Menu
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Dernières actualités des jeux vidéo / News jeux vidéo / News débat et opinion /

L’industrie du jeu vidéo gagnerait à sortir de l’omerta qui l'assaille

News débat et opinion
L’industrie du jeu vidéo gagnerait à sortir de l’omerta qui l'assaille
L’industrie du jeu vidéo gagnerait à sortir de l’omerta qui l'assaille
Partager sur :

La loi du silence qui règne dans le monde du jeu vidéo est plus assourdissante encore lorsque nous sommes amenés à l’évoquer. Durant ces deux dernières années, la presse spécialisée a mis en avant un malaise, voire des comportements inacceptables, titubant insidueusement dans les open-spaces de studios réputés. Au-delà des affaires de management erratique qui font les gros titres,
l’industrie du jeu vidéo a pris la mauvaise habitude à la fois de museler ses employés, et de garder jalousement secrètes les histoires de projets qui n’ont jamais abouti. Nous aurions pourtant beaucoup à apprendre des expériences passées inexplicablement sous silence.

Débat et Opinion
Cet article entrant dans la rubrique "Débat et opinion", il est par nature subjectif. L'avis de l'auteur est personnel et n'est pas représentatif de celui du reste de la rédaction de Jeuxvideo.com.

Des développeurs de “AAA” qui ne peuvent que rarement s’exprimer sur leur travail

Les petites mains qui s'affairent à construire les titres nourrissant nos consoles et nos PC sont nombreuses. Les blockbusters “AAA” nécessitent en effet le concours de centaines d’employés pour trouver le chemin des linéaires, quand il ne s’agit pas d’un millier d’artistes sur les créations des plus gros éditeurs. Malgré cette armée de talents qui façonne l’industrie script après script, polygone après polygone, il est étrangement rare d’entendre les faiseurs d’expériences s’exprimer. Les bâtisseurs qui sont sous la direction des “leads” n’ont pas assez l’opportunité de s’expliquer sur leur travail. Et c’est bien regrettable. La production d’un soft est pleine de découvertes enrichissantes, de négociations, de frustrations, de moment d’intenses joies et de terribles désillusions. C’est un package complet d’émotions, très bien mis en évidence dans le reportage Indie Game : The Movie, projet qui a pu être réalisé car éloigné des cadenas imposés par les gros éditeurs désireux de garder une communication maîtrisée où seul le consensuel ressort. Les vidéos qu’ils fournissent ont tendance à ne vouloir faire ressortir que l’aspect magique et positif du média, à la manière d’un film de Sacha Guitry où les acteurs et les techniciens sont mis sur un piédestal pendant le générique.

Indie Game : The Movie nous plonge dans le quotidien des créateurs de jeux.

L’industrie du jeu vidéo gagnerait à sortir de l’omerta qui l'assailleL’industrie du jeu vidéo gagnerait à sortir de l’omerta qui l'assaille

À l’instar de travailleurs d’autres industries, les développeurs ne peuvent pas parler librement de leur travail. Cela est d’ailleurs stipulé dans leur contrat par l’intermédiaire d’une clause de confidentialité qui s’étend sur plusieurs lignes et qui comprend, entre autres, tout ce qui touche à la production et à “l’organisation interne”. Certains géants interdisent même leurs salariés de parler directement aux journalistes, et ont pour consigne de laisser les départements du marketing s’en charger. Si nous comprenons parfaitement l’impossibilité pour les créateurs de divulguer l’existence d’un jeu en cours de production encore non présenté officiellement, nous regrettons les murs bâtis autour des bâtisseurs qui les empêchent de parler de leur vécu au sein d’une société. Lorsque nous avons approché différents professionnels à l’occasion de notre dossier sur les salaires du secteur en France, nous avons rapidement été contactés par un éditeur nous demandant d’arrêter de joindre directement ses employés. Même des années après, il est délicat pour un professionnel d’évoquer les coulisses de la production d’un projet sur lequel il a travaillé. Les développeurs que nous avons rencontrés parlent d’un “petit monde du jeu vidéo” à l’intérieur duquel “tout le monde se connaît”. Parler publiquement d’une expérience potentiellement litigieuse ou juste frustrante demeure difficile dans un secteur où l’omerta règne, à quelques exceptions près. La peur d’avoir du mal à retrouver un emploi auprès d’une autre entreprise à cause de déclarations à cœur ouvert empêche les langues de se délier.

