Menu
Control
  • Tout support
  • PC
  • PS4
  • ONE
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Preview : Control : Après 3 heures de jeu, ça plane toujours pour Jesse ?
PC PS4 ONE
Partager sur :

Lorsque nous avions vu Control, le prochain TPS de Remedy (Max Payne, Alan Wake, Quantum Break), nous étions enthousiasmés par son intrigue énigmatique se déroulant dans un bâtiment maudit aux murs mouvants. Nous sommes retournés dans les couloirs inquiétants du Bureau en compagnie de Jesse afin d’accomplir les quatre premières missions de la campagne solo. Avec en tête toujours la même question : l’aspect hors norme du cadre se ressent-il pad en main ?

Nos impressions sur Control en 3 minutes

Chargement de la vidéo Control Vidéo preview

Atmosfear

Control : Après 3 heures de jeu, ça plane toujours pour Jesse ?

Les premiers pas dans les locaux de l'Oldest House sont déroutants et donnent l'impression de prendre une série en cours. L’introduction, très lynchienne, a de quoi ravir les amateurs de bizarreries. En effet, le début de l’aventure introduit tellement d'éléments scénaristiques déconcertants que l'on en vient à se demander vers quoi tout cela va bien pouvoir déboucher. Rendez-vous compte, Jesse, l'héroïne, est nommée directrice d'un centre de recherche top secret sans trop comprendre pourquoi. Elle entend une voix dans sa tête qu'elle traite comme une réelle personnalité annexe, récupère une arme « vivante », et part à la recherche d'un mystérieux frère tout en aidant les forces locales à repousser les maléfices du « Hiss », un chuchotement infernal qui s'étend dans tous les couloirs du bâtiment.

Control : Après 3 heures de jeu, ça plane toujours pour Jesse ?Control : Après 3 heures de jeu, ça plane toujours pour Jesse ?

Par rapport à la démo E3 testée il y a deux mois, nous notons assez peu d'évolutions en ce qui concerne la mise en scène globale. Les qualités comme les défauts se retrouvent dans cette build « quasiment définitive ». Les plans de caméra utilisés durant les scènes cinématiques sont toujours aussi statiques et se contentent d’un champ-contrechamp entêtant. Les gros plans réguliers sur les visages (particulièrement lors des moments où Jesse pense à voix haute) exposent des figures malheureusement pas très convaincantes. À ce titre, même Quantum Break disposait d'expressions faciales plus réussies.

En français s'il vous plaît
Notre version permettait de choisir la langue préférée pour les voix des personnages et pour les sous-titres.
Control : Après 3 heures de jeu, ça plane toujours pour Jesse ?Control : Après 3 heures de jeu, ça plane toujours pour Jesse ?Control : Après 3 heures de jeu, ça plane toujours pour Jesse ?

S'il est possible de sélectionner des sujets précis à aborder avec certains personnages principaux, il n'est par contre pas permis, du moins dans cette démo, d'effectuer des choix lors des dialogues. Cela ne signifie pas pour autant que Control propose une avancée trop linéaire. La carte du jeu paraît grande et recèle de pièces secrètes. Les missions principales ont des objectifs qui peuvent être faits dans l'ordre envisagé par le joueur, et des quêtes annexes sont bien présentes.

Control : Après 3 heures de jeu, ça plane toujours pour Jesse ?Control : Après 3 heures de jeu, ça plane toujours pour Jesse ?

L'ambiance générale s'efforce de transporter le joueur dans un ailleurs où la raison n'a plus sa place. Cela se retranscrit par des niveaux « mouvants » qui se forment et se reforment en temps réel, par des téléportations dans des univers altérés, et par des compositions signées Petri Alanko qui abandonnent les envolées mélodiques pour mieux faire hurler des percussions industrielles. Le seul reproche que nous avons à formuler du point de vue de la cohérence de l'univers vient des protagonistes rencontrés assez génériques et pas suffisamment attachants. Les forces en place ne semblent ni surprises, ni dépassées par le chaos censé être engendré par « le Hiss ». Néanmoins, tout cela trouvera peut-être une explication dans la suite de l’épopée.

Control : Après 3 heures de jeu, ça plane toujours pour Jesse ?

