Menu
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Dernières actualités des jeux vidéo / News jeux vidéo / News jeu /

Half-Life : pourquoi son retour est un évènement

News jeu
Half-Life : pourquoi son retour est un évènement
Half-Life : pourquoi son retour est un évènement
Partager sur :

S'il est bien une licence que l'on n'imaginait pas franchement, au-delà des memes et du fantasme, voir resurgir d'outre-tombe, c'est bien Half-Life. S'il est difficile d'imaginer que la franchise culte était définitivement enterrée dans les locaux de Valve, l'annonce d'Half-Life Alyx a tout de même créé l'effet d'une petite bombe à double effet : le premier était le plaisir de revoir ce fameux logo Lambda si caractéristique, le second était la déception de savoir que le titre n'était dédié qu'à la réalité virtuelle. Mais en dépit de l'exclusion créée par le support d'Half-Life : Alyx, le retour de la légende n'en reste pas moins un événement, pour des raisons que remontent à plus de 20 ans.

Une révolution venue de nulle part

Half-Life : pourquoi son retour est un évènement

Half-Life, c'est un nom qui résonne avec une intensité toute particulière chez celles et ceux qui ont pu s'y essayer lors de sa sortie en 1998. À cette époque, le jeu de tir à la première personne était encore catégorisé en tant que « Doom-Like », en référence à cette autre légende qui a défini ce qu'allait être le FPS pour des années à venir. Les déclinaisons de Doom ont d'ailleurs été nombreuses et le shoot brutal a fait quantité d'émules qui ne restaient pourtant qu'un peu trop calquées sur le schéma « arène / couloir » et qui ne développaient qu'une narration embryonnaire. Valve, entreprise fondée en 96 par deux ex-employés de Microsoft, Mike Harrington et Gabe Newell, a décidé de s'atteler au développement d'un FPS horrifique, directement inspiré par Doom et Quake et animé par le désir d'effrayer le joueur d'une manière inédite. Déjà mû par une ambition démesurée pour son premier projet, ce qui lui a d'ailleurs causé à des difficultés à trouver un éditeur choisissant de soutenir ces novices rêvant peut-être trop grand, Valve a cependant accouché de son bébé en 1998 et le FPS a alors connu un avant et un après Half-Life.

Half-Life : pourquoi son retour est un évènementHalf-Life : pourquoi son retour est un évènementHalf-Life : pourquoi son retour est un évènement

Il n'est pas question de retracer ici tout l'historique du jeu, mais plutôt de s'appuyer sur les raisons qui ont fait d'Half-Life la légende qu'il est aujourd'hui et, si l'on se place dans le contexte de l'époque, le titre de Valve était à bien des égards un véritable pavé dans la marre. Sa simple introduction était à elle seule représentative de la volonté de Valve de proposer quelque chose de différent de ce qui se faisait sur le marché du jeu de tir à l'époque. En incarnant Gordon Freeman, simple scientifique œuvrant dans le complexe de recherche ultra-sécurisé de Black Mesa, le joueur ne prend pas la place d'un héros musculeux, armé jusqu'aux dents et prêt à en découdre, mais celle d'un simple salarié qui se rend sur son lieu de travail dans un métro sous-terrain. La science de la narration ici s'est affranchie des cut-scene et s'est reposée sur une succession de scripts et de petites trouvailles de mise en scène pour immerger le joueur d'une manière inédite dans un univers qui, pendant sa première petite demi-heure, ne place aucune arme entre vos mains. C'est donc d'abord pour ce qu'il a apporté en matière de narration qu'Half-Life a rapidement conquis le cœur des joueurs. S'il faut bien reconnaître que le scénario n'est pas extraordinairement développé et que la raison de la présence de certains personnages emblématiques, comme le G-Man, reste assez sibylline dans ce premier épisode, la mise en scène dynamique et la volonté farouche de plonger le joueur dans un univers cohérent ont été des vecteurs majeurs d'influence pour tous les FPS à venir.