Des éditeurs dont les archives débordent d’histoires tenues secrètes

Le 10 septembre 2017, Eurogamer publiait un article passionnant sur Stormlands, un projet développé par Obsidian en 2011 pour le compte de Microsoft jamais annoncé officiellement, et qui a été brusquement annulé au cours de son développement. L’article souligne les problèmes de communication entre le studio et l’éditeur, comme ce moment où un représentant d’Obsidian évoque la possibilité d’un mode coopération, et qu’un exécutif de la firme de Redmond s’imagine déjà des raids à un million de joueurs. Les anecdotes ne manquent pas et dépeignent toutes les difficultés que peuvent rencontrer des développeurs pour répondre aux attentes de l’éditeur, et le défi de trouver un autre partenaire quand le premier se retire du projet. Plus récemment, Chris Seavor, le papa de Conker's Bad Fur Day, a dévoilé tout un tas d’informations via son compte Twitter sur la suite annulée des aventures de l’écureuil alcoolique. Nous nous souvenons également de la très bonne section de Rare Replay dédiée aux œuvres abandonnées du studio britannique.

Stormlands et Conker's Other Bad Day, deux jeux qui auraient pu arriver sur nos consoles...

L’industrie du jeu vidéo gagnerait à sortir de l’omerta qui l'assailleL’industrie du jeu vidéo gagnerait à sortir de l’omerta qui l'assaille

Malgré quelques rares exceptions, les développeurs et les éditeurs ne communiquent pas sur leurs projets oubliés. Leurs histoires sont pourtant passionnantes et en disent beaucoup sur l’industrie du jeu vidéo à un instant-t. Nous avons nous-mêmes entendu parler de différents jeux, jamais officiellement annoncés puis annulés, lors de nos pérégrinations. Nos demandes pour en apprendre plus se sont malheureusement soldées par des refus. Ces softs enterrés sans avoir été commencés ou terminés sont le fruit de partenariats infructueux trop régulièrement jugés comme étant des échecs. Une mauvaise publicité dont souhaiterait se passer les différentes parties, et qui explique le silence mortuaire entourant ces productions. Qu’on se le dise, nous sommes assis sur une mine de projets éteints dont les histoires seraient instructives pour toute l’industrie, mais dont les décideurs empêchent férocement toute tentative de les déterrer.

Le secteur du jeu vidéo a besoin de souffler, et la loi du silence qui le prend en tenaille n’est bonne pour personne. Bien que les grands groupes du jeu vidéo verrouillent leur communication et s’assurent contractuellement du silence de leurs employés, les leaks continuent de fleurir. Les grands dirigeants ont compris depuis bien longtemps la puissance de l’information. Mais tenter de la contrôler d’une telle manière ne fait qu’enfermer la profession dans ses tourments.

L’industrie du jeu vidéo gagnerait à sortir de l’omerta qui l'assaille
Profil de Carnbee,  Jeuxvideo.com
Par Carnbee, Journaliste jeuxvideo.com
MP
Annonce

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Murdercraft
Murdercraft
MP
le 07 oct. à 23:47

La frontière de la confidentialité touche beaucoup de métiers, beaucoup d'industries, et le jeu vidéo n'a aucune excuse pour s'y soustraire : ce qui se passe au travail reste au travail, et c'est tout a fait normal.
Vouloir s'affranchir des punitions sociétaires, c'est possible, si on vit en dehors de la société. Autrement chacun de nos mots, de nos jugements, chacune de nos opinions ont des conséquences sur notre entourage et les objectifs qu'il poursuit... Si on l'oublie, ça fait de nous des inconscients, pas des hommes libres.

Lire la suite...
Commentaire édité 07 oct., 23:49 par Murdercraft
BELLICREAL
BELLICREAL
MP
le 07 oct. à 21:19

Un journaliste c'est pas un spoiler à la base. Normal que les éditeurs veulent garder leurs productions secrètes je vois pas pourquoi sa vous choque. Le secret sa fait monter la hype, les divulguer c'est comme balancer la marié à poile dans l’église pendant la cérémonie de mariage.

Lire la suite...
Pseudo supprimé
le 07 oct. à 21:12

Le jv était un des dernier bastion commerciale a résister aux chants des golden boys...

Et force est de constater que ces dernières années, le chant s'est apparemment intensifier puisque nous le constatons tout les jours, le jv en est réduit à un simple business...

Et voici pourquoi ça gueule tant que ça, parce que nombre de joueurs (pas la majorité malheureusement) on été témoin direct de ce changement... Et ne l'apprécient guère...

Il ne manquerait plus que la fronde des joueurs fasse changer le court de l'histoire du monde, laissant émerger un nouveau monde ou l'argent serait toujours important, mais pas prédominant dans tout ce que nous entreprenons... Le rêve...

