Menu
Final Fantasy VIII
  • Tout support
  • PC
  • PS3
  • PS1
  • PSP
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum

La note des lecteurs

Note moyenne
18/20
16 à 20
644
11 à 15
80
6 à 10
21
0 à 5
3
Donnez
votre avis
748 notes

Les avis les plus utiles

19/20
Jean-Luc_BideU
Alerte
Posté le 14 Novembre 2015

Final Fantasy VIII se pose dans la continuité de FFVII d'un point de vu technique. Les personnages et la mappemonde sont toujours en 3D alors que les décors des villes et des donjons sont en 3D précalculée. Le style se veut tout de même bien plus adulte, sérieux et réaliste que dans le précédent volet, le moteur du jeu ayant été grandement amélioré. On peut dire qu'avec ce FFVIII la Team FF est un peu arrivé à aboutir ce que FF6 avait déjà entamé, à savoir proposer aux fans un J-RPG profondément adulte et mature, réalisé avec style. Ainsi on retrouve un groupe de personnages qui pour la première fois dans la série, ne sont plus des sprites ou des polygones tout carrés, mais bien des personnages assurément adulte, carrément beaux et criant de réalisme.

Ce FF est clairement un tour de force pour une 32 bits. Et en passant outre les cinématiques en FMV, notamment la superbe introduction qui restera gravé à jamais dans la mémoire des joueurs, je pourrais cité nombre de points sur lesquel FFVIII excellait vraiment pour son époque en terme d'esthétique. Tout d'abord, et même si c'est presque devenu une marque de fabrique de la saga, le jeu possède une direction artistique carrément bluffante. Les 5 continents qui compose l'univers de ce FFVIII propose tous une diversité au niveau des environnements allant du style mythologique au style oriental en passant par un style européen et futuriste, conférant aux lieux une identité très forte, témoignant d'un travail architectural et artistique absolument énorme. Le gros point fort étant le chara design que nous a proposé Tetsuya Nomura pour son deuxième Final Fantasy, rendant les personnages plus réaliste et vivant que jamais. Enfin, il faut souligner que le tout est sublimé par des effets lumineux et des animations d'une finesse rarement atteinte pour l'époque.

Avant de passer au système de jeu, j'aimerais que l'on s'attarde sur le scénario qui constitue l'un des points fondamentaux de l'expérience FFVIII. Nojima a voulu plus que jamais creuser le relationnisme entre les personnages dans un FF, et en effet toute la trame de FFVIII nous propose à cet effet une ambiance bien plus singulière et mature qu'il n'est de coutume avec la série. Notre héros c'est Squall, jeune brun taciturne mais aussi cruellement associal. Zell, le type au caractère explosif. Irvine, le cow-boy refoulé. Quistis, une professeur de la BGU. Selphie, l’équivalent féminin de Zell. Seifer, le rival de Squall. Laguna, personnage aventureux, assez maladroit. Et enfin Linoa, qui fait un peu office d'héroïne aux côtés de Squall, puisque la relation qui va naître entre ces deux là est le moteur même de l'histoire. L’histoire d’amour entre les deux protagonistes se fait de façon aussi savoureuse qu’inéluctable, car même si le cliché n’est jamais très loin, cela est raconté de fort belle manière qu’on n’y prête plus guère d’attention. Là où réside le génie de FFVIII, c’est qu’il fait bien plus dans l’implicite que les autres opus. La relation Squall/Laguna en est une belle démonstration. Le mystère qui englobe Linoa est encore bien plus particulier, et le fait qu’il stimule autant notre imagination est assurément un point fort. Le jeu nous laisse penser ce que l’on veut, imaginer toutes les possibilités envisageables à propos des multiples sous-entendus de l’histoire.

Pour le gameplay je ne m'y attarderais pas trop vu que ce n'est pas là l'intérêt d'un jeu. Il faut juste savoir que le système de magie a été un peu remanié, plus besoin d'en acheter ou d'en apprendre, il vous suffit désormais d'en voler à vos adversaires ou d'en récupérer un peu partout. Les invocations (G-Force) ont aussi changé, vous n’avez plus besoin de points de magie pour pouvoir les appeler, cette fois, elles ont aussi des PV, et tant qu’elles en auront, vous pourrez les appeler. Elles peuvent aussi apprendre des capacités grâce à des points de compétence (PDC) que vous recevrez après les combats.

