Menu
Legends of Runeterra
  • Tout support
  • PC
  • iOS
  • Android
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Preview : Legends of Runeterra : Le jeu de cartes de Riot pourrait rivaliser avec Hearthstone !
PC iOS Android
Partager sur :

C’est lors des festivités pour les 10 ans de League of Legends que Riot a dégainé le bazooka, annonçant une pléthore de projets à venir. Parmi eux, Legends of Runeterra s’ouvre déjà en bêta fermée, et nous avons eu l’occasion d’y jouer dans les locaux de Riot Dublin au préalable. Quand on parle d’un jeu de cartes free-to-play dans l’univers LoL qui compte rivaliser directement avec Hearthstone et Magic the Gathering : Arena, on entrevoit soudainement l’ambition.

Vidéo-Preview de Legends of Runeterra

Chargement de la vidéo Legends of Runeterra Vidéo preview

Legends of Runeterra est un CCG qui débarque dans un milieu souvent considéré comme saturé. Entre le mastodonte de Blizzard et l’antédiluvien de Wizards of the Coast, il est difficile de trouver sa place au soleil. Pourtant, Legends of Runeterra semble avoir le potentiel, pour tenir la dragée haute à Hearthstone et Magic the Gathering : Arena. Riot possède d’ores et déjà un univers hautement identifié, celui de League of Legends, dont les champions ont un rôle spécifique dans Legends of Runeterra. Lorsque l'on crée son deck de 40 cartes, on peut y placer jusqu’à six champions (doublons compris) en sachant qu’il est possible de mettre trois fois la même carte. Ces champions influent sur la construction du deck de plusieurs façons : d’une, ils déterminent les Régions que l'on peut utiliser, que l’on peut voir comme les Couleurs de Magic, ce qui rappelle le mode Commander de ce dernier. Ainsi, si l'on utilise Garen, de Damacia, on peut intégrer des cartes issues de cette région. Attention cependant, par deck, on ne peut mixer que deux régions.

Allez Champion !

En termes de deck building, le champion a cependant d’autres impacts. Bien qu’il se place sur le plateau comme n’importe quelle « créature » (appelée Follower pour le moment, le jeu n’étant disponible qu’en version anglaise dans notre version), un champion peut évoluer s’il réalise une action décrite sur la carte, auquel cas il deviendra plus puissant et gagnera une ou plusieurs nouvelles capacités. Par exemple, Karma est une championne 4/3 pour 5 manas qui créé un sort dans notre main à la fin de chaque round. Sa condition d’évolution (appelée Level up), c’est que le joueur qui la contrôle devienne « Enlightened », une condition passive quand on arrive à 10 manas (le maximum, comme Hearthstone). Une fois évoluée, Karma devient une 5/4 pour 5 qui double automatiquement chaque sort ciblé qu’on lance. Ainsi, le principe d’évolution oblige le joueur à créer des decks dans une optique précise afin de bénéficier de la puissance des champions. C’est d’autant plus important que les champions ont chacun un sort spécifique qui leur est associé. Ces sorts, en plus de leur effet dans la thématique du champion, permettent de placer des copies dudit champion dans notre deck pour le piocher à nouveau. Il s’agit d’un effet puissant puisque si l’on a réussi à faire évoluer son champion, il sera aussi directement évolué quand on le re-pioche.

Legends of Runeterra : Le jeu de cartes de Riot pourrait rivaliser avec Hearthstone !