Lire la suite...
setsunalick
setsunalick
MP
le 07 oct. à 18:19

Article idiot, dans la suite d'une idéologie qui c'est grandement écarté de la volonté saine de diversité et d'opportunité pour les plus démunie et la différence, pour instauré des codes anxiogène de vivre ensemble au forceps qui laisse plané un climats et des interprétations deletaire envers n'importe quel camarade qui ne s’apprécie pas. une perversion narcissique comme ligne de survie qui oblige a se préserver de tout moment et empeche la détente et le sincère vivre ensemble dans les open space, mais aussi non paradoxalement dans presque n'importe quel milieu mixte ou a dominance féminine.

on notera le grand ecart hasardeux et l'amalgame entre 2 sujets qui n'ont rien a voir a la base, qui sont "l'ambiance de travail" et la "volonté de publication de travaux inachevé" comme malhonnête. donc soit l'entreprise renonce aux droits de travaux qu'elles ont acheté et financé apres signature de contrat, se qui est tout a fait compréhensible, soit on inclut ça dans le lourd dossier sur le climat insatisfaisant et oppressif au travail et on justifie une campagnes de shaming et d'harcèlement en se proclament victime

Lire la suite...
capitaine_as
capitaine_as
MP
le 07 oct. à 18:09

avant de balayer chez les autres , balaye devant la porte de jvc qui surnote très largement les jeux, les editeurs /annonceurs avec en dernier lieu un bon gros 17/20 à ghost recon breakpoint , un jeu en kit, avec les dlc, les microtransactions , le pay to win etc

Lire la suite...
Street_of_Rage
Street_of_Rage
MP
le 07 oct. à 17:34

Y a pas à dire Carnbee est clairement au dessus des autres zigoto à la rédaction

Lire la suite...
ValerioFluo
ValerioFluo
MP
le 07 oct. à 15:55

Belle plume ce Carnbee, je ne m'attendais absolument pas à trouver une référence à Sacha Guitry sur ce site, vu sa pauvreté culturelle actuelle, ça fait vraiment plaisir. Merci Carnbee de relever un peu le niveau!

Lire la suite...
Celestin410
Celestin410
MP
le 07 oct. à 15:30

Très bon dossier mais un peu trop évasif.

Lire la suite...
sniper361
sniper361
MP
le 07 oct. à 15:11

On en parle du silence de la presse JV qui est soudoyée pour sortir des tests en faveur de tel ou tel Editeur ? :hap:

L'omerta vous dites ?...

Lire la suite...
[MisterRDR]
[MisterRDR]
MP
le 07 oct. à 14:49

Je pense que ça fait partie du monde des entreprises et que ce n'est pas spécifique au JV.

Peut-être devrions nous inscrire dans la loi un principe de transparence au-delà d'une certaine durée. Par exemple après 3 ans (ou plus c'est juste pour l'exemple) toutes les clauses de confidentialité deviennent caduques et l'employé a le droit de s'exprimer librement quoi que dise son contrat (un peu comme un brevet qui arrive à échéance et tombe dans le domaine public).

Bien évidemment les employés toujours en poste ne parleraient pas ou peu. Mais les ex employés eux le pourraient.

On apprendrait ainsi beaucoup de choses intéressantes.

Par contre je ne suis pas pour autoriser cela sur un trop court terme car chacun a besoin de maîtriser la communication autour de ses projets du moment. Et chacun veut garder ses processus confidentiels car ce sont en quelque sorte des secrets de fabrication qui représentent un avantage concurrentiel qu'on n'a pas spécialement à partager moralement.

Lire la suite...
Top commentaires
finalman3
finalman3
MP
le 07 oct. à 09:36

C'est le cas dans tout projet de création, il y a forcément des squelettes dans le placard. Il me parait normal qu'ils ne soient pas dévoilés.

Le vrai débat serait de savoir pourquoi aujourd'hui, on ne peut s'empêcher de vouloir tout savoir et tout voir, tout publier et tout spoiler. Accepter qu'il y a des choses qui ne valaient pas la peine d'être connues, c'est bien aussi. Personnellement cette culture du leak et du spoil ne m'apporte rien du tout, bien au contraire, les histoires foisonnent partout et tout support, pas besoin de regarder les fonds de tiroirs. Et si un jour elles venaient à être publiées, autant en garder la surprise.

Lire la suite...
Commentaire édité 07 oct., 09:40 par finalman3
G7K
G7K
MP
le 07 oct. à 12:31

On gros tu demandes aux éditeurs de laisser les développeurs parler des projets sur lesquels ils ont travaillé. J'aimerais que tu m'expliques dans quelles entreprises on laisse divulguer des informations privées pour faire plaisir aux journalistes ?

Lire la suite...
Boutique
FIFA 20 - Standard Edition Amazon 54,99€
Ring Fit Adventure pour Nintendo Switch Amazon 59,99€
The Legend of Zelda: Link's Awakening Amazon 44,49€
Les jeux attendus
1
Call of Duty : Modern Warfare
25 oct. 2019
2
Pokémon Épée / Bouclier
15 nov. 2019
3
The Last of Us Part II
21 févr. 2020
4
Cyberpunk 2077
16 avr. 2020
5
Death Stranding
08 nov. 2019