Menu
Dwarf Fortress
  • PC
Forum
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
EtoileAbonnementRSS
jeuxvideo.com  /  Dwarf Fortress  /  Tous les forums  /  Forum Dwarf Fortress  /  Topic [RP] Cornedebouc  / 

Topic [RP] Cornedebouc - Page 15

Sujet : [RP] Cornedebouc

DébutPage précedente
Page suivanteFin
Kait
Kait
MP
16 juin 2015 à 10:50:54

:cute:

Scar qui instaure en douce son régime totalitaire :cute:

Le méchant (enfin, lequel est le plus méchant ?) qui complote avec des phrases de méchant :cute:

Cé tr0 bi1, Sk4r il é tro koul ! :fou:

Ange_Pleureur
Ange_Pleureur
MP
16 juin 2015 à 12:58:39

Le 16 juin 2015 à 10:50:54 Kait a écrit :
:cute:

Scar qui instaure en douce son régime totalitaire :cute:

Le méchant (enfin, lequel est le plus méchant ?) qui complote avec des phrases de méchant :cute:

Cé tr0 bi1, Sk4r il é tro koul ! :fou:

Oh non tu vas pas t'y mettre toi aussi :hap: ...
Sinon, je vous dis pas comme c'était chaud d'écrire une scène avec deux personnages qui parlent en même temps à deux endroits différents :rire: !

Kait
Kait
MP
16 juin 2015 à 13:19:45

Dis, est ce que le Roi Pourpre, ça a un rapport quelconque avec le "Yellow King" dans True Detective ? :hap:
Je me demandais...

Ange_Pleureur
Ange_Pleureur
MP
16 juin 2015 à 13:23:42

Non je me suis plutôt inspiré du Roi Cramoisi qui est la représentation ultime du mal dans les oeuvres de Stephen King :hap:

alex_truman
alex_truman
MP
16 juin 2015 à 13:48:21

OMG! :cute:
C't'échiquier politique qui se met en place! Skar ilétrokool! :coeur:

Je prends la suite immédiatement! :bave:

alex_truman
alex_truman
MP
17 juin 2015 à 03:47:47

Affalé sur le sol de la caverne, incapable de se défendre, McTruman ne désespérait pourtant pas le moins du monde. Pour lui, la vie était remplie d'occasions, et ce moment précis ne faisait pas exception. Des occasions de créer, d'apprendre, et d'essayer ses créations -à son sens génialissimes. Appuyant sa béquille restante sur son épaule à la façon d'une arbalète, il la pointa vers l'une des bêtes faisant face à son compagnon d'infortune, un sourire enthousiaste sur les lèvres.

Morul jeta un bref regard à la béquille lui servant d'arme improvisée. De facture assez rustique, sa conception en fer massif lui donnait tout de même un poids conséquent qui en faisait une arme réellement dangereuse dans les mains d'un combattant expérimenté.

Fléchissant légèrement les jambes, il s'apprêta à bondir en plein milieu du groupe d'humanoïdes velus. Comme lui avait si souvent répété McEdern, face à plusieurs adversaires, la meilleure défense était l'attaque continue, qui avait pour effet de briser la volonté des assaillants. Son expérience de trappeur le confirmait d'ailleurs: face à des animaux un tant soit peu intelligents comme l'étaient les troglodytes, cette méthode pouvait mettre en place un rapport dominant-dominé, qui serait probablement salvateur dans la situation présente.

Brandissant subitement la béquille, il esquissa un mouvement lorsque, dans un claquement métallique, un objet tournoyant non identifié lui rasa l'oreille, passa entre deux troglodytes, ricocha sur la paroi de la grotte puis sur le plafond avant d'aller atterrir quelque part derrière Morul dans un "OUARGH!" sonore.

"NON MAIS CA VA PAS?!" s'exclama-t-il en se retournant, constatant que la double lame incurvée qui l'avait manqué de peu avait terminé dans le dos de McTruman.

Avant que l'ingénieur calamiteux ait eu le temps de répondre, les troglodytes, saisissant ce moment d'inattention, s'étaient tous jetés sur Morul, qui les accueillit d'un revers de béquille, en jetant un au sol. Mais à un contre sept, il fut vite renversé et termina lui-même sur le dos, ruant, se débattant, et envoyant des coups dans les jambes de ses adversaires. Utilisant son arme improvisé pour repousser une main crochue, il fit par inadvertance pivoter la poignée, déployant à sa grande surprise -et à celle du troglodyte qui tenait l'autre extrémité l'objet- une lame d'un demi pied de long, qui passa à travers la paume de la bête comme dans du beurre.

Alors que le monstre hurlait de douleur, le trappeur planta exécuta de grands mouvements avec son arme maintenant beaucoup plus efficace, parvenant à élargir le cercle de ses assaillants et à se relever. Un sourire sadique maintenant vissé sur le visage, il se rua vers les bêtes en hurlant.

Les troglodytes durent comprendre que le vent venait de tourner, car ils s'enfuirent dans la débacle la plus totale. Le retardataire blessé se vit gratifier d'une coup de béquille à travers le crâne, et s'effondra au sol, sans vie.

"Voilà qui est fait." soupira Morul en se massant les côtes.

Selon lui, ils s'en sortaient à bon compte. A part quelques bleus, bosses et contusions, il était indemne. Quand à McTruman, la lame qu'il avait reçu dans le dos n'était pas entrée bien profond.
Jetant un regard mauvais à l'obscurité des galeries, il prit un instant pour réfléchir. Les troglodytes étaient certes une nuisance, mais les entrailles de la terre abritaient bien pire. Dans les lacs souterrains vivaient des créatures aux bras tentaculaires, capable de noyer un nain imprudent en quelques secondes. Au plus profond des cavernes, rendus aveugles par leur vie dans l'obscurité perpétuelle, des ogres carnassiers et des dragons dégénérés ne laissaient aucune chance aux intrus. Des araignées d'une taille incroyable nichaient dans les parois, capables d'écraser un bœuf entier sous leurs pattes. A côté de ça, les troglodytes semblaient aussi dangereux que de simples sangliers.