Je pense, donc Jesse suit ?

Control : Après 3 heures de jeu, ça plane toujours pour Jesse ?

La personnalisation est clairement au centre des mécaniques de jeu. Chaque boîte secrète ouverte, chaque ennemi puissant vaincu et chaque mission terminée rapporte des points à dépenser dans des capacités spéciales. Jesse peut ainsi jouir d’une résistance améliorée ou encore d’une force accrue grâce à un arbre de compétences accessible via les nombreux points de contrôle du jeu. Sans surprise, augmenter certaines caractéristiques (comme les dégâts causés avec les pouvoirs liés à la télékinésie) débloque des aptitudes dédiées (repousser une grenade envoyée par un adversaire, par exemple). L'arme principale, qui se recharge avec une jauge, dispose de différents slots capables d'accueillir des modifications trouvées ou fabriquées. En échange de quelques ressources, le joueur a même l'opportunité d'ajouter une base, ce qui signifie qu'il peut transformer en un claquement de doigt son pétoire en fusil à pompe ou encore en arbalète aux balles explosives.

Control : Après 3 heures de jeu, ça plane toujours pour Jesse ?Control : Après 3 heures de jeu, ça plane toujours pour Jesse ?Control : Après 3 heures de jeu, ça plane toujours pour Jesse ?

Titre Remedy oblige, les gunfights sont légion pendant les premiers chapitres. Les développeurs finlandais nous font plaisir avec des objets qui volent en éclats, des piliers qui s'effritent et des particules qui s'agitent dans tous les sens. Le revers de la médaille, c'est que nous avons noté quelques ralentissements lors des scènes chargées (sur PS4 Pro). Avec les barres de vie apparentes au-dessus des ennemis et les petits icônes colorés tombant au sol signifiant la présence d'un loot, Control rappelle divers jeux orientés multijoueur tels que Tom Clancy's The Division ou Destiny. La télékinésie est toujours aussi agréable à utiliser, et les affrontements exposent de jolies chorégraphies à partir du moment où les adversaires se mettent à envoyer eux aussi des éléments du décor. L'IA ne se laisse pas tirer dessus facilement et n'hésite pas à encercler le joueur forcé de bouger pour survivre, puisque la santé se regagne en tuant des adversaires, et non en restant à couvert. Ce gameplay orienté action nous paraît donc particulièrement maîtrisé.

Control : Après 3 heures de jeu, ça plane toujours pour Jesse ?Control : Après 3 heures de jeu, ça plane toujours pour Jesse ?

Nous émettons plus de doutes à l’heure actuelle à propos de l'aspect MetroidVania mis en avant par les équipes de développement. Sur nos trois heures de jeu, il s'agissait surtout de récupérer des cartes d'accès de différents niveaux (1, 2, 3, etc.) ouvrant des portes qui étaient auparavant fermées. Nous avons bien remarqué quelques trous dans divers murs potentiellement franchissables avec un pouvoir de lévitation, et des zones pour le moment inaccessibles à cause d’un champ de force maléfique, mais pour le moment la progression n'exige pas vraiment de chercher le bon chemin. Même si Control est clairement un jeu d'action dans lequel il est amusant de tout envoyer valdinguer, quelques énigmes ponctuent l’avancée. Au chapitre 4, il fallait par exemple placer les bonnes cartes dans des machines en s'aidant d'illustrations affichées un peu partout dans la salle.

Control : Après 3 heures de jeu, ça plane toujours pour Jesse ?Control : Après 3 heures de jeu, ça plane toujours pour Jesse ?Control : Après 3 heures de jeu, ça plane toujours pour Jesse ?
Nos impressions
Notre ultime aperçu de Control nous prouve une fois de plus que Remedy maîtrise les codes du TPS. Les affrontements sont haletants, les commandes sont instinctives et les pouvoirs sont agréables à utiliser. Le gameplay pousse le joueur à être toujours en mouvement, et le résultat nous paraît particulièrement nerveux pour le moment. L'étrangeté du scénario, si elle peut apporter un côté série B désarçonnant, donne envie d’avancer pour comprendre ce qui se trame à l’intérieur de cet univers infesté par le Mal. Des niveaux de lecture, Control semble en avoir plusieurs. Il reste à vérifier s'il sera définitivement à la page. Réponse le 27 août 2019 sur PlayStation 4, Xbox One et PC.
Profil de Carnbee
L'avis de Carnbee
MP
Journaliste jeuxvideo.com
08 août 2019 à 19:05:02
Mis à jour le 08/08/2019
PC PlayStation 4 Xbox One Action Remedy 505 Games
Commander Control
PS4
49.99 €
ONE
49.99 €
Toutes les offres

