Menu
Half-Life
  • Tout support
  • PC
  • Mac
  • DCAST
  • PS2
Forum
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
EtoileAbonnementRSS
jeuxvideo.com  /  Half-Life  /  Tous les forums  /  Forum Half-Life  / 

Topic [Fic] Une fic random de plus avec des KJ

Sujet : [Fic] Une fic random de plus avec des KJ

1
LostWar
LostWar
MP
05 août 2019 à 23:58:04

 

LostWar
LostWar
MP
05 août 2019 à 23:59:28

Le chant des cigales accompagnait le doux son d’écoulement de la rivière. Sous un vent qui fit agiter les branches, une jeune femme brunes, aux longs cheveux soyeuses et brillantes se démarquait de la verdure environnante.

Les pieds trempés dans l’eau se faisant légèrement emporter par les courants marin, elle était assise sur un rocher avec bras posés sur ses cuisses tout en profitant de la fraîcheur des lieux.

Le soleil était filtré par les nombreux feuillages qui recouvraient le ciel, même si des rayons parvenaient à s’infiltrer, laissant alors apparaître des taches blanches au-dessus de l’eau ainsi que quelques formes colorées sur les galets gisant au fond de cette eau claire.

Après quelques instants, une brise plus importante se leva. Passant alors une main à travers ses cheveux, elle remit quelques mèches derrière son oreille avant de se lever.

Relevant légèrement sa longue robe blanche, elle se mit alors à se rapprocher de la berge où était situé un petit ponton surélevé qui s’enfonçait dans la forêt.

Laissant apparaître des traces de pas mouillé sur le bois de katsura sec et chaud.

L’odeur du bois se mêlait agréablement à celle de la végétation environnante. Et sous les pas, elle pouvait sentir une légère vibration de la structure qui commençait à se courber, afin d’éviter un grand rocher.

Après une courte durée, une grande maison traditionnelle se dessina entre les arbres qui se dressaient autour du ponton. Et en face, elle vit alors une silhouette très facilement reconnaissable assise à l’extérieur, sur le côté de la maison.

Avec des cheveux mi-court argenté, une jeune femme se tenait allongée sur la terrasse en hauteur au-dessus de la rivière. Et elle semblait s’être installée ici pour un bon moment.

Au fur et à mesure qu’elle s’approchait, elle remarqua alors que Dame Rémilia était en réalité allongée à côté d’Anok, en train d’essayer de la faire bouger. Probablement dans le but de la faire sortir de sa paresse monumentale.

Levant sa tête, elle aperçut Free avec les deux bras posées sur le rebord de la fenêtre. Une jeune femme aux cheveux brunes, généralement attachés avec un ruban rouge. Mais cette fois elle avait décidé d’omettre cet accessoire en cette forte chaleur.

- Aaaaaaaaaaaaaah je vais mourir !

Assit sur le rebord de la maison traditionnelle, Noxious tenait dans ses mains un éventail qu’il faisait agiter de toute son énergie, dans l’espoir de se tenir au frais. Mais cela ne semblait pas le satisfaire.

Umaru sortit alors subitement de la porte, avant de lui répondre.

- Je pense que tu as plus chaud en battant ton éventail comme ça qu’en ne l’utilisant pas. Oh d’ailleurs regarde, Thane semble être revenue.
- Je vaaaaaaais mouriiiiiiiiiiiiiiiir……….

Elle s’approcha de la maison avant de monter sur le sol surélevé en bois.

- Nox, arrête de te plaindre si tu restes au soleil.
- Il fait trop chaud dedaaaaaans……..
- On ne peut pas juste acheter une clim ? demanda alors Free qui était au-dessus.
- Ton électricité tu la sors d’où ?
- J’en sais rien moi, je veux juste pas mourir de chaud.
- Va faire un tour à la rivière alors.
- Flemme.
- Débrouille-toi dans ce cas.
- oK bOnNe AmBiAnCe

Le tatami chaud était bien plus agréable sous ses pieds que le bois brûlant du ponton reliant le bord de la petite rivière jusqu’à la maison. Un léger courant d’air s’engouffra pendant un instant, laissant alors entendre une mélodie provenant des carillons à vent. Les portes coulissantes furent plaqués sur leurs rails pendant un moment.

LostWar
LostWar
MP
05 août 2019 à 23:59:53

Elle traversa le salon avant de poursuivre sa marche à travers le couloir en bois. Le bois émettait quelques grincements de manière occasionnelle. Quelques peintures à l’encre, représentant la nature étaient accrochées aux murs, histoire de combler le vide.

- T’es rentrée ?

La voix venait de la salle de bain, où la porte était entrouverte.

- Oui je suis rentrée Shanto.

Posant sa main sur le rebord de la porte coulissante et l’autre sur l’ouverture, elle passa une tête dans la pièce.

- Tu as décidé de passer ton temps dans le bain pour ne pas avoir à supporter la chaleur ? demanda alors Thane.
- Tu croyais que j’allais me baigner dans ma transpiration ou quoi ?
- Il fait frais vers la rivière.

Elle entra dans la pièce avant de s’approcher du miroir. Se coiffant rapidement avec ses mains, elle regarda Shanto qui ne laissait dépasser que sa tête du grand bassin en pierre noire, qui contrairement à d’habitude était rempli d’une eau plutôt froide.

- T’as cru que j’allais marcher jusqu’à la rivière ?
- Pourquoi pas. Bon je te laisse dans ton bain.

Sortant de la pièce, elle s’essuya les pieds sur une serviette posée au sol avant de se diriger vers le grand hall principal. La porte d’entrée était située totalement à l’opposée du jardin où les autres étaient présents en ce moment.

Un grand meuble avec des chaussures se dressait près de la porte, avec un sol en béton en contrebas du sol surélevé en bois. Deux lanternes à huile étaient présentes sur les murs, permettant d’éclairer les lieux la nuit, histoire de ne pas se retrouver dans le noir complet.

S’engageant sur les escaliers en L, la montée ne fut pas très longue. Et une fois arrivée en haut, un autre couloir se dressa en face. Mais il y avait déjà moins de pièces de présentes.

Tout au bout du couloir, elle pouvait apercevoir Free qui était là, avachie sur le rebord de la fenêtre. Et à la gauche de Free se situait la porte menant à la terrasse du toit.

- Tient Thane, t’es rentrée ?

Chevalier venait de sortir de sa chambre, tenant un éventail dans sa main.

- Oui, il faut déjà que je parte trouver le dîner.
- Ah génial, j’espère que t’auras de la chance alors, dît-il en levant son pouce. Moi je vais aller voir les autres dehors, en espérant qu’il fasse moins chaud qu’ici.

Continuant sa marche, elle arriva finalement devant la porte de sa chambre.

Elle fit alors glisser deux doigts dans l’encoche de la porte faisant office de poignée. Ouvrant sans grand effort la porte coulissante, elle entra avant de refermer derrière elle.

La chaleur était restée accumulée à l’intérieur. S’approchant alors assez hâtivement de la fenêtre, elle poussa pour l’ouvrir.

- C’est déjà mieux comme ça.

Poussant un léger soupir, elle s’assit sur son futon plié dans un coin. Puis, elle se tourna légèrement sur le côté en direction du grand armoire construit dans le mur.

Ouvrant la porte, un coffre apparut. Et composant le code d’ouverture, elle le déverrouilla.

Sans grande précipitation, elle s’empara de son Krag-Jorgensen à lunette ainsi qu’une poignée de cartouches.

Avec l’aide de sa main droite, elle ouvrit la culasse afin de vérifier que l’arme était bien vide. Puis elle ouvrit le compartiment du magasin avant de le garnir. C’était une procédure plutôt simple pour le coup.

En passant le fusil en bandoulière au niveau de l’épaule, elle fit glisser son pouce derrière la bretelle. Et une fois la cartouchière installée au niveau de son bras, elle referma la porte du coffre avant de sortir de sa chambre.

LostWar
LostWar
MP
06 août 2019 à 00:00:21

Après un moment passé à parcourir la grande maison traditionnelle, elle arriva au niveau de l’issu.

Fyze était pendant assis dans un coin, regardant des images de funataris, caché sous l’ombre.

- Thane, tu devrais faire attention dehors, il risque de pleuvoir bientôt, lâcha alors Remilia qui était toujours en train de réveiller Anok. Allons Anok, tu as assez dormi comme ça!
- Mais laisse-mooooooooooooooi je ne dors plus regarde! Gngngmmngngnmm.
- Sinon je te souhaite bonne chance pour ta chasse Thane, dît-elle en s’inclinant légèrement.
- Merci bien Remilia. Oui le temps est lourd, ça ne m’étonnerait pas qu’il y ait une averse éclaire qui se déclare.

Sans détourner son regard, elle se dirigea en direction d’un sentier comportant quelques toriis dont les coins étaient masqués par la végétation ambiante.

Des pierres légèrement recouvertes de mousses parfois glissante dessinait le chemin à emprunter pour quitter la grande demeure.

Sous les arbres à l’ombre où les feuillages reflétaient leur couleur, teintant sa robe blanche d’un vert plutôt clair dans une nuance proche du jade.

Ce fut alors qu’elle entendit des bruits de pas précipités venant de derrière.

- Attenti…

Elle fit un pas sur le côté avant de tendre ses bras. Rattrapant de justesse Nox qui venait de glisser, elle ne put s’empêcher de pousser un soupir.

- Fais attention quand même.
- Désolé pour le malaise.

Une petite silhouette se montra alors, dépassant à peine d’un arbre.

- Tient Elaine, tu comptes venir aussi ?
- Ça ne te gêne pas ?
- Non pas du tout. Tu peux venir si tu veux, ce n’est pas un problème.
- Super merci.

Se montrant alors, il ne fallut pas très longtemps pour que le petit groupe ne décide de s’enfoncer plus dans la forêt. C’était une marche plutôt paisible. Une promenade d’été, plus ou moins agréable.

Mais au fil du trajet, elle put remarquer que le ciel était en train de s’assombrir, alors que le coucher du soleil était encore loin. Il y avait de grandes chances qu’il pleuve. Mais ce n’est pas très grave, elle était habituée à parcourir ces forêts.

Le soleil de plomb avait laissé sa place à des nuages sombres. Mais cela ne la décourageait pas de continuer sa quête pour trouver de la nourriture.

Déboutonnant une partie du haut de sa tenue blanche, elle s’empara de son fusil à lunette avant d’actionner la culasse une fois, afin de chambrer une cartouche dans l’arme.

Passant la bretelle dans son avant bras gauche afin de l’utiliser en tant que stabilisateur, elle garda une prise ferme avec sa main gauche.

Désormais, la forêt paraissait déjà plus silencieuse. Il n’y avait ni les cigales, ni les oiseaux. Juste le bruit du vent qui était en train de souffler de plus en plus fort sur les branches.

- Tu ne penses pas qu’il faudrait rentrer Thane ? On dirait qu’il y aura vraiment beaucoup de pluie, s’exclama Nox.
- Ce n’est que de la pluie. Au pire vous pouvez rentrer vous si la pluie vous dérange vraiment beaucoup, moi je me suis déjà habillée de sorte à ne pas trop être gênée par la pluie.
- Au pire tu sais quoi, c’est que de l’eau donc je vais rester. Espérant que ce ne soit pas le malaise, répondit-il.

LostWar
LostWar
MP
06 août 2019 à 00:01:03

Les dalles de pierres commençaient à devenir de moins en moins visibles. Beaucoup étaient désormais fissurées ou manquantes. Non loin, elle pouvait entendre le cour d’eau s’écouler tel un torrent agité. Il pleuvait déjà en amont, et c’était de la pluie d’une grande intensité.

Un petit pont en pierre aux pylônes quasiment submergés se tenait encore debout. L’eau était désormais devenue boueuse et le puissant courant emportait de nombreux débris.

Soudain, un puissant tonnerre retentit. Une première goutte tomba au sol, laissant une trace sombre sur la dalle de pierre. Et sans attendre, un déluge commença à s’abattre sur la forêt.

Se passant la main dans ses cheveux, elle inspira un grand coup, avant de se diriger vers le pont. Et le courant était tellement fort qu’elle pouvait sentir l’eau projeté contre son visage en même temps que le courant d’air qui s’engouffrait ici.

Une fois arrivée de l’autre côté, un autre torii d’un orange décoloré se tenait encore une fois debout, totalement immobile. Des cordes étaient encore attachés en haut, même s’il n’y avait plus grand chose qui avaient été mis au bout.

Les éclairs déchiraient le ciel, sous les coups de tonnerre retentissant à travers toute la forêt. C’était normal, en cette période de mousson dans tous les cas. Donc elle ne fut pas vraiment prise au dépourvu.

Ses vêtements étaient désormais trempés, presque devenus transparents. Secouant son arme, elle retira l’eau qui était sur la lentille de la lunette. Et mettant son arme en joue, elle regarda dans la lunette, laissant apparaître une croix bien simple.

- Tu vois quelque chose ? demanda Elaine.
- Rien. J’avais juste cru voir du mouvement, ça devait juste être le vent.
- Ah tant pis. Et tu penses qu’on trouvera quelque-chose au-moins ? Car je doute qu’avec cette pluie...

Un nouvel éclair éclaira momentanément le ciel. Et la visibilité était devenue plutôt mauvaise.

- Les animaux vont en profiter pour se mettre à l’abri. Il nous suffit juste de trouver un indice de leur passage pour les tracer jusqu’à leur refuge.

Arrivée à la fin du chemin en dalles, elle s’arrêta un moment avant de retirer ses chaussures.

- Je vous conseille de faire de même si vous êtes habitués à marcher sans. La boue, ce n’est pas terrible sinon.
- Thane, on voit tous à travers tes vêtements, fit remarquer Nox.
- Ok malaise.

Laissant ses chaussures dans une étagère en bois qui avait été posé contre un arbre, contenant quelques outils divers mais en sale état, elle s’enfonça cette fois en direction d’un chemin de forêt.

Le canon de son fusil de couleur dorée caressait doucement les plantes sur son chemin. Et il ne fallut pas longtemps avant d’apercevoir une branche brisée, située plutôt près du sol.

Elle se baissa alors, avant de regarder de plus près. Du bout des doigts, elle caressa la branche avant d’apercevoir des traces de sang.

Nox, curieux, se baissa à son tour.

- C’est une piste ça Thane ?
- On dirait bien.

Approchant son nez, elle essaya de sentir, mais elle ne put pas reconnaître une odeur particulière.

- Par contre c’est étrange, normalement il y a toujours une odeur, même très légère quand c’est aussi fortement enfoncé jusqu’à y avoir du sang.
- Tu as une hypothèse en ce qui concerne la raison ? s’interrogea alors Elaine.
- Oui. Une personne en fuite, au vu des traces de pas au sol.
- Une personne ? T’es sûr ?
- Ce sont des feetent par terre. Mais il va falloir essayer de remonter la piste assez vite, la pluie risque de tout effacer à grande vitesse.

Elle se releva alors avant de suivre les traces d’un pas précipité, le fusil toujours dans ses mains. Elle pouvait sentir le sol boueux s’enfoncer sous ses pieds, alors que l’eau commençait aussi à ruisseler au sol.

Un autre éclair illumina de nouveau le ciel. Passant un léger coup de doigt dans ses cheveux trempés qui masquaient sa vision, elle s’arrêta pendant un moment avant de regarder de nouveau au sol.

Le petit sentier en terre se séparait cette fois en deux. Des morceaux de vêtements déchirés étaient encore accrochés à des branches, ainsi qu’une trace de sang sur l’écorce d’un arbre adjacent en train d’être effacé par la pluie lui donna l’indice pour la direction à prendre.

- Par là.

Non loin, elle pouvait voir malgré la pluie diluvienne, l’entrée de ce qui semblait être une grotte, dont il était difficile de voir plus loin que l’entrée sombre qui se dessinait en face d’eux.

- Elle a sûrement pris refuge à l’intérieur. Du-moins si la personne n’a pas fait une mauvaise rencontre.

Au pas de course, elle continua de s’approcher de cette grotte. Les traces de pas au sol étaient pratiquement devenus invisibles.

- Ça m’a l’air dangereux, s’exclama Nox.
- Mieux vaut rester vigilant, lui répondit Thane.

Une fois arrivée, elle pouvait sentir la pierre froide sous ses pieds. Et mettant en joue son fusil, elle sortit d’une petite sacoche attachée au niveau de sa taille sous sa robe une lampe torche.

En l’allumant, un puissant faisceau blanc illumina l’intérieur. C’était une grotte qui semblait encore s’étendre profondément à l’intérieur.

L’odeur de l'humidité était bien plus forte, avec de l’écho.

Le tonnerre gronda de nouveau au loin. S’arrêtant alors pendant un moment sur le côté, elle mit la lampe entre ses dents avant de poser son fusil.

- Je vous conseille d’au-moins essorer rapidement vos vêtements, s’il y a de la marche à faire vous allez vous fatiguer pour rien en étant trempée.

Retirant sans attendre sa longue robe blanche, elle la roula en boule avant de la presser contre le mur après avoir mise de côté la lampe.

LostWar
LostWar
MP
06 août 2019 à 00:01:17

Une très grande quantité d’eau s’écoula alors au sol. Posant ensuite la robe dans un coin, elle s’agenouilla avant de faire de même pour ses cheveux.

- Ne t’en fais pas Thane, je ne te regarde pas, s’écria Nox.
- Mais qu’est-ce que t’en as à faire, dépêche-toi de faire de même. Et ça t’évitera de tomber malade comme un débile.
- O-oui madame.

En étant nue, elle utilisa sa robe pour se débarrasser des dernières gouttes d’eau encore présents sur son corps avant de l’essorer une dernière fois. Et enfin, elle le remit avant de s’emparer de son fusil.

- C’est bon ?
- Attends ! Je remets mes chaussures déjà.
- Hop hop hop Nox, plus vite !

Elaine était en train d’observer un peu les lieux qui semblaient assez hostiles.

- Au-moins nous sommes à l’abri de la pluie c’est déjà ça.
- Thane on voit tes ballons, lâcha soudain Nox.
- Nikomouk.

Sans attendre, le groupe s’enfonça plus profondément dans les ténèbres d’une grotte semblant être hostile, où chacun de leurs pas résonnaient, mais où le silence était brisé par le vacarme à l’extérieur. Du moins pour le moment.

- Il y a du sable au sol, on arrive à voir les traces de pas.

Balayant un peu les alentours, elle ne distinguait pas grand chose. Juste un chemin unique qui menait à un endroit inconnu. Mais par précaution, elle tenait la lampe dans sa main gauche, en même temps que son fusil avant de se retourner.

- Nox, tu sais tenir un fusil ?
- Euh… hein ?
- Elaine tu sais tenir un fusil ?
- Je peux te le porter si tu veux mais…
- Prends le alors.

Elle lui tendit alors le Krag avant de sortir un Stechkin de son étui à la ceinture, qui allait lui donner plus de liberté avec la lampe en plus d’être plus à l’aise en milieu confiné.

- Si ça semble être menaçant, tu presses la détente, D’accord Elaine ?
- Je… J’essaierai.

Retirant le cran de sûreté, elle continua la marche en restant vigilante. Maintenant, la pluie était devenue inaudible, laissant juste entendre occasionnellement le tonnerre retentir à l’extérieur.

Mais au fil de leur progression, un son d’écoulement d’eau se fit entendre. Le couloir devenait de plus en plus large, avant de déboucher dans un immense lac souterrain dont le niveau de l’eau avait considérablement augmenté, en plus d’être de couleur trouble.

Éclairant le plafond assez rapidement, elle vit de nombreux points noirs, signe qu’il y avait des chauves-souris au plafond.

- Ne glissez pas, sinon on risque de tomber dans le lac.

Non loin se tenait une berge avec deux barques encore attachés. En s’approchant, elle garda le pistolet en main avant de s’arrêter face à un point d'amarrage où une corde détachée était présente.

- C’était bien une personne donc, lança Elaine.
- Oui, il n’y a aucun doute.

Elle décida de récupérer la corde avant de l’entourer autour de son épaule. Montant alors dans une embarcation, elle regarda ses deux autres compagnons.

- Vous pouvez monter, il y a assez de place.
- Sueur.
- Aller Nox!

D’un mouvement maladroit, Nox posa son pied en poussant légèrement l’embarcation. En se levant, Thane le rattrapa de justesse avec l’aide d’Elaine pour pas qu’il ne tombe à l’eau.

- J’ai froid… s’exclama t’il en grelottant.
- La même. On se fera un feu de toute façon plus tard, ce sera dur de rentrer directement aujourd’hui. Et on est encore trempé donc on risque d’attraper quelque chose sinon.

Une fois embarqué, le groupe se dirigea vers l’autre côté du lac. De nombreux stalactites étaient visibles au plafond, souvent accompagnés de stalagmites au sol. Parfois même immergé sous l’eau, à cause de la montée des eaux avec le déluge.

- C’est vraiment vaste. Il devait y avoir des habitants dans la région à un moment, même s’il n’y a plus eu grand monde depuis longtemps.

Lentement, la barque progressa à travers le lac, éclairé par une lampe torche entre les mains de Thane sur ses gardes, avec le pistolet dont le canon balayait les alentours.

LostWar
LostWar
MP
06 août 2019 à 03:01:39

- Mieux vaut se décaler des bords, je ne suis pas une spécialiste mais je crains qu’il y ait des courants souterrains qui nous emportent ou nous font chavirer.
- En tout cas ça va le courant n’est pas trop puissant, fit remarquer Elaine.

Passant le sélecteur de tir en rafale, elle continua d’observer attentivement le plus loin possible dans le lac souterrain. L’air était lourd, même si elle était plus fraîche qu’à l’extérieur. Le tonnerre était désormais inaudible, seul le bruit de l’embarcation en bois se faisait entendre.

Un petit moment de calme dans les entrailles de la Terre. La journée allait être longue.

De longues minutes s’écoulèrent. Avec l’aide du faisceau de sa lampe, elle avait trouvé une autre barque qui avait dérivé dans le coin d’un ponton d’embarcation, n’étant pas attaché.

- Je pense que c’est ici.

Le niveau de l’eau ayant augmenté, les poutres étaient presques totalement inondées. Se saisissant de la corde, elle la prit et profita du moment où la barque était à côté pour l’empêcher d’avancer.

Attachant fermement le petit navire, elle s'assura que le noeud était bien mis avant de se lever et elle posa un pied sur l’embarcadère.

- Je ne pense pas qu’il y ait d’autre piste. On peut continuer par là je pense.

Elaine regarda pendant un moment le lac d’où ils étaient venus, avant de prendre fermement le fusil dans ses mains.

De l’eau ruisselait sur les deux coins de l’étroite galerie dans laquelle le petit groupe s’était engagé. Et c’était toujours avec la petite lampe qu’ils progressaient, plus ou moins par déduction, de toute façon depuis le bateau il n’y avait que cette galerie ascendante de disponible.

Après un moment de marche, Thane s’approcha d’un rocher avant de s’asseoir dessus. Posant son pistolet automatique au sol avec la lampe et elle poussa un long soupir.

- Ça ne va pas Thane ? demanda Nox.

Sans répondre, elle déchira d’un coup sec le bas de sa robe blanche, jusqu’à obtenir de longues bandelettes. Entourant alors ces dernières autour de ses pieds, elle se saisit à nouveau de son pistolet ainsi que sa lampe.

- Ça commençait à devenir désagréable. Mieux vaut continuer maintenant.

Un tonnerre étouffé par les parois en pierre était légèrement audible, de même que le ruissellement de l’eau qui s’infiltrait dans la grotte. L’odeur de la végétation se faisait progressivement sentir pendant leur progression.

Les rayons de cette journée orageuse commençaient maintenant à pénétrer l’intérieur de la grotte.

Et contre toute attente, elle aperçut une jeune fille allongée sol. Une belle fille blonde au corps fragile, aux habits déchirés et blessée au niveau de la jambe, ainsi que des égratignures aux endroits où sa douce peau était exposée.

- Euh vous m’entendez ? demanda alors Elaine.

Levant sa lampe torche pour éclairer le visage, elle se baissa alors immédiatement, avant de passer une main dans les cheveux de la fille.

- Mashiro ! cria Nox. Qu’est-ce qui lui est arrivé ?
- Je n’en sais rien. Mais elle semble être épuisée.

Passant de nouveau une main dans sa robe, elle arracha cette fois de nouveau le tissu mais au niveau des manches, afin de créer des bandages improvisés. Crachant ensuite sur les plaies, elle nettoya rapidement avec l’aide de la bandelette avant de la retourner et l’enrouler autour des blessures.

Soudain, Mashiro laissa échapper une voix fébrile.

- Ils...ils m’ont poursuivi….
- Qui ? Qui t’as poursuivi ? s’écria Nox.
- Les antiKJ…ils voulaient que je crache le morceau, et ils sont…

Un bruit de pas. Un raclement de gorge.

Brandissant son pistolet, elle se leva, pointant le canon droit en direction d’un homme qui se tenait debout, avec Elaine dans ses bras, un Makarov pointé en direction de la tête de son otage.

Visant alors entre les deux yeux, elle s’apprêtait à presser la détente quand une voix se fit entendre derrière elle.

- J’éviterais, sale dégénérée.

Elle sentit une vive douleur au niveau de sa nuque, la faisant presser la détente. Une rafale de quatre cartouches détonna dans la grotte, ne touchant rien excepté la pierre. Des balles ricochèrent de manière aléatoire, mais ne touchant personne.

Une personne se saisit alors de ses bras, sans qu’elle ne puisse y faire quoi que ce soit. Et deux autres hommes, armées de fusils de type AK en 7.62 en mauvais état, étaient présents en train de pointer leurs armes vers leur direction.

- Bonsoir les kikoojaps, alors comme ça on est perdu ?

Elle sentit pendant un instant une vive douleur, avant de perdre connaissance.

LostWar
LostWar
MP
07 août 2019 à 09:57:53

Expirant un coup, elle essaya d'ouvrir ses yeux avant d'être bien vite éblouie par un projecteur sur roues posé près d'un mur.

Détournant son regard, elle essaya de passer une main devant elle pour essayer de limiter cette exposition désagréable.

Elle ressentait une certaine douleur au niveau de la nuque, qui commençait à s'intensifier. Et bien vite, elle remarqua quelques ecchymoses au niveau du bras alors qu'elle était recroquevillée.

- Hmmm….

Alors qu'elle venait de prendre connaissance, une chose semblait être anormale.

- Hein ?

Il ne fallut que peu de temps pour comprendre qu'elle était enfermée, incapable de bouger dans une minuscule cage de bambou sans aucun habit. En bas, elle voyait un cour d'eau rapide avec des traces de sang encore fraîches présentes sur les berges ainsi que deux cadavres. Le tout dans une grande grotte extrêmement humide.

Elle tenta de se débattre, faisant alors une rotation de la cage sur son axe vertical.

Passant ses bras entre les barreaux, elle observa la pièce. D'autres cages étaient présentes avec d'autres personnes aussi enfermées de la même manière.

Soudain, un cliquetis de chaînes se fit entendre. Et l'une des cages descendit à toute vitesse au niveau du sol.

Un homme à la carrure imposante s'approcha avec une machette avant de l'abattre contre la corde retenant les barreaux qui céda immédiatement sous le coups.

Deux hommes armés, équipés respectivement d'une Howa Type 64 et d'une AKMS ou variante se tenaient debout, présents sûrement pour tenir garde et prêter main forte si nécessaire.

Une personne qui semblait être affamée fut sortie violemment de la cage. C'était un homme nu, devant avoir la quarantaine. Cheveux châtains, regard fatigué et recouvert de cicatrices au niveau du dos qui lui faisait déjà craindre le pire.

- Toi, prendre cette batte.

Le prisonnier coopéra sans attendre et prît dans ses mains un morceau de bois avec des clous fixées dessus, qu'ils appelaient alors "batte".

L'homme musclé regarda ensuite les autres cages. Et il désigna du doigt la cage où elle était présente.

- Elle.

Elle n'eut pas le temps de réaliser ce qui venait de se passer qu'elle eut la sensation de tomber dans le vide, avant de s'arrêter au dernier moment.

Reculant alors le plus possible dans sa prison, avant que l'homme ne donne un coup de machette sur les cordes, les barreaux en bambou tombèrent alors au sol, lui laissant la possibilité de sortir. Mais très vite, l'homme la plaqua violemment à terre donnant un coup dans son dos.

- Toi pas sortir sans que je te demande.

Une claque. Passant alors sa main au niveau de sa joue, elle ferma pendant un moment les yeux de douleur. Et relevant alors sa tête, elle ne vit que les jambes des deux gardes armés d'un côté, puis les clous de la batte du prisonnier.

Posant une main au sol, elle se redressa alors sur ses genoux avant de fixer son bourreau qui lui lança alors une perceuse électrique par terre, face à elle.

- Si vous sortir limite, vous mort.

Elle remarqua alors que les fameuses "limites" étaient établies par des marques de peinture au sol.

- Qui survit est qui vivre demain aussi.

Prenant alors dans sa main la perceuse, elle retira le petit cran de sûreté latéral avant de presser la gâchette. Un bruit électrique se fit entendre et la fraise tourna dans le vide.

Ce scénario lui fit froid dans le dos. Elle pouvait sentir ses mains moites qui commençaient à trembler légèrement.

- C-c'est une blague pas vrai ?

Regardant alors le prisonnier avec le bâton, elle resta toujours sur ses genoux, avant de sentir les larmes monter aux yeux.

- Ce n'est qu'un mauvais rêve, je vais me rév…

Une main fut plaquée contre sa bouche et sa tête heurta le sol. Elle essaya de hurler, mais elle ne put rien dire.

L'homme à la carrure imposante était chauve, avec des cicatrices au visage. Un homme repoussant, qui venait de lui mettre une main dans son sexe à la même occasion.

- Toi pas parler.

Une nouvelle gifle, toute aussi violente et douloureuse. Et finalement, elle fut mise sur ses pieds de force.

La perceuse en main, elle regarda l'homme d'en face au regard triste et en même temps désolé.

- Je… je ne veux pas mourir… s'écria alors l'homme.
- Personne ne veut mourir, répondit un des gardes.
- Battre à mort maintenant, annonça le grand homme.

Tout autour d'autres cages dont certaines vides étaient suspendues au plafond. Des regards vides d'autres prisonniers cadavériques la fixait.

Elle avait encore du mal à rester bien debout, alors que sa respiration était déjà irrégulière, mêlée à un sentiment de désespoir.

L'homme s'approcha alors avec son bâton, avant de commencer à vouloir asséner un coup latéral.

Alors que la personne était en train de hurler en se lançant à l'assaut, elle se jeta au sol avant de tourner sur elle même. Puis passant ses jambes devant, elle balaya la personne qui, manquant de force, perdit l'équilibre en lâchant son arme.

La perceuse dans sa main, elle fixa alors l'individu au sol qui était en train de supplier en étant larmoyant.

- Je… Je ne veux pas mourir… non!
- Tue-le, lança alors la personne tenant son AK dans les mains.

Elle fit un léger non de la tête de manière nerveuse.

- Non, je… je ne peux pas faire ça.

L'homme enleva le cran de sûreté et tira le levier d'armement de l'arme, émettant alors un claquement métallique facilement reconnaissable d'une arme de type Kalashnikov.

- Tu veux que je te bute sale connasse ? Pour la peine tu vas lui faire un trou dans l'œil. Regarde.

L'homme s'approcha, avant de forcer le prisonnier à garder l'oeil ouvert.

Posant son arme au sol, il prit ensuite la main de Thane tenant la perceuse avant de la forcer à appuyer sur la gâchette ce qui émit un bruit aigu terrifiant. Et enfin, elle sentit une horrible sensation que la machine était en train de percer à travers quelque chose de mou.

Un hurlement déchirant était en train de retentir, alors qu'elle se retenait de vomir. Mais, dans un dernier élan mêlé à son instinct de survie, elle hurla avant de mordre l'oreille de l'homme. Ce dernier se releva brutalement.

Sans attendre, elle se jeta sur l'AKMS. Et en prenant l'arme dans ses mains, elle tira immédiatement trois balles dans l'autre garde armée. Deux dans le torse et une troisième droit dans le crâne.

Visant ensuite le grand homme, elle tira de nouveau trois coups de la même manière.

Les détonations étaient assourdissantes dans cette grotte, mais elle n'avait pas le choix même si c'était presque étourdissant.

En se relevant, elle dirigea le canon de l'arme vers l'homme qu'elle avait mordu à l'oreille. Du sang était en train de couler au sol, et elle l'exécuta d'une balle dans la tête.

Des bruits de pas précipitées se firent entendre. Les tirs avaient attiré les gens.

Engageant la sûreté de l'AK, elle passa le fusil sur son dos. Ramassant la Howa et donnant un coup de pied dans un cadavre sur la berge, elle se jeta dans le cour d'eau en s'accrochant fermement au cadavre alors qu'elle se faisait emporter par le courant. Elle eut à peine le temps de voir les gardes se montrer qu'elle se faisait déjà emporter vers l'inconnu.

- Elaine, Nox, Mashiro, tenez encore un peu… je vous en supplie.

LostWar
LostWar
MP
07 août 2019 à 20:50:50

Plusieurs détonations étouffées se firent entendre, alors qu’elle était en train de nager. Ou plutôt de se faire emporter par le courant.

Quelques balles furent tirées dans l’eau de manière aléatoire, alors qu’elle était déjà hors d’atteinte par les autres ravisseurs.

Les secondes semblaient durer une éternité. Et les courants rapide l’emportèrent vers l’inconnu.

Pendant un instant, elle repensa à sa présence ici. Tous les événements qui s’étaient déroulées depuis le début étaient presque comme incohérentes. Mais c'était la réalité, dont elle ne pouvait pas fuir.

Alors qu’elle était sur le point de se noyer dans ses pensées aussi bien que dans cette eau rapide, elle aperçut alors une tâche lumineuse à la surface.

Le courant était bien plus calme, ce qui lui apporta un léger moment de répit. Et enfin, l’obscurité de la grotte laissa place à une douce nuit au ciel étoilée, où la lune brillait dans le ciel, sous une mélodie apaisante orchestrée par les insectes nocturne.

Battant des pieds, elle fit la planche jusqu’à atteindre le rivage. Puis une qu’elle s’était posée sur un banc de sable, elle contempla pendant un moment le cadavre recouvert de blessures. Elle remarqua bien vite qu’il manquait aussi des doigts avec de nombreuses plaies tout le long du corps.

Laissant apparaître une légère grimace de dégoût, elle posa son AKMS et le Howa de côté, qui à eux deux pesaient assez lourd. Presque suffisant pour la faire couler au fond de l’eau pendant sa fuite à la nage. Et enfin, elle commença à déshabiller le cadavre, histoire de récupérer des vêtements.

Un simple jean et une chemise déchirée avec des boutons manquants ainsi qu’une paire de chaussures de sport. C’était tout ce qu’elle avait, et elle commençait déjà à avoir froid en cette nuit, surtout avec ses cheveux trempés.

Mettant le fusil d’assaut à crosse pliante en bandoulière, elle prit le Type 64 dans ses mains. Retirant le chargeur, elle tira doucement le levier d’armement pour vérifier de l’état de l’arme assez rapidement.

De l’eau coula un peu, et une cartouche tomba au sol.

Ramassant la munition, elle l’inséra dans le chargeur avant de l’engager à nouveau dans l’arme,

Tirant le levier d’armement, elle s’assura que la sûreté mécanique de l’arme était retirée. Après avoir expirée un coup, elle se mit alors à longer la rivière où elle était arrivée, d’un pas lent en commençant à se noyer dans ses pensées.

"Où suis-je ?"

Difficile à dire. Mais elle était à une rivière, c’était sûrement en aval de la maison où elle était avec les tomos.

"Pourquoi les antiKJs sont présents ici ?"

C’était une question dont elle ne pouvait pas répondre.

"Qu’est-ce qui vient de se passer ?"

Elle n’en savait rien. Mais elle avait encore les images qui repassaient dans sa tête, lui donnant alors des frissons.

Comment allait-elle réussir à retrouver ses compagnons ? Étaient-ils encore en vie ?

Se forçant à fermer les yeux, elle commença à ralentir avant de tomber à genoux sur le gravier.

Lâchant alors le fusil, elle posa ses mains au sol, quand elle fut subitement prise d’une nausée intense.

Passant une main devant sa bouche, elle calma lentement sa respiration, avant de s’allonger sur son dos.

À ce moment, elle vit le ciel étoilé, contrastant alors avec le temps orageux. Mais en cette période de mousson, les choses allaient très probablement changer de nouveau. Néanmoins, à cet instant, elle ne remarqua qu’une seule chose de ses yeux qui était la beauté de la nuit.

Levant une main, elle la dirigea en direction de la lune, avant d’essayer d’attraper innocemment la lune. Comme une enfant en train de s'imaginer à la conquête de l'espace.

L’idée même de l’immensité du cosmos lui donnait un sentiment toujours plus grand d’impuissante. Mais alors qu’elle était sur le point de fermer ses yeux, épuisée par ce qui venait de se passer, un bruit de véhicule motorisé se fit entendre.

En saisissant son fusil, elle détala à toute vitesse vers la forêt, avant de s’allonger derrière un arbre avec l’arme dans ses mains.

Un camion M35 s’arrêta alors au milieu de la forêt, lui confirmant qu’il y avait une route. Une première piste pour essayer de retrouver ses tomos restés dans la grotte. Elle espérait de tout son coeur qu’ils étaient encore en vie.

Une petite lueur rouge était visible aussi, venant de la cigarette de l’un des hommes.

Elle était en tout cas trop loin pour entendre quoi que ce soit.

Les inconnus allumèrent des lampes, avant de se mettre à balayer les alentours. Et très vite, ils se séparèrent un peu partout, histoire de couvrir une surface plus large.

“Sont-ils à ma recherche ?”

Faisant un léger non de la tête, elle serra plus fermement son arme.

“Bien sûr que oui, quelle question stupide…”

Elle regardait à travers l’oeilleton de l’arme, même s’il était difficile de voir correctement le système de visée à cause de l’obscurité. C’était limite si c’était à l’aveugle, et elle n’avait pas d’autre choix que d’attendre pour le moment.

- Elle avait l’air d’être déchaînée cette salope. Ses autres potes sont plus calmes.
- En plus j’ai entendu dire que cette connasse avait arraché l’oreille d’un de nos gars, putain ça a changé les meufs qu’on ramène.
- Après le business reste le business. Nous faut des solides pour les vendre à la ville. Faut pas reproduire la même merde que la semaine dernière où le patron nous a passé les nerfs dessus. Les KJs ont du potentiel sur le marché. Puis les plus efféminés font l'affaire en tant que pute bas de gamme.

Un groupe de deux personnes. Ils venaient de s’arrêter au niveau du cadavre et discutaient sans vraiment prêter attention au reste.

- Tu penses que le mec était déjà à poil avant de finir ici ?
- Nous on cherche une meuf à poil. Une brune, fine et certains disent qu’on dirait une modèle. Moi je voudrais bien en niquer une de modèle, dit-il en mimant des coups de hanche.

L’un des hommes avait une prothèse robotique, avec dans ses mains une AKM. Observant le cadavre, il finit par donner un coup de pied dessus avant d’écraser le visage avec sa semelle.

- Putain de merde quoi, quelle salope aussi. Elle pouvait pas rester dans sa cage ? Maintenant tout B-6 va se faire réduire la paye. Pourquoi on a engagé un abruti qui ne sait même pas parler pour faire la garde, je suis sûr que tout est de sa faute.
- Tu parles de Sheikh ? répondit son camarade avant de tirer un grand coup sur dans sa cigarette. Ce gars il savait peut-être pas parler, mais c’était un type sûr. Il faisait toujours son job et nous fournissait les bons éléments.
- D’ailleurs on va faire quoi des types qui accompagnaient la meuf ? À ce qui parait c’était ses potes.
- J’en sais rien. Si ça se trouve on va les vendre sur le marché comme les autres, même s’ils ne ressemblent pas à de bons combattants. On va essayer de s'en servir pour attirer la fuyarde au pire.

Elle restait immobile, toujours allongée derrière l’arbre.

- Tu vous quelque chose avec ton oeil à vision nocturne ?
- Pas grand chose. Pourtant je vois super bien. Elle est sûrement déjà partie loin je pense.
- Non, elle est dans le coin, impossible qu’elle soit si rapide. Surtout qu’un de nos gars a dit qu’il l’avait touché.
- Ouais bah ton gars a peut-être menti, je n’ai même pas vu une seule trace de sang.

Rapidement, elle passa une main dans la terre humide avant de s’en mettre sur le visage, afin de réduire sa signature visuelle.

- Je pense qu’on peut repartir, je ne vois rien. Aucune trace, rien. Elle a sûrement dérivé plus loin en aval.
- Ouais mais ramène les chiens quand même, on ne sait jamais.

Alors qu’elle se sentait rassurée, ces dernières paroles lui glaça le sang. Elle n’avait pris aucune précaution par rapport aux chiens. Après tout, de base c’était elle qui chassait. Désormais, elle était la proie.

Un bruit de choc métallique et des aboiements se firent entendre. Deux cages venaient d’être déchargées du camion.

Un homme armé tenait dans ses mains deux chiens. Après s’être approché du cadavre, il fit renifler ce qui semblait être les restes de sa longue robe déchirée aux canidés qui se mirent immédiatement à se diriger vers sa position.

Vérifiant une dernière fois que la sûreté était désengagée, elle mit le doigt sur la queue de détente avant de se mettre en apnée.

- ‘tain ils ont l’air d’avoir trouvé une piste !

Et finalement, alors que l’un des chiens commençait à s’approcher dangereusement d’elle, une petite pression de son index lui suffit pour ouvrir le feu.

Une première détonation retentit, suivi d’un flash lumineux.

La balle lancée à presque 800 mètres secondes sectionna le cou de l’animal, dont le corps continua encore d’avancer avant de chuter latéralement au sol.

Sans attendre, elle aligna de nouveau le viseur à l’instinct, ayant une mauvaise visibilité.

Nouvelle détonation.

Cette fois, c’était le crâne qui venait d’être réduit en pièces.

Les hommes commencèrent à réagir. Mais elle ne tarda pas à faire une roulade sur le côté pour se dégager et essayer de changer de position.

Traçant à travers la dense végétation de la forêt, son fusil accrocha plusieurs fois des arbustes ou des branches. Derrière, le crépitement des armes automatique avait changé cette nuit calme en un scénario de champ de bataille.

Dans sa course, elle manqua de trébucher à plusieurs reprises. Mais à chaque fois, elle parvint à se remettre debout.

Par contre, les faisceaux lumineux allaient rendre la tâche plus facile pour elle.

S’arrêtant pendant quelques instants, elle posa une main à plat contre un arbre. Mettant ensuite le fusil entre son pouce et son index, elle aligna le viseur, cette fois clairement visible avec la lumière des lampes.

Pressant la détente, elle vit tout de suite la lumière s’agiter de manière désorganisée, avant de s’arrêter au niveau du sol.

- Là-bas !

De nouveau, des rafales d’armes automatique se firent entendre, envoyant des écorces d’arbre ou des débris divers partout. Mais elle ne broncha pas. Elle ne voulait pas finir morte ici, après avoir été incapable de sauver ses propres tomos. Mourir entre les mains des antiKJs était pour elle inadmissible. Une mort tellement...ridicule pour ensuite être souillée par les Mages Noirs Antis. Et ce n’était pas cette fin qu’elle voulait. Non, pas maintenant.

Elle s’arrêta de nouveau près d’un grand arbre. Et cette fois sans attendre, elle aligna directement le viseur sur un autre faisceau lumineux, avant de presser hâtivement la détente.

Le recul envoya l’arme de plusieurs centimètres vers le haut. Et une fois qu’elle avait correctement aligné de nouveau le viseur, elle retira un deuxième coup, histoire de confirmer.

Cette fois, le faisceau lumineux pointa vers le ciel, avant de tomber par terre.

- Bande d’attardés, éteignez vos lampes ! Vous voyez bien qu’elle utilise ça pour vous flinguer sale sous-races, pas des puceaux pour rien !

Elle courait encore, sans relâche. Puis elle se rendit compte qu’elle était arrivée au niveau du camion, sans y avoir prêter attention.

Tombant nez à nez avec un homme qui était en train de fumer sa cigarette en ayant un Type 89-F dans ses mains, elle leva alors son fusil sans hésitation avant de l'aligner, alors qu'elle semblait être prise par surprise.

Tirant une cartouche, le crâne de l’individu se retrouva percée en plein milieu du front.

Immédiatement, elle entra à l’intérieur du véhicule, avant de se rendre compte qu’il tournait encore, avec les phares allumés.

- Elle est au camion !

Plusieurs tirs retentirent. Désengageant le frein à main, elle mit une vitesse en pressant pressant toutes les pédales n'importe comment. Et enfin, elle écrasa l'accélérateur, ce qui lança le camion.

Plusieurs trous se formèrent au niveau de l’habitacle et les vitres latérales volèrent en éclat. Des balles venant de derrière percèrent la paroi et aussi la pare-brise. Mais elle parvint tout de même à s’extraire de la zone, en fuyant à toute vitesse dans les profondeurs de la forêt.

LostWar
LostWar
MP
08 août 2019 à 08:50:05

---

Le moteur commença à émettre des bruits suspect, avant de s’arrêter subitement.

Intriguée, elle regarda le tableau de bord dont une balle s’était logée dans le compte-tours, avant d’apercevoir que la jauge de carburant indiquait qu’il ne restait plus rien.

Lançant alors l’hypothèse que le réservoir avait été touché d’une ou de plusieurs balles, elle commença à appuyer sur la pédale de frein.

D’un coup de volant, elle déporta le véhicule sur le côté dans la végétation avant d’ouvrir la portière.

“Je ne sais même pas où je suis…”

Elle décida tout de même de voir ce qu’il y avait au niveau du siège passager. Et après une petite fouille, elle tomba sur une carte de la région annotée, un GPS ainsi qu’un couteau à côté d’un chargeur vide de pistolet.

Avec son pouce, elle pressa le bouton latéral de l’engin qui s’alluma en montrant une petite forme triangulaire.

Prenant alors le couteau, elle fit un léger trou en transposant sur la carte sa position. Et enfin, elle jeta l’appareil à travers la vitre brisée avant de sortir du véhicule fortement incliné sur le côté, après avoir quitté la route lors de la manoeuvre d’arrêt.

Elle éteignit la lampe du véhicule avant de sortir le fusil automatique dans ses mains. La carte pliée et rangée dans une poche, elle avait pris la route en direction de l’endroit où elle était. Le campement d’AntiKJ situé dans une ancienne grotte utilisée par l’armée locale, dans le cadre des entraînements spéléologique. C'était désormais sa cible, afin de réussir à délivrer ceux qui étaient retenus prisonniers. 

Désormais, il ne lui restait plus qu’à espérer qu’ils étaient encore en vie et en un seul morceau.

Le chemin qu’elle avait pris s’était éloigné de manière considérable du cour d’eau. Mais en revanche si elle coupait à travers la forêt, elle pouvait essayer de s’approcher par une falaise en amont de la base, ce qui pouvait alors lui donner une bonne vision de l’ensemble des installations.

Mais ce qui l’étonnait était le fait qu’il y avait des occupants ici, alors que tout était abandonné au début de l’année. Peut-être que les antiKJs étaient attirés par quelque chose qui lui échappait totalement.

“Ce n’est pas comme s’il ne restait plus beaucoup d’endroit épargné par la violence et la pauvreté sur cette Terre, du moins si on exclue les enclaves de riches".

Pendant sa marche, elle se rappela alors d'une vieille annonce à la radio, remontant déjà à plusieurs années. C'était à propos du nouvel outil médical, surnommé le LifePod et développé par l'énorme entreprise pharmaceutique Life.inc. Utilisant un mélange entre la technologie d'impression 3D et divers autres choses dont elle avait du mal à comprendre, ils avaient réussi à établir une machine pouvant soigner cancer, vieillesse et maladie.

Néanmoins, Life avait le monopole de la santé. Jouant sur le fait qu'ils avaient des partenariats avec l'industrie de la défense robotisée ou électronique, ils étaient absolument intouchables.

La nouvelle caste des pauvres qui avait émergé dans la violence et les inégalités était condamnée à vivre dans la misère et à mourir jeune, alors que le maire de Tokyo-II était déjà à son 42ème mandat avec une mine inchangée.

Plusieurs scandales avaient éclaté au sein des médias de la caste des gens démunis, en apprenant que les LifePod pouvaient être produites à grande échelle pour un prix dérisoire grâce à des chaînes de production déjà présentes. Mais les informations à ce sujet se firent très vite censurés. Et les acteurs disparurent ou périrent bien vite.

La vie auprès de la nature épargnait au-moins pas mal des problèmes de la ville et de ses alentours. Au-moins, il n'y avait pas le risque de se faire prendre à parti dans une guerre de gang. Ni de se faire cambrioler ou simplement détruire son domicile par pure acte de violence gratuite.

Elle fut soudainement sortie de ses pensées par une brise nocturne. Secouant sa tête, elle inspira un grand coup avant de vérifier dans les trous du chargeur le nombre de cartouches restantes, en regardant si une munition brillait à travers le trou sous la lueur de la lune.

"Au-moins plus de 10. Et un chargeur plein d'AK, je me demande qu'est-ce que je vais pouvoir en tirer."

Le bruit des insectes et le mouvement des feuillages lui permettait de donner un sentiment de relaxation. Mais elle avait toujours du mal à se sentir décontractée, ne pouvant s'empêcher de penser à ceux qui étaient encore à la base des antiKJs.

Après plus d'une heure de marche, elle commença à apercevoir de la lumière artificielle au loin. Des grands projecteurs étaient en train d'illuminer une cour, alors que des grillages avec des barbelés étaient érigés autour.

Un poste de garde se tenait à l'entrée du haut de la falaise, avec une personne adossée à une barrière, ainsi qu'une autre assise à l'intérieur de la cabine de commande.

Dans le ciel, elle put distinguer quelques drones de reconnaissance, à travers la lumière rouge clignotante qui s'allumaient lorsqu'ils partaient en station de recharge.

L'infiltration allait être difficile. Mais elle n'avait pas le choix. Il lui fallait une idée.

Après un long moment de réflexion, elle eut une idée. Et serrant ses poings, elle ne put s'empêcher de dire.

"Je fais ça pour vous les tomos."

Faisant un noeud du bas de sa chemise et déchirant son jean jusqu'au niveau du haut de ses cuisses, elle se frotta le visage pour retirer toute trace de terre.

Mettant en avant ses formes, elle passa plusieurs coups de doigt dans ses cheveux afin d'avoir une allure plus présentable, si ce n'était pas juste plus provocante.

Adoptant une démarche exagérée, elle s'approcha en étant déterminée du poste de garde. Même si au fond d'elle, elle tentait de son mieux pour essayer de masquer ses inquiétudes.

- Vous là-bas, arrêtez-vous !

Elle refusa d'obtempérer au début, avant de s'arrêter au milieu de la route en terre.

- Yo mec, je me suis perdue. Tu n'aurais pas une idée d'endroit où dormir ?
- C'est une base militaire ici. Et mettez vos mains bien en évidence.

Obéissant aux ordres, elle déposa le Howa et l'AKMS au sol. Levant alors ses bras bien en évidence, elle fut éblouie par un projecteur qui venait d'être allumé dans la cabine.

- Putain cette bonnasse, 10/10 je la déglingue sans vergogne.
- On s'en branle des procédures, ce que moi je veux c'est baiser. Les derniers porno qu'on a ramené un gars s'est amusé à trouer les chattes et les tétons merde quoi !

Elle tourna légèrement sa tête, tout en restant sur place.

- Madame, approche-toi.

"Il me tutoie déjà."

Sans dire un mot, elle s'approcha alors de l'homme qui se tenait debout. C'était un petit maigre, qui faisait environ 1m66 et avec un corps de phasme. Ce dernier s'approcha d'elle, alors qu'il essayait de faire semblant qu'il ne regardait pas ses seins ou ses fesses depuis le début.

- Je vais devoir te fouiller un peu, afin d'être sûr que tu n'as rien sur toi. D'accord ?

Elle se rendit compte alors qu'elle avait oublié de retirer la carte annotée de sa poche. Si l'homme tombait dessus, elle allait obligatoirement avoir des problèmes.

Ce fut alors dans un geste de panique qu'elle passa une main derrière la nuque de l'homme avant de l'embrasser langoureusement.

- Bébé, si tu veux me toucher on peut le faire au lit. Tu sais, je suis chaude ce soir, dît-elle d'une voix sensuelle avec ses mains sur le visage de l'homme.

"Une haleine répugnante, tout comme sa dentition."

Un sifflement de la personne encore présente dans la cabine se fit entendre.

- Tu as de la chance Avortin, lui lâcha-t-il.

La personne dénommée Avortin lui prit alors par le bras avant de l'emmener en direction de ce qui semblait être l'armurerie.

- Il n'y a personne là-bas à cette heure. Et je vais te faire jouir comme jamais.

Pendant un moment, elle voulait hurler. Non pas de dégoût mais de plaisir. Elle n'aurait jamais cru que les choses allaient être aussi facile.

Claquant la porte, l'homme la plaqua sur une table où reposait un drone démonté. Passant une main sur sa poitrine, Avortin commença déjà à essayer de lui retirer son jean.

Passant alors ses deux jambes derrière le dos du jeune fragile, elle le força à l'embrasser encore plus fort alors qu'elle se lit à parcourir son torse avec l'aide d'une main.

De l'autre, elle était déjà en train de passer sa main sur son couteau.

Fermant sa main sur la poignée, elle brandit l'arme avant de planter la lame droit dans la tempe.

Un craquement sec, puis plus rien. Elle sentit un poids tomber sur son corps.

Traînant alors le cadavrw vers un coin de la pièce, elle le déshabilla afin de récupérer l'uniforme.

C'était un bâtiment en préfabriqués, avec plusieurs étagères d'armes sans aucun moyen d'attache ou de protection. Une table était présente au milieu, et des caisses de munitions diverses, entre les anciennes standard ou les nouvelles avec explosifs programmés rétrocompatibles étaient entassés dans un coin.

Enfilant sa nouvelle casquette, elle se saisit de la seule arme viable qui était présente ici, qui était un SR25 ECC suréquipé avec les derniers accessoires et munitions perforantes explosives. Passant une MP7A1 à sa cuisse avec le système de détachement rapide, elle prit aussi un meilleur couteau avant de s'attacher les cheveux en queue de cheval.

Elle prit aussi quelques grenades et autant de chargeur que possibles dans la limite du raisonnable.

Passant enfin un foulard au niveau de sa bouche, elle ouvrit une caisse à roquettes vide avant d'y faire entrer le corps de force. Et refermant cette dernière, elle sortit de l'armurerie en ajustant sa casquette avant de se diriger en direction de l'entrée de la grotte fortement éclairée, en contrebas de la falaise où elle pouvait déjà voir l'ensemble de l'installation sous ses yeux.

- Je suis là. Pour vous.

LostWar
LostWar
MP
09 août 2019 à 09:27:08

Les manches de sa veste retroussées, elle pouvait ressentir le poids de son équipement lui peser sur le corps. Le fusil dirigé en diagonale vers le sol, il était partiellement tenu en bandoulière grâce à une sangle trois points, lui permettant de garder la main sur la poignée pistolet alors que le poids de l'arme était retenu par son dos. 

Avec sa main libre, elle en profitait pour saluer les éventuelles autres personnes qu'elle croisait sur le chemin, même s'ils étaient assez rare.

Soudain, un bruit de moteur au ton aigu se fit entendre. Un moteur qu'elle pouvait reconnaître sans problème, qui était celui d'un hélicoptère.

En effet, en contrebas un unique héliport de taille moyenne était disponible, avec un UH-60 qui était en train de commencer à décoller. Il arborait encore le blason des forces de défense de l'OTAN, un autre vestige de l'ancien temps.

Une fois arrivée au niveau de l'entrée de la grotte, elle salua un homme qui semblait commencer à se noyer dans la fatigue. 

Et alors qu'elle s'inquiétait pour savoir comment elle allait retrouver les prisons, elle fut surprise de voir qu'il y avait des pancartes en bois faisant office de panneaux.

Suivant alors les flèches, elle se dirigea vers le lieu recherché, avant d'apercevoir une grande porte en acier rongée par la corrosion.

"Il y a de quoi attraper le tétanos 36 fois."

Une petite armoire à clés était présente sur le côté. Prenant alors la grande et celle annotée "passe-partout", elle la referma avant d'engager sa clé dans la serrure.

Une fois la porte déverrouillée, elle déboucha sur un long couloir avec des cellules creusées dans la grotte. Chacune d'entre elle était en surnombre. Et pas mal de détenus se mirent à sortir leurs bras entre les barreaux. Une fois les clés rangées dans sa poche, elle se mit à progresser dans le couloir.

- Pitiez, laissez-moi sortir. Je vous en supplie je n'ai rien fait.

Détournant son regard, elle sursauta quand un homme tapa un grand coup contre un barreau avant de lui cracher dessus.

- Sale pute de merde.

Avec sa main libre, elle essuya le cracha d'un revers avant de poursuivre sa marche. Mais de manière générale, elle n'eut le droit qu'à des regards méprisants ou attristés.

Alors qu'elle arrivait au bout de l'allée, elle remarqua une cellule partiellement vide, les suivantes étant totalement libres.

S'emparant fermement de son fusil avant d'actionner la lampe, elle illumina l'intérieur de la cellule.

Très vite, elle put distinguer Elaine qui était aux côtés de Mashiro allongée au sol avec une serviette mouillée sur le front.

- Elaine ! chuchota Thane.
- Tha…

Elle regarda un instant à gauche et à droite avant de s'approcher un peu plus.

- Où est Nox ?
- Je n'en sais rien. Ils ont parlé de B-1 ou quelque chose comme ça.

En passant la clé passe-partout, elle ouvrit la porte sans difficulté. Mais, un grand bruit de grincement métallique résonna à travers tout le couloir.

- M'dame ! Ouvrez-moi aussi ! M'dame !

De l'agitation eut lieu. Mais elle leva alors son fusil avec modérateur de son monté dessus avant de menacer.

- Silence, où je vous fais taire à tout jamais.
- Thane, certains sont tout aussi innocent que nous, murmura alors Elaine.
- Je n'ai pas le choix. On va tous y rester sinon. Vous deux, restez dans la cellule le temps que j'aille chercher Nox d'accord ?
- Mashiro ne va pas bien. Elle a beaucoup de fièvre et beaucoup de sueur froide. Je pense qu'elle a attrapé quelque chose.
- On la portera sur notre dos s'il le faut, je vais vite aller chercher Nox.
- Bonne chance alors, fais gaffe j'en ai vu pas mal passer sans revenir. Doit y avoir des gardes.
- Merci.
- Tu n'as pas à me remercier, répondit Elaine.

Se dirigeant alors tout droit, elle déboucha sur un très grand couloir au plafond assez élevé.

Des caractères en majuscule étaient inscrits sur les murs, indiquant les numéros de secteur. Et B-1 était le plus proche.

C'était une grande entrée sans porte, débouchant aussi sur les cages suspendues, avec un cour d'eau. Et deux gardes montaient la garde, armés de fusils.

- J'ai jamais vu ton visage. T'es nouvelle non ? demanda l'un des hommes en la voyant entrer.
- Effectivement. J'avais besoin d'un peu d'argent donc je me suis incrustée ici. Tu pourrais me faire descendre une cage en particulier ? 
- Hep hep hep, ça ne fonctionne pas comme ça ici, tu le sais bien.

Elle passa ses doigts dans ses cheveux avant d'écarter légèrement son uniforme.

- J'ai un peu chaud, et ce n'est pas moi qui ait demandé cela. C'est un ordre des supérieurs. On peut pas se dépêcher ?
- Qu'est-ce que tu racontes encore ?

Levant son fusil, elle posa le point rouge du viseur incliné sur l'homme et elle tira directement une balle dans le torse, provoquant alors une explosion de petite taille. C'était suffisant pour envoyer un filet de sang sur son visage alors qu'une grosse cavité venait de se former dans le corps.

Sans attendre, elle dirigea le fusil en direction du deuxième garde à qui elle pulvérisa la tête d'un unique tir de balle explosive.

Les cages s'agitèrent en voyant les deux gardes tomber. Mais elle prit son temps pour essayer de trouver celle de Nox.

- Thane !

Elle vit alors Nox déshabillé dans une cage en bambou accroché au plafond.

Regardant alors la chaîne, elle la retraça des yeux avant de trouver le point d'attache.

Utilisant alors une manivelle, la cage descendit à toute vitesse avant de heurter le sol.

- Ça va ?
- Libérez-moi aussi ! Je ne veux pas mourir comme ça !

Elle courut en direction de la cage de Nox avant de sortir son couteau.

Tranchant les liens, les barreaux tombèrent au sol.

- Nox !

Nox se leva avant de prendre Thane dans ses bras.

- Cimer chef putain j'ai cru que j'allais crever ici, c'est juste… c'est juste horrible…ce que j'ai pu voir aussi...
- T'en fais pas, on va sortir d'ici. Mets les habits du gars d'ici, je vais aller chercher Elaine et Mashiro.
- Ils vont bien ? demanda alors Nox qui essayait de retirer les vêtements de l'homme à la tête pulvérisée.
- Elaine va bien. Par contre pour Mashiro…
- Elle est morte ?
- Non mais elle est très malade.

Nox ramassa une AK-74 que tenait le garde tout en prenant un Type 89 sur le corps de l'autre pour le donner à Elaine plus tard.

En sortant, des cris de désespoir mêlé à des insultes se firent entendre.

Repassant le grand couloir, Thane vit son Krag et l'APS qui étaient posés sur une table. 

Elle s'empara de son vieux fusil avant de le mettre sur son dos et passa le Stechkin à sa ceinture. Puis très vite le duo arriva au niveau des cellules afin de récupérer Elaine et Mashiro.

- Je vais me charger de Mashi vu que je ne sais pas utiliser de flingue moi, dît Nox.
- Retire le levier sur le côté, c'est la sûreté.
- Ça ? demanda Nox.
- Oui. Après tu tires le levier d'armement. Bien fort et jusqu'au bout. Ensuite tu relâches.

Un claquement métallique se fit entendre.

- Bonne ambiance.

Elaine fit de même avec son Type 89, bien que c'était légèrement différent.

Nox releva Mashiro avant de faire passer un bras derrière sa nuque. Et ce fut de cette manière que le groupe se dirigea vers la sortie des prisons.

- Je vais passer devant, j'ai l'uniforme et je vais essayer de libérer le passage.
- Nous comptons sur toi Thane.

Malgré le mépris des autres détenus, elle laissa passer le groupe avant de refermer la grande porte d'acier derrière elle, sans même remettre les clés dans l'armoire.

Se mettant en tête du groupe, elle commença alors à essayer de distraire les gardes, histoire de pouvoir sortir de cet endroit et rentrer au plus vite à la maison.

LostWar
LostWar
MP
11 août 2019 à 04:57:07

Pendant la fuite, des obstacles se dressaient face au petit groupe. En effet, personne n’avait aucune idée de la manière dont les drones avaient été programmé par les antiKJs. Avec un peu de chance, c’était des appareils qui étaient uniquement destinés à la surveillance des milieux environnant. Par contre, si certains d’entre elles étaient utilisés pour surveiller l’intérieur, les choses allaient très vite devenir complexe.

Au-moins, par chance les galeries de la grotte n’étaient pas équipés de caméras. À l’ère du sans fil, beaucoup avaient perdu l’habitude d’installer des systèmes câblés. La paresse avait probablement eu raison des nouveaux occupants de la grotte, qui ne faisaient alors confiance qu’à des témoins visuels pour s’assurer de la sécurité.

Une fois arrivée à la sortie de la grotte, elle vit deux gardes qui étaient en train de discuter, leur fusil en bandoulière. Se tournant alors vers les autres membres du groupe, elle regarda Elaine avant de lui tendre un couteau, tout en mimant un tranchage de gorge.

Elaine pendant un instant avait un air surpris, avant de baisser légèrement son regard en prenant dans sa main droite l’arme blanche.

Thane ramassa alors un caillou avant de le lancer en direction du mur du côté opposé. Et à ce moment, les deux gardes interrompirent leur conversation.

Sans attendre, elle s’approcha dans la plus grande discrétion par derrière, avant de passer une main sur la bouche de l’individu. Et d’un geste sec et brutal, elle trancha la gorge de l’homme, laissant alors échapper un long filet de sang.

À côté, elle vit alors Elaine en train de se débattre avec l’autre homme, ayant du mal à passer le couteau à cause de l’agitation.

Portant alors assistance, elle prit par les cheveux le garde au regard apeuré. Et sans attendre, elle planta la lame droit dans le coeur de l’homme.

Pendant encore quelques secondes, il se débattit, avant de finalement s’effondrer au sol. Le sang avait recouvert son bras droit, laissant dégager une odeur de métal.

Retirant l’arme, elle vit alors Elaine reculer de deux pas.

- On peut continuer, dît Thane.

Rangeant le couteau dans l’étui, elle poussa les cadavres dans un coin avant de reprendre la marche. Il ne restait plus qu’à espérer que personne n’allait passer par ici, au risque sinon de donner l’alerte à l’ensemble de cette base.

Nox était toujours avec Mashiro, un bras entourant la hanche de la fille qui murmura alors.

- Je ne pèse pas trop lourd…?
- Pas vraiment. Je pense même que tu pourrais manger plus de kebabs.

Mashiro laissa échapper un sourire, avant de grimacer à cause de la douleur.

- Thane, on pourrait essayer d’aller voir dans le parking histoire de récupérer un véhicule quelconque non ? demanda alors Elaine qui se tenait à côté, toujours troublé par les évènements qui étaient en train de se dérouler.
- On peut oui. C’est même mieux que de rejoindre la sortie à pieds. Vous pourrez rester caché et je vais pouvoir essayer de tenter voire forcer le passage.

Elle commença alors à se diriger vers le parking aménagé juste à côté de l’héliport.

Il n’y avait pratiquement personne. Juste une petite tente de style militaire, à côté d’un préfabriqué aux lumières éteinte. C'était la seule chose qui semblait être encore active à cette heure.

En s’approchant, elle vit alors deux lampadaires allumés, avec des ombres venant de l’intérieur. C’était sûrement une zone de repos pour les conducteurs, ou quelque chose de similaire.

Prenant alors dans ses mains le SR-25, elle commença à s’approcher, le canon dirigé droit devant.

C’était une de ces nouvelles munitions à la fois silencieuse tout en étant explosive. La miniaturisation avait permis un immense bond en avant dans ce domaine, alors que les armes étaient restées inchangés depuis bien longtemps.

À mesure qu’elle s'approchait, elle put entendre des voix venant de la tente. En réalité ce n’était pas vraiment des voix. Surtout des gémissements, ce qui la rendit alors curieuse.

Le doigt sur la détente, elle s’approcha de l’ouverture, avant de distinguer un écran allumé montrant un film de nature pornographique avec derrière, des antiKJs en train de regarder.

En se baissant au point d’être quasiment allongée au sol, elle posa le point rouge de l’arme sur la tête de la personne qui se trouvait la plus en arrière. En réalité, elle était en train de roupiller sur sa chaise, sans prêter attention à ce qui se passait autour. C’était sur cette personne qu’elle posa le réticule, droit dans la tête.

Pressant la détente, un tir suivi d’une explosion étouffé se fit entendre. La tête se fit pulvérisée, tandis que le sang fut vaporisé dans la tente, Les occupants furent dans un premier temps tétanisé par ce qui venait de se passer.

Sans attendre, elle posa le point rouge sur l’individu juste à côté, qui était totalement figé sur place.

Elle tira une nouvelle cartouche, et l’individu vit sa tête disparaître à son tour, ne laissant que les restes des vertèbres où étaient encore attachés les muscles.

Finalement, elle dirigea l’arme vers la dernière personne qui était à moitié nue. Sans discrimination et dans l’indifférence la plus totale, elle tira une dernière cartouche, cette fois dans le torse.

Observant pendant un moment les alentours, elle se releva avant de se diriger vers l’intérieur de la tente, où une odeur de poudre mélangée à celle du sang avait empli les lieux, remplaçant celle du plastique caoutchouteux des bâches.

À côté de l’écran ensanglanté montrant un rapport anal sur le point d’être finalisé, elle vit une petite boîte transparente avec de nombreuses clés à l’intérieur.

- Prends la 07, dît Elaine. C’est le véhicule qui semble être le plus adapté pour nous.

Elle suivit alors le conseil d'Elaine. S’emparant de la clé, elle prit aussi une feuille de route et sortit de la pièce avec la clé dans une main.

En cherchant le véhicule sur le parking, elle trouva le 07. C’était un tout terrain blindé Komatsu LAV qui était aussi sous la bannière de l’OTAN.

Ouvrant la portière, elle s’assit à l’intérieur avant d’apercevoir un boîtier installé bien après la fabrication du véhicule, offrant la possibilité de verrouiller avec une clé. Chose absente de base dans les véhicules militaire.

Elle posa alors la clé électronique dessus, ce qui eut pour effet d’émettre un voyant vert pendant quelques secondes. Appuyant ensuite sur le bouton de démarrage, elle retira alors ses fusils avant de les poser à côté de sa jambe en diagonale sur le siège.

- Vous êtes prêts ?
- Oui c'est bon pour nous et pour Mashi, répondit Nox.
- Parfait. Restez baissé.

Une fois sortie du parking, elle remonta une longue pente à une faible allure avant d'arriver devant la barrière de sortie où elle immobilisa le véhicule. À ce moment, un homme s'approcha, sans vraiment chercher à en savoir plus. Alors qu'elle était prête à baisser la vitre pour donner sa feuille de route ou du plomb, la barrière se leva. Et sans chercher à attendre, elle conduisit tout droit sur la route, sans même chercher à regarder derrière elle.

- On a eu de la chance sur le contrôle. Par contre il y a sûrement une puce GPS de localisation, mais ce n'est pas un GPS antivol. C'est sûrement dans le boîtier avec la clé de contact.

Elaine se leva alors sur son siège avant de regarder le boîtier en plastique. Et ce fut d'un coup de pied que ce dernier céda, à cause d'une mauvaise fixation ou juste d'une fixation usée.

Thane prit alors en main la chose avant d'ouvrir la fenêtre et elle le lança à l'extérieur.

- Sinon c'est bon, vous pouvez vous relever.
- Cimer Thane tu gères, lança alors Nox qui était derrière avec Mashiro allongée sur ses cuisses.

Elle resta muette tout en continuant à conduire. De nouveau, la pluie avait commencé à tomber depuis déjà quelques minutes, avec des gouttelettes d'eau qui ruisselaient sur les vitres.

Les deux mains sur le volant avec les manches retroussées, l'odeur du sang était toujours présente sur son bras encore rouge.

Le regard vide avec un visage sans aucune expression, elle fixait la route.

- Thane ça va ? demanda Nox.
- ...
- Allô Thane réponds.
- Nox, je pense que Thane ne veut pas trop parler tout de suite, lui répondit Elaine.
- Ok pardon c'est bon, c'était juste pour dire merci.

Le véhicule était fréquemment secoué à cause de l'état de la chaussée. Surtout après les quelques coulées de boues qui avaient sévèrement endommagé certains endroits.

Et ce fut après un long moment passé sur la route en sillonnant les montagnes qu'elle commença à ralentir, avant d'arrêter complètement le véhicule.

Ouvrant alors la portière après avoir coupé le moteur, elle descendit en se saisissant de ses deux fusils avant d'ouvrir.

- Thane je peux te prendre tes armes si tu veux.

Reposant alors ses armes sur le siège, Elaine s'empara du Krag ainsi que du SR-25 avant de descendre à son tour.

Nox venait de descendre de l'autre côté, avant de s'approcher de Thane.

- Je me charge de Mashi, Nox. Va réveiller Fyze en disant qu'on a besoin de son aide.
- Ok Thane.

Prenant alors la main de Mashiro, elle passa un bras derrière sa nuque avant de se mettre à marcher lentement.

- T'es fatiguée Mashi ?

Elle répondit avec un léger oui de la tête.

- Tu as sûrement eu une infection. J'espère en tout cas que les antiKJs ne t'ont pas touché.

Mashiro serra un peu plus fort sa prise sur Thane, qui passa alors une main derrière la tête de la jeune femme.

Remontant un chemin construit avec des planches surélevées, l'odeur de la végétation et de l'humidité sous le son de la pluie apportait un calme attendu depuis bien longtemps.

- Thane ! Mashi !

Fyze courut alors très vite vers Mashiro avant de l'aider à marcher. Et après quelques minutes, elles l'allongèrent sur un drap posé sur le tatamis du grand salon. Du matériel médical avait d'ailleurs été sorti.

- Qu'est-ce qu'il s'est passé ? demanda Fyze d'un air inquiet.
- Elle est tombée sur les antiKJs quand elle était partie faire un tour pour acheter du Blédina bio au village pour Anok ainsi que les autres provisions.
- Les antiKJs ? Qu'est-ce qu'ils viennent faire ici ? Je croyais que ce groupe de bras cassés n'existait plus.
- Certains n'ont pas grand chose à faire de leur temps.
- Et ton bras ça va ? Il y a du sang partout.
- C'est le sang des antiKJs. Moi ça va, occupe-toi surtout de Mashi.

Mashiro fit un léger sourire, avant de répondre.

- De toute façon… tant que nous avons le paz… tout ira bien.

Thane retira tout de suite le haut de son uniforme sale et le jeta sur le balcon, avant de retirer ses armes qu'elle avait sur elle dans un coin du salon.

- Je vais me laver, je reviens au plus vite. Je vais éviter de tous contaminer.

Se dirigeant vers la salle de bain, elle se déshabilla entièrement avant de se laver en vitesse. Ressortant ensuite avec une serviette attachée sur son corps, elle monta dans sa chambre mettre une chemise de nuit.

- Thane, tu es rentrée de chasse ? demanda alors Chevalier en se frottant les yeux, après avoir été réveillé par le boucan.
- Plus ou moins.

En redescendant au salon, elle se mit à côté de Fyze qui était en train d'appliquer des compresses chaude et humide sur les plaies.

- Elle a des plaies qui ont été infecté. Elle est brûlante mais on n'y peut rien. Par contre ça va elle n'est pas en danger, dît alors Fyze.

Remilia qui était aussi réveillée s'approcha alors un peu.

- Est-ce que je peux faire quelque chose pour vous aider ? Si je peux être utile pour quoi que ce soit vous pouvez me demander.
- Merci mais ça ira Remilia je pense, répondit Fyze.

Elaine avait déposé les deux fusils contre le mur, à côté des autres armes qu'elle avait posé par terre. Et au milieu du salon, il y avait désormais pas mal de monde autour de Mashiro.

- Thane, comment est-ce que tu as trouvé Mashiro je te prie ? demanda Remilia.
- Elle fuyait les antiKJs. Au final on a tous fini chez eux et on a dû improviser pour s'enfuir.
- D'accord. Et concrètement, ils étaient vraiment méchant les antiKJs ou c'était plus ou moins un accident ?
- Ils ont voulu me tuer mais je les ai buté avant. Et ce au couteau s'il le fallait.

Elaine et Nox fixèrent pendant un moment Thane, avant de regarder Remilia. Mais ils décidèrent de garder le silence.

- Je vois. Dans ce cas j'imagine que les antiKJs vont essayer de chercher les coupables maintenant.
- Qu'ils viennent alors, je les tuerai avec mes dents s'il le faut.

LostWar
LostWar
MP
11 août 2019 à 06:33:29

---

Le vent claqua soudainement la porte, ce qui la fit sortir de son sommeil. Allongée sur son futon déroulé à côté de Mashiro, elle avait passé une nuit qui lui semblait être plutôt courte.

En se frottant les yeux, elle s’étira un coup avant de boutonner sa chemise de nuit.

Un courant d’air frais s'engouffrait constamment dans la demeure, projetant au passage des gouttes de pluie sur le rebord de la terrasse en bois qui faisait le tour de la maison.

Observant un peu les alentours, elle avait encore un peu de mal à se remémorer de ce qui s’était passé la nuit dernière.

En tournant son regard, elle aperçut une serviette humide qui avait été posé sur le front de Mashiro, toujours profondément endormie. Et après quelques secondes elle entendit des pas résonner sur la terrasse.

- Alors Thane t’as bien dormi ? demanda Kud qui tenait dans ses mains une serviette pliée.
- Je ne sais pas trop. Je me sens encore épuisée. Tu viens changer la serviette de Mashi j’imagine ?
- Oui, t’as tout compris Thane.

La petite fille aux cheveux blonds s’approcha alors de Mashiro avant de se mettre à genoux. Saisissant alors la serviette posée sur le front, elle mit celle qui était bien fraîche.

Mashiro ouvrit les yeux pendant un instant avant d’adresser un sourire. Et peu de temps après, elle les referma en poussant un grand soupir.

- Fyze s’occupe de près de Mashiro, dît alors Kud en se relevant. Sinon Anok va venir donner du Blédina bio, en plus ça tombe bien Fyze a dit qu’il fallait quelque chose de nutritif et de facile à digérer.

Thane sortit de son futon avant de l’enrouler dans un coin. En se levant, elle s’étira de nouveau et ce bien plus que la première fois, au point où on pouvait même voir son ventre.

- T'as un beau ventre bébé.
- Malaise. Sinon espérons que cette journée soit meilleure que celle d’hier.

Elle arrangea rapidement ses cheveux du bout de ses doigts avant de s’approcher de Kud.,

- Sinon il s’est passé quelque chose ? J’ai l’impression d’avoir dormi pendant à peine quelques heures.
- Tu as dormi 11 heures.

Thane fut alors très surprise de la réponse.

- Hein ?
- Oui c’est exact.

Elle fit une moue avant de suivre Kud qui venait de sortir du salon.

- D’ailleurs Nox m’a un peu raconté ce qui s’est passé de son côté, ainsi qu’Elaine. Si tu as des choses à ajouter dans l'histoire, tu peux me le dire.
- Non ne t’en fais pas, il n’y a pas grand chose à ajouter. De toute façon, il va falloir faire quelque chose avec les antiKJs, on ne va pas les laisser nous imposer leurs lois.

Traversant une bonne partie de la maison, ils arrivèrent dans la grande salle de réunion où était aussi présent une grande bibliothèque. Même si Remilia avait tendance à rectifier les gens sur ce point, en disant que c’était plutôt une salle de réunion qui s’était incrustée dans la bibliothèque.

Anok était dans un coin avec Koba qui reposait à côté sur son épaule. Remilia était à une table en train de lire un livre de Platon, avec Shanto qui se demandait de quoi ça parlait plus exactement.

Fyze quand à elle lisait un livre médical tiré de la dernière édition de l’OTAN, afin d’être sûr de la certitude des informations données, avec juste derrière Umaru et Chevalier qui se piquaient mutuellement avec leurs doigts en demandant d’arrêter.

Malgré le temps pluvieux, le temps était assez clair pour laisser passer les rayons du soleil. Néanmoins, une ambiance légèrement morose emplissait les lieux, mêlé à un sentiment de routine du quotidien.

- Bon Thane je te laisse, je vais aller remettre cette serviette dans l’eau dît alors Kud.
- D’accord pas de problème.
- De toute façon je reviens juste après, ce n’est pas comme si je partais loin.

Thane marcha alors dans la pièce avant de s'asseoir derrière la grande table sur un coussin. Croisant ensuite ses mains, elle les posa sur le bois avant d’y mettre sa tête.

- Ok bonne ambiance, lâcha alors Nox.
- Voyons Thane, tu as déjà suffisamment dormi comme ça.
- Non en vrai Thane si tu veux dormir encore tu peux hien, il y a pas de problème, lui rassura Nox.

Elle releva alors sa tête, laissant apparaître un visage légèrement fatigué. Se frottant alors de nouveau ses yeux, elle expira un grand coup avant de répondre.

- Non ça ira merci. Peut-être que j’ai trop dormi et maintenant je suis encore plus fatiguée.
- D’ailleurs si tu veux il y a des restes du déjeuner, on en a laissé un peu pour toi, vint dire Anok.
- Si c’est du Blédina ce sera sans moi.
- Ce sont des bourgueures faites par Koba et Shanto.
- Tient ça m’intéresse ça.

Elle se leva alors de son coussin. Mais alors qu’elle s’apprêtait à partir, Shanto l'interpella.

- Tu trembles un peu Thane, t’es sûr que ça va ?
- Hmmm… ?

En levant sa main, elle s’aperçut qu’effectivement cette dernière tremblait un peu. Secouant alors sa tête, un peu à la manière dont elle l’aurait fait pour reprendre conscience, elle répondit.

- Je dois juste être un peu stressée avec ce qui s’est passé, ce n’est pas grand chose.
- Bon je vais manger aussi avec toi de toute façon, j’étais occupée à traîner dans le bain donc j’ai faim. Il faisait trop chaud dans la cuisine mais par contre un burger dans la flotte c’est immonde.
- D’accord si tu veux.

Sur ces mots, elles se dirigèrent vers la cuisine traditionnelle. Enfilant les pantoufles en plastique posées sur le sol en ciment, elle s’approcha alors de la petite table où était posé trois hamburgers fait maison.

En s’emparant de l’un des sandwiches, elle se saisit d’une assiette avant de poser son repas dessus.

- D’ailleurs Thane, à ce qui paraît il y avait eu des rafales ou des tirs ou je ne sais quoi de manière random. Enfin c’est ce que Nox m’a dit. Tu avais décidé d’aller les niquer toute seule ou quoi ?

Mordant un coup dans le burger, elle se mit à marcher hors de la cuisine tout en tenant son assiette pour éviter de faire tomber quelque chose.

- Non pas vraiment. Enfin j’ai juste décidé de m’enfuir, je n’avais pas le choix.

Shanto resta alors pensif avant de lui dire.

- Tu sais, si ça te dérange tu peux ne pas en parler. Juste que j’étais curieuse.
- Il y a de quoi. Ce n’est pas comme si soudainement Mashiro était blessée, qu’on est venu avec une nouvelle voiture sortie de nul part et que j’avais un bras recouvert de sang.
- Si c’était pas ton sang, c’était celui de Mashi ?
- Non. C’était d’un antiKJs.
- Il t’a attaqué ou quelque chose du genre ?
- Non plus. Il montait la garde, on devait passer mais je ne savais pas vraiment comment. J’ai égorgé le premier et j’ai planté le deuxième. Ça m’en a mis partout. Tu aurais dû voir son regard.
- Son regard ?
- Tu pouvais lire la peur dans ses yeux. Il tenait vraiment à la vie, c’était sûrement son instinct de survie qui ressortait. Après tout je le tenais par ses cheveux.

Shanto mangea soudainement un gros morceau de son burger. Prenant alors son temps de bien mâcher, elle répondit avec la bouche partiellement pleine.

- Tu sais Thane, tu n’as pas vraiment à y repenser. Ce sont eux qui te sont tombés dessus sans aucune raison.
- Certes, mais ce n’était pas forcément lui.
- Arrête de te chercher des excuses, ils n’avaient pas à te pointer leurs flingues dès le début. Ni même à faire ça à Mashi qui était juste tombé par mégarde sur eux sur son chemin.

Elle resta silencieuse tout en prenant une bouchée du sandwich.

- Les choses auraient quand même pu se passer autrement.
- Écoute Thane, les antiKJs sont des énormes déchets qui passent leur temps à ne rien branler. Je ne sais pas ce qui s’est passé pendant ta petite escapade en solitaire, mais en tout cas tu as fait ce qui était bien pour les tomos. C’est tout.
- M’ouais, je vais me contenter de cette explication je pense.

Elle prit une dernière bouchée avant de retourner dans la cuisine poser son assiette vide.

- Tu sais quel bruit ça fait de percer un crâne ? demanda Thane.
- Non. Pourquoi cette question ?
- Rien. J’étais juste en train d’imaginer un énième scénario pour une éventuelle fiction impliquant la commu.

Shanto alla poser à son tour son assiette dans l’évier avant de sortir de la cuisine.

- Tu as des choses de prévu aujourd’hui Thane ?
- Je ne sais pas, je verrai avec les autres. Je sais qu’il va falloir passer à la pharmacie du village pour récupérer du nécessaire médical. Et Remilia nous avait demandé de la prévenir si un jour on allait là-bas, vu qu’elle voulait en profiter pour prendre un livre.
- Bah je vais probablement venir aussi alors, je veux aussi faire un tour à la librairie. Il doit y avoir quelques trucs d’intéressants.
- Ça marche.

Des bruits de pas se firent entendre. En se retournant, elle aperçut Kud qui avait cette fois les mains vides.

- Si vous partez au village je viens aussi, je n’ai plus rien à fumer.
- On t’a pas dit que t’étais trop jeune pour fumer ? dît alors Thane.
- Osef, fume avant que la vie ne te fume.
- Bon après ce n’est pas comme si tu avais déjà la majorité selon les lois en vigueur.

LostWar
LostWar
MP
15 août 2019 à 17:14:18

---

Au milieu de l’après-midi, un petit groupe s’était formé pour aller descendre au village situé à une trentaine de minutes de marche de la demeure. En prenant cette fois un minimum d’équipement, ils quittèrent bien vite la maison afin de revenir avant la tombée de la nuit.

La pluie n’était plus aussi intense qu’avant, laissant même parfois apparaître des rayons de soleil pendant quelques minutes. Prenant de simples parapluies tout en s’habillant de manière légère afin d’être à l’aise avec la chaleur, ils se mirent en marche bien vite.

En peu de temps le groupe commença à s’étendre sur plusieurs mètres, avec les personnes marchant vite qui s’arrêtaient de temps à autre afin d’attendre les paresseux.

- J’ai faim.
- Voyons Anok, un peu de courage. Nous venons à peine de prendre la route vers le village, lui dît Remilia.
- Oui mais j’ai trop faim.

En tête de groupe, Thane était en train de lire le petit papier qu’avait donné Fyze concernant le nécessaire à acheter à la pharmacie. La liste n'était pas vraiment longue, et il y avait plusieurs notes concernant les produits de substitution si jamais il manquait quelque chose dans les rayons.

C'était lié au fait que les livraisons de médicaments étaient assez souvent pris pour cible par les voleurs dans les centres de livraison. Et bien peu de personnes osaient survoler ces forêts en véhicule aérien, ayant peur d'être abattu par les milices locales.

Après avoir franchi un Torii, la route pavée commençait à laisser place à du bitume craquelé avec le temps. Des plantes dépassaient même entre les fissures, après des années de négligence. C'était une route de montagne aménagée sur le bord d'une falaise dont le dénivelé n'était pas si élevé, mais donnait une belle vue sur le paysage.

Les glissières de sécurité qui protégeaient avaient les rivets rongés par la corrosion, alors que les barrières en béton étaient couvertes de mousse.

En contrebas non loin de leur position, le groupe pouvait déjà apercevoir le village situé entre des rizières avec des panneaux solaires posés sur le toit des petits pavillons.

Une voie ferrée reliait le village. D'ailleurs un train était visible en train de quitter la gare.

C'était comme toujours une vieille rame de métro, renforcée par de nombreuses plaques de blindages ainsi que deux wagons qui avaient été modifié pour y installer de l'armement divers à la fois antiaérien et antichar.

Thane posa soudainement une main sur son fusil. Un pick-up avec des motifs de camouflage, des plaques d'acier aux vitres et une mitrailleuse apparut subitement au coin de la route.

Faisant des appels de phares, le groupe se rabattit alors sur le côté afin de laisser passer le véhicule qui avait pris soin de ralentir, afin de ne pas les asperger d’eau.

- Tient je ne connaissais pas cet emblème, fit remarquer Kud qui venait de sortir une cigarette, tout en cherchant son Zippo en tenant son parapluie.
- Moi non plus. Après voilà, ce n'est pas comme si les types se tapaient constamment dessus, répondit Thane.

Elle avait en bandoulière sur sa poitrine son SR25 qui était en tenu en diagonale. Habillée cette fois en jean avec une chemise blanche aux manches retroussées, elle était toujours pensive sur les évènements de la nuit dernière.

Des images repassaient toujours aléatoirement dans sa tête, comme si elles étaient marquées à l'encre indélébile.

Le sang, le contact sexuel, la fuite et le combat nocturne. Ces événements n'arrêtaient pas de revenir aléatoirement en tête.

De manière inattendue, elle trébucha avant de tomber sur le sol en pente. En voulant se rattraper avec ses mains, elle rata et se blessa au niveau de l'avant bras et elle sentit le fusil lui entrer dans les côtes.

- Attention Thane ! cria Shanto avant de s'approcher.

En se relevant lentement, elle se frotta pendant un instant ses yeux avant de se mettre sur ses genoux.

- Aïe.. j'aurais dû regarder où je marchais.

Avec l'assistance de Shanto, elle se releva avant de donner quelques coups sur ses vêtements afin de retirer la saleté. Et Kud lui fit remarquer alors après avoir expirée la fumée de sa cigarette.

- Au-moins tu ne t'es pas blessée aux mains. Ça aurait pu être grave. J'ai l'impression que t'es pas dans ton assiette aujourd'hui depuis ton réveil.
- Je dois être un peu fatiguée je pense…

Elle leva son avant bras, avant de voir une petite blessure. Frottant alors dessus du revers de sa main, elle lécha la plaie afin d'essayer de désinfecter un peu et de retirer les débris, avant de cracher sur le bas côté.

- Tu devrais mettre un pansement Thane, lui dît Remilia.
- On en achètera à la pharmacie s'ils en ont, lui répondit-elle.

Après quelques minutes de marche, le groupe était arrivé à l’entrée du village, où était présent deux blindés stationnés à l’entrée.

Un chariot avec les récoltes du matin était présent, avec un vieil homme qui commerçait avec les locaux pour vendre sa production.

Très vite, Remilia interpella Anok.

- Anok, que penses-tu d’un bon maïs pour changer de tes paquets de chips ?
- Il n’y a pas plutôt du Blédina bio ?
- Voyons Anok, il y a bien mieux que du Blédina bio. Tu devrais diversifier un peu plus ta sélection gustative afin de découvrir de nouvelles choses.
- Il n’y a pas un Mc Do ?
- Je pense qu’il y en a un près de la gare. Mais tu sais bien que ce n’est pas bon pour la santé.
- Go Mc Do
- Eeeeh...

Shanto s’approcha alors de Remilia.

- Par contre moi je voudrais bien goûter ces maïs une fois passé à la vapeur.
- Bien, je vais en acheter quelques uns alors, lui répondit-elle.
- Par contre où est passé Kud ?

Thane se mit alors à regarder les alentours pour essayer de retrouver Kud. Mais elle ne parvint pas à la voir. Et ce fut après un petit instant qu’elle la vit sortir d’un tabac, une cartouche sous le bras.

- La vie de ma mère ils m’ont fait chier pour 10 cents.
- Kud, on te cherchait, lui lança Anok qui était déjà en train d’étirer ses jambes à cause de l’effort colossal qu’il avait fourni. Même si ça fait que 2 minutes on te cherchait.
- Bon je propose qu’on se retrouve ici dans une demi-heure. Si quelqu’un met plus de temps on ira le chercher où il est, proposa Shanto.

Le groupe s’échangea les informations sur l’endroit où ils allaient être présent. Puis finalement, ils se séparèrent pour partir respectivement de leur côté.

1
Répondre
Prévisu
?
Victime de harcèlement en ligne : comment réagir ?
Infos 0 connecté(s)

Gestion du forum

Modérateurs : Evilash08, Vortex646, Tomy-Fett, Leirok, TARDYL1973, MamYume, Galactico, ]Faustine[, Latios[JV]
Contacter les modérateurs - Règles du forum

Sujets à ne pas manquer

  • Aucun sujet à ne pas manquer
Meilleures offres