Menu
jeuxvideo.com / Actualités à la une / Derniers dossiers / Comparatif : 35 claviers gamer à l'essai, entre 50 et 250€ /

Test du HyperX Alloy Elite RGB : Une référence colorée mais sérieuse - Comparatif : 35 claviers gamer à l'essai, entre 50 et 250€

Page Dossier
Test du HyperX Alloy Elite RGB : Une référence colorée mais sérieuse
Test du HyperX Alloy Elite RGB : Une référence colorée mais sérieuse
PC
Partager sur :
Profil de oliveroidubocal
L'avis de oliveroidubocal
MP
Twitter
Rédaction jeuxvideo.com
31 août 2018 à 17:35:00
18/20
Spécifications
Technologie de toucheMecanique Cherry MX Red / Brown / Blue
RétroéclairageOui, RGB
Raccourcis multimédia Oui
Raccourcis macroNon
Anti-ghosting - Prise en compte simultanée des touchesOui, N-Key
Connectique requise2 ports USB
Port(s) USBOui
Fréquence d'interrogation max.1000 Hz
Port(s) audioNon

Ne jouons pas les étonnés : après un premier essai plutôt réussi en 2017, il était évident qu’HyperX développerait sa gamme de claviers. C’est chose faite avec aujourd’hui sur notre banc de test le Alloy Elite RGB, un modèle plutôt haut de gamme équipé de touches mécaniques Cherry MX. Et au vu de ses prestations, il ne devrait pas avoir trop de difficultés à se faire une place sur le marché.

Quand vient le besoin ou l’envie de s’acheter un nouveau clavier, bien des paramètres entrent en jeu. Il y a évidemment le prix, celui que l'on veut mettre au départ comme celui que l’on est prêt à lâcher en cas de craquage, les fonctions et la finition, la place qu’il prendra sur le bureau et surtout le toucher qu’il offrira à nos petits doigts de joueurs. Et sur beaucoup de ces points, HyperX a joué la carte de la sécurité. Par exemple, en intégrant des mécanismes de chez Cherry MX plutôt que des systèmes propriétaires, en version Red, Brown ou Blue, au choix. De quoi assurer une bonne durabilité, un toucher précis et une vitesse de frappe conséquente, le tout enrobé d'une bonne dose de tranquillité d'esprit. Evidemment, les amateurs de fréquences élevées pourront râler face à l’absence de version MX Speed, lesquelles auraient pourtant facilement trouvé leur place sur ce châssis métallique extrêmement rigide et qui ne plie pas, du tout, sous la pression de nos nombreux doigts. On se consolera toutefois rapidement en constatant l'excellente stabilité dont le Alloy Elite fait preuve, grâce à 4 patins en caoutchouc, que les petits pieds rotatifs à l’arrière soient relevés ou non.

Test du HyperX Alloy Elite RGB : Une référence colorée mais sérieuse
Test du HyperX Alloy Elite RGB : Une référence colorée mais sérieuse

Autre bon point : la finition de cet Alloy Elite RGB est belle et sans défaut d'ajustement, laissant même parfois le doute entre plastique et métal sur certains matériaux tant le choix des textures et des peintures se complète bien. Les touches, fixées directement sur la platine supérieure, montrent leur mécanisme sans honte, laissant au passage la lumière se diffuser doucement sous leur chapeau sans que la platine, d’un noir des plus mats, ne s’en retrouve inondée comme c’est le cas pour le Cougar Attack X3 RGB. En plus des éclairages de touches, ce clavier ajoute une barre lumineuse à 18 segments surmontée d’un diffuseur comme celle que l'on trouvait sur le Corsair K95 RGB Platinum. Si ce n'est que cette fois, la dite barre est située entre le rectangle de touches principales et la zone accueillant les touches de fonctions du clavier. L’effet est joli, pas trop invasif, mais n’offre pas à l’heure actuelle de véritable utilité.

Test du HyperX Alloy Elite RGB : Une référence colorée mais sérieuse

Continuons notre tour du proriétaire à la partie spuérieure gauche du périphérique : cette dernière propose une touche pour mettre le clavier en mode jeu (avec désactivation de la touche Windows et autres raccourcis), une pour l’intensité de l’éclairage et une troisième pour la sélection du profil, qui retiendra configuration d'éclairage et macros. 3 boutons donc, à membrane, qui auraient mérité un petit rétro-éclairage, même blanc. Côté droit, quatre touches multimédia (rétro-éclairées en RGB cette fois ci) et une molette de volume en métal viennent compléter le tableau. A l’arrière, l’épais câble tressé de près de 2 mètres donne sur deux fiches USB, l’une pour le clavier lui même, l’autre pour le port USB-2 pass-through situé juste à côté. Mais si l’on comprend aisément qu’un clavier n’ait pas besoin d’un débit de données phénoménal, on regrette tout de même que le choix de la technologie pour le port additionnel ne se soit pas porté sur l’USB-3, dans le cas où vous auriez voulu y brancher un disque-dur, ou un hub pour différents accessoires. Une critique qui n'entamera toutefois pas la note, puisque à notre grand regret, il en va de même pour tous les claviers actuels.

Test du HyperX Alloy Elite RGB : Une référence colorée mais sérieuseTest du HyperX Alloy Elite RGB : Une référence colorée mais sérieuseTest du HyperX Alloy Elite RGB : Une référence colorée mais sérieuse
Test du HyperX Alloy Elite RGB : Une référence colorée mais sérieuse

Cet Alloy Elite RGB est livré avec 8 keycaps de touches gris métallique à installer sur les Z,Q,S,D et 1,2,3,4 de la main gauche, à l’aide d’un outil fourni, ainsi qu’un repose-poignets amovible, en plastique dur, texturé de façon asymétrique, avec une zone très marquée face aux touches de lettres, et plus lisse devant les chiffres, sans qu’on n’y trouve ni avantage ni inconvénient au niveau ergonomique. Bien qu’on n’atteigne pas le confort du canapé Razer BlackWidow Chroma V2, si cher à Kracou, la position offerte est bonne, que les pieds arrière soient relevés ou non, et la présence de trois larges patins supplémentaires ajoute encore à la stabilité du clavier. Peut être aurions-nous aimé un son un peu moins “plastique creux” quand la paume des mains le rencontre avec vigueur. D’ailleurs, tant qu’on est sur les griefs sonores, autant signaler que nous constatons ici le même défaut que pour le Corsair K95 RGB Platinum, dans une moindre mesure tout de même, à savoir une réverbération métallique du clavier de près d’une seconde à chaque appui sur une touche. En clair, c’est bruyant comme un clavier mécanique dans la salle d'armes d’un château. Et vous ferez bien ce que vous voulez de cette information.

Les dimensions du clavier restent tout à fait contenues. Avec 45 cm de large et seulement 17,5 cm de profondeur (23 cm avec le repose-poignets), le Alloy Elite RGB ne devrait pas avoir trop de mal à trouver sa place sur votre bureau. On remerciera (ou pas) l’absence de touches macro dédiées, que le logiciel permettra tout de même de compenser avec la possibilité d’ajouter une macro spécifique à chaque touche.

Test du HyperX Alloy Elite RGB : Une référence colorée mais sérieuseTest du HyperX Alloy Elite RGB : Une référence colorée mais sérieuseTest du HyperX Alloy Elite RGB : Une référence colorée mais sérieuse

Côté logiciel justement, HyperX nous propose son NGenuity, commun à ses plus récents casques, claviers et souris. Pas forcément des plus ergonomiques au départ, il se laisse néanmoins rapidement apprivoiser et propose tout ce qu’on est en droit d’attendre d’un tel outil, avec une aide plutôt bien pensée accessible à chaque page. La gestion des macros touche par touche permet d’attribuer une fonction spécifique, une combinaison de touches ou un enregistrement de combo avec timing, avec ou sans répétition. L’onglet “Mode Jeu” permet quant à lui de définir les touches et raccourcis désactivés de ce mode. Enfin, les possibilités de réglages des LEDs sont nombreuses, entre effets purement esthétiques, zones et contrôle touche par touche. De quoi donner une vraie plus value à toutes ces couleurs. Dans sa mémoire interne, le Alloy Elite RGB peut embarquer jusqu’à trois profils, incluant macros et éclairage. Profils qui seront donc disponibles même sur un ordinateur ne possédant pas le NGenuity. Il est aussi possible d’exporter ses propres profils et même d’importer ceux de la communauté ou des équipes d’HyperX, les principaux titres actuels étant pour la plupart officiellement supportés.

Doté d’une finition exemplaire, d’un châssis parfaitement rigide et d’une frappe performante, cet Alloy Elite RGB frôle le sans-faute. Face à des concurrents au même prix, tels que le Logitech G810 Orion Spectrum ou le Cougar Attack X3 RGB, il se montre plus complet en termes de fonctionnalités et esthétiquement plus en phase avec son niveau de gamme. Pour chercher la petite bête, on lui reprochera l’absence de prise micro, son niveau de bruit assez élevé, ou encore l’impossibilité de choisir une version MX Speed. Pas grand chose au regard de ses nombreuses qualités, parfaitement en adéquation avec les 130€ demandés pour son acquisition.

Test du HyperX Alloy Elite RGB : Une référence colorée mais sérieuseRECHERCHER SUR AMAZONTest du HyperX Alloy Elite RGB : Une référence colorée mais sérieuseRECHERCHER SUR LDLC.COMTest du HyperX Alloy Elite RGB : Une référence colorée mais sérieuseRECHERCHER SUR MATERIEL.NETTest du HyperX Alloy Elite RGB : Une référence colorée mais sérieuseRECHERCHER SUR TOPACHAT
Les notes
+Points positifs
  • Une finition très qualitative
  • Solide et stable
  • Confort et vitesse de frappe
  • Un port USB déporté
  • Le rétro-éclairage efficace et suffisamment discret
  • Fonctions multimédia et roulette de volume
  • Repose poignets confortable et amovible
  • Le logiciel complet, macros touche par touche
-Points négatifs
  • Frappe assez bruyante et résonnante
  • Pas de port audio
Profil de oliveroidubocal
L'avis de oliveroidubocal
MP
Twitter
Rédaction jeuxvideo.com
31 août 2018 à 17:35:00
18/20
Mis à jour le 27/04/2019
PC

COMMENTAIRES

Tous les commentaires (0)
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Sommaire Dossier
  • Test des Logitech G915 et G815 : Révolution tout en finesse
  • Test du Thermaltake Level 20 RGB : En long, en large et en lumière
  • Test Asus ROG Strix Flare : Un clavier sûr pour illuminer vos sessions nocturnes
  • Test Cherry MX Board 6.0 : Si son ramage se rapportait à son plumage...
  • Test du Cooler Master MK750 : De grandes qualités, même en nomade
  • Test Corsair K95 RGB Platinum MX Speed : A la vitesse de la lumière
  • Test Corsair STRAFE : Simple, compact, efficace
  • Test Corsair STRAFE RGB Silent : Un sans faute, ou presque
  • Test Cougar Attack X3 RGB (2016) : Un bon compromis tout en couleurs
  • Test G.Skill Ripjaws KM570 : Efficace et pas cher, c'est G.Skill qu'on préfère ?
  • Test G.Skill Ripjaws KM780 : Un rapport qualité prix intéressant
  • Test du HyperX Alloy Elite RGB : Une référence colorée mais sérieuse
  • Test HyperX Alloy FPS : Un clavier pour conjuguer loisirs vidéoludiques et mobilité
  • Test Logitech G413 : On ne fait pas que du bon chocolat en Suisse
  • Test Logitech G513 : Le G413 ne parvient pas à prendre du galon
  • Test Logitech G613 : Libéré, délivré, mais quel intérêt ?
  • Test Logitech G810 Orion Spectrum : Une copie revue et corrigée du G910
  • Test Logitech G910 Orion Spectrum : Tout le monde a droit à une seconde chance !
  • Test du Mad Catz S.T.R.I.K.E. 4 : Quand Hardware et Software ne font pas bon ménage
  • Test du MSI Vigor GK80 : Largement battu par la concurrence
  • Test Razer BlackWidow Chroma : Derrière le bruit des touches, personne ne vous entend crier !
  • Test Razer BlackWidow Chroma V2 : Un repose-poignet qui "tue le game" !
  • Test Razer BlackWidow X Chroma : Quelques grammes de finesse, dans un monde de joueurs
  • Test Razer Huntsman : Et le confort ? Il est où, le confort ?
  • Test Roccat Suora : Un clavier gaming qui va à l'essentiel
  • Test Roccat Vulcan 120 AIMO : Un confort de frappe qui fait la différence
  • Test SteelSeries APEX M500 : Le digne héritier du clavier 6Gv2 ?
  • Test du NACON CL-750 OM : Le plastique, ce n'est pas toujours fantastique
  • Test Razer Ornata Chroma : Le clavier membrane qui roule des mécaniques
  • Test Logitech G910 Orion Spark : Du haut de gamme qui peine à convaincre
  • Test STRIX Tactic Pro : Le retour gagnant du style orange mécanique ?
  • Test Mad Catz S.T.R.I.K.E. T.E. : Une renaissance, en quelque sorte...
  • Test Roccat Ryos MK Pro : L'habit ne fait pas le clavier
  • Test SteelSeries Apex M800 : Un clavier qui marque sa différence (et qui le fait bien)
  • Test Corsair Raptor K30 : Un clavier membrane bien pensé à prix contenu