Menu
Undertale
  • Tout support
  • PC
  • PS4
  • Switch
  • Vita
Forum
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
EtoileAbonnementRSS
jeuxvideo.com  /  Undertale  /  Tous les forums  /  Forum Undertale  /  Topic [Fic] Slavetale  / 

Topic [Fic] Slavetale - Page 9

Sujet : [Fic] Slavetale

DébutPage précedente
1  ... 4567891011121314  ... 36»
Page suivanteFin
SheogorathCDC
SheogorathCDC
MP
28 octobre 2017 à 00:16:29

Le 27 octobre 2017 à 22:21:59 Gamopli a écrit :
5 théories sur Slavetale [[sticker:p/1kki]]

MBT sur Slavetale. http://image.noelshack.com/fichiers/2017/10/1489162412-1465686632-jesuus-risitas.gif

MatPat qui fait une série de 35 épisodes dessus. http://image.noelshack.com/fichiers/2016/47/1480064732-1467335935-jesus4.png

Steellar
Steellar
MP
28 octobre 2017 à 00:40:38

Le 28 octobre 2017 à 00:16:29 SheogorathCDC a écrit :

Le 27 octobre 2017 à 22:21:59 Gamopli a écrit :
5 théories sur Slavetale [[sticker:p/1kki]]

MBT sur Slavetale. http://image.noelshack.com/fichiers/2017/10/1489162412-1465686632-jesuus-risitas.gif

MatPat qui fait une série de 35 épisodes dessus. http://image.noelshack.com/fichiers/2016/47/1480064732-1467335935-jesus4.png

FIdget=Papyrus :hap:

oisivete
oisivete
MP
28 octobre 2017 à 07:25:09

Le 27 octobre 2017 à 21:35:37 JamesTheLemmon a écrit :

Le 27 octobre 2017 à 18:12:07 oisivete a écrit :
tout le monde part du principe que papyrus est mort... mais vous oubliez un truc... l'industriel ment! ce n'est peut-être qu'un mensonge de plus! (laissez-moi a mon déni, merci) :hap:

sinon, bon chapitre, comme toujours

D’ailleur, l’industriel dit qu’un squelette est mort, il n’a pas dit que ce squelette s’appelait papyrus.

Oisivete, je peux être dans le déni avec toi ?

bien sur, rejoins-moi

Le 27 octobre 2017 à 22:11:51 SheogorathCDC a écrit :

D’ailleur, l’industriel dit qu’un squelette est mort, il n’a pas dit que ce squelette s’appelait papyrus.

Ouais, ça se trouve le squelette c'est Gaster :oui:

Papyrus n'est pas mort. :non:

 #LeDeniSeRetient

on va fonder la religion du déni! :noel:

erosdog
erosdog
MP
04 novembre 2017 à 19:06:23

Hey ! Surprise, un nouveau chapitre en une semaine au lieu de deux, et qui bat presque le record du chapitre 7 en terme de longueur =D
Ouais, je me suis vraiment dépassé ( ͡° ͜ʖ ͡°)
Sur ce je vous laisse profiter du chapitre, pas parce que j'ai rien à dire en vérité mais parce que je sais que vous avez hâte de lire.
Je suis gentil hein ( ͡° ͜ʖ ͡°)

Chapitre 12 :

Fidget fut réveillé en sursaut par une assourdissante sonnerie qui retentit dans tout le bâtiment. Il se redressa subitement sur le matelas, apeuré, avant de se rendre compte d’où il était, et de réaliser qu’il ne devait s'agir que d’une sorte de réveil. Baillant à s’en décrocher la mâchoire et frottant ses paupières lourdes qu’il aurait adoré laisser reposer quelques instants de plus, il resta ainsi assis quelques instants, incapable de bouger davantage. Son corps sembla peser des tonnes alors qu’il faisait un effort surhumain pour se lever et s’arracher à la douce étreinte du sommeil. La mémoire des évènements récents lui revint, et maintenant que son esprit n’était plus embué par la faim et la fatigue, il pouvait réfléchir un peu plus à sa situation.
De la courte soirée qu’il avait passé hier, Fidget pouvait tirer quelques conclusions hâtives, quelques hypothèses, sur les lieux. Il lui semblait être tombé sur un maître, sinon agréable, au moins supportable. Cela ne le dérangeait pas d’être commandé et de devoir travailler, tant que les exactions qu’il subissait depuis des jours prenaient fin pour de bon. Après tout, il était un esclave désormais, et non plus un produit : il devait accomplir sa fonction. De plus, ils semblaient disposer d’une certaine liberté ; Skye avait pu les accueillir, leur préparer de quoi manger et les raccompagner jusqu’à leurs chambres sans que son collier ne s’active, ou alors il avait été trop fatigué pour le voir. Fidget n’avait aucune idée de comment les choses fonctionnaient ici, mais il était sûr qu’il ne tarderait pas à le découvrir. Alors, contre toute attente, il gardait un semblant d’espoir, aussi minuscule, ridicule même, soit-il. Les choses pourraient peut-être, pour la première fois, bien tourner.
“Allez debout là-dedans, dépêche toi.” Fit une voix féminine dans son dos qu’il ne reconnut pas immédiatement. Il se retourna pour voir la louve dans l’encadrement de la porte, qui venait de le surprendre à fixer le vide, perdu dans ses pensées, en sous-vêtements et en plein milieu de sa chambre.
“Heu…” Tenta-t-il de dire.
“Habille toi vite, tu vas être en retard.
-En retard pour quoi ?
-À ton avis ?” Répondit Skye en roulant des yeux. “C’est pas un camp de vacances ici.” Ajouta-t-elle avec une amertume diffuse dans la voix.
“Je t’attend devant l’entrée.” Conclut la louve en refermant la porte.
S’habiller… Pensa Fidget, l’esprit vide pendant une seconde comme s’il ne comprenait pas le sens du mot. Il secoua la tête et attrapa la pile de vêtements qu’il avait enlevés à la hâte la veille, puis les passa rapidement avant de sortir. Il ne savait s’il devait verrouiller sa porte, mais de toute façon, il n’avait ni clé, ni effet à protéger.
Le lion remonta le couloir qui lui sembla bien plus court que la nuit dernière. Désormais qu’il faisait jour, il pouvait porter un peu plus d’attention aux détails, ou plutôt à leur absence. Les murs étaient couverts d’un vulgaire papier peint des plus sobres, et la moquette colorée au sol l’était tout autant. En somme, des matériaux à l’image des êtres qu’ils protégeaient : il aurait été indécent d’engager de grandes dépenses pour des esclaves, et le fait qu’ils aient des chambres pour dormir était déjà un grand luxe dont on leur faisait cadeau…
Il fit quelque pas dans la sorte de pièce commune ou salon, lui accordant à peine un regard alors qu’il poussa la porte menant vers l’extérieur. Adossée au mur l’attendait la louve, la tête levée, regardant les nuages qui défilaient indolemment au-dessus de leurs têtes.
“Où sont les autres ?” Lui demanda Fidget, ce à quoi elle répondit en commençant à marcher vers le corps de maison principal.
“Ils sont avec d’autres monstres comme moi, qui étaient là avant vous. On est censés vous faire la visite. Et c’est moi qui m’occupe de toi.”
Fidget ne répondit rien, repensant soudainement à… quel était son nom déjà ? Betty ? La monstre aviaire avec qui il avait sympathisé et qui lui avait également fait faire le tour du propriétaire dans l'hôtel de perversion où il avait brièvement séjourné. Il se demanda ce qu’elle devenait, comprenant son point de vue avec le recul même s’il n’aurait été capable de dire si oui ou non elle avait raison. Le lion se souvint également de l’horreur à laquelle il avait assisté, qui l’avait tout particulièrement choqué, et pria pour que la même chose ne se déroule pas aujourd'hui.
“Ça va ?” Lui demanda Skye, qui avait dû s'apercevoir de son mutisme et de ses yeux perdus dans le vide.
“Hein ? Heu ouais, ça va, t’inquiète.” Répondit-il avec un sourire, tentant d’être rassurant. La louve hocha la tête avant d’enchaîner.
“T’as remis tes vêtements d’hier…
-J’en avais pas d’autres !” Protesta Fidget.
“T’as essayé d’ouvrir tes placards ?” Demanda-t-elle. Fidget ne répondit rien, et son silence en dit long.
“En tout cas…” Ajouta-t-elle, hésitante. “Tu as des goûts vestimentaires… discutables.
-En fait, c’est ceux des c-” Répondit Fidget, avant que sa voix ne s’étrangle, l’empêchant de finir sa phrase. “Des c-” Reprit-il, atteint de la même affliction. Fronçant les sourcils, il déglutit et tourna sa langue dans sa bouche, avant de recommencer, sans succès. Ça devenait énervant, pourquoi n’arrivait-il pas à dire tout simplement “des camps” ?
Skye posa sa main sur son bras, attirant son attention. “Ton…” Fit-elle d’un air désolé en pointant son doigt vers son propre collier. Bien sûr, réalisa Fidget. Évidemment que c’était le collier qui l’empêchait de parler librement. Il avait cru que, désormais qu’il était détenu par quelqu’un, les restrictions sur son langage seraient implicitement levées. Il avait eu tort. Il pouvait penser librement, mais le collier serait toujours là pour filtrer ces pensées avant qu’elles n’atteignent le monde extérieur.
“Je sais ce que ça fait.” Ajouta Skye. Il y eut un silence affligé, qui dura jusqu’à ce qu’ils entrent dans la maison. La distance entre les deux bâtiments était en fait plus grande que ce qu’il lui avait paru la veille ; le sommeil avait véritablement distordu sa perception. En poussant la porte de verre qui menait à une entrée, Skye brisa cette pause verbale.
“C’est l’entrée des monstres ici. Elle est un peu en retrait pour ne pas gêner les invités ou nos maîtres.
-Nos ?” L'interrompit le lion. “On peut avoir plusieurs maîtres ? Et, il y a quelqu’un d’autre qui vit ici ?
-T’as vécu dans une grotte depuis qu’on est sortis de sous…” Débuta Skye, avant de s’interrompre devant l’absurdité de ce qu’elle disait. “Foutue expression.” Murmura-t-elle, avant de reprendre. “Bref, oui on peut avoir plusieurs maîtres si la personne qui nous possède en premier nous demande de suivre ce que quelqu’un d’autre nous dit. Et oui, monsieur a une femme.” Expliqua la louve, maniant avec habileté, par habitude sûrement, le vocabulaire qu’ils étaient en droit d’utiliser afin de communiquer fluidement sa pensée.
“Hm hm.” Acquiesça Fidget en avançant davantage dans la maison. L’entrée donnait sur un couloir rempli de diverses portes, mais toutes étaient fermées et Skye marcha sans même leur accorder un coup d’œil, habituée à leur présence. Le lion la suivit donc sans y prêter attention : il découvrirait bien un jour ce qu’il se cachait derrière celles-ci, bien que son intérêt envers la question fût plutôt limité. Ils débouchèrent bientôt sur une grande pièce ouverte à la décoration moderne et raffinée que le monstre reconnu comme étant la salle à manger où ils avaient dîné en arrivant.
Skye embrassa la pièce des bras. “Ici, c’est la salle à manger. Le plus souvent monsieur et sa femme prennent leur repas ici, mais il arrive qu’ils désirent manger à l’extérieur.” Fidget hocha la tête alors que la louve repris en se dirigeant vers un passage légèrement dissimulé dans le coin du fond, si bien que le monstre ne l’avait pas remarqué en regardant la pièce la première fois. En entrant, il put remarquer des comptoirs et autres placards, ainsi qu’une gazinière et un four encastrés dans le plan de travail. “La cuisine.” Fit Skye sur un ton grandiloquent, comme un chef de cirque montrant l’étendue de sa troupe et de son spectacle. Fidget ne savait pas vraiment cuisiner, il n’avait jamais eu l’occasion de pratiquer, mais cela ne devait pas être si compliqué, pas vrai ? Il avait vu en coup de vent des humains faire à la télé ou au travers d’une fenêtre, et la tâche paraissait assez simple.
“Les plats, ils sont compliqués à préparer ?” Demanda-t-il néanmoins, une légère pointe d'appréhension au fond de la voix. S’il se retrouvait à devoir cuisiner, il ne voulait pas décevoir ses maîtres, cela lui vaudrait sûrement quelque réprimande…
“T’en fais pas.” Fit Skye en souriant. “Je sais pas cuisiner non plus, mais heureusement pour nous il y a déjà quelqu’un qui s’occupe de ça.”
Fidget poussa un soupir de soulagement en mimant de s’essuyer le front, ce qui les fit pouffer de rire.
“Bref,” repris la louve, toujours souriante, “nous notre rôle c’est principalement de faire les tâches ménagères, le service, enfin le personnel de maison quoi.
-Ok, je vois.
-Viens, je vais te montrer où on va passer la majeure partie de notre temps.” La louve quitta la pièce par une seconde issue, et le mena jusqu’à une des innombrables portes de la maison, à l’opposé de là où ils venaient. C’était une double porte battante qui s’ouvrait sur une petite plateforme et une volée d’escaliers. Tout d’un coup, la décoration était bien moins recherchée : le béton des murs était à peine caché par une mince couche de peinture blanche, et une ligne verte courait à hauteur de taille. Le sol était fait d’un revêtement gris caoutchouteux comme on pourrait trouver dans un parking souterrain, et le mur de gauche arborait une trappe qui cachait la cage d’un monte-charge. Heureusement, les propriétaires avaient investi dans un appareil qui fonctionnait à l’électricité.
Skye l'entraîna dans les escaliers, vers ce que Fidget se doutait être une sorte de buanderie sous-terraine. Ils descendirent d’un étage et la louve enfonça une autre porte avec son épaule, révélant une grande pièce qui devait faire une centaine de mètres carrés. Le lion s’arrêta dans l’encadrement pour faire le tour de l’endroit du regard.
Juste à sa gauche se trouvait la trappe du monte-charge, et, un peu plus loin, une rangée de casiers de quelques mètres de profondeur. Ils étaient rangés comme les étagères d’une bibliothèque, formant des sortes de rangées étroites entre eux afin de permettre un minimum d’intimité en se changeant. En effet, à côté des casiers étaient accrochés au mur des tenues dédiées au travail qui prenait place ici. On pouvait y retrouver l’accoutrement typique du personnel d'entretien : une tenue intégrale en plastique, imperméable, des gants remontant jusqu’aux coudes, eux aussi en plastique souple, des charlottes et enfin des bottes en caoutchouc. Il vit d’ailleurs Skye passer devant lui pour aller se changer, et la suivit automatiquement tout en laissant son regard se promener. Sur le mur en face de la porte se trouvaient quatre grosses machines cubiques avec un hublot, que Fidget présuma être des machines à laver, ainsi que des paniers à linge roulant d’une capacité conséquente. Le lion se demanda pourquoi si peu de personnes avaient besoin d’autant de capacité de lavage, avant de se dire que cela devait être une fantaisie de riche. La droite de la pièce était couverte d’étagères portant des produits d'entretien en tout genre : eau de javel, détergent, lustrant, et tout un tas d’autres bouteilles dont l’usage lui était obscur. Se trouvaient également non loin des sceaux, des serpillères, des chiffons et des aspirateurs. Enfin, le milieu de la pièce était occupé par des planches et des fers à repasser, des tables normales où étaient posés des vêtements, et une machine à coudre. En somme, ils se trouvaient au milieu de la parfaite petite laverie.
Imitant la louve, Fidget se munit d’une tenue et partit l’enfiler dans une des allées formées par les casiers, une autre que celle où se trouvait Skye évidemment. Pour la deuxième fois de la journée, il se souvint de son séjour à l'hôtel. Cette fois, pas de faux collier à enfiler, mais un vrai qu’il portait déjà autour du cou. Le monstre enferma ses vêtements dans un casier, prenant soin d’en retenir le numéro, et rejoignit Skye.
“C’est vachement grand quand même…
-Oui, et je t’avoue que c’est même un peu flippant toute seule.” Confessa la louve.
“Personne travaillait ici avec toi ?” Réagit Fidget, étonné.
“Pas avant que t’arrive. Mais bon maintenant que je t’ai, je me crèverai un peu moins à la tâche.
-J’ai jamais fait ça avant.
-Et bah je vais t’apprendre alors.” Fit Skye avec un clin d’œil en le laissant planté là pour aller aux machines à laver. “Viens m’aider !” Lui cria-t-elle de là où elle était. Ils passèrent quelques minutes à charger la machine, avant que Skye ne ferme le hublot et n'appuie sur quelques boutons, lançant le cycle.
“Pourquoi est-ce qu’ils ont besoin de tout ça ?” Demanda Fidget en montrant de la main tout le matériel autour de lui. “On pourrait faire avec un dixième de ce qu’il y a.
-J’en sais rien.” Répondit la monstre en hochant les épaules. Elle se retourna pour attraper un des fers ainsi qu’une pile de vêtements. “J’ai jamais vraiment osé demander.
-J’pense que t’as bien fait.” Dit le lion en s’emparant également d’un fer. Skye commença sans attendre à repasser, projetant de la vapeur partout dans la pièce. Elle releva la tête pour voir Fidget fixer avec perplexité l’objet dans sa main, le retournant dans tous les sens pour tenter d’en comprendre le fonctionnement.
“T’as déjà repassé avant ?
-hum…”
Skye poussa un long soupir. Décidément, il n’y connaissait rien. Mais bon, elle non plus n’y connaissait pas grand-chose quand elle était arrivée pour la première fois ici. La louve s’en souvenait comme si c'était hier, même si cela s’était produit quelques années auparavant. On l’avait jeté là à peine sortie des camps, comme les trois infortunées d’hier soir, et on lui avait dit que désormais sa seule utilité était de laver les vêtements et de faire le ménage et le service. Elle se serait probablement rebellée contre ce travail forcé, si les camps et le collier ne l’avaient pas brisée. Alors, comme tous, elle était juste rentrée dans le moule, simplement heureuse de ne pas subir à nouveau ce qu’elle avait souffert dans la rue et entre les mains sadiques des soldats. Skye soupira en secouant la tête, chassant ces pensées noires, et reporta son regard sur Fidget avec un sourire bienveillant.

erosdog
erosdog
MP
04 novembre 2017 à 19:06:35

“C’est pas compliqué, laisse-moi te montrer.” Dit-elle en contournant la table pour arriver de son côté. Elle se plaça derrière lui, et posa sa main par-dessus la sienne sur le fer pour le guider. La louve était légèrement plus petite que lui, et donc elle dû se mettre sur la pointe des pieds pour voir ce qu’elle faisait, ç’aurait été bête de le brûler par inadvertance.
“Tu vois, t'appuie là pour faire sortir de la vapeur.” Lui dit-elle à l’oreille en posant le doigt de Fidget sur la gâchette du fer, puis en appuyant pour l’exemple. La louve guida ensuite sa main vers la planche pour poser la semelle sur le tissu, et fit sortir de la vapeur juste avant que le métal ne touche le vêtement. “Ensuite, tu viens juste passer le fer jusqu’à ce qu’il y ait plus de plis.” Expliqua-t-elle en s'exécutant. “Faut pas trop le laisser au même endroit sinon ça peut brûler.”
Fidget se laissa faire, murmurant quelques “hm hm” par moment pour marquer sa compréhension. En effet, le tissu devenait plus lisse sous ses yeux, comme par magie. Mais ce n’était pas tant d’apprendre à repasser qui attirait son attention, sinon la proximité avec la louve. Il pouvait sentir son corps reposer contre le sien et sa main tenir fermement la sienne, si bien qu’il se sentait tout chose. Le souffle chaud de la louve faisait frissonner ses oreilles alors qu’elle lui expliquait comment se servir correctement du fer à repasser, et il fut bien content qu’elle soit derrière lui, car s’il en avait été autrement elle l’aurait sûrement surpris à rougir légèrement.
Soudain ils entendirent le claquement métallique d’une porte, et ils eurent juste le temps de se séparer avant que le bruit ne retentisse à nouveau et que deux monstres n’entrent dans la pièce. Fidget reconnu Charles, toutefois il était accompagné par une autre monstre qui ressemblait à une vache humanoïde. Elle était vêtue d’un tablier blanc et portait une toque entre ses cornes. D’ailleurs, le lapin portait les mêmes vêtements, à l'exception du couvre-chef.
“Qu’est-ce que vous faites là ?” Demanda tranquillement Skye. Si Fidget avait été quelque peu gêné par leur proximité, elle semblait n’en avoir que faire.
“Je lui fais visiter.” Répondit l’autre monstre en faisant un rapide signe de tête vers Charles. “Et vous, vous faites quoi ?
-Je lui apprend comment repasser.” Fit la louve en levant le fer dans sa main. “Il est pas doué mais ça va venir.
-Hey !” Se plaint Fidget. “C’est la première fois que je fais ça !
-Bref. Fidget, voilà Anne. Anne, Fidget.” Repris la louve.
Les deux monstres se saluèrent, puis Anne pris la parole. “Bon, on va vous laisser tranquille. De toute façon, c’était juste pour lui montrer l’endroit. Et puis midi arrive, donc on va commencer à cuisiner.
-Ok, bon courage” Répondit Skye.
“La même.” Conclut la monstre bovine en sortant.
Puis Fidget et Skye reprirent leur besogne, le lion tenté de faire mine d’avoir mal compris pour avoir le droit à une nouvelle explication. Mais il s’avisa de travailler correctement ; après tout, c’était ce qu’il était censés faire. Alors durant les heures qui suivirent ils lavèrent le linge, le séchèrent dans les machines d’à côté qui s’avérèrent non pas être une seconde paire de machines à laver, mais une paire de sèche-linges. Ils le repassèrent également, Fidget parvenant par miracle à ne brûler aucun vêtement. Ils avaient la chance que leurs maîtres ne leur aient pas interdit de parler durant leur travail, ainsi les deux monstres pouvaient tuer quelque peu le temps et faire plus ample connaissance en discutant durant leur besogne.
Puis arriva l’heure du repas. En voyant les aiguilles de l’horloge accrochée au-dessus de la porte s’aligner sur midi moins le quart, Skye arrêta ce qu’elle était en train de faire et se dirigea vers les casiers pour remettre ses vêtements normaux. Fidget fit de même, se disant qu’ils allaient enfin pouvoir manger. Toutefois, la louve le rappela rapidement à la réalité : nulle question de manger tant qu’ils n’avaient pas servi leurs maîtres. En effet, en plus d’endosser le rôle de personnel d'entretien, ils étaient chargés de celui de serveur. Les deux monstres se dirigèrent donc vers la cuisine, connaissant désormais le chemin, et arrivèrent juste à temps pour prendre un tablier et les plats, puis pour se diriger vers la salle à manger.
En entrant, Fidget vit pour la première fois la femme de leur maître, qui se trouvait par conséquent être leur maîtresse. Il eut une vive réaction de dégoût en la voyant : c’était une femme démesurément grosse, de petite taille et de visage acariâtre. Ses cheveux bruns étaient mal arrangés et ses yeux scintillaient d’une étincelle de malice sadique. Lorsqu’elle les vit, son visage maquillé à outrance se fendit d’un sourire méchant révélant ses dents jaunâtre, écartant la peau tombante chargée de graisse et de rides. En somme, elle transpirait la malveillance, en contraste total avec son mari qui, lui, semblait bien plus posé et mieux accoutré. Le lion n’eut pas besoin de longues minutes d’observation ou de discussions profondes, ni même d’une seule phrase, pour comprendre qu’il venait de trouver l’anguille sous la roche. Ou plutôt, la baleine sous l’océan, pensa-t-il amusé.
“Enfin ! Vous êtes en retard !” Les accusa-t-elle d’une voix criarde à peine furent-ils entrés.
“Veuillez nous excuser, madame.” Plaida Skye. Ils posèrent les plat devant leurs maîtres sans que la femme n’ajoute rien, la louve s’étant dévouée pour apporter celui de l’humaine. Puis ils reculèrent afin de les laisser manger. Ou plutôt, Skye recula et Fidget imita ce qu’elle faisait.
À peine eût-elle engloutit trois bouchées que la mégère trouva quelque chose à redire. “Il y a un poil dans mon assiette !” Fit-elle. “Toi ! C’est de ta faute. Tu seras punie !” Trancha-t-elle envers la louve.
“C’est de ma faute, madame, je vous prie de bien vouloir m’en excuser.” La corrigea Fidget en s’approchant. Pour dire vrai, il n’était coupable de rien, pas plus que Skye ni qui que ce soit. Non, à son avis l’humaine venait d’inventer cela pour assouvir son sadisme sur quelqu’un, et il se trouvait que la louve devait être sa souffre-douleur favorite. D’ailleurs, désormais qu’il était proche, le lion ne voyait rien dans l’assiette qui ressemblait à un poil.
“Vraiment ? C’est de ta faute ?” Dit-elle curieuse.
“Oui.” Approuva Fidget alors que Skye lui lançait un regard à la fois plein de gratitude, mais aussi porteur d’un avertissement. Un regard qui voulait dire “merci” et “prends garde” en même temps. Mais le lion ne s’était pas faussement dénoncé juste pour le plaisir de subir des coups ou une quelconque autre punition. Non, à en croire le jugement expéditif qui venait d’être prononcé, ce n’était pas la première fois, et Skye devait subir ce genre d’injustices à longueur de temps. Tandis que lui était nouveau, et il avait encore de la réserve en terme de choses qu’il pouvait subir. Alors si, pour une fois, il pouvait lui épargner d’être frappée pour rien, il comptait le faire.
“Dans ce cas, tu seras puni à sa place.
-Bien madame. Quelle sera la nature de ma punition ?
-Tu seras fouetté. Vingt coups de fouets pour être précise. Je suis généreuse : tu es nouveau, il serait dommage de te casser dès ton premier jour.”
L’annonce de la punition tomba comme un couperet, mais il avait déjà subi pire. Ce serait douloureux, mais ça ne le tuerait pas.
“Et ce sera elle qui te les donnera.” Ajouta-t-elle avec un sourire sadique en désignant Skye. La stupeur était visible sur le visage de la louve, ainsi que la culpabilité. Elle était désolée de faire ce qu’elle s'apprêtait à faire, mais il était inutile de résister aux colliers, Fidget le comprenait bien.
Alors les deux diodes vertes s’activèrent sur les deux colliers, et Skye disparut pour aller chercher l’arme tandis que Fidget se mit au sol, à genoux, enlevant son haut pour laisser son dos nu et exposé. Il appréhendait, forcément, mais il faisait son possible pour ne pas le montrer, restant impassible sur le sol. La louve reparut quelques minutes plus tard, les yeux rouges mais secs, et vint se placer derrière le lion. Elle leva le bras, lentement, tentant malgré tout de résister, avant que le collier ne l’emporte et qu'elle n’abatte l’objet de cuir sur la peau du lion, lui arrachant un “humph” de douleur étouffé qui se perdit dans le claquement de la lanière. Et elle recommença. Encore. Et encore. Vingt fois qui semblèrent être Vingt mille. Chaque coup arrachant un peu plus de chair et de cri. Laissant à la fin le lion haletant et la louve tremblante. Tout le long, la mégère se délecta du spectacle et de son repas, prenant sa jouissance sadique quotidienne. Le mari, lui, ne fit rien. Il n'intervint pas pour leur venir en aide, mais ne regarda pas non plus la punition, les yeux rivés sur son assiette.
Malgré tout, Fidget resta fier, ou du moins tenta-t-il. La douleur et l’injustice avaient réveillé en lui le feu de la révolte, étouffé sous les horreurs des camps. Mais désormais qu’il en était sorti, seules les armes et la liberté lui manquaient pour mener la guerre aux hommes, la rage, elle, était là. Le lion se redressa en secouant la poussière de son dos. Il remit ses vêtements, sans baisser les yeux. Ne défiant pas sa maîtresse du regard, n’étant pas fou, mais ne se soumettant pas pour autant. Malgré la brûlure du tissu sur sa peau déchirée et sanglante, Fidget vint se replacer à côté de la table, telle une statue attendant les ordres.
Les deux humains finirent leur repas sans ajouter ni mot ni humiliation. Puis ils se levèrent de table et disparurent dans les couloirs, retournant vaquer à leurs occupations de maîtres. Fidget ne desserra pas les dents, contenant sa rage qui se calmait lentement alors qu’il débarrassa la table, aidant Skye à ramener les plats en cuisine et à balayer les miettes. Dans la pièce adjacente, Tous les autres monstres de la maison les attendaient pour déjeuner : les esclaves après les maîtres. Ils se mirent donc tous les six à manger, un maigre repas qu’Anne avait composé à partir des restes du repas principal, mais toujours plus gros et consistant que le bouillon des camps. Tous avaient entendu ce qu’il venait de se passer, et lançaient des regards compatissants à Fidget alors que le silence pesait autour de la table. Mais finalement les langues se délièrent et le lion pu faire la connaissance du mentor d’Holly, si on pouvait l'appeler ainsi. Il s’agissait d’une sorte de golem fait de terre et d’argile, au visage posé et sympathique. Le lion appris que les deux s’occupaient de l'entretien extérieur : le jardinage, la piscine, les meubles de jardin, et cætera. Ce n’était pas surprenant, un monstre fait de terre et un autre fait de plantes devaient avoir des magies parfaites pour s’occuper de la nature, et Fidget dû reconnaître que c’était un choix intelligent de la part de ses maîtres.
Une fois leurs repas avalés, chacun repartit de son côté. Skye était silencieuse, et d’ailleurs elle n’avait pas dit un mot à Fidget du déjeuner. Cela surprit le lion, en effet, elle lui avait paru des plus bavardes et extrovertie durant la matinée. D’ailleurs, elle avait poussé le zèle bien loin, ou peut-être se faisait-il des films… Enfin, il ne comprenait pas ce soudain revirement. Tandis qu’ils retournaient vers le sous-sol, Fidget se demanda si cela avait à voir avec ce qui était arrivé. Évidemment que ça avait à voir avec ça, c’était la seule chose hors de l’ordinaire qui était arrivée depuis ce matin. Tout en enfilant sa tenue, Fidget brisa le silence.
“Tu sais, je t’en veux pas pour tout à l’heure.”
Pas de réponse.
“Je sais bien que tu l’as pas fait de ton plein gré, elle t’a forcé, c’est à elle que j’en veux.
-C’est pas comme si je pouvais faire semblant qu’il ne s’était rien passé.” Répondit Skye d’un ton sombre.
“Et pourquoi pas ?” Demanda Fidget d’une voix qui se voulait positive. “Si je te dis que ça va, ça va, pas la peine de t’en vouloir.
-Je m’en veux pas. C’est juste que… J’arrive pas à m’enlever cette image de la tête. Je te revois, là par terre, et je me revois te donner des coups de fouet et… je… ça me fout la rage. De pas pouvoir, tu sais, juste dire non. De prendre des coups s’il le faut mais juste… de pouvoir dire non.” Expliqua Skye. Elle avait raison, c’est ce que tous ressentait, c’était leur mal à tous, l’affliction qui les maintenait dans les ténèbres, dans une dépression certaine. Fidget se reconnaissait dans son discours : si les choses s’étaient passé à l’inverse, il aurait voulu pouvoir dire non, même si cela voulait dire se prendre vingt coups de fouets en plus en représailles. Mais à la place il aurait été obligé de la frapper, et cela l’aurait tout autant révolté et rendu malade.
“Je comprends.” Dit-il tristement, car de toute façon, que dire d’autre ? Les choses n’allaient pas s’arranger. Ils n’allaient pas trouver de solution. Ils ne pouvaient qu’espérer trouver un moyen de faire taire cette révulsion envers leurs actes, envers eux-mêmes. Ce dégoût obsédant alors même qu’ils n’étaient coupables de rien.
Et, en silence, ils reprirent leur tâche. Cet après-midi, il n’était plus question de s’occuper des vêtements mais de faire le ménage. Alors ils prirent chacun le matériel nécessaire, portant tout avec leurs seules mains car un chariot était un luxe dont ils ne disposaient pas, et se mirent à arpenter la maison pour la débarrasser de sa poussière et de ses saletés. Skye lui expliqua qu’ils fonctionneraient en roulement, nettoyant chaque jour une partie différente de la maison afin de partitionner le travail.

erosdog
erosdog
MP
04 novembre 2017 à 19:07:09

Finalement, un peu plus tard dans la journée, la louve brisa le silence tacite quant à leur condition qu’ils s’étaient imposés.
“Tu sais, elle, c’est une… Je ne peux pas utiliser les mots que je voudrais, mais, pour simplifier, lui est un homme bien, et les deux ne se ressemblent pas.”
Fidget comprit ce qu’elle voulait dire. Évidemment que la mégère était une raclure de la pire espèce, une sadique qui vivait pour leur causer des problèmes et les voir souffrir en riant. Rien que de repenser à son visage obèse et à son sourire pincé, Fidget sentit la rage remonter en lui. Il ne l’avait connu que quelques minutes, mais déjà il nourrissait une profonde haine envers elle. Et son impuissance renforçait sa colère, car il savait qu’elle avait tous les pouvoirs. Il savait que s’il laissait sa rage déborder, elle prendrait un plaisir jouissif à le regarder, impuissant et rendu fou, se débattre en vain contre le collier. Il savait qu’elle prendrait plaisir à alimenter sa colère, bien à l’abri derrière la barrière du collier.
Toutefois, une autre information était à retenir. Le mari, lui, ne leur poserait pas de problèmes. Il serait sûrement trop soumis pour les aider cela dit, lui aussi probablement esclave de cette ordure.
“Peut-être qu’en parler nous aiderait à… j’en sais rien… à tenir le coup. À faire avec.” Répondit Fidget.
“Qu’est-ce que tu veux dire ?
-Et bah… Je sais bien que ces… trucs, nous empêchent de parler d’elle, ou de l’insulter et tout, mais peut-être qu’on peut trouver un autre moyen. Ils sont intelligents, mais il doit bien y avoir une faille.
-Genre… Un code ? Comme un langage secret ?” Demanda Skye en plissant les yeux, curieuse. Oui, ce n’était pas une si mauvaise idée.
“Par exemple.” Dit Fidget avec le sourire, tout heureux d’avoir trouvé un moyen pour eux d'extérioriser leur haine afin de se soulager. “Mais je sais pas vraiment quoi…”
Skye réfléchit quelques instants, stoppant ce qu’elle était en train de faire.
“-La boule?
-Trop évident… ‘Ça’ ?
-’Ça’ ?
-Ouais, genre la chose quoi.
-Nan.” Fit Skye en riant.
Ils s’échangèrent ainsi les surnoms durant quelques minutes, ricanant aux surnoms tous plus loufoques les uns que les autres, avant que la louve ne s’écrie, prise d’un éclair de génie.
“Nan, nan ! Je sais ! La Bestia.
-C’est quoi ?
-C’est dans une langue humaine, c’est un autre monstre qui me l’a appris quand j’étais encore li… avant de… fin’ tu vois quoi. Ça m’a servi quelques fois, et je me souviens de ça.
-Ça me plait.” Fit Fidget, pensif. “Va pour la Bestia.” Approuva-t-il, souriant. Il était fier d’avoir trouvé un moyen, aussi ridiculement minime, de se révolter. C’était symbolique, ils n’étaient pas entièrement sous le joug des humains et des colliers, ils pouvaient encore échapper partiellement à cette emprise avec assez d’ingéniosité.
La bonne humeur revenue, ils reprirent leur travail et une conversation normale. Fidget en était sûr désormais : Skye ne le trompait pas. Son collier ne clignotait pas, et seule une véritable honnêteté aurait permis de réagir comme elle l’avait fait. Si elle simulait sous l’action du collier, son jeu d’acteur n’aurait pas été aussi bon, car elle n’aurait sûrement pas été volontaire, et elle aurait cherché à le montrer. La louve était intelligente, elle y serait parvenue.
Soulagé de ses craintes et heureux de sa révolte verbale, Fidget finit sa journée aussi paisiblement qu’elle avait commencé. Le travail n’était finalement pas si exténuant, et tant qu’il ne rencontrait pas la Bestia, tout allait pour le mieux dans cette maison qui n’était pas si mal : il était logé, nourri, et s’était fait une bonne amie. Malgré les menaces que la maîtresse des lieux faisait peser sur lui, Fidget trouvait qu’il s’en sortait plutôt bien.

La nuit était tombée dans la ville en contrebas, et les derniers passants regagnaient la chaleur de leurs maisons alors que le jeu des affaires obscures débutait dans les ténèbres. Les trafics et autres jeux d’ombres étaient communs chez les humains, et l’apparition des monstres n’avait fait que diversifier le milieu, bousculant ses acteurs et les poussant à réagir, créant de nouvelles tensions et de nouvelles alliances parmi les puissants.
Un bruit de portière retentit dans la nuit, se répercutant dans le parking privé. Une femme, une officielle, venait mener quelque sombre affaire afin de protéger ses intérêts et ceux de ses puissants alliés. C’était une tâche qui leur rapporterait gros, qui pérenniserait la domination des hommes. Le contrôle des monstres était capital dans leur business, et l’opinion publique semblait se radoucir, il était plus que temps de les remettre dans le droit chemin, de leur montrer de quoi ces bêtes étaient capables.
Car, au-delà de ce que ces esclaves d’un nouveau genre lui rapportaient, cette femme savait que les monstres ne devaient pas être libres. Elle savait les ravages qu’ils pourraient causer. Elle avait vu les rapports, et elle était fine psychologue. Si les hommes commettaient la moindre erreur quant à la façon de s’occuper des monstres, ils y rencontreraient leur fin.
Depuis très récemment, un groupe militant pour la “libération” des créatures avait fait son apparition. Des illuminés, comme ces hippies dans les années 60. Mais à cause de ce truc appelé “liberté d’expression” ils ne pouvaient pas simplement tous les coffrer et les envoyer en taule pour la menace qu’ils causaient à la race humaine. Si cela ne tenait qu’à elle, on les aurait exécutés depuis longtemps pour crime contre l’humanité, comme au bon vieux temps. Mais bon, ils vivaient dans un état de droit et les hommes étaient devenus des lopettes, incapables de discerner les dangers qui pesaient sur eux.
Elle rit en silence. Si avec ce qu’elle leur réservait ces dégénérés trouvaient encore du monde pour soutenir leur cause, la race humaine était définitivement perdue. Deux hommes armés gardaient l’entrée, des membres des forces spéciales, mais ils s’écartèrent en la voyant arriver pour la laisser passer.
Après tout, tout le monde connaissait le visage de Katherine Solomon, maire de la ville et puissante alliée d’Oscar Copperheinmer.
Derrière la porte se trouvait une courte volée de marches, menant directement à l’un des sous-sols les plus importants de la ville. C’était une sorte de prison, elle aimait appeler ça un centre de coopération. Et dans une des chambres était gardé un de leurs atouts les plus puissants.
Et ce soir, elle allait lui donner une mission. Une mission que l’atout ne pourrait refuser. Après tout, les colliers avaient tous les pouvoirs sur leur porteur.
Ses pas la guidèrent vers une salle semblable aux autres, mais unique par son contenu. C’était la cellule de l’atout. Katherine s’éclaircit la gorge, mit son masque le plus cruel, et pénétra la pièce d’un pas décidé.
L’intérieur était sombre, si sombre qu’elle ne voyait ni les murs ni la créature attachée au milieu de la salle par de puissantes chaînes de métal qui pendaient du plafond. En la voyant approcher, l’atout grogna et tira sur ses chaînes, sans succès. Son visage sanguinolent était éclairé par un rayon de lune qui filtrait au travers d’une petite ouverture en haut d’un des murs.
“Salut, toi.” Fit Katherine en léchant ses lèvres comme si celles-ci portaient encore le sang de ses victimes, un sourire vicieux sur le visage. Elle tournait autour de sa proie, silencieuse, bête sauvage jouant avant d’accomplir ce qu’elle était venue faire.
L’atout ne répondit rien de plus qu’un grognement accompagné d’un nouveau tintement métallique. Décidément, ces monstres n’avaient jamais appris la moindre politesse.
“J’ai une bonne nouvelle pour toi, tu vas enfin pouvoir sortir d’ici !” Commença l’humaine. “J’ai une mission pour toi, une mission que tu seras ravie d’accomplir, j’en suis certaine.”
“Vois-tu, les humains ne sont pas toujours d’accord. Je sais que c’est compliqué pour une intelligence inférieure comme la tienne de comprendre ce que c’est d’être “d’accord”, mais je vais aller lentement pour que tu puisse me suivre.”
“Ces gens, ce sont des… des militant, en quelque sorte.” Fit-elle, sa voix pleine de dédain. “Et ils militent pour quelque chose qui te tient sûrement à cœur. Tu vois, ils veulent que les monstres soient libres.”
L’atout releva la tête, fixant Katherine d’un regard haineux. L’humaine n’aurait su dire si c’était à cause de ce qu’elle venait de dire, ou juste dû à une simple haine des humains. Sûrement les deux.
“Mais… on n’a pas vraiment envie que ça arrive, n’est-ce pas ? Donc, je vais avoir besoin de ton aide. J’aimerais que tu leur montre ce que vous valez vraiment, ce dont vous, les monstres, êtes vraiment capables. Histoire qu’ils puissent avoir un… un jugement éclairé.
-Qu’est-ce que vous me voulez.” Cracha l’atout, la voix rauque et le ton virulent.
“Silence !” Siffla Katherine. “Depuis quand as-tu le droit de parler ? Tait. Toi.”
La diode clignota, amenant un sourire aux lèvres de la maire. C’était mieux ainsi, elle aimait la discipline.
“Bref, je veux que tu leur donne une leçon.”
Elle fit une petite pause, aimant l’effet dramatique.
“Je veux que tu les tues tous, jusqu’au dernier. À partir du lever du soleil, je veux que tu massacres tous les humains sur ta route, aucun ne doit rester en vie, et ce, jusqu’à ton arrestation. Lors de celle-ci tu tueras exactement trois policiers, puis tu te laisseras abattre.”
Le collier clignota à nouveau, et la maire repartit vers la porte, satisfaite. Elle traversa le couloir dans l’autre sens, remonta les marches, et regagna le SUV noir qui l’attendait dans la cour. L’humaine s’installa à l’arrière, contente de la tournure que les événements allaient prendre, et se laissa ramener chez elle, prévoyant déjà quelques phrases pour le discours qu’elle prononcerait le lendemain. Une chose était sûre, elle jubilerait devant sa télé en voyant les images du massacre, bien à l’abri. Personne ne se douterait jamais de rien, l’atout était sous sédatif, et même si elle se souvenait de quelque chose, le collier l’empêcherait de parler. Quant à ses hommes, aucun ne savait ce que la maire était venue faire ici, et de toute façon, tous craignaient plus les conséquences s’ils parlaient que la mort elle-même.
Sous le bâtiment, dans la cellule humide, la créature fut relâchée peu après le départ de la maire. Les menottes s’ouvrirent automatiquement, la laissant tomber sur le sol glacé. La monstre se redressa lentement, frottant ses poignets meurtris. Son esprit était un amalgame de pensées dont il était impossible de faire sens, mais un seul impératif était aux devants de son esprit, tuer. La soif de sang donnait une cohérence aux pensées qui fusaient dans son crâne douloureux.
Elle devait tuer, elle allait faire payer à ces humains ce qu’ils leur avaient fait subir. Le brouillard qui régnait dans sa tête l’avait empêché de suivre totalement ce qu’avait dit la femme, mais elle avait simplement retenu qu’elle pourrait tuer des humains, et c’était amplement suffisant. Elle leur ferait goûter à la justice.
Il y eut un bruit de métal dans la cellule, et une lourde armure se matérialisa autour de la monstre. C’était si bon se sentir à nouveau le poids de sa magie autour d’elle, l'appréhension du combat, la tension dans l’air. Elle tendit le bras, et une lance apparut dans sa main, émettant un bruit semblable à celui de l’énergie pure qui rayonnait autour de son corps. L’arme luisait paisiblement d’une lumière bleuâtre, comme si elle respirait, éclairant la pièce de cette même couleur.
La monstre attendit, immobile comme une statue d’acier, que les premiers rayons du soleil pénètrent sa cellule. Elle entendit un clic, le mécanisme de verrouillage de la porte venait de se désactiver. La dernière barrière entre elle et le monde était abolie.
Un sourire carnassier se dessina sur son visage, les rayons du soleil se réfléchissant sur ses dents d’acier. Son œil s’illumina d’un jaune intense, plus lumineux dans la pièce sombre que le soleil lui-même. Ce serait une belle journée, pensa-t-elle en faisant ses premiers pas à l’extérieur, marquée par le sang et la douleur.

oisivete
oisivete
MP
04 novembre 2017 à 20:24:27

j'veux bien gérer la religion du déni... mais si tu te met a butter tous le casting original, ça va être chaud! :fou: don't touch undyne! pas ma waifu, ptn! je te l'interdit! [[sticker:p/1lmc]]

SheogorathCDC
SheogorathCDC
MP
04 novembre 2017 à 23:43:31

Dés que t'as parlé de http://image.noelshack.com/fichiers/2016/24/1466366206-risitas22.png atout j'ai tout de suite pensé à Undyne.

Évidemment, qui ça pourrait-être d'autre? http://image.noelshack.com/fichiers/2017/19/1494260086-zoom3.png

Mais non, PAS TOUCHE A UNDYNE! :fou:

Remarque, on parle d'Undyne donc tout est possible. http://image.noelshack.com/fichiers/2017/19/1494260086-zoom3.png
SheogorathCDC
SheogorathCDC
MP
04 novembre 2017 à 23:51:17

Bon du coup les perso principaux du jeu pour l'instant on a:
Toriel :d) Check
Sans :d) Check
Frisk :d) Check
Papyrus :d) Check
Undyne :d) Check

Reste Alphys, Mettaton, Asgore et Flowey (qui est probablement encore dans l'underground ou planqué dans un coin)

+ Blooky allez

Pour les morts.... J'ai un truc, mais à voir dans les prochains chapitres si ce truc se vérifie.

JamesTheLemmon
JamesTheLemmon
MP
05 novembre 2017 à 01:05:49

Je sais pas pourquoi mais je sens undyne the undying arriver...

oisivete
oisivete
MP
05 novembre 2017 à 09:02:12

laçons une pétition, pour la survie d'undyne, la waifu ultime, elle ne doit pas mourir!

qui est avec moi?

PARCE QUE C'EST NOTRE PROJET! :objection:

JamesTheLemmon
JamesTheLemmon
MP
05 novembre 2017 à 11:34:01

Le 05 novembre 2017 à 09:02:12 oisivete a écrit :
laçons une pétition, pour la survie d'undyne, la waifu ultime, elle ne doit pas mourir!

qui est avec moi?

PARCE QUE C'EST NOTRE PROJET! :objection:

En effet, la faire mourrir ce serait de la poudre de PERLINPINPIN

oisivete
oisivete
MP
05 novembre 2017 à 11:47:24

Aujourd’hui, mes amis, la guerre est a nos portes! erosdog veut tuer notre undyne et la transformer en monstre sanguinaire! MES AMIS, MES FRÈRES, ne le laissons pas faire! nous sommes tous fan de slavetale ici! mais, avant tout, undyne reste une waifus! alors, mes amis... saisissons nos claviers. a partir d'aujord'hui, nous ne nous battons plus pour notre profit, pour notre plaisir ou pour l'amusement, non, aujord'hui, nous nous battons pour sauver une waifu! alors, messieurs, allez-vous rester les bras croisées ou vous battre? allez-vous rejoindre notre guerre sanglante ou simplement observer la déchéance du casting d'undertale?

POUR UNDYNE.
POUR LES WAIFUS.
ET, SURTOUT, POUR UNDERTAAAAAAAAAAAALE.

SheogorathCDC
SheogorathCDC
MP
05 novembre 2017 à 11:56:21

Le 05 novembre 2017 à 01:05:49 JamesTheLemmon a écrit :
Je sais pas pourquoi mais je sens undyne the undying arriver...

Ah toi aussi? :hap:

Le 05 novembre 2017 à 11:47:24 oisivete a écrit :
Aujourd’hui, mes amis, la guerre est a nos portes! erosdog veut tuer notre undyne et la transformer en monstre sanguinaire! MES AMIS, MES FRÈRES, ne le laissons pas faire! nous sommes tous fan de slavetale ici! mais, avant tout, undyne reste une waifus! alors, mes amis... saisissons nos claviers. a partir d'aujord'hui, nous ne nous battons plus pour notre profit, pour notre plaisir ou pour l'amusement, non, aujord'hui, nous nous battons pour sauver une waifu! alors, messieurs, allez-vous rester les bras croisées ou vous battre? allez-vous rejoindre notre guerre sanglante ou simplement observer la déchéance du casting d'undertale?

POUR UNDYNE.
POUR LES WAIFUS.
ET, SURTOUT, POUR UNDERTAAAAAAAAAAAALE.

DEUS VULT! http://image.noelshack.com/fichiers/2016/51/1482333511-deusvult.png

oisivete
oisivete
MP
05 novembre 2017 à 12:02:44

(en vrai, quand eros va revenir, il va voir la guerre sur le topic!)

soldats... les premiers ordres sont: dés que erosdog reviens, vous lui lancez des pokeball dessus, il faut le capturer! ensuite, s'il refuse de négocier... on le torture en le forçant a écouter le rire de cyril hanouna a fond et en boucle durant une demi-journée...

oisivete
oisivete
MP
05 novembre 2017 à 12:16:56

Le 05 novembre 2017 à 11:56:21 SheogorathCDC a écrit :
DEUS VULT! http://image.noelshack.com/fichiers/2016/51/1482333511-deusvult.png

merci, sheo... tu est un brave! bon... nous ne somme que deux, mais eros est seul, nous avons l'avantage numérique! on va lui montrer qu'il est interdit de toucher au casting d'undertale... a partir d’aujourd’hui, sur ce topic... le gentil oisivete n'existe plus! ne reste que le guerrier! [[sticker:p/1kkq]]

Steellar
Steellar
MP
05 novembre 2017 à 12:48:51

Je suis avec vous !

SheogorathCDC
SheogorathCDC
MP
05 novembre 2017 à 12:49:27

Le 05 novembre 2017 à 12:16:56 oisivete a écrit :

Le 05 novembre 2017 à 11:56:21 SheogorathCDC a écrit :
DEUS VULT! http://image.noelshack.com/fichiers/2016/51/1482333511-deusvult.png

merci, sheo... tu est un brave! bon... nous ne somme que deux, mais eros est seul, nous avons l'avantage numérique! on va lui montrer qu'il est interdit de toucher au casting d'undertale... a partir d’aujourd’hui, sur ce topic... le gentil oisivete n'existe plus! ne reste que le guerrier! [[sticker:p/1kkq]]

 *Se multiplie*

DEUS VULT DEUS VULT DEUS VULT DEUS VULT DEUS VULT DEUS VULT DEUS VULT! http://image.noelshack.com/fichiers/2016/51/1482333511-deusvult.png http://image.noelshack.com/fichiers/2016/51/1482333511-deusvult.png http://image.noelshack.com/fichiers/2016/51/1482333511-deusvult.png http://image.noelshack.com/fichiers/2016/51/1482333511-deusvult.png http://image.noelshack.com/fichiers/2016/51/1482333511-deusvult.png http://image.noelshack.com/fichiers/2016/51/1482333511-deusvult.png http://image.noelshack.com/fichiers/2016/51/1482333511-deusvult.png http://image.noelshack.com/fichiers/2016/51/1482333511-deusvult.png http://image.noelshack.com/fichiers/2016/51/1482333511-deusvult.png http://image.noelshack.com/fichiers/2016/51/1482333511-deusvult.png http://image.noelshack.com/fichiers/2016/51/1482333511-deusvult.png http://image.noelshack.com/fichiers/2016/51/1482333511-deusvult.png http://image.noelshack.com/fichiers/2016/51/1482333511-deusvult.png http://image.noelshack.com/fichiers/2016/51/1482333511-deusvult.png http://image.noelshack.com/fichiers/2016/51/1482333511-deusvult.png http://image.noelshack.com/fichiers/2016/51/1482333511-deusvult.png http://image.noelshack.com/fichiers/2016/51/1482333511-deusvult.png http://image.noelshack.com/fichiers/2016/51/1482333511-deusvult.png http://image.noelshack.com/fichiers/2016/51/1482333511-deusvult.png http://image.noelshack.com/fichiers/2016/51/1482333511-deusvult.png http://image.noelshack.com/fichiers/2016/51/1482333511-deusvult.png http://image.noelshack.com/fichiers/2016/51/1482333511-deusvult.png http://image.noelshack.com/fichiers/2016/51/1482333511-deusvult.png http://image.noelshack.com/fichiers/2016/51/1482333511-deusvult.png http://image.noelshack.com/fichiers/2016/51/1482333511-deusvult.png http://image.noelshack.com/fichiers/2016/51/1482333511-deusvult.png http://image.noelshack.com/fichiers/2016/51/1482333511-deusvult.png

erosdog
erosdog
MP
05 novembre 2017 à 13:03:18

Messieurs je vais devoir vous demander de vous calmer ( ͡° ͜ʖ ͡°)
Le plot est sous contrôle et rien ne pourra le faire changer ( ͡° ͜ʖ ͡°) La seule chose que vous pouvez faire c'est attendre et théoriser sur le futur.
et y a aucune réaction sur le reste du chapitre je suis trist :'(

oisivete
oisivete
MP
05 novembre 2017 à 13:14:04

Le 05 novembre 2017 à 13:03:18 erosdog a écrit :
Messieurs je vais devoir vous demander de vous calmer ( ͡° ͜ʖ ͡°)
Le plot est sous contrôle et rien ne pourra le faire changer ( ͡° ͜ʖ ͡°) La seule chose que vous pouvez faire c'est attendre et théoriser sur le futur.
et y a aucune réaction sur le reste du chapitre je suis trist :'(

tu a lâché une bombe... tu a provoqué cette guerre! nous ne cesserons pas! a moins que tu accepte des négociations! [[sticker:p/1kkq]]

quand au reste du chapitre, la fic est toujours aussi agréable a lire... et toujours aussi déprimante! [[sticker:p/1mqw]]

DébutPage précedente
1  ... 4567891011121314  ... 36»
Page suivanteFin
Répondre
Prévisu
?
Victime de harcèlement en ligne : comment réagir ?
Infos 0 connecté(s)

Gestion du forum

Modérateurs : Evilash08, Vortex646, Tomy-Fett, Leirok, TARDYL1973, MamYume, Galactico, ]Faustine[, latios[jv]
Contacter les modérateurs - Règles du forum

Sujets à ne pas manquer

  • Aucun sujet à ne pas manquer
Meilleures offres
Disponible à l’achat ou en téléchargement sur :
Télécharger sur le Playstation StorePlaystation Store
Fnac Switch 14.99€
Marchand
Supports
Prix