Entre Hearthstone et Magic

Le reste de notre deck est constitué de Followers (les créatures de Magic ou les serviteurs de Hearthstone, en somme), mais aussi de sorts dont vous comprendrez mieux le fonctionnement avec une description du gameplay. Deux adversaires se font face, chacun disposant d’un Nexus a 20 points de vie. Le but de la partie est d’attaquer le Nexus pour réduire les points de vie à zéro. Après avoir regardé ses quatre premières cartes et avoir choisi celles que l’on veut garder (à la Hearthstone), on démarre la partie avec 1 point de mana. Dans son déroulement, Legends of Runeterra semble être le parfait mix entre HearthStone et Magic the Gathering. Du premier, on garde la vitesse d’exécution, la lisibilité, et le gain automatique de mana à chaque tour. Du second, LoR garde la mécanique d’attaque/défense : Lorsque l’on attaque avec ses Followers/Champions, ces derniers visent automatiquement le Nexus, et l’adversaire peut choisir comment bloquer. D’un certain côté, on retrouve une complexité bienvenue pour ceux qui n’apprécient pas les effets aléatoires du jeu de Blizzard. Les mots-clefs en combat ont des effets très similaires à Magic, Overwhelm remplaçant le piétinement, Quick Attack se substituant à l’initiative, etc. Cependant, le tout s’avère simplifié de bien des manières : si on retrouve des capacités qui prennent effet dans certaines conditions (arrivée sur le plateau, mort d’un follower, etc.), il ne faut pas s’attendre aux murs de textes des cartes de Magic. Plus important encore, on ne peut poser que six créatures sur son côté du plateau et les dégâts sur les followers ne sont pas effacés à chaque tour. Ces deux règles évitent l’un des défauts majeurs du « papa » des CCG : la constitution d’armées qui rendent les parties illisibles. Ici, le plateau reste simple à gérer, ce qui permet de garder un excellent rythme.

Legends of Runeterra : Le jeu de cartes de Riot pourrait rivaliser avec Hearthstone !Legends of Runeterra : Le jeu de cartes de Riot pourrait rivaliser avec Hearthstone !

Jamais inactif

Pour autant, afin d’éviter la simplicité de Hearthstone, Legends of Runeterra comporte assez d’éléments pour offrir de la vraie stratégie, ainsi qu’un grand contrôle des événements. La marque de fabrique la plus évidente, c’est qu’aucun joueur n’est jamais simple spectateur du tour adverse. Même pendant son tour d’attaque, le joueur adverse nous redonne la main chaque fois qu’il joue une carte. Ainsi, s’il pose un follower, vous pouvez en poser un en réponse. Cela mène à des choix stratégiques plutôt étonnants : dois-je poser un follower avant ma phase d’attaque au risque de voir mon adversaire poser un mastodonte, ou dois-je attaquer directement parce que je considère la situation actuelle idéale ? Une dimension nouvelle qui permet de ne jamais être inactif, et qui s’ajoute au système de sort qui ressemble beaucoup à celui de Magic : il existe trois types de sorts différents. Slow (Rituel de Magic) qui ne peut être joué que pendant les phases principales (hors combat), Fast (Ephémère de Magic) qui utilise un système de pile dans lequel le dernier sort joué s’active en premier, permettant de répondre à une action de l’adversaire, et enfin Burst (Fraction de Seconde de Magic), qui est un sort Fast auquel l’adversaire ne peut pas répondre. Grâce aux sorts, et à l'absence de "mal d'invocation", les phases de combat restent particulièrement dynamiques, avec la possibilité de tenter quelques pièges par exemple. Cependant, le plus impressionnant, c’est de voir que Riot a réussi a garder l’ensemble lisible. Ainsi, lorsque les sorts Fast et les capacités s’accumulent, ils apparaissent dans leur ordre d’exécution au milieu du plateau ce qui vous permet de bien vérifier la situation avant d’y répondre. Une accessibilité d’une importance capitale.

Dernier point important, sachez qu’en plus des 10 points de mana, on peut accumuler jusqu’à trois points de réserve grâce au mana non utilisé. Ces points supplémentaires ne peuvent être dépensés qu’avec des sorts, mais ils ouvrent de nouvelles idées. Par exemple, on peut ne pas utiliser de mana au tour 3 pour garder les 3 points en réserve, afin d’envoyer un sort à 7 manas dès le tour 4 (ou un sort à 5 et un follower un 2, ou follower à 4 et un sort à 3, etc.). Même s’il est actuellement impossible de définir une meta pour le jeu, on voit déjà se profiler quelques stratégies sournoises, l’apanage des CCG.

Legends of Runeterra : Le jeu de cartes de Riot pourrait rivaliser avec Hearthstone !Legends of Runeterra : Le jeu de cartes de Riot pourrait rivaliser avec Hearthstone !

Où sont les lootboxes ?

