Menu
jeuxvideo.com /

Que faire si vous êtes victime de harcèlement en ligne ?

Victime de harcèlement en ligne : comment réagir ?

Internet est un formidable outil d’échanges, mais comme tout outil, il connaît aussi des dérives : le harcèlement en ligne en fait partie. Jeuxvideo.com condamne formellement tout type de harcèlement et se place systématiquement aux côtés des victimes. Si vous êtes harcelé sur internet, cette page contenant des conseils concrets et pratiques vous est destinée.

Comment savoir si vous êtes victime de harcèlement en ligne ?

Un harcèlement en ligne peut être commis par une ou plusieurs personnes. Il peut revêtir plusieurs aspects et notamment :
  • Propagation de rumeurs
  • Messages menaçants, insultes
  • Envoi incessant de messages ciblant une même personne
  • Publication de photos ou de vidéos humiliantes
  • Création d’une page ou d’un faux profil à l’encontre d’une personne
  • Commande de biens/services pour la victime en utilisant ses données personnelles

Que faire si je suis victime de harcèlement en ligne ?

  1. Ne répondez surtout pas aux auteurs du harcèlement. Cela ne ferait qu’amplifier le phénomène.
  2. Signalez les messages vous harcelant aux sites sur lesquels ils sont hébergés :
    • si les messages sont sur jeuxvideo.com, et que vous avez un compte sur le site, cliquez sur l’icône du point d'exclamation rouge (icône présente sur l'ensemble des messages forums). Avec ou sans compte, vous avez aussi la possibilité de nous contacter via ce formulaire (champ Forum / Modération) pour que nous puissions vous conseiller, supprimer les messages concernés et sanctionner leur(s) auteur(s). Nous condamnons en effet fermement ce genre de comportements et ne le tolérons en aucune manière.
    • si les messages sont sur d’autres sites ou réseaux sociaux, nous vous conseillons aussi de signaler les publications vous harcelant à chacun des sites ou réseaux sociaux sur lesquels elles sont présentes. Chaque site possède son propre système de signalement.
  3. Verrouillez l’accès à vos réseaux sociaux personnels pour les réserver à vos seuls amis, ceux avec qui vous avez de bonnes relations dans la vie de tous les jours. Pour limiter le harcèlement, il est en effet important de filtrer au maximum les personnes qui ont accès à vos réseaux sociaux personnels.
  4. Faites des captures d’écran et enregistrez les liens des pages sur lesquelles vous vous faites harceler. Cela vous servira à contacter les sites sur lesquels ont été publiés les contenus et à constituer un dossier pour porter plainte contre les auteurs de ces actes.
  5. Ne gardez pas ça pour vous : parlez de ce que vous vivez à une personne de confiance. Vous pouvez aussi faire appel à Net Ecoute au 0800 200 000, le numéro national pour la protection des mineurs sur Internet. C’est un service gratuit, anonyme et confidentiel, spécialisé dans les problématiques liées à l’usage d’internet. Partenaire des plateformes et réseaux sociaux, il pourra vous guider y compris si vous êtes majeur.
  6. Portez plainte auprès de la gendarmerie/police la plus proche de votre domicile. Pour augmenter les chances qu’une suite soit donnée à votre plainte :
    • allez chez votre médecin et faites constater par certificat médical les conséquences du harcèlement sur votre état de santé. Pour le certificat, l’important est de décrire à votre médecin très précisément les conséquences sur la vie de tous les jours : sommeil, alimentation, craintes éventuelles, sorties, vie sociale, prise de médicaments...
    • muni de ce certificat, des liens et des captures d’écran des messages demandez à déposer une plainte à la police/gendarmerie la plus proche de chez vous (et non une main courante). Si le policier ou le gendarme refuse, écrivez au Procureur de la République de votre tribunal de grande instance. Le courrier devra contenir une lettre expliquant votre harcèlement ainsi que le certificat médical et les captures d’écran.

Sachez que les auteurs de diffamation publique, d’usurpation d’identité, de menaces répétés, etc... peuvent voir leur responsabilité pénale engagée. La qualification de telles infractions relève de la compétence de l’autorité judiciaire.

Jeuxvideo.com répond systématiquement à toutes les réquisitions judiciaires qui lui sont adressées en vue d’identifier l’identité réelle d’un pseudonyme.

Enfin, sachez que la CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés) a aussi élaboré une page à destination des victimes de harcèlement en ligne sur laquelle vous pourrez retrouver d’autres conseils.