Menu
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Dernières actualités des jeux vidéo / News jeux vidéo / News business /

Epic Games : Un studio devenu roi de la montagne ?

News business
Epic Games : Un studio devenu roi de la montagne ?
Epic Games : Un studio devenu roi de la montagne ?
Partager sur :

Si vous suivez un tant soit peu le jeu vidéo, la probabilité que vous soyez passé à côté du phénomène Epic Games en 2018 est proche de zéro. L’entreprise américaine s’impose sur un marché vidéoludique prompt au changement avec une facilité déconcertante et marque des points sur tous les fronts auprès des joueurs et des professionnels. Fortnite, Unreal Engine, store online... Epic Games dévoile une stratégie globale. Le studio est-il en passe de devenir le roi de la montagne ? La rédaction de jeuxvideo.com se penche sur le sujet.

Il était une fois Epic

Unreal of War

Epic Games : Un studio devenu roi de la montagne ?

27 ans… il aura fallu près de trois décennies à Tim Sweeney et son studio né en 1991 à Potomac, une ville située dans le Maryland, pour réaliser le casse du siècle et se hisser au sommet du monde vidéoludique. Potomac Computer Systems, tel est le nom de l’entité qui donnera naissance à Fortnite quelques années plus tard. Suite au développement de ZZT qui se termine en octobre 1991, le créateur prend la décision de transformer la jeune structure en studio de jeu vidéo et la renomme pour l’occasion Epic MegaGames dès 1992. Seul employé à cette époque, Tim Sweeney s’associe à Mark Rein et lance une phase de recrutement.

Epic Games : Un studio devenu roi de la montagne ?

Epic MegaGames compte dans ses rangs une vingtaine de collaborateurs dont Cliff Bleszinski, un jeune homme âgé alors de 17 ans qui deviendra une figure emblématique du studio. Les années passent. Epic MegaGames grandit et enchaîne les projets. Tous ces efforts consentis sont récompensés en 1998 lors de la sortie de Unreal, un FPS co-développé avec Digital Extremes, qui devient de suite l’épine dorsale du studio. Le succès du premier opus donne ainsi naissance à une franchise forte de sept épisodes sur une fenêtre de dix ans.

Epic Games : Un studio devenu roi de la montagne ?

En février 1999, Epic MegaGames s’installe à Cary, une ville située en Caroline du Nord, et simplifie son nom en supprimant le terme “Mega”. La naissance d’Epic Games est effective. Ce studio rassemble sous un même toit l’ensemble des forces créatives à l’origine de Unreal. Et cette stratégie s’avère payante quelques mois plus tard. Unreal Tournament est un énorme carton et confirme le savoir-faire du studio sur la scène internationale. Epic Games se concentre dès lors sur le développement de suites à destination du PC et de la Xbox tout en approchant Microsoft pour leur vendre l’une des futures exclusivités majeures de la Xbox 360.

Epic Games : Un studio devenu roi de la montagne ?

Sentant le marché des jeux solo sur PC en ballotage défavorable, Epic Games se tourne vers le développement de projets sur consoles de salon. De cette décision naît le TPS futuriste et acclamé Gears of War en 2006. Et le succès est au rendez-vous. Le studio dégage d’importantes dividendes lui donnant la liberté d’acquérir la majorité des parts de People Can Fly (Gears of War Judgment, Bulletstorm), d’acheter Chair Entertainment (Shadow Complex) et de sortir Unreal Tournament III (2007). Et Epic Games poursuit sur sa lancée avec Gears of War 2 (2008) avant de clôturer sa trilogie sur Xbox 360 trois ans plus tard avec Gears of War 3.

Epic Games : Un studio devenu roi de la montagne ?

En parallèle, l’entreprise surfe sur la montée en puissance du marché mobile et lance Infinity Blade, un jeu d’action qui connaîtra deux suites en 2011 et 2013. Durant ce laps de temps, un certain Fortnite est annoncé au Spike Video Game Awards. Et le studio s’intéresse de près à toutes les évolutions technologiques. L’engouement pour la réalité virtuelle motive Epic Games à développer Robo Recall, un jeu d’action futuriste et accessible destiné à l’Oculus Rift, qui séduit instantanément la sphère VR en 2017.

