Menu
jeuxvideo.com / Actualités à la une / Derniers dossiers / L'évolution du genre Beat Them all /

1991 - Streets of Rage : Retour dans la rue - L'évolution du genre Beat Them all

Page Dossier
1991 - Streets of Rage : Retour dans la rue
Partager sur :

Machines concernées : Game Gear / Master System / Megadrive...

En 1991, Sega récidive dans le beat'em all en singeant la formule de Golden Axe. Ainsi, Streets of Rage n'est au final que la version urbaine du jeu susnommé même si on décèle sans peine une grosse influence de Final Fight. On y retrouve trois fighters aux caractéristiques propres qui vont devoir affronter un syndicat contrôlant la ville où se déroule l'action.

1991 - Streets of Rage : Retour dans la rue1991 - Streets of Rage : Retour dans la rue1991 - Streets of Rage : Retour dans la rue

Question casting, cela nous donne Adam Hunter, un ancien boxer, Axel Stone, un expert en arts martiaux et Blaze Fielding, une pratiquante de judo. Si en termes de gameplay, Streets of Rage se repose sur du très classique, notons qu'une attaque spéciale permet aux joueurs d'appeler en renfort une voiture éliminant (à grand renfort de mitraillette ou bazooka) tous les ennemis se trouvant dans la zone. A utiliser avec parcimonie sachant que le tout n'est disponible qu'une seule fois par niveau. A ce sujet, précisons que 8 stages (ville, plage, pont, usine...) nous attendent avec bien entendu les boss de rigueur et leurs innombrables sbires.

1991 - Streets of Rage : Retour dans la rue1991 - Streets of Rage : Retour dans la rue1991 - Streets of Rage : Retour dans la rue

En plus des nombreuses armes que l'on peut récupérer, le jeu de Sega propose un panel de mouvements, et donc d'attaques, différentes, selon le fighter choisi, ceci lui ayant conféré un véritable intérêt lors de sa sortie. D'autant plus vrai que lesdites attaques varient en fonction de la distance par rapport à l'ennemi. Même topo pour les projections, variant en fonction des héros et de la position par rapport à l'adversaire. Pour l'anecdote, le jeu propose deux fins distinctes, l'une où l'on bat le boss final et l'autre où l'un des deux joueurs prend sa place, ceci entraînant alors un combat contre son compagnon de route.

Mis à jour le 28/02/2014

COMMENTAIRES

Tous les commentaires (0)
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Sommaire Dossier
  • Qu'est-ce que le beat'em all ?
  • 1984 - Kung Fu Master : Et le beat'em all fut
  • 1986 - Renegade : C'est ma ville !
  • 1987 - Double Dragon : Deux guerriers, de multiples possibilités
  • 1989 - River City Ransom : Open world et évolution des fighters
  • 2000 - Dynasty Warriors 2 : Quand 3D rime avec quantité
  • 2001 - Devil May Cry : Les combos sublimés
  • 2005 - God of War : De l'importance de la mise en scène
  • 1988 - Altered Beast : Attention loup méchant
  • 1988 - Vigilante : Kung Fu Master a son petit frère
  • 1989 - Final Fight : De Street Fighter au beat'em all
  • 1989 - Golden Axe : Welcome to Fantasy land
  • 1991 - Streets of Rage : Retour dans la rue
  • 2001 - Onimusha : Warlords : Retour vers le passé
  • 2003 - Viewtiful Joe : Combats animés
  • 2004 - Ninja Gaiden : Reboot vers le futur
  • 2006 - God Hand : Quand Ken le Survivant perd la tête
  • 2008 - Castle Crashers : Quatre chevaliers en croisade
  • 2009 - MadWorld : En rouge et noir
  • 2009 - Bayonetta : Comboobs à gogo
  • 2009 - Muramasa : The Demon Blade : L'art pictural au service de l'action
  • 2013 - Charlie Murder : Let's rock baby
  • 2013 – Metal Gear Rising Revengeance : L'infiltration n'a plus sa place
  • Ces jeux retenus à la frontière du genre
A lire aussi
Les ingrédients du J-RPG idéal 21 mars 2014, 09:45
L'évolution du genre Beat Them all 28 févr. 2014, 08:48
Le studio Naughty Dog 30 déc. 2013, 09:44
La série Shin Megami Tensei 29 mars 2013, 09:35