Ce huitième opus des Final Fantasy est de toute évidence une oeuvre qui divise, mais pleine d’audace, car elle tranche sur de nombreux points avec ses prédécesseurs. Vous pourrez tout à fait ne pas l’apprécier à cause de son ambiance assez particulière, mais si vous accrochez à cette aventure singulière, vous risquez de ne plus la lâcher. Avec ses multiples qualités et sa grande profondeur de jeu, Final Fantasy VIII risque bien de marquer votre vie de joueur. Il reste un chef d’oeuvre, difficile à saisir, quelques fois incompris ou renié, mais un chef d’oeuvre qui a marqué son époque et plus encore.

Lire la suite...
19/20
dFL_
Alerte
Posté le 09 Février 2012

Traitez-moi de fanboy si l'envie vous prend. Mais pour moi ce FFVIII est l'un des meilleurs jeux de tous les temps, et de très loin le meilleur jeu de la Playstation. Ayant joué à un grand nombre de JRPGs ( FF, BoF, Tales Of.... ), aucun ne m'a marqué comme FFVIII, son histoire magistrale, la relation Squall / Linoa suivie de façon incroyable, les graphismes absolument somptueux pour l'époque... Aujourd'hui encore, je refais ce jeu au moins une fois par an.

Lire la suite...

Tous les avis lecteurs (748)

Trier par :
  • Utilité
  • Note
  • Date
1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  20  30  40  50 
Page suivanteFin
19/20
Jean-Luc_BideU
Alerte
Posté le 14 Novembre 2015

Final Fantasy VIII se pose dans la continuité de FFVII d'un point de vu technique. Les personnages et la mappemonde sont toujours en 3D alors que les décors des villes et des donjons sont en 3D précalculée. Le style se veut tout de même bien plus adulte, sérieux et réaliste que dans le précédent volet, le moteur du jeu ayant été grandement amélioré. On peut dire qu'avec ce FFVIII la Team FF est un peu arrivé à aboutir ce que FF6 avait déjà entamé, à savoir proposer aux fans un J-RPG profondément adulte et mature, réalisé avec style. Ainsi on retrouve un groupe de personnages qui pour la première fois dans la série, ne sont plus des sprites ou des polygones tout carrés, mais bien des personnages assurément adulte, carrément beaux et criant de réalisme.

Ce FF est clairement un tour de force pour une 32 bits. Et en passant outre les cinématiques en FMV, notamment la superbe introduction qui restera gravé à jamais dans la mémoire des joueurs, je pourrais cité nombre de points sur lesquel FFVIII excellait vraiment pour son époque en terme d'esthétique. Tout d'abord, et même si c'est presque devenu une marque de fabrique de la saga, le jeu possède une direction artistique carrément bluffante. Les 5 continents qui compose l'univers de ce FFVIII propose tous une diversité au niveau des environnements allant du style mythologique au style oriental en passant par un style européen et futuriste, conférant aux lieux une identité très forte, témoignant d'un travail architectural et artistique absolument énorme. Le gros point fort étant le chara design que nous a proposé Tetsuya Nomura pour son deuxième Final Fantasy, rendant les personnages plus réaliste et vivant que jamais. Enfin, il faut souligner que le tout est sublimé par des effets lumineux et des animations d'une finesse rarement atteinte pour l'époque.

