Menu
EtoileAbonnementRSS
jeuxvideo.com  /  Tous les forums  /  Forum principal Création  /  Forum Ecriture  / 

Topic A mon sot de fils

Sujet : A mon sot de fils

1
Julien-Gracq7
Julien-Gracq7
MP
07 septembre 2019 à 22:02:51

Mon cher enfant,

Qu'espères-tu trouver en ces terres éloignées que nos ancêtres avaient jadis quitté? Des sombres histoires rapportées par Thoryck, il n'y aurait là que rapines, incendies et massacres. Qu'est-il de si merveilleux à vivre de flamme et d'airain? As-tu oublié les enseignements de feu ton grand-père? Vénérable homme qui vit mourir son village entier, ravagé par le clan homicide de Jörick, qui fut trainé dans l'esclavage dès son plus jeune âge, puis affranchi par l'épée qu'il apprit à manier de lui-même, devenant un guerrier d'exception, un des hommes que l'on pensait promis au plus haut des royaume. Cet homme-là, notre aïeul, finit par rejeter le fer et vécut humblement entouré de notre foyer, autour d'un bon âtre. Ce preux si puissant a fait le choix des royaumes inférieurs. Ne penses-tu pas qu'il a accédé, par son vécu, à une vérité bien supérieure à celles où tes juvéniles et soulardes considérations t'ont menées?

Fou ivre de meurtre, qu'est-il de vertueux à risquer sa vie pour apporter encore davantage la mort et la désolation en un pays jadis si radieux de lacs et de forêts? Est-ce le viol qui t'attires, le cuissage sanguinolent de ces pauvres enfants encore vierges, arrachés du foyer maternel entaché de sang et de suie? Imagines-tu une seconde tes camarades rapineurs, violer une petite tête blonde pas même nubile? La battre de poings féroce puis se pâmer en lui déchirant l'entrejambe? Imagine à présent qu'elle a douze ans, qu'elle est blonde et s'appelle Alda, qu'elle est ta pauvre soeur car, sache-le, ces violenteurs aveugles de rage la violerait s'ils le pouvaient, s'ils étaient ici.

Alda, d'ailleurs, à qui tu ne dis même pas au revoir, qui pleura sans comprendre et me demande aujourd'hui encore pourquoi es-tu parti! Crois-tu que je ne connais pas vos moeurs, chiens enragés, défloreurs de pubères?! Et si ce n'est pas le viol qui te séduit tant, est-ce le sot désir de l'aventure? Les histoires de tes aînés, de cet imbécile de Lain qui t'ont séduites? Ce menteur patenté, mystificateur de bas esprits, ragoteur de légendes à en faire rager les pauvres mères, qui sa vie durant s'illustra de couardise et de débauche!

Ou bien étais-tu lassé de nous, de ton père, de ta soeur et moi? Voulais-tu nous abandonner?!... Là, je me dois de te rendre justice, mon fils, cette question mue par la colère a été posée pour te blesser seulement, je ne doute pas un seul instant que tu y répondrais par la négative, je sais que dans le fond ta piété vis à vis de ton père comme ton amour pour ta soeur et moi-même sont sincères, j'en ai consigné de nombreuses manifestations dans ma mémoire que je partage encore auprès d'Alda lorsqu'elle me demande des histoires de son frère.

Sans plus m'étendre, je te pose cette question, la première qui vient à l'esprit d'une mère éplorée. Pourquoi quitter les siens sans l'assurance du retour? Je me fiche du butin et encore plus de la gloire, ce sont là des problèmes d'hommes et de femmes vénales, de stupides animaux en tout cas, seuls ta sécurité et notre bonheur obtiennent mon estime. Que ne comprends-tu mes considérations? Je parle d'une vie simple, de travail du bétail, de chasse et de pêche, de défrichage des jachères alentours, de défense occasionnelle du village, et des réjouissances des vies conjugales, familiales et villageoises. As-tu oublié Hilda, ce joli petit bout que tu adorais tout petit? Figure-toi qu'elle a bien grandi pendant ton année de périple, c'est fou ce qu'elle a prit en taille et en poitrine d'un coup, tu aurais du mal à la reconnaître! Quoique ses petites joues gonflées qui s'empourprent vite tant elle est farouche et colère à la fois, sa petite moue qu'elle affecte souvent lorsqu'elle veut jouer la forte et hautaine descendante de Ragnar, et ses cheveux de paille surtout, véritables soleils flamboyants lorsque leur dorure virevolte en été, quand elle court; le coeur de son charme, en un mot, n'a absolument pas changé et le clair de son esprit non plus. Seulement elle a grandi et elle t'attend, elle t'es pleinement dévoué comme toujours, n'a rompu aucune promesse passée du temps de votre enfance, rejette tous ses prétendant et me fit même part l'autre jour du fait qu'elle attendait ton retour pour se donner à toi. Tu la verrais : fière et chaste comme une Valkyrie, un digne enfant trop bien pour le lâche que tu es, si tu veux mon avis... Reviens nous voir et elle aussi.

Pour finir, tu nous as quitté sans nous le dire il y a plus d'un an, sous les vents de l'aube, sur un drakkar robuste d'armes et d'hommes d'expérience tu t'es enfui, faisant tâche avec le décor. Je te pose la question qui s'impose : qu'est-ce qu'un lâche incapable d'annoncer une décision ferme devant sa propre mère pourrait bien accomplir sur un champs de bataille? Imbécile, je prie jours et nuits que tu ne sois pas tué, ou noyé, ou pestiféré, ou que sais-je...

J'ignore à ce jour où tu te trouves, dans quel état tu es, si tu n'es déjà plus qu'un lambeau de chair ou une nuée de cendres. Quoi qu'il en soit je remet cette lettre, ultime injonction d'une bonne mère pour son imbécile de fils, à Thorick qui fit une halte l'autre jour avant de se rendre en Angleterre pour affaires auprès des troupes de Jörn, lesquelles, si je ne fais pas erreur, tu as rejoint dans ta fuite.

J'ajouterai encore ceci : dans le cri des batailles périssent les innocents, les faibles et les lâches; qu'ils tombent sous une pluie de flèches ou qu'ils transpercent de leur fer l'aine d'un jouvenceau, c'est toujours la vertu qui meurt ou qui disparaît; du garçon il ne reste qu'une bête, qu'un être animé de passions brutales et d'instincts meurtriers et, peut-être si tu as survécu, tu n'es déjà plus vraiment mon fils car tel enfant qui prend les armes de son propre chef est voué à la mort d'une manière ou d'une autre. Les hommes véritables dégainent gravement le glaive lorsqu'ils y sont contraints, le rengainent derechef dès lors que la nécessité s'est enfuie. Comprends-tu la différence entre ton grand-père et toi? Entre l'illustre et le faible ou la bête?

En dépit de cela, du fait que vraisemblablement, l'enfant que j'ai bercé si tendrement dans les plaines estivales n'existe plus en toi ou sur terre, je t'en conjure, si ton corps vibre encore, de me revenir rapidement. J'aimerai découvrir le devenir de ma chair, et pleurer dans un coin de nos mur contre tes cicatrices qui doivent être trop nombreuses.

En espérant ton retour le plus prompt, ta mère qui t'aimes toujours.

Message édité le 07 septembre 2019 à 22:06:20 par Julien-Gracq7
arcob91
arcob91
MP
12 septembre 2019 à 20:37:08

Bonsoir,

De nombreux petits signes indiquent l'originalité de votre texte. Une grossière faute d'orthographe, dès la première phrase, interrogative, le révéle. Ce n'est pas grave. Il suffit de se corriger.
Votre style s'emballe quelque peu, mais il n'en demeure pas moins agréable. Continuez de le travailler.
Aux propos des sens troubles qu'éprouve un parent envers son enfant, laissez-moi citer 'If' composé par Rudyard Kipling, un poème à lire et à à relire.

Fort sincérement, Arcob http://www.noelshack.com/2019-37-4-1568313377-signature-jvc.png

Julien-Gracq7
Julien-Gracq7
MP
13 septembre 2019 à 12:23:35

Merci pour ce retour,
effectivement je laisse toujours des fautes que je ne perçois à la relecture, quoi que j'y fasse.
J'ai jeté lu le poème cité et de mon bas niveau de compréhension de l'anglais, j'ai l'impression que la traduction française est complétement à côté de la plaque (du moins la première proposée sur google). D'un autre côté je n'ai pas la fibre pour saisir la beauté d'un poème en anglais.

1
Répondre
Prévisu
?
Victime de harcèlement en ligne : comment réagir ?
Boutique
FIFA 20 - Standard Edition Amazon 50,45€
Ring Fit Adventure pour Nintendo Switch Amazon 59,99€
The Legend of Zelda: Link's Awakening Amazon 44,49€