Menu
jeuxvideo.com / Actualités à la une / Derniers dossiers / Comparatif : 35 claviers gamer à l'essai, entre 50 et 250€ /

Test Logitech G613 : Libéré, délivré, mais quel intérêt ? - Comparatif : 35 claviers gamer à l'essai, entre 50 et 250€

Page Dossier
Test Logitech G613 : Libéré, délivré, mais quel intérêt ?
Test Logitech G613 : Libéré, délivré, mais quel intérêt ?
PC
Partager sur :
Profil de oliveroidubocal
L'avis de oliveroidubocal
MP
Twitter
Rédaction jeuxvideo.com
22 novembre 2017 à 14:19:00
15/20
Spécifications
Technologie de toucheMecanique Romer G
RétroéclairageNon
Raccourcis multimédia Oui
Raccourcis macro6
Anti-ghosting - Prise en compte simultanée des touchesOui, N-Key
Connectique requise1 port USB
Port(s) USBNon
Fréquence d'interrogation max.1000 Hz
Port(s) audioNon

Au regard de ses sorties les plus récentes, il apparaît clairement que Logitech tente de nous amener progressivement dans un monde totalement dénué de câble, tous gamers exigeants que nous soyons. Un pari audacieux qui demande parfois quelques prises de risques. Ainsi, après une série de casques et de souris, c’est donc au tour du clavier de couper le cordon et de rejoindre la gamme Lightspeed de la marque avec ses touches mécaniques sous le bras. Mais c’est aux joueurs de décider si l’ajout d’une telle technologie et la hausse de prix non négligeable qui l’accompagne ont un véritable intérêt. Et dans les faits, entre compromis et avantages, ce G613 est issu de choix qui ne plairont pas forcément à tout le monde.

Il faut dire que si l’absence de câble apparaît comme une évidence quand on parle de souris ou de casque, l'utilisation de ces deux types d’accessoires étant clairement liée à une certaine mobilité, il est un peu plus difficile d’y trouver un intérêt dans le cas d'un clavier, qui a vocation à rester bien tranquillement posé sur un bureau. Il reste évidemment le cas particulier d'un périphérique qui serait pensé pour une utilisation dans un salon, éventuellement équipé d’un système de contrôle du pointeur, et qui pourrait se balader entre les mains de différents utilisateurs confortablement assis dans un canapé. Problème : ce ne sera absolument pas la philosophie de ce Logitech G613, qui se contente d'emprunter ses caractéristiques à d’autres modèles de la série G.

Test Logitech G613 : Libéré, délivré, mais quel intérêt ?

Côté châssis, on reconnait immédiatement la parenté avec le G213 Prodigy : ses touches multimédia moins efficaces que celles du G810 (particulièrement la gestion du volume), son armature en plastique qu’on aurait aimée un peu plus rigide en son centre, surtout lorsque les grands patins arrière sont en position haute. De même avec son repose-poignets certes confortable, mais inamovible. Différence notable cependant, l’ajout de 6 touches de macros sur la gauche qui agrandissent l’ensemble pour une largeur totale de 48 centimètres et une profondeur de 21 centimètres tout de même. A côté du récent G413 ou du G810, le G613 passe donc pour un mastodonte, du genre à bien envahir l’espace du bureau, mais le parti pris par Logitech est de proposer un modèle qui, esthétiquement parlant, offre un design plus sobre que le G413. Ainsi, le carénage monobloc recouvre tout l’espace entre les touches, avec un plastique oscillant entre niveaux de gris et de noirs, et qui ferait presque passer le G613 pour un modèle de bureautique aux yeux du non initié.

Test Logitech G613 : Libéré, délivré, mais quel intérêt ?Test Logitech G613 : Libéré, délivré, mais quel intérêt ?

Pourtant, la présence de switchs Romer-G atteste bien de l’orientation vidéoludique du clavier. Et de ce côté, pas grand-chose à redire puisque ces mécaniques sont, à l’instar des modèles de chez Cherry, des exemples de réactivité avec un contact à 1.5 mm de profondeur. Le toucher est donc rapide et, avec un peu d’habitude, il peut même devenir silencieux si l’on évite de mettre le mécanisme en butée. Malheureusement, la technologie sans fil et ses besoins d’économie d’énergie ont amené Logitech à retirer un des éléments de ces touches, de ceux qui pourtant participent à leur réputation, à savoir le rétroéclairage. Les touches sont en effet dénuées de LED et n’offrent aux joueurs nocturnes qu’un marquage blanc, loin d’être parfaitement visible lorsque les lumières sont éteintes. De même, on note l’absence de port USB, une fonction que les deux piles LR6 n’auraient de toute façon pas pu supporter bien longtemps. Enfin, l'utilisateur devra se passer de mode filaire, le G613 n’ayant aucun moyen d’être branché en cas de décharge totale des batteries. Il faut tout de même noter que la longue période de test de ce clavier, soit plus de 500 heures de jeu en lightspeed comme en Bluetooth, ne nous a pas permis de voir les piles tomber à court d'énergie.

Test Logitech G613 : Libéré, délivré, mais quel intérêt ?
Test Logitech G613 : Libéré, délivré, mais quel intérêt ?

Le clavier est évidemment soutenu par le classique Assistant pour Jeux Video de Logitech, lequel permet d’attribuer une fonction ou une macro aux 6 touches dédiées. Malheureusement, impossible pour le moment de modifier les touches classiques, même en mode jeu. Autant dire que la fonction, de même que la gestion des profils, se montre plus qu’anecdotique et bien mal exploitée. Du coup, on regrettera même que le clavier ne propose pas de gestion des macros à la volée, sans intervention du logiciel, voire de mémoires multiples à emporter avec soi. En effet, le caractère nomade apporté par la transmission sans fil aurait pu trouver là un vrai avantage, surtout que le G613 fonctionne en Lightspeed avec un dongle dédié comme en Bluetooth, et ce sur à peu près toutes les plateformes : Windows, MacOs, Android, iOS.

Mais plutôt que d’en profiter d’un point de vue du jeu, Logitech a préféré mettre l’accent sur les utilisateurs de smartphones et tablettes, en proposant dans son pack un support physique passif pour ce genre d’accessoire. Ainsi, puisque le passage d’une technologie sans fil à l’autre se fait à la volée, via un simple interrupteur, il est facile de basculer de son PC à sa tablette pour envoyer un texto, un email ou un message ingame pour peu que le jeu dispose d'une companion App. On aurait probablement préféré que le coût de ce support soit injecté dans le châssis ou dans une connexion filaire plutôt que dans un objet qui, disons-le franchement, tient plutôt du joli gadget que de la véritable fonction attendue par les joueurs.

Test Logitech G613 : Libéré, délivré, mais quel intérêt ?Test Logitech G613 : Libéré, délivré, mais quel intérêt ?

Avec ce G613, Logitech innