Menu
jeuxvideo.com / Actualités à la une / Derniers dossiers / L'évolution du genre Beat Them all /

2013 – Metal Gear Rising Revengeance : L'infiltration n'a plus sa place - L'évolution du genre Beat Them all

Page Dossier
2013 – Metal Gear Rising Revengeance : L'infiltration n'a plus sa place
Partager sur :

Machines concernées : PS3 / Xbox 360 / PC

Bien que Metal Gear Rising Revengeance ne soit pas vraiment un « must have », il se montre suffisamment solide pour que l'on s'y attarde. De plus, son lien de parenté avec la célèbre série de Kojima lui confère un background très intéressant, d’autant qu'il met en avant Raiden, personnage apparu dans Metal Gear Solid 2 : Sons of Liberty et Metal Gear Solid 4 : Guns of the Patriots. Cependant, les points communs s'arrêtent là puisqu'il est ici question d'action et non d'infiltration bien qu'on trouve quelques phases pouvant être cataloguées comme telles.

2013 – Metal Gear Rising Revengeance : L'infiltration n'a plus sa place2013 – Metal Gear Rising Revengeance : L'infiltration n'a plus sa place2013 – Metal Gear Rising Revengeance : L'infiltration n'a plus sa place

Se situant quatre ans après les événements de MGS 4, Revengeance nous conte les déboires de Raiden avec une organisation terroriste qu'il va tenter de démanteler. Ainsi, si le synopsis s'avère plutôt élaboré pour un beat'em all (on sent ici l'influence de la série mère et de Kojima, son charismatique créateur), il n’enlève rien au fait que les scènes d'action se multiplient à la vitesse de l'éclair. Il faut aussi comprendre que derrière ce titre se trouve PlatinumGames, déjà à l'oeuvre sur Bayonetta ou MadWorld. Du coup, les combos s’enchaînent dans une gerbe d'effets spéciaux, le rythme soutenu ne faiblit que rarement et il vous faudra maîtriser la parade, élément essentiel pour avoir une chance de terminer l'aventure.

2013 – Metal Gear Rising Revengeance : L'infiltration n'a plus sa place2013 – Metal Gear Rising Revengeance : L'infiltration n'a plus sa place2013 – Metal Gear Rising Revengeance : L'infiltration n'a plus sa place

Bref, avec sa bande-son énergique, son gameplay sacralisant le ralenti et la découpe au katana de tout ce qui traîne (ennemis, véhicules... pastèques), Metal Gear Rising Revengeance demeure un excellent spin-off de la série culte de Kojima qui, malgré plusieurs défauts, ne fait nullement honte à ses influences directes.

Metal Gear Rising : Revengeance trailer

Chargement de la vidéo
Mis à jour le 28/02/2014

COMMENTAIRES

Tous les commentaires (0)
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Sommaire Dossier
  • Qu'est-ce que le beat'em all ?
  • 1984 - Kung Fu Master : Et le beat'em all fut
  • 1986 - Renegade : C'est ma ville !
  • 1987 - Double Dragon : Deux guerriers, de multiples possibilités
  • 1989 - River City Ransom : Open world et évolution des fighters
  • 2000 - Dynasty Warriors 2 : Quand 3D rime avec quantité
  • 2001 - Devil May Cry : Les combos sublimés
  • 2005 - God of War : De l'importance de la mise en scène
  • 1988 - Altered Beast : Attention loup méchant
  • 1988 - Vigilante : Kung Fu Master a son petit frère
  • 1989 - Final Fight : De Street Fighter au beat'em all
  • 1989 - Golden Axe : Welcome to Fantasy land
  • 1991 - Streets of Rage : Retour dans la rue
  • 2001 - Onimusha : Warlords : Retour vers le passé
  • 2003 - Viewtiful Joe : Combats animés
  • 2004 - Ninja Gaiden : Reboot vers le futur
  • 2006 - God Hand : Quand Ken le Survivant perd la tête
  • 2008 - Castle Crashers : Quatre chevaliers en croisade
  • 2009 - MadWorld : En rouge et noir
  • 2009 - Bayonetta : Comboobs à gogo
  • 2009 - Muramasa : The Demon Blade : L'art pictural au service de l'action
  • 2013 - Charlie Murder : Let's rock baby
  • 2013 – Metal Gear Rising Revengeance : L'infiltration n'a plus sa place
  • Ces jeux retenus à la frontière du genre
A lire aussi
Les ingrédients du J-RPG idéal 21 mars 2014, 09:45
L'évolution du genre Beat Them all 28 févr. 2014, 08:48
Le studio Naughty Dog 30 déc. 2013, 09:44
La série Shin Megami Tensei 29 mars 2013, 09:35