Menu
jeuxvideo.com / Actualités à la une / Derniers dossiers / L'Histoire des Machines à Jouer /

Et le PC fut - L'Histoire des Machines à Jouer

Page Dossier
Et le PC fut
Partager sur :

Jouer sur PC, une idée qui aura du mal à faire son chemin, pour certains, il fallu même s'y résigner plus que l'adopter. A l'origine, le hardware du standard compatible PC était loin d'offrir d'enthousiasmantes perspectives de jeu. Je ne vais pas vous faire l'historique complet du PC et de l'évolution du monde de la micro. Parler d'un obscur Altair, de l'évolution conjointe des créations de bidouilleurs de génie (les rebelles de Microsoft) dans leur garage et des labos d'IBM ou toutes ces petites choses qui bien que passionnantes s'éloignent un peu trop du sujet.

A l'origine, vous avez vu que les toutes premières machines de jeu étaient bien des ordinateurs, mais l'application concrète du concept se devait de passer par une machine dédiée, on n'imaginait pas vendre des objets aussi sérieux dans le but de faire mumuse avec eux. Les avis changeront plus tard comme on l'a vu. Peut-être sous l'impulsion du Breakout tournant sur Apple 1 en 76 et quelques autres soft qui virent le jour sur l'Apple 2.

Et le PC fut

Lorsqu'au tout début des années 80, IBM sort son IBM PC (pour Personal Computer) il s'adresse clairement aux professionnels. Du simple fait que sa machine et son DOS coûtent une fortune. Personne n'a envie de mettre 2 000 euros dans un bidule qui prétend faire la compta mieux que vous alors que vous ne la faites même pas en plus. Quant à jouer, le PC n'est clairement pas fait pour, il est loin d'en offrir le potentiel. Il fait de la bureautique et il le fait bien. Si bien que finit par arriver sur le marché le premier PC non produit par IBM mais par Compaq. Le premier Compatible PC. Le tout début de la standardisation du support. De son côté, Apple se lance aussi, avec Lisa ou son fameux Macintosh. Son influence première dans le sujet qui nous intéresse sera d'avoir introduit la notion de simplicité d'utilisation, d'une part par son interface graphique, d'autre part par l'usage de la souris qui fait oublier les complexes commandes textuelles, bien que certains eurent du mal à s'en défaire. La micro devient user friendly et ne nécessite plus d'avoir suivi une formation pour être utilisée. L'idée sera reprise par Microsoft qui va progressivement imposer sa propre interface utilisateur graphique au standard PC. C'est probablement là que Steve Jobs et Bill Gates ont dû commencer à se haïr, courtoisement certes, mais tout de même. C'est au moins comme cela qu'a commencé un phénomène de mimétisme dans l'innovation qui trouble beaucoup d'utilisateurs. La guerre des OS devient emblématique de l'opposition PC/Mac, de même que la divergence de technologie entre les processeurs Intel (PC) et Motorola. (Mac) quant à jouer, on commence à le faire grâce aux processeurs 80286 ou 80386. Mais jouer sur PC n'est pas franchement un grand plaisir en raison de capacités d'affichage qui vont du plus que moyen au carrément médiocre. L'affichage en mode EGA ou même VGA n'est pas un véritable plaisir pour l'oeil et ceux qui l'ont connu doivent encore avoir la rétine impressionnée de couleurs d'un goût douteux et de pixels en folie.

Les véritables débuts du jeu sur PC doivent énormément à l'apparition d'une nouvelle génération de processeurs, les 486 SX dont la puissance de calcul fera un peu oublier les grosses limitations d'affichage sur PC, l'affichage VGA s'installe comme standard. Plus de couleurs, un peu moins de pixels, ça commence à ressembler à quelque chose, et le Super VGA parvient ensuite à se positionner tranquillement. Sur le plan graphique, il n'y a plus matière à se moquer des jeux PC qui tiennent parfaitement la comparaison avec ceux tournant sur Amiga et Atari. Alors que peu de temps auparavant, ils en étaient très, très loin. Une nouvelle correction s'impose cependant. Les PC n'étaient pas conçus pour être plaisants à l'oeil, mais ils n'avaient pas non plus été prévus pour séduire les oreilles alors que de leur côté, les Amiga et Atari embarquent une technologie qui les autorise à produire autre chose que d'infâmes bip bip sortis d'un haut-parleur nasillard et essoufflé. C'est là que le concept d'évolutivité va prouver toute son efficacité avec la création des premières cartes sons. Les choses commencent à devenir sérieuses, peu à peu, les joueurs pourtant viscéralement attachés à leurs machines finissent par lorgner du côté du PC. 3 évènements enfonceront définitivement le clou pour faire du PC LE support incontestable pour celui qui ne souhaite pas jouer dans son salon, tous se résument en 2 mots : innovation technologique. Tous les autres systèmes vont devoir céder, il est impossible de résister au standard du Compatible PC qui a tout pour lui, un OS populaire malgré de sacrées défaillances, la puissance dans tous les domaines (pro, ludique ou artistique) et l'évolutivité avec son système de cartes d'extension et plus tard le bidouillage à outrance (montage, overcloking, tuning etc.). Seul Apple saura survivre en se focalisant sur le secteur professionnel ou artistique, n'importe quel musicien travaillant sur micro vous le dira.

La première innovation qui marqua l'imposition du PC : le CD-ROM, qui va se répandre à la vitesse de l'éclair et mettre un terme à l'usage de 5 disquettes pour charger un jeu. La capacité de stockage est accrue, la qualité des jeux s'en ressent fatalement. Dans le même temps se généralise l'usage des cartes d'extension, après les cartes sons de Soundblaster, ce sont les cartes graphiques qui vont envahir les boîtiers et booster le rendu des jeux. Quant à Intel, il sera responsable d'une hausse considérable de la puissance des PC avec sa nouvelle génération de processeurs lancés en 1993 : le Pentium. La suite ? Et bien la suite vous la vivez en ce moment même : toujours plus de puissance, toujours plus de nouveau matériel, de cartes graphiques, de générations de processeurs, de Windows et surtout... de jeux.

Mis à jour le 11/01/2005

COMMENTAIRES

Tous les commentaires (0)
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
SOMMAIRE

Et le PC fut

Jeuxvideo.com