Menu
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Dernières actualités des jeux vidéo / News jeux vidéo / News business /

Les joueurs sont-ils encore prêts à payer leurs jeux au prix fort ?

News business
Les joueurs sont-ils encore prêts à payer leurs jeux au prix fort ?
Les joueurs sont-ils encore prêts à payer leurs jeux au prix fort ?
Partager sur :

En seulement une poignée d'années, le jeu vidéo est passé du statut de loisir obscur et réservé à une niche adolescente à celui de média populaire, touchant un éventail très étendu de profils variés allant des plus jeunes aux plus âgés. Outre ses évolutions technologiques, son rapprochement de plus en plus flagrant avec le cinéma et ses proportions marketing aujourd'hui énormes, le jeu vidéo s'est également démocratisé grâce à une plus grande accessibilité tarifaire. Dans ces conditions, devient-il de plus en plus délicat de convaincre les joueurs de payer leurs jeux au prix fort ?

Même s'il s'est grandement démocratisé avec le temps, le jeu vidéo reste un loisir coûteux. Quel que soit le constructeur vers lequel se porte votre préférence, l'acquisition de la machine ainsi que des jeux qui en font le catalogue restent des investissements que de nombreuses personnes ne peuvent pas se permettre ou du moins, pas régulièrement. Il est également évident qu'il n'existe pas de vérité universelle lorsqu'il s'agit de savoir si un joueur est prêt à acheter son jeu au prix fort ou non. Sa consommation, régulière ou occasionnelle, de jeu vidéo et bien évidemment son pouvoir d'achat influeront fortement sur sa décision. Et même encore, une personne percevant un revenu « modeste » n'aura souvent pas trop regret à s'acquitter des 60€ pour un jeu à l'année, comme en témoigne le succès des franchises annuelles qui garnissent les étagères de nombreux joueurs occasionnels. Les profils sont donc très variable, aussi prendrons-nous pour référence un joueur régulier, désireux d'investir régulièrement dans une ou plusieurs sorties d'un mois.

La passion n'a pas de prix ?

Comme tous les secteurs culturels, le jeu vidéo regroupe énormément de passionnés et, comme c'est souvent le cas dans ces circonstances, le public n'est jamais avare lorsqu'il s'agit de soutenir le studio / l'éditeur qu'il affectionne. Nombreuses sont les personnes à répondre par l'affirmative à la question de savoir si elles sont prêtes à débourser le prix fort pour un jeu vidéo, pour peu que ce dernier ait les qualités requises pour son prix. Dans la sphère indépendante, l'achat « militant » est quant à lui monnaie courante, de nombreux joueurs estimant logiquement qu'un titre ambitieux aux effectifs modestes doit être récompensé par le porte-monnaie, même si bien souvent, les prix affichés au jour de la sortie sont nettement plus attractifs que n'importe quel AAA.

Les joueurs sont-ils encore prêts à payer leurs jeux au prix fort ?

En écumant le sujet sur internet ou dans notre entourage, le constat était moins lugubre que ce que l'on pourrait penser. En effet, la plupart des retours étaient très simples : si un jeu est excellent, aucune raison de ne pas en payer le prix. Ainsi, personne n'a regretté l'argent investi dans un Zelda Breath of the Wild, un The Witcher 3, un Fallout ou n'importe quel autre jeu dont ils se doutaient à l'avance que le temps passé dessus serait important, à l'image du plaisir pris à le parcourir. Bien évidemment, l'excitation et l'impatience sont des facteurs importants dans l'acte d'achat Day One, synonyme de plein tarif. Le fait de ne pas avoir la patience d'attendre une hypothétique et parfois incertaine baisse de prix, le risque de se faire spoiler des événements majeurs du jeu ou le simple plaisir de découvrir un titre le jour de son lancement, en même temps que « tout le monde » sont indubitablement des arguments en faveur d'un achat immédiat quel qu'en soit le coût.

