Menu
jeuxvideo.com / Actualités à la une / Derniers dossiers / Quantic Dream, un studio et une vision du jeu vidéo /

Fahrenheit : Le début d'un nouveau concept - Quantic Dream, un studio et une vision du jeu vidéo

Page Dossier
Fahrenheit : Le début d'un nouveau concept
PC PS4 PS3 360 DCAST PS2 Xbox
Partager sur :

Fahrenheit : Le début d'un nouveau concept
Indigo Prophecy (aux USA) ou Fahrenheit démarre sur les chapeaux de roue, puisque c’est David Cage numérisé, tel un Cécil B. DeMille des temps modernes, qui vient nous présenter son titre et nous propose un tutoriel. Riche idée, atypique au possible, mais au final assez symptomatique du statut de « film interactif » qui va coller à la peau des créations Quantic Dream à partir de ce second jeu.

Pour l'occasion, Cage délaisse l’open world au profit d’un titre segmenté, plutôt fermé, et assez avant-gardiste sur son principe. Au niveau du gameplay, les codes sont également brisés et Quantic part sur un jeu d'aventure à la troisième personne utilisant des plans de caméra dynamiques hérités du cinéma.

On y joue Lucas Kane, employé de banque sans histoires, qui se retrouve malgré lui possédé par un esprit alors qu’il est dans les toilettes d’un restaurant… En transe, notre héros, « mocapé » par David Cage la plupart du temps, se voit commettre un meurtre rituel sur un inconnu, avant de reprendre le contrôle de son corps, à l'instant même où vous avez également l'emprise sur le gameplay.

Fahrenheit : Le début d'un nouveau concept
Qu’allez-vous faire ? Tenter de masquer les preuves pouvant vous inculper ? Cacher le cadavre grossièrement, vous laver les mains et partir au plus vite de la scène du crime ? Vous n’avez pas vraiment le temps de maquiller l’assassinat puisqu’un agent de police va entrer dans le restaurant et se diriger vers la scène du crime. Vous le savez puisque l’écran se scinde façon 24 Heures Chrono et instaure un degré de tension qui fait son petit effet. Toujours au niveau du gameplay, on remarque une volonté d’immersion accrue au niveau des actions contextuelles, réalisées à la souris en reproduisant un mouvement relatif à une décision du héros. Par exemple : pour ramasser le cadavre, il faut effectuer un mouvement de bas en haut. Une recette que l’on retrouvera par la suite dans Heavy Rain et Beyond, les suites spirituelles de Fahrenheit.

Fahrenheit : Le début d'un nouveau concept
L’autre réussite du titre est sans doute l’utilisation de plusieurs personnages principaux, un point qui fit également la réussite d’Heavy Rain. Vous incarnez donc Lucas Kane, le tueur malgré lui, mais aussi Tyler Miles et sa ravissante collègue Carla Valenti, tous deux en charge de l’enquête sur le meurtre perpétré par Lucas. Une configuration que l’on retrouvera elle aussi plus tard dans Heavy Rain, puisque l’on incarne tour à tour le suspect et la police, avec un sentiment de puissance assez présent en ce qui concerne le destin des nos divers protagonistes. Par exemple, lors de la scène du crime, au tout début du jeu, le joueur contrôlant Lucas peut, s'il le souhaite, laisser un tas d’indices qu’il retrouvera par la suite en jouant Carla, facilitant ainsi l’enquête et les actions de la police.

Mis à jour le 08/08/2014
PC PlayStation 4 PlayStation 3 Xbox 360 Dreamcast PlayStation 2 Xbox Action Aventure RPG Autres Quantic Dream Eidos Interactive Sony Atari Contemporain Cinéma Rétrogaming
Annonce

COMMENTAIRES

Tous les commentaires (0)
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Sommaire Dossier
  • L'aventure Quantic Dream
  • Capturer l'émotion : Les travers d'un art
  • The Nomad Soul : Joyau de la SF open world
  • The Nomad Soul : Trop ambitieux pour l'époque ?
  • Fahrenheit : Le début d'un nouveau concept
  • Fahrenheit : Une ébauche d'Heavy Rain ?
  • Heavy Rain : Le "jeu dont vous êtes le héros" à son paroxysme ?
  • Heavy Rain : Une expérience sociale, à savourer sans modération
  • Beyond : Two Souls : La formule magique ne fait plus effet ?
  • Beyond : Two Souls : Plus film interactif que jamais !
  • Qu'attendre de Quantic Dream pour le futur ?