Menu
EtoileAbonnementRSS
jeuxvideo.com  /  Tous les forums  /  Forum principal Création  /  Forum Ecriture  / 

Topic [OS] J'ai été con

Sujet : [OS] J'ai été con

1
Homm
Homm
MP
03 septembre 2019 à 16:05:17

Je ne compris jamais, au fond, pourquoi quelque chose de si simple en apparence que l'amour pouvait être si compliqué. C'est vrai après tout, ce ne sont que des réactions chimiques ou des impulsions électriques ; ou les deux peut-être je ne sais plus très bien, qui agissent dans le cerveau et qui délivrent le sentiment amoureux. Aimer quelqu'un, c'est connecter deux neurones me disais-je ; quoi qu'en ait pu dire tous mes aînés, tous les vieux bougons, souvent attendrissants, qui proclament sans cesse que l'amour rend con. Mais qu'est-ce qu'être con si ce n'est la peine à connecter ces fichus neurones que Mère Nature, Dieu ou qui vous voulez a jugé bon de nous donner, en inégale quantité, à nous, êtres humains ? On voit très vite que ces petits vieux ont raison : amour et connerie, c'est lié, c'est une sorte de boucle qui se suffit à elle-même. Tous les amoureux ont été cons ; peut-être même que tous les cons sont amoureux, qui sait ? Ces pensées allaient et venaient souvent ; parfois battues en brèche comme le vent battraient des oriflammes. Un coup l'amour n'existait pas, ou pas vraiment : c'était parfois une illusion, et parfois ça n'existait pas, un point c'est tout. Un coup c'était une invention pour vendre des bouquets et des cartes parfumées de mauvais goût ; peut-être même un complot des chocolatiers travaillant de concert avec les grands labels. Quand on y réfléchit, ça se tient : les uns vendraient plein de chocolat grâce à l'aide des autres qui vendraient plein de disques, ces chansons passeraient à la radio puis les jeunes et les moins jeunes, ivres "d'amour", iraient pratiquer le coït soit pour trente secondes soit pour un quart d'heure et plus selon la compétence de monsieur. C'est comme pour les neurones, les corps spongieux et caverneux, ça ne s'invente pas, c'est encore à Mère Nature (ou à Dieu ou qui vous voulez) de décider. Nous ne sommes au final, me disais-je, que bien peu de chose face à au monde, à l'univers, à cet ordre cosmique qui décide de la qualité de nos érections, qui décide que l'on tombe amoureux, qui décide que l'on soit con ou non.

Je n'avais jamais compris pourquoi elle m'avait quitté. J'avais beau retourner la chose dans tous les sens, rejouer la partie d'échecs un million de fois dans ma tête, rien ne suffisait à l'expliquer ; et ce n'est pas ma faible compréhension des femmes, il me semble, qui m'y aiderait. Non vraiment, c'était difficile à dire. Je crois pouvoir affirmer que je n'étais pas trop moche et j'essayais d'être masculin juste ce qu'il faut. Nous baisions vraiment bien, ses orgasmes en témoignent (et elle n'avait rien d'une simulatrice, ça non !) ; dès que nous nous voyons en fait et on dit que le sexe est le ciment du couple, n'est-ce pas ? Je lui apportais aussi une certaine stabilité, un certain confort ; de la ressource, de la calorie diraient certains. Et puis de l'amour, beaucoup, vraiment beaucoup d'amour. Mais oui c'est ça ! Eurêka, pensais-je enfin ! J'étais trop con ! Tout fit sens d'une seule traite. Aimer rend con ; et je l'aimais, donc j'étais con. Cet implacable syllogisme suffisait-il à expliquer tous les échecs amoureux que portent ce monde, et les millions (milliards, si ça se trouve) de ruptures depuis l'aube des temps ? Franchement, c'est bien possible. Quand on est con, on ne réfléchit pas bien. On fait des tas d'erreurs, on dit des choses insensés et on finit par commettre la pire connerie, le chef d'oeuvre du con : on se rend dépendant de quelqu'un de moins con que nous. A quel moment on devient le con de l'autre ? Il y a bien un moment où on était, sinon pas, moins con ? Ou peut-être même que l'autre était notre con à nous, que l'on ne s'en rendait pas tout à fait compte et qu'on le tolérait.