Half-Life : pourquoi son retour est un évènementHalf-Life : pourquoi son retour est un évènement

C'est également dans sa structure et dans son level-design que le titre de Valve impressionnait. Chose assez exceptionnelle à l'époque, le FPS n'était pas une succession de zones assez similaires, mais bel et bien une immense carte que le joueur traversait et dont seuls quelques temps de chargements (assez agaçants à l'époque, il faut bien le concéder) venaient briser le rythme. Les environnements étaient variés et alternaient autant les structures que les atmosphères. Quelques énigmes venaient agrémenter la progression dans un jeu, la plupart basées sur la manipulation inédite de l'environnement, qui savaient mêler séquences horrifiques et sessions de tir frénétique. Avec une durée de vie plutôt solide, Half-Life offrait une expérience rythmée, variée et immersive et son ambiance si particulière n'a pris que très peu de rides aujourd'hui, même si naturellement les visuels, la physique ou certaines mécaniques de gameplay ont accusé le poids des ans, ce qu'il faut garder à l'esprit s'il vous prenait l'idée de le faire pour la première fois aujourd'hui.

Half-Life : pourquoi son retour est un évènement

Enfin, outre ces qualités aux allures de petites révolutions, c'est également le travail réalisé par Valve sur l'intelligence artificielle qui laissait admiratif. Les créatures blessées n'hésitaient pas à fuir votre champ de tir pour se rapprocher de leurs alliés, certaines ne se déplacent qu'en meute et les adversaires humains, les fameux Marines, n'hésitaient pas à vous déloger à coup de grenades ou à signaler votre position avec une plus ou moins grande précision. La crédibilité de l'expérience Half-Life, qui perdait cependant un peu d'éclat sur toute la portion Xen, était la somme de tous ces éléments et faisait de ce premier essai de Valve le véritable précurseur du FPS moderne, cité encore aujourd'hui comme référence absolue lorsqu'il s'agit d'évoquer celui qui a redéfini le futur du jeu de tir à la première personne. Et c'est ici sans compter sans le mode deathmatch introduit dans le jeu et l'ouverture aux mods ayant donné naissance aux Team Fortress et autres Counter Strike que l'on ne présente plus aujourd'hui.

Une suite à nouveau vectrice d'innovation

Half-Life : pourquoi son retour est un évènement

Par la suite, et passé deux extensions finalement assez similaires au jeu original et plus ou moins dispensables aujourd'hui (Opposing Forces et Blue Shift). Half-Life 2 a été mis en branle dans les locaux de Valve. En dépit d'un développement pour le moins chaotique, ayant d'ailleurs donné naissance au fameux « Valve Time » encore sur de nombreuses lèvres aujourd'hui lorsqu'il d'évoquer la relative incapacité de Valve à livrer un jeu à la date annoncée (il faut remettre les choses dans un contexte ou les reports n'étaient pas aussi fréquents qu'aujourd'hui), Half-Life 2 a vu le jour en 2004. À nouveau, le titre a été encensé par la critique et par le public. À l'image de son prédécesseur, ce deuxième volet des rocambolesques aventures de Gordon Freeman apporte des éléments inédits dans l'univers du FPS. Si certes, la révolution n'a pas été aussi dantesque que celle apportée par le nouvel opus, Valve a prouvé qu'Half-Life serait immanquablement un nom associé à des idées novatrices. En l'occurrence, grâce au moteur, Valve est parvenu à introduire la physique du jeu comme véritable moteur de gameplay. Les énigmes basées sur le poids, permettant par exemple d'élever une plate-forme immergée en faisant contrepoids sur une de ses extrémités à l'aide de caisses n’est qu'un exemple des petites trouvailles mettant des étoiles dans les yeux du public, à l'image de ce fameux Gravity Gun, devenu aussi emblématique et indispensable que le pied de biche du premier Half-Life. Le simple fait de pouvoir manipuler à l'envi la plupart des éléments de l'environnement était une prouesse impressionnante, à plus forte raison que cette fonctionnalité n'était pas un simple gadget, mais bien un outil indispensable à la progression dans l'aventure.

Half-Life : pourquoi son retour est un évènementHalf-Life : pourquoi son retour est un évènement
Half-Life : pourquoi son retour est un évènement

Reprenant toutefois la structure de son aîné, Half-Life 2 est une sorte de version très évoluée du premier opus, avec des environnements plus variés, des énigmes plus soignées et aussi une narration un peu moins cryptique que par le passé, sans pour autant être claire comme un lac de montagne. Les personnages y sont nettement plus développés et charismatiques (Alyx en tête), les clins d’œil malins au premier épisode sont présents, et la trame narrative est plus soigneusement écrite qu'auparavant. S'il n'a pas esquivé quelques écueils presque inacceptables pour l'époque (où sont passées les mains sur le volant ou sur les échelles ?) et qu'il rencontre quelques problèmes de rythme, Half-Life 2 s'avérait à nouveau brillant par sa mise en scène et sa science de l'atmosphère. Ravenholm, chapitre entier consacré aux ambitions horrifiques de Valve a marqué plus d'un joueur et certaines séquences du titre sont encore aujourd'hui considérées comme cultes.

Une mise en sommeil aussi inattendue que frustrante

Half-Life : pourquoi son retour est un évènement

Mais l'histoire d'Half-Life 2 ne se suffisait pas à elle-même et les 3 add-on prévus, comme on les appelait mi-2000, avaient vocation à poursuivre l'intrigue mise en place par le jeu de base. Dans sa volonté, plutôt noble, de ne pas faire patienter trop longtemps les fans avant de connaître la suite de l'aventure, Valve avait effectivement décidé de scinder la suite du jeu en 3 épisodes, plus courts, mais dont la réunion permettrait de considérer la trilogie comme un titre à part entière. Half-Life 2 : Episode One et Half-Life 2 : Episode Two avaient chacun leurs propres charmes et défauts, l'un plus orienté énigmes, mais relativement court et l'autre, plus long et plus ouvert, péchait par un léger manque d'audace, notamment selon les critères que Valve s'est lui-même imposés lors de chaque nouvelle sortie relative à la franchise. Mais qu'importe, l'intrigue s’accélérait mesure que les épisodes se suivaient, jusqu'à l'arrivée à un climax haletant concluant l'épisode 2, lourd de conséquences pour tous les protagonistes en présence et qui laissait de nombreuses questions en suspens auxquelles il tardait à tous d'avoir les réponses. C'est aussi ce qui sonnera malheureusement la mise en sommeil de la franchise.

Half-Life : pourquoi son retour est un évènement

Compte tenu de l'énorme prestige de la franchise et de son apport incontestable à l'évolution du jeu vidéo en général et des FPS en particulier, inutile de préciser que l'Episode Three était attendu de pied ferme par les fans. En 2007, peu de temps après la sortie de l'Episode 2, Gabe Newell avait confié dans les colonnes d'Eurogamer que oui, le troisième volet était en cours de développement et qu'il serait livré pour le Noël de la même année. Mais ce bien joli cadeau n'a jamais trouvé son chemin au pied du sapin et Valve s'est par la suite enfermé dans un mutisme frustrant. L'un des plus grands jeux vidéo de sa génération était mis en pause, inachevé, incomplet, a raté l'E3 2008 et n'a plus donné signe de vie à l'exception de quelques artworks disséminés ici ou là. Si l'espoir de voir un jour apparaître une conclusion digne du prestige de la saga Half-Life était encore d'actualité en l'absence de nouveau jeu du studio, Valve a annoncé la mise en chantier de Left 4 Dead 2 et Gabe Newell a déclaré vouloir s'orienter vers des titres à dimension sociale, comprenez multijoueur, tout en réaffirmant sa volonté de ne pas pour autant négliger le développement de jeux solo. Face à l'incessante submersion de questions concernant Half-Life Episode Three ou, pire encore, Half-Life 3, Newell a choisi la solution la plus radicale : ne répondre à aucune question évoquant le sujet. Il sera dit plus tard que le studio n'était pas satisfait du format épisodique, se laissant trop facilement déborder par l'ambition ce qui le rendait incapable de tenir le rythme. En parallèle, Valve s'est également rendu compte qu'il ne pouvait pas décemment travailler à l'élaboration d'un nouveau moteur, le Source 2, tout en s'attelant au développement d'un jeu.