Avant de passer au système de jeu, j'aimerais que l'on s'attarde sur le scénario qui constitue l'un des points fondamentaux de l'expérience FFVIII. Nojima a voulu plus que jamais creuser le relationnisme entre les personnages dans un FF, et en effet toute la trame de FFVIII nous propose à cet effet une ambiance bien plus singulière et mature qu'il n'est de coutume avec la série. Notre héros c'est Squall, jeune brun taciturne mais aussi cruellement associal. Zell, le type au caractère explosif. Irvine, le cow-boy refoulé. Quistis, une professeur de la BGU. Selphie, l’équivalent féminin de Zell. Seifer, le rival de Squall. Laguna, personnage aventureux, assez maladroit. Et enfin Linoa, qui fait un peu office d'héroïne aux côtés de Squall, puisque la relation qui va naître entre ces deux là est le moteur même de l'histoire. L’histoire d’amour entre les deux protagonistes se fait de façon aussi savoureuse qu’inéluctable, car même si le cliché n’est jamais très loin, cela est raconté de fort belle manière qu’on n’y prête plus guère d’attention. Là où réside le génie de FFVIII, c’est qu’il fait bien plus dans l’implicite que les autres opus. La relation Squall/Laguna en est une belle démonstration. Le mystère qui englobe Linoa est encore bien plus particulier, et le fait qu’il stimule autant notre imagination est assurément un point fort. Le jeu nous laisse penser ce que l’on veut, imaginer toutes les possibilités envisageables à propos des multiples sous-entendus de l’histoire.

Pour le gameplay je ne m'y attarderais pas trop vu que ce n'est pas là l'intérêt d'un jeu. Il faut juste savoir que le système de magie a été un peu remanié, plus besoin d'en acheter ou d'en apprendre, il vous suffit désormais d'en voler à vos adversaires ou d'en récupérer un peu partout. Les invocations (G-Force) ont aussi changé, vous n’avez plus besoin de points de magie pour pouvoir les appeler, cette fois, elles ont aussi des PV, et tant qu’elles en auront, vous pourrez les appeler. Elles peuvent aussi apprendre des capacités grâce à des points de compétence (PDC) que vous recevrez après les combats.

Ce huitième opus des Final Fantasy est de toute évidence une oeuvre qui divise, mais pleine d’audace, car elle tranche sur de nombreux points avec ses prédécesseurs. Vous pourrez tout à fait ne pas l’apprécier à cause de son ambiance assez particulière, mais si vous accrochez à cette aventure singulière, vous risquez de ne plus la lâcher. Avec ses multiples qualités et sa grande profondeur de jeu, Final Fantasy VIII risque bien de marquer votre vie de joueur. Il reste un chef d’oeuvre, difficile à saisir, quelques fois incompris ou renié, mais un chef d’oeuvre qui a marqué son époque et plus encore.

Lire la suite...
19/20
dFL_
Alerte
Posté le 09 Février 2012

Traitez-moi de fanboy si l'envie vous prend. Mais pour moi ce FFVIII est l'un des meilleurs jeux de tous les temps, et de très loin le meilleur jeu de la Playstation. Ayant joué à un grand nombre de JRPGs ( FF, BoF, Tales Of.... ), aucun ne m'a marqué comme FFVIII, son histoire magistrale, la relation Squall / Linoa suivie de façon incroyable, les graphismes absolument somptueux pour l'époque... Aujourd'hui encore, je refais ce jeu au moins une fois par an.

Lire la suite...
18/20
ChaoS93800
Alerte
Posté le 17 Juillet 2012

Huitième Opus de la série , Squaresoft n'en finit pas de nous étonner et nous offre une nouvelle fois un RPG incroyable et une expérience inoubliable. Le jeu est absolument magnifique , même aujourd'hui les décors sont magnifiques , véritable claque visuelle pour l'époque , aussi bien pour les graphismes que pour les cinématiques à couper le souffle.Final Fantasy VIII nous offre aussi des invocations qui sont un véritable régal pour les yeux , le jeu n'en finit pas de nous étonner.Le système de combat , est toujours aussi bon , mais commence cependant néanmoins à vieillir, et malheuresement il manque quelques options , rien de très grave ceci étant dit. Les personnages sont tous très charismatiques , et disposent tous d'un scénario qui leur est propre , la psychologie des personanges étant très bien étudiée,on s'attache facilement aux personnages. Encore une fois Nobuo Uematsu nous offre une bande son proche de la perfection ,chaque thème renforce d'autant plus l'immersion du jeu.Le jeu propose une durée de vie conséquente ,et de très bons moments ,ceci étant dit , le jeu propose moins de mini quêtes que Final Fantasy VII. Final Fantasy VIII est magnifique , on revient souvent sur le jeu tant l'ambiance qui y règne est excellente.

Lire la suite...
19/20
Nekocotier
Alerte
Posté le 19 Janvier 2017

Après deux excellent opus, arrive ff VIII, un ff avec des personnages réaliste, fini Cloud et compagnies qui ressemblais à des lego, en a là un des final fantasy les plus réaliste avec le XV, ce jeux est marquant dès çà cinématique d'introduction, qui reste dans la mémoire de nombreux joueurs, contrairement à ff VII les cinématique ont très bien vieillie

C'est aussi, l'un des final fantasy avec le 6 et le 9, qui à un développement des personnages les plus intéressants, personnellement, j'ai joué à ce final fantasy pour voir l'évolution de Squall qui est très asocial au début mais qui va changer petit à petit, l'évolution de la relation entre Squall et Linoa qui est juste incroyable, bien travaillé du bon boulot de la part de square encore une fois, bien sur les autres personnages qui vous accompagne tout au long de l'aventure sont aussi très intéressant bien que moins développer, et d'autres aussi, comme Laguna qui est très charismatique. C'est un final fantasy qui se joue principale pour ses personnages et les relation entre eux, attention le scénario reste très bien travaillé et est très plaisant à suivre.

Une direction artistique magnifique comme toujours, une OST excellente encore fois (gros coup chœur "The Man with the Machine Gun").

Le gameplay, gros changement par rapport au précédent, maintenant si vous voulez utiliser de la magie, il faut la voler à vos adversaire pour l'utiliser, mais ce n'est pas tout! Elle sert aussi à booster vos statistique, si vous êtes attentif au fonctionnement du gameplay dès le début, vous pouvez vous faire une équipe surpuissante très rapidement, le système d'invocation est très différent lui aussi, par exemple tant que votre Shiva à des pv vous pouvez l'utiliser à l'infini, et vous pouvez aussi leur apprendre divers capacité, augmenter leur stat, pouvoir appuyer sur carré pendant les cinématique permettant ainsi d'augment les dégâts, son défaut, c'est qu'il vous tend à utiliser vos invocation le plus souvent, ce qui n'est pas forcément les plus intéressant, j'ai même lu, que certaine personne ont du recommencer le jeux au CD 3 à cause d'un boss où il ne pouvait pas utiliser leur invocation, dommage, mais bon refaire ce jeux n'est pas une torture, c'est tout le contraire.

Bref un des meilleurs opus de cet incroyable saga, à faire pour tout fan de final fantasy et de rpg. C'est un 19 sans aucune hésitation.

Lire la suite...
20/20
nowhereboy
Alerte
Posté le 17 Juin 2012

Pour moi c'est LE Final Fantasy ! Je l'ai eu la semaine se sa sortie et c'est le jeu que j'ai terminé le plus grand nombre de fois , malgré la ps2 puis la ps3 je ne me lasse pas de cette histoire , de ces personnages mythiques et charismatique , je mettrais 19,9 à FF7 et 20 à FF8. La bande son est énorme , le scénario prenant avec des rebondissements , la durée de vie environ 80 heures minimum ce jeu est un chef d'oeuvre qui fait que jouer à FF13 donne envie de vomir ...

Lire la suite...
19/20
Kaaraj
Alerte
Posté le 30 Mai 2012

La majorité des joueurs de jeux vidéo ont découvert ce loisir par le biais de jeux simples, qui vous font sourire, vous amusent, et ne procurent rien d'autre que du plaisir immédiat. Et un jour, vous prenez votre première claque. Un jeu qui sort des carcans, vous offre de la peur, de la joie, de la tristesse, et vous amène même à réfléchir sur un scénario mature mais rempli d'émotions. Final Fantasy VIII fait indéniablement partie de ces jeux la, et il a été clairement le premier jeu vidéo à m'avoir marqué. Il fait suite à un septième épisode déjà adulé par la critique et les joueurs, mais comme le veut la traditionnelle série des Final fantasy, ce huitième épisode n'en est pas directement la suite. On incarne Squall Lionheart, un jeune étudiant dans une université formant des mercenaires idéalistes, qui va être confronté malgré lui à une puissante sorcière aux ambitions démesurées. Derrière cette trame aux reflets géopolitiques, se terre une histoire d'amour complexe entre notre héros, taiseux, pragmatique et solitaire, et la jeune Linoa, extravertie, souriante et courageuse. Sous des allures de romance à l'eau de rose, cette relation va peu à peu évoluer, sans jamais tomber dans les clichés habituels, et nous offrira sans doute quelques unes des plus belles émotions qu'il est possible d'avoir dans un jeu de rôle. Les personnages de cet opus sont réussis aussi bien sur le plan du design que du caractère. Entre le solitaire Squall, l'effronté Irvine, Le fanfaron Zell, la joyeuse mais irritante Selphie, ou le charismatique Laguna, il y en a pour tous les goûts. Graphiquement, le jeu est à l'époque ce qui se fait de mieux sur Playstation, aussi bien au niveau des cinématiques, des décors, ou des personnages. La bande-son n'est pas en reste, avec quelques thèmes somptueux (The man with the machine gun" est l'une des meilleurs musiques de combat de la série Final Fantasy). Le système de jeu a également le mérite d'être original; fini les classes, les magies qui consomment du mana, et les équipements! Les invocations, nommées G-forces, peuvent être affiliées à chaque personnage et procurent chacune différentes compétences. Les magies se volent sur les ennemis et dans des sources, et ont un nombre d'utilisation limitées selon les quantités obtenues, le stockage étant limité à 100. De plus, pour augmenter ses caractéristiques, il faut affilier des magies à celle-ci: certaines magies seront plus efficaces que d'autres, et la quantité de la magie aura aussi une influence positive. Il est possible de changer d'armes, mais celles-ci sont peu nombreuses et parfois complexes à fabriquer, puisque leurs composants sont en général des objets rares. Les combats se déroulent toujours avec un système de jauge ATB, qui permet au personnage d'utiliser un sort, une attaque ou une autre compétence une fois la jauge remplie. Il vous faudra donc de nombreuses heures pour pouvoir maitriser parfaitement ce système et améliorer ainsi vos protagonistes. La durée de vie n'est pas en reste, les quêtes annexes sont très nombreuses et parfois surprenantes (on pensera notamment à la quête des ovnis, ou aux G-forces étonnantes que l'on peu trouver à certains coins reculés de la carte…), et le scénario saura vous tenir en haleine jusqu'à un final haletant et bouleversant. Vous pouvez compter entre 30 et 40 heures pour finir le jeu, et plus du double, voir une centaine d'heures si vous voulez l'explorer de fond en comble. En bref, Final Fantasy VIII est un jeu incontournable, proche de la perfection lors de sa sortie, et qui aura fait le bonheur de nombreux joueurs de la Playstation à la fin des années 1990!

Lire la suite...
19/20
Gamstof
Alerte
Posté le 13 Septembre 2012

Sans doute l'un des cinq meilleurs Final Fantasy, et même davantage, mais il est difficile de se prononcer tant cette deuxième moitié des années quatre-vingt dix est prolifique pour le genre Rpg.
Ce FF mêle avec brio les thèmes de l'amour, de la guerre ainsi que du temps et accessoirement de la fraternité: Squall est un jeune étudiant à la BGU (une fac aux propriétés extraordinaires, un point fort indéniable du jeu: l'originalité) qui, partant pour la première fois dans une mission d'envergure afin de contrer l'ennemi (Galbadia), va apprendre ce que c'est que de compter sur autrui. Revenant de cette mission, après un repos mérité au moyen d'un bal pas forcément masqué, il aura pour cavalière une certaine Linoa qui ...
En bref, le thème du temps n'est initié qu'à partir de la fin du premier CD, et encore, mais c'est lui-même qui menacera le monde par un procédé assez classique mais efficace: un futur post-apocalyptyique. Votre mission, si vous l'acceptez, sera de contrecarrer ce pleutre qu'est le président de Galbadia ainsi qu'une vilaine sorcière, mais attention, les apparences sont souvent trompeuses !
Votre arsenal sera de taille, n'ayez crainte: les magies seront de la partie (à plusieurs niveaux, comme d'habitude) et pourront même s'équiper, ce qui augmentera vos compétences. Il en est de même pour les invocations, renommées pour l'occasion "G-Force", qui prendront une place un peu plus conséquente que dans FF VII par exemple.

On ne peut décidément pas se passer de Final Fantasy VIII, mais alors rien que pour la bande-son quoi ! Elle est sublime, éthérée, mystique. Fans, foncez ; non-fans de FF, testez, tâtez !

Lire la suite...
19/20
Karasutengu
Alerte
Posté le 24 Décembre 2010

Ce jeu est tout bonnement excellent! Graphismes superbes, Histoire génial pleine d'émotions. Les personnages sont attachants. La bande-son est extraordinaire. Ce jeu est une réussite!
Très bon Final Fantasy, qui respecte l'esprit de la saga! Jeu que je conseille à tout fan de bons rpg.

Lire la suite...
20/20
fananora
Alerte
Posté le 09 Mars 2012

Le meilleur des Final Fantasy pour moi!
J'adore l'histoire des seeds avec la sorcière.
Ont et surpris par la tournure que prend l'histoire, des moments intense.
Petit a petit Squall se dévoile et s'ouvre a ses amis.
Je le recommande fortement.

Lire la suite...
20/20
Zelosyo
Alerte
Posté le 03 Février 2012

MON FF!! Ce jeu est merveilleux! Histoire captivante du début à la fin, persos accrocheur (même si squall peut paraître insensible et sans coeur ou Rinoa, une vraie petite niaiseuse au début...), graphismes nettements meilleurs que FFVII et difficulté qui augmente toujours et toujours! Bref, des heures de plaisirs pour ceux qui ne sont pas scotchés à FFVII et qui ne veulent pas de changements! ^^ Bravo SE pour ce jeu!

Lire la suite...
19/20
Pseudo supprimé
Alerte
Posté le 27 Mai 2013

Sortis en 1999, Final Fantasy VIII à eu la lourde tache de succéder à Final Fantasy VII , tache qu'il a su relevé avec brio , malgré le faites qu'on a moins parler de lui.

Tout commence lors d'une intro avec des images en noirs et blanc, puis, le menu ...

En commençant une nouvelle partie, vous aurait le droit à une cinématiques d'une qualité encore jamais vu pour l'époque, même pour Medievil, Tomb Raider ou autre jeux ayant des cinématiques magnifiques. De plus, les graphismes sont plus qu'excellent pour l'époque.

L'histoire commence avec Squall Leonhart qui est dans une sorte d'université militaire où on apprend à se battre et à maîtriser les G-Forces .
Plus tard, l'histoire prendre d'autre tournant avec une sorcière qui veut s'emparer de l'espace et du temps .
Bref, le scénario est plein de rebondissement et de surprise, de plus le Background est extrêmement riche, comme dans tout les Final Fantasy .

Le Gameplay n'est pas très innovant, à part les G-Forces, cela ressemble à d'autre Final Fantasy ...
Mais les combats ont l'air plus dynamiques qu'avant.

Rien à dire sur la Jouabilité ...

Les musiques sont tout simplement magnifiques, et colle toujours parfaitement avec le lieu .

La durée de vie est d'une centaine d'heure (sachant qu'on est obligé d'essayer les quêtes annexes, personnellement, je les est presque toutes faites, ce qui donne un peu moins de 200 heures).

Bref, ce jeu est INDISPENSABLE, surtout pour ceux qui aime les bons jeux .

Lire la suite...
19/20
ShaunCrahan
Alerte
Posté le 20 Juillet 2017

Année 2074, quelque part sur Terre dans une maison de retraite. Un vieil homme était allongé sur un lit d'hôpital et portait un masque à oxygène, ultime corde de rappel qui le rattachait à la vie. Un jeune homme s'approcha de lui et l'embrassa sur le front. Il fallut un effort pour que le vieil homme puisse retirer son masque.

