Menu
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Dernières actualités des jeux vidéo / News jeux vidéo / News business /

Avant Microsoft et Nintendo, ces rapprochements historiques du jeu vidéo

News business
Avant Microsoft et Nintendo, ces rapprochements historiques du jeu vidéo
Avant Microsoft et Nintendo, ces rapprochements historiques du jeu vidéo
Partager sur :

Vendredi dernier, nous annoncions le projet d’association de Microsoft et Nintendo. Aussi événementiel soit-il, ce rapprochement n’est pas le premier en vigueur dans notre média, qui a déjà vu bon nombre de sociétés se regrouper sous une seule bannière ou plus simplement choisir de travailler main dans la main pendant de longues années. Nous vous proposons aujourd’hui de revenir sur quelques uns des rapprochements historiques du jeu vidéo.

Ils auraient pu y figurer, mais…
Les rapprochements sont légions dans l’industrie vidéoludique, mais certains d’entre eux ne figurent pas dans cet article pour des raisons différentes. Tencent et ses nombreux rachats (Riot Games, Supercell…) prennent davantage la forme d’une série d’acquisitions agressives pour combler un manque de l’entreprise, l’absorption de Koch Media (et Deep Silver, donc) par THQ Nordic et le rachat de nombreux studios par Microsoft sont trop récents pour évaluer leurs impacts sur notre média. Quant aux nombreux accords spécifiques de distribution (CD Projekt et Bandai Namco pour l’europe, par exemple) ou à la fusion entre Koei et Tecmo en 2009, ils n’ont pas non plus eu une influence suffisamment notable sur l’industrie pour figurer dans cet article. Il en est de même pour les rapprochements avortés ou de courte durée comme ceux de Sony et Nintendo au milieu des années 1990 ou l’échec du rachat d’Ubisoft par Vivendi.

2001 : Infogrames & Atari, deux classiques sous la même bannière

Avant Microsoft et Nintendo, ces rapprochements historiques du jeu vidéo
L'Atari VCS

Le regroupement d’Infogrames et d’Atari, c’est d’abord une histoire de nom. Connu pour ses adaptations vidéoludiques de séries tirées de la bande dessinée franco-belge, le groupe lyonnais rachète en 2001 Hasbro Interactive, qui exploitait alors les licences Hasbro sous forme de jeux vidéo. Il se trouve justement que Hasbro Interactive détient depuis 1998 les propriétés intellectuelles d’Atari Corporation, rachetées au groupe JTS qui fait faillite à la même date. Infogrames détient donc désormais Atari, et choisit dès 2003 d'utiliser le nom de sa nouvelle acquisition pour toutes ses activités commerciales du fait de la notoriété plus importante de la marque aux Etats-Unis. La dénomination sociale reste en revanche Infogrames Entertainment jusqu’en 2009, date à laquelle le nom d’Atari est officiellement adopté par toutes les parties. Vous suivez toujours ?

Derrière cet ensemble de démarches classiques du monde de la finance se cache un rachat majeur de notre secteur impliquant deux des sociétés qui en ont fait sa renommée au cours des précédentes décennies. Mais si l’histoire semble belle sur le papier, elle connaît des lendemains difficiles, matérialisés en 2013 par la cessation de paiement du groupe. Ce dernier se sort toutefois de cette situation délicate en décembre de la même année, et redresse depuis progressivement la barre en espérant que son Atari VCS - attendue pour cette année - l’aidera à retrouver un certain prestige au sein de l’industrie.

2001 : Sony & Naughty Dog, le début d’une belle idylle

Après quelques années en tant que studio indépendant, Naughty Dog connaît son premier succès d’envergure sous la coupe d’Universal via sa trilogie Crash Bandicoot sur PlayStation. À la tête du studio, Jason Rubin et Andy Gavin doutent alors de l’utilité de leur collaboration avec Universal, ces derniers n’intervenant plus dans la conception de jeux et se contentant de toucher les royalties. La séparation est compliquée et marquée par quelques épisodes ubuesques comme celui de la coupure de l’air conditionné par Universal, qui refuse de payer en sachant que Naughty Dog ne souhaite plus renouveler leur deal si lucratif.