Nous vous le précisions en intro, Legends of Runeterra est un free-to-play. Se pose alors la question de la monétisation : à quelle sauce va-t-on être mangé ? Aussi surprenant soit-il pour un jeu du genre, Legends of Runeterra ne dispose pas de système de lootboxes payantes. Vous ne pouvez donc pas acheter des packs de cartes sans connaître leur contenu au préalable, un système de plus en plus décrié de manière officielle, mais auquel certaines licences s’accrochent encore. Legends of Runeterra nous permet d’engranger des cartes de plusieurs manières. La première, c’est un système de récompenses quotidiennes et hebdomadaires avec cartes et monnaie du jeu à la clef. En plus des quêtes journalières, on a un système de Coffre qui se réinitialise chaque semaine, et que l’on peut ouvrir quand on le souhaite. Plus on fait de matchs, plus le coffre grossit, pour un meilleur butin à la clef. Pour le reste, on retrouve le sacro-saint Battle Pass, utilisé dans de nombreux jeux aujourd’hui. En somme, on gagne de l’expérience à chaque match ce qui permet de gagner des niveaux et ainsi gagner de nouvelles cartes. La particularité ici, c’est que les niveaux sont séparés par Régions, ce qui veut donc dire que si on choisit Demacia, on gagne des cartes Demacia. On peut changer de région à tout moment. Bien sûr, si on met de l’argent, on peut gagner plus de cartes, ce qui pose toujours la question de l’équité entre un joueur qui dépense et un joueur qui ne met pas un sou dans le jeu, mais ce qui est sûr, c’est que l’on ne met jamais d'argent dans la balance sans savoir ce que l’on va obtenir au bout. Notez qu’à la manière de Magic The Gathering : Arena, on peut débloquer des cartes vierges (appelée Wildcards) qui peuvent être transformées en une carte de rareté équivalente de son choix, ce qui est une excellente feature.

Legends of Runeterra : Le jeu de cartes de Riot pourrait rivaliser avec Hearthstone !

A la hauteur de la concurrence ?

Riot n’a pas non plus oublié l’aspect cosmétique et c’est d’ailleurs dans ce domaine que l’éditeur derrière League of Legends compte remplir ses poches, bien aidé par l’univers derrière le jeu. Il faut dire que cet univers est fichtrement bien respecté, notamment grâce à une direction artistique de très haute volée ! Les animations en jeu sont nombreuses avec une belle mise en avant des sorts, effets et surtout des champions. Ces derniers parlent régulièrement pendant la partie, pas seulement lorsqu’ils attaquent, mais aussi dans d’autres cas : Elise fait part de sa tristesse lorsqu’une des araignées qu’elle a invoquée meurt, par exemple. De par son aspect visuel, il fait nul doute que le titre a été taillé pour être vu sur Twitch et consort, ce qui n’étonnera personne.

Mais pour vivre sur le long terme, il faut encore avoir un contenu au niveau, ce qu’il est difficile de définir si tôt. Actuellement en closed beta, Legends of Runeterra ne sortira officiellement que courant 2020. Nous avons déjà l’assurance de classiques, comme un tutoriel particulièrement complet, des matchs contre l’IA, des matchs simples contre d’autres joueurs, mais il nous reste encore à voir ce que donnera le système compétitif. Riot parle d’épreuves de draft, mais aussi d’un système de saison qui fera, plus tard, tourner les cartes de son mode standard. D’ailleurs, sachez que l’idée est non seulement d’ajouter de nouveaux champions et de nouvelles cartes par extension, mais aussi une nouvelle Région à chaque fois ! Plutôt original quand on sait qu'en termes de game design, les Régions sont l’équivalent des classes de Hearthstone et des couleurs de Magic, constantes immuables dans ces deux cas. Il nous tarde de voir comme Riot compte garder un bon équilibre…

Nos impressions
Avec Legends of Runeterra, Riot s'apprête à débarquer dans le CCG tel un bulldozer. L’univers de League of Legends, couplé à un gameplay qui semble prendre le meilleur de Hearthstone et Magic the Gathering : Arena, c’est déjà très fort en soi. Cependant, son modèle économique semble être un de ses meilleurs atouts en ne passant pas par la case Lootbox. Parties courtes, direction artistique au top, lisibilité et clarté, il a les armes pour s’imposer en ligne et faire son trou sur la scène e-sport. Toutefois, il faudra attendre le développement des autres modes de jeux et la création de la meta pour se faire une idée finale sur sa capacité à rivaliser avec les mastodontes du genre. Ce qui est sûr, c’est que le potentiel est grand, immense même.
Profil de Anagund
L'avis de Anagund
MP
Journaliste jeuxvideo.com
16 octobre 2019 à 04:00:02
Mis à jour le 16/10/2019
PC iOS Android Jeu de cartes Riot Games

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
exec-u
exec-u
MP
le 18 oct. à 09:31

Plein de bonnes idées et même pour les vieux joueurs de Magic comme moi c'est une bonne chose que la concurrence fasse des trucs sympas, la concurrence saine est généralement productive. Reste à voir si le jeu va réussir à charmer les vieux joueurs de Magic, je ne pense pas mais sur papier y a clairement de l'idée. Restons positifs.