-T'ai...t'ai-je...déjà parlé de Final Fantasy 8?
-Tu ne devrais pas trop parler, papi! (Mon Dieu, il commence à délirer).
-Final Fantasy 8 était un RPG, un jeu vidéo sortit il y a bien longtemps, en 1999. Le dernier chef-d'oeuvre de Square-Enix du XXe siècle.
-J'en ai vaguement entendu parlé, je savais que le 7 était un chef d'oeuvre, mais...
-Hélas, reprit le vieil homme, Final Fantasy 8 eut justement le malheur de succéder au 7. Ce dernier avait même bénéficié d'un remake en 2020 mais son ratage total avait fait que Square abandonna toute velléité de remake pour les titres ayant suivi, condamnant Final Fantasy 8 dans l'oubli. Pourtant, c'était le meilleur de la saga, un scénario élaboré et mature, une histoire d'amour, d'amitié et de haine...

Le vieil homme malade toussa puis se reprit.

-Ce jeu a marqué mon adolescence. Il fut la première étape d'une maturité graphique hors du commun pour l'époque. Certes, le tout était pixelisé mais nous avions enfin des personnages aux dimensions...(il toussa)...humaines et un monde moderne et de type occidental, si bien que nous pouvions nous identifier aisément aux personnages, des jeunes ados qui passaient le bac comme nous.

-L'habit ne fait pas le moine et je n'ose imaginer un FF sans voix.
-Non, sacripant! C'était le charme des premiers titres de la saga. D'ailleurs, depuis l'introduction des voix, les scénarios sont devenus plus linéaires. Dans FF8, le monde était totalement ouvert si bien qu'il fallait au moins 40h de jeu pour terminer la quête principale et au moins le double pour le finir entièrement.
-Vraiment? Le dernier FF qui est sorti, je l'ai fini en 20h de jeu à peine.

Le vieil homme lança un sourire bienveillant.

-FF8 déchainait véritablement les passions dans la communauté FF. Une théorie...(les larmes coulèrent des yeux du vieil homme)...Il y avait une théorie sur un personnage qui a cristallisé le débat durant longtemps...c'était...A mon grand regret je n'ai jamais trouvé la réponse. Nous en discutions sur le forum FF8 de jeuxvideo.com mais personne n'a jamais...trouvé la clé du mystère. Le jeu était tellement bien et la théorie si prenante que je recommençais une partie tous les mois durant ma jeunesse afin de trouver cette preuve.
-Quelle théorie, papie?

L'excitation semblait gagner le jeune homme qui voulait en savoir plus.

-Mon petit, à l'époque c'était du sérieux. cette théorie était bien différente que celle des FF actuels où on cherche maintenant à savoir si un personnage est homosexuel ou non. Non, à l'époque c'était autre chose. Comme les musiques, ah! Nobuo Uematsu était un grand compositeur. The Landing et Force Your Way résonnent encore dans ma tête...

-Quelle théorie, papi? Je t'en prie, c'était quoi la théorie?

-Oh, c'était...je veux dire que j'ai cherché la réponse pendant toute ma vie. Puis, lorsque j'ai trouvé un travail et commencé à fonder une famille, je jouais à FF8 une fois par an jusqu'au jour où je décidai d'abandonner. Je n'ai plus jamais touché au jeu pendant cinquante ans jusque l'année dernière où j'ai décidé de retenter le coup, mais la maladie en a décidé autrement...

Le vieil homme se mit à pleurer et ne parvenait plus à retrouver son souffle. A bout de force, il désigna à son petit fils le tiroir de sa table de nuit. Il y découvrit une Playstation 1 avec le jeu Final Fantasy 8 qui contenait 4 CD, impeccablement entretenus. Il prit le jeu dans ses mains puis se retourna vers son grand-père qui avait rendu l'âme, et le jeune homme pleura.

Trois jours plus tard, lors de l'enterrement du vieil homme, le jeune homme posa la main sur le cercueil de son grand-père et prononça un serment à voix basse.

-Papi, je te le promets. Je jouerai à Final Fantasy 8 et je découvrirai la réponse à toutes tes questions. J'explorerais les vestiges du forum Final Fantasy 8 de jeuxvideo.com et je chercherai à en savoir plus sur cette théorie.

De retour chez lui, le jeune homme inséra le premier CD de Final Fantasy 8 dans la Playstation de son grand-père puis l'alluma. Il fut sidéré de la parfaite conservation du jeu et de la qualité de l'image. Il choisit de commencer une nouvelle partie. Il fut immédiatement ébahi par les premières secondes de la cinématique d'introduction; des vagues se jetant sur une plage avec un choeur qui se fit entendre.

"Fithos...Lusec...Wecos...Vinosec"

Et le jeune homme comprit qu'à travers les décennies, Final Fantasy 8 est et restera à jamais immortel.

Lire la suite...
17/20
-DevilHeart-
Alerte
Posté le 07 Avril 2013

Si il y a un bien un terme qu'on peut utilisé pour qualifier de Final Fantasy VIII, c'est "épique". On incarne Squall Leonhart, un étudiant tellement "d4rk" que Cloud, s'est une petite merde à côté de lui. C'est là d'ailleurs qu'on peut voir une des lacunes de FF VIII, les personnages sous-développés qui paraissent comme des faire-valoirs des héros. Ainsi, Squall, Linoa et Laguna ont beau être très développé, ce n'est pas le cas du reste du groupe et même de tous les autres personnages principales.
MAis le 8eme opus de la saga Final Fantasy regorge bien des merveilles. À commencer par sa réalisation et son univers, bien plus moderne que les FF précédents (même le VII), voir même carrément futuriste. Les graphismes et les full motion videos sont d'une telle beauté qu'on peut être encore sur le cul aujourd'hui en les voyants.
L'Ost est également grandiose. Uematsu retourne sur un style un peu plus mélodieux sur le VII. On a le droit en plus à un des plus beau theme de combat et de world map de la série.
Le système e combat conserve l'ATB et les Limit Break mais fait apparaître les Associations. Pas très accessible vu en plus les tutos très mal expliqués mais très bonne idée dans l'ensemble? Les Invocations sont plus présentes que je jamais sous la forme de G-Forces.
On notera tout de même un petit défaut au niveau de la difficulté, irrégulière, au point que certains passages sont ne qu'une simple formalité alors que d'autres sont monstrueusement difficile.
Enfin le scénario et là aussi c'est du bonheur, complexe mais magnifique avec en plus la putain de scène qu déchire tout dans l'espace.
Bref FF VIII, c'est du grand jeu, du TRÈS grand jeu auquel il faut jouer absolument.

Lire la suite...
18/20
Nemesis2007
Alerte
Posté le 29 Janvier 2012

Final Fantasy VIII est un véritable paradoxe : plus beau, plus impressionnant, plus vaste, plus riche, plus complexe que l'opus précédent, il s'en tire pourtant moins bien à cause d'un scénario légèrement décousu où l'on apprend que durant le 4ème CD qui est l'ennemi à abattre. Après un duel archi-mythique contre Sephiroth, celui de FFVIII apparait comme étant le parent pauvre, la narration filée n'arrivant jamais à réellement bien s'intégrer aux désidératas de joueurs cherchant une raison d'arriver au bout de cette aventure. Las, ce Final Fantasy est pourtant l'un des plus beaux et des plus complets de la saga et illustre malgré ses faiblesses à quel point Squaresoft fut bien avant sa fusion avec Enix le développeur le plus grand de la planète gaming.

Lire la suite...
18/20
Jaja
Alerte
Posté le 26 Juillet 2010

Un tres beau RPG avec une histoire adulte et complexe, les cinematiques sont epoustouflantes et les musiques du grand art. Le systeme de combat est bien pensé neanmoins je regrette que l'equipement soit aussi limité et que les magies soit plus utile a augmenté nos caracteristiques plutot que de les utiliser, heureusement les G-Force sur lesquelles se basent le systeme d'evolution est tres interessant et nous fait oublier ces petits defauts.

Lire la suite...
1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  20  30  40  50 
Page suivanteFin
Boutique
  • Final Fantasy VIII PS1
    249.90 €