Mais les joueurs sont aujourd'hui également des consommateurs éclairés et ne se laissent pas systématiquement dicter leur conduite par leurs émotions. Une simple mise à jour d'un jeu qui justifie une nouvelle sortie, mais facturée au même prix que le lancement du titre orignal aura énormément de mal à trouver la faveur des joueurs, qui ne sont pas enclins, comme n'importe qui, à aimer qu'on les prennent pour des vaches à lait. Et aujourd'hui, le jeu vidéo se porte bien. Si l'on s'en réfère aux chiffres 2018 communiqués par le SELL, le secteur a généré plus de 4 milliards d'euros de chiffres d'affaires, si l'on inclut l'achat de hardware et d'accessoires à l'équation.

Les joueurs sont-ils encore prêts à payer leurs jeux au prix fort ?

Des habitudes de l'industrie qui invitent à la patience

Cependant aujourd'hui, il n'est pas rare de croiser des consommateurs patients qui, pour plusieurs raisons, préfèrent ne pas se précipiter sur la sortie d'un AAA à 60€ et attendre quelques semaines ou quelques mois. En premier lieu, le AAA n'a plus très bonne presse au jour de sa sortie. Il est désormais presque communément – et malheureusement – admis que nombre d'entre eux n'ont pas le degré de finition attendu au jour de leur commercialisation. Optimisation catastrophique, contenu famélique ou un peu chiche, micro transactions déséquilibrées... il est fréquent d'attendre une poignée de patchs afin d'obtenir l'expérience qui avait été promise au départ. Et de cette volonté d'attendre un produit « fini » découle également celle d'une baisse de prix, qui est aujourd'hui de plus en plus rapprochée du jour de mise en vente.

Les joueurs sont-ils encore prêts à payer leurs jeux au prix fort ?

Les exemples sont effectivement nombreux de titres majeurs ayant bénéficié de rabais pouvant aller jusqu'à 50% quelques semaines après leur sortie, et la valse des soldes, qui tendent à se multiplier pour presque devenir une norme, n'incite en rien à l'achat immédiat. En effet, un jeu sorti en octobre profitera souvent d'une baisse drastique de prix dans le cadre d'un Black Friday ayant traversé l'Atlantique pour devenir également incontournable en France. Steam, de son côté, multiplie les offres et les périodes de soldes toutes les saisons et plus tardif, des mastodontes comme Xbox et Playstation ont sauté dans le train en marche avec des promotions récurrentes sur leurs stores respectifs. Il devient alors difficile de justifier, dans certain cas, l'achat day one d'un jeu sous couvert d'impatience alors qu'il existe une grande part de chance de l'obtenir à un prix plus intéressant quelques semaines plus tard. Et la tendance à esquiver le tarif maximal pour s'adonner au jeu vidéo pourrait bien se renforcer avec l'arrivée des abonnements à certains catalogues du jeu vidéo.

La démocratisation des abonnements aux catalogues fournis

Les joueurs sont-ils encore prêts à payer leurs jeux au prix fort ?

Electronic Arts a été le premier, avec The Vault a donner l'impulsion à accès contre abonnement à une étendue assez vaste de titres, qu'il était possible de télécharger à l'envi et sans limites de temps pour peu que l'abonnement coure toujours. Aujourd'hui, l'offre s'est grandement diversifiée. Le Xbox Box Game Pass, le futur Uplay +, l'Origin Access... contre des sommes plutôt modiques, il est possible d'avoir accès à un très grand nombre de jeux. Et si les premiers pas de ces abonnements se résumaient à la base à de nombreux jeux anciens, aujourd'hui, ce sont des production qui font l'actualité qui sont proposées. Ainsi, en l'échange de quelques euros par mois, il sera possible se frotter à de nombreux titres coups de poing sans pour autant vider ses comptes. Mieux encore, il ne sera pas interdit de résilier l'abonnement une fois les différents jeux testés ou terminés. Ceci étant, la multiplication de ces abonnements pourrait s'avérer finalement très coûteux à l'année, si un utilisateur désire avoir accès à l'intégralité des offres proposées.