La mutation Games As A Service

Epic Games : Un studio devenu roi de la montagne ?

L’heure est désormais aux titres Free to Play et aux Games as a Service. L’éclosion de ces nouveaux modèles économiques et leur succès grandissant donnent des idées à Epic Games qui y flaire l’avenir du jeu vidéo. Le refus de Microsoft quant au développement d’un épisode purement multijoueur pour la saga Gears of War avait fini de convaincre les dirigeants de s’émanciper du constructeur américain en lui cédant les droits de la licence. Et ce virage se concrétise en 2012 lorsque Tencent obtient 40% de la société en échange de 330 millions de dollars et de ses connaissances dans les domaines précédemment cités, le géant chinois possédant entre autres Riot Games (League of Legends) ainsi que Supercell (Clash of Clans, Clash Royale).

Epic Games : Un studio devenu roi de la montagne ?

Débute alors une longue et colossale transformation pour Epic Games qui se consacre aux développements de plusieurs Games as a Service à commencer par Fortnite, Paragon et Unreal Tournament. Cette décision s’accompagne du départ de Cliff Bleszinski et plusieurs autres pontes pour diverses raisons, qu'elles soient personnelles ou professionnelles. Et les premiers retours de bâton mettent à l’épreuve la vision encore jeune de l’entreprise. Les échecs de son Battle Arena et de son TPS coopératif forcent Epic Games à revoir sa copie. Et la graine du Battle Royale ne tarde pas à germer. Le phénomène PlayerUnknown's Battlegrounds donne la puce à l’oreille aux créatifs derrière Fortnite qui larguent une bombe en septembre 2017 sur PC et consoles.

Le Tsunami Battle Royale

Epic Games : Un studio devenu roi de la montagne ?

En l’espace de quelques mois, Fortnite Battle Royale roule sur l’industrie et s’impose dans les chaumières. Le projet opportuniste devient une poule aux oeufs d’or pour Epic Games qui s’emploie saison après saison à enrichir l’expérience de jeu pour le plus grand plaisir des fans. TPS Free to Play accessible et coloré à l’action débridée constamment mis à jour… l’efficacité de la formule et le travail abattu par les équipes sont à saluer. Et les résultats affichés fièrement par l’éditeur confirment l'ampleur du phénomène. 10 millions de joueurs en deux semaines, 200 millions fin 2018 selon Bloomberg… Fortnite domine de la tête et des épaules le marché du gratuit.

Epic Games : Un studio devenu roi de la montagne ?

Et Epic Games compte toucher une majorité de joueurs en portant son Battle Royale sur l’ensemble des plateformes estampillées "Gaming". PC, consoles de salon dont la Nintendo Switch et les mobiles accueillent ce jeu de tir multijoueur devenant instantanément un carton en termes de téléchargements et de temps de jeu sur chacune de ces machines. Et les supposés 3 milliards de dollars de bénéfices engrangés par Epic en 2018, dont 2 milliards pour le seul Fortnite (sources : TechCrunch), ont de quoi donner le tournis à n’importe qui. A titre de comparaison, c'est trois fois plus que l’éditeur numéro 1 en occident… Activision-Blizzard. Autrefois estimé à 825 millions de dollars, Epic Games vaut désormais la bagatelle de 4.5 milliards de dollars, une somme colossale à l’image des résultats de son TPS Free to Play.

Epic Games : Un studio devenu roi de la montagne ?

Et la puissance de Fortnite ne s’arrête pas au simple constat financier. Ce jeu a le pouvoir de faire bouger les lignes sur certaines questions cruciales. Le Cross-Play ne fait pas l’unanimité auprès des constructeurs. Si certains se laissent tenter, d’autres rechignent à fusionner les communautés de joueurs. Pourtant, Fortnite est parvenu à ses fins. Sony a cédé face à la grogne générale et à l’importance du TPS d’Epic Games. Et pour cause, le monde du streaming et de l’esport vivent au rythme d’un Fortnite omniprésent et omnipotent. La multiplication des tournois et des Cash Prizes faramineux installent durablement la discipline sur la scène compétitive. Et le récent communiqué de Twitch indiquant Fortnite comme le jeu le plus regardé de 2018 ne fait qu’accentuer cette domination.