"Ca se mange? :hap: " fit une voix à ses pieds.
- Bien sûr que non!" répondit Morul en rendant sa béquille manquante à McTruman.
- Dans ce cas, je pense que je peux récupérer sa graisse pour faire un mélange qui brûlera longtemps." affirma l'ingénieur.
- Tu es aussi boucher et savonnier?" soupira un Morul désabusé.
- Pas le moins du monde. :hap:

••••••••••

Faisant exception à ses habitudes un peu brusques, McEdern prit la peine de frapper à la porte de Jamal Murdock avant d'entrer. Situés dans une galerie peu fréquentée dans le voisinage de l'hôpital, ses appartements étaient déstabilisants dès l'entrée. Sur la paroi entourant la porte, des gravures représentant divers nains en train de souffrir ornaient les montants, accompagnés représentations de nombreuses bêtes peu ragoutantes.

Ne recevant pas de réponse, il poussa lentement la porte, révélant une salle meublée plus que sobrement. Entassés contre les murs, de nombreux panneaux et pancartes à l'écriture fine semblaient attendre d'être utilisés. Au cours des derniers mois, Jamal avait réalisé tous les panneaux indicateurs de la forteresse, ses fines runes permettant aux nouveaux habitants de se repérer dans des galeries toujours en expansion.

"Jamal?" appela-t-il en entrant. "Scar aurait besoin de tes services!"

Personne. A l'exception des rares fois où il officiait dans l'hôpital en tant que responsable des sutures, Jamal était rarement aperçu. Et pourtant, de par sa forte corpulence, il était difficile de le manquer lorsqu'il était présent dans une pièce.

Constatant l'absence de celui qu'il était venu quérir, McEdern fit demi-tour pour manquer de sursauter en se retrouvant face à un visage d'un blanc laiteux, possédant des yeux aux pupilles écarlates.

"Comment...?!" s'étonna-t-il avant de se ressaisir. "Le moins que l'on puisse dire, c'est que tu es étonnamment silencieux pour quelqu'un de ta taille."

Jamal resta silencieux. McEdern n'était pas nain à se laisser effrayer par quoi que ce soit, et pourtant, la présence de l'albinos le mettait mal-à-l'aise. La façon qu'il avait de fixer ses interlocuteurs n'était tout simplement pas naturelle.

"Bref." reprit-il en sortant le morceau d'étoffe que le Grand Argentier lui avait confié. "Scar souhaiterait que tu nous dise tout ce que tu peux sur la teinture utilisée pour ce tissus. Elle contient du sang. Humain et Nain."

Un léger changement opéra dans le regard de Jamal à l'entente de la fin de la phrase. Voyant qu'il avait suscité son intérêt, McEdern écarta une pile de pains de savon de sa table de travail, et y posa le morceau incriminé.

"Note tout ce qui pourrait te venir à l'esprit. Le moindre détail peut aider." conclut-il avant de se diriger vers la porte. "Je repasserai."

••••••••••

La torche improvisée crépitait par à-coups, fournissant un éclairage à l'intensité aléatoire. Parfois, elle s'éteignait tout simplement avant de se rallumer d'elle-même. McTuman prétendait avoir copié un mélange que les humains utilisaient pour faire des bougies qui se rallumaient lorsqu'on soufflait dessus, mais Morul le soupçonnait d'avoir encore une fois mélangé les ingrédients qu'il avait sous la main au hasard en espérant que ça donnerait quelque chose. Et pour l'instant, ça avait plutôt l'air de marcher, même si la chaleur émise par la flamme augmentait parfois subitement, devenant si intense que le trappeur devait la tenir à bout de bras pour éviter de se roussir la moustache.

Progressant dans l'étendue labyrinthique des cavernes, les deux drilles tentaient vainement de trouver des traces laissées par le trône roulant lorsqu'il les avait emporté dans les tréfonds de ce dédale, tâche bien sûr impossible, car la plupart du voyage s'était déroulé dans les airs, sur les parois et sur le plafond.

"On peut faire une pause?" geignit McTruman. "Ça fait des heures que l'on marche au hasard!"

Morul poussa un soupir tandis que son compagnon s'asseyait bruyamment dans la large galerie. Avant de quitter le lieu où s'était achevé leur vol souterrain, le mécaniste avait récupéré toutes les pièces du trône qu'il jugeait utilisables, nommément les deux roues arrière, un essieu, quelques engrenages, et le dangereux bloc de propulsion contenant le mécanisme à ressort.

"Si tu ne t'encombrais pas de tout ce bordel, tu serais moins exténué." fit remarquer le trappeur.
- Je pourrais peut-être en faire quelque chose." s'enthousiasma le mécaniste.
- Attends que l'on soit rentrés, alo...

Morul s'interrompit. Un détail au niveau du sol avait attiré son attention. Là, dépassant de l'épaisse couche de mousse, se trouvait un bloc de granit. Pas le genre de bloc naturel, car taillé grossièrement en pavé.

"Tiens?" s'étonna le chasseur en écartant la mousse, découvrant un sol dallé de pierre. "McTruman, je crois qu'on tient enfin une bonne nouvelle!"
- Est-ce que c'est ce que je pense?" demanda le mécaniste en se redressant sur ses béquilles.
- Une route souterraine!" confirma Morul. "Vive l'esprit d'entreprise nain! Si on la suit dans un sens ou dans l'autre, on arrivera forcément quelque part!
- Je ne savais pas que l'on disposait de routes dans la régions, cela dit." fit remarquer McTruman.

Continuant dans leur direction d'origine, il n'eurent guerre à marcher plus d'une heure avant d'atteindre le bout de la voie pavée. Le mélange pour torches concocté par McTruman, malgré ses brusques montées en température, semblait fait pour brûler sur la durée, et ils en étaient toujours à leur première torche lorsqu'ils parvinrent à une large arche de granit, ouvrant sur un grand escalier taillé à même la roche.

"Cornedebouc n'était-il pas notre premier avant-poste dans cette région?" s'étonna le chasseur.
"En tout cas, c'est vieux." répondit le mécaniste, visiblement passionné par le montant de la voûte de pierre. "La taille est on ne peut plus rustique. Et ça ne correspond à aucun style architectural que j'ai pu observer à la capitale."
"Donc, ce n'est pas de chez nous?" en déduit Morul. "Peut-être une forteresse du royaume des Lances Murées ou de celui des Falaises d'Obsidienne. J'ai un cousin au second degré qui vit là-bas. Un tailleur."

Alors qu'ils descendaient l'escalier, McTruman sentit un frisson d'excitation lui parcourir l'échine. Il s'agissait donc de l'une d'un de ces "halls des montagnes", sans accès vers la surface. Le nanique gravé sur les murs comprenait des runes de forme inhabituelle et des expressions qu'il ne saisissait pas, signe que les graveurs appartenaient bien à une autre civilisation. Comme il l'avait fait remarquer plus tôt, le travail de taille plus que rustique des pierres témoignait de l'ancienneté des lieux. Peut-être marchaient-ils dans une galerie pluriséculaire, voir bimillénaire, creusée avant même l'établissement du calendrier moderne, mille-six-cent-quatre-vingt-neuf ans plus tôt.

"Je ne sais pas pour les Lances Murées," commença Morul qui avait lui aussi remarqué les runes, "mais les Falaises d'Obsidienne utilisent le même alphabet que nous. Mon cousin a un accent bizarre et des expressions à coucher dehors, mais rien qui ressemble à ce que je vois ici."

La gravure qu'il pointait représentait un nain soulevant un collier. Les runes indiquait Okonudar ou "le noir fardeau", la différence se trouvant dans la façon d'écrire "noir".

"Comment il dit, ton cousin?" interrogea McTruman.
- Udir, comme tout le monde." répondit Morul. "Ou plutôt uedir. L'accent de chez lui. Mais en aucun cas udar. J'ai entendu dire que ceux des Lances Murées écrivaient certaines runes différemment, mais ils vivent loin au sud, au delà du désert des Dunes Brillantes.
- Ça ne pourrait pas être l'un de leurs avant-postes?" supposa McTruman.
- Pas si cet endroit n'a vraiment aucun accès vers la surface. Ça voudrait dire qu'ils sont arrivés par les grottes, et je doutes qu'elles s'étendent jusqu'à chez-eux. A la limite, il faudrait aller voir où mène la route dans l'autre direction.
- Ou le demander aux habitants." conclut McTruman.
- Hmf." grogna le trappeur. "La route semblait ne pas avoir été utilisée depuis longtemps, et regarde toute cette mousse...

McTruman sentit un nouveau frisson lui parcourir l'échine, cette fois-ci d'inquiétude. Il avait lu beaucoup trop de récits de forteresses abandonnées et de civilisations disparues à l'aube des temps. Son imagination lui jouait peut-être des tours, mais sur la grande arche menant à l'escalier, il aurait juré voir des traces de rouille à des endroits précis, signes que des charnières de portes avaient dû autrefois s'y trouver. Le bois pourrissait, le fer rouillait. Il fallait s'y résigner : cet endroit était bien sûr vide de toute vie depuis très longtemps.

Débouchant sur un grand hall désert, présentant les restes de ce qui avait dû être des forges, certaines présentant des blocs de pierre ayant du servir d'enclume. Morul leva sa torche pour illuminer les recoins de la salle. Plusieurs tunnels partant de là étaient tout simplement effondrés. Immédiatement à leur droite, une petite porte de pierre semblait quasiment intacte. Cédant à la curiosité, le trappeur poussa sur le battant, qui partit en arrière et s'abattit au sol dans un fracas qui résonna dans tout le hall. Les charnières n'avaient pas résisté à l'usure du temps.

"Oho! :hap: " s'étonna McTruman en apercevant les caisses soigneusement empilées dans la petite salle sur laquelle donnait le passage.

L'air était beaucoup plus sec dans cette pièce, et la plupart des objets présents y étaient mieux conservés que l'on aurait pu s'y attendre. Le bois des caisses était maintenant friable et se brisait à la moindre tentative de manipulation, mais ce qu'elles contenaient était majoritairement intact, car fait de pierre.

"Voyons..." s'amusa McTruman en énumérant ce qu'il trouvait. "Un tonnelet en diorite, des statuettes en basalte, et... Oooh! Des barres d'aluminium?!"
"Ça ne nous servira pas à grand chose si l'on reste ici." affirma Morul à la vue des quelques barres du métal dont le prix dépassait même celui de l'or. "Je vais fouiller le hall. Appelle-moi si tu trouves autre-chose d'intéressant."

Message édité le 17 juin 2015 à 03:50:09 par alex_truman
alex_truman
alex_truman
MP
17 juin 2015 à 03:48:10

Laissant sa torche à McTruman, il s'en alluma une nouvelle et fit demi-tour. Quittant la forge, il prit une galerie latérale qui le mena à ce qui avait dû être la salle commune. Ci et là gisaient des restes de mobilier en pierre. Les murs étaient ornés de gravures représentant des scènes que Morul supposa historiques, même si les événements décrits ne lui disaient absolument rien. Une volée de marche plus tard, il tomba sur ce qu'il supposa être d'anciens dortoirs. La plupart des portes bordant le large couloir semblaient avoir été défoncées de l'extérieur. Soit des pillards étaient venus après l'abandon des lieux, soit les derniers jours de cet endroit n'avaient pas été des plus calmes.

Un bruit de percussion métallique répété l'arracha à ses réflexions. McTruman avait probablement trouvé à s'occuper. Droit devant lui, seule sur le large mur terminant le couloir, une porte de basalte lourdement décorée tenait pourtant toujours debout. Ornée d'or, et de pierres précieuses, elle présentait elle aussi de petites gravures en argent représentant des scènes de tous les jours de la vie d'une forteresse.
"Voilà qui écarte l'hypothèse des pillards." murmura Morul pour lui-même, en pesant de tout son poids contre la porte. Si ladite porte semblait indestructible, il n'en était pas de même des charnières la fixant au montant, qui étaient oxydées depuis bien longtemps. Comme pour la réserve explorée quelques minutes plus tôt, la porte s'écrasa bruyamment au sol, laissant apercevoir un bureau qui avait dû être luxueux en son temps.

Urist McTruman contempla le petit chariot qu'il avait bricolé avec les restes de son trône roulant, les barres d'aluminium et quelques fils de fer tirés du mini établi qu'était sa barbe. S'il pouvait être propulsé par le bloc ressort qu'il avait installé sur l'essieu, il lui manquait quand même une source d'énergie moins violente afin qu'il reste contrôlable. Le mécaniste pensa un instant à installer des pédales, puis se souvint de l'état de ses membres inférieurs et renonça. Se désintéressant de son ouvrage, il se mit à examiner les gravures ornant la réserve. Malgré le silence qui y régnait actuellement, cet endroit semblait avoir été plutôt peuplé autrefois, comme en témoignaient les représentations d'artisans, de fermiers et de nains en armes. Plus loin sur le mur étaient représentés des terrassier en train de construire une route souterraine cavernes. Jusqu'à ce que...

Levant sa torche, le trappeur se figea un instant à la vue de la silhouette installée dans le trône de pierre lui faisant face. Un sursaut de lumière lui fit réaliser qu'il avait en face de lui un cadavre momifié par l'air sec de la pièce. Les lambeaux de tissus le recouvrant laissaient deviner des vêtements de facture grossière, mais dont les couleurs vives avaient été conservées par l'obscurité des lieux. En face de lui, sur la table de diorite, des rouleaux de fibres végétales étaient entassés. Morul en saisit un qui se désagrégea dans ses mains. Reportant son attention au cadavre, Morul remarqua les nombreux bracelets, anneaux et pendentifs ostentatoires présents sur son corps.

McTruman frissonna. Des nains en train de fuir. Des portes barricadées.

Finissant de fouiller le bureau, Morul plaça les bijoux découverts dans ses poches, et décida de redescendre vers les forges.

Se déplaçant aussi vite que lui permettaient ses béquilles, McTruman longeait le mur, suivant le récit de l'histoire des halls sous la montagne de Torirlenod. Ils n'avaient pas été abandonnés. Ils...

Morul passa le battant et pâlit. Devant, occupant toute la largeur du couloir, se tenait...

Rash. Le fléau de Torirlenod. Un bête gigantesque et écailleuse, croisement entre une fourmi et une mante religieuse, vomissant des vapeurs mortelles. Un siècle avant l'établissement du calendrier nain, elle avait ravagé cet endroit. "Qui sait", se dit McTruman, "Peut-être que si ce n'était pas arrivé, cette partie du monde devrait actuellement compter avec une quatrième civilisation naine... N'empêche, je me demande combien de temps ça vit, ce genre de bestiole. Sûrement pas deux-mille ans, en tout cas."

Morul se jeta dans le bureau, et se plaqua contre le mur, le cœur battant à toute vitesse. Cette abomination l'avait vu. "Idiot, idiot, idiot!" jura-t-il intérieurement. "Pénétrer dans une forteresse abandonnée! A quoi tu t'attendais?!"

McTruman sentit un souffle dans son dos. Pensant que son compagnon était de retour, il se tourna avant d'afficher un air surpris.

Des mandibules démesurées passèrent la porte, suivies d'une tête gigantesque supportant des yeux aux multiples facettes. Morul abattit sa torche sur le globe oculaire le plus proche, et tandis que la créature rabattait sa tête en arrière, jaillit du bureau en balançant ladite torche dans la direction opposée, espérant que le point de lumière attirerait suffisamment l'attention de la bête pendant qu'il tentait de passer entre ses pattes.

McTruman finit d'arrimer son chariot à Becca Futée. L'autruche caparaçonnée de fer devait les avoir suivis lorsqu'ils avaient quitté la forteresse, et avait finalement réussi à les retrouver dans les ruines de Torirlenod.

"COURS URIST! COUUUUURS! :ouch: " hurla un Morul complètement paniqué alors qu'il fusait de l'escalier comme un fou, une seconde avant qu'un nuage de vapeur noirâtre n'en jaillisse. Ne prenant pas le temps de s'étonner de trouver Becca en ces lieux, il poussa le mécaniste sur le chariot improvisé, y bondit à son tour, et mit une tape dans le dos le l'autruche, qui s'élança dans un "GWARG!" sonore. Un tapotement répétitif, fruit d'une demi-douzaine de pattes gigantesques martelant délicatement le sol les fit tous trois se retourner. Apercevant le Rash décrit par les gravures, McTruman poussa un cri d'horreur, immédiatement imité par Becca qui accéléra brusquement, fuyant maintenant pour sa vie.

"Retrouve la sortie!" hurla le trappeur à l'autruche, espérant que l'énorme oiseau savait par où il était venu. Le chariot bringuebala sur l'ancienne route avant de tourner à un embranchement, le monstre sur ses talons. Remarquant que la chaleur augmentait en même temps que l'éclairage des lieux, Morul se tourna vers McTruman, et prit un air horrifié. Profitant de l'afflux soudain d'oxygène fourni par le vent du déplacement du chariot, sa torche brillait maintenant d'une lueur blanche aveuglante, crépitant furieusement, et dégageant assez de chaleur pour lui enflammer le sommet du crâne s'il n'avait été protégé par son couvre-chef en aluminium. "JETTE CA!" ordonna le trappeur en lui arrachant la torche des mains et en la balançant en arrière. Un flash éblouissant qui dût leur bronzer le dos suivi d'une petite explosion leur indiqua qu'ils avaient bien fait de s'en débarrasser. Se retournant, McTruman ne vit rien à part de la fumée et des flammes.

"...je crois que tu l'as tué." fit-il faiblement.
- Je ne compte sûrement pas m'arrêter pour vérifier!" hurla Morul.

Après une dizaine de minutes de galop dans les cavernes, ils eurent l'immense soulagement de déboucher sur la large grotte donnant sur l'escalier menant aux halls de Cornedebouc. Leur soulagement disparut immédiatement lorsqu'ils se rendirent compte que l'escalier en question avait été muré. La grotte semblait avoir été abandonnée précipitamment, comme en témoignait le tronc d'un champi-arbre fraîchement abattu et abandonné sur place.

"Et merde." jura Morul. "Qu'est-ce que ça veut dire?!"

Le silence qui suivit fut interrompu par un bruit lointain. Un bruit de tapotement.

"...et re-merde." conclut le trappeur. "Ca aurait été trop beau."

McTruman, quand à lui, avait déjà détaché Becca du chariot, et remontait fébrilement le bloc ressort.

"Fais rouler le tronc de champi-arbre jusqu'ici!" supplia-t-il. "Il faut qu'on l'arrime au chariot!"

Ne se posant pas de question, Morul s'élança vers le tronc, et l'amena près du chariot, sur lequel les deux nains le hissèrent.

"Je ne sais pas ce que tu as en tête, mais ça a intérêt de marcher!" paniqua Morul en scrutant le tunnel par lequel ils étaient arrivés.
"Un bélier autonome. :hap: " répondit tout simplement McTruman.

Un Rash aux écailles roussies émergea de la galerie. Il lui manquait une antenne, et un de ses yeux était dans un piteux état.

"DÉFONCE-MOI CE MUR, URIST!" hurla Morul.

Le mécaniste poussa le levier libérant la puissance du ressort, et faisant tourner les roues de cuivre à une vitesse folle. Dans une accélération formidable, le tronc autopropulsé fut jeté contre le mur qui vola en morceau dans un nuage de poussière et de débris. Sans plus attendre, Morul jeta McTruman sur le dos de Becca et s'élança dans l'escalier, talonné par l'autruche suivi par la bête monstrueuse.

"Journée de merde!" pensa-t-il, sachant qu'il devait bien lui rester près d'un millier de marches avant d'atteindre la forteresse. "Et ça ne fait qu'empirer."

Kait
Kait
MP
17 juin 2015 à 08:48:39

:cute:

Tu sais, y a un truc que j'adore, c'est les vieux machins abandonnés :cute:

Tu me vends du rêve, là:coeur:

Kait
Kait
MP
17 juin 2015 à 11:41:55

Je prend la suite, au fait :hap:

Kait
Kait
MP
17 juin 2015 à 14:39:44

«Moi, commander une troupe de gueux idiots, débraillés et désorganisés ? Donnez moi des chevaliers, des guerriers dignes de mon rang !
-Vous en aurez. Mais pour l'instant, vous devrez faire avec les gueux idiots, débraillés et désorganisés. Et un salaire monumental. Et bien sûr...
-Et bien sûr ?
-Une chance de devenir baron quand le moment sera venu. Moi et tout mes fidèles voteront pour vous, je vous l'assure.
-Sérieusement ?
-Qui d'autre ? Si tout se déroule comme prévu, Scar ne sera plus candidat, quant à Biyme... Bon, ben Biyme, quoi.
-Je vois...
-En effet, le Conseil a décidé de séparer une bonne fois pour toute la Milice et la Garde. Et il nous faut quelqu'un de confiance, pour contrer les affreux cousins d'AngeEnLarme. En signant ce papier, vous serez Commandant, Thorek McShire...»

---

«Du bruit dans les cavernes ! Il se passe quelque chose !
-On dirait que nos criminels ont survécu !
-Et qu'ils essaient d'enfoncer le mur ! Mon Commandant, que devons-nous faire ?»

McShire devait dès maintenant s'imposer parmi ses nains, leur faire comprendre qu'il était le meilleur chef qu'ils pouvaient avoir. Bien qu'évidemment, dès qu'il serait Baron, il trouverait rapidement un autre type un peu con pour le remplacer...
Il s'accorda un moment de réflexion, puis lâcha:

«Aux cavernes ! Tous avec moi !»

---

«Merdmerdmerdmerdmerd...
-Morul, il gagne du terraaaaaaain !»

Un "BOUM" retentit. Pendant un instant, on n'entendit plus que les pas du nain et de l'autruche sur les marches du long escalier en colimaçon. Puis, ils s'arrêtèrent et se retournèrent, lentement...
Les escaliers étaient vides. Le monstre n'était pas là...

«Urist... chuchota Morul, je crois qu'il est trop gros pour passer les escaliers...
-Ouais, approuva l'autre. Comme quoi, vivre deux milles ans de rend pas intelligent...
-J'avoue être plutôt impressionner par ce trait d'esprit de ta part, McTru...

Des mandibules démesurées claquèrent à moins de trois centimètres du visage du trappeur. accompagnées par le grondement sourd de la bête et des pierres qui se brisaient.

Soudain, Rash ouvrit grand sa gueule.

«Putain, Urist, baisse toi !» hurla Morul en saisissant le nain et en plongeant au sol. Il percuta la pierre de l'épaule droite, et entendit un craquement.
Du coin de l'œil, il vit un flot de gaz putride jaillir de l'entre-mâchoire du monstre.
Becca ne comprit pas ce qu'il lui arriva. Le nuage la traversa, elle poussa un "MOUARG" de surprise, puis tomba raide, au sol, les deux pattes en l'air.

Le sang du chasseur ne fit qu'un tour. Il se leva, se jeta sur la mandibule gauche de la bête, et la mordit.
«Tu vas payer, tueur d'amis !»

McTruman était toujours au sol, sonné. Il tourna la tête et vit son ami se battre contre le monstre, ou plutôt contre la tête du monstre, seule partie de son corps visible. Il vit la mandibule droite prête à se refermer à tout moment pour couper en deux le chasseur. Il vit le trou béant qu'était la gorge de l'animal. Que pouvait-il faire ? Il avait seulement en ses mains une torche et une béquille, et pas assez de temps...
Sauf si...

«MORUL, POUSSE TOI !
-Depuis quand j'ai des ordres à rec...»

Le mécaniste lui balaya les jambes de sa béquille, le jetant au sol, et lança la torche dans l'œsophage de Rash.
Ce dernier émit un "Gloup ?" étonné, puis tenta par réflexe de cracher son poison. Son thorax se mit à luire, tous ses organes étaient visibles par transparences.

«FAUT S’ÉCARTER !» braya McTruman.

"Je ne sais pas ce que contient ce gaz, mais ça réagit drôlement !" fut la dernière pensée de l'ingénieur...

... Avant l'explosion.

---

Morul reprit conscience, presque entièrement enseveli sous les gravas. Et avec la poussière qui recouvrait le reste de son corps, bien malin celui qui l'aurait repéré...

De ses yeux à demi ouvert, il aperçut vaguement des soldats... Une dizaine... Dirigés par un gars avec un chapeau ridicule... Ils étaient en train de mettre les menottes à un autre nain, en rouge celui là, visiblement inconscient.

Il crut entendre quelque chose comme... "L'autre ne doit pas être loin". Puis il sombra de nouveau.

---

«Si si, je vous jure, Morul est mort !»

Urdim McFrime était dans la salle à manger, à compter son histoire pour la douzième fois en deux heures.

«Et comment tu peux en être aussi sûr ? demanda un nain pas convaincu.
-Je l'ai vu... OUI ! Je l'ai vu ! Son fantôôôôôme ! Blanc, tout blanc, d'un blanc incroyablement blanc ! Marchant lentement, pas après pas... Tap, tap, tap... Mon sang s'est glacé ! J'ai cru qu'il allait prendre mon âââme ! Il a traversé le couloir, et a disparu. Je ne l'ai pas suivi, non ! je ne suis pas assez fou !
-Mouais, 'fin, j'y crois moyen à ton histoire, moi. Eh, les gens, c'est vrai qu'ils ont...»

---

«Attrapés McTruman ? *tousse* Merde alors...
-P'tain Morul, fais gaffe, tu fous de la poussière de granite partout, on peut te suivre à la trace jusqu'à chez moi, là !»

Morul avait réussi tant bien que mal à remonter les escaliers, et à atteindre la suite de McEdern. Là, son ami lui avait remit en place son épaule déboîtée (sous les hurlements du chasseur). Puis le trappeur avait voulu savoir les dernières nouvelles.

«Bon, je reviens, je fais essayer de nettoyer discrètement les traces, prends un bain en attendant...»

La suite fournie par Scar comprenait en effet une salle de bain, un luxe, dans une forteresse naine. Morul ne prit pas le temps de faire chauffer les grosses jarres servant à remplir la baignoire, et se trempa dans l'eau glacial. Il avait besoin de rester éveillé, et un bain chaud l'aurait endormi.

Lorsqu'il quitta la baignoire, il était propre comme un sou neuf et la surface de l'eau était couverte d'une pellicule blanchâtre.

La salle disposait aussi d'une glace, chose rare. Elle ne reflétait pas particulièrement bien, mais cela suffisait.
Morul se plaça face à elle. Il enfila un épais pantalon pantalon de laine, trouvé un placard, puis chaussa ses bottes en cuir de mouton bouilli. Il revêtit ensuite un débardeur de lin, et se para enfin de son gilet de cuir. Il était un peu sale, mais il ne pouvait s'en séparer.
Il retourna dans le salon, où Edern l'attendait.

«C'est bon, c'est fait, annonça ce dernier. Qu'est ce que tu comptes faire, maintenant ?»

Le chasseur ignora la question, quelque chose avait retenu son attention. Il s'approcha d'un râtelier, saisit quelque chose, puis se tourna vers le Capitaine, tout sourire:

«Eh mais c'est mon arbalète ?
-Oui, répondit Edern en souriant lui aussi. Quand on t'a arrêté, je suis vite allé dans ta suite, pour récupérer tes affaires importantes. Ne me remercie pas.»

Morul rit, puis repéra autre chose, à côté de là où il avait prit l'arbalète. Là, il jubila.

«Je répète donc, qu'est ce que tu comptes faire, maintenant.
-A ton avis ? sourit le nain en plaçant sa toque sur sa tête. Je vais chercher McTruman... Merci pour la toque, elle m'avait manqué.
-T'es sérieux ? C'est du suicide ! La moitié de la forteresse est à ta recherche !
-Et l'autre moitié me croit mort. Si je croise quelqu'un, je lui dirait que je suis un fantôme, et j'aurai une chance sur deux pour qu'il tombe dans les pommes.
-T'es vraiment un nain conscient...
-Pas complètement, dit le chasseur amusé, en accrochant son arbalète dans son dos, et en plaçant un long couteau à sa ceinture. De toute façon, Truman m'a sauvé la vie deux fois, je vais pas le laisser se faire couper la tête. Et puis... J'ai le Capitaine de la Garde avec moi, ça sera un jeu d'enfant, non ?
-Morul...
-Oui ?
-Je te hais... Allez, allons y !»

Ange_Pleureur
Ange_Pleureur
MP
17 juin 2015 à 14:58:57

SWEET :fou:

alex_truman
alex_truman
MP
17 juin 2015 à 17:13:26

OH EM JI :fou:
Ca promet de plus en plus :fou:

Qui prend la suite? :fou: :fou: :fou:

Le 17 juin 2015 à 08:48:39 Kait a écrit :

Tu sais, y a un truc que j'adore, c'est les vieux machins abandonnés :cute:

Non, c'est MOI qui aime les vieux machins abandonnés! C'est aussi pour ça que je suis un amoureux du potentiel de DF. De l'archéologie à génération aléatoire! :cute:

Le 17 juin 2015 à 14:58:57 Ange_Pleureur a écrit :
SWEET :fou:

Traduction : "LOL JAY LA FLAYME DEVELOPPAY :fou: "

Message édité le 17 juin 2015 à 17:13:41 par alex_truman
Ange_Pleureur
Ange_Pleureur
MP
17 juin 2015 à 17:27:57

Je suis pas trop dans les scènes d'actions comme vous avez pu le constater :hap: ...