Du vaporware au nouvel espoir de résurrection

Half-Life : pourquoi son retour est un évènement

Le couperet est donc tombé de cette manière sur l'une des franchises les plus chéries de l'histoire. Si aujourd'hui, le public plus jeune n'a peut-être pas conscience de la raison pour laquelle l'arrivée d'Half-Life Alyx est un événement, la symbolique pour tout une génération est assez forte et pourrait même laisser entrevoir la perspective d'une conclusion à la saga mise en sommeil depuis déjà 13 ans. Si Alyx est une préquelle à Half-Life 2, Valve a réaffirmé sa volonté de remettre la franchise sur le devant de la scène sans pour autant préciser sous quelle forme et en évitant prudemment d'évoquer un hypothétique Episode 3. Les deux épisodes principaux d'Half-Life avaient pour eux des fonctionnalités révolutionnaires, et ont chacun à leur manière, gravé de leur empreinte l'histoire du media en lui permettant de se réinventer. Valve jouit d'une aura toute particulière : Dota, Half-Life, Left 4 Dead, Portal... à l'exception d'Artefact, le studio n'a, du point de vue software, jamais vraiment connu de faux pas et c'est aussi de ce constat qu'est né cette relation d'amour vache que le studio entretient avec ses fans, qui n'hésitent pas à assassiner Dota 2 dans les évaluations utilisateurs Steam pour exprimer son mécontentement lorsque l’entreprise n'abonde pas dans le sens de son public. Public qui a cependant validé Valve dans son choix de la réalité virtuelle pour Alyx, puisque la vente de casques VR, qu'il s'agisse de la gamme Oculus ou même du très onéreux Valve Index, ont été largement dopées à l'annonce du jeu, provoquant la rupture de stocks de certains produits. Preuve d'un enthousiasme réel généralisé ou simple témoin que le jeu ne s'adresse qu'à un public adulte ayant une certaine aisance et autonomie financière ? Difficile à dire.

Notre vidéo-test de Half-Life : Alyx

Chargement de la vidéo Test Half-Life : Alyx en vidéo

Quoi qu'il en soit, et en dépit du fait de s'être privé d'un public plus étendu en misant sur l'exclusivité d'Alyx en réalité virtuelle, Valve a à nouveau démontré que l'attente était toujours là. Le titre, fraîchement sorti a d'ailleurs atteint un pic de 43 000 utilisateurs simultanés ce qui lui a permis d'atteindre dès son lancement les statistiques du nettement plus accessible et grand public Beat Saber. Si la VR reste encore un marché de niche, la presse a confirmé le statut de Valve comme moteur d'innovation lorsqu'il s'attelle au software et qu'il s'emploie à démontrer ce qu'il est possible de réaliser avec la technologie qu'il a entre les mains. Du succès commercial d'Alyx dépendra d'ailleurs sans doute la remise sur le devant de la scène de la franchise, avec, pourquoi pas, un jour, peut-être, la réponse au climax le plus frustrant de l'histoire du jeu vidéo.

Le prestige d'Half-Life s'est très certainement érodé, mais l'attente elle, est toujours là. Son absence d'actualité et l'aspect vieillissant de ses deux épisodes principaux n'aident pas à entretenir l'excitation autour de l'homme au pied de biche, mais personne ne peut nier l'aura de respect qui émane de l’ancêtre et à raison. Comme en témoignent des projets tels que Black Mesa ou le projet Borealis, une certaine vénération encore tenace motive des projets ambitieux relatifs à cette licence qui, au même titre que de très rares autres, restera à jamais au panthéon des œuvres majeures du jeu vidéo. Et le voir revenir de plain-pied dans la génération actuelle est fatalement un événement en soi. Alyx a encore prouvé que Valve, lorsqu'il ressort la franchise de sa stase, a la volonté de surprendre et Half-Life n'a jamais été en aussi bonne forme qu'aujourd'hui.

Profil de [87],  Jeuxvideo.com
Par [87], Journaliste jeuxvideo.com
MPTwitter
Annonce

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Skyrim50130
Skyrim50130
MP
le 25 mars à 15:05

Éviter de faire les fans de half-life frustré d'aucune suite, pour en suite cracher sans modération sur Black Mesa. ( Qui essayer d'apporter du renouveaux ).

Lire la suite...
DarKcWiZ
DarKcWiZ
MP
le 25 mars à 14:31

c'est normale que Alix se vends bien. les fan de la licence ont une moyenne d'âge entre 35 et 45 ans.. j'en ai personnellement 37. Donc notre tranche d'âges à un petit peu plus facile à se faire plaisir de temps à autres pour pouvoir se replonger dans cette univers incroyable. se qui me choque surtout c'est de voir un sujet comme celui ci quand vous avez descendu black messa

Lire la suite...
Skwat42
Skwat42
MP
le 25 mars à 12:54

Je fais l'impasse sur Alyx à cause de la VR mais Valve peut compter sur moi pour soutenir le retour de la license. J'ai fait absolument tous les jeux Half Life et compte continuer.

Lire la suite...
fafadou
fafadou
MP
le 25 mars à 10:19

Surtout que ce Alyx m'a beaucoup impressionné graphiquement.
Le jeu devait être presque fini lors de son annonce.

Lire la suite...
JeRe_1erz
JeRe_1erz
MP
le 25 mars à 10:07

j'étais un gros fan de doom à l'époque , je jouais qu'a ça pratiquement ( et C&C) et quand HL est arrivé mon meilleur pote de l'époque me dit , tu devrais essayer ce jeu. J'étais pas ultra emballé car à l'epoque les "doom like " comme on les appelait ben ils étaient souvent pourris ( a part heretic mais bon ID software était l'éditeur donc gage de qualité pour moi à l'époque ). Mais quand j'ai vu mon pote y joué et qu'il m'a filé la souris pour que j'essaye , j'ai halluciné sur la beauté du jeu, la grandeur du machin. Je commençais à travailler donc je l'ai acheté direct. Depuis j'ai absolument tout testé qui venait de ce jeu.
Perso la VR me rend malade , donc je n'essaiera pas ce HL Alyx mais j'ose esperer que cette sortie est juste pour tester la notoriété de HL et que si il se vend bien, qu'ils se mettent à bosser sur le 3 ( on peut rêver).

Lire la suite...
src001
src001
MP
le 25 mars à 09:41

Je suis curieux de voir les ventes du jeu Alyx. Le casque VR est quand même un énorme pré requis.
On peut pas nier que Valve a des couilles pour vendre son casque mais pas sûr que ça suffise.

Lire la suite...
Verolio
Verolio
MP
le 25 mars à 09:31

Bah le premier HL était une révolution à sa sortie. Un univers cohérent avec deux mondes (Terre et Xen) composés de zones. A l'époque on était plutôt habitué à des Fps dont les maps s'enchaînaient parfois sans aucun lien. L'IA des Marines en à mis plus d'un sur le cul. Les communications entre eux c'était génial pour l'époque. On ajoute à ça les scripts qui donnaient véritablement vie à l'ensemble. Aujourd'hui ça parait normal une avalanche de script. Mais en 1998 on était loin d'être habitué à ça. Voir le scientifique lâcher prise au moment de s'approcher de lui dans la cage d'ascenseur, quel moment!

HL pour moi c'est les Mod. J'ai jamais autant joué à des mod que sur HL1 (peut être avec Doom 2 quelques années avant). J'ai du poncer tous les mod solo dispo sur le net à cette époque. Du plus nul au plus réussi. Malgré internet j'achetais les magasines de l'époque qui proposaient des dvd/cd avec des mods. C'est dire! Et les mod multi! Sans même parler de CS. Firearms, Day of Defeat et surtout Frontline! Des heures dessus en multi. Ça à été ma meilleure époque le multi de la fin des années 90. A l'époque pas la même mentalité, (pas non plus la même moyenne d'âge) on était là pour se marrer. Une autre époque quoi. J'ai fait tous les addons forcément.

Donc forcément j'ai aimé le 2 même si le côté base secrète en perdition m'a un peu manqué. Mais normal d'évoluer. Y aurait pas eu de changements on aurait gueuler. :rire: J'ai forcément fait tous les addons et quelques mod. En revanche j'ai pas refait le jeu autant de fois que le premier. Je suis un peu moins attaché au 2. J'ai du le refaire 3 fois et à chaque fois parce que des gros mod graphiques venaient de sortir.

Donc je prendrais Black Mesa (en promo) et je me prendrais un de ses quatre Alyx. N'étant pas une groupille je vais attendre une petite promo. Je suis pas du genre "Day one". :sarcastic: J'ai suffisamment de jeux pour tenir un siège.

Bref l'univers HL me plait bien. :-)))

Lire la suite...
Shiapatate
Shiapatate
MP
le 25 mars à 09:19

Le fait est qu'à chaque fois qu'un jeu de la licence HL sort... il révolutionne le genre :ok:

Valve a apporter beaucoup à l'industrie videoludique et soigne les jeux qu'elle sort, un peu comme Blizzard à l'époque (j'ai bien dit à l'époque hein), donc c'est normal que ce soit un événement :ok:

Lire la suite...
NonJeRagePas
NonJeRagePas
MP
le 25 mars à 01:45

Un vrai retour qui fait du bien parce que Black Mesa c'est vraiment du foutage de gueule, comment on peut sortir ça en 2020 sérieux ?

Le.pire restant les fanboys qui acclament un remake totalement raté et moins bon que l'original.. probablement les même qui mettent 19/20 au remake en plastique de Secret of Mana :honte:

Lire la suite...
VvVvVvV1
VvVvVvV1
MP
le 25 mars à 01:14

Après il y aura peut-être un mod pour "convertir" la caméra VR et caméra écran ?

Lire la suite...
Top commentaires
Arawndin
Arawndin
MP
le 24 mars à 18:03

Jv n'a plus aucune crédibilité concernant half life..surtout quand tu met un 13/20 à black mesa alors que le reste de la critique dit que c'est un très bon remake..un petit tour sur steam et les notes sont très bonnes.

Bref, voir un billet qui parle de half life ça me fait bien rire. C'est pas chez jv ou il y a de la passion pour cet univers.

Lire la suite...
Commentaire édité 24 mars, 18:08 par Arawndin
YuzuCartelSueur
YuzuCartelSueur
MP
le 24 mars à 18:07

Le gros retour d'Half-Life célébré avec une toute petite case pour le test. :)

Lire la suite...
Commentaire édité 24 mars, 18:09 par YuzuCartelSueur
Boutique
Animal Crossing : New Horizons pour Nintendo Switch Amazon 44,99€
Nintendo Switch avec paire de Joy-Con Rouge Néon et Bleu Néon Amazon 292,90€
Final Fantasy VII : Remake Amazon 49,99€
Les jeux attendus
1
Ghost of Tsushima
26 juin 2020
2
Cyberpunk 2077
17 sept. 2020
3
Trials of Mana
24 avr. 2020
4
Microsoft Flight Simulator
2020
5
Streets of Rage 4
2ème trimestre 2020