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
hornytorink
hornytorink
MP
le 13 août à 12:36

Je le testerai car je l'ai eu gratuit avec la nouvelle CG. J'en attends rien donc je peux pas être déçu 😃

Lire la suite...
pc_boy9
pc_boy9
MP
le 09 août à 16:47

grenade... GRENADE !!!!!!!

Disponible en exclusivité sur l'EPIC GAME STORE
Lire la suite...
sylvain2205
sylvain2205
MP
le 09 août à 16:16

mouais bof, ressemble trop a quantum et rien dextraordinaire.

niet. trop de jeux superieurs a acheter en septembre ils vont bider.

Lire la suite...
DON_SPYRO
DON_SPYRO
MP
le 09 août à 15:34

Ca a l'air pas mal à première vue mais à voir ! :(

Lire la suite...
ValerioFluo
ValerioFluo
MP
le 09 août à 15:29

J'attends d'en voir plus mais ce jeu m'a l'air intéressant, ça me rappelle l'époque de la PS2 et la mode des jeux nous faisant contrôler des personnages avec des pouvoirs psychiques, tels que Second Sight et Psi-ops.
Dommage que cette mode se soit éteinte sur la gen d'après, mais je suis content que ça revienne au goût du jour

Lire la suite...
IntoTheFire
IntoTheFire
MP
le 09 août à 15:23

Dommage que les personnages soient si peu charismatiques dans les jeux Remedy depuis Quantum Break.
Control avec un héros badass ça aurait pu lancer une vraie nouvelle licence, pareil pour Quantum Break. Mais on se retrouve avec des persos vides et inintéressants.

Lire la suite...
harleen-quinzel
harleen-quinzel
MP
le 09 août à 15:18

que des environnements intérieur, bof bof. je sais que c'est le délire du truc mais bon ça fait pas rever.

Lire la suite...
Phoenix-man
Phoenix-man
MP
le 09 août à 14:29

Vraiment pas mal ce jeux
on peut pas dire que c'est pas un jeux couloirs

Reste à voir si l'intérieur de cet immeuble soit varié tout comme BioShock et aussi gore

Lire la suite...
Commentaire édité 09 août, 14:34 par Phoenix-man
guydegel
guydegel
MP
le 09 août à 12:07

Ca à l'air vachement couloir, bourrin et infantile ce jeu...

Lire la suite...
morcook1
morcook1
MP
le 09 août à 11:39

J'avoue j'suis un peu dubitatif sur le jeu, beaucoup (trop?!) de question me tiraillent, mais j'fais confiance à Remedy et leur savoir faire.
(Hâte au différent test quand même)

Lire la suite...
Commentaire édité 09 août, 11:39 par morcook1
Top commentaires
elbow17
elbow17
MP
le 08 août à 19:46

Un peu trop froide comme ambiance,je ne suis pas convaincu.

Lire la suite...
EmeMcKinnon
EmeMcKinnon
MP
le 08 août à 20:45

Ça m'a l'air gris, froid et terne, j'suis pas du tout fan de la DA. Je passe mon tour ou alors beaucoup plus tard en promo.

Lire la suite...
Boutique
  • Control PS4
    49.99 €
  • Control ONE
    49.99 €
DERNIERS TESTS
  • Test : Yu-Gi-Oh! Legacy of the Duelist - Link Evolution : l’art du bon duel
    SWITCH
  • Test : Dicey Dungeons : Un Rogue-Like d'une intelligence redoutable !
    PC
  • Test : Madden NFL 20 : Sobre mais robuste
    PC - PS4 - ONE
Tous les tests
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Cyberpunk 2077
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Pokémon Épée / Bouclier
    SWITCH
    Vidéo - Bande-annonce
  • Borderlands 3
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce