Menu
The Legend of Zelda : Oracle of Seasons
  • Tout support
  • 3DS
  • GB
Forum
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
EtoileAbonnementRSS
jeuxvideo.com  /  The Legend of Zelda : Oracle of Seasons  /  Tous les forums  /  Forum The Legend of Zelda : Oracle of Seasons  / 

Topic Le journal du forum pour etre au courant

Sujet : Le journal du forum pour etre au courant

Page suivanteFin
[esqaud]
[esqaud]
MP
21 janvier 2002 à 22:39:57

Alors voilà, J´ai decide dont de faire un journal du forum pour que tlm soit au courant de ce qui se passe ...
Eventuellement les Asv etc.. seront Sur la Lettre d´infos !
:P

[esqaud]
[esqaud]
MP
21 janvier 2002 à 22:51:21

Alors voila la PREMIERE EDITION

LE LUNDI 21 JANVIER 2002

================================================
_____________________________________
___________

=====================================

===========
Le Sommaire

================================================
-rappelle du quizz du DIMANCHE
- Le TEST De Zelda oracles of Seasons
- Le top 5
- Mon forum a moi !
- Les Quizz de Dark_Baal et de Artv !
________________________________________________

RAPPELLE DU QUIZZ DU DIMANCHE
-----------------------------
Voila donc j´ai decide de faire un Quizz tous les dimanches de 19 H 30 à 20 H 30
He oui ! sa dure que 1 heure !
Les deux arbitres sont moi et Dark_Baal !
On vous attends nombreux !
et a la fin des quizz il y aura le classement !

Voici le TEST DE ZELDA ORACLES OF SEASONS
-----------------------------------------
Une attente insoutenable pour ceux qui se lamentent, et à juste titre, de ne pas avoir eu droit à une nouvelle aventure de Link sur Gameboy depuis la sortie de Link´s Awakening en 1993 ! L´idée de nous ressortir cet excellent titre sur Gameboy Color sous le nom de Zelda DX était certes judicieuse, mais les fans auront eu vite fait le tour de cet épisode quasiment identique à Link´s Awakening, excepté la couleur en plus et le donjon inédit.

Cette fois, Nintendo a décidé de ne pas faire les choses à moitié, et les joueurs auront largement de quoi s´occuper d´ici la sortie hypothétique mais probable d´un épisode Gameboy Advance de la série Zelda. Shigeru Miyamoto et son équipe ont semble-t-il décidé de prendre des vacances (à moins qu´ils ne soient trop occupés à repenser le visage de Link pour son apparition attendue dans la version Game Cube), et c´est finalement Capcom qui s´est vu octroyé le droit de réaliser pour la première fois dans l´histoire de la saga deux épisodes complets de Zelda. Que les puristes se rassurent, Capcom connaît son affaire et les développeurs du jeu comptent sans aucun doute parmi les plus grands fans de la série.

Plus que jamais, cet épisode regorge de clins d´oeil aux précédents opus, depuis The Legend of Zelda sur Nes à Majora´s Mask. On y retrouve ainsi la plupart des protagonistes rencontrés au cours des précédentes aventures mais aussi un certain nombre de boss que l´on n´avait plus revu depuis les épisodes de la Nes. Bien sûr, la technique pour les vaincre sera différente et ces derniers ne se laisseront achever que si vous parvenez à trouver la faille dans leur cuirasse, leur talon d´Achille habilement dissimulé. Il faudra d´ailleurs souvent trouver la bonne combinaison d´objets pour venir à bout des plus durs à cuire qui combattent sous plusieurs formes distinctes.

Mais si les boss et les ennemis sont toujours aussi retords, et si les donjons se veulent encore plus vicieux que d´habitude avec des casse-têtes à la chaîne qui mettront votre matière grise à rude épreuve, vous passerez au moins autant de temps à l´extérieur à la recherche de personnages et d´objets indispensables à la progression de l´aventure. Cet épisode commence ainsi par l´arrivée de Link sur un continent inconnu et sa rencontre avec une danseuse prénommée Din. Le jeune héros découvre rapidement la véritable identité de la jeune femme lorsque Onox, le Général des Ténèbres, apparaît pour enlever Din et s´emparer de son pouvoir. La belle se révèle en fait être l´Oracle des Saisons, et il va vous falloir retrouver une à une les huit essences de la nature pour ramener l´ordre en Holodrum.

Pour cela, vous découvrirez peu à peu les possibilités offertes par le bâton des saisons, un artefact puissant avec lequel vous pourrez modifier le cours des saisons à votre guise. Inutile de dire que la progression s´en retrouve pas mal complexifiée puisque chaque saison influe réellement à sa façon sur l´environnement. La réalisation profite du même coup de graphismes sans cesse renouvelés. Les progrès sont notables par rapport à Zelda DX même si l´on retrouve grosso modo les mêmes décors. Le monde à explorer est par contre complètement nouveau, et l´évolution des saisons permet de la découvrir sous quatre variantes complètement nouvelles. A cela s´ajoute un autre monde appelé Subrosia, parallèle à Holodrum, et auquel il est possible d´accéder via des téléporteurs.

Quelques mots tout de même sur la VF qui se veut correcte, mais parfois décevante. Si les textes sont satisfaisants et que la plupart des noms sont conservés, on regrettera quand-même par exemple que le traducteur ait nommé l´arbre Bojo au lieu de Mojo, comme cela avait été traduit dans Majora´s Mask, et d´autres petits détails de la sorte.

Pour ceux qui connaissent Zelda DX, il faut préciser que Oracle of Seasons (tout comme Oracle of Ages d´ailleurs) fait intervenir des objets inédits, comme le lanceur de graines, la cape, le boomerang spécial ou le gant magnétique, sans oublier le sceptre des saisons. Dans le même registre, la flûte permet de faire appel à l´une des 3 créatures qui accepteront de vous véhiculer, et c´est d´ailleurs le seul endroit où la suite de la quête dépend véritablement des choix que vous effectuerez à ce moment-là. Il n´est possible en effet d´appeler qu´un seul animal à la fois, donc il faudra refaire le jeu pour découvrir les autres embranchements du scénario.

Impossible d´énumérer l´ensemble des subtilités dont regorge Oracle of Seasons, mais je ne voudrais pas non plus vous gâcher la surprise de les découvrir par vous-même. Bref, Oracle of Seasons est bien le jeu culte que les fans attendaient, un titre comme il n´en existe pas encore sur Gameboy Advance et dont les joueurs GBA auraient tort de se priver. Quant aux possesseurs de Gameboy Color, ces deux cartouches comptent certainement parmi les derniers grands titres qu´ils auront encore la chance de voir tourner sur leur machine, et là tout est dit.

Graphismes : 17/20
Jouabilite : 18/20
Durée de vie : 17/20
Bande son : 15/20
Scénario : 16/20
Note Generale 18/20

VOICI LE TOP 5 ACTUELLEMENT SUR JV.COM
--------------------------------------
1. Forum Harry Potter :
Pré Au Lard : Village Pou...

2. Forum Final Fantasy 9 :
Question pour un gamer (2...

3. Forum Final Fantasy 7 :
Une Histoire Sur Vincent ...

4. Forum Grand Theft Aut... :
The Forum D´aide Gta 3...

5. Forum Gran Turismo 3 :
Tchatcheurs-land

J´espere qu´on serais ici !

MON FORUM A MOI
---------------

voila ici vous pouvez donc visitez mon forum Zelda oracles of Seasons en allant Sur :
L´adresse Suivante :
-http://zeldaseason.les-forums.com/

Les Quizz de Dark_Baal et de ARTV
---------------------------------
Voila vous pouvez donc repondre a ces questions !

Merci
[Esqaud] votre Moderateur !

ARTV
ARTV
MP
22 janvier 2002 à 01:35:04

de qoi tu parle avec nos quizz?!?!?!

Nayrue
Nayrue
MP
22 janvier 2002 à 19:00:33

ah ca!
j´imagine très bien!

[esqaud]
[esqaud]
MP
22 janvier 2002 à 19:14:39

Le test de X-Games

===================================
Konami défie Activision avec ESPN X-Games Skateboarding, un titre PS2 qui tente de voler la vedette au très récent Tony Hawk 3.

==================================================
Le soft de Konami (dont je vous épargnerai le titre exact qui est aussi pénible à lire pour vous que fastidieux à écrire pour moi) met donc en avant la compétition des X-Games de San Francisco, bien connue des amateurs de sports extrêmes. Malgré cette particularité qui aurait pu lui conférer une identité propre, ce titre se contente de reprendre tous les éléments déjà instaurés dans les épisodes de Tony Hawk sans apporter au genre la moindre originalité. Seulement voilà, le soft ne parvient pas vraiment à égaler la référence dont il s´inspire allègrement, et avoue rapidement ses lacunes au niveau de sa réalisation et de son gameplay.

Tout semble pourtant se présenter pour le mieux lors du lancement du jeu. Comme sur la version GBA, on nous donne la possibilité d´incarner huit pros de la discipline, pas vraiment valorisés par leur modélisation faciale mais suffisamment connus des amateurs de la discipline pour rendre n´importe quel fan impatient de rentrer dans le vif du sujet. Les plus motivés pourront d´ailleurs essayer d´étoffer progressivement toute leur panoplie (équipement, sponsors, boards) en réalisant les meilleures performances.

La première chose qui frappe concerne la réalisation plutôt moyenne de ce titre. S´il était justement un critère qu´il ne fallait pas louper, c´était celui-là. Dans un domaine où Tony Hawk 3 demeure encore largement perfectible et « facile » à surpasser, le titre de Konami ne parvient même pas à afficher des environnements réellement convaincants : manque de couleurs et de détails, de variété au niveau des textures, une distance d´affichage plus que limitée, des animations raides et peu détaillées, et surtout des graphismes rongés par l´omniprésence de l´aliasing. Bref, si l´on peut se féliciter de la variété des environnements proposés, le résultat se révèle trop inefficace pour constituer un atout plus qu´un handicap.

Un petit tour dans l´écran des menus permet tout de même de se rassurer au niveau des modes de jeu. Si les skate-parks ne sont pas extrêmement nombreux, le soft se rattrape tout de même avec la présence des modes de jeu indispensables à ce type de softs. Classique mais tout aussi efficace, le Tutorial se révèle plutôt complet en proposant la description des différentes combinaisons que vous pourrez ensuite expérimenter en mode Practice, avec une démo qui permet de visualiser la réalisation de tous les enchaînements. Tout aussi conventionnels, les mode Free Skate et Arcade se révèlent particulièrement efficaces pour qui veut affiner sa technique. Le dernier vous propose toute une série de challenges se déroulant dans des environnements urbains qu´il faudra débloquer au fur et à mesure en fonction des points gagnés. On dénombre six skate-parks au total, ce qui n´est pas énorme, parmi lesquels on trouve notamment New York et Los Angeles.

Comme toujours, le but des épreuves consiste généralement à compléter un certain nombre de défis dans le temps qui vous est imparti. Là encore, rien que du très classique. Dommage que le gameplay soit aussi peu technique et dynamique. La caméra a du mal à suivre et l´architecture des skate-parks n´est pas des plus palpitantes. Outre un mode deux joueurs en écran splitté qui autorisera des duels en Score Vs (prendre le maximum de risques pour marquer le plus grand nombre de points), on retiendra surtout le mode compétition X-Games qui se divise en deux catégories : Vert et Park. La première consiste en un simple half-pipe et la seconde vous propose un skate-park très conventionnel. Dans le premier challenge il s´agira d´enchaîner un maximum de figures variées tout en privilégiant les combos, alors que dans le second vous devrez aussi essayer d´utiliser tout l´espace qui est mis à votre disposition pour engranger un maximum de points.

Malgré tout, le manque de subtilité dans le gameplay, l´absence d´innovations et la faiblesse de la réalisation font de ce titre un soft relativement décevant. Les habitués du genre n´y trouveront aucun challenge à leur mesure, et même les novices parviendront à réaliser les enchaînements les plus difficiles en quelques minutes. Les incohérences prolifèrent, et il suffit de voir le skater changer de direction à l´arrêt sans bouger un seul muscle pour s´en convaincre. Les collisions sont bien souvent douteuses, la réalisation des figures est parfois peu crédible et le gameplay manque cruellement de dynamisme. On cherche toujours les sensations extrêmes annoncées, avec une déception toute particulière en ce qui concerne le caractère peu impressionnant des figures spéciales que l´on ne peut réaliser que lorsque la jauge correspondante atteint son maximum. Espérons que l´éditeur reverra sa copie pour les titres à venir, même si le bilan pour ESPN X-Games Skateboarding n´est pas très encourageant.

Graphismes : 11/20
Jouabilité : 14/20
Duree de vie: 11/20
Bande de son : 12/20
Note Generale :12/20

Nayrue
Nayrue
MP
22 janvier 2002 à 19:22:04

tiens tu t´ajoute une nouvelle pièce a ta collections?
dis moi...
tu tapes tout ou tu fais copier coller?

[esqaud]
[esqaud]
MP
22 janvier 2002 à 19:48:12

Ba Je tape
C chiant !

[esqaud]
[esqaud]
MP
22 janvier 2002 à 21:39:57

Le test de Vampire Night

=================================================
Quand Namco et Sega s´allient pour développer un nouveau jeu de tir, ça donne Vampire Night, un shoot qui s´annonce explosif.

============================================

=====
Issu de la borne d´arcade du même nom, Vampire Night s´apprête donc à investir le support Playstation 2 aux alentours du mois de mars. Les amateurs du genre vont enfin pouvoir ressortir le flingue de la PS2 et tester leurs compétences de tireur d´élite dans ce titre à l´ambiance très convaincante. L´histoire se passe dans un passé alternatif où les habitants d´un petit village se font décimer par des créatures de l´ombre. Situé à proximité d´un sombre château, le village est devenu peu à peu le véritable garde-manger des vampires du donjon, et c´est à vous qu´il incombe de mettre fin à cette tragédie.

Dans la peau d´un chasseur de vampires qui n´a pas grand-chose à envier à notre ami Dante, vous allez pouvoir vous en donner à coeur joie en cassant du monstre, armé de vos pistolets « spécial morts-vivants ». Votre petite excursion au coeur des Carpathes pourrait d´ailleurs bien tourner rapidement en votre faveur, car tous les vampires qui peuplent les alentours ont un point faible, une faille qui vous est révélée bien souvent juste avant d´affronter un ennemi particulier et qui vous permettra de lui régler son compte sans problème. Ainsi, il vous faudra à plusieurs reprises tenter de sauver des humains prisonniers des vampires en tirant sur les monstres qui s´accrochent à eux. Précision et sang-froid sont plus que jamais requis, car si vous visez un peu à côté, les victimes de l´instant d´avant se transformeront elles aussi en créatures démoniaques.

On le voit, le jeu baigne dans un rythme effréné de bout en bout, l´action est omniprésente et les balles jaillissent de partout. Quitte à sacrifier votre pauvre index qui appuiera frénétiquement sur la gâchette du début à la fin du jeu sans discontinuer, il ne faudra pas hésiter à exploser le décor qui vous entoure pour trouver des bonus cachés. L´utilisation du GunCon sera bien entendu fortement conseillée pour une immersion vraiment totale dans le jeu, et le mode deux joueurs conseillé pour déguster des moments vraiment fun entre potes. D´autant que le jeu profite d´ores et déjà d´une réalisation plutôt convaincante.

Le jeu ne comportera que six niveaux plus quelques niveaux secrets, mais chacun suit une thématique bien précise qui assure le renouvellement des environnements : d´abord la neige, puis la pierre, le feu, l´ombre, l´eau et la lune. L´un des points forts du soft réside sans doute dans son excellente mise en scène et surtout dans son atmosphère gothique qui tranche radicalement avec ce que l´on a coutume de voir dans ce type de jeux. Vampire Night se rapproche donc davantage d´un House of the Dead que d´un Time Crisis, avec une ambiance qui oscille entre l´univers sombre d´un Castlevania et la progression rythmée d´un Confidential Mission.

Contrairement à Time Crisis 2, la progression suit un parcours prédéfini, et vous influez donc uniquement sur le viseur sans pouvoir vous décaler par exemple pour recharger votre arme. L´une des originalités du soft réside dans le fait que les boss n´apparaissent pas systématiquement à la fin des niveaux mais surviennent aux moments les plus inattendus. Le point faible inhérent à ce type de jeu concerne une fois de plus sa durée de vie, même si le jeu propose tout de même pas mal de niveaux d´entraînement et des modes de jeu variés. Reste à savoir si Vampire Night est suffisamment bien rythmé de bout en bout et dans quelle mesure il parvient à se renouveler pour donner envie au jouer de recommencer l´aventure sans trop se lasser. C´est ce que nous verrons lors du test en mars prochain.

[esqaud]
[esqaud]
MP
23 janvier 2002 à 21:09:39

La DEUXIEME EDITION

==================================
MERCREDI 23 JANVIER 2002

================================
Sommaire

-RIEN A DIRE
-Quizz Special
-TOP 5
-Les Deux TESTS

Quizz Special
---------------------
Oui Voila Moi et Dark_Baal , avons fais un quizz Special Zelda Seasons/Ages , Il contiendra 50 Questions ! Venez Nombreux Sur le chat de JV.Com
Sur le canaux #Clan_Zelda_Seasons.

Le TOP 5
----------------
1. Forum Harry Potter
2. Forum Final Fantasy 9
3. Forum Gran Turismo 3
4. Forum Final Fantasy 7
5. Forum Silent Hill 2

Les TESTS
-------------------
Serious Sam 2 ( PC )
Sam est de retour pour un second contact et nous propose une évasion culturelle au coeur de l´histoire des civilisations antiques

Après un premier opus qui créait une agréable surprise, les petits gars de Croteam remontent donc au créneau et nous offrent un Secon Contact tout aussi palpitant que le premier. Pas de grandes nouveautés dans cette nouvelle mouture si ce n´est quelques nouvelles armes bien pratiques et quelques nouvelles têtes dans le clan des abrutis d´en face. On reprend donc le principe efficace du premier et on se lance dans une aventure qui prend la suite directe de l´aventure qu´il avait laissé en suspens. Sam s´empare du vaisseau extra-terrestre bien décidé à aller rendre visite à quelques potes, mais pas de chance, le vaisseau s´écrase misérablement en pleine Amérique du Sud. Un petit saut dans l´eau et on se retrouve avec notre Sam en pleine brousse une fois encore assailli par les hordes de l´infâme Mental. Si le premier opus faisait passer Quake pour un jeu de réflexion, ici on découvre quelques casse-têtes et quelques pièges particulièrement vicelards qui ne manqueront pas d´apporter un peu de piment au jeu. On a même quelques rares phases de plates-formes qui apporteront un peu de fraîcheur au gameplay même si celles-ci se déroulent sous le harcèlement de monstres cachés et aux projectiles guidés ou d´autres ennemis aériens que l´on se dépêchera d´éliminer.

Ce nouvel opus alterne donc les passages indoor et outdoor pour laisser découvrir au joueur une alternance de zones tout simplement immenses où l´on voit à perte de vue et les sinistres temples où autres environnements intérieurs qui bien entendu réserveront leurs lots de sursauts en laissant pleuvoir sur vous une avalanche de monstres à chaque tournant. Le joueur à cette occasion prêtera son cerveau à Sam et déjouera différents pièges particulièrement tordus afin de pouvoir progresser. Côté ennemis on retrouve la majeure partie des têtes connues dans le premier épisode mais on note toutefois l´apparition de quelques petits nouveaux. On a droit une fois encore aux descriptifs délirants à l´apparition de chaque nouveau monstre et l´on découvrira avec joie leurs stratégies fines et élaborées. A chaque catégorie de bestioles se rattache une arme plus ou moins appropriée et on se félicitera de l´apparition du fusil de précision à lunette qui rendra de fiers services et apportera une solution à pas mal de situations alors que la tronçonneuse s´avère amusante à manipuler mais finalement pas forcément adaptée aux déferlantes d´ennemis.

Serious Sam 2 propose donc un gameplay classique et efficace, bourrin à souhait, ce qui devrait faire plaisir aux amateurs du shoot frénétique. L´action est continue et l´on ne s´ennuie pas une seule seconde en se prenant sans cesse au jeu. On notera en dehors de la campagne solo quelques petits plus comme l´éditeur ou le modeleur mais surtout un mode multijoueur qui devrait pleinement relancer l´intérêt de ce titre. Coopératif, Seriously Warped Deathmatch, Scorematch ou Fragmatch, on n´a que l´embarras du choix.

Au niveau des graphismes on en prend encore une fois plein les yeux. Les décors sont impressionnants par leur architecture et leur immensité alors que tous les effets souhaités sont au rendez-vous. Le tout bénéficie d´une fluidité parfaite et d´une modélisation sans faille, tout juste remarque t-on quelques petits défauts de temps en temps. Le Serious Engine fonctionne donc à merveille et c´est avec bonheur que l´on évoluera dans les somptueux environnements proposés par ce titre. Au niveau des musiques c´est comment dire, très couleurs locales en fonction des niveaux traversés avec des thèmes qui s´intensifient lors de l´arrivée des vagues ennemies. Les effets sont particulièrement soignés et contribuent énormément à l´ambiance délirante du jeu. On reconnaîtra au bout de quelque temps toutes les créatures en fonction de leurs sons ou cris ( RHAAAAAAAA... ) caractéristiques.

En clair si vous avez aimé le premier, il y a de fortes chances pour que vous aimiez le second. Si l´on est moins surpris par l´ambiance décalée et déjantée que lors de la découverte de la précédente mouture c´est toutefois avec délice qu´on se reprend au jeu. On se dit à chaque instant que c´est débile tellement c´est énorme, mais c´est tellement bon...

Graphismes : 16/20
Jouabilite : 16/20
Duree de vie : 15/20
Bande de son : 15/20
Scenario 15/20
Note Generale : 16

Pikmin ( GAME CUBE )
Quand le père de Mario se lâche sur GameCube, ça nous donne un jeu de stratégie pas comme les autres et complètement dément.

Pikmin, c´est le périple d´Olimar, le capitaine du vaisseau spatial Dolphin qui échoue sur une planète étrange après que son vaisseau ait heurté un météore. Perdu sur ce monde inconnu et hostile, Olimar n´a pour tout équipement qu´une simple combinaison spatiale qui lui permet de survivre pendant 30 jours ; le délai minimum avant la fin duquel il faudra qu´il soit parvenu à retrouver les différentes parties de son vaisseau qui se sont échouées aux quatre coins de la planète.

Une quête qui prendra la tournure d´une véritable odyssée, tant la nature qui entoure notre héros prend des allures gigantesques par rapport à lui. Tel un lilliputien entouré de géants, vous allez donc évoluer dans un univers étrange et coloré dont on dit qu´il est inspiré du véritable jardin de Miyamoto à Kyoto ! Mais cette nature étrange et enchanteresse n´en est pas moins hostile, et surtout pleine de surprises. C´est ainsi qu´en faisant quelques pas autour de son vaisseau, Olimar découvre un objet bien étrange en forme d´oignon qui s´anime sous ses yeux. Il découvre ensuite que ces oignons servent en fait d´incubateurs aux Pikmin, des créatures qui poussent comme des plantes mais qui s´agitent comme des êtres vivants lorsqu´on les déracine.

Difficile de résister au charme adorable de ces créatures dont les cheveux en forme de feuilles se balancent au gré du vent. Tout l´aspect stratégique du jeu consiste justement à savoir tirer parti des capacités de ces créatures. Il semble qu´il n´en existe que trois sortes : les rouges résistent au feu, les jaunes peuvent aller très haut et savent utiliser des rochers explosifs, et enfin les bleus ne craignent pas l´eau. Au fur et à mesure que vous récoltez des items, vous obtenez de plus en plus de Pikmin, jusqu´à être entouré d´une véritable armée de ces espèces de petits radis vivants. Le maximum de Pikmin autorisé est de 100, mais rien ne vous empêche d´en stocker davantage dans les oignons. Et plus ils sont nombreux, plus ils sont efficaces...

Dis comme ça, ce jeu doit vous paraître complètement dément, et il l´est ! Difficile de décrire le spectacle que nous offre ce jeu. Voir tout ce petit monde suivre le petit cosmonaute en trottinant est un véritable régal. On peut les utiliser en groupe ou individuellement, et les séparer ou les regrouper à volonté. En plus des différences de couleurs, les Pikmin peuvent également évoluer sous diverses formes s´ils entrent en contact avec certaines substances, de la simple plante à la fleur, et ils deviennent alors beaucoup plus rapides et efficaces.

Car le temps est bien votre principal adversaire dans Pikmin. Chaque jour, vous devez impérativement remplir vos objectifs avant la tombée de la nuit et rassembler tous vos Pikmin dans leurs oignons respectifs pour éviter qu´ils ne se fassent dévorer par les prédateurs. Les commandes principales vous permettent de les disperser, de siffler pour les regrouper, et surtout de les lancer sur ce que vous voulez : sur des monstres pour les éliminer, sur des barrières pour les détruire ou encore sur des jetons ou des cadavres de créatures pour les ramener au vaisseau. Le stick jaune permet même de les contrôler directement sur une distance limitée pour plus de précision lorsqu´il s´agit de franchir des endroits accidentés.

Pikmin divisera peut-être les joueurs par son concept, mais il les divisera aussi par son atmosphère étrange et enfantine. On retrouve un peu l´ambiance naïve d´un Yoshi´s Story, avec des bruitages irrésistibles et des créatures au design complètement fou. En tout cas, ceux qui adhéreront au concept de Pikmin découvriront avec ce titre un soft réellement prenant, mais il faudra encore patienter quelques mois avant de voir arriver la version française du jeu qui accompagnera le lancement de la console en Europe. Cela dit, je m´arrête ici car j´ai des radis rouges et jaunes qui sont en train de se faire gober... Tiens, une fois les parties manquantes réunies, il semblerait que le vaisseau reparte vers d´autres cieux, suivi de près par les oignons des Pikmin qui visiblement se sont attachés à moi...

Voila @+

Cath_la_vraie
Cath_la_vraie
MP
24 janvier 2002 à 02:19:05

[esqaud]

ALORS LÀ JE SUIS FRUSTRÉE!!!!!!!!!!!! TU ME DÉÇOIS BEAUCOUP D´AILLEURS!!!!

(pour ceux qui ne le savent pas je suis modératrice d´un autre forum)

1- TU PRENDS LE MÊME NOM DE JOURNAL QUE MOI
2- TES SQUELETTES DE JOURNAL SONT IDENTIQUES AUX MIENS!!!! (DATE, TEST, ORDRE, ARRANGEMENTS)

TU EN AS DU CULOT TOI!!! t´AURAIS OPU ME DEMANDER AU MOINS AVANT!!!!!!!! NA!

[esqaud]
[esqaud]
MP
24 janvier 2002 à 16:10:42

Ba je t´vais dis sur le forum nan ?

[esqaud]
[esqaud]
MP
24 janvier 2002 à 22:21:17

LA TROISIEME EDITION !

=========================
JEUDI 24 JANVIER 2002

=========================
Sommaire

-Artv change de pseudo
-Tres-beau-Gosse dis "TOP Zelda"
-TOP 5
-TEST De SALT LAKE 2002 ( PC PS2 )

Artv change de pseudo
------------------------------------
Oui c fait Artv change de pseudo , son pseudos maintenant est (ARTV2)

TRES BEAU BOSS
------------------------------
Oui trs beau Bosses bien dit il faus qu´on remonte dans le top 5

TOP 5
------------------
Et oui les places ont changes rapidement !

1. Forum Gran Turismo 3
2. Forum Harry Potter
3. Forum Final Fantasy 9
4. Forum Silent Hill 2
5. Forum Devil May Cry

TEST DE SALT LAKE 2002 ( PC )
------------------------------
Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais les jeux de ski se sont faits très discrets ces dernières années. A bien y réfléchir, le dernier doit sûrement remonter à Nagano, en 1998, c´est dire ! Et oui, alors que les jeux de snowboard ou même de moto-neiges se répandent comme des petits pains, les titres de ski purs et durs se comptent sur les doigts d´une main ! Vous comprenez peut-être mieux maintenant avec quelle impatience nous pouvions attendre ce Salt Lake 2002. Aujourd´hui alors que nous l´avons enfin entre les mimines, on se dit que si c´est pour avoir des titres si moyens, mieux vaut ne pas en avoir du tout. Wouah, comme j´y vais fort en début de test !

Sur toutes les disciplines représentées dans la compétition, Eidos en a retenu 6. Un nombre qui parait déjà bien faible face aux 78 de la réalité, mais passons... Sont donc présents : la descente messieurs, le slalom dames, le saut acrobatique dames, le saut à ski K120 messieurs, le bobsleigh à 2 messieurs et le snowboard slalom géant parallèle messieurs. Même si toutes les épreuves diffèrent les unes des autres, elles ont toutes en commun un manque de sensations évident. Aucune impression de vitesse dans la descente (ni à bord du bobsleigh d´ailleurs), pas de vertige lors du saut à ski et je ne parle même pas des autres disciplines, plus molles les unes que les autres.

Au niveau de la jouabilité, Lac Salé 2002 ne s´embarrasse pas d´un trop grand nombre de touches. Une ou deux par épreuve, c´est amplement suffisant. Ainsi, en descente ou en snowboard on peut s´accroupir pour gagner de la vitesse et en slalom on peut pivoter pour passer les portes. Pour le saut K120, il faudra bouger ses skis pour les maintenir parallèles et lors de sa variante acrobatique, il s´agira de reproduire des combinaisons de touches affichées à l´écran. Enfin, pour le bobsleigh, le martelage de clavier sera de rigueur pour pousser l´engin. La jouabilité à beau être d´une simplicité enfantine, elle n´est pas pour autant efficace. En effet, les sportifs réagissent « trop bien » à nos sollicitations, du coup ils tournent trop sèchement dans les virages, de façon peu réalistes.

D´autres détails, d´ordre graphique cette fois, nous ont aussi un peu gênés. Pourquoi les skieurs de descente laissent-ils de telles tranchées dans la neige ? Ne sont-ils pas supposés évoluer sur des pistes damées ? Pour rester sur l´aspect esthétique du jeu, on peut aussi signaler que seules les plus grosses configs pourront supporter Salt Lake en affichant un niveau de détails satisfaisant. Les machines plus faibles devront, elles, se contenter d´une modélisation plus grossière des environnements et des skieurs si elles ne veulent pas avoir à subir une animation saccadée.

Pour ce qui est des modes de jeu, Salt Lake n´offre que le strict minimum. Un mode Olympique dans lequel les épreuves s´enchaînent pour gagner des médailles, un mode Tournoi où il faut disputer plusieurs manches successives d´une même épreuve, un mode libre (sorte d´entraînement) et un mode classique. Mis à part ce dernier, tous peuvent être disputés à plusieurs (jusqu´à 4 participants). Le snowboard pouvant même être pratiqué à deux en même temps en écran splitté. Si les modes sont en nombre restreint, les parcours le sont malheureusement aussi et il n´existe qu´une seule piste pour chaque épreuve. Plutôt léger, n´est-ce-pas ? Si tous les parcours reprennent les tracés officiels, on se demande bien pourquoi Eidos n´en a pas créé de nouveaux, histoire de prolonger la durée de vie déjà bien faible.

Bref, Salt Lake 2002 est une belle déception pour tous les amateurs de ski. Espérons simplement que les Jeux Olympiques, les vrais, soient plus passionnants et plus dynamiques que cette version servie par Eidos, pas très en forme sur ce coup-là.

Graphismes : 13/20
Jouabilite : 13/20
Duree de vie : 10/20
Bande de son : 13/20
Note generale : 11/20

SALIT LAKE 2002 ( PS2 )

Développé par Attention To Detail, studio de développement anglais déjà à l´origine du très moyen Sydney 2000, Salt Lake 2002 reprend donc la recette du multi-épreuves dans un cadre un peu plus... hivernal. Le soft vous propose de vous mettre dans la peau d´un sportif de haut niveau et de participer à six disciplines parmi l´ensemble des épreuves qui se dérouleront le 8 février prochain à Salt Lake City. Première déception, pourquoi seulement six épreuves alors que les JO de Salt Lake City en comportent bien davantage ? Sans être pour autant complètement exhaustif, j´estime qu´un soft portant le nom et la licence officielle d´un tel événement se doit de proposer un contenu un peu plus ambitieux que celui qui nous est présenté ici.

Seul ou à plusieurs (jusqu´à quatre joueurs alternativement ou en écran splitté selon l´épreuve), vous pourrez donc vous essayer successivement à la descente messieurs, au bobsleigh, au ski acrobatique sauts dames, au slalom dames, au slalom géant parallèle messieurs en snowboard, et au saut à ski K120 individuel messieurs. Un programme pas très chargé mais qui conviendra à tous les joueurs puisque chacune de ces épreuves comporte cinq degrés de difficulté progressifs : débutant, espoir, confirmé, expert, et enfin légende. Autant commencer modestement car le soft ne comporte absolument aucun tutorial. Un comble pour un jeu où il faut assimiler un gameplay différent pour chaque épreuve.

Il faudra donc se contenter des modes de jeu suivants : le parcours olympique où vous tenterez de décrocher quelques médailles dans l´ensemble des disciplines proposées, le mode Tournoi qui vous offre une compétition nocturne à élimination directe sur quatre manches, le mode Classique où vous pourrez tenter de relever des défis de plus en plus corsés, et enfin le mode Libre qui vous permettra de choisir l´épreuve individuelle que vous désirez.

Comme toujours dans ce genre de titres, l´intérêt du jeu est assez inégal suivant les épreuves, mais au moins les développeurs ont su éviter le fameux problème de bourrinage de paddle qui vient trop souvent gâcher l´intérêt des épreuves proposées dans les jeux de ce type. Si rien n´apparaît à l´écran pour aider à comprendre le fonctionnement de chaque épreuve, la notice se veut suffisamment détaillée pour pallier ce problème.

Tout commence bien sûr par la fameuse cérémonie d´ouverture et le rituel de la flamme olympique, après quoi on vous indique les conditions météo attendues ainsi que l´heure et la visibilité. Et vous voilà lancé sur la première épreuve avec en fond sonore des commentaires français un peu étouffants mais tout à fait crédibles. Si vous vous en sortez bien, vous pourrez même assister à la remise des médailles en grande pompe pour terminer par la non moins attendue cérémonie de clôture et ses incontournables feux d´artifice.

Mais qu´en est-il du gameplay ? Rassurez-vous, sur cette version PS2 le soft ne pose pas de problème de jouabilité ; et c´est bien le principal, même si le manque de fun de certaines disciplines (je pense notamment au saut à ski, au ski acrobatique et au bobsleigh) gâche un peu l´intérêt global du jeu. Les trois autres épreuves se révèlent beaucoup plus intéressantes, et même s´il s´agit toujours d´effectuer une descente en suivant un parcours précis, le gameplay se révèle complètement renouvelé d´une épreuve à l´autre, et demande souvent une certaine dextérité qui s´acquerra avec un minimum d´entraînement. La plupart du temps, plusieurs vues sont autorisées pour chaque épreuve, et le jeu s´avère très lisible en toutes circonstances. Cela étant, il faut reconnaître que Salt Lake 2002 n´est pas le jeu qui vous fera passer des heures et des heures de plaisir intense devant votre console. On se lasse en effet très vite de faire toujours la même chose, une fois que l´on a fait le tour de toutes les disciplines, et le challenge n´est pas très motivant contre le CPU. Heureusement, le soft autorise la possibilité de jouer à plusieurs, et c´est certainement le seul intérêt de ce titre sur le long terme.

Graphismes : 15/20
Jouabilite : 14/20
Durée de vie : 10/20
Bande de son : 13/20
Note generale : 12/20

[esqaud]
[esqaud]
MP
24 janvier 2002 à 22:26:57

lol Artv2 !
J´ai ecris tous Ca !

Cath_la_vraie
Cath_la_vraie
MP
25 janvier 2002 à 00:47:39

NAN TU NE M´AS JAMAIS DEMANDÉ LA PERMISSION!!!!!1 C´EST MOI QUI FAIT JOURNAUX COMME ÇA, TU POURRAIS AU MOINS CHANGER LE TITRE ET LE SQUELLETTE, C´eST TOUTES MES IDÉES QUE TU AS PLAGIÉS!!!

ALORS SOI TU EFFACES CE TOPIC ET QUE TU FAIS UN AUTRE JOURNAL DIFFÉRENT DE CELUI-CI, OU BIEN NOUS NE SOMMES PLUS AMIS!!!!!!!!!!!! NA!

[esqaud]
[esqaud]
MP
25 janvier 2002 à 07:36:44

Ok si tu veux je l´efface !!!!

Mais si tu veux qu´on est plus ami
Dis le !

[esqaud]
[esqaud]
MP
25 janvier 2002 à 21:29:30

Comme Cath_La_vraie a DECIDE !
Je ne mets plus les memes trucs qu´avant !

Edition du Vendredi 25 Janvier 2002

==========================================
Le 4éme Journaux !

Les titres du Vendredi 25 Janvier 2002

=========================================
Au Programme
-Dark_Baal et Artv Fusionne
-Le TOP 5 Quelque changement
-Le Preview de Luigi MANSION
-Le top 3 du forum

Dark_Baal Fusinne avec Artv !

Oui Dark_Baal et Artv ont decide eu de meme de faire les quizzs ensemble...

Le TOP 5

1. Forum Gran Turismo 3
2. Forum Silent Hill 2
3. Forum Harry Potter
4. Forum Final Fantasy 9
5. Forum Final Fantasy 8

Preview de Luigi Mansion

Faites chauffer les aspirateurs, Luigi´s Mansion pointe son nez à l´horizon des jeux NGC pour une chasse aux fantômes mémorable

Les affaires commencent mal pour notre ami Luigi. Mario a disparu, et le héros le plus poltron de la galaxie vidéo-ludique va devoir prendre sur lui pour retrouver son frère dans les méandres d´un manoir hanté par des fantômes. D´entrée de jeu, le soft séduit par son ambiance complètement hilarante, basée principalement sur l´angoisse démesurée de Luigi qui claque des dents à longueur de temps, sursaute au moindre bruit suspect, appelle Mario d´une voix gémissante et sifflote le thème musical du jeu pour se redonner courage. Les designers du jeu se sont vraiment décarcassés pour donner vie à une espèce de parodie de film d´épouvante. Le but ici n´est pas de faire peur au joueur, mais de le faire rire des attitudes caricaturées du personnage principal.

Aidé dans votre périple par une espèce de minuscule savant fou, vous n´aurez à votre disposition qu´une seule arme : un aspirateur. Accroché dans votre dos et activable à tout moment, l´engin vous permettra d´aspirer et d´enfermer n´importe quel ectoplasme du manoir. Le résultat fait immédiatement penser à un remake de SOS Fantômes. Bref, vous voilà donc aux commandes du premier jeu mettant en scène un héros poltron armé d´un aspirateur et accoutré de façon ridicule. Humour garanti !

Mais l´ambiance décalée est encore renforcée par l´excellente réalisation graphique du soft qui donne l´impression d´évoluer dans un véritable dessin animé superbement coloré et bourré d´effets spéciaux en tout genre. Les jeux d´ombre et de lumière avec le faisceau de la lampe-torche, les reflets dans les miroirs, les tremblements de Luigi, et bien sûr les effets de transparence des fantômes ne sont qu´un aperçu de l´excellente qualité visuelle de ce titre. Mais ce n´est pas tout ! L´environnement qui est composé de longs couloirs et de salles plongées dans les ténèbres est totalement interactif. Il est possible d´aspirer à peu près tout et n´importe quoi et le résultat à l´écran est absolument bluffant. Il faut voir la poussière s´échapper de sous les lits, les pièces et les billets jaillir des meubles, les ballons venir se coller sur l´embout de l´aspirateur et les nappes se faire avaler de façon très réaliste dans l´entonnoir de l´aspirateur pour s´en convaincre.

Au niveau du gameplay, Luigi´s Mansion se présente à la manière d´un jeu d´aventure/action qui repose principalement sur l´exploration. Vous devrez vous débarrasser de tous les fantômes présents dans chaque pièce que vous visiterez, en commençant par braquer votre lampe-torche sur l´ectoplasme pour le pétrifier et pouvoir ensuite l´accrocher au bout de votre aspirateur. Il faut ensuite tenir le plus longtemps possible en dirigeant le second stick analogique dans la direction opposée à celle que prend le fantôme pour s´enfuir, jusqu´à ce que son énergie soit à zéro. L´idée est particulièrement originale et le résultat est vraiment très fun à l´écran, mais la technique n´est pas simple à maîtriser. Il faudra passer le cap de la prise en main avant de pouvoir réellement profiter des multiples facettes du gameplay.

Car le jeu ne s´arrête pas là, et chaque boss que vous rencontrerez vous mettra face à un nouveau casse-tête qui nécessitera un minimum de réflexion avant de parvenir à trouver son point faible. Il sera également possible d´optimiser la puissance de votre aspirateur en lui faisant cracher des flammes, de l´eau et même de la glace. Bref, le challenge s´annonce suffisamment renouvelé pour ne pas lasser le joueur, et le jeu réserve encore bien des surprises dont nous vous parlerons lors du test en avril prochain.

Le top 3 du forum !

-SOS Zelda Oracle of seasons ICI only ! MasterLink128 1041

-Salut Je suis le frere et je vous demand [Esqaud] 972

-Soluce Complete pour se en difficulté effaceur_2000 412

[esqaud]
[esqaud]
MP
26 janvier 2002 à 13:11:46

Oui je me suoivens de toi !

[esqaud]
[esqaud]
MP
29 janvier 2002 à 19:30:24

Edition du Mardi 29 Janvier 2002

==========================================
Le 5éme Journaux !

Les titres du Mardi 29 Janvier 2002

=========================================
Au Programme
-TOP 5
-TEST De BLACK AND WHITE
-TEST ICO
-GAME CUBE EUROPE !
-TEST ACE COMBAT 4

1. Forum Final Fantasy 9
2. Forum Grand Theft Auto 3
3. Forum Final Fantasy 8
4. Forum Silent Hill 2
5. Forum Final Fantasy 10

1- Final Fantasy 9 monte une place
2- Grand Theft auto 3 descends une place
3- Final Fantasy 8 monte une place
4- Silent HIll 2 descends une place
5- Final Fantasy 10 apparait

TEST DE BLACK AND WHITE PC

Si votre créature s´ennuie, promenez-la sur l´île aux Créatures. Elle y trouvera de nouveaux amis et de nombreuses activités.

L´Histoire nous a appris qu´à chaque fois que l´Homme a voulu se prendre pour Dieu, cela a fini par mal tourner. Le fruit de l´arbre de la connaissance, la tour de Babel... autant d´exemples qui illustrent parfaitement cette réalité. Comme toujours, une exception confirme la règle. Cette exception, nous la trouvons dans les jeux vidéo. Depuis bien longtemps déjà, les joueurs se prennent pour des dieux en toute impunité avec des titres de plus en plus évolués. Le dernier en date, et certainement le plus poussé dans le domaine, est Black And White. Grâce à ses immenses Créatures, véritables reflets de personnalité, Black And White a marqué l´esprit de nombreux joueurs PC en 2001. Pratiquement un an après, Lionhead Studios remet le couvert avec un excellent disque additionnel.

Vous vous souvenez des missionnaires de Black And White partis prêcher la bonne parole dans d´autres territoires ? Et bien figurez-vous qu´ils viennent d´échouer sur une nouvelle île. Constatant l´absence de dieu dans cette contrée, ils parviennent à convaincre les autochtones de la nécessité d´en avoir un. Très influençables, ces derniers se mettent alors à prier pour votre venue. Vous voilà nommé Dieu de l´île !

Si cette île ne possédait aucun dieu attitré, elle abrite néanmoins de nombreuses Créatures rassemblées en une Confrérie sous la houlette de Mercurio le crocodile. Voyant que vous avez une Créature, la Confrérie insiste pour qu´elle les rejoigne. Pour cela, elle décide de lui faire passer une multitude de défis et de tests divers et variés. Courses de vitesse, bowling, football, jardinage... votre animal est mis à l´épreuve sur tous les plans. Pour entrer dans la Confrérie, il devra également prouver ses compétences d´éleveur car il aura à son tour une Créature à charge. L´éducation qu´il lui inculquera dépendra directement de celle qu´il aura reçue. Ainsi si vous avez élevé une Créature bienfaisante, il y a de fortes chances pour qu´elle lui apprenne de bonnes actions. Et inversement si c´est une Créature malveillante. Une surprise vous attend si vous intégrez la confrérie. On parle d´une Créature femelle, mais je n´en dirais pas plus...

Le but de cet add-on est donc de parvenir à faire entrer votre protégé dans la Confrérie tout en vous occupant des villageois qui ont besoin de vous pour survivre. L´aspect gestion est donc toujours là et vous veillerez sur les villageois en leur donnant des occupations (paysans, bûcherons, artisans...) ou en les impressionnant à grand renfort de miracles.

Le chapitre nouveauté de cet add-on comprend des miracles inédits dont un qui permettra à votre animal de se déplacer plus rapidement. Plusieurs nouvelles Créatures font également leur entrée dans l´univers de Black And White. En plus de toutes celles que l´on pouvait télécharger sur le net, on trouve maintenant un crocodile et une poule, cette dernière étant celle dont votre Créature devra prendre soin. Vous pourrez changer régulièrement de Créature et même importer celle que vous possédiez déjà dans le jeu original. Cependant, l´inverse pose quelques problèmes. Vous ne pourrez pas réellement rapporter l´animal de cet add-on sur les premières îles de Black And White, par contre vous pourrez rapporter un clone de cette Créature et ainsi avoir deux Créatures évoluant séparément.

Faisons maintenant un rapide point sur la réalisation, juste pour constater qu´elle est en tout point similaire à celle du jeu original (jeu que vous devrez d´ailleurs obligatoirement posséder pour lancer l´Ile Aux Créatures). C´est donc toujours aussi beau, la jouabilité est toujours aussi spéciale mais néanmoins efficace et la bande son a gardé son aspect mystique si particulier, normal c´est la même musique ! Lionhead Studios nous sert donc un disque additionnel de bonne qualité qui nous permettra de patienter sagement jusqu´à la suite prévue pour l´année prochaine si tout va bien !

Graphismes : 17/20
Jouabilite : 17/20
Duree de vie : 15/20
Bande de son : 17/20
Scenario : 16/20
Note generale : 17/20

TEST DE ICO PS2

Ico revisite le jeu d´aventure et s´annonce comme un soft envoûtant qui devrait marquer les esprits de ceux qui s´y essaieront

Ico se présente à la manière d´un jeu d´aventure mâtiné d´exploration, d´action et de réflexion, suivant une progression entrecoupée d´énigmes dans le plus pur style d´un Zelda. Le jeu se déroule dans une contrée imaginaire menacée par des esprits démoniaques qui prennent la forme d´ombres. Dans cette contrée oubliée de tous vit Ico, un jeune garçon différent des autres membres de sa tribu et rejeté parce qu´il possède des cornes. Emmené de force par les guerriers de son village, Ico se retrouve enfermé dans une sombre forteresse, destiné à être sacrifié pour apaiser la colère des ombres. Mais le destin voudra qu´il parvienne à se libérer de sa prison, et que dans sa fuite désespérée, il croise le chemin d´une jeune fille étrange nommée Yorda. C´est ainsi que commence l´aventure incroyable de ces deux personnages fragiles, qui devront passer outre leurs différences et s´entraider afin de retrouver le chemin de la liberté.

Votre rôle dans cette histoire est de conduire ces deux héros à l´extérieur de la forteresse, en utilisant leurs complémentarités pour progresser tout en empêchant les ombres de s´emparer de la jeune fille. Vous contrôlez seulement le personnage d´Ico, mais vous avez la possibilité d´appeler Yorda pour la faire venir près de vous, et de la prendre par la main pour ne pas la perdre de vue. Tout l´intérêt de l´aventure repose sur le fait que les capacités de la jeune fille sont limitées, et qu´il vous faudra donc systématiquement trouver le moyen de modifier l´environnement afin qu´elle puisse vous suivre. Ico peut courir, sauter, s´agripper à des cordes, et se battre, mais il a besoin de Yorda pour ouvrir la plupart des portes de la forteresse.

L´action est assez peu présente dans ce titre, car le jeu tire avant tout son intérêt de son atmosphère à la fois tranquille et pesante et de la progression désespérée des deux personnages. Tout au long de l´aventure, les esprits maléfiques tenteront de s´emparer de Yorda en la plongeant dans des flaques sombres qui symbolisent l´entrée de leur monde. C´est alors que vous devrez intervenir en repoussant les ombres à l´aide de votre bâton et des diverses armes que vous pourrez récupérer.

Ico est un jeu magique qui fascine par la menace qui pèse en permanence sur les personnages, et par les interactions possibles entre eux. Il faut voir Ico pousser des cris pour appeler son amie, tendre la main pour l´aider à sauter un précipice, se rattraper de justesse au-dessus de l´abîme et s´acharner désespérément contre les ombres avec son bâton de fortune. Il faut voir aussi Yorda hésiter parfois à suivre Ico, ne sachant pas toujours ce qu´il attend d´elle, et s´effrayer parfois des attaques d´Ico en retenant un cri. De brefs moments de répit leur seront alors accordés à proximité des sièges de pierre sur lesquels ils pourront s´asseoir côte à côte le temps de reprendre leur souffle, vous permettant alors de sauvegarder votre partie.

Vous l´avez compris, il serait dommage de passer à côté de ce titre qui vous étonnera à la fois par son ambiance unique mais aussi par la qualité des énigmes proposées. Ico s´annonce comme une véritable bouffée d´air pur pour la PS2, qui s´offre là un titre novateur que l´on n´est pas prêt d´oublier

LA SUITE C´est DANS UN INSTANT !

[esqaud]
[esqaud]
MP
29 janvier 2002 à 19:32:52

Gamecube Europe !
Nintendo vient enfin de communiquer une date pour la sortie de sa Gamecube ainsi qu´un prix... Pour tout savoir c´est par ici !

Enfin, on dispose d´une date et d´un prix pour ce qui concerne le lancement de la Gamecube en Europe. Alors que dans le week-end ces informations s´étaient déjà ébruitées sur le net, c´est sous la forme d´un Webcast disponible ce matin qu´il était possible d´assister à l´annonce officielle par David Gosen du lancement du Cube. Dans une vidéo soporifique de près de huit minutes, on apprenait donc que les européens auraient la joie de découvrir la Gamecube le 3 mai 2002 et que celle-ci serait commercialisée au prix de 249 Euros. La nouvelle console Nintendo devrait donc se placer de manière assez agressive sur le marché puisqu´elle sera près de deux fois moins chère que la console de Microsoft mais également moins coûteuse que sa rivale de chez Sony. On nous annonce par ailleurs que ce sont un million de machines qui arriveront en Europe pour le lancement et qu´une vingtaine de jeu seront disponibles dès le 3 mai alors que le catalogue en comportera une cinquantaine dès l´été prochain. Parmi les titres les plus attendus on devrait découvrir Star Wars Rogue Leader, Wave Race, Crazy Taxi, Batman Vengeance, Tony Hawk´s Pro Skater 3, FIFA 2002 ou encore Burnout et Sonic Adventure 2 dès la sortie et il faudra attendre le 14 juin pour jouer à Pikmin alors que le remake de Resident Evil fera durer le suspense jusqu´en été.

TEST DE ACE COMBAT 4 PS2

On l´attendait un peu comme le messie du jeu de combat aérien ce quatrième volet de l´une des séries les plus prestigieuses de chez Namco. Premier soft de la série à sortir sur Playstation 2, Ace Combat 4 déçoit par son contenu sans surprise et son manque de vrai challenge. Le jeu n´est certes pas mauvais, mais si l´on est rapidement happé par l´intensité de l´action, l´impression qui se dégage au final n´est autre qu´un sentiment de regret. Ace Combat 4 aurait pu être mieux finalisé dans sa réalisation, il aurait pu être beaucoup plus long et la campagne solo aurait gagné à être mieux scénarisée. Au lieu de cela, le titre de Namco se contente du minimum nécessaire sans se soucier de voir les choses en grand.

Pourtant, l´illusion est presque parfaite lors des premières minutes de jeu. Le soft semble profiter d´un scénario bien présent, le rendu visuel est saisissant, l´action est omniprésente et le pilotage est très accessible. Mais à l´image de cette réalisation qui passe d´un rendu photo-réaliste à des textures baveuses et pixélisées lorsqu´on s´en approche d´un peu trop près, l´intérêt ludique de ce titre décroît sensiblement au fur et à mesure que l´on avance dans le jeu. La prise en main très arcade n´apporte rien de réellement prenant au niveau du pilotage et les missions ne parviennent pas à se renouveler suffisamment. On ne ressent pas le grand frison attendu car l´impression de vitesse n´est pas suffisamment crédible, et l´on finit par se lasser de ces dogfights interminables. La maniabilité n´est pas complètement adaptée aux phases de jeu en rase-mottes qui offrent tout de même un peu plus de sensations que les dogfights aériens, qui eux manquent de rythme.

Comme évoqué plus haut, le jeu profite d´un scénario intéressant qui se présente sous la forme de dessins de style manga, accompagné de briefings plus réalistes. Les missions sont entrecoupées de contacts radio qui mettent bien dans l´ambiance, mais les objectifs restent beaucoup trop conventionnels et peu variés. Le jeu fait intervenir des avions modélisés à partir de prototypes réels que vous aurez la possibilité d´acheter au cours de votre progression afin d´améliorer vos performances.

Si vous prenez le temps de faire un détour du côté du tutorial, vous pourrez démarrer la campagne solo comme un as de l´aviation tant les contrôles sont simples et instinctifs. Modification de la vitesse, de l´altitude, changements de direction, vérouillage de cible et lancement des missiles pour repasser ensuite rapidement aux tirs de base : tout se fait de façon très ergonomique. Si la vue subjective en plein écran est la plus efficace, rien ne vous empêche de passer en vue cockpit pour rentrer davantage dans l´ambiance du jeu ; dans les deux cas il est possible de donner des coups d´oeil sur les côtés afin de visualiser rapidement les cibles alentours et faciliter son repositionnement dans un axe. Par contre, le soft ne comporte aucune vue externe, contrairement à Top Gun, mais il se rattrape avec la présence d´un mode Versus qui autorise le jeu à deux en écran splitté.

Enfin, si le bilan n´est pas trop lourd pour Ace Combat 4, il demeure que ce titre risque de ne pas être en mesure de convaincre les passionnés. Le pilotage est trop simpliste pour rendre le gameplay réaliste, les sensations ne sont pas suffisamment fortes pour en faire un jeu d´arcade réellement prenant, les missions s´enchaînent sans vraiment se renouveler, et la campagne solo se révèle un peu courte. Autant de regrets qui font de ce Ace Combat 4 un jeu d´arcade plaisant mais pas aussi ambitieux qu´on pouvait l´espérer.

Graphisemes : 15/20
Jouabilite : 14/20
Durre de vie : 13/20
Bande de son ; 16/20
Scanario : 14/20
Note Generale :14/20

[esqaud]
[esqaud]
MP
01 février 2002 à 17:11:45

Edition du Mardi 01 Fevrier 2002

==========================================
Le 6éme Journaux !

Les titres du Mardi 01 Fevrier 2002

=========================================
Au programme
-Mon retour
-TOP5
-LES TEST

voila je suis de retour apres avoir etais debanni pour rien mais bon ..
Merci a tous l´equipe de JV.Com

1. Forum Silent Hill 2
2. Forum Final Fantasy 9
3. Forum Grand Theft Auto 3
4. Forum Final Fantasy 10
5. Forum Harry Potter

TEST MOTO GP 2 PS 2

Après un premier opus qui laissait un peu le joueur sur sa faim, Moto GP nous revient plus complet et plus musclé, ouvrez les Gaz !

Namco nous propose donc une fois encore de limer les cale-pieds et de nous lancer sur quelques uns des circuits les plus prestigieux du Moto GP. Que les angoissés de la durée de vie se rassurent, si le premier titre du nom n´offrait que peu de tracés, ce nouveau cru en apporte de nouveaux qui permettront de gagner en variété et en intérêt. Au programme de ce titre, un mode challenge qui permettra de débloquer différentes options de jeu ou même quelques cadeaux surprises, un mode arcade, du time trial, un mode versus ou encore le mode legends qui permettra de se tirer la bourre avec des Doohan ou d´autres grands noms des Grands Prix Moto. Enfin le mode saison offrira aux passionnés un challenge intéressant en leur proposant de parcourir l´ensemble des circuits offerts par le jeu dans des conditions de courses assez réalistes. On notera au passage les différentes options possibles qui permettront de lancer directement dans les courses, ou au contraire de franchir chaque étape avec les essais, les qualifs et enfin la baston. Nouvel élément dans ce Moto GP, l´apparition de la pluie qui compliquera encore la tâche des courageux qui auront activé le mode simulation. Ca glissouille tant que ça peut et le contrôle de la machine déjà loin d´être évident relève pratiquement de l´art du pilotage.

A mi-chemin entre l´arcade et la simulation, Moto GP 2 reste dans la lignée de son prédécesseur. Si l´on ne rencontre que peu de difficulté avec l´option arcade sélectionnée, en simulation c´est une toute autre paire de manches. Les coups de gaz intempestifs en pleine courbe seront rapidement sanctionnés et les freinages trop appuyés donneront lieu également à de belles gamelles. Qu´on se le dise également les slicks qui équipent les motos de GP réagissent assez mal avec le gazon ou autres gravillons, les cottoyer de trop près permettra au pilote et à sa monture de faire partie du paysage pratiquement au moindre contact. Mais il n´en demeure pas moins que si ces éléments de réalisme ont de quoi faire saliver tout passionné de moto, quelques défauts restent tout de même encore présents. Les coups de gaz en courbe sont bel et bien un motif de gauffre mais dans le même temps maintenir un filet de gaz pour négocier la courbe assez rapidement et pour faire cracher les watts dès sa sortie s´avère peu évident. De même une gestion du freinage avant et arrière de façon séparée aurait été sympathique même s´il est vrai qu´elle compliquerait encore la tâche de ceux qui poussent le vice à passer les vitesses de façon manuelle. N´accablons toutefois pas ce titre avec ces menus défauts, ce qu´il propose tient la route ( mieux que certaines motos en tout cas ). On ne peut que se féliciter de voir un soft de cette qualité qui pulvérise n´importe comment la concurrence sur console au sein d´une catégorie par ailleurs peu représentée.

Les sensations de jeu restent donc globalement très bonnes et la plupart des joueurs devraient trouver leur compte qu´ils soient accros de simulation ou au contraire de jeux plutôt orientés arcade. Les sensations de vitesse sont bonnes et l´ensemble du jeu assez cohérent, bref, évitons de pinailler. Signalons que les courses sous la pluie même si les conditions paraîssent un peu extrêmes pour un GP sont particulièrement bien restituées. On sentirait presque l´eau qui commence à mouiller le bout des doigts en traversant les gants ou encore en train de s´insinuer sournoisement dans les bottes ( sic ! Nostalgie... ). Enfin bref on serre les fesses parce qu´en dehors d´avoir le sentiment d´être trempé on sait très bien que l´on va tôt ou tard finir par s´en manger une grosse et user le fond de sa combinaison sur le bitume.

Côté graphismes si les animations sont de bonne qualité avec une attitude du pilote assez réaliste lors du tranfert de masse et de l´abaissement du centre de gravité on reprochera un aliasing bien trop présent. Ce point négatif ne semble pas avoir été amélioré de manière tangible depuis le premier opus, dommage parce que cela s´avère parfois assez gênant. On regrettera également des angles de vue aussi limités, une vue depuis le T de fourche aurait été sympa histoire de s´y croire un peu plus en ayant le pif dans le compte-tour. Niveau sonore les musiques sont un peu décevantes et pas forcément de bon ton avec le titre ( bein oui chacun ses goûts ) mais elles restent de qualité alors que les effets sont quant à eux globalement assez soignés, il ne manque presque que le petit “shtock!” du moustique qui vient de s´écraser sur la visière d´un casque qui fend l´air à 250...

En somme si ce Moto GP 2 conserve quelques aspects assez désagréables de son aîné il n´en demeure pas moins un titre assez réussi et qui devrait faire le bonheur des fans de moto. Plus de circuits, un challenge qui semble plus important et bien entendu toutes les stars du Moto GP et les machines officielles, on n´a pas frachement de raison de se plaindre.

Graphismes : 15/20
Jouabilite ; 16/20
Duree de vie : 15/20
bande de son : 14/20
Note generale :16/20

Gorasul PC

Sans prétendre détrôner l´incontournable BG2, Gorasul pourrait intéresser les fans de RPG en mal de quêtes

Gorasul est un monde médiéval/fantastique digne des Royaumes Oubliés, peuplé de monstres sanguinaires, de villageois poltrons, de traîtres mais aussi de héros encore vaillants. Vous incarnez l´un de ces derniers héros : Roszondas, alors que vous venez de ressusciter d´entre les morts dans des circonstances qui vous échappent. Dès lors, il va vous falloir retrouver les souvenirs enfouis dans votre mémoire afin de recouvrer vos véritables forces de demi-dieu. Mais si le personnage est imposé, il est tout de même possible de déterminer sa classe et de le spécialiser dans les compétences de son choix.

Gorasul s´inspire clairement de celui que l´on considère toujours comme la référence du jeu de rôle sur PC : l´incontournable Baldur´s Gate, dont il reprend la globalité du système de jeu, sans pour autant parvenir à réellement convaincre. Plutôt moyenne, la réalisation graphique de Gorasul affiche des décors souvent trop vides, trop sombres et dénués de détails, et se situerait plutôt quelque part entre les deux opus de Baldur´s Gate.

La résolution maximale ne dépasse pas le 800x600, et les animations sont carrément hallucinantes de médiocrité. On assiste à des actions en deux étapes qui provoquent des situations parfois complètement ridicules et incohérentes. Il n´est pas rare de tuer des créatures qui se trouvent à trois mètres de soi parce que le personnage ne daigne pas s´avancer vers sa cible. A ce titre, il faut noter que les concepteurs du jeu ont choisi d´introduire la possibilité d´effectuer les combats de façon automatique ou manuelle. Les inconditionnels du hack´n slash pourront alors s´acharner sur le bouton gauche de leur souris, tandis que les autres en profiteront pour visualiser la scène et préparer leurs sorts.

S´il déçoit sur bien des points, Gorasul a tout de même le mérite de se mettre à la portée d´un maximum de joueurs en proposant trois types de gameplay radicalement différents, ainsi que trois niveaux de difficulté. Ainsi, si vous êtes amateur de grandes quêtes et d´énigmes corsées, vous pourrez opter pour une progression axée davantage sur l´aventure que sur les combats. Mais vous devrez alors trouver seul les réponses aux énigmes qu´on vous posera , en inscrivant directement la solution en toutes lettres. Si vous optez pour le mode de jeu intermédiaire, les énigmes vous seront présentées sous forme de QCM, mais les combats seront plus présents. Enfin, les amateurs d´action pourront se ruer sur le troisième type de gameplay, beaucoup plus axé sur les combats.

A côté de cela, la progression reste très classique et rarement motivante. Les combats manquent d´intérêt et le groupe se limite à seulement quatre personnages. Les habitués de RPG remarqueront à quel point l´XP monte vite dans Gorasul. Il suffit parfois de trouver immédiatement la solution à certaines énigmes pour empocher le pactole de points d´expérience. Les petits malins n´hésiteront pas à profiter du Quick Load pour tricher honteusement sur les questions à choix multiples...

On relèvera tout de même quelques rares phases de jeu un peu plus variées, comme le stand de tir du premier village, mais rien de réellement prenant. Mais la principale originalité de Gorasul, c´est la présence d´armes « vivantes », dotées de capacités spéciales et capables de dialoguer avec vous. En fonction des caractéristiques de votre arme, vous pourrez par exemple voir votre épée vous prodiguer quelques conseils, votre hache se ruer sur un groupe d´ennemis ou votre arc refuser d´attaquer une cible. Une idée plutôt sympathique qui rend la progression un peu moins monotone. Si les dialogues font parfois preuve d´un certain humour, la qualité de la traduction française laisse parfois à désirer, d´autant que le jeu brille par son absence totale de voix lors des dialogues entre les personnages. Du coup, la bande-son se révèle parfois aussi vide que certains environnements du jeu.

Terminons par les possibilités particulières que possède le personnage principal. Elevé par un dragon, ce dernier profite de certains pouvoirs intéressants : la Peur qui fait fuir ses ennemis, la Force qui augmente sa puissance, le Souffle qui détruit tout ce qui l´entoure, et l´Oeil qui accroît sa visibilité. Dans la pratique, on ne profite que rarement de toutes ces bottes secrètes qui ne daignent s´activer qu´en cas d´extrême limite. Les développeurs ont également planché sur un système d´IA qui permet aux ennemis de mémoriser vos habitudes, ce qui fait que vous pourrez vous retrouver piégé dans une embuscade alors que vous empruntez le seul accès possible entre deux lieux donnés. Moins long que BG2, Gorasul vous promet une quête qui nécessitera à peu près une cinquantaine d´heures de jeu. Voilà donc un titre pas vraiment indispensable, mais qui pourra dépanner les inconditionnels de RPG en mal de quêtes.

Graphisemes : 12/20
Jouabilite : 14/20
Duree de vie : 14/20
bande de son : 10/20
Scenario : 13/20
Note generale : 13/20

La suite apres

Page suivanteFin
Répondre
Prévisu
?
Victime de harcèlement en ligne : comment réagir ?
Infos 0 connecté(s)

Gestion du forum

Modérateurs : Evilash08, Vortex646, Tomy-Fett, Leirok, TARDYL1973, MamYume, Galactico, ]Faustine[, Latios[JV]
Contacter les modérateurs - Règles du forum

Sujets à ne pas manquer

  • Aucun sujet à ne pas manquer