Créer un contenu
jeuxvideo.com / Dernières actualités des jeux vidéo / News jeux vidéo / News débat et opinion /

Des consoles portables aux mobiles, le jeu vidéo nomade à travers les âges !

News débat et opinion
Des consoles portables aux mobiles, le jeu vidéo nomade à travers les âges !
3DS Vita iOS Android GB GBA G.GEAR NGAGE NGPocket DS PSP G&W GBC WSwan
  • Partager sur :

Avant de poser ses baluchons sur un sol fertile et entamer une sédentarisation définitive, l’Homme crapahutait dans la pampa le divertissement en bandoulière. Puis les éternelles chasses, pêches et traditions orales laissèrent place à l’agriculture, l’élevage et la transmission écrite du savoir.

Nous sommes désormais en 2016. Notre civilisation et nos modes de vie ont évolué. La distance n’est plus qu’une donnée. Un tour du monde qui demandait auparavant 80 jours est avalé en quelques heures. L’évolution des technologies et la mondialisation des marchés ont insufflé à l’Homme cette envie de consommer du kilomètre avec un appétit des plus voraces. Les loisirs se sont donc réadaptés à notre manière de vivre et le jeu vidéo en est un parfait exemple. De l’apparition du Gameboy en 1989 à la sortie de l’iPhone 6S lancé en septembre 2015, 26 années se sont écoulées avec pour objectif de divertir le joueur nomade en faisant fi des conditions de jeu.

Des consoles portables aux mobiles, le jeu vidéo nomade à travers les âges !

Une jeunesse passée à vagabonder

Des consoles portables aux mobiles, le jeu vidéo nomade à travers les âges !
Game & Watch (1980 - 1989)

Les origines du jeu vidéo sous sa forme nomade remontent à l’aube des temps vidéoludiques, bien avant le fracas des années 90’s, de ses survêtements bariolés et ses GhettoBlasters grésillant. Le premier jeu mobile (“handled”” en anglais) à proprement parler vit le jour en 1976. Sous l’impulsion de Mattel Electronics, Auto Race puis Football sortirent sur le marché. Ce succès initial mit la puce à l’oreille à divers acteurs, y compris la jeune société Nintendo. En avril 1980, Ball de la série Silver (le premier Game & Watch de la firme), assuma son statut de précurseur. S’ensuit 47 modèles de jeux électroniques entre 1980 et 1989. Des titres de plus en plus complexes au gameplay simple mettant en scène Mario, Zelda, Donkey Kong… D’autres compagnies emboîtèrent le pas du futur géant japonais... Tiger Electronics et Bandai Namco en tête… et portèrent de nombreux jeux issus des salles d’arcade (Street Fighter II, Sonic 3D Blast, Castlevania II: Simon’s Quest, Double Dragon, Terror House…) bien que de nombreux titres originaux virent également le jour. Nintendo assimila le succès de ses Game & Watch et entreprit de révolutionner le jeu vidéo nomade avec sa première console portable à cartouche : le célèbre Gameboy.

Des consoles portables aux mobiles, le jeu vidéo nomade à travers les âges !
Gameboy (1989)

La majorité des joueurs du XXIème siècle ont connu leurs premiers émois sur la route avec le Gameboy, première console portable du constructeur japonais Nintendo lancée en 1989 dans l’archipel avant de conquérir le reste du monde quelques mois plus tard. Cette console rencontra un succès sans précédent et propulsa le jeu vidéo “mobile” au coeur des chaumières et autres banquettes arrières avec pas moins de 118 millions d’unités vendues en l’espace de 14 ans. Une console concurrencée par la Game Gear produite par Sega, une machine en avance sur son temps qui se heurta au succès sans précédent du Gameboy et finit par plier l’échine en 1997. Cette brique de plastique grisâtre donna une impulsion au marché du jeu vidéo nomade, une vague transportant ce jeune média encore balbutiant sur les bords de mer, à flan de montagne, sur l’autoroute des vacances ou encore sous un drap éclairé à la lampe-torche. Tetris, Super Mario Land, The Legend of Zelda : Link's Awakening et Pokémon égaillèrent ainsi ces longs périples estivaux à grand renfort de piles AA consommées avec modération en comparaison de la console portable de Sega.

Des consoles portables aux mobiles, le jeu vidéo nomade à travers les âges !
Gameboy Advance (2001)

Durant les années qui suivirent, Nintendo s’employa à améliorer les conditions de jeu avec la commercialisation du Gameboy Pocket en 1996, une version plus fine et légère, puis du Gameboy Color en octobre 1998, une avancée offrant un affichage en 56 couleurs reçue comme il se doit par les joueurs et ce malgré une forte concurrence d’un point de vue purement technologique représentée par la Neo Geo Pocket de SNK et la WonderSwan de Bandai Namco. Conservant sa suprématie sur le marché nomade du jeu vidéo, Nintendo attendit 2001 pour lancer le Gameboy Advance, une console portable s’offrant les performances de la Super Nintendo et sa version à clapet, le Gameboy Advance SP (2003), pour une montée en puissance notable après 12 ans passés à exploiter le châssis de feu le Gameboy, affirmant ainsi la main mise du constructeur sur ce marché de niche.

L’émergence des feature phones

Des consoles portables aux mobiles, le jeu vidéo nomade à travers les âges !
Nokia 3310 (2000)

Aucune ride à la surface de l’eau ne troublait l’hégémonie de Nintendo sur le marché du jeu vidéo nomade à l’exception de quelques tentatives souvent tuées dans l’oeuf ou restées à l’état d’exceptions confirmant la règle. Et pourtant… les temps changent et les marchés aussi cadenassés soient-ils, sont voués à évoluer. Une brique finlandaise joua les troubles fêtes et ouvrit la boîte de Pandore. Jeu vidéo et téléphonie mobile entamaient leur collaboration. Le Nokia 3310, features phone placé en première ligne et icône des années 2000’s, fit découvrir à Monsieur Tout Le Monde la frénésie des jeux d’arcade et l’addiction qui en découle. Le serpent entrait dans le jardin d’Eden et vérolait la pomme. Le jeu Snake et son gameplay accessible à tous posèrent la première pierre d’un édifice nommé à présent “Casual”.

Des consoles portables aux mobiles, le jeu vidéo nomade à travers les âges !
Nokia N-Gage (2003)

Et la société finlandaise, consciente du filon découvert accentua l’aspect “gaming” de ses nouveaux modèles. Le 6600 et son écran couleur capable d’afficher des environnements 3D simulés (projection de plans 2D) mais surtout la N-Gage en sont les preuves les plus flagrantes. Lancé en octobre 2003, ce modèle était pensé exclusivement pour les joueurs. Avec son design horizontal proche d’une console de jeu du type Gameboy Advance et son catalogue de jeux fourni, au-delà de ses fonctionnalités de téléphone, la N-Gage de Nokia possédait les armes pour conquérir le jeune marché vidéoludique sur mobiles. L’échec de ce téléphone n’en fut que plus cuisant. Malgré tout, cette volonté de prendre part à ce périple fit des émules. Les constructeurs de features phones surfèrent sur cette mode tout comme de nombreux éditeurs ayant éclos en 2000 tels que Kaolink et Gameloft, deux entités spécialisées dans la production et l’édition de jeux à destination des téléphones.

Les acteurs historiques contre-attaquent

Des consoles portables aux mobiles, le jeu vidéo nomade à travers les âges !
Nintendo DS (2004)

Après l’écrasant succès du Gameboy et de ses versions alternatives, Nintendo reprit sa marche conquérante en 2004, s’ouvrant les portes du quidam avec la Nintendo DS, une console portable arborant 2 écrans dont l’un tactile pour une plate-forme facilement transportable. Avec son design proche de certains Game & Watch et de feu le Gameboy Advance SP, la DS ne tarda pas à dominer le marché du jeu vidéo nomade. En s’écoulant à plus de 154 millions d’exemplaires en une décennie, la portable de Nintendo occupe actuellement la seconde place sur le podium des consoles les plus vendues derrière la PlayStation 2 et devant sa petite soeur, le fameux Gameboy. Les raisons d’un tel raz-de-marée sont multiples. Au-delà des qualités intrinsèques de la Nintendo DS, l’abondance de titres créa un catalogue de jeux hétéroclites à même de plaire à la fois aux joueurs assidus et casual. Cependant, un tel succès ne peut naître du seul intérêt suscité par une offre vidéoludique aussi bonne soit-elle. Le cyclone DS prit son élan dans l’illégalité. L’apparition des Linker DS, outil pirate permettant entre autres d’écouter de la musique ou encore de regarder des vidéos sur la console de Nintendo, mit à disposition des joueurs l’intégralité du catalogue de jeux pour peu qu’ils possèdent une carte SD et une simple connexion internet. Tout comme pour la PlayStation de Sony, cet accès illimité à la ludothèque de la machine, propulsa les ventes et fit de la Nintendo DS un succès aussi bien critique que commercial.

Des consoles portables aux mobiles, le jeu vidéo nomade à travers les âges !
PlayStation Portable (2004)

2004 fut une année charnière. Lancé depuis 10 ans sur le marché avec la Playstation (décembre 1994) puis la Playstation 2 (Mars 2000), Sony s’attaqua au jeu vidéo nomade. Alors que Sega se transformait en éditeur tiers en abandonnant son activité de constructeur de consoles en 2001, une autre société japonaise prit le relais aussi bien dans nos salons que dans nos sacs à dos. La PlayStation Portable se voulait l’alternative “gamer”. Véritable ancêtre des tablettes iOS et Android actuelles, à l’exception de l’aspect tactile, la PSP était un véritable Media Center permettant entre autres de profiter de films, écouter de la musique, regarder la TV via un Tuner TV vendu en accessoire mais surtout de naviguer sur Internet avec sa connexion sans fil Wi-Fi. Compagnon de voyage devant l’éternel, la PSP emplit nos coeurs d’allégresse occultant les heures de voyage, le temps maussade par sa seule présence et les opportunités qu’elle offrait.

La révolution tactile

Des consoles portables aux mobiles, le jeu vidéo nomade à travers les âges !
iPhone (2007)

La révolution éclata en juin 2007 et déferla sur nos contrées avec une voracité sans précédent. Apple, société américaine spécialisée dans les micro-ordinateurs, présenta à la face du monde son avenir : le smartphone. Révolution tactile touchée du bout du stylet par Nintendo dès 2004, l’iPhone redéfinissait le concept même de téléphone mobile. Le “tout en un” libéré des contraintes de lieux, de temps et de distances pour un accès illimité à la culture en fouillant au fond de sa poche. Un nouvel acteur entra en scène en 2008 et démocratisa une tendance de fond en développant un système d’exploitation à destination des smartphones et tablettes. Google offrait ainsi au monde Android permettant à Samsung, Sony, HTC… de s’engouffrer dans la brèche créée par Apple. 3 ans plus tard, l’iPad fit tourner de nouveaux les têtes. Sans pour autant remplacer l’ordinateur, la tablette d’Apple se voulait une alternative à l’éternel PC. Moins encombrant et facilement transportable, le nouveau produit de la firme créée par Steve Jobs ne mit que quelques semaines à conquérir le coeur des fans et occulta l’intérêt du PC portable pour tout un pan de la population. Ainsi, la tablette tactile fit son trou.

Et le potentiel vidéoludique de ces nouveaux périphériques ne tarda pas à se dévoiler. Le jeu vidéo mobile s’émancipa avec des éditeurs tels que Gameloft, King.com, Chillingo… et des développeurs plus modestes. El Dorado de créativité durant ses premières années, balbutiant son jeu vidéo et clonant des décennies de savoir-faire, le mobile surfa sur la déferlante Free to play venue des jeux sociaux Facebook et s’adapta aux nouvelles habitudes de consommation. Tout un chacun possédait désormais une console de jeu et exploiter cette nouvelle manne de joueurs devint l’obsession de nombreux éditeurs. Le jeu vidéo s’ouvrait définitivement au grand public après un premier pas en 2006 à travers la Wii.

Le “gamer” fait de la résistance

Voilà 4 ans que les cartes furent redistribuées dans le petit monde du jeu vidéo. Des éditeurs et des développeurs se tournèrent vers le mobile. D’autres virent le jour pour prendre part à cette ruée vers l’or. Les éditeurs historiques s’adaptèrent à la demande tandis que les acteurs historiques préparaient leur contre-offensive respective.

Des consoles portables aux mobiles, le jeu vidéo nomade à travers les âges !
Nintendo 3DS (2011)

Bien que sa Nintendo DS soit toujours en vente, la firme au grand N annonça la Nintendo 3DS, une console portable plus puissante et rétrocompatible DS ayant pour particularité un affichage 3D auto-stéréoscopique. Malgré un départ canon au Japon, la dernière née de Nintendo prit son temps pour conquérir le public avant d’asseoir sa main mise sur le marché des consoles portables. Une baisse de prix notable atteignant 40% dans certains pays combinée à l’arrivée de titres phares tels que Mario Kart 7 et Super Mario 3D Land dessina ce succès un brin tardif. Nintendo a écoulé 54 millions de 3DS à ce jour avec l’aide des différents modèles commercialisés que sont la 3DS XL, la 2DS, la New 3DS et la New 3DS XL. Entre l’ajout d’un second stick, la suppression de la 3D auto-stéréoscopique… Nintendo tâtonne, désavoue le concept de 3D et pourtant tient le cap. Les franchises exclusives et un catalogue de qualité assurent à la société un avenir radieux sur le marché “portable” bien que sa nature de console de jeu délestée de toute fonctionnalité multimédia puisse paraître archaïque en 2016. La 3DS est un périphérique orienté jeu vidéo exclusivement à une période où la convergence des services (jeu vidéo, vidéos, images, musique…) est une priorité des constructeurs. Un refus conservateur ou une vision du jeu vidéo ? Nintendo fit le pari du jeu pour le jeu.

Des consoles portables aux mobiles, le jeu vidéo nomade à travers les âges !
Playstation Vita (2011)

Face à cette vision tout public de Nintendo, Sony prolongea sa politique entamée avec la PlayStation 3 en dévoilant la PlayStation Vita, véritable concentré technologique. Cette console portable dotée de 2 surfaces tactiles et réputée pour être la plus puissante du marché peine encore à trouver preneur. En 4 ans, Sony n’a vendu que 12 millions d’unités dont un tiers au Japon. Un échec pour la PS Vita pourtant soutenue à son lancement par des titres de qualité à destination des joueurs. Et l’orientation “gamer” de la console se retrouve dans son catalogue de jeux avec Uncharted : Golden Abyss et Gravity Rush. Cependant, un prix élevé et un catalogue de jeux anémique (malgré quelques fulgurances) eurent raison de ses prouesses techniques et de sa facette multimédia. Et les sortie de l’iPad 2 en 2011 puis des versions Retina les années suivantes ne firent qu’accentuer la chute d’une console portable pourtant en avance sur son temps.

Un avenir nomade

Les millions de smartphones et tablettes vendus à travers le monde ont chahuté le marché des consoles portables et dans une moindre mesure celui du jeu vidéo dans son ensemble. Les jeux sur mobiles deviennent omniprésents et grignotent mois après mois des parts de marché sur les consoles et autres PC. Le jeu vidéo sur mobiles domine de la tête et des épaules un archipel en pleine mutation. Et ce phénomène migre assurément en occident.

Des consoles portables aux mobiles, le jeu vidéo nomade à travers les âges !
Pokémon Shuffle Mobile (2015)

Terre du jeu vidéo, le Japon a d’ores et déjà effectué sa mue tout comme ses éditeurs. Square Enix a restructuré son activité afin d’y inclure une branche smartphones/tablettes et ainsi exploité au mieux ses franchises. De nombreux jeux Final Fantasy ont vu le jour dernièrement, entre spin-off et portages les fans d’heroic-fantasy sont servis. Et cette restructuration touche également les studios. Square Enix Montreal fut reconverti en studio spécialisé “jeux sur mobiles”. Une décision à l’origine des excellents Hitman GO, Hitman : Sniper et Lara Croft GO. Konami de son côté a pris la décision de délaisser les productions triple A au profit des pachinko et des jeux sur iOS et Android. Seule la licence Pro Evolution Soccer perdurerait donc. Cependant, l’année 2016 sera marquée avant tout par l’arrivée de Nintendo sur mobiles en collaboration avec DeNA après une première incursion en 2015 via Pokemon Shuffle Mobile, portage du jeu sorti sur 3DS. Miitomo mais surtout Pokémon GO, un jeu grandeur nature vous invitant à chasser le Pokémon en réalité augmenté à travers le monde.

Des consoles portables aux mobiles, le jeu vidéo nomade à travers les âges !
Sony Xperia Z5 (2015)

L’arrivée de Nintendo en territoire Mobiles impactera le marché des consoles portables et par effet de bord les ventes de la 3DS. Jusqu’à présent, les licences Mario, Zelda, Metroid & Co. nécessitaient une console estampillée Nintendo et cette limite hardware est sur le point de voler en éclats et avec elle nos certitudes quant à l’avenir de la 3DS et des futures consoles portables du constructeur japonais. L’échec de la PS Vita ne laisse rien présager de bon également. La présence de Sony sur ce marché est remise en question et à raison. Face au succès de la PlayStation 4, la branche nomade égratigne la santé financière de la division Gaming de Sony, une compagnie engagée également sur le secteur des smartphones et tablettes avec sa gamme Xperia et se faisant donc concurrence en interne. Bien que le futur des consoles portables semblent compromis, l’espoir demeure avec pour preuve les ventes mensuelles de Nintendo 3DS.

Des consoles portables aux mobiles, le jeu vidéo nomade à travers les âges !

L’esprit nomade des joueurs ne se résume pas uniquement aux consoles portables, smartphones et tablettes. Les moeurs ont changé en 20 ans et notre vision du jeu vidéo également. Là où notre expérience résidait dans une soirée autour d’une ou plusieurs consoles/PC, 2016 rime désormais avec “Cloud”, comptes utilisateurs, expérience cross plates-formes, sauvegardes mutualisées… La PS4, la Xbox One, la 3DS et le PC demeurent les porte-étendards du jeu vidéo mais le concept même de console a évolué. Partager son compte sur plusieurs machines et ainsi prolonger son expérience de jeu en dehors de chez soi. Entamer l’aventure sur PS4 et la conclure sur PS Vita… Le jeu vidéo ignore ainsi les limites géographiques. Sans pousser jusqu’à l’ubiquité, les joueurs modernes multiplient les expériences vidéoludiques et accèdent à leur loisir favori sans contraintes d’aucune sorte.

Le jeu vidéo nomade / mobile a toujours existé. Cette volonté de pouvoir profiter d’une expérience vidéoludique de tout temps et en tout lieu fait partie intégrante de l’ADN de ce média. Depuis les origines du jeu vidéo, les concepteurs et constructeurs s’attardent sur cette facette “mobile” avec la ferme intention de proposer une expérience sans temps mort et ainsi conserver l’addiction du joueur intacte. 1976, 1989, 2004, 2007, 2011… des dates marquées du sceau “mobile” et répondant à ce monde toujours plus dynamique. Les années défilent, les distances se raccourcissent, le Monde court… Et le jeu vidéo n’en est que le reflet.

Profil de Silent_Jay,  Jeuxvideo.com
Nintendo 3DS PlayStation Vita Nintendo DS iOS Android Game & Watch Gameboy Gameboy Advance Gameboy Color Game Gear N-Gage Neo Geo Pocket PlayStation Portable WonderSwan Rétrogaming

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
cuber47
cuber47
MP
12 févr. 2016, 20:12

Une petite erreur s'est glissée dans l'article, la psp en photo n'est pas une 2004 mais une 3004 !

Lire la suite...
banzaijb
banzaijb
MP
10 févr. 2016, 13:18

1.Y a quelques bons jeux mobile, soit exclusif à la plate-forme, soit des portages sympas qui se prêtent bien au support. Mais le trop grand choix d'appli rend très difficile la visibilité de ceux-ci, et d'autre part, ils sont payant, ce qui séduit peu les utilisateurs mobiles.
Après, y a de nombreux portages ratés qui copie/colle la croix directionnel d'une vrai manette sur du tactile; on peut connecter des manettes en bluetooth mais où est l'intérêt du mobile alors...

2.Les jeux utilisant les achats in game, c'est le cancer des jeux mobile. C'est fou de pouvoir acheter pour 100 euros de gemmes ou autres contenus dans un jeu.. Surtout que ça ne déverrouille pas la totalité du jeu, il en faudra bien plus (de quoi se ruiner) ou alors c'est du temps qu'il faudra, énormément de temps pour le terminer, revenir tous les jours pour récolter ou jouer ses parties gratuites.... C'est des jeux d'apparence basique pourtant, la progression est artificiellement très lente et le comble, c'est que cette difficulté à progresser, donne un certain intérêt au jeu et peut parfois pousser à sortir la cb...

3. Les smartphones ne sont pas destinés qu'aux gamers consoles/pc qui ne représentent sans doute qu'un petit pourcentage dans cette immense parc. Les développeurs préfèrent attirer la masse et les transformer en joueurs consommateurs plutôt que de séduire le peu de joueurs consoles/pc, qui, en plus, seront beaucoup plus sensibles sur la qualité et le modèle économique d'un titre.

C'est juste mon avis sur la grosse majorité des jeux mobiles. Les smartphones et les consoles sont 2 mondes différents la plupart du temps, pour le jeux.

Lire la suite...
-Daemoon-
-Daemoon-
MP
08 févr. 2016, 23:00

Quand je vois les "jeux" sur smartphone ça me donne envie de pleurer moi qui suis fan des consoles portables, des jeux débiles pour "tuer le temps" et non pas prendre de plaisir, quelques jeux sont intéressants mais dès qu'un jeu est payant il est voué à un bide monumental on se retrouve alors avec free-to-play affreux fais à la va vite ou des bons jeux ou faire 3 pas devient payant. Pourtant la qualité d'image et les graphismes peuvent être poussé quand on voit la fiche technique des smartphones mais on se retrouve souvent avec des sous jeux ps2 et tous des jeux similaires bref bien content 'avoir encore ma 3DS que j'aime plus que tout depuis presque 5 ans la fiche technique est affreuse et les jeux coutent cher mais bon sang quel plaisir incomparable

Lire la suite...
]thomasgamer[
]thomasgamer[
MP
31 jan. 2016, 23:21

Moi, je dis forza les consoles portables, c'est largement mieux qu'un smartphone !

Lire la suite...
buddhaonfire
buddhaonfire
MP
25 jan. 2016, 09:28

Triste que Sony ait abandonné la Vita :snif:

Lire la suite...
wenshee06
wenshee06
MP
22 jan. 2016, 01:00

j'ai jamais vraiment accrocher au jeux sur smartphone perso, ca me fait penser au 77 mini jeux sur GB des jeux sympas mais sans plus, j'ai jamais eu le meme plaisir en jouant a un jeu smartphone, quand jouant a Pokemon,golden sun, advance wars, mario sur GB/GBA, je trouve le confort inexistant, meme si certain jeu sont complet (comme les final fantasy a 15 balles) ca reste moyen

Lire la suite...
Commentaire édité 22 jan. 2016, 01:03 par wenshee06
beucher32
beucher32
MP
18 jan. 2016, 12:15

Le premier jeu mobile (“handled”” en anglais) à proprement parler vit le jour en 1976. [...] Ce succès initial mit la puce à l’oreille à divers acteurs, y compris la jeune société Nintendo.

88 ans seulement à l'époque, une broutille.

Lire la suite...
vince44800
vince44800
MP
18 jan. 2016, 12:10

trop cool!

Lire la suite...
archibald-1er
archibald-1er
MP
13 jan. 2016, 09:58

Comme toujours, la grande absente de ce genre d'analyse (au demeurant plutôt bien écrite et intéressante) : la console reine des portables, la PC Engine GT (et dans une moindre mesure car plus transportable que portable la PC Engine LT).
Une dernière chose : Nintendo n'a pas dit son dernier mot et travaille actuellement d'arrache pied sur la NX pour protéger ses territoires. J'ai la chance de côtoyer quelqu'un qui travaille chez un éditeur de logiciel et qui développe actuellement sur cette machine. Je pense que les fans de la marque ne seront pas déçu.
Le jeu vidéo est en pleine évolution : vivement la suite !

Lire la suite...
Calinou_1999
Calinou_1999
MP
12 jan. 2016, 21:48

Les jeux sur smartphones :rire:

Rien ne vaut les consoles portables pour ce rôle.

La GBA souvenir souvenir... :coeur:

Lire la suite...
Top commentaires
fluttershyy
fluttershyy
MP
11 jan. 2016, 10:12

J'ai rien contre les jeux sur téléphones perso, mais les contrôles... excepté pour quelques types de jeux, la maniabilité tactile je trouve ça tellement moins agréable sur le long termes qu'avec une 3DS par exemple.
Et ça, je vois pas comment le changer, un téléphone ultra puissant c'est cool, mais le tactile pour jouer, bof...

Lire la suite...
Pseudo supprimé
11 jan. 2016, 10:33

Je joue de moins en moins aux jv et ça m'attriste d'apprendre et de lire un peu partout que les consoles portables s'essoufflent pour laisser place aux smartphones.

J'trouve les jeux sur smartphone tellement pas intéressants, le confort de jeu est inexistant.

Lire la suite...
Boutique
  • Console Nintendo Switch avec paire de Joy-Con - gris
    324.90 €
  • Console Nintendo Switch avec Joy-Con - rouge néon/bleu néon
    324.90 €
  • Sid Meier's Civilization® V: The Complete Edition
    39.99 €
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • The Legend of Zelda : Breath of the Wild
    WIIU - SWITCH
    Vidéo - Bande-annonce
  • Resident Evil VII
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Mass Effect Andromeda
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • For Honor
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Ghost Recon Wildlands
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce