Menu
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Dernières actualités des jeux vidéo / News jeux vidéo / News business /

Quantic Dream réagit longuement à la décision du tribunal des Prud'hommes

News business
Quantic Dream réagit longuement à la décision du tribunal des Prud'hommes
Quantic Dream réagit longuement à la décision du tribunal des Prud'hommes
Partager sur :

Plus tôt dans la journée, nous faisions par de la condamnation de Quantic Dream dans l'affaire des photomontages, ainsi que le rejet d'une partie des griefs du plaignant.

En effet, Quantic Dream a été condamné à verser 5000 euros au titre de la violation de l'obligation de sécurité, le plaignant s'est vu refuser la qualification de son départ en licenciement illégal. Après une réaction rapide sur Twitter, le studio parisien s'est fendu d'un long communiqué, que nous diffusons intégralement :

Le 21 novembre 2019 était rendu le verdict prud’homal concernant un ancien salarié de Quantic Dream. Celui-ci demandait 114 520 € de dédommagements, ainsi que la requalification de sa démission en licenciement. Il avançait notamment avoir été victime d’un photomontage réalisé par un collègue pendant son temps libre, photomontage sur lequel apparaissait son visage sur le corps du personnage de Télé-Réalité, « Super Nanny ». Le jugement, prononcé par une magistrate le 21 novembre dernier, conclut sur la nature du montage mis en cause et s’il considère que celui-ci est vulgaire, il précise que pour autant, il « n’est ni homophobe, ni raciste, ni pornographique ». Par ailleurs, le jugement a constaté que l’ancien salarié ne rapportait, le concernant, la preuve que de la diffusion de ce seul montage.

Le jugement retient également la réaction appropriée de la direction : « (...) il n’est pas contesté qu’aucune plainte n’a été émise avant le 27 février 2017 quant à ces photomontages, et que dès que (le salarié) a fait part de son désaccord profond avec ces images, dans la journée, la direction a fait cesser la diffusion de ces photomontages, et dans les jours qui ont suivi, le salarié auteur des photomontages s’est excusé à plusieurs reprises et a été sanctionné, et une tentative de médiation a été mise en place. » Et ajoute « Dès lors, (...), au vu de l’absence de plainte du salarié jusque-là s’agissant de cette pratique, de l’unique photo le concernant diffusée ce jour-là, et de la réaction immédiate de la direction, elle ne constituait pas à elle seule un manquement de l’employeur faisant obstacle à la poursuite du contrat de travail ».

Le jugement confirme par ailleurs que les accusations concernant l’ambiance du studio sont totalement infondées : « Contrairement à ce que soutient le salarié, il n’est pas apporté la preuve d’une dégradation des conditions de travail au sein de l’entreprise, ou encore d’un conflit important et récurrent (...), la production d’articles de presse (...) ne suffisant pas à établir ces faits ». En conséquence de ce qui précède, cet ancien salarié a été débouté de toutes ses demandes principales, le jugement concluant qu’il ne pouvait imputer son départ de l’entreprise (par le biais de la prise d’acte de la rupture de son contrat) à Quantic Dream, ce départ devant s’analyser comme une démission (et non comme un licenciement sans cause réelle et sérieuse) : « la prise d’acte doit se voir attribuer les effets d’une démission, et les demandes...seront rejetées ».

La seule demande retenue concerne un dédommagement de 5000€, au titre de l’ « obligation de sécurité », considérant que l’entreprise aurait dû anticiper le risque potentiel de dérapage en n’intervenant pas dès le départ de la création de photomontages par l’un de ses salariés. La Direction de Quantic Dream n’a en aucune manière ni encouragé ni cautionné des photomontages et a immédiatement réagi de manière appropriée, comme le confirme très clairement ce jugement.

Quantic Dream prend note de ce dernier jugement qui lui semble cohérent avec la réalité de ce dossier, où il est reconnu que la Direction a toujours été de bonne foi et a toujours cherché le dialogue. D’autres procédures (3) ont été initiées, sur le même sujet, par trois anciens salariés issus de la même équipe et sous la responsabilité de l’ancien salarié mentionné précédemment. 2 jugements rendus par le Conseil de prud’hommes de Paris ont débouté 2 anciens salariés de l’intégralité de leurs demandes (un seul a fait appel). Un jugement a fait droit aux demandes d’un salarié et l’entreprise a fait appel de ce seul jugement.

Concernant les deux jugements du 19 janvier 2018 déboutant les salariés, ceux-ci, s’ils critiquent les photomontages, retiennent la réaction immédiate et appropriée de l’entreprise, considèrent que la rupture du contrat des salariés est bien une démission et précisent : « (...) il est permis de s’interroger sur le fait de savoir s’il n’aurait pas été instrumentalisé par d’autres ou n’aurait pensé pouvoir profiter d’un effet d’aubaine et obtenir unendemnisation financière bien supérieure ».

De son côté, le plaignant a fait appel de la décision, relançant une procédure. De plus, il est accusé par le studio de s'être introduit à plusieurs reprise dans les locaux après son départ, et d'avoir téléchargé des documents internes sur ses supports personnels. Comme le rappelle Clementoss dans sa news du jour, Le Monde et Mediapart ont été attaqués en diffamation, avec une audience prévue pour le 5 décembre.

Profil de MalloDelic,  Jeuxvideo.com
Par MalloDelic, Journaliste jeuxvideo.com
MP

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Ju1988
Ju1988
MP
le 04 déc. à 12:31

Ça aurait été pas mal de revenir sur l'histoire.
Parce qu'au final si j'ai bien compris, il s'agit d'un salarié qui a foutu la photo (pris surement sur un réseau social type FB ou LinkedIn) sur le corps de Super Nanny.
En soit c'est une blague de gamins, c'est étrange que ça fasse autant de bruit.
En soit ça ne semble pas être un gros problème de culture d'entreprise

Lire la suite...
Research128
Research128
MP
le 04 déc. à 10:32

créés par un "responsable important" du studio
...
son auteur ayant reçu un avertissement.

Évidemment toujours les même qui sont protégés :)

Notons qu'aucun nom n'a fuité d'ailleurs :)

Lire la suite...
Ranma__Saotome
Ranma__Saotome
MP
le 04 déc. à 10:25

J'avoue que je comprends pas les gens qui trouvent que porter plainte est disproportionné. Il aurait pu faire n'importe quoi d'autre. Si en représailles il avait décidé de cramer sa voiture, de le tabasser ou de buter son chien: là ça aurait été disproportionné.

Lire la suite...
Commentaire édité 04 déc., 10:27 par Ranma__Saotome
BanIncompris
BanIncompris
MP
le 04 déc. à 09:49

Et c'est quand qu'on les attaque pour pub mensongère ?
Les types osent quand même dire qu'ils vendent des jeux vidéo.

Lire la suite...
Cire_du_temps
Cire_du_temps
MP
le 04 déc. à 09:36

Nous vous faisions part*

Lire la suite...
morcook1
morcook1
MP
le 04 déc. à 09:30

Merci pour le visu de QD mais qu'en est il du plaignant ?!
Les 2 news d'hier sont à mettre au crédit de QD mais quand on donne la parole à l'un j'pense qu'il faut avoir lu les 2 parties si on veut se faire une véritable opinion.

Lire la suite...
mace_windoo
mace_windoo
MP
le 04 déc. à 09:30

Pour rappel, la « victime » s est introduit informatiquement après son départ dans le réseau QD depuis le poste de son nouvel employeur.... on parle de piratage industriel.
Mais bon, je dis ça? Je dis rien hein!

Lire la suite...
Chineurdefilms
Chineurdefilms
MP
le 04 déc. à 08:17

Les commentaires en disent long sur la capacité des gens à comprendre une information.

"En "Super Nanny" ? En effet, c'est tres vulgaire :hap:"
"la société n'est pas responsable d'une brebis galeuse."
"donc un vieux photomontage qu'on fais tous avec facebook etc
et le mec porte plainte pour demander 115 K euros"

ou encore les top coms etc.

Ça veut dire 2 choses, premièrement que certaines personnes n'ont même pas compris qu'il s'agissait là d'un communiqué de Quantic Dream, c'est à dire orienté et partial. Car si c'était le cas ils sauraient qu'il n'y a pas eu qu'un seul photomontage, que le photomontage ne le représentait pas que en étant super nanny, etc. Deuxièmement que ceux qui ont compris qu'il s'agissait là d'un communiqué d'entreprise n'ont même pas pris la peine d'aller chercher l'information ailleurs, ils se sont contenté de gober l'information sans chercher plus loin. Ils auraient peut-être pu apprendre, par exemple, qu'un autre jugement a considéré que l'entreprise avait laissé "sciemment prospérer" des montages "homophobes, misogynes, racistes, ou encore profondément vulgaires".

Alors je sais que les lecteurs de JVC ne sont pas réputés pour être les plus grands esprits du siècle mais quand même, ce serait bien de faire un petit effort intellectuel au lieu de ressortir systématiquement "on peu plu ri1 dir ouin ouin".

Lire la suite...
Ranma__Saotome
Ranma__Saotome
MP
le 04 déc. à 07:46

C'est marrant, je lisais justement cet article sur le sujet sur le site de Canard PC il y a quelques heures (j'étais alors même pas au courant de l'affaire).

J'adore particulièrement ce petit morceau

Les conseillers se passent des copies des montages, présentées par l’avocate du plaignant. Celle de l’entreprise, qui reproche à sa consœur d’avoir opéré une sélection, n’a, prudente, pour autant pas choisi d’apporter le corpus dans son intégralité

Lire la suite...
Commentaire édité 04 déc., 07:46 par Ranma__Saotome
Gawong
Gawong
MP
le 04 déc. à 06:38

En "Super Nanny" ? En effet, c'est tres vulgaire :hap:

Lire la suite...
Top commentaires
[E]ngel
[E]ngel
MP
le 03 déc. à 20:12

A la lecture des deux articles de JVC dont il est question ici, je vois pas pourquoi les gens s'en prennent à Quantic Dream.

Lire la suite...
Kenobie2
Kenobie2
MP
le 03 déc. à 21:52

L'ambiance a l'air bien toxique et exécrable chez Quantic

Lire la suite...
Boutique
Nintendo Switch avec paire de Joy-Con Rouge Néon et Bleu Néon Amazon 299,98€
Luigi's Mansion 3 Amazon 44,99€
Ring Fit Adventure pour Nintendo Switch Amazon 85,83€
Les jeux attendus
1
Dragon Ball Z Kakarot
17 janv. 2020
2
Final Fantasy VII Remake
03 mars 2020
3
Cyberpunk 2077
16 avr. 2020
4
The Last of Us Part II
29 mai 2020
5
Resident Evil 3 (2020)
03 avr. 2020