Menu
Page Dossier
1986 - Renegade : C'est ma ville !
Partager sur :

Machines concernées : Arcade / NES / Master System / Amstrad CPC / C64...

Renegade débarque en 1986 sur une palanquée de machines (NES, Master System, etc.) et s'il ne révolutionne nullement le genre, il apporte tout de même un élément très important, autrement dit, des déplacements sur huit axes. On y incarne le dénommé Kunio, lycéen de son état qui deviendra fort populaire au Japon au point qu'une série de jeux portera son nom. Pour l'anecdote, si Renegade est le premier opus de la série Kunio-Kun, River City Ransom, que nous évoquons à la page suivante, en est le troisième segment. Pour ce qui est de l'histoire, pas grand-chose à se mettre sous la dent puisque Kunio, ou Mr.K en Occident, va devoir descendre dans la rue et affronter divers gangs pour sauver sa copine.

[VIDEO 0 INTROUVABLE]

1986 - Renegade : C'est ma ville !1986 - Renegade : C'est ma ville !1986 - Renegade : C'est ma ville !

Composé de quatre niveaux (le métro, le port, un parking et le quartier général du dernier gang), Renegade opte pour un scrolling non continu se limitant à une zone de jeu à base de deux écrans. En somme, une fois que vous aurez nettoyé ce qui est dans le coin, vous pourrez progresser afin d'éliminer toute menace se trouvant dans les deux écrans suivants et ainsi de suite, jusqu'à l'arrivée du boss toujours épaulé d'une bonne quantité de sbires. Par la suite, la société japonaise Technos améliora cette façon de progresser avec le mythique Double Dragon.

[VIDEO 0 INTROUVABLE]

1986 - Renegade : C'est ma ville !1986 - Renegade : C'est ma ville !1986 - Renegade : C'est ma ville !

En termes d'améliorations, Renegade propose la possibilité de se déplacer plus librement sur un plan isométrique, sans parler d'une panoplie de coups plus importante. Si on peut toujours mélanger coups de poing et coups de pied, il faut rajouter que les ennemis sont cette fois plus résistants et qu'à l'inverse de Kung Fu Master, certains, en plus de posséder des frappes plus puissantes, nécessiteront plusieurs coups pour être éliminés. A côté de ça, si quelques ennemis s'avéreront plus faibles, ils ne se priveront pas pour nous attraper par le dos afin de nous rendre vulnérables aux coups de leurs petits camarades.

[VIDEO 0 INTROUVABLE]

1986 - Renegade : C'est ma ville !1986 - Renegade : C'est ma ville !1986 - Renegade : C'est ma ville !

Renegade offre en outre une plus grande aisance dans la façon de combattre. En effet, on utilise ici trois boutons associés à l'attaque, vers la droite, vers la gauche ou au saut. De fait, en faisant face à un ennemi, on lui donnera un coup de poing alors qu'en frappant à l'opposé, le personnage effectuera un coup de pied. Enfin, on peut également effectuer un coup de pied sauté, bien utile contre les motards par exemple, associer la course aux pieds ou aux poings pour sortir des attaques aériennes ou bien encore matraquer un adversaire à terre pour l'achever. On remarque donc que si Renegade reprend le canevas de Kung Fu Master, ses nombreux ajustements de gameplay, ses ennemis plus nombreux et coriaces ainsi que sa plus grande liberté d'action en ont fait un beat'em all vraiment marquant qui imposera une véritable méthode de fabrication dont de nombreux beat'em all se feront l'écho.

Mis à jour le 28/02/2014

COMMENTAIRES

Tous les commentaires (0)
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
SOMMAIRE

1986 - Renegade : C'est ma ville !

Jeuxvideo.com