Menu
EtoileAbonnementRSS
jeuxvideo.com  /  Tous les forums  /  Forum principal Création  /  Forum Ecriture  / 

Topic [comique] La Révolution française selon Ostulug

Sujet : [comique] La Révolution française selon Ostulug

1
ingrahou
ingrahou
MP
14 juillet 2019 à 11:02:50

Bonjour à tous ! Voici de petites histoires courtes et drôles sur la Révolution française pour vous faire sourire. http://www.noelshack.com/2019-28-7-1563094393-laugh.jpg

Bonne lecture ! ~~

Pour moi, la Révolution française c'est le 14 juillet mais pas seulement...c'est aussi la fuite du roi de France et de sa famille à Varennes plus connue sous le nom de "Fuite de Varennes" :

Varennes.France.1791.
4 heures du matin. La berline du roi stoppa net dans un bruit étrange.
"Halte bon sang ou nous faisons feu !"
Le père sauce et des patriotes en armes se tenaient les mains sur les hanches. Le père sauce s'écria :
"Votre passeports bon sang !"
Madame de Tourzel répondit du tac au tac :
"Et pourquoi je vous prie ?"
"Votre passeports bon sang !"
Madame de Tourzel dans un élan superbe tendit enfin le passeport.
Le père Sauce déchiffra le bout de papier. 18 minutes s'écoulèrent lentement dans un silence de mort.
"Tout est parfaitement en règle ! " hurla l'homme en secouant la tête de droite à gauche.
"Une question Madame avant de vous laisser partir vous et vos amis."
La nuit était encore noire et triste à cette heure et les patriotes armés de fusil avaient soif de terreur.

"Est-ce que cette voiture contient le roi et la reine et le petit dauphin ?"
Madame de Tourzel baissa les yeux et avoua timidement :
"Oui Grand Dieu, vous avez fort raison mon brave..."

"C'est bon, vous pouvez passer maintenant !" déclara fermement le père Sauce.

A savoir que bêtise du père Sauce était aussi haute qu'un mât de cocagne...

(à suivre...)

ingrahou
ingrahou
MP
28 juillet 2019 à 17:07:21

http://www.noelshack.com/2019-30-7-1564324601-laugh.jpg

Au tour de Charlotte de Corvée maintenant :

Juillet 1793. Paris France. Charlotte de Corvée est une belle jeune fille qui veut tuer le journaliste Mourat car celui-ci détestent les Girondins. Charlotte admire plus que tout les Girondins aussi elle trouve que Mourat est un vilain personnage pas vraiment digne d'estime. En fait, elle veut l'assassiner en plein été !

Qui sont les Girondins ? me direz-vous, et bien les Girondins sont des gens qui disent de belles choses à la convention.

Qui était Mourat ? Mourat était un médecin, journaliste etc...

Bref, nous voici donc le fameux 13 juillet. Charlotte frappe à la porte de Mourat. Elle a caché dans son corsage un immense couteau protégé par une gaine en cuir noir. Dans ses yeux brûlent les feux de la haine.

Toc, toc, toc, toc toc toc !
-Voilà, voilà ! J'arrive !
Une vieille servante vient lui ouvrir la porte.
-Bonjour ! Je voudrais tuer le citoyen Mourat ! J'ai un grand couteau !

-Sans faillir, la servante qui s'appelait Eugénie Sauce lui répond en riant :

-C'est vrai ou bien c'est des mensonges ? De toute manière, Mourat prend son bain.

-C'est vrai ! avoua la jeune effrontée, je souhaite l'assassiner au plus vite car ce rustre m'insupporte !

-Eugénie Sauce ne sachant quoi répondre à cela baissa la tête

-Je ne sais si je dois vous laisser entrer... Mourat prend son bain annuelle...

-Qui est-ce ? Fit alors la voix de Mourat, que me veut-on encore , J'en ai marre, je suis dans mon bain ! Laissez moi tranquille enfin mes enfants. Est-ce drôle ?

-Monsieur, c'est une belle jeune fille qui souhaite vous tuer !

