Menu
Créer un contenu
News hardware
La Xbox One X à l'essai
La Xbox One X à l'essai
ONE
Partager sur :

Présentée en grande pompe lors de l'E3 2017, après des mois de teasing, la Xbox One X sera bientôt une réalité et devrait trouver son chemin vers les salons de bien des gamers. Pourtant, la console reste encore entourée de mystères et il existe toujours de nombreuses questions à son sujet. Après l'avoir découverte à Los Angeles, puis à Cologne, à l'occasion de la gamescom, Microsoft nous a invité à Londres pour essayer à nouveau la console, sur une série de jeux à paraître... et d'autres, déjà bien connus des joueurs. De quoi se faire un nouvel avis sur la machine.

La Xbox One X à l'essai
Sony et sa PlayStation 4 Pro ont ouvert le chemin.

Les consoles de mi-génération n'ont pas bonne presse, et Microsoft le sait. Beaucoup de joueurs ne sont pas prêts à investir de nouveau plusieurs centaines d'euros dans une machine, pour un simple upgrade graphique. Mais le constructeur américain a une chance : Sony a ouvert le bal et a concentré la majeure partie des critiques sur sa PS4 Pro. La dernière PlayStation en date a soulevé de nombreuses interrogations quant à cette nouvelle gamme de consoles, vendues comme plus puissantes, et permettant à des jeux, patchés pour l'occasion, de présenter leur plus beau visage. Sauf que voilà : aux yeux de certains, le gap entre la PlayStation 4 et sa versions survitaminée n'est pas suffisant pour justifier un achat. Pire, le support des éditeurs et développeurs, sensés mettre à jour les nombreux titres de qualité de la console, n'a pas été aussi important que l'on pouvait l'espérer. De quoi susciter la méfiance de bien des joueurs, en somme.

Pour Microsoft, la mission peut donc paraître aisée. La Xbox One était notoirement moins puissante que la PlayStation 4, à l'inverse de sa One X, qui elle gonfle ses biceps face à une PS4 Pro plus fluette. L'écart de puissance entre la One et la One X est donc plus important. Pas de quoi impressionner les joueurs pour autant, qui attendent de voir comment se comporteront les éditeurs et développeurs vis-à-vis d'une machine dont on ignore encore les capacités réelles.

Voilà pourquoi Xbox avait réuni la presse européenne à Londres. Une grande pièce, de l'obscurité et surtout de nombreuses stations de jeu, qui accueillaient toutes des Xbox One X, connectées à des téléviseurs 4K. Au programme ? Forza Motorsport 7 bien entendu, mais aussi Assassin's Creed Origins, Rise of the Tomb Raider, Gears of War 4, Cuphead, Quantum Break... Quatre heures passées à jouer, pour un résultat globalement positif, mais qu'il faut nuancer.

Hmmm, la 4K c'est délicieux

La Xbox One X à l'essai
Comme Forza Motorsport 5 en 2013, ce septième opus est une vraie démo technique

Puisqu'il est le fer de lance de la Xbox One X, c'est tout naturellement que nous nous sommes dirigés vers l'espace dédié à Forza Motorsport 7. De quoi faire nos premiers pas dans son mode Carrière, mais surtout de tester le jeu dans une diversité de situations appréciable. Nous avons ainsi pu piloter plusieurs véhicules, sur différents circuits ; sous la pluie, à l'aube, en pleine journée, bref de quoi jouer avec la luminosité et les couleurs du jeu. Présenté d'une part en 4K 60 fps sans HDR, et en 4K 60 fps avec HDR d'autre part, Forza Motorsport 7 affiche sans surprise un bien agréable visage. Il s'agit ici de « vraie » 4K, native donc. Un exploit que peut se permettre la machine puisque les jeux de course comme Forza Motorsport 7, aussi magnifiques soient-ils, demandent logiquement moins de ressource que les grands jeux d'action-aventure en monde ouvert. Le résultat n'en reste pas moins étonnant, pour une console de salon. Bien entendu, les voitures sont sublimes, mais c'est surtout grâce à la précision de ses nombreux effets de lumière que le jeu de Turn 10 impressionne. Puisque le jeu propose enfin un système de météo dynamique (trois ans après Forza Horizon 2, bravo), les développeurs ont pu s'amuser avec la One X et créer une foultitude d'effets tous très saisissants. C'est particulièrement vrai lorsque l'on prend le volant à l'aurore, alors que le ciel est encore encombré de nuages noirs. La lumière voilée qui se reflète péniblement sur l'asphalte humide, les carrosserie qui prennent une teinte orangée... C'est tout simplement beau. Ici donc, la One X tient toutes ses promesses.

