Créer un contenu
jeuxvideo.com / Dernières actualités des jeux vidéo / News jeux vidéo / News culture /

Critique Castlevania Netflix : Entre réalité historique et adaptation vidéoludique

News culture
Critique Castlevania Netflix : Entre réalité historique et adaptation vidéoludique
  • Partager sur :

Si en littérature et au cinéma, le Dracula de Bram Stocker reste le chef de file de la mythologie vampirique, la situation est quelque peu différente dans le jeu vidéo. En effet, bien que plusieurs grandes séries (Vampire : La Mascarade, Blood Omen : Legacy of Kain...) se soient habilement penchées sur le cas de cette créature de légende, Castlevania reste un exemple très intéressant, ne serait-ce qu'à cause de sa longévité au moins aussi impressionnante que celle de son personnage central, Dracula. Fait étrange, la saga de Konami n'avait jamais été adaptée en animation jusqu'à ce que Netflix se penche sur le problème. La première saison ayant pris fin après quatre épisodes, petit retour sur une série ayant déjà dû affronter les affres de la critique anti-chrétiens.

Teaser de la série animéeCastlevania

Chargement du lecteur vidéo...

De Vlad Tepes à Dracula

Critique Castlevania Netflix : Entre réalité historique et adaptation vidéoludique

La première chose à savoir concernant le Castlevania de Netflix vient du fait que la série s'est quelque peu réappropriée Castlevania III qui lui-même s'inspirait du Dracula de Bram Stocker qui de son côté s'inspirait de l'histoire de Vlad III Basarab, autrement appelé Vlad Tepes soit Vlad l'empaleur. Fait notable, l'anime de Castlevania choisit de revenir à une certaine réalité historique en posant ses valises non pas en Transylvanie mais bel et bien en Valachie, soit la principauté gouvernée par Vlad III dès 1448. D'ailleurs, d'un point de vue chronologique, il est intéressant de noter que la série débute en 1455, date à laquelle Basarab ne gouvernait pas la principauté.

Le premier épisode s'ouvre donc à cette période lorsque Lisa, du village de Lupu bordant le château du comte, vient quémander auprès de Dracula les connaissances afin de devenir médecin. On regrettera d'ailleurs que l'introduction de Dracula manque de prestance à l'image du chara design, très européen et donc en cela très loin du design des jeux de Konami, mais la plupart du temps assez fade ne serait-ce que dans les expressions des visages. Quoi qu'il en soit, après un échange verbal révélant l'attirance (précoce) des deux êtres l'un pour l'autre, le pilote choisit après quelques minutes de faire un bond de vingt ans dans le passé, pour nous mener à Targoviste en 1475, soit l'année où Vlad III retrouvera son trône à la mort de son frère cadet. On comprend ainsi que les scénaristes se sont davantage penchés sur l'histoire de Vlad Tepes en délaissant quelque peu, du moins pour l'instant, le lore de la série de Konami pour poser les bases de leur série et expliquer l'état mental de Dracula. En effet, sur les conseils de Lisa, Vlad choisit de sillonner le monde pour le comprendre et assouvir sa soif de connaissances. Le revers de la médaille sera la perte de sa promise, brûlée sur le bûché par l'Eglise pour acte de sorcellerie.

Une série anti-chrétienne ?

Ainsi, en l'espace d'une courte introduction, le show dévoile sa nature adulte renforcée par un gore assez prononcé. Si l'apparition de Trevor Belmont renforce les liens de la série avec la saga vidéoludique de Konami, il est à noter que les 4 épisodes de la Saison 1 ont déjà été au centre d'une polémique voulant que les auteurs ont délibérément critiqué la chrétienté, les prêtres étant clairement montrés comme le mal à pourfendre à l'inverse de Dracula, ayant certes déchaîné les enfers sur la Valachie mais suite à la perte de sa femme qui l'a rendu fou. Le comte présenté en tant que victime alors que l'Eglise serait l’institution à abattre ? Adi Shankar, le producteur de la série, a réagi à cette polémique sur la page facebook officielle de la série en déclarant :

