Menu
jeuxvideo.com / Actualités à la une / Derniers dossiers / Test des processeurs Coffee Lake-S Refresh : i5 9600K, i7 9700K et i9 9900K /

Processeurs Intel Coffee Lake-S Refresh : Présentation de notre protocole de test - Test des processeurs Coffee Lake-S Refresh : i5 9600K, i7 9700K et i9 9900K

Page Dossier
Processeurs Intel Coffee Lake-S Refresh : Présentation de notre protocole de test
Processeurs Intel Coffee Lake-S Refresh : Présentation de notre protocole de test
PC
Partager sur :

Depuis près de deux ans, notre petite équipe (composée de Kracou et de son ami imaginaire Bobby) a vu passer pas moins d'une vingtaine de références de CPU différentes. Autant vous dire que notre protocole de test est maintenant rôdé pour accueillir comme il se doit les nouvelles gammes Intel. En voici d'ailleurs les détails pour ceux qui s'intéressent au pourquoi et au comment de nos mesures.

Sur le fond, notre protocole d'essai CPU se structure autour de deux grands axes : les performances applicatives d’une part, et sur les performances vidéoludiques d’autre part, qu’elles soient directes (performances en jeu) ou indirectes (performances en streaming de jeu). Côté applicatifs, nous utilisons pour déterminer les performances d’un processeur donné deux tests de compression, sous 7Zip puis sous Winrar, un test d’encodage sous Handbrake, deux tests de rendu (Corona et FryRender) et 2 tests visant à caractériser les performances générales des processeurs, sur chaque cœur et/ou sur l’architecture dans son ensemble : Cinebench et Geekbench. Parallèlement, nous testons la consommation de nos différentes plateformes de test (à la prise), lors d'une forte sollicitation du processeur, sous Prime95 (Test "In Place Large FTTs"). Enfin, nous avons effectué quelques essais d'overclocking, afin de mesurer si une marge de performances intéressante restait disponible, pour ceux qui souhaiteraient l'exploiter.

Processeurs Intel Coffee Lake-S Refresh : Présentation de notre protocole de test

Quant à nos évaluations dans la sphère vidéoludique, elles visent à mettre en évidence l'influence que peut avoir la puissance du CPU sur le framerate d'un jeu. Petit rappel : en jeu, CPU et GPU fonctionnent selon un rapport d’interdépendance. Pour reprendre un exemple concret, avant de pouvoir afficher un élément de décor détruit à l’écran, le GPU doit attendre que le CPU ait pris en compte la destruction de cet élément de décor… À l’inverse, si le process de rendu graphique traîne en longueur, c’est le CPU qui va se tourner les pouces, en attendant de pouvoir plancher sur l’évaluation des conditions de jeu de l’image suivante. De fait, et très naturellement, c’est en diminuant la charge sur le GPU que les limitations du CPU sont plus clairement retranscrites. Nous utilisons donc pour nos tests des réglages graphiques relativement bas, et une résolution 1920 par 1080 pixels. Sur cette base, nous cherchons à vérifier dans quelle mesure un CPU donné est en mesure de limiter les performances d’un GPU donné. À ce titre, chaque CPU est testé avec 4 cartes graphiques différentes : GTX 1050 Ti (une version Inno 3D overclockée), GTX 1060 (un modèle overclocké signé Gainward), GTX 1070 (en version Founders Edition) et GTX 1080 (une déclinaison STRIX overclockée de chez Asus).

En images, les jeux qui nous ont servi de base de travail pour ce dossier

Processeurs Intel Coffee Lake-S Refresh : Présentation de notre protocole de testProcesseurs Intel Coffee Lake-S Refresh : Présentation de notre protocole de testProcesseurs Intel Coffee Lake-S Refresh : Présentation de notre protocole de test
Processeurs Intel Coffee Lake-S Refresh : Présentation de notre protocole de testProcesseurs Intel Coffee Lake-S Refresh : Présentation de notre protocole de testProcesseurs Intel Coffee Lake-S Refresh : Présentation de notre protocole de test
Processeurs Intel Coffee Lake-S Refresh : Présentation de notre protocole de testProcesseurs Intel Coffee Lake-S Refresh : Présentation de notre protocole de testProcesseurs Intel Coffee Lake-S Refresh : Présentation de notre protocole de test

Vous noterez maintenant que ces conditions de tests, si elles permettent de caractériser les limitations d’un CPU par rapport à un autre dans un cadre vidéoludique, ne sont pas toujours réalistes. Typiquement, on peut difficilement imaginer qu’un joueur disposant d’une GTX 1080 paramètre ses jeux à un niveau très bas en résolution Full HD, et se contentent d’une qualité visuelle dégradée pour le simple plaisir de tourner à 250 FPS… Du coup, si un défaut de performances en jeu devait se faire jour sur notre première batterie de tests, ils convenaient de se demander dans quelle mesure cette différence serait notable dans un contexte plus classique. C’est tout le but de la seconde partie de notre protocole, qui reprend les grandes lignes que nous venons de définir, mais avec des réglages graphiques plus réalistes, et donc, plus lourds.

Processeurs Intel Coffee Lake-S Refresh : Présentation de notre protocole de test

Enfin, certains de nos tests sont doublés, de manière à mesurer les capacités de chaque processeur à gérer un flux de streaming en parallèle d’une session de jeu, et l’impact que cette tâche pourra avoir sur le framerate. La gestion du stream est alors confiée au logiciel OBS, que l'on configure sur des paramètres d'encodage relativement lourds : résolution 720p / 60FPS, encodage x264, birate max = "4000", preset d'encodage = "Slow". Quant à l'évaluation, elle sera plus qualitative que quantitative, puisque nous jugerons visuellement et en temps réel de la tenue du stream, qui sera notée sur une échelle de 1 à 4 : une note 4 correspondra à un flux parfait, tandis qu'une note de 1 reflètera une perte de frame ingérable, voire, des déconnexions.

Pour plus de clarté, nous avons rassemblé l’ensemble des tests et configurations de jeux appliqués lors de notre protocole dans le tableau ci-dessous. Les plus assidus d'entre vous auront remarqué que Hitman et Star Wars Battlefront ne font plus partie de nos tests de référence : l'outil intégré du premier ne nous semblait pas très pertinent dans le cadre d'une évaluation CPU avec le recul, que le souci posé par le second est d'ordre plus pratique. Origin continue en effet de bloquer l'accès à un jeu dès lors que ce dernier a été lancé avec un certain nombre de configurations matérielles sur moins de 24 heures. Une "fonctionnalité" un peu gênante dans le cas qui nous intéresse, vous en conviendrez. En contrepartie, Assassin's Creed Origins et sa capacité à remplir des threads CPU rejoignent notre panel de jeux.

> Tests applicatifs

ApplicationsType de testsVersion
7ZipDécompression de fichiers16.04
WinrarDécompression de fichiers5.40
HandbrakeEncodage x2641.0.2
FritzchessSimulation IA4.3
GeekBenchGénéraliste4.0.4
CinebenchRendu / imagerieR15.038

> Configurations de nos tests vidéoludiques

Jeux / BenchmarksConfiguration partie 1 (CP1)Configuration partie 2 (CP2)Type
Assassin's Creed OriginsDX11, Preset "Moyen"NAOutil intégré
Deus EX Mankind DividedDX12, AA 2X, Preset "Moyen"DX12, AA 2X, Preset "Moyen"Outil intégré
The Witcher 3Preset "Moyen"Preset "Ultra"Séquence jouée
Rise of the Tomb RaiderDX11, AA 2X, Preset "Moyen"DX11, AA 2X, Preset "Moyen"Séquence jouée
Battlefield 1DX11, Preset "Normal"DX11, Preset "Ultra"Séquence jouée
Watch Dogs 2DX11, Preset "Moyen"DX11, Preset "Ultra"Séquence jouée
For HonorNAPreset "Extrême"Outil intégré
The DivisionDX11, Preset "Moyen"DX11, Preset "Ultra"Séquence jouée
Gears of War 4Preset "Moyen"Preset "Ultra"Outil intégré
Mis à jour le 19/12/2018
PC
Annonce

COMMENTAIRES

Tous les commentaires (0)
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Sommaire Dossier
  • Processeurs Intel Coffee Lake-S Refresh : Et pour quelques améliorations process de plus
  • Processeurs Intel Coffee Lake-S Refresh : Un chipset Z390 pour tous les gouverner
  • Processeurs Intel Coffee Lake-S Refresh : Présentation de notre protocole de test
  • Processeurs Intel Coffee Lake-S Refresh : Performances applicatives et vidéoludiques
  • Processeurs Intel Coffee Lake-S Refresh : Une 9ème génération difficile à cerner