La Xbox One X à l'essai
Dans sa version One X, Assassin's Creed Origins est probablement le jeu console le plus impressionnant qu'il nous ait été donné de voir.

Mais en matière de claque visuelle, il y a un jeu qui s'est révélé beaucoup plus surprenant : Assassin's Creed Origins. Forza Motorsport 7 mis à part, c'est bien le titre d'Ubisoft qui nous a le plus bluffé. La distance d'affichage, le niveau de détails, les couleurs, la lumière... On avait rarement vu un tel résultat sur une console de salon. Probablement jamais, en fait. Notre premier contact avec le jeu s'est fait de manière détournée puisque c'est un autre journaliste qui essayait Origins. Pendant un instant, nous avons cherché à vérifier si l'image retransmise était bien celle envoyée par la console, et non pas par un ordinateur caché dans un coin sombre de la pièce. L'installation étant plutôt simple, nous avons du nous faire une raison : le jeu tournait bel et bien sur Xbox One X, ou tout du moins un devkit de celle-ci. C'est une fois manette en mains que l'on comprend que l'on est bel et bien sur console. Car si Assassin's Creed Origins est franchement splendide sur la console de Microsoft, on constate rapidement quelques imperfections ici et là. À commencer par de nombreux détails qui ne bénéficient pas du même degré de finitions (certaines plantes notamment), ou de textures un peu brouillonnes, ici et là. D'autant que le jeu tourne ici à 30 images par seconde, parfois légèrement plus. Finalement ce qui nous a le plus dérangé, ce sont les animations de certains PNJ, d'une raideur préhistorique.

La Xbox One X à l'essai
On est curieux de voir comment se comportera le jeu, sur One X, lors de grosses

À noter que nous avons eu la possibilité de discuter avec un représentant d'Ubisoft, présent sur place. Pas franchement dans son élément lorsque nous l'avons questionné sur les technologies employées (supersampling ? Checkerboard rendering?), l'homme a préféré nous lire une réponse officielle, ajoutant qu'il espérait que « l'on y comprenait quelque chose ». Le texte en lui-même restait assez vague, mentionnant toutefois l'utilisation d'un système de résolution adaptative. On imagine donc que lors des scènes les plus gourmandes, le jeu réduit automatiquement sa résolution. Un procédé bien connu des joueurs Xbox, qui avaient déjà pu l'expérimenter sur Halo 5 : Guardians. Tournant en 1080p à 60 fps, le shooter de 343 Industries utilisait ce même système en campagne solo, lorsque l'action devenait trop intense. Un stratagème plutôt habile et indécelable lorsqu'il est bien réalisé. La démo d'Assassin's Creed Origins ne nous ayant pas franchement permis de mettre à mal la One X, nous n'avons donc pas pu tester ce point en particulier. Mais du reste, le nouveau bébé d'Ubisoft nous a convaincu. On est même plutôt surpris d'atteindre un tel niveau de rendu, sur une machine proposée à 499€.

Les titres du passé, puissance X

Comme sa copine la PlayStation 4 Pro, la Xbox One X promet de magnifier les jeux déjà parus sur Xbox One. Dans les faits, on ne s'attend pas à ce que tous les jeux parus depuis 2013 sur One aient droit à un tel traitement. D'autant que le géant américain s'est déjà prémuni d'un éventuel bad-buzz, en précisant que les développeurs et les éditeurs concernés étaient libres de choisir si oui ou non ils tireraient partie de la puissance de la One X. Si un certain d'entre eux pourraient se prêter au jeu, pour la simple et bonne raison que cela fera un peu de publicité à leurs anciens titres, et donc de grappiller quelques ventes supplémentaires, les paramètres sont trop nombreux, les situations trop différentes. Impossible donc d'estimer le nombre d'anciens jeux qui bénéficieront de ces fameux patchs.

La Xbox One X à l'essai
Rise of the Tomb Raider, version One X, est la plus belle version console du jeu.

