend le moteur de MGSV, qui est l'un des meilleurs sandbox du marché.

Après, il ya zéro mérite de la part de Konami la-dessus, et qualifié de jeu de Metal Gear frôle l'hérésie.

Lire la suite...
Boutique
  • Metal Gear Survive PC
    35.99 €
    39.99 €
  • Metal Gear Survive PS4
    15.83 €
  • Metal Gear Survive ONE
    27.97 €
    29.99 €
DERNIERS TESTS
  • Test : Nintendo Labo : Toy-Con 03, le kit qui véhicule de bonnes ondes ?
    SWITCH
  • Test : FIFA 19 brille par la forme et stagne sur le fond
    PS4 - ONE
  • Test : Zone of the Enders : The 2nd Runner M∀RS - Innover n'est pas forcément réussir...
    PC - PS4
Tous les tests
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Red Dead Redemption II
    PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Assassin's Creed Odyssey
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • FIFA 19
    PC - PS4 - ONE - SWITCH
    Vidéo - Gaming Live