Menu
Tom Clancy's Rainbow Six Siege
  • Tout support
  • PC
  • PS4
  • ONE
Forum
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
EtoileAbonnementRSS
jeuxvideo.com  /  Tom Clancy's Rainbow Six Siege  /  Tous les forums  /  Forum Tom Clancy's Rainbow Six Siege  / 

Topic [FIC] Derrière les masques

Sujet : [FIC] Derrière les masques

Page suivanteFin
ElPadre0
ElPadre0
MP
07 juillet 2016 à 14:40:11

Salut à tous !
Avant de commencer, je tenais à préciser que je n’ai jamais eu l’occasion de jouer à Rainbow Six ni de l’acheter (et oui, je suis encore sur Old-Gen :hap: ). Cependant, je trouvais le jeu intéressant au niveau du concept et du scénario de base (je n’ai pas encore lu le roman de Tom Clancy qui a inspiré les jeux). Cependant, le jeu ne possède pas vraiment de mode histoire, ce qui était dommage compte tenu de la galerie de personnages dont dispose le jeu. A partir de leurs bios sur wikia et de toutes les vidéos de gameplay que j’ai pu voir sur le jeu, j’ai décidé d’écrire un peu sur les personnages du jeu. Je posterais ici (si j’ai l’inspiration :hap: ) des nouvelles sur les personnages du jeu, chaque chapitre se concentrant sur un opérateur en particulier. Il faut savoir cependant que les chapitres ne seront pas forcément des suites des autres, puisqu’ils s’agira de chapitres « one-shots » la plupart du temps :oui:
Sur ce, bonne lecture :

----------------------------------

Chapitre 1 : Si ça marche sur batterie...

Leipzig était la ville qu’avait quittée Monika la veille. Cette ville avait beaucoup changée depuis son départ du foyer familial, en 1996. La vie nocturne était plus bruyante depuis, chose qui s’était confirmée avec le mal de tête qui l’avait accueilli ce matin. La femme attendait, assise dans un coin isolé du hall du terminal de l’aéroport de Berlin-Schönefeld, repensant à sa mère qu’elle allait devoir laisser seule de nouveau quelques mois. Greta Weiss comprenait l’engagement de sa fille, et bien que celle-ci ne pouvait pratiquement rien lui révéler à propos de sa vie dans le GSG-9, la vieille dame se doutait que sa surdouée de fille faisait un métier dangereux.
L’agent de Rainbow porta son regard sur les écrans plat, rediffusant en boucle les images d’une présentatrice au brushing impeccable, le bandeau rouge annonçant un assaut de la police effectué à Londres la veille, qui avait fait deux victimes dans les rangs des terroristes. On y avait également trouvé des armes à feu et chimiques illégales qui devaient être utilisées dans le hall blindé de l’aéroport d’Heathrow. C’était la raison pour laquelle Monika avait été rappelée par la brigade Rainbow. Un autre attentat était prévu et ils devaient intervenir. Il lui faudrait entre trois et cinq heures d’avion avant l’atterrissage sur le sol britannique, puis deux heures de voitures jusqu’à la base d’Hereford. Après, ça serait le retour à la routine : les retrouvailles avec ses collègues, la visite médicale, l’entrainement au tir, puis l’entrainement aux manœuvres sur un terrain adapté. Mais que pouvait-elle y faire ? Après tout, elle était un agent Rainbow. Mais surtout, elle adorait chaque seconde de son travail.
Une sonnerie de téléphone tira l’ex-flic hors de ses pensées. Monika porta rapidement son smartphone à son oreille ; Meghan était à l’autre bout du fil, depuis Hereford. Ce n’était pas vraiment la personne à laquelle l’Allemande souhaitait parler maintenant, mais elle s’y ferait :

« -Meg ? »

Elle rabattit une mèche blonde derrière son oreille alors qu’une voix animée s’exclama à l’autre bout du fil :

« -Salut, Ice Queen ! »

Encore ce foutu surnom. Monika sentait qu’un jour, elle frapperait la jolie tête carrée de Meghan en plein dans la mâchoire. Et encore, ce n’était pas sûr qu’elle ait pu atteindre son objectif avant que la Seal ne lui saisisse le bras et ne le lui brise à l’aide de ses biceps :

« -Tu nous rejoins aujourd’hui ? demanda la jeune californienne.

-Ouais, j’atterris à Birmingham. »

Il s’agissait d’une destination étrange, mais Rainbow souhaitait sûrement rendre l’arrivée de ses agents aussi discrets que possible :

« -Tu m’étonnes, commenta l’Américaine, après la merde d’hier, toute la ville est en état d’alerte.

-Ne me dis rien, commença Monika dans son fort accent allemand, tu faisais partie du raid d’hier ?

-Héhé, ouais, confirma l’autre en ricanant. On ne peut rien te cacher, Einstein.

-D’où mon surnom d’ « I.Q. ».

-En attendant, poursuivit la Seal , Baker a vraiment géré. On est venu avec Seamis, Liz, Tim et Mark. Ces salopards ont rien vu venir. »

A en juger l’intonation de Meg, pleine de fierté, Monika compris que sa collègue avait dirigé l’opération :

« -Mute est vraiment venu avec vous ? demanda Monika.

-Ouais, même mois j’ai eu du mal à croire que ce nerd est venu nous rejoindre à l’entrainement. Mais il n’est pas mauvais au tir, tu pourrais regarder ses résultats au retour. »

L’Allemande hocha la tête, regardant les sièges vides autour d’elle avant de s’enfoncer dans son siège :

« -Sinon, avec Elias… Il s’est passé des trucs intéressants , demanda Meg, il a pris un vol pour l’Allemagne… »

Monika sentit son mal de tête revenir à la charge alors qu’elle plaquait sa main sur son front. Pas encore. C’était un sujet de conversation récurrent dans la base d’Hereford depuis quelques semaines. Pourquoi toute l’équipe s’intéressait au fait qu’ils avaient une relation assez forte. A cause de ce qu’il s’était passé à Hamburg ? Elle respectait énormément Elias, qui avait tendance (tout comme Gilles) à se jeter devant son équipe pour arrêter les balles. La différence entre lui et le französisch , c’était que lui en rigolait pas mal en commentant « Au moins c’était pas la tête. Je veux un cercueil ouvert, moi ! » . Hambourg avait été dur pour elle, étant donné qu’elle avait failli perdre son camarade ce jour-là. Elle préféra oublier à quel point elle avait retenu ses larmes.
Pour répondre à la question de l’Américaine, rien d’excitant n’était arrivé. Elle, Elias et quelques amis effectués une série d’achat en jeans et paires de chaussures, dépensant un demi-salaire avant de finir à moitié bourrés dans un bar.

« -Et comme Bremen n’est qu’à un trajet de train de chez toi, je me demandais si…

-Pour la dernière, dummkopf , coupa l’Allemande, ulcérée, on ne sort pas ensembles !

-Okay, okay, relax, Votre Altesse

-Et arrête avec ce surnom à la con ! »

Plusieurs voyageurs qui l’avaient entendu lever le ton dans tout le hall la dévisagèrent d’un air incertain avant de retourner à leurs occupations.

« -Désolée, reprit Meghan, mais comme on le surprend toujours en train de mater ton magnifique popotin…

-Est-ce qu’il y a vraiment quelqu’un qui ne le fait pas, Meg ? »

La Seal lâcha un rire, comprenant que sa collègue parlait de Baker, un vieux de la vieille trop occupé à entrainer et diriger les autres en se prenant pour un stratège de génie :

« -Enfin bon, finit-elle par lâcher, on se retrouve plus tard. Salut !

-A plus, Meg. »

L’agent du GSG-9 raccrocha alors que l’annonce d’embarquement immédiat pour Birmingham retentissait dans le hall. Monika ferma son sweat gris à capuche avant de se lever, un sac dans chaque main.

ElPadre0
ElPadre0
MP
07 juillet 2016 à 14:40:35

https://www.youtube.com/watch?v=rpERR8R4mvk

Le cœur de Monika cognait dans sa poitrine, comme un prisonnier frappant à un rythme régulier sur les barreaux d’une cage d’os. Elle se souvint des mots de Jack, son collègue du SWAT qui lui expliquait une fois que dans une situation périlleuse, le cœur d’un soldat bien entraîné battait à un rythme entre 70 et 100 battements par minute. Il lui semblait que le sien était à un rythme largement supérieur. Cet instant était celui au paroxysme de la tension et du stress qu’elle pouvait ressentir dans son travail. Être aligné en groupe, l’arme au poing, l’un derrière l’autre, la sueur perlant le front, inondant le tissu noir de sa cagoule sous son casque. Malgré cela, elle s’était endurcie pour que ses jambes tâchent de lui répondre.
Elle se tenait juste derrière Elias, lui-même derrière Gilles, son gigantesque bouclier déployé devant lui tel un mur ambulant. Vingt-quatre heures plus tôt, elle était en train de lire un briefing. L’équipe devait donner l’assaut sur une planque de terroristes dans la banlieue de Cardiff, prête à devoir peut être faire face à une bande armée jusqu’aux dents. Aujourd’hui, elle devant cette porte et entourée de ses coéquipiers, sa SIG SG 552 entre les mains. Derrière elle, Seamus se détacha de la file pour se placer à côté de la porte, son énorme marteau entre les mains, qu’il brandit au-dessus de sa tête. Chacun retenait son souffle. Qui sait ce qu’il pouvait se trouver derrière cette porte…
L’équipe entière repensa à quel point Gilles était courageux de se mettre en première ligne. Certes, son bouclier le protègerait des balles, mais il suffirait d’un pack de C4 bien placé pour déchiqueter le vétéran du GIGN en charpie. L’Allemande décida, après avoir fait signe au Britannique au marteau d’interrompre son geste, de prendre la place d’Elias, qui protesta :

« -Qu’est-ce que tu fous, Monika ? »

Elle laissa son fusil d’assaut le long de ses hanches avant de dégainer son Heckler & Koch USP Tactical . Puis, elle ouvrit son Spectre en commentant :

« -On prends pas de risques. S’ils ont des appareils qui marchent sur batterie, je les trouverais. J’ai pas envie de me faire déchiqueter par une bombe. »

Elias soupira nerveusement avant de laisser sa collègue Allemande faire son travail. D’un œil studieux, Monika observa à travers son écran les éventuels dangers électriques qui pouvaient blesser, voire tuer ses coéquipiers. Rien n’était visible sur son écran, du moins dans le couloir en face d’eux. Cependant, il semblait qu’un dispositif, sans doute d’explosifs, était disposé derrière l’encadrement de la porte de droite au fond du couloir :

« -Il y a ce qu’il ressemble à du C4 au fond du couloir à droite. Faudra faire attention. »

Elle referma le clapet de l’appareil qu’elle avait fabriqué elle-même avant de reprendre son fusil d’assaut en main.

« -Compris, firent tour à tour les membres du commando. »

L’Ecossais brandit alors l’énorme marteau en l’air :

« -C’est parti, pensa Monika en prenant une profonde inspiration. »

Dans un fracas de bois, le marteau de Seamus envoya au sol d’un seul coup la porte. Immédiatement, Gilles s’engouffra de près dans l’ouverture, suivit de près par Seamus. Monika laissa Elias passer avant de se mettre sur ses talons, bientôt suivie par Baker. L’équipe s’arrêta au milieu du couloir, qui donnait sur une pièce. L’agent du GIGN fut suivit de son homologue écossais tandis qu’Elias se retrouvait maintenant en tête, Monika toujours derrière lui :

« -Stop ! lança Baker. »

Le trio s’arrêta, tandis que Baker prit dans sa main une de ses grenades à impulsion électromagnétiques, qu’il dégoupilla avant de faire rouler jusqu’au bout du couloir. La charge se déclencha. Un grésillement, mêlé à une envolée d’étincelles sur un rayon d’un mètre suffit à faire comprendre qu’ils n’avaient rien à craindre du moindre système électrique dans la pièce au bout du couloir. Ils s’avancèrent en rythme. L’Allemande respirait fébrilement, son arme par-dessus l’épaule de l’homme qu’elle respectait le plus. Cet homme qui ne plaisantait pas, du moins, pas encore. Plus personne n’osait dire un mot, à l’affut du moindre bruit suspect. Seul le bruit des bottes de Gilles et de Seamus résonnait dans la demeure. Elias chuchota alors :

« -J’entre dans la pièce, attention. »

L’homme au bouclier s’avança et fit un pas dans la pièce, qui s’apparentait à une cuisine. C’est alors que tout alla très vite : une rafale de coup de feu déchira le silence. On entendit plusieurs balles ricocher contre le métal du bouclier d’Elias, qui déclencha immédiatement les grenades flash de son bouclier. Monika pressa alors la détente de son arme, lâchant une rafale contre leur assaillant qu’elle avait brièvement aperçu dans l’encadrement d’une autre porte en face d’eux. L’ennemi, marqué de blessures qui zébraient son torse, s’effondra au sol sans un cri :

« -Personne n’est blessé ? lança Elias.

-Ça va, répondit Monika, maintenant remplie d’adrénaline.

-Pareil, confirma Baker.

-Parfait, on avance. »

Des coups de feu retentirent alors à l’opposé de la maison. Monika reconnu distinctement le hurlement du puissant Smith & Wesson de Gilles. Les voix de ses deux autres coéquipiers retentirent :

« -Salle dégagée ! Deux ennemis abattus ! »

Trois ennemis éliminés. Déjà trois. Mais combien encore ? La réponse ne se fit pas attendre. A peine Elias eut il fait dépasser son bouclier dans l’encadrement de la porte qu’un feu nourri d’arme automatique l’accueillit. Bien que personne ne fut touché, le trio du battre en retraite. Les balles vinrent d’abord ricocher au fond de la cuisine, puis sur l’angle des murs derrières ils s’étaient abrités, déchiquetant le papier peint. Soudain, un coup de feu retentit dans leur dos et Baker s’effondra avant de s’étaler sur le sol. Monika fut prompte et se retournant, fit face à un terroriste qui venait d’envoyer au tapis son coéquipier avec un revolver de haut calibre. Alors qu’il s’apprêtait à la mettre en joue, Monika vida son chargeur sur son adversaire qui fut projeté contre le mur avant de rouler au sol. Toujours sous le feu des ennemis dans la pièce voisine, elle rampa jusqu’à Baker. Celui-ci reprenait difficilement son souffle, ne devant la vie qu’à son gilet pare-balle.
Elias se mit à couvert à côté de sa partenaire et demanda en rechargeant son pistolet :

« -Il va s’en sortir ?

-Son gilet à tout pris, ça va aller pour lui, répondit-elle.

- Bon, écoute-moi bien, Monika. A trois, j’aveugle ces salopards, et juste après, on leur envoie une averse de balles comme ils n’en ont jamais vu, d’accord ?

-Quand tu veux. »

Monika se replaça juste derrière Elias :

« -Un… »

Elle serra la poignée de son fusil.

« -Deux… »

Elle prit son inspiration.

« -TROIS !! »

Aussitôt, les deux membres du GSG-9 dépassèrent de l’encadrement de la porte, Elias projetant un éclair éclatant dans la pièce pour aveugler les terroristes. Alors, à l’unisson, ils déversèrent un déluge de balles vers leurs assaillants. Ces derniers, n’ayant pas eu le temps de se mettre à couvert, tombèrent sous les balles côtes à côtes. Monika n’eut pas le temps de réagir, ou presque. La seconde d’après, elle aperçut une silhouette se dessiner dans l’encadrement de la porte sur sa droite, jusque-là alors inoccupée. Une déflagration retentit et un morceau du mur cogna contre le côté du casque de Monika, qui tomba sur le côté. Cependant, dans sa chute, la femme déchargea son arme sur la silhouette armée d’un fusil à pompe, transformant son torse en un gruyère sanguinolent avant de s’écraser en même temps que sa victime.
L’homme au bouclier accourut et se pencha sur elle :

« -Monika !! Ça va ? »

Sa tête tournait, tant elle était sonnée, mais parvint à articuler :

« -Ça va, ça va… Je l’ai eu, ce salaud. »

Elle regarda un instant le cadavre étendu en face d’elle, des trous sanglants partout sur le torse jusqu’à la base du cou. Ce fut de nouveau le silence. Monika croisa le son regard avec celui du mort, vidé de toute vie. Elias se pencha au-dessus d’elle. Malgré le casque qui masquait son visage, sa voix trahissait une certaine appréhension :

« -Ca va, Monika ?

-Ça va, ça va, fit-elle dans un souffle, juste… Laisse-moi un peu au sol, tu veux ? »

L’Allemand au bouclier souffla du nez, soulagé, avant de retourner voir Baker. La voix de Seamus se fit entendre dans la radio :

« -Aile gauche dégagée. Ca va de votre côté ? »

Monika laissa Elias répondre et ferma les yeux. C’était vraiment moins une. Elle se releva doucement avant d’aller aider son coéquipier à relever Baker.

[Arrêtez la musique]

La lumière filtrait faiblement à l’arrière du fourgon. Tout le monde était présent dans l’ombre, sauf Baker, qui avait le luxe de rentrer en ambulance. L’équipe Rainbow du jour avait saisi plusieurs armes automatiques, des fusils de types Kalachnikov , des explosifs et même un RPG-7 . Une belle prise, en somme qui ferait grand bruit dans les médias.
Les yeux bleus de Monika inspectèrent un à un les membres du commando. Personne n’osait dire quelque chose, trop fatigué, sans doute. Elle pensa à la bonne douche qui l’attendrait une fois rentrée et à sa couchette à la base d’Hereford. Encore une intervention, encore des morts. Pour elle, Rainbow faisait la différence dans le monde. Mais quant à savoir s’ils parviendraient à contenir toutes les menaces, elle en était moins sûre.
Seamus décida d’ouvrir la bouche et demanda :

« -A votre avis, Baker va se calmer après avoir pris une balle ?

-Tu rigoles, répliqua Elias, à chaque fois qu’il lui arrive un truc, il revient encore plus grincheux que d’habitude ! »

Il y eut un fou rire général dans le fourgon. Une fois de plus, Elias avait parvenu à détendre l’atmosphère. Gilles tapa sur l’épaule de l’Allemand par sympathie tandis que Seamus tendit une barre de chocolat à Monika qui sourit :

« - Danke »

En croquant dans le chocolat, elle pensa au fait qu’elle adorait ces instants de détente dans l’équipe. Elle pensa au fait qu’elle ne voudrait jamais s’arrêter.

----------------------------------

Voilà, c’est la fin du premier chapitre. J’espère que cela vous a plu, n’hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé :oui:

TsainDrai10
TsainDrai10
MP
07 juillet 2016 à 14:42:29
[[sticker:p/1jne]]
Pseudo supprimé
07 juillet 2016 à 14:46:55

Je vais lire ça après quelques parties, mais c'est un énorme travail de ta part [[sticker:p/1ljp]]

Pseudo supprimé
07 juillet 2016 à 15:35:45

Alors, après avoir lu ce gros chapitre j'ai plusieurs choses à dire [[sticker:p/1kki]]

Déjà, pour te rassurer c'est très bien, et surtout c'est fidèle au personnage du jeu ! Tu fais allusion a des traits de personnage que peu de gens connaissent, exemple avec Elias (Blitz).
Si on joue en Terro Hunt avec lui on apprend qu'il aime bien faire des blagues (si on lance une Terro Hunt a plusieurs, les personnages disent une petite phrase, celle de Blitz sont mes préféré [[sticker:p/1lmb]])
Et même ses expressions sont "marrantes". Il appelle les ennemis "Bad Guys" (VO) ou "Méchants" (VF) a la place de les appeler Terroriste ou OPFOR.

Pour en revenir au chapitre, la phrase "Elle, Elias et quelques amis effectués une série d’achat en jeans et paires de chaussures" qui m'as bien fait rire, une petite pique sur la tenue vestimentaire du GSG-9

Autre point positif, tu utilises les vrais noms des agents et pas leur pseudonyme. C'est vachement cool MAIS ça pose problème pour ceux qui les connaissent pas (perso je l'ai connait quasi tous). Donc pour tes prochains chapitres je t'invite a mettre au début un petit paragraphes classé par ordre alphabétique des personnes, ça permet à ceux qui ont un doute de juste relire le début pour savoir et non pas aller chercher sur Internet.
Ex :
Baker = Tatcher
Elias = Blitz
Monika = IQ

Et pour finir l'idée de la musique est très bonne mais le problème de vitesse de lecture se pose, j'ai lu assez lentement pour bien imaginer la situation (comment les agents était placé, leur posture, ...) et la musique s'est fini trop tôt (je l'ai relancé et j'ai continué). La solution serait de mettre des musiques assez longue ou d'écrire peu de texte avec la musique.

Pour résumer, c'est très bien mais deux petits problèmes ceux posent. Au plaisir de lire le Chapitre 2 rapidement [[sticker:p/1ljp]]

_-deadpool-_
_-deadpool-_
MP
07 juillet 2016 à 16:08:09

Je viens de mettre ton topic dans mes favoris

Rediinho95
Rediinho95
MP
07 juillet 2016 à 16:21:01

J'attends le chapitre 2 avec impatience.

Rediinho95
Rediinho95
MP
07 juillet 2016 à 16:21:56

deadpool tu sais comment faire sur téléphone

ElPadre0
ElPadre0
MP
07 juillet 2016 à 17:15:40

Le 07 juillet 2016 à 14:42:29 TsainDrai10 a écrit :
[[sticker:p/1jne]]

Je te sens en état de choc :hap:

Le 07 juillet 2016 à 15:35:45 Vekhy a écrit :
Alors, après avoir lu ce gros chapitre j'ai plusieurs choses à dire [[sticker:p/1kki]]

Déjà, pour te rassurer c'est très bien, et surtout c'est fidèle au personnage du jeu ! Tu fais allusion a des traits de personnage que peu de gens connaissent, exemple avec Elias (Blitz).
Si on joue en Terro Hunt avec lui on apprend qu'il aime bien faire des blagues (si on lance une Terro Hunt a plusieurs, les personnages disent une petite phrase, celle de Blitz sont mes préféré [[sticker:p/1lmb]])
Et même ses expressions sont "marrantes". Il appelle les ennemis "Bad Guys" (VO) ou "Méchants" (VF) a la place de les appeler Terroriste ou OPFOR.

Pour en revenir au chapitre, la phrase "Elle, Elias et quelques amis effectués une série d’achat en jeans et paires de chaussures" qui m'as bien fait rire, une petite pique sur la tenue vestimentaire du GSG-9

Autre point positif, tu utilises les vrais noms des agents et pas leur pseudonyme. C'est vachement cool MAIS ça pose problème pour ceux qui les connaissent pas (perso je l'ai connait quasi tous). Donc pour tes prochains chapitres je t'invite a mettre au début un petit paragraphes classé par ordre alphabétique des personnes, ça permet à ceux qui ont un doute de juste relire le début pour savoir et non pas aller chercher sur Internet.
Ex :
Baker = Tatcher
Elias = Blitz
Monika = IQ

Et pour finir l'idée de la musique est très bonne mais le problème de vitesse de lecture se pose, j'ai lu assez lentement pour bien imaginer la situation (comment les agents était placé, leur posture, ...) et la musique s'est fini trop tôt (je l'ai relancé et j'ai continué). La solution serait de mettre des musiques assez longue ou d'écrire peu de texte avec la musique.

Pour résumer, c'est très bien mais deux petits problèmes ceux posent. Au plaisir de lire le Chapitre 2 rapidement [[sticker:p/1ljp]]

Wow merci pour la longue critique :noel:
Maintenant, je viens de me rendre compte que j'ai oublié certains mots dans certaines phrases. Pour les musiques, je tâcherais d'en trouver de plus longues et l'idée de mettre à quel nom correspond quel surnom me parait bonne :ok:

Le 07 juillet 2016 à 16:08:09 _-deadpool-_ a écrit :
Je viens de mettre ton topic dans mes favoris

Je vais prendre ça comme une bonne chose [[sticker:p/1kki]]

Le 07 juillet 2016 à 16:21:01 Rediinho95 a écrit :
J'attends le chapitre 2 avec impatience.

Merci, je vais m'y mettre alors :oui:
Et les favoris ne marchent que sur ordinateur :ok:

_-deadpool-_
_-deadpool-_
MP
07 juillet 2016 à 17:21:12

Tu passe en version ordi

Kilyan12
Kilyan12
MP
07 juillet 2016 à 17:45:20

First paj

Leeroy__Jenkins
Leeroy__Jenkins
MP
07 juillet 2016 à 18:02:25

Du très bon travail, merci de le partager avec nous :)

ElPadre0
ElPadre0
MP
07 juillet 2016 à 19:20:07

Merci beaucoup :oui:

Simple curiosité, vous préférez la partie "tranche de vie" ou la partie "assaut" ? :(

Pseudo supprimé
07 juillet 2016 à 19:33:43

Le 07 juillet 2016 à 19:20:07 ElPadre0 a écrit :
Merci beaucoup :oui:

Simple curiosité, vous préférez la partie "tranche de vie" ou la partie "assaut" ? :(

Je sais pas, j'aime bien les deux en faite. La "tranche de vie" permet de voir ta vision des personnages et la partie assaut avec la musique est vachement cool aussi, on voit ta vision d'un assaut de Rainbow Six : Siege.

Donc j'ai pas trop de préférence ...

Arjac
Arjac
MP
07 juillet 2016 à 19:54:25

Perso je suis indifférent entre tranche de vie et assaut.
Par contre jebsuis impatient de savoir comment tu vas adapter les compétences des défenseurs pour un assaut. Seul Doc, Pulse et Smoke peut changer facilement de tâche mais les autres... cela va être compliqué.

Pseudo supprimé
07 juillet 2016 à 20:23:08

Le 07 juillet 2016 à 19:54:25 Arjac a écrit :
Perso je suis indifférent entre tranche de vie et assaut.
Par contre jebsuis impatient de savoir comment tu vas adapter les compétences des défenseurs pour un assaut. Seul Doc, Pulse et Smoke peut changer facilement de tâche mais les autres... cela va être compliqué.

Il va surement faire des défenses, protéger un otage par exemple ;)

ElPadre0
ElPadre0
MP
07 juillet 2016 à 20:40:30

Ne commençons pas à spoiler :noel:

_-deadpool-_
_-deadpool-_
MP
08 juillet 2016 à 22:45:32

La sweet on veut la sweet

ElPadre0
ElPadre0
MP
08 juillet 2016 à 23:16:05

Je suis en train de l'écrire, j'ai fais plus de la moitié mais demain je pourrais pas l'écrire. Vous l'aurez d'ici dimanche soir, je dirais :oui:

Sonline44
Sonline44
MP
09 juillet 2016 à 01:51:31

Du rêve, tu viens de me vendre du rêve!
J'ai à nouveau envie de faire du rp sur ce jeu putain...
Quand je lis ça je repense à l'image que j'avais du jeu. Dommage que les kikoos gâchent le jeu.
Si un jour tu veux t'acheter le jeu, tu sais à qui t'adresser pour reproduire ta fic ingame :ok:

Page suivanteFin
Répondre
Prévisu
?
Victime de harcèlement en ligne : comment réagir ?
Meilleures offres
Disponible à l’achat ou en téléchargement sur :
Acheter sur MicrosoftMicrosoft Store Télécharger sur le Playstation StorePlaystation Store