Menu
Dragon Quest
  • Tout support
  • iOS
  • Android
  • Nes
Actus
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
jeuxvideo.com / Actualités à la une / Derniers dossiers / La série Dragon Quest /

Dragon Quest - La série Dragon Quest

Page Dossier
Dragon Quest
iOS Android Nes
Partager sur :

Dragon Quest
Considéré comme l'un des tout premiers jeux de rôle sur console, Dragon Quest voit le jour le 27 mai 1986 sur Famicom. Il est développé par Chunsoft et édité par Enix au Japon. Grandement inspiré des divers RPG occidentaux sortis sur micro-ordinateurs, et notamment Wizardry et Ultima, le soft est rapidement porté sur MSX au Japon, mais ce n'est qu'en 1989 que le public américain le découvrira sur NES sous le titre de Dragon Warrior. Tous les noms des lieux, des magies et des personnages sont modifiés au passage, le brave Roto étant connu des joueurs américains sous le patronyme d'Erdrick. Quant à l'Europe, n'en parlons pas puisque c'est seulement avec la localisation du huitième opus en 2006 que l'on commencera véritablement à entendre parler de la saga...

Dragon QuestDragon Quest

Une aventure en solitaire

Dragon Quest
Ce premier volet pose donc les bases de ce qui deviendra l'une des plus grandes séries de J-RPG aux côtés de Final Fantasy, son éternel rival dès 1987.

Il nous conte l'histoire d'un descendant du héros légendaire Roto qui vainquit jadis les démons à l'aide d'un orbe de lumière, ramenant ainsi la paix sur toute la contrée d'Alefgard. Jusqu'au jour où le seigneur des dragons vint dérober le précieux objet, obligeant le roi de Radatome à envoyer son fils, descendant de la lignée de Roto, à partir en quête de l'orbe et donc à vaincre le plus puissant adversaire que le royaume ait connu. Mais pour atteindre l'île des dragons, il lui faudra d'abord mettre la main sur trois artefacts légendaires particulièrement bien cachés et gardés par des monstres puissants.

Dans le même temps, notre jeune héros devra également tenter de sauver une princesse des griffes d'un terrible dragon, mais c'est seul qu'il lui faudra mener à bien cette aventure.

Dragon QuestDragon QuestDragon Quest

Car si Dragon Quest premier du nom met déjà en place toute l'ossature de la série, il n'opte pas encore pour un groupe de héros et c'est donc en solitaire que notre héros anonyme devra combattre l'adversité. Fort heureusement, les ennemis sont fair-play et n'attaquent jamais à plusieurs. Une caractéristique du premier volet qui ne sera évidemment jamais reprise par la suite, tant elle bride toute la richesse potentielle du jeu.

Dragon QuestDragon QuestDragon Quest

Les écueils de l'interface

Dragon Quest
Dans sa version d'origine sur Famicom, le personnage se déplace toujours de face, aucun sprite de dos ou de profil n'ayant été prévu à l'époque, ce qui lui donne une démarche assez particulière. La version américaine se chargera d'ailleurs de corriger ce petit défaut.

Prémices du genre oblige, la lecture était rendue d'autant plus délicate que les boîtes de dialogues n'affichaient que des katakanas, le syllabaire le plus simple utilisé dans la langue japonaise. Il faudra attendre les volets ultérieurs pour que les hiraganas et les kanjis fassent leur apparition dans la série.

Se voulant extrêmement sommaire, l'interface n'indique aucune description des magies et des objets utilisés. Toutes les actions, même les plus basiques, s'effectuent nécessairement par le biais d'une fenêtre de commandes qui rend la progression assez fastidieuse. Pousser une porte, ouvrir un coffre ou emprunter un escalier ne passent donc pas encore par des interactions immédiates dès qu'on se trouve à proximité. Le pire reste encore le fait de devoir, pour parler à quelqu'un, indiquer la direction (nord, sud, est, ouest) dans laquelle se trouve le NPC par rapport à nous après avoir choisi la commande parler...

[VIDEO 0 INTROUVABLE]

Dragon QuestDragon QuestDragon Quest

Combats en vue subjective

On trouve dans cet opus un élément qui deviendra symbolique tout au long de la série, même si celui-ci s'inspire des premiers jeux de rôle occidentaux et que d'autres franchises opteront pour la même perspective par la suite (Tengai Makyô, Shin Megami Tensei, etc.). Il s'agit des combats en vue subjective. L'action est perçue à travers les yeux du héros, c'est pourquoi le personnage est invisible, ce qui sera le cas jusqu'au huitième volet de la série qui optera lui pour un compromis. Dans Dragon Quest, ces affrontements apparaissent dans une fenêtre qui s'affiche par-dessus les environnements du jeu, avec un petit décor derrière l'ennemi.

[VIDEO 0 INTROUVABLE]

Dragon QuestDragon QuestDragon Quest

Grottes et donjons

Bien plus court que les épisodes qui lui succéderont, Dragon Quest est composé de donjons relativement petits mais tous assez labyrinthiques et systématiquement plongés dans la pénombre. Afin de se frayer un passage dans ces grottes totalement obscures, le joueur doit donc soit emporter des torches avec lui, soit recourir à un sort de lumière pour éclairer partiellement les alentours. A chaque étage la musique se renouvelle, se faisant généralement de plus en plus inquiétante. A noter que ce premier volet inclut déjà quelques-uns des principaux thèmes de la série qui deviendront cultes par la suite. Quelques portes verrouillées impliquent de transporter des clés, ce qui soulève une autre contrainte du gameplay : le fait que l'inventaire soit aussi limité. Celui-ci ne pouvant accueillir qu'un maximum de dix objets, ce qui inclut toutes les pièces d'équipement et les items clefs, le joueur se retrouve bien vite surchargé.

[VIDEO 0 INTROUVABLE]

Dragon QuestDragon QuestDragon Quest

Dragon Quest
En cas de mort, le personnage se retrouve renvoyé directement au tout premier château, seul endroit où il est possible de sauvegarder (via des mots de passe à rallonge sur la version Famicom japonaise), perdant au passage la moitié de l'or qu'il avait sur lui. Une règle implacable qui incite à déposer régulièrement ses sous à la banque pour éviter le pire.

Déjà présent dans cet opus, le sortilège « rûra » permet d'ailleurs de se téléporter au château, mais il ne peut mener nulle part ailleurs.

De par sa classe de « héros » (yûsha signifie « brave » ou « héros »), le personnage est capable de manier aussi bien les armes blanches que la magie. Les noms des magies seront repris avec fidélité tout au long de la série (« hoimi », « gira », « begirama »...) et même dans les mangas et les séries animées qui en découleront. On peut donc regretter que ces appellations aient été perdues durant le processus de localisation aux Etats-Unis, mais aussi en Europe pour les volets ultérieurs.

Dans cet opus, ce sont dix sortilèges que l'on apprend ainsi à utiliser en gagnant de l'expérience, le dernier sort s'acquérant au niveau 19. Le héros ne peut de toute façon pas dépasser le level 30, une limite qui sera augmentée dans les volets ultérieurs.

[VIDEO 0 INTROUVABLE]

Dragon QuestDragon QuestDragon Quest

Un RPG aux allures de vaste jeu de piste

Dragon Quest
Assez hardcore du début à la fin, le jeu abrite déjà bon nombre de secrets délicats à découvrir par soi-même, même avec les indices prodigués par les NPC. Par exemple, rien ne met en évidence les cases bien précises qu'il faut examiner pour trouver certains objets clefs, et il n'est pas rare de devoir traverser des faux murs ou longer les bordures extérieures des villages pour accéder à des coffres ou des passages secrets. On tombe aussi parfois sur des objets maudits, ces fameux items que l'on retrouvera tout au long de la série et qu'on ne peut retirer qu'en allant voir un prêtre. Chaque pont franchi sur la carte du monde entraîne par ailleurs un cap croissant en termes de difficulté.

Pour autant, la formule ne permet pas encore de mettre en place une vraie stratégie, les combats se résumant finalement à des bras de fer où il faut alterner attaques et soins pour l'emporter sur l'adversaire. Et même si certains ennemis et boss sont sensibles au sort de sommeil, ce sont presque toujours l'équipement et le niveau du personnage qui font la différence. Résultat, à l'approche du face-à-face avec le seigneur des dragons, on est contraint de faire la chasse aux gluants de métal (Metal Slimes) et aux golems (Goldman) pour engranger rapidement de l'XP et de l'or avant de partir à l'assaut du boss final.

[VIDEO 0 INTROUVABLE]

Dragon QuestDragon QuestDragon Quest

Dragon Quest
Reste que, si le monde n'est guère vaste et que l'aventure se révèle bien plus courte que dans les volets ultérieurs, la quête se montre déjà totalement non linéaire. Il faut donc constamment recouper les indices donnés par les NPC à travers le monde pour progresser, ce qui donne au titre des allures de grande chasse au trésor ou de jeu de piste dans lequel rien ne se découvre au hasard et où tout est lié.

Par exemple, pour localiser le dernier artefact, il faut se positionner à un point bien précis de la map qu'on ne peut connaître qu'en faisant appel au don que la princesse nous donne lorsqu'on la délivre des griffes du dragon... et à condition de porter l'armure de Roto obtenue via une autre quête. Jusqu'à la toute fin, le jeu comporte des tonnes de mystères à dissiper et de pièges sournois à surmonter, comme cette fameuse boucle infinie qui nous attend à la fin du dernier donjon. La victoire du descendant de Roto permet malgré tout de ramener la paix sur Alefgard, le héros décidant de partir fonder son propre royaume en compagnie de la princesse qu'il avait délivrée.

Mis à jour le 05/09/2014
iOS Android Nes RPG Chunsoft Square Enix Enix Heroic Fantasy

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Lilipoter
Lilipoter
MP
le 05 juin 2017 à 16:31

J'ai plusieurs remarques à faire :
1 : Le héros n'est pas le fils du roi. Il n'est même pas né à Alefgard et va d'ailleurs se marier avec la fille du roi ! De plus, on sait que le héros de Dragon Quest Sword est en fait le héros de Dragon Quest 1.
2 : Il n'y avait pas encore de Gluant de métal et il n'y avait qu'un seul golem en guise de boss. On ne pouvait donc pas s'entrainer de cette manière !

Lire la suite...
original-jerem
original-jerem
MP
le 03 oct. 2014 à 15:20

On ne peut certainement pas être un vrai fan de dragon quest si on a pas jouer à la trilogie Roto !

Lire la suite...
snake-du-68
snake-du-68
MP
le 07 sept. 2014 à 01:58

Dommage que les trois premiers n'ont pas le droit a des remakes.

Lire la suite...
Finstern
Finstern
MP
le 05 sept. 2014 à 17:54

Autant j'adore cette série, autant ce premier opus ne m'attire pas.

Lire la suite...
chaingunner92
chaingunner92
MP
le 05 sept. 2014 à 14:07

J'imagine pas la rage si t'oubliais de sauvegarder.

Lire la suite...
xonilinkx
xonilinkx
MP
le 05 sept. 2014 à 12:04

Honte à moi, mais je viens de capter que le roi et la princesse d'ablithia dans DraQue 9, sont des références au tout premier au niveau du design :bravo:

Lire la suite...
Top commentaires
snake-du-68
snake-du-68
MP
le 07 sept. 2014 à 01:58

Dommage que les trois premiers n'ont pas le droit a des remakes.

Lire la suite...
chaingunner92
chaingunner92
MP
le 05 sept. 2014 à 14:07

J'imagine pas la rage si t'oubliais de sauvegarder.

Lire la suite...
SOMMAIRE

Dragon Quest

Jeuxvideo.com