Ange_Pleureur
Ange_Pleureur
MP
17 juin 2015 à 18:06:12

Faudrait un jour développer sur les licornes qui traînent depuis qu'on les a reçues en cadeau de "paix" :hap:

alex_truman
alex_truman
MP
17 juin 2015 à 19:35:37

OH PUTAIN DE COÏNCIDENCE!
Je suis en train d'écrire la suite, je termine un passage sur lesdites licornes, je rafraichis le topic, et... Je tombe sur ça. :fou:

Ange_Pleureur
Ange_Pleureur
MP
17 juin 2015 à 19:39:08

N'empêche j'ai remarqué que c'est déjà la deuxième fois que Morul est pris dans une explosion, incassable le bougre :hap:

Kait
Kait
MP
17 juin 2015 à 19:57:54

Il est protéger par son nom, c'est pour ça :hap:
Les gens vivent toujours plus longtemps quand ils ont un nom :hap:

alex_truman
alex_truman
MP
17 juin 2015 à 20:29:21

Pauvres figurants, hein? :hap:

alex_truman
alex_truman
MP
17 juin 2015 à 21:33:28

Thorek McShire s'engagea dans le couloir menant aux geôles, et congédia le garde en faction d'un signe de tête. Devant l'une des portes en bois massif cerclée d'acier, un râtelier d'armes supportant deux béquilles de fer trônait contre le mur. Leur propriétaire n'avait pas été autorisé à les conserver dès l'instant où l'on avait réalisé qu'elles contenaient assez de lames et d'outils pour construire un fortin (ou l'attaquer, au choix).

Le capitaine fraîchement promu dépassa la porte qui l'intéressait et se plaça dos au mur, afin de ne pas paraître dans la petite fenêtre barrée de fer donnant sur la cellule.

"Bonsoir, McTruman." commença-t-il.

Aucune réponse. Pas étonnant. Lorsqu'il avait été enfermé, le mécaniste était sacrément sonné.

"Tu m'as toujours paru passer à côté du plus important." reprit le nobliau. "Je ne sais pas si tu t'en doutes, mais de nombreux dessins ambitieux sont à l’œuvre en ce moment même. Tout le monde l'a réalisé, il me semble."

Le silence lui répondit à nouveau.

"Vois-tu," continua Thorek, "il faut parfois privilégier le bien commun au détriment de celui d'un seul. La soif de pouvoir de Scar n'est pas quelque chose de sain pour Cornedebouc. Il faut quelqu'un pour le contrer. Si ce quelqu'un doit être moi, soit. Et si cela rejoint en plus mes aspirations personelles, je ne vais pas m'en plaindre."

Aucune réponse.

"Ce que je tiens à te dire," conclut McShire, "c'est que nous n'avons jamais pris le temps de nous connaître. Nous ne sommes ni amis, ni ennemis. Et sois assuré que je n'ai absolument rien à ton encontre. Cela étant, le bien de Cornedebouc doit passer avant toute chose. Et dans ce dessin, il nous faut des coupables. C'est ce à quoi a servi la mort de Morul. C'est ce à quoi va servir la tienne. Je tenais simplement à ce que tu saches qu'il n'y a rien de personnel dans tout ça. Et que je suis sincèrement désolé."

Le silence régna encore quelques instants dans le couloir des geôles. La nouvelle de la mort de Morul ne semblait pas affecter le mécaniste présent dans la cellule. Pas plus que celle de sa propre exécution à venir.

"Haha, tu as vu comment ils ont détalé?" fit une voix dans l'escalier. "Je t'avais dit que le coup du fantôme marcherait!
- Tu les a menacés avec cette abomination qui te sers d'arbalète avant de les poursuivre en hurlant 'CRAIGNEZ MA COLÈRE, PAUVRE MORTELS!' " répondit une autre voix. "S'ils ont cru ne serait-ce qu'une seconde que tu étais un fantôme, je veux bien manger ma hache."

Se rappelant avoir congédié le garde, Thorek se dirigea vers ledit escalier avant de reculer, se retrouvant face à une lame en fer de deux pieds de long. Il refréna son envie de dégainer en constatant que ladite lame faisait partie d'une arbalète massive en fer forgé, dont les trois cordes tendues à bloc ne laissaient aucun doute sur ce qui arriverait au moindre mouvement brusque.

"Oh, bonsoir Thorek!" s'étonna Morul. Puis, se tournant vers son compagnon: "Edern, je t'avais dit qu'on aurait dû prendre les licornes! Tu imagines la gravure? :cute: "

http://image.noelshack.com/fichiers/2015/25/1434568625-gravure.jpg

- Est-ce que tu sais monter à cheval? Non." soupira Edern. "Est-ce que JE sais monter à cheval? Non. Es-ce que tu as pris le temps de bien dresser lesdites licornes? Non. Est-ce que notre orgueil et nos crânes seraient sortis indemnes d'une série de choc dans des montants de portes pas assez hauts pour le passages de cavaliers? Non. Est-ce qu'on aurait dû prendre ces foutues licornes? NON! :nah: "
- Dites... :pf: " commença McShire.
- On vient libérer McTruman." l'informa obligeamment Morul. "Si tu veux bien reculer de quelques mètres...

Alors que Thorek s'exécutait, Morul pointa l'Arbomination vers la porte de la cellule du mécaniste, cala son dos contre le mur du couloir pour contrer le recul et pressa la détente, arrachant la moitié de la porte dans un CLANG assourdissant. Thorek voulut profiter de l'occasion pour passer à l'attaque, mais, surpris par l'expression des deux autres capitaines, il jeta un œil vers la geôle.

Au milieu de la cellule, pas de McTruman. Juste un trou.

••••••••••

Jadas AngeEnLarmes finit de remplir un formulaire relatif à l'organisation de la milice populaire, et le mit sous clé dans son nouveau bureau. En plus d'être un soldat aguerri, l'ex-brigadier royal était un organisateur efficace, rompu aux arts du commandement et de la politique. On n'entrait pas au service direct de sa Majesté sans disposer de compétences au-dessus du lot.

Un filet de poussière chût soudain sur son épaule, qu'il épousseta distraitement. Vérifiant que tous les papiers étaient en ordre, il s'apprêta à se lever pour se rejoindre son cousin lorsqu'un nouveau filet de poussière lui tomba sur le sommet du crâne. Levant les yeux, il fut surpris de découvrir un trou dans son plafond, à travers lequel le regardait un nain à l'air aussi surpris que lui.

"Oh? :hap: " fit McTruman.
- Oh?! :ouch: " fit Jadas.

Sans leur laisser le temps de réagir plus en avant, la partie du plafond sur laquelle reposait McTruman s'effondra sur Jadas qui se reçut le mécaniste sur le crâne, se faisant assommer net.

"Par Geshud, je suis désolé! :peur: " s'excusa un McTruman complètement paniqué.

Parvenant à se calmer, l'ingénieur calamiteux en revint à son projet d'évasion et, remarquant l'uniforme noir du milicien ,entreprit de se l'approprier afin de passer inaperçu. Puis, se hissant sur son bureau, il chercha le nom de celui qu'il venait d'assomer.

•••••

Accompagné de son garde du corps, Scar se dirigeait vers les appartements de son cousin d'un pas rapide.

"Vous avez l'air inquiet, monsieur." remarqua le jeune Govric.
"Jadal n'est jamais en retard." répondit simplement Scar. "S'il n'était pas dans mon bureau dans la minute suivant l'heure que nous avions fixé, c'est qu'il lui est arrivé quelque chose."

Ouvrant la porte du bureau de l'ex-brigadier, Scar se figea, comme s'il ne parvenait pas à croire ce qu'il voyait.

"McTruman..." commença-t-il. "Est-ce que c'est une farce? :pf:
- Hein? :hap: " lui répondit son interlocuteur d'un ton enthousiaste. "Je ne vois pas qui est ce McTruman dont vous parlez. Je suis Jadas AngeEnLaaaa... Et merde. :malade:
- Et bien, à moins que mon cher cousin n'ait changé de taille, de corpulence et de tête, ne se déplace à présent qu'en rampant et ne garde un nain lui ressemblant trait pour trait ligoté dans son bureau -et tout cela, depuis la dernière fois que je l'ai vu trois heures plus tôt-, je ne pense pas pouvoir accorder un quelconque crédit à tes propos. :pf:
- MONSIEUR, ATTENTION!" hurla Govric.

Scar sentit un quelque chose percuter son dos. Il se retourna juste à temps pour voir Govric s'effondrer à ses pieds, le corps criblé de carreaux, et réalisa que le jeune nain venait de se sacrifier pour défendre sa vie. Divers jurons montèrent de la dizaine d’arbalétriers encapuchonnés de pourpre a attroupés dans le couloir alors qu'ils rechargeaient leurs armes.

"Cette fois, c'est la bonne," se dit Scar. "J'ai été imprudent, et ils n'ont pas fait les choses à moitié.
- Tu voudrais pas venir au sol avec moi? :hap: " proposa McTruman, qui n'avait qu'une vague idée des usages militaires mais qui était sûr que lorsqu'on se faisait canarder, il y avait toujours un chef pour crier 'à terre!', ce qui résolvait généralement tout.

Scar entendit un bruit de chute dans son dos, et se sentit tiré en arrière tandis qu'un nain armé d'une arbalète démesurée lui passait devant.

"LÂCHEZ VOS ARMES! :-(( " ordonna un Morul visiblement en rogne d'avoir chu tête la première sur un bureau en émergeant du tunnel de McTruman.

Son ordre sembla n'avoir aucun effet, et les arbalètes des encapuchonnés se levèrent pour terminer ce qu'elles avaient commencé. Un claquement métallique assourdissant résonna dans le couloir, et la tête d'un des assassins explosa littéralement dans une gerbe de fragment d'os et de morceaux de cervelle, tandis que le reste de son corps était projeté loin en arrière comme un pantin désarticulé. Sous le coup de l'adrénaline, Morul mit plus de force qu'il ne s'en croyait capable dans son bras droit et tira comme un forcené sur le levier de réarmement de l'Arbomination, parvenant à la recharger en une misérable seconde. Son épaule tout juste remise en place le lui ferait payer dans les semaines à venir, mais le résultat dépassa toute ses espérances: les assassins paniquèrent et s'enfuirent dans tous les sens, comme si la mort en personne était à leurs trousses.

"MOUAHAHAH! :fou: " hurla le trappeur dans un sourire dément. "LE FANTÔME DE MORUL DABBLERSAUSAGE EST SORTI DE LA TOMBE, ET IL RÉCLAME VOS VIES, PAUVRES MORTELS! :fou:
- N'importe quoi. :hum: " soupira McEdern en relâchant sa prise sur Scar, avant d'ajouter: "Tu aurais au moins pu essayer d'en capturer un vivant. Ou au moins entier. Parce qu'à moins de vouloir jouer au puzzle, je doute que l'on puisse identifier facilement celui auquel tu viens d'exploser le crâne...
- Tu aurais pu utiliser la poulie de ton arbalète et les carreaux barbelés. :hap: " renchérit McTruman. "A l'origine, j'avais conçu tout ça pour la pêche au gros mais... Bon, il aurait fallu que tu prennes le temps d'accrocher le fil de la poulie au carreau et que tu fasse en sorte de viser une partie non vitale, et...
- Merci pour cet exposé enrichissant, McTruman. :pf: " le coupa Scar en détachant son cousin en caleçon. "Maintenant, je crois que vous avez tous quelques explications à me fournir. :pf:

Kait
Kait
MP
17 juin 2015 à 21:45:24

J'actualise la page et là je tombe sur un chapitre de Cornebouc datant de moins de 20 secondes.
Les petites satisfactions de la vie :hap:

- Hein? :hap: " lui répondit son interlocuteur d'un ton enthousiaste. "Je ne vois pas qui est ce McTruman dont vous parlez. Je suis Jadas AngeEnLaaaa... Et merde. :malade:
- Et bien, à moins que mon cher cousin n'ait changé de taille, de corpulence et de tête, ne se déplace à présent qu'en rampant et ne garde un nain lui ressemblant trait pour trait ligoté dans son bureau -et tout cela, depuis la dernière fois que je l'ai vu trois heures plus tôt-, je ne pense pas pouvoir accorder un quelconque crédit à tes propos. :pf:

J'ai failli tomber de ma chaise :rire:

DébutPage précedente
Page suivanteFin
Répondre
Prévisu
?
Victime de harcèlement en ligne : comment réagir ?
Infos 0 connecté(s)

Gestion du forum

Modérateurs : Evilash08, Vortex646, Tomy-Fett, Leirok, TARDYL1973, MamYume, Galactico, ]Faustine[, Latios[JV]
Contacter les modérateurs - Règles du forum

Sujets à ne pas manquer

  • Aucun sujet à ne pas manquer