Mourat se mit à rire en se tenant le côtes à tel point que l'eau déborda de sa baignoire gigantesque. Une véritable inondation, fallait voir !

-Eugénie ma bonne amie, laissez-la venir à moi, je suis bien curieux de faire la connaissance de cette demoiselle ! Ahahahah ! Est-ce drôle ?

-Est-elle jolie au moins ? Il ria de plus belle puis en vil étourdi, manqua se noyer.

Moment intense. Dans une pièce minuscule, Charlotte se retrouve seule avec l'homme qu'elle déteste le plus au monde.

Mourat scrute Charlotte de ses petits yeux de taupe.

-Je suis dans mon bain, situation cocasse non ? Il pouffa pour la forme. Que voulez-vous ma chère enfant ? Est-ce drôle ? Ahahahahahhohahahaha !

Charlotte de Corvée murmura alors :

-Il n'y a que les lâches qui adorent les tyrans.

-Pardon mademoiselle, vous disiez ?

-Je disais : il n'y a que les vaches qui adorent le Mont Blanc..

-Plait-il ?

Charlotte n'y tenant plus sort son couteau et prononce ce seul mot :

-Scélérat.

Mourat prit peur :

-C'est les rats ? Grand Dieu ! Dans ma baignoire ? Où , Où ?

-Mais vous ne comprenez pas Mourat ? hurla la démente. Je vais vous assassiner ignoble monstre sanguinaire !

-Eugénie ! Eugénie ! Vite ! Vite ! J'ai grand besoin de vous ! Hurla plus fort l'homme mouillé.

-Voilà monsieur que se passe-t-il ?

-Veuillez raccompagner cette jeunette, je crois qu'elle n'a pas toute sa tête.

-Bien monsieur, autre chose ?

-Non ! Non ! Non ! grogna Mourat que l'on me dérange plus jamais, jamais désormais ! Je ne veux plus voir personne ! Est-ce triste ? Où est donc le respect en ce monde de coquins ?

Et c'est ainsi que la pauvre Charlotte à coups de pied au derrière fit une sortie fracassante de la maison de l'homme illustre.

http://www.noelshack.com/2019-30-7-1564324601-laugh.jpg

Agraf
Agraf
MP
09 août 2019 à 21:54:26

Bonjour,

Le ressort comique du récit m'a échappé, si ce n'est le jeu de mot sur les vaches et le Mont Blanc, qui quoique hors contexte, apporte une touche absurde qui fait effectivement sourire.

L'intérêt historique est plus que limité puisque les noms des protagonistes ont été escamotés.

Enfin, au niveau de la construction du récit, en terme de contenu, ton histoire n'apporte rien de particulier ou spécifique à l'Histoire.

Par curiosité, quel âge as-tu ?

ingrahou
ingrahou
MP
10 août 2019 à 20:37:44

Le 09 août 2019 à 21:54:26 Agraf a écrit :
Bonjour,

Le ressort comique du récit m'a échappé, si ce n'est le jeu de mot sur les vaches et le Mont Blanc, qui quoique hors contexte, apporte une touche absurde qui fait effectivement sourire.

L'intérêt historique est plus que limité puisque les noms des protagonistes ont été escamotés.

Enfin, au niveau de la construction du récit, en terme de contenu, ton histoire n'apporte rien de particulier ou spécifique à l'Histoire.

Par curiosité, quel âge as-tu ?

Bonsoir,

+18 http://www.noelshack.com/2019-32-6-1565462172-noir-et-blanc.jpg

ingrahou
ingrahou
MP
18 septembre 2019 à 13:49:42

Mâtin, quel topic ! http://www.noelshack.com/2019-38-3-1568806260-laugh.jpg

Valmy : une âpre bataille.

Vingt septembre 1792, à Valmy se joue une bataille importante de la Révolution française.

A ma gauche, l'armée prussienne commandée par le Duc de Brunsweak. A ma droite, les généraux Killerman et Delamort-Riez dirigent l'armée française

Dès l'aube, un immense brouillard se dissipe laissant place à une terrible empoignade. De partout des attaques de vive force se propagent.
En un éclair, c'est l'embrasement, une lutte affreuse commence avec ses cris de haine, ses
.boulets de canon à gogo et ses coups d'épée dans l'os.

A un moment donné, la droite de l'armée française se positionne sur une colline tout près d'un moulin.

Comme au cirque, Killerman debout sur son cheval hurle à ses troupes :

« La nation a les yeux sur vous ! »

Le général de Brunweak quant à lui, encourageait sa célèbre infanterie prussienne :

« Ach, en afant brenons la kolline où se troufe un cholie betit poulin ! ! »

« Sauve qui peut ! » cria le soldat Pierre Sauce pour faire l'idiot.

La bataille est surtout marquée par une immense canonade : Boum ! Boum ! Boum !

La silhouette massive de Delamort-Riez se détachait sous le ciel de septembre

« Que l'artillerie redouble le feu ! »

Le général au comble de l'extase fait tournoyer son sabre comme les ailes du moulin qu'il aperçoit.

« Quel est l'idiot qui a perdu son mouchoir ? » ajouta le général.

Pour faire le malin Pierre Sauce tout proche de son chef lui répondit :

« Ce mouchoir est jaunâtre, il appartient à un prussien, pour sûr mon général ! »

Soudain, jaillissant de nulle part, un brave meunier qui tenait fort à son jolie moulin courut se placer symboliquement entre les deux armée. Quel courage  fallait-il avoir pour agir de la sorte, houlala !

« Arrêtez tous ! Arrêtez ! Vous ne voyez donc pas que vous allez détruire mon moulin ?
Arrêtez la canonade ! Arrêtez les tirs ! Je vous en conjure messieurs !

Alors des centaines de pièces de canons qu'elles soient françaises ou prussiennes firent silence.

La vois vibrante du brave homme émue aux larmes les belligérants. De part et d'autre, les colonnes de soldats s'arrêtèrent.

« Soldat vous avez besoin de liberté mais aussi de pain !  

"Et qui dit pain dit ?" continua le meunier.

" Dans la gueule ?"  hasarda le soldat Pierre Sauce qui se fit une fois de plus remarquer.

« Non, non citoyen ! Qui dit pain dit farine ! Hors, je suis meunier ! »

Je vous en conjure, que le son du canon se taise à jamais, sauvez mon moulin, sauvez ma raison d'être !

Les généraux paraissaient interloqués. Ils baissèrent leurs sabres à l'unisson.

Plus de cris, plus de rafale tonnante seul le vent poussait sa folle complainte lancinante.
Ainsi donc la bataille cessa sur le champ (sic) et le calme revint sur les collines de Valmy.

Epilogue :
Parmi les prussiens se trouvait un homme, un immense poète plein de verve et de petits minéraux dans ses poches. Il suivait en écrivain curieux de tout la longue marche des armée. Il se nommait Goethe, oui parfaitement, vous avez bien lu, le grand Johann Wolfgang von Goeth.

Déjà le soleil se couchait lentement sur l'emplacement meurtri du combat désormais maudit. Un soldat muni d'une lanterne se tenait prêt de l'illustre personnage. Celui-ci cherchait un petit mouchoir brodé tombé de sa poche en début de matinée.

Soudain l'homme célèbre dit en rouspétant ces mots terribles qui firent le tour du monde : 

« En ce lieu che me zuis empêter toute la chournée mais en plus chai berdu mein mouchoir !
Aitez-moi zoldat ! Mehr licht ! Mehr licht ! »

http://www.noelshack.com/2019-38-3-1568806260-laugh.jpg

1
Répondre
Prévisu
?
Victime de harcèlement en ligne : comment réagir ?
Boutique
FIFA 20 - Standard Edition Amazon 50,45€
The Legend of Zelda: Link's Awakening Amazon 44,16€
Nintendo Switch avec paire de Joy-Con Rouge Néon et Bleu Néon Amazon 299,98€