Naughty Dog perd beaucoup dans l’affaire, puisqu’en retrouvant l’indépendance, il se voit délesté de sa nouvelle licence fétiche dont les droits d’exploitation appartiennent à Universal. Le studio est également confronté à la difficulté de produire des jeux dans un marché aux coûts de développements en pleine expansion : Il se tourne donc logiquement vers Sony, qui craint toutefois de voir les productions de l’équipe sortir sur d’autres plateformes. La solution est donc toute trouvée, Sony décide de racheter la société en janvier 2001. Un choix aux conséquences heureuses pour les deux parties, puisqu’après avoir abreuvé la PlayStation 2 d’épisodes de Jak & Daxter, Naughty Dog change de direction et s’oriente sur les deux générations suivantes dans un créneau différent, celui du AAA cinématographique. Assurément une réussite au regard du succès critique et commercial d’Uncharted et The Last of Us.

Uncharted 4 et The Last of Us Part II

Avant Microsoft et Nintendo, ces rapprochements historiques du jeu vidéoAvant Microsoft et Nintendo, ces rapprochements historiques du jeu vidéo

2003 : Squaresoft & Enix, la fusion des compétences

Rivales depuis leur lancement au milieu des années 1980, les séries Final Fantasy et Dragon Quest sont depuis plus de 15 ans regroupées sous une seule et même bannière, celle de Square Enix. Créée en 2003, l’entité est le fruit d’une fusion entre les deux propriétaires des licences précédemment citées, à savoir Squaresoft et Enix. Au sortir d’années 1990 particulièrement profitables commercialement parlant grâce à sa série d’épisodes PS1 de Final Fantasy, Squaresoft tente alors une percée sur un autre marché, celui du film d’animation. Final Fantasy : Les créatures de l’esprit coûte près de 140 millions de dollars et n’en rapporte que 85, entraînant des résultats financiers plus que mauvais et la démission du président de l’époque, Hisashi Suzuki.

Avant Microsoft et Nintendo, ces rapprochements historiques du jeu vidéo
Final Fantasy X, l'un des derniers projets de Squaresoft avant la fusion.

Déjà intéressée par l’idée d’une fusion avec son concurrent, Enix renonce alors à l’idée en constatant les difficultés de Squaresoft. La société n’est certes pas menacée à court terme, mais l’échec cuisant des créatures de l’esprit l’oblige à repenser sa stratégie et se renforcer pour s’assurer un avenir plus radieux. C’est finalement l’arrivée de Yôichi Wada à la présidence de Square qui permet de renouer le dialogue et aboutit le 1er avril 2003 à la fusion des deux entreprises. Un choix salvateur pour deux groupes aux compétences complémentaires : Squaresoft bénéficie d’une belle aura à l’international et de licences réputées, tandis qu’Enix est à son aise sur le territoire japonais et dispose d’une structure financière bien plus stable. C’est donc techniquement cette dernière qui absorbe Squaresoft, créant Square Enix qui demeure aujourd’hui l’une des entreprises les plus connues de notre secteur.

2005 : Bandai & Namco, le rapprochement de deux géants japonais

Avant Microsoft et Nintendo, ces rapprochements historiques du jeu vidéo
Cyberpunk 2077 sera aussi distribué par Bandai Namco dans nos contrées.

Quand Bandai, géant du jouet grâce à ses Gundams, tamagotchis, et autres Digimon, s’unit avec Namco et son catalogue fourni de licences vidéoludiques allant de Pac-Man aux Tales Of en passant par Tekken et SoulCalibur, le résultat a de quoi allécher du point de vue économique. La fusion s’opère en 2005 et Namco devient à cet instant une filiale de Namco Bandai Holding Inc, avant d’être renommé Namco Bandai Games début 2006. Les deux noms seront inversés quelques années plus tard, en 2014, pour former celui connu aujourd’hui : Bandai Namco Games. Cette nouvelle association s’avère depuis aussi fructueuse du point de vue financier que prolifique en sortie de jeux à licence : Entre deux épisodes de One Piece et Dragon Ball, Bandai Namco peut compter sur Tales Of, Soul Calibur et Dark Souls pour occuper le marché. Il fait également preuve de flair avec la saga The Witcher, dont il assure la distribution européenne pour le compte de CD projekt depuis la sortie sur console du deuxième opus.

2006 : Nintendo & Ubisoft, une relation qui dure

Une fois n’est pas coutume, il n’est ici pas question de rachat ou de fusion, mais d’un autre type de rapprochement opéré entre deux grands noms du milieu. Celui-ci trouve ses racines à quelques mois du lancement de la Wii, alors que Michel Ancel et son équipe travaillent sur Rayman Adventures. Satoru Iwata vient présenter la Wii à Ubisoft et Yves Guillemot souhaite que les équipes fournissent plusieurs jeux adaptés à la jouabilité de la machine. Initialement pensé pour la PlayStation 2, Rayman Adventures est alors allégé d’une partie de son contenu afin de n’en conserver que les mini-jeux, puis adapté pour la Wii sur laquelle il sortira des mois plus tard sous le nom de Rayman contre les Lapins Crétins. Quelques années plus tard, c’est Just Dance qui fait son apparition sur la même machine et permet à l’éditeur français de figurer dans les petits papiers de Nintendo.

Avant Microsoft et Nintendo, ces rapprochements historiques du jeu vidéo
Just Dance 2019

C’est donc fort logiquement qu’il figure parmi les éditeurs tiers qui viennent abreuver la Wii U en jeux au cours de son lancement, même si le succès commercial limité de la machine limite les ardeurs d’Ubisoft, et que l’épisode Rayman Legends initialement exclusif à la Wii U sort finalement sur toutes les consoles. Finalement, c’est l’E3 2017 qui vient affirmer les liens forts entre les deux marques, grâce à un Mario + The Lapins Crétins Kingdom Battle annoncé par l’intermédiaire de Shigeru Miyamoto et Yves Guillemot, main dans la main. Un an plus tard, c'est au tour de Fox McCloud de s’inviter dans Starlink : Battle for Atlas, la nouvelle licence d’Ubisoft. Un enième rapprochement qui vient confirmer la solidité des liens entre les deux entreprises.

2007 : Nintendo & Sega, la réconciliation autour de Sonic

Si les rivalités entre constructeurs font partie intégrante de notre média, leurs origines se trouvent dans la fameuse “guerre” commerciale et de communication qui a opposé Nintendo et SEGA au début des années 1990. Un conflit économique qui a pourtant débouché moins de dix ans plus tard sur un rapprochement inattendu faisant suite au retrait de SEGA du marché des consoles : une conséquence directe de l’échec commercial de sa Dreamcast. Seulement deux mois après l’arrêt de la production de la machine, c’est ChuChu Rocket! qui inaugure la nouvelle collaboration avec Nintendo en faisant l’objet d’un portage sur Gameboy Advance. Collaboration entérinée à la toute fin de l’année 2001 lors de la sortie de Sonic Advance, première apparition du hérisson bleu sur une console autre que celles de SEGA.

Mario & Sonic aux Jeux Olympiques et Sonic Lost World

Avant Microsoft et Nintendo, ces rapprochements historiques du jeu vidéoAvant Microsoft et Nintendo, ces rapprochements historiques du jeu vidéo

Certes, la mascotte du groupe japonais a depuis connu plusieurs fois les joies d’une sortie sur d’autres plateformes que celles de Nintendo, mais quelques partenariats exclusifs ont tout de même émaillé son parcours : la création en 2007 de la licence Mario & Sonic aux Jeux Olympiques pour Wii et DS marque la formalisation des nouveaux liens entre SEGA et Nintendo. Le projet est alors chapeauté par Shigeru Miyamoto lui-même et donnera lieu à plusieurs suites. Plus proche de nous, Sonic Lost World est également resté exclusif aux consoles Nintendo avant de faire l’objet d’un portage sur PC deux ans plus tard, tandis que le point d’orgue de cette fructueuse entente réside dans l’arrivée de Sonic au casting de Super Smash Bros. Brawl seulement un an après la sortie de Mario & Sonic aux Jeux Olympiques. Qui aurait crû à une telle issue 20 ans plus tôt ?

2008 : Activision & Blizzard, mastodontes à la relation limitée

Avant Microsoft et Nintendo, ces rapprochements historiques du jeu vidéo
Destiny 2

Alors propriété du groupe Vivendi, Blizzard rejoint Activision lors de la fusion de ces derniers avec Vivendi Games. À l’image du rapprochement entre Infogrames et Atari, la nouvelle entité choisit de capitaliser sur l’image de marque de l’entreprise californienne en optant pour le nom Activision Blizzard, tout en restant sous contrôle de Vivendi. Si Activision Blizzard devient finalement indépendant en 2013, le rapprochement financier et sémantique des deux géants reste limité sur de nombreux points : chacun conserve notamment ses licences et sa méthode de communication, histoire de ne pas perdre la recette de leurs succès respectifs.

Le rapprochement le plus visible pour les joueurs reste donc celui opéré pour la sortie de la version PC de Destiny 2, qui contrairement aux épisodes annuels de Call of Duty est exclusivement disponible sur la plateforme de Blizzard, à savoir Battle.net. Un peu maigre, certes, mais cette stratégie n’entame en rien les résultats du groupe qui a d’ailleurs englouti un autre géant en 2015 en rachetant King Digital Entertainment, à l’origine de la série des Candy Crush.