Lire la suite...
Anoriann
Anoriann
MP
le 17 oct. à 10:26

Franchement , il me tente bien . Après niveaux jeux de cartes les seuls auxquels j'ai vraiment accroché (physique et en ligne) c'est le Gwent et Yugioh (jusqu'au carte Synchro car après c'est devenu n'importe quoi xD).

Lire la suite...
Commentaire édité 17 oct., 10:26 par Anoriann
zaedor
zaedor
MP
le 17 oct. à 10:23

l'idée de ne pas proposer d'acheter des cartes est un pari risqué mais une brillante idée ! rien que pour ça le jeu vaut qu'on s'y intéresse. pour une fois que j'ai le sentiment qu'un jeu de cartes respecte les joueurs...

Lire la suite...
spamy
spamy
MP
le 16 oct. à 18:45

Dommage que le design des cartes soit quelconque !

Lire la suite...
Commentaire édité 16 oct., 18:46 par spamy
Hikuiao
Hikuiao
MP
le 16 oct. à 15:57

voila un titre qui va pas encourager le commentaire de haine envers blibli ou meme Riot ...... suffit de voir la première page de commentaire .... vous etes tous tomber dedans ! merci JV.Com

Lire la suite...
MargotL
MargotL
MP
le 16 oct. à 13:43

Il s'agit d'un TCG (Trading Card Game) et non d'un CCG (Collectible Card Game).
Slay the Spire et Dominion sont des CCG et Hearthstone et Magic the Gathering sont des TCG.
Dans les CCG, on gagne ou achète de nouvelles cartes pour agrémenter son deck, qui est au départ de la partie très basique; d'où le côté "collectible". Ce sont des jeux pay-to-play et non free-to-play, contrairement aux TCG (en tout cas ceux digitaux).
Les joueurs peuvent échanger leurs cartes dans les jeux comme Pokémon Card Game et bien sûr la version matérielle de MtG (d'où le "trading" dans TCG), mais ça n'est plus le cas dans les nouveaux jeux du genre où les cartes sont dématérialisées.
C'est d'autant plus confus qu'en français on dit JCC (Jeu de Carte à Collectionner) dans les deux cas.

Lire la suite...
colombophile92
colombophile92
MP
le 16 oct. à 11:28

Moi je reste sur elder Scroll legend

Lire la suite...
jaiden
jaiden
MP
le 16 oct. à 09:44

Encore un jeu de cartes pas assez

Lire la suite...
Anubis
Anubis
MP
le 16 oct. à 09:23

C'est difficilement de faire mieux que Magic, à part si vous parlez niveau succès pour les normies là oui j'imagine qu'il sera plus abordable..

Lire la suite...
Pseudo supprimé
le 16 oct. à 09:19

Faut de la concurrence à blizzard, ça va les secouer un peu et puis la concurrence ça ne pourra qu'être bon pour nous en terme de qualité et prix.

Lire la suite...
Top commentaires
Jihem0S
Jihem0S
MP
le 16 oct. à 04:20

D'abord un hero-shooter puis un jeu de cartes maintenant.
La sueur d'un certain studio qu'on entend ruisseler d'ici http://image.noelshack.com/fichiers/2018/26/7/1530476579-reupjesus.png

Lire la suite...
Baptross
Baptross
MP
le 16 oct. à 04:06

On va soigneusement désinstaller HearthStone je crois. :hap:

Lire la suite...
Derniers tests
16
TestYs IX : Monstrum NoxSur PS4
4
TestPolice ChaseSur PS4
14
TestJurassic World Evolution : Retour à Jurassic Park
PC PS4 ONE
Les jeux attendus
1
Dragon Ball Z Kakarot
17 janv. 2020
2
Final Fantasy VII Remake
03 mars 2020
3
Cyberpunk 2077
16 avr. 2020