Pour remercier sa communauté et démocratiser le Cross-Play, Epic Games offre aux studios (et donc au monde) sa technologie permettant à tout à chacun de s’affronter peu importe la machine. Au-delà de l’effet d’annonce, la société s’invite intelligemment chez les professionnels de l’industrie.

Des fondations software

Epic Games : Un studio devenu roi de la montagne ?

Le destin d’Epic Games est intimement lié à la technologie. Très tôt, en 1998 pour être précis, Tim Sweeney et ses équipes montrent l’étendue de leur talent en présentant à travers le FPS Unreal le moteur éponyme. Salué par les professionnels, l’Unreal Engine ne tarde pas à convaincre de nombreux studios. 16 projets exploitent dès 1999 le code d’Epic Games parmis lesquels Deus Ex et Duke Nukem Forever. A cette époque, l’Unreal Engine offrait ses services pour 250 à 350 mille dollars et 5 à 7% de royalties sur les ventes. Epic Games souhaitait faire fructifier les investissements consentis dans le développement de ses propres jeux à travers une technologie propriétaire, partagée et modifiée par les développeurs.

Epic Games : Un studio devenu roi de la montagne ?

Cette décision loin d’être anodine pose sur des rails la firme pour les décennies à venir. Quatre versions majeures du moteur ont existé depuis lors et le modèle économique reste figé dans les grandes lignes jusqu’en 2015. Trois ans après l’arrivée de Tencent dans son capital, Epic Games surprend l’assemblée de la Game Developers Conference en donnant accès gratuitement à son moteur de jeu contre 5% des revenus une fois les 3.000$ atteints par trimestre. Le fait de payer permet de faire appel à l’équipe officiant sur l’Unreal Engine pour des développements spécifiques.

Epic Games : Un studio devenu roi de la montagne ?

En parallèle et toujours dans l’optique de tendre la main aux développeurs, Epic Games lance en septembre 2014 l’Unreal Engine Marketplace, une boutique en ligne autorisant les studios et éditeurs à vendre divers assets, modèles, sons et extraits de code moyennant 30% des ventes. Avec le succès de son moteur et de Fortnite, la firme réduit ce pourcentage pour atteindre les 12% en 2018. Et cette stratégie d’ouverture porte ses fruits. Bandai Namco (Tekken 7), Capcom (Street Fighter V), Ninja Theory (Hellblade : Senua's Sacrifice), Microsoft (State of Decay 2), Warner Bros (Injustice 2)... nombreux sont les éditeurs séduits par l’offre d’Epic Games.

Epic Games : Un studio devenu roi de la montagne ?

L'Unreal Engine 4 permet de réduire drastiquement les coûts de développement tout en garantissant un suivi optimal et en facilitant les projets multi-plateformes. Et cette solution clé en main s’avère être du pain béni pour les studios indépendants aux budgets serrés qui se ruent sur un UE4 attractif sur bien des aspects. Plus de 200 jeux vidéo furent ou sont développés actuellement avec cette version du moteur, preuve incontestable de son succès et de sa popularisation auprès des professionnels. Et les concurrents s'avèrent peu nombreux. Nous pourrions citer l'incontournable Unity ou encore un Cry Engine en perte de vitesse.

Rebattre les cartes

Epic Games : Un studio devenu roi de la montagne ?

La distribution dématérialisée sur PC est cadenassée depuis trois lustres par Valve et sa plateforme Steam. Et certains joueurs attendaient depuis longtemps l’arrivée d’un nouvel acteur majeur pour changer la donne. Lorsque Epic Games annonce aux Game Awards 2018 l’ouverture d’une boutique en ligne, la surprise n’a d’égal que la logique qui se cache derrière cette nouvelle stratégie. Le succès planétaire de Fortnite et la présence accrue de l’Unreal Engine sur le marché laissaient entrevoir une telle possibilité.

Epic Games : Un studio devenu roi de la montagne ?

L’entreprise américaine exploite intelligemment les milliards de dollars récoltés en 2018 et un launcher installé sur des millions de machines (200 millions de joueurs sur Fortnite, 125 millions d'utilisateurs actifs sur Steam) pour secouer la fourmilière PC une bonne fois pour toute. Sa politique se veut agressive et prend les acteurs du marché par les sentiments, à savoir l’argent. L’Epic Games Store ne prélève que 12% des ventes contre 30% sur Steam. Quant aux développeurs utilisant l’Unreal Engine 4, ces derniers sont dispensés des 5% de royalties liés au moteur… une petite attention qui n’est pas pour déplaire aux studios. Pourtant, cette baisse de “charge” ne se répercute pas encore sur les prix. La boutique a tout de même d’autres atouts dans sa manche pour séduire les joueurs et les inciter à changer leurs habitudes de consommation.

Epic Games : Un studio devenu roi de la montagne ?

Epic Games mise sur certaines exclusivités et autres effets d’annonce. La gratuité du jeu Subnautica sur une courte durée est une première étape. Et ce store continue de se démarquer en offrant un jeu toutes les deux semaines (Super Meat Boy, What Remains of Edith Finch) et en sécurisant temporairement ou non plusieurs jeux attendus de pied ferme par la communauté. Hades, Super Meat Boy : Forever, Journey ou encore Ashen et surtout Tom Clancy's The Division 2 sont autant de raisons de se laisser tenter. Tommy Refenes (co-fondateur du studio Team Meat) embrasse cette initiative "Je pense que cela sera perçu dans les années à venir comme le début d'une nouvelle ère du jeu vidéo sur PC, et je suis fier d'en faire partie."

Epic Games : Un studio devenu roi de la montagne ?

Si Epic Games se défend de vouloir écraser Steam, nul doute que ce store aura un impact sur le marché PC avant de s’aventurer sur Android et bien d‘autres plateformes dites “ouvertes”. Pour Greg Kasavin (scénariste et designer pour Supergiant Games), toute forme de compétition est salutaire pour le marché et stimule la concurrence "J'ai l'impression que Valve est toujours aussi déterminé à maintenir sa position de force. De plus, Valve est exactement le genre de studio qui souhaite avoir une forte concurrence sur le marché."

2018 fut l’année d’Epic Games et 2019 risque fort bien de suivre une voie similaire. La firme basée en Caroline du Nord a eu l’intelligence d’investir pour maîtriser les différents maillons de la chaîne vidéoludique. Loin de s’être simplement débarrassé de nombreux intermédiaires, Epic Games peut se targuer de devenir incontournable pour les développeurs et les joueurs. Roi de la montagne Free to Play, moteur de jeu gratuit et plateforme de distribution clinquante... le vent souffle intensément dans les voiles d’Epic Games. Toutefois, une telle domination est à surveiller dans les mois et années à venir. Un règne sans partage peut avoir des conséquences.

Profil de Silent_Jay,  Jeuxvideo.com
Par Silent_Jay, Journaliste jeuxvideo.com
MPTwitter
Epic Games

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
mirvaak
mirvaak
MP
le 25 janv. à 23:55

fornite ce cancer du jv, plein de kidz qui se pense skillé, des titres putaclic de partout sur le thème, où va le monde ?

Lire la suite...
Mr_Aquarium
Mr_Aquarium
MP
le 14 janv. à 22:41

Forcément un BR comme celui ci et gratuit , c'est évident qu'il allait marché du feu de dieu . Tout les enfants que je connais y joue puisqu'il est gratuit .perso j'ai testé et je suis pas fan du tout mais il en faut pour tout les goût et c'est GRATUIT .
Moi ce que je retient d'epic c'est surtout Gears of Wars ou j'ai passé des milliers d'heures sur tout les numéro , sauf le judgement . Et je retient aussi leur moteur de jeux qui a fait ces preuves .
Bref vive Epic , un des meilleurs studio a mon sens !

Lire la suite...
wagami
wagami
MP
le 14 janv. à 22:01

bah c'est un peu dans l'air du temps ce sont les monsanto , les amazon et les BP du jeux vidéo
une belle image de philanthrope , qui à tout inventé prête à tout pour offrir à ses clients la plus belle des expérience alors qu'en vérité ce ne sont que des ordures froides et sans âmes qui ne subsistent que pour faire du fric et toujours plus de fric au détriment de tout le reste et qui sont prêtes à tout détruire tant que ça continue de leur rapporter , une honte . tu sais que tu deviens un vieux con quand tu te rends compte que l'industrie du jeux vidéo est une immense citerne de merde liquide d'ou ne réchappe que quelques solides et rares pépites et que tu commences à laaaargement préférer le monde de l'indé .

Lire la suite...
Tevreuil
Tevreuil
MP
le 14 janv. à 19:31

Gears of War 4 est un jeu plus que correct qui a su rafraîchir la formule avec son système de classes/cartes compétences mais qui reste globalement très inférieur à ce que fut Gears of War 2 en terme de campagne ou Gears of Wars3 en termes de contenu.
J'espère qu'Epic Games tirera des enseignements pour GoW5.

Lire la suite...
Salynier
Salynier
MP
le 14 janv. à 18:30

En même temps fortnite = niz à ksos et ados prépubère

Lire la suite...
ClaireDearing
ClaireDearing
MP
le 14 janv. à 18:22

faites revenir unreal et aux oubliettes de fortnite

Lire la suite...
Darkus85
Darkus85
MP
le 14 janv. à 18:11

Fortnite c'est un free to play tout le monde peut y jouer même sur mobile et ça c'est cool Epic games ont tout compris success mérité

Lire la suite...
mimeal55
mimeal55
MP
le 14 janv. à 18:06

Quand on voit le nombre de bon jeu complètement ignorer et là on a droit tout les jours à une news de fortnite on voit bien les priorité médiocre de JVC

Lire la suite...
bmomo72
bmomo72
MP
le 14 janv. à 16:05

Perso fortnite, j'ai essayé, j'ai pas aimé, après les goûts et les couleurs....
Moi ce qui m'ennuie dans ce qui se passe aujourd'hui, c'est que tout est ramené a ce jeu, ou ce genre.... On peut pas avoir une journée ou une semaine sans en entendre parler... C'est gavant... Mais bon c'est la mode du moment, comme call of en son temps....
Après la presse a une grande part de responsabilité, même s'il paraît logique de parler de ce qui marche. Il y a tellement autres choses dans le jeu vidéo que cette unique mode...

Lire la suite...
ShadoWAsheS
ShadoWAsheS
MP
le 14 janv. à 15:07

Article intéressant, mais dommage que seuls les succès soient cités, puisque si Epic a parfois très bien géré, ils ont aussi parfois connu des échecs qui auraient pu les mettre à mal.
Dommage aussi qu'il n'y ait pas d'allusion à l'affaire Improbable/Unity, au fait que Fortnite est devenu un labo à ciel ouvert pour l'UE4, ou encore à l'UDK, qui a préfiguré la gratuité de l'UE4.

Lire la suite...
Top commentaires
deGrasseTyson
deGrasseTyson
MP
le 13 janv. à 17:39

Roi de la montagne uniquement grâce à Fortnite.

D'ailleurs "grâce" à ce jeu on a perdu Paragon et Unreal Tournament 4 , merci beaucoup Epic Games :)

J'ai hâte de voir la hype du BR retomber pour les voir ensuite se mordre les doigts d'avoir abandonné 2 très bons jeu uniquement pour s'engraisser hyper vite :ok:

Lire la suite...
N4N4R
N4N4R
MP
le 13 janv. à 17:40

C'est bizarre silent jay, tu ne parles jamais de ce qu'était Fortnite avant, que les milliers de baker avaient donnés leurs tunes pour un jeu PVE et non jamais été entendue, ni même remboursé. Bref encore un dossier stérile qui ne fait que du name dropping et un énoncé de fait.

Lire la suite...
Boutique
  • Fire Emblem : Three Houses - Edition Limitée
    99.99 €
  • Console Nintendo Switch avec Joy-Con - rouge néon/bleu néon
    292.00 €
  • Yoshi Crafted World
    45.99 €
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Borderlands 3
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Days Gone
    PS4
    Vidéo - Bande-annonce
  • Star Wars Jedi : Fallen Order
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Pokémon Épée / Bouclier
    SWITCH
    Vidéo - Bande-annonce
  • The Elder Scrolls Blades
    IOS - ANDROID
    Vidéo - Bande-annonce
Jeuxvideo.com