Menu
La 4ème Prophétie
  • PC
Actus
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Page Dossier
Un précurseur
PC
Partager sur :

Un précurseur
Nous sommes en 1999. Les jeux de rôle en ligne massivement multijoueurs n'en sont encore qu'à leurs premiers balbutiements. Everquest premier du nom, développé par Verant Interactive et édité par Sony Online Entertainment, vient tout juste de sortir aux Etats-Unis, où il tente d'imposer sa 3D temps réel face à son seul vrai concurrent, le "vieil" Ultima Online réalisé par Origin Systems et sorti en 1997 sous la houlette d'Electronic Arts. C'est à la même époque que Vircom Interactive, une société canadienne, développe The Fourth Coming, un autre MMORPG en 3D isométrique. Le succès de T4C (c'est ainsi qu'on le surnommera) reste anecdotique aux Etats-Unis, où il ne peut rivaliser avec les ténors du genre : bien qu'il adopte une représentation proche de celle d'Ultima Online, il est visuellement repoussant, ne propose qu'une poignée de quêtes peu intéressantes et contraint le joueur à une activité répétitive : le monster bashing (massacre de monstres à la chaîne).

Bien sûr, il va de soi qu'aucun des jeux cités ne bénéficie de serveurs francophones ou d'une quelconque traduction dans la langue de Molière : le genre n'a pas encore percé en France, où le taux d'équipement Internet est bas, sans compter le tarif prohibitif du jeu en ligne (le combo fournisseur d'accès + factures téléphoniques est fatal aux portefeuilles les moins bien garnis). Le MMORPG est un loisir onéreux à la pénétration anecdotique ; il faudra attendre les offres tout compris avec abonnement illimité (merci AOL) pour débloquer la situation.

[VIDEO 0 INTROUVABLE]

Un précurseurUn précurseurUn précurseurUn précurseur

La filiale de France Télécom GOA sent le vent tourner. Cette plate-forme de jeux en ligne rassemble quotidiennement des milliers de joueurs dans des salons où ils peuvent discuter et créer des parties sur les titres du moment. Mais elle souhaite étendre son activité. GOA acquiert alors les droits d'exploitation de The Fourth Coming en exclusivité pour la France et les pays francophones (Belgique, Suisse, Québec). Camber, alias Thomas Bidaux, est propulsé à la tête d'une équipe de gamemasters chargés d'en assurer la promotion, la localisation et l'animation. Le jeu est traduit en français sous le titre de La Quatrième Prophétie et se dote d'un solide background écrit par une équipe de passionnés. Il est proposé en téléchargement gratuit et jouable sans abonnement : l'objectif de GOA n'est pas de gagner de l'argent mais de promouvoir le genre et de prendre la température avant de lancer son gros projet : Dark Age of Camelot.

Un précurseur
Début 2000, la bêta fermée du jeu réunit une poignée de passionnés ; issus pour la plupart du jeu de rôle papier, ils réalisent très vite le potentiel de T4C en la matière. Dans les mains de GOA et de son équipe de GMs, le Diablo-like de Vircom s'est transformé en un vrai jeu de rôle dans un univers persistant. Au cours de l'été, les premiers serveurs de La Quatrième Prophétie sont officiellement ouverts au public. Grâce à sa visibilité sur GOA et dans la presse spécialisée, le jeu s'attire de plus en plus d'adeptes, qui découvrent le genre pour la plupart. Les files d'attente saturent, ce qui pousse l'exploitant français à ouvrir régulièrement de nouveaux serveurs : des serveurs généralistes comme Aphrael, Baazul, Caern-Sidhe, Demios, Feyd-Ehlan, Glyph et Harn, ou des serveurs spécifiques comme Apocalypse (hardcore full PvP) et Quies (RP, no PvP).

[VIDEO 0 INTROUVABLE]

Un précurseurUn précurseurUn précurseurUn précurseur
Mis à jour le 14/10/2009
PC MMO RPG Vircom Interactive Dialsoft Rétrogaming

COMMENTAIRES

Tous les commentaires (0)
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
SOMMAIRE

Un précurseur

Jeuxvideo.com