Forcément de son côté, Xbox se doit de montrer l'exemple. C'est donc sans surprise que nous avons retrouvé, à Londres, plusieurs jeux populaires de la Xbox One, comme Gears of War 4, Rise of the Tomb Raider ou encore Quantum Break. Tous proposés en 4K + HDR, les jeux avaient fière allure mais admettons le : ils nous ont moins impressionné que Forza 7 ou Assassin's Creed Origins. Le titre de Crystal Dynamics avait toutefois des arguments à faire valoir. Il reprend en fait la logique de la version PS4 Pro, qui permettait de choisir entre trois configurations possibles, en les améliorant. À ceci près qu'outre le mode 1080p + 60 fps, Rise of the Tomb Raider version Xbox One propose un mode 4K native (en 30 images par seconde), et un autre également présenté comme 4K mais avec une emphase sur les détails. Ce dernier remplace le mode 1080p / 30 fps / effets poussés au maximum présents sur la version PS4 Pro du jeu. Nous avons testé les différents modes d'affichage et bien entendu, celui qui a le plus retenu notre attention n'est autre que le premier. Rise of the Tomb Raider était déjà très beau, lors de sa sortie en novembre 2015, surtout sur les scènes d'intérieur. La démo nous permettait justement de revivre l'une des premières scènes du jeu, lorsque Lara explore le tombeau du prophète, en Syrie. Et sans surprise, on en a pris plein la rétine. À ceci près que certains textures nous ont paru un peu en dessous, et que l'on attendait mieux des effets de lumière, qui étaient assez bluffants déjà sur le jeu original. Si cette version est clairement plus aboutie techniquement que celle disponible sur PlayStation 4 Pro, elle reste en dessous de ce que peut proposer un PC, même avec des settings placés en « Élevé ». Cela étant, on en demande peut-être trop, d'autant que la version PC du jeu souffrait d'une mauvaise optimisation.

La Xbox One X à l'essai
Gears of War était joli mais il ne nous a pas franchement impressionné.

De leurs côtés, Gears of War 4 et Quantum Break ne nous ont pas bouleversé. Si l'on a bien sûr noté l'utilisation l'apport du HDR sur Quantum Break, ou la bonne distance d'affichage sur certains niveaux de Gears 4, l'ensemble est très joli, sans être franchement révolutionnaire. C'est surtout les personnages qui ont gagné en détails là où les décors sont certes plus nets mais sans bénéficier du même niveau de précision que les personnages. Notez que le TPS de The Coalition était déjà plutôt joli, Quantum Break avait franchement besoin de ce gros coup de polish. Rappelons qu'à l'époque, Remedy avait utilisé une curieuse technique, qui superposait quatre images en 720p 4xMSAA (Multi-Sample Anti-Aliasing) pour donner un rendu proche du 1080p. Un tour de passe-passe moyennement convaincant à l'époque, qui n'est plus nécessaire aujourd'hui.

Quoi qu'il en soit, ces quelques heures de jeu sur Xbox One X nous ont plutôt convaincus. La console en a sous le capot et surtout, il est évident que les ingénieurs de Microsoft ont travaillé un long moment sur son architecture, et son optimisation. Pour une console proposée à 499€, le résultat, sans être ahurissant, reste toutefois assez impressionnant, notamment sur les jeux à paraître (Assassin's Creed Origins, Forza Motorsport 7). Toutefois, il est encore difficile d'avoir un avis définitif sur la One X puisque les démos présentées étaient assez limitées. D'autant que si nous avons pu essayer la console sur des téléviseurs 4K, on aurait aimé pouvoir tester ces jeux sur des écrans Full-HD. En effet, Xbox a fait savoir que si sa console est destinée au jeu 4K, elle a aussi un intérêt pour les joueurs qui ne sont pas encore prêts à investir dans un nouveau téléviseur. Sur un afficheur plus classique, la One X est supposée utiliser sa puissance autrement, notamment en insistant sur le framerate, ou le niveau de détails. On ne demande qu'à les croire, encore faudrait-il que l'on puisse tester nous-même cette fonctionnalité. On imagine que l'on aura plus de réponses dans les semaines à venir.

Note : les images utilisées dans cet article sont de simples illustrations et ne sont pas des captures d'écran Xbox One X

Profil de Epyon,  Jeuxvideo.com
Par Epyon, Journaliste jeuxvideo.com
MPTwitter
Annonce

COMMENTAIRES

Tous les commentaires (0)
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Boutique
FIFA 20 - Standard Edition Amazon 44,99€
The Legend of Zelda: Link's Awakening Amazon 41,99€
Nintendo Switch avec paire de Joy-Con Rouge Néon et Bleu Néon Amazon 299,98€
Les jeux attendus
1
Call of Duty : Modern Warfare
25 oct. 2019
2
The Last of Us Part II
21 févr. 2020
3
Death Stranding
08 nov. 2019
4
Cyberpunk 2077
16 avr. 2020
5
Final Fantasy VII Remake
03 mars 2020