Menu
jeuxvideo.com / Actualités à la une / Derniers dossiers / Les Fichiers Xbox : toute l'actualité Xbox (#4) /

Gears of War : un background musclé (1/2) - Les Fichiers Xbox : toute l'actualité Xbox (#4)

Page Dossier
Gears of War : un background musclé (1/2)
Gears of War : un background musclé (1/2)
ONE 360
Partager sur :

En novembre 2006, Cliff Bleszinski et Epic Games sortaient Gears of War, une exclusivité Xbox 360. Le TPS s'est vite fait remarquer par son univers sombre et violent, sa réalisation technique de haute volée, et surtout un gameplay hyper nerveux. Le jeu est ainsi devenu l'un des titres emblématiques de la Xbox 360, donnant naissance à l'une des séries les plus importantes de la précédente génération de consoles. Mais connaissez-vous vraiment Gears of War ? Car on aurait tendance à l'oublier, mais derrière les personnages aux mensurations hors-normes, derrière les gros flingues et les litres de testostérone, se cache en fait un univers passionnant. Aujourd'hui, nous vous proposons donc de revenir sur le lore de Gears of War, des origines de Sera jusqu'aux événements qui expliquent Gears of War 3.

C'est une évidence pour beaucoup de joueurs de Gears of War, mais commençons par rappeler que la série ne se déroule pas sur Terre. Gears n'est pas une dystopie, il ne s'agit pas d'un récit d'anticipation ; c'est de la science-fiction tout court. Les événements prennent donc place sur la planète Sera, qui, ne nous en cachons pas, ressemble énormément à notre bonne vieille Terre. À ceci près que les jours y durent 26h, qu'elle dispose de plusieurs lunes, et que la part de terres habitable y est bien plus élevée que sur notre planète bleue. En revanche, Sera et la Terre ont un point commun : leur histoire s'est inscrite dans le sang.

Aux origines du monde

La chronologie officielle de Sera remonte tout de même à -5000 avant le Jour de l'Émergence. Qu'est-ce que le jour de l'Émergence, demanderez-vous ? Nous en parlerons plus tard, mais sachez que cette date, capitale dans la chronologie qui nous concerne aujourd'hui, se situe 14 ans avant le début du premier Gears of War... Petit repère temporel.

Gears of War : un background musclé (1/2)
Anvil Gate, en 14 Ap. E.

C'est donc en -5000 A.E. que l'on trouve les premières traces de l'existence d'une nation, sur Sera. Pelles, c'est son nom, dispose déjà d'un système politique complexe, partiellement démocratique puisqu'elle fait régulièrement usage d'un système de vote. Partout sur Sera, la vie se développe et l'on atteint rapidement l'âge d'Argent, qui durera jusqu'en -980. Une période dominée par deux puissances : la nation de Gorasnaya, et l'empire Kashkur. Ce dernier, de par sa position géographique, a accès à d'importantes ressources naturelles, et notamment des mines d'argent qui font sa richesse. Une fortune qui fait des envieux ; l'empire est obligé de protéger ses frontières, et c'est notamment ainsi qu'est créée la forteresse d'Anvil Gate. Une ville, Anvegad, va s'établir à proximité.

De son côté, Gorasnaya va peu à peu devenir un état à la puissance considérable, et la population particulièrement nombreuse. Vers -480, ce nouvel empire compte 400 millions d'habitants, faisant de lui pour les siècles à venir l'un des pays les plus importants de Sera. Bien entendu, l'irrésistible ascension de Gorasnaya et Kashkur se fait au dépend d'autres nations moins puissantes. L'Âge d'Argent laisse rapidement sa place à l'Âge de l’Armageddon, qui plonge Sera dans un état de guerre quasi-permanent. Pendant plusieurs siècles, les conflits s'enchaînent. L'utilisation massive d'artillerie et d'armes à feu toujours plus dévastatrices va ravager Sera, et faire chuter drastiquement les courbes démographiques. Frôlant presque l'extinction, l'humanité prend peur, les armes se taisent. D'un commun accord, les différentes nations font la paix, et Sera entre ainsi dans une nouvelle ère, baptisée non sans humour l'Ère du Silence.

L'imulsion, une découverte historique

L'Ère du Silence est en quelque sorte l'âge d'or de Sera. Fatigués par des siècles de guerre monstrueuses, les différents états remisent à la cave les mitrailleurs et sortent plumes, pinceaux, et éprouvettes. Cet âge d'or est une véritable renaissance pour l'humanité : l'art, la culture, la science progressent à grand pas. Les villes se développent mais surtout s'embellissent considérablement. Malgré quelques échauffourées, la démilitarisation se poursuit, les nations prônant désormais un pacifisme exalté.

Le plateau de Jacinto

Gears of War : un background musclé (1/2)

Tout n'est pas parfait pour autant : la criminalité progresse, et les inégalités sociales sont de plus en plus visibles ; les gouvernements se durcissent, et si l'on ne peut parler d'états fascistes, on voit ici et là se développer des idéologies aussi séduisantes que dangereuses. Comme les théories d'Alexiy Desipich, dont la philosophie se basent sur huit principes : l'ordre, l'assiduité, la pureté, le travail, l'honneur, la loyauté, la foi, et l'humilité. Tout un programme...

Gears of War : un background musclé (1/2)
L'imulsion se présente sous la forme d'un liquide jaune brillant, qui génère beaucoup de lumière.

Pendant que Desipich fait connaître ses idées autour de lui, l'humanité rencontre un vrai problème : les énergies fossiles commencent à manquer. À la recherche de solution, on découvre dans les entrailles de Sera un liquide extraordinaire : l'imulsion. Si dans un premier temps, les humains ne comprennent pas l'importance de cette découverte, c'est lorsque le Docteur Helen Cooper invente un procédé de rafinement que les choses changent véritablement. Alors que Sera était aux portes d'une crise énergétique dont on avait du mal à espérer une fin heureuse, l'humanité comprend rapidement qu'elle vient de découvrir une nouvelle source d'énergie au potentiel quasi-infini.

Gears of War : un background musclé (1/2)
Nassar Embry (peinture)

Plus efficace que n'importe quelle source d'énergie fossile ou nucléaire, l'imulsion devient alors le centre d'intérêt de toutes les puissances de la planète, qui comprennent vite l'intérêt de prendre contrôle d'un maximum de sources de ce liquide miracle. Cette « ruée vers l'or » va re-dynamiser l'économie mondiale ; l'imulsion va créer de nombreux emplois et devenir la principale source de revenus de bien des états. Car tout le monde n'y a pas le même accès : l'imulsion, il y en a manifestement plein les entrailles de Sera, mais il faut pouvoir y accéder. Les états les plus riches peuvent mettre en place dans leurs frontières de vastes sites d'exploitation, et c'est grâce au commerce d'imulsion qu'ils vont peu à peu imposer leur volonté sur l'économie mondiale. En première place, on trouve d'ailleurs la CGU, la Coalition des Gouvernements Unis ; cette nouvelle entité est la création d'un certain Nassar Embry. Originaire de Tyrus, comme Alexiy Desipich, Embry s'intéresse rapidement aux travaux de ce dernier et c'est sur son idéologie qu'il fonde, avec les autres Pères Fondateurs, la CGU. Tyrus devient alors le nombril de la CGU, ce qui explique l'importance que gagnent des cités comme Ephyra, ou Jacinto.

Le drapeau de la CGU

Gears of War : un background musclé (1/2)

La position dominante de la CGU ne l'empêche pas de connaître, en son sein, quelques problèmes. Dans les milieux autorisés, une information commence à se répandre : des mineurs, exposés depuis plusieurs années à l'imulsion, tomberaient malades. Et développeraient d'inquiétantes maladies. La CGU fait bien attention à ce que cela reste le plus secret possible ; elle ouvre, dans le plus grand secret, un laboratoire de recherche nommée New Hope, où seront placés en confinement tous les cas répertoriés, ainsi que leurs familles. Retenez bien cette information...

Pendant que la CGU œuvre dans l'ombre, d'autres nations, excédées par le monopôle de la Coalition, commencent à dialoguer, et à s'unir. Parmi elle, Pelles ou la République de Gorasnaya. Les deux états ne sont plus que l'ombre des deux superpuissances qu'elles ont été avant le début de l'Ère du Silence ; elles s'allient à d'autres petits états et fondent ainsi l'Union des Républiques Indépendantes, et entendent bien s'opposer à la CGU.

Ayant un accès plus difficile aux sources d'imulsion, l'URI n'existe que pour une raison : mettre un terme à la domination économique de la CGU, qui possèdent l'essentiel des accès aux sources d'imulsion. Les premières discussions ne mènent hélas à rien de bon, et des tensions ne tardent pas à apparaître. En -80 AE, c'est la guerre.

Les Guerres Pendulaires

Gears of War : un background musclé (1/2)

C'est ainsi que démarre le conflit le plus meurtrier qu'ait connu Sera jusqu'alors. Si les moyens de l'URI ne sont pas aussi importants que ceux de la CGU, elles comptent en son sein plusieurs nations dont l'histoire s'est faite par la guerre. À ce petit jeu, Gorasnaya n'est pas la dernière, et ce qui n'était alors qu'une petite succession de coups d'éclat façon guerilla se change peu à peu en vraie guerre de position. À l'image des combats se déroulant sur le front d'Ostri, le conflit s'enterre doucement mais sûrement : les Guerres Pendulaires dureront pendant 79 ans.

Gears of War : un background musclé (1/2)
Le Colonel Hoffman, tel qu'il apparait dans Gears of War.

C'est sur les terres de l'ancien empire Kashkur que se déroulera l'un des événements clé de la guerre. Immense réservoir d'imulsion, le pays est un cible privilégiée de l'URI. Après avoir réussi à ouvrir un second front, les Indépendantistes mettent le siège à Anvil Gate. Le fort est alors tenu par le Lieutenant Hoffman (que l'on retrouvera dans Gears of War), qui n'a qu'un objectif : tenir la place, pour empêcher l'ennemi d'accéder à la passe d'Anvegad. Après trois mois de siège, Hoffman parvient à négocier la reddition d'Anvil Gate, avec pour seule condition, la liberté des civils qui s'était réfugié dans le fort. Mais alors que l'URI prend possession du fort, le jeune Lieutenant déclenche son piège : les troupes indépendantistes sont enfermées dans les parties basses du fort, et massacrées. Une victoire primordiale pour la CGU, mais surtout pour Hoffman, qui va voir sa carrière décoller par la suite.

Gears of War : un background musclé (1/2)
Adam Fenix, dans sa jeunesse.

Au fur et à mesure que la guerre ravage Sera, il devient évident pour certaines têtes pensantes que de nouvelles armes, autrement plus puissantes, doivent être dévelopés. L'idée est de concevoir une nouvelle technologie tellement effrayante que le simple fait de la brandir en guise de menace pourrait mettre fin au conflit. Adam Fenix, Capitaine au sein de l'armée de la CGU, rejoint en -14 A.E. l'Agence de Recherche pour la Défense. Son projet : concevoir une arme orbitale, des plates-formes qui serviraient autant à surveiller qu'à effectuer des frappes de précision. Il travaille sur le sujet pendant près de 13 ans, en vain. Jusqu'au jour où un certain Mauris Ivo publie un article dans une revue scientifique ; en le lisant, Fenix et ses proches comprennent qu'Ivo, proche de l'URI, planche aussi sur un système d'armes orbitales. Et que les Indépendantistes sont bien plus avancés qu'eux sur le sujet.

Le Rayon de l'Aube

Effrayé à l'idée que l'URI puisse utiliser prochainement une telle technologie, le Président de la CGU, Tomas Dalyell, ordonne la mise en place d'une mission secrète dont le but n'est autre que de voler leurs travaux. Leur cible : la base d'Aspho Point, où cette nouvelle arme serait en développement. La CGU déclenche une vaste opération, qui conduit à la terrible bataille d'Aspho Field, où se fait remarquer un certain Marcus Fenix. Pendant que ce dernier multiplie les actes d'héroïsme, une escouade spéciale, dirigée par le Major Hoffman, pénètre dans Aspho Point et met la main sur les plans tant convoités. La CGU s'empare allors d'une technologie extrêmement avancée dont Fenix va pouvoir s'inspirer pour son projet personnel. Le Rayon de l'Aube est né.

Gears of War : un background musclé (1/2)

Les plates-formes orbitales sont rapidement mises en place. Alimentées en imulsion, la nouvelle arme crache un gigantesque laser qui détruit et brûle tout sur son passage. Après des tests concluant, la CGU décide de mettre en pratique le Rayon de l'Aube, qui entre pour la première en action lors de la bataille navale de Bonbourg : la flotte ennemie est réduite à néant en seulement quelques secondes. En état de choc, Yori Deschenko, leader de l'URI, se décide à négocier une reddition, comprenant qu'il est inutile de lutter plus longtemps.

Mis à jour le 28/04/2016
Xbox One Xbox 360 Action People Can Fly Xbox Game Studios Microsoft Epic Games

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
gigabob
gigabob
MP
le 28 avr. 2016 à 19:34

Un dur défi de taper aussi fort que le premier GOW avec cette claque visuelle et d'action... un gros succès comme on les aime...

Lire la suite...
Top commentaires
gigabob
gigabob
MP
le 28 avr. 2016 à 19:34

Un dur défi de taper aussi fort que le premier GOW avec cette claque visuelle et d'action... un gros succès comme on les aime...

Lire la suite...
Sommaire Dossier
  • Interview : Rod Fergusson nous parle de Gears of War 4
  • Gears of War : un background musclé (1/2)
  • Gears of War : un background musclé (2/2)
Meilleures offres