Les joueurs sont-ils encore prêts à payer leurs jeux au prix fort ?

L'ère du jeu à moindre coût est actuellement entrain de croitre grandement, ce qui pourrait à terme détourner les consommateurs d'un achat au plein tarif. Cependant, le jeu vidéo s'en portera-t-il beaucoup plus mal ? Pas si certain. La multiplicité des offres attractives, les promotions, les fonctionnalités multijoueurs sont également des arguments ayant fait nettement reculer le piratage, en perte de vitesse sur les sorties majeures même s'il affecte toujours assez facilement le jeu indépendant, ce dernier ne disposant que rarement des moyens nécessaires à sa protection.

Quoi qu'il en soit, si l'industrie se porte bien et que les joueurs sont toujours enclins à payer leurs jeux à plein tarif sous quelques conditions, les plus réticents ou les revenus les plus modestes profitent aujourd'hui d'une vraie diversité d'offres et d'initiatives visant à mettre le jeu vidéo à portée de (presque) toutes les bourses.

Profil de [87],  Jeuxvideo.com
Par [87], Journaliste jeuxvideo.com
MPTwitter

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
yuchii76
yuchii76
MP
le 16 août à 18:25

Pour moi c'est simple un jeux c'est on teste via démo légal ou non puis achat via clef quand il est moin chère si il vos le coup, pas de pay to win , et tarif c'est maxi 1euro de l'heure si il est a 30 euro je prend pas si il ce fini en moins de 30 h 😁

Lire la suite...
Commentaire édité 16 août, 18:26 par yuchii76
Circus59170
Circus59170
MP
le 04 août à 10:48

Pour ma part non !

Les jeux sont souvent trop chers pour ce que j'en fait aujourd'hui (du à mon âge sans doute…).
De plus, ils sont 90% du temps beugués, et il faut parfois attendre des mises à jours pendant plusieurs semaines.

Rien de tel que d'attendre une promo, et d'acheter un jeu "corrigé".

Lire la suite...
panzernecro
panzernecro
MP
le 02 août à 20:15

Rien de tel que d'attendre quelques mois après la sortie d'un jeu que son prix baisse souvent de moitié.

Lire la suite...
Cristovao91
Cristovao91
MP
le 02 août à 09:57

Payer le prix day one d'un jeu n'est dans l'absolu pas un problème SI et seulement SI:
Il n'y avait pas de micro transaction.
Il n'y avait pas de DLC payant.
Il n'y avait pas de jeux vendus non terminés et bugués jusqu'à la moelle.

Lire la suite...
lalicanari
lalicanari
MP
le 02 août à 00:52

moi toujours day one ou rien, rien a cirer que le jeu est moins cher ou meme gratuit plus tard, ça ne m'interesse plus, je n'aime que les nouveauté day one

Lire la suite...
Pseudo supprimé
le 01 août à 12:02

Je fais que de la rétro maintenant ,donc la question ne se pose plus , mais ça en soulève une autre ,la spéculation.

Lire la suite...
khou3azrine
khou3azrine
MP
le 01 août à 10:45

Perso je prend mon temps avant d'acheter un jeu. J'ai mis 6 mois avant de prendre RDR2, qui je le savais avant meme d'y avoir jouer qu'il allait etre monstrueux.

J'achete toujours mes jeux en occasion, je ne vois aucune difference avec les jeux acheter neuf, jamais eu de probleme avec et ca me permet de payer 20 30 euro (pour un gros jeu type RDR2) et parfois meme une dizaine d'euro pour un jeu moins hype mais tout aussi excellent, au lieu de l'acheter 60 70 euro en magasin.

On a aussi la chance de vivre a une epoque ou de plus en plus de game dev proposent leur jeux en F2P. Je dois avoir plus de 6000 heures sur League of Legends, un jeu entierement gratuit, meme si comme dis dans l'article je n'ai jamais hesiter a depenser un peu de sous de temps en temps pour acheter des skins, et autres items cosmetiques in game, pour soutenir la boite. Apex Legends, Fornite, Battlerite, etc sont d'autres exemples.

Puis il y'a plein d'offres a droite et a gauche, que ce soit des soldes ou meme des jeux qui passent en gratuit pour quelques jours, comme Subnautica il y'a quelques mois.
Ce n'etait pas le cas il y'a quelques annees, mais depuis une bonne decenie, les jeux videos deviennent vraiment abordable, pourvu que l'on prenne le temps de flairer les bonne offres.

Lire la suite...
petit_grelot
petit_grelot
MP
le 01 août à 09:42

Au prix fort... Terme mal employé

Me mp si nécessaire

Lire la suite...
BiG_DeaL
BiG_DeaL
MP
le 01 août à 08:39

C'est clair qu'avant, j'étais beaucoup plus naïf, je me faisais avoir par le marketing, les notes de test, trailers etc. Et j'ai claqué un bon paquet de fric dans des jeux au prix fort et bien souvent, j'ai eu des déceptions ou des durées de vie absolument ridicules et un regret à chaque fois.

Aujourd'hui, plus mature et moins con tout simplement : plus rien à foutre de la hype, on vit dans une époque où les soldes sont quasi permanentes, je ne suis plus du tout impatient, je mets 35-40 euros max et faut vraiment que le jeu soit très bon.

Et puis je sais pas, je suis plus comme avant où j'étais presque comme un fou à craquer sur un jeu en pensant que ce serait l'expérience ultime, aujourd'hui, je me dis juste que ça a l'air chouette.

Lire la suite...
HolyTomy
HolyTomy
MP
le 01 août à 07:50

Non sinon on nous servirait pas des méthodes de ventes différentes du temps où on payait simplement un jeu complet plein pôt :

Aujourd'hui il savent très bien qu'on peut chopper une clef à 20 balles en promo ou sur des sites, du coup on fait un season pass qui sur le long terme reste plus cher que le jeu de base.
Enfin plus précisément aujourd'hui le procédé le plus neuf reste de sortir un jeu qui sert de base, auquel on ajoutera le contenu par mise à jours majeurs, et au lieu d'un season pass complet, on fait un pass year 1 (z'allez voir tout les jeu ubisoft vont être comme ça).
Sans oublier que maintenant presque tout les jeux ont leurs deux monnaies de référence (une virtuelle et une par approvisionnement réel, chose qu'on ne voyait à la limite que dans les free to play avant), avec leurs cash shop, loot box etc...

Donc non les joueurs ne sont pas prêts à payer au prix fort (moins majoritairement car c'est pareil les joueurs un peu beauf ou casu qui paye full cash au micromania y'en a moins) et on peut le constater par toutes les méthodes utiliser par les éditeurs pour contourner ce fait, et ce depuis un moment.

Lire la suite...
Commentaire édité 01 août, 07:51 par HolyTomy
Top commentaires
Roroleblairot
Roroleblairot
MP
le 31 juil. à 10:55

Ainsi, personne n'a regretté l'argent investi dans un Zelda Breath of the Wild, un The Witcher 3, un Fallout

Si si Fallout 76 :oui:

Lire la suite...
deadly-boo
deadly-boo
MP
le 31 juil. à 10:53

Non. Attendre une baisse de prix est plus judicieux à mes yeux et regarder les bons plans aussi. Pas se precipiter pour du day one à prix plein. La patience est une vertu. :ok:

Lire la suite...
Boutique
  • Console Nintendo Switch Lite - Édition Zacian & Zamazenta
    220.53 €
  • Nintendo Switch avec paire de Joy-Con Rouge Néon et Bleu Néon
    292.49 €
  • Console Nintendo Switch Lite - turquoise
    219.96 €
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Cyberpunk 2077
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Pokémon Épée / Bouclier
    SWITCH
    Vidéo - Bande-annonce
  • Borderlands 3
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Call of Duty : Modern Warfare
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Dragon Ball Z Kakarot
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce