Créer un contenu
News débat et opinion
PlayerUnknown's Battleground, le tueur de AAA
PC ONE
  • Partager sur :

Par bien des aspects, les joueurs de jeux vidéo sont de curieuses créatures. Régulièrement, ils peuvent être sans pitié avec certains titres, en se montrant très exigeants face à ce qu'on leur propose. Ce qui est une bonne chose puisque cela tire l'industrie vers le haut : les éditeurs craignent leurs réactions et font absolument tout ce qui est en leur pouvoir pour éviter le bad-buzz. Pourtant, par moments, ces mêmes joueurs s’oublient et c’est tout ce petit monde qui subitement se met à graviter autour de la dernière curiosité à la mode. Comme récemment, avec le sympathique PlayerUnknown's Battleground.

PlayerUnknown's Battleground, le tueur de AAA

PlayerUnknown’s Battleground. Voilà un succès que l’on n’avait pas vu venir. Pourtant, depuis quelques mois, le jeu du studio Bluehole est au centre de toutes les conversations. Sur Steam, il truste les podiums, de telle sorte qu’il est en ce moment même l’un des jeux les plus joués sur la plate-forme de Valve. Lors de l’E3, c’est le géant Microsoft, qui lors de sa conférence Xbox, lui a réservé quelques minutes pour annoncer une version Xbox One X. Sur Twitch, n’en parlons même pas : PUBG est partout, et au moment où ces lignes sont écrites, il est le troisième jeu le plus diffusé, derrière les monstres sacrés que sont HearthStone et Dota 2. Un engouement que j’ai du mal à m’expliquer, mais qui est finalement à l’image du monde du jeu vidéo, ou en tout cas, de son public. Car c'est ce même public que l'on entend constamment demander de la nouveauté, des concepts originaux. Qui n'hésite pas à critiquer un gros éditeur, quand celui-ci met en vente un jeu encore buggé. Mais parfois, ce même public se montre beaucoup plus généreux. Deux poids, deux mesure, donc, ce qui pourrait à long terme avoir une vraie influence sur toute l'industrie du jeu vidéo.

Une originalité toute relative...

PlayerUnknown's Battleground jouit depuis plusieurs mois d'un succès colossal. Les joueurs le soutiennent massivement. Pourtant, le bébé de Bluehole ne fait pas vraiment dans l'originalité. Si l’on regarde de plus près, sur la forme tout du moins, il n’est pas vraiment différent d’un DayZ, d’un H1Z1, ou d’un Rust. On retrouve les bases de ces jeux de survie qui étaient si à la mode il y a encore quelques années : un environnement vaste et varié (villes, forêts, complexes industriels, etc), bien que convenu ; des armes et leurs munitions, qu’il faudra trouver et utiliser raisonnablement ; des kits de soin permettant de soigner les petits bobos ; et des équipements qu’il faudra là aussi dénicher, pour protéger le corps de son avatar.

PlayerUnknown's Battleground, le tueur de AAAPlayerUnknown's Battleground, le tueur de AAAPlayerUnknown's Battleground, le tueur de AAA

Cette dimension « survie » est ici réduite à sa plus simple expression, puisqu'on ne trouve aucun zombie dans PUBG. Il n’est pas nécessaire de nourrir son avatar, de lui trouver de l’eau, de le prémunir du froid, etc. En somme, c'est un DayZ, en plus limité.

Quant au concept même de Battle Royale, PUBG n'est pas un précurseur, dans le monde du jeu vidéo. Minecraft lui-même a proposé un mode de jeu similaire ; récemment, c'est The Culling qui s'y est essayé, avec le succès (limité) que l'on connait. Finalement, et si l'on met de côté Minecraft qui attire un public particulier, PlayerUnknown's Battleground est peut-être le premier jeu à utiliser le roman de Kōshun Takami, de manière simple et efficace.

The Culling (2016)

PlayerUnknown's Battleground, le tueur de AAAPlayerUnknown's Battleground, le tueur de AAAPlayerUnknown's Battleground, le tueur de AAA

... mais un concept terriblement accrocheur

PlayerUnknown's Battleground, le tueur de AAA
PUBG fait partie de cette catégorie de jeux qui sont aussi amusants à jouer qu'à regarder.

Alors certes, PUBG est sorti buggé, n'invente rien et propose un contenu finalement très limité. Mais la vérité c'est que ce qu'il fait, il le fait extrêmement bien. Le jeu repose sur un gameplay très accessible qui se comprend aussi vite clavier/souris en main, qu'en tant que spectateur. Certains jeux fonctionnent mieux que d'autres sur Twitch, et PlayerUnknown's Battleground fait clairement partie de cette catégorie de jeux qui captent facilement l'attention du spectateur. Le jeu est une usine à situations délirantes, parfois malgré lui, souvent grâce à ses mécanismes. Voilà comment il a acquis un tel succès sur Twitch, ce qui lui a permis de capter de nouveaux joueurs, tous impatients de relever le défi, mais aussi de vivre des moments aussi « wtf ». D'autant que le challenge est à la portée d'à peu près tout le monde. Si bien sûr les joueurs endurcis ont un net avantage sur les débutants, un débutant un peu futé peut tout à fait tirer son épingle du jeu en jouant les ninjas, fuyant les combats et restant caché ici et là. Un comportement couard qui peut conduire à la victoire. Le jeu entretient donc intelligemment l'idée que n'importe qui peut gagner. Il suffit d'un peu d'astuce, de talent, mais aussi d'une once de chance. La mécanique n'est pas très éloignée des machines à sous : on relance une partie en se disant « Cette fois, c'est la bonne ! ». À un détail près : la chance ne fait pas tout, le joueur n'en est que plus impliqué. C'est presque mathématique : dès lors que l'on a commencé à y jouer, on peine à s'arrêter. Mais comme le format des parties est en plus assez court, le jeu se prête bien aux courtes sessions, entre midi et deux, ou le soir, rapidement, avant d'aller se coucher. Le format parfait.

Rajoutons à cela que PUBG, avec sa formule toute simple, parvient à procurer aux joueurs des émotions très fortes. Plus les joueurs se font rares et plus la victoire semble proche... et plus le stress augmente. Un faux pas, une porte ouverte trop vite, une tête qui dépasse au mauvais moment, et c'est la fin de la partie. Impossible de ne pas ressentir cette montée en pression. C'est justement ces rushs d'adrénaline qui rendent PlayerUnknown's Battleground aussi addictif, aussi amusant. Et ça manifestement, PUBG est le seul à y parvenir, c'est là qu'il crée sa différence. Preuve qu'il suffit finalement de peu de choses.

Quel impact sur l'industrie ?

PlayerUnknown's Battleground, le tueur de AAA
Les ventes de Gears of War 4 ont été plutôt faibles. Mais un géant comme Microsoft peut l'encaisser. Ce n'est pas le cas de tout le monde.

PlayerUnknown's Battleground est la preuve même qu'un jeu, malgré ses défauts, malgré son manque d'originalité, malgré sa faiblesse de contenu, peut tout à fait fonctionner, tant qu'il repose sur des idées de gameplay efficaces. Il faut parvenir à toucher le joueur, et peu nombreux sont les jeux à vraiment y parvenir. Pourtant les éditeurs et développeurs ne lésinent pas sur les moyens, au contraire. Plus de modes de jeu, plus de possibilité in-game, plus de missions, plus d'environnements... Il en faut toujours plus pour séduire le joueur, qui réclame et n'hésite pas à faire connaître son mécontentement lorsqu'il estime avoir été floué. Depuis des années, les éditeurs se font la guerre, à coups d'open-worlds toujours plus complexes, de fonctionnalités online toujours plus poussées... Et cela commence à devenir un problème puisque les coûts de développement se sont envolés, ces dix dernières années. À titre d'exemple, l'année dernière Tim Sweeney, le patron d'Epic Games, expliquait avoir vendu la licence Gears of War à Microsoft pour des raisons de sécurité financière. Selon lui, le développement d'un nouvel épisode (le futur Gears of War 4, donc), aurait coûté 100 millions de dollars au studio. Cette estimation, basée sur l'évolution du coups de développement entre le premier Gears of War et Gears of War 3, qui avait coûté 5 fois plus cher à produire que le premier épisode, avait bloqué tout nouveau projet. Selon Sweeney, si le jeu n'avait pas été un succès majeur, le studio aurait du mettre la clé sous la porte. Un risque qu'Epic ne pouvait pas prendre à l'époque. Sweeney a eu du nez, puisque Gears of War 4 a connu des ventes franchement médiocres.

Sauf que voilà : les développeurs et les grands éditeurs promettent toujours plus, les développements se compliquent, et malgré les investissements, malgré les programmeurs qui bossent 90h par semaine, les jeux sont rarement à la hauteur des exigences du public. C'est tout le modèle des jeux AAA qui commence à s'effriter. L'incroyable succès de PlayerUnknown's Battleground témoigne de ce changement qui se joue sous nos yeux.

Il faut que les joueurs aient conscience d'une chose : ce sont eux qui donnent le La. Qui dirigent l'industrie, indirectement, grâce à leur pouvoir d'achat, grâce aux réseaux sociaux. Ces joueurs peuvent descendre en flamme un jeu, comme lui faire connaître le plus grand des triomphes. Les éditeurs les écoutent, cherchent à comprendre leurs envies, leurs besoins. C'est pourquoi la majeure partie d'entre eux s'aligneront sur ce qu'ils pensent être les désirs des joueurs. L'afflux de contenus DLC  payants? Pourquoi en faire moins, quand les ventes sont aussi bonnes ? Les fonctionnalités online de plus en plus présentes ? Lorsqu'il y en a pas, les joueurs estiment que le jeu pourrait être plus complet. Les micro-transactions ? GTA Online brasse des centaines de millions de dollars chaque année par ce biais. C'est parce que les joueurs le permettent que certaines pratiques survivent, et se développent.

PlayerUnknown's Battleground pourrait avoir un vrai impact sur toute l'industrie. Pas forcément sur le genre de jeux (même si les Battle Royale-like devraient bientôt pleuvoir), mais plutôt sur la politique éditoriale de certains éditeurs, qui pourraient être amenés à développer en masse des jeux plus simples, plus limités. Plus amusants ? Rien n'est moins sûr, sinon que l'on y perdrait forcément en richesse. Aussi divertissant soit PUGB, jamais je ne l'échangerai contre un The Witcher III, un Uncharted 4 ou un Zelda : Breath of the Wild. Et vous ?

Profil de Epyon,  Jeuxvideo.com
PC Xbox One Action Aventure MMO MMOFPS Shooter Bluehole, Inc.

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
-Maiden666-
-Maiden666-
MP
31 août, 12:49

Ouai et bien si il continu comme ca, ils ne vont plus tuer grand monde a partir de la rentrée. Car une rentrée forte en sortie, surtout coter EA, qui ce sont gentillment develloper cette été, et qui vont en mettrent plen les dents avec de superbe patch.

-Vous allez me dire, ouai un jaloux etc.....pas du tout ! je suis un peu blazer !! j'ai 700 heure sur PUBG....mais la il ce foute de la gueule du monde....il on ramasser du pognons, et plus rien ne bouge, il reste sur leurs acquis. casiment plus de maj hebdomadaire, le contenu ne suit pas pas d'ajout d'arme (me parler pas des droop), cruel manqe de mode de jeux, et de map.

-Les fameuse escalade, de murs et de barriére qui sont toujours...au pays de reves.

ET ne pas dire qu'il on innover, ils ont tout recuperer de Arma II, comme Dayz la fait avant eux.

Bref un bon jeux, mais qui manque de tout sur le long terme, et qui crevera, si rien ne ce fait rapidement.

Lire la suite...
Zephyphy
Zephyphy
MP
27 août, 22:48

ALORS "En somme, c'est un DayZ, en plus limité." Faux Dayz à une hitbox de merde.
"The Culling " cet étron. PUBG est le meilleur de tous voilà tout. H1z1 était pas mal du tout mais remplit de hacker en multi.

Lire la suite...
[_Orbital_]
[_Orbital_]
MP
27 août, 15:50

C'est juste dommage que les devs se concentrent plus sur l'ajout d'un klaxon plutôt que sur l'ajout d'une animation pour passer correctement un muret de 40 cm de haut...
Je m'amuse aussi sur PUBG, mais les priorités des développeurs sont vraiment débile.

D'autant plus que j'ai l'impression qu'il y a encore plus de lag serveur depuis leur fameuse "optimisation" qui n'a pas l'air d'avoir optimisé grand chose (je tourne en i5-4570, GTX 1060, full medium).

Lire la suite...
LordKatana
LordKatana
MP
27 août, 09:31

Un jeu bien chiant ou il ne se passe rien. On passe son temps à courir ou à se cacher ... Il y a des mods Minecraft mieux faits et plus amusants que ce jeu.

Lire la suite...
Commentaire édité 27 août, 09:37 par LordKatana
casserolx
casserolx
MP
22 août, 13:03

"Pourtant, par moments, ces mêmes joueurs s’oublient " Ils se font dessus?

Lire la suite...
Sergent_Bambou
Sergent_Bambou
MP
21 août, 21:29

Franchement de là a dire que PUBG est le premier à bien utiliser le concept du film à part Minecraft c'est dur à avaler. On oublie Arma qui avait un mode de jeu comme ça qui d'ailleur est plutôt bien réussi. Enfin on vas pas vous apprendre à faire votre métier ?
À moins que...

Lire la suite...
deltat34
deltat34
MP
19 août, 14:40

Le risque d'un jeu comme PUBG c'est que ce soit qu'un effet de mode. En général quand le succès est si soudain et bien la chute n'en sera que plus brutale. Surtout pour un jeu 100% online ultra-casual qui finira forcément pas lasser même les plus endurcis...

J'espère que le monde du jeu vidéo ne ressemblera pas à ça dans 10 ans. En tant que joueur j'ai besoin d'expériences solo qui me marqueront (Half-Life, Bioshock, Spec Ops, Dishonored etc...) sinon je ne verrai plus l'utilité d'acheter de nouveaux jeux vidéos :nonnon:

Lire la suite...
akkira
akkira
MP
17 août, 15:46

Je vois qu'il y a plein de haters dans les commentaires...

Sinon, objectivement, le jeu est bien ou pas?

Lire la suite...
gaet971
gaet971
MP
17 août, 04:02

Ah là là…quelle tristesse quand j'ai ouïe dire que Zelda à l'ancienne c'était fini…Ma vision du jeu vidéo c'est comme le cinéma : - on me propose une histoire,un scénario et j'adhère ou pas. Maintenant c'est vous voulez quoi comme façon de jouer. Rien à voir avec ma conception. Et je pense que le rétro-gaming revient en force à cause de cela. Que chacun reste à sa place : les créateurs de jeux / et les joueurs. Exemple: ce qui a été critiqué à FF XIII(trop linéaire) fut pour moi sa force(courage des développeurs).

Lire la suite...
FrankDrebin2
FrankDrebin2
MP
17 août, 01:16

Excellent article Bravo !

Cela montre aussi que presser les développeurs comme des citrons a une limite et devient à la longue contre productif.

Je rêve sans doute mais vive un rythme durable et la créativité !

Lire la suite...
Top commentaires
zezazien
zezazien
MP
14 août, 09:14

Bugs, Lags, Fps drop, Cheaters, l'essayer c'est l'arreter !

Lire la suite...
Commentaire édité 14 août, 09:16 par zezazien
kasim
kasim
MP
15 août, 01:59

Je pense que l'article passe à côté d'un autre côté très important de PUBG pour son succès.

Une communication claire et efficace. On annonce des patch(4 par mois) et on détaille chaque patch en expliquant clairement aux joueurs sur quoi bosse les dev.

Actuellement tout le monde attendant l'escalade, les dev l'ont annoncé, ont partagé sur Twitter les sessions de motion captur et aujourd'hui ils partageaient des extraits produit avec le moteur du jeu.

Pas de parole en l'air, pas de blabla et pas de promesse non tenue. C'est ça la vraie clé du succès.

Lire la suite...
AvantArrière
  • Accueil
  • Tests (1)
  • News (94)
  • Vidéos (16)
  • Images (72)
  • Wiki / ETAJV
  • Forum
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Assassin's Creed Origins
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Dragon Ball FighterZ
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Call of Duty : WWII
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Star Wars : Battlefront II
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Super Mario Odyssey
    SWITCH
    Vidéo - Gaming Live