Profil de Kaaraj,  Jeuxvideo.com
Par Kaaraj, Journaliste jeuxvideo.com
MPTwitter
Microsoft Infogrames Naughty Dog Atari Square Enix Activision Blizzard Nintendo Sony

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
kenkazama
kenkazama
MP
le 23 mars à 05:05

Il ne parle même pas de Sega et Bandai... Puis de Sammy avec Sega sans parler de la triforce avec Nintendo, Sega et Namco qui ont fait F-Zero AX et GX... Sans parler de Capcom avec Nintendo qui ont fait 2 DK et 2 zelda. Le best étant la philips Cdi+ nintendo = winners

Lire la suite...
radada30
radada30
MP
le 28 févr. à 20:22

A savoir Vivendi (la boite en générale pas le département game) fût créée par Napoleon 3!!!!!
Trouble cette entreprise

Lire la suite...
zaedor
zaedor
MP
le 28 févr. à 02:27

Citer Ubisoft et Nintendo sans parler du froid qu'il y a eu à l'époque de la Wii U c'est un peu triste.... Et parler de la relation Activision / Blizzard alors qu'Activision à racheter la majorité des parts de la société Blizzard c'est la bonne blague, comme s'ils allaient se taper sur la gueule alors qu'ils ont les mêmes patrons (je carricature et Blizzard est à nouveau indépendant depuis plusieurs mois mais quand même.... c'est comme dire qu'il y a une bonne relation entre Nintendo et Game Freak quoi...)

Lire la suite...
Stone10
Stone10
MP
le 27 févr. à 18:30

Après ce rapprochement, je pense qu'un jour ou l'autre, nintendo et MS finiront par proposer une machine commune ...

Lire la suite...
[TonySoprano]
[TonySoprano]
MP
le 27 févr. à 17:54

Squaresoft et Enix, le début de la fin :snif2:

Lire la suite...
bebechamo
bebechamo
MP
le 27 févr. à 16:14

Pourquoi les lapins crétins sur le fond d'image, c'est Ubisoft non? Jacob Keyes et Mario ça aurait été plus sympa mais bon.

Lire la suite...
nickmasters
nickmasters
MP
le 27 févr. à 15:02

Quand je vois des rapprochements tels que :

- Squaresoft & Enix
- Activision & Blizzard ...

Je ne peux m'empêcher d'avoir ce pincement au cœur ...

De même que Nintendo & Sega ... Le passage à la 3D a tué notre ami le hérisson bleu ... Obligé de se prostituer auprès de Mario pour apparaître dans ses jeux (non non je ne plagie pas du tout le JDG :sarcastic:)

Lire la suite...
kajjun
kajjun
MP
le 27 févr. à 15:01

Le rapprochement entre les deux "constructeurs" Microsoft et Nintendo n'ont aucun rapport avec vos autres rapprochements.

Lire la suite...
Tylerdurden42
Tylerdurden42
MP
le 27 févr. à 14:58

C'est inquiétant cet aveu de faiblesse face à Sony. Il faudrait un autre concurrent de bon niveau pour avoir une concurrence comme à l'époque où Xbox 360 et PS3 se tiraient la bourre. On peut considérer que Microsoft avoue à demi mot ne pas être capable de produire des exclu du niveau de TLOU ou God of War.

Lire la suite...
nickmasters
nickmasters
MP
le 27 févr. à 14:56

On peut aussi ajouter Bungie-Microsoft (Halo CE, Halo 2, Halo 3, Halo : Reach)
Puis Bungie- Activision (Destiny et Destiny 1.2 :ok:)
Puis Bungie & ... à établir ? (espérons un Destiny 3 digne de ce nom :oui:)

Lire la suite...
Commentaire édité 27 févr., 14:56 par nickmasters
Top commentaires
Metal--picsou
Metal--picsou
MP
le 27 févr. à 11:02

Le pire c'est RARE et Microsoft.

Lire la suite...
florianhc
florianhc
MP
le 27 févr. à 10:56

Vivendi, Quelle bonne idée ce rapprochement...

Lire la suite...
Boutique
Nintendo Switch avec paire de Joy-Con Rouge Néon et Bleu Néon Amazon 299,98€
Luigi's Mansion 3 Amazon 59,99€
Ring Fit Adventure pour Nintendo Switch Amazon 58,90€
Les jeux attendus
1
Dragon Ball Z Kakarot
17 janv. 2020
2
Cyberpunk 2077
16 avr. 2020
3
The Last of Us Part II
29 mai 2020
4
Final Fantasy VII Remake
03 mars 2020
5
Fairy Tail
19 mars 2020