Le fin mot de l'histoire, c'est que le con fini par être tout seul et, pour le coup, c'est un bon vaccin contre la connerie. Ce n'est en revanche pas un excellent anti-dépresseur, car, soyons honnête, on se plait tous à être cons, à un moment ou à un autre. Ces moments de lucidité retrouvés nous font finalement regretter le con aviné que nous étions. Peut-être est-on moins bêtes, peut-être nous sentons nous affûtés par cette expérience d'avoir été cons, mais si on me demande d'être honnête, je répondrai que j'étais plus heureux, quand je n'étais qu'un con.

C'est sans doute un peu triste, pensais-je, mais je suis tout de même content de l'avoir connu, cette connerie. A mon avis, être vraiment con, réellement con à trois mille pour-cents, ça n'arrive qu'une fois dans une vie. Ce n'est pas plus mal, d'un côté on souffre moins et d'un autre côté, on gardera toujours cette appréciation de la première bêtise, ce doux parfum si caractéristique des temps où l'on est con. Ah, comme cela me manque, d'être con ! Le temps que je pense tout cela, mon café crème était avalé ; alors quand la jolie serveuse vint m'encaisser et qu'elle me sourit, je ne pus m'empêcher, moi aussi, de sourire comme un con.

Mandoulis
Mandoulis
MP
03 septembre 2019 à 20:13:24

J'ai lu, mais je dois être trop fatigué parce que j'ai pas tout suivi :-( J'ai trouvé le premier paragraphe très fouillis, tu abordes plein de trucs sans vraiment développer.

Selon toi, on deviendrait donc con en tombant amoureux. Mais donc après une rupture, on ne serait plus con? :doute: Ma grand-tante dit toujours : "Quand on est con, c'est pas pour un jour !" Est-on donc con à vie ou ne l'est on pas ? :question: Je dois être trop con pour comprendre... :noel:

HenryJames
HenryJames
MP
03 septembre 2019 à 21:05:33

C'est du lieu commun étiré à l'infini, j'ai pas vu autre chose.

Message édité le 03 septembre 2019 à 21:06:37 par HenryJames
Homm
Homm
MP
03 septembre 2019 à 21:22:43

Le 03 septembre 2019 à 20:13:24 Mandoulis a écrit :
J'ai lu, mais je dois être trop fatigué parce que j'ai pas tout suivi :-( J'ai trouvé le premier paragraphe très fouillis, tu abordes plein de trucs sans vraiment développer.

Selon toi, on deviendrait donc con en tombant amoureux. Mais donc après une rupture, on ne serait plus con? :doute: Ma grand-tante dit toujours : "Quand on est con, c'est pas pour un jour !" Est-on donc con à vie ou ne l'est on pas ? :question: Je dois être trop con pour comprendre... :noel:

Peut-être une relecture plus tard :hap: ? Merci pour ta lecture

Le 03 septembre 2019 à 21:05:33 HenryJames a écrit :
C'est du lieu commun étiré à l'infini, j'ai pas vu autre chose.

Je ne prétend pas produire quoi que ce soit d'intéressant et je n'en ai rien à foutre de faire du lieu commun. Merci pour ta lecture

Revoltin
Revoltin
MP
03 septembre 2019 à 21:51:14

Elle t'a quitté parce que dans ta classe sociale (moyenne / moyenne-basse) les femmes sont plus souvent d'une nature progressiste et toi tu es un réactionnaire conservateur. Vise plutôt les bourgeoises des campagnes (regarde du côté de Bouzbèques, il y a un terreau là-bas apparemment.)

Sinon pour le texte c'est mignon quoi, rien de spécial à dire, si tu ne sais pourquoi elle t'a quitté c'est que tu es incapable de te remettre en question.

Cordialement.

Homm
Homm
MP
03 septembre 2019 à 22:01:46

Le 03 septembre 2019 à 21:51:14 Revoltin a écrit :
Elle t'a quitté parce que dans ta classe sociale (moyenne / moyenne-basse) les femmes sont plus souvent d'une nature progressiste et toi tu es un réactionnaire conservateur. Vise plutôt les bourgeoises des campagnes (regarde du côté de Bouzbèques, il y a un terreau là-bas apparemment.)

Sinon pour le texte c'est mignon quoi, rien de spécial à dire, si tu ne sais pourquoi elle t'a quitté c'est que tu es incapable de te remettre en question.

Cordialement.

Premier débile qui n'a rien compris au texte

Fais l'effort de comprendre avant de venir en placer une juste pour le plaisir

Merci de ta lecture néanmoins

(PS : c'était une fille de flamands et une indécrottable raciste bien avant de me connaître, ou peut-être l'est-elle devenue à mon contact, c'est vrai je suis un facho après tout je milite pour l'apartheid. De toute façon ce n'est absolument pas l'objet du texte)

Message édité le 03 septembre 2019 à 22:05:26 par Homm
HenryJames
HenryJames
MP
03 septembre 2019 à 22:13:25

C'est quoi l'objet du texte ?

Homm
Homm
MP
03 septembre 2019 à 22:18:50

Le 03 septembre 2019 à 22:13:25 HenryJames a écrit :
C'est quoi l'objet du texte ?

L'amour adolescent des premiers temps, la bêtise crasse et la perte de ses moyens quand on aime la première fois, et en même temps la nostalgie de se dire, "c'est vrai qu'on est très con, mais qu'est-ce que c'était bien", la question de savoir si oui ou non, c'est possible de ressentir une chose similaire après un premier échec, d'autres trucs disséminés entre les lignes (même si je t'accorde que ça n'a rien d'original, c'est pas pour me donner un genre, j'ai répondu sèchement à un message sec mais tu n'as pas tout à fait tort en disant que c'est de l'enfonçage grossier de portes ouvertes)

Chocobo_3
Chocobo_3
MP
04 septembre 2019 à 17:04:29

J'ai lu. Je suis pas sur que ce texte soit vraiment la pour être commenté, même si je peux me tromper^^ Ca ressemble plus a un exutoire qu'autre chose.

Moi j'ai bien aimé, parce que, forcément, surtout pour le moment, ca me parle on va dire. Même si ya rien d'original, le parallèle entre l'amour et la connerie est intéressant. Celui avec la joie, aussi.

La seule chose que je peux dire, parce que c'est assez présent de mon histoire et que j'ai finit par l'admettre (même si ca change rien a la douleur) c'est qu'il faut parfois arrêter de chercher chez soi même les raisons de la rupture. Parfois, ya pas de raison particulière, c'est un choix que fait l'autre et qui n'a pas grand chose de logique, de rationnel.

Chimene_Azalee
Chimene_Azalee
MP
04 septembre 2019 à 20:06:10

Surtout quand le choix vient de la femme isse

Chocobo_3
Chocobo_3
MP
04 septembre 2019 à 22:09:16

Non mais forcément :p)

Ce que je voulais dire c'est que parfois, ya pas véritablement de raison a pointer pour définir une rupture.

scarytaupinet
scarytaupinet
MP
25 septembre 2019 à 19:17:18

Alors c'est sympa en tant que tel, je vois le genre de réflexion, petit exutoire, toussa toussa, mais tu gagnerais vraiment à rendre vraiment ça plus digeste, rien que dans la mise en page. C'est vraiment super lourd (pas dans le sens ennuyeux, plutôt dense) à lire là et lié à ta narration pensée comme un monologue mental, c'est ardu à suivre.

Mais sinon, sympa eheh

1
Répondre
Prévisu
?
Victime de harcèlement en ligne : comment réagir ?
Boutique
FIFA 20 - Standard Edition Amazon 44,99€
The Legend of Zelda: Link's Awakening Amazon 41,99€
Nintendo Switch avec paire de Joy-Con Rouge Néon et Bleu Néon Amazon 299,98€