En somme, parce-que l'antagoniste principal de la Saison 1 est un évêque, la série serait anti-chrétienne. De façon plus nuancée, on pourrait dire que le show serait anti-Eglise. Je ne suis pas d'accord avec ces deux opinions. J'admets que la Saison 1 critique fortement l'évêque et ses partisans mais ce ne sont pas les seuls représentants de l'Eglise. Ceux qui ont vu l'épisode 4 savent que Trevor Belmont fait équipe avec un prêtre ordonné qui utilise de l'eau bénite pour combattre les démons de Dracula. Je ne vois pas vraiment comment on peut voir cet aspect comme anti-chrétien ou anti-Eglise.

Personnellement, je ne suis pas chrétien mais j'ai plusieurs amis proches qui le sont. Le but de Catslevania n'était pas pas d’être pro ou anti-chrétien. Le but du show était de montrer que le monde n'est pas aussi simple que la lutte du bien contre le mal. Il y a des nuances.

En d'autres termes, ne soyez pas hypocrites.

Je voudrais enfin m'adresser à ceux qui n'ont pas été gênés par la vue du Clergé corrompu de Castlevania. Si vous avez regardé la série en vous disant «Ouais, les chrétiens étaient tous des hypocrites !», vous avez loupé le coche. En fait, j'ai l'espoir que vous vous questionniez à l'image des douze apôtres lorsque Jésus déclara que l'un d'entre-eux le trahirait. Ils ne se pointèrent pas du doigt autour de la table mais se demandérent simplement : Et si c'était moi ?

Critique Castlevania Netflix : Entre réalité historique et adaptation vidéoludique

En d'autres termes, non, Catlevania n'est pas une charge contre l'Eglise mais nous fait comprendre que le monde n'est ni blanc, ni noir. Au delà de ce débat, ces 4 premiers épisodes démontrent toutefois quelques lacunes scénaristiques. On sent en effet que cette Saison 1 est là pour introduire l'univers, fief d'une histoire issue de Castlevania III : Dracula's Curse. Malheureusement, dans son ensemble, cette saison semble faire du surplace en privilégiant quelques dialogues, certes bien écrits mais parfois trop longs ou inutiles. Ceci tient surtout au fait que l'histoire en elle-même est somme toute assez limitée. On y retrouve Trevor, ancêtre de Simon Belmont, et accessoirement chasseur de démons, qui aidé de la sorcière Sypha Belnades va devoir partir à l'assaut du château du comte, ceci signant le cliffhanger de l'épisode 4. Le propos général est donc presque plus important que l'histoire qui avance peu. Il faudra a priori attendre la Saison 2 (composée de 8 épisodes) pour voir les personnages évoluer, assister à la confrontation du trio de chasseurs (Alucard étant le troisième larron de l'équipe) et de Dracula et peut-être avoir droit à un meilleur équilibre entre histoire et action.

Et du point de vue de la réalisation ?

Comme nous le disions plus avant, la série est résolument adulte (l'interdiction aux mineurs n'étant pas innocente), ne serait-ce que dans son esthétique ou bien encore son animation. Pour autant, difficile de dire si cette dernière est à la hauteur du show ou, au contraire, dépassée, surtout si on la compare aux standards de l'animation japonaise actuelle ou à celle du superbe Vampire Hunter D : Bloodlust sorti en 2001. En effet, malgré les nouvelles technologies et l'apport de la 3D, le sentiment de regarder une série inégale prévaut par moments même si les superbes décors côtoient de magnifiques chorégraphies de combats (celle finale étant un modèle du genre) qu'on aurait aimé plus fluides pour un meilleur rendu.

Critique Castlevania Netflix : Entre réalité historique et adaptation vidéoludique

Néanmoins, autant dans ses rouges prédominants, ses jeux de lumière réussis, son doublage de qualité ou sa musique minimaliste accentuant l'atmosphère crépusculaire du show, Castlevania se dote d'une superbe esthétique saupoudrée de quelques clins d'oeil aux jeux pour un résultat des plus solides. On demande toute de même à être pleinement convaincus via la Saison 2 qui ne se privera pas pour envoyer goules, cyclopes et créatures de la nuit à la face de notre trio de chasseurs. On en frémit d'avance.

> Retrouvez l'actualité Cross Media sur notre page dédiée

Profil de Logan,  Jeuxvideo.com

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
coyote0007
coyote0007
MP
20 juil., 12:42

ce qui m'a surtout dérangé est le fait que le 4 épisodes de 20mn auraient pu en faite qu'un de 50mn. En mélangeant mieux action et dialogues

Lire la suite...
Metem521
Metem521
MP
19 juil., 18:15

J'ai pour ma part vraiment bien aimé (mais je n'en attendait pas grand chose).

Je suis déçu par quelques détails :

Le grand ennemi de l'époque de Dracula, ce n'était pas l'église mais l'empire ottoman. Vlad Tepes a été l'ennemi juré du sultan et l'a tellement terrorisé avec ses forêts de pals qu'il l'a un temps empêché de reconquérir la Valachie. Il était d'ailleurs membre de l'ordre du dragon qui était destiné à lutter contre les ottomans d'où le surnom dracul (dragon), dracula.

Je me demande d'ailleurs ce que sont les prêcheurs. Un peu n'importe quoi.

Sinon, 4 épisodes, c'est vraiment trop peu.

Lire la suite...
fruity101079
fruity101079
MP
18 juil., 19:42

Cette adaptation ne devrait même pas exister.
Les dessins sont affreux, l'animation est digne des pires productions françaises des années 80. Quant au rythme. Comment dire, on s'endort devant. Un scène d'action (par action j'entends un moment ou du sang gicle, mais c'est tellement mal fait...) par épisode, entre de long moments de blabla..
Non franchement, a oublier. Vite.

Lire la suite...
ZBoy
ZBoy
MP
18 juil., 10:21

"Catlevania", "Catslevania", ... que d'orthographes différentes...

"vient quémander auprès Dracula" : "auprès de", il me semble

"celle finale étant un modèle du genre" : ca ne se dit pas non plus, ca.

Et c'est toujours hyper-pénible à lire ! Je pense qu'il faut mieux faire des phrase simples et courtes, aller au fait, plutôt que d'essayer de broder avec moult figures de styles qui compliquent la lecture.

Bisous.

Lire la suite...
sukiyakifondue
sukiyakifondue
MP
17 juil., 22:09

...et anti chretien comme la grosse majorité des prod hollywoodienne.... vu qui produit...

Lire la suite...
RubberDeniro
RubberDeniro
MP
17 juil., 17:41

Moche, mal animé, chara design ultra générique, musiques de la saga absentes, et personnages sans saveur.
Bref c'est très mauvais et c'est une insulte à la série.

Lire la suite...
Bankai10
Bankai10
MP
17 juil., 16:48

Franchement, si toutes les adaptations de jeux étaient de cette qualité (cinéma, série, dessin animé)... on serait bien contents et la paix reviendrait dans le monde!

Cette première saison était un test pour Netflix donc budget serré, moyens limités... Adi Shankar et son équipe s'en sont plus que très bien tirés et Netflix ne s'y est pas trompé en commandant une 2ème saison directement et 2 fois plus longue.

C'est un prologue... Oui il en faut un à un moment, tout comme il y a un didacticiel dans un jeu...? :p

Bravo à eux et vivement la suite!!!! :)

Lire la suite...
Furryaoi
Furryaoi
MP
17 juil., 15:36

"Chara design très européen [...] assez fade ne serait-ce que dans les expressions des visages"??? C'est quoi ce vieux commentaire de weeb là? On a évité le moe à tout bout de champs, les yeux qui remplissent les 3/4 de la surface du visage et le fanservice style culotte et gros nibards, je vois pas vraiment où est le problème. L'esthétique de nombreux jeux Castlevania est loin du style manga/anime conventionnel, et ce sont généralement ceux qui sont justement les plus beaux. Moi je trouve justement que l'esthétique global de la série est très respectée, surtout dans le personnage d'Alucard. On retrouve vraiment en lui une inspiration de la patte d'Ayami Kojima, qui a réalisé parmi les plus belles illustrations de la série. Les personnages sont stoïques, l'univers froid et impitoyable, c'est en raccord avec ce qu'on a dans la plupart des jeux. Les seuls gros bémols résident à mes yeux dans l'animation, qui manque un peu de fluidité, et dans le manque de diversité dans les créatures attaquant Wallachia, alors qu'un des points qui a rendu la série légendaire, c'est quand même le bestiaire extrêmement bien fourni. :/ J'ai été également un peu déçu de ne retrouver aucune musique issue des jeux, mais je suppose qu'il s'agit d'un problème de droits, donc ça ne m'a pas tellement étonné.

Après, au niveau du scénar', je peux comprendre qu'il y ait des dents qui grincent. Je suis personnellement friand des histoires qui s'étalent et qui développent les relations entre les personnages, mais je conçoit que les amateurs d'action restent sur leur faim. Je suppose qu'une fois que le groupe sera vraiment à l'intérieur du Castlevania, le ratio de monstres et les combats vont augmenter proportionnellement. Dans l'ensemble, j'ai adoré cette première saison et attend la suite avec impatience! Netflix c'est Midas sérieux <3

Lire la suite...
overkillgamer
overkillgamer
MP
17 juil., 14:11

à quand un article sur le studio: OATS studios????? :ange:

Lire la suite...
panzernecro
panzernecro
MP
17 juil., 12:05

Etant abonné à Netflix depuis déjà 2 ans mais n'étant pas fan de Castlevania, je me suis laissé tenter par la visualisation de cette nouvelle série. Il est vrai que les séries made in Netflix ne m'ont que rarement déçues. Et ici, je dois bien avouer que j'ai été scotché du début à la fin de la série. les dessins sont techniquement bien réussis, l'histoire est envoûtante et assez sanguinolente. Cela tend fort vers du Berserk (trilogie aussi disponible sur Netlfix). Mon seul regret est la durée atrocement courte de la première saison tout comme des épisodes qui ne durent que 20 minutes chacun.
Franchement, je recommande cette série à tous ceux qui comme moi aiment découvrir des nouveautés et adorent ce qui tend vers l'univers à la Berserk sauce gore bien saignante.

Lire la suite...
Commentaire édité 17 juil., 12:08 par panzernecro
Top commentaires
-hakz-
-hakz-
MP
15 juil., 19:31

Je suis pas un fan donc je peux pas comparer au jeu mais la serie se laisse regarder !

Lire la suite...
Super_rebelle
Super_rebelle
MP
15 juil., 20:53

Merci pour le spoil. On se croirait en train de lire Telerama. Enfin, ca permet d'en parler sans avoir regardé la serie.
J'ai bien aimé ces 4 épisodes même si la suite a intérêt à assurer.

Lire la suite...
Boutique
  • Console Nintendo Switch + 1 paire de Joy-Con rouge + Super Mario Odyssey - Edition Limitée
    389.99 €
  • Super Mario Odyssey
    44.90 €
  • Grand Theft Auto V
    59.99 €
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • FIFA 18
    PC - PS4 - ONE - SWITCH - PS3 - 360
    Vidéo - Bande-annonce
  • Dragon Ball FighterZ
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Assassin's Creed Origins
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Call of Duty : WWII
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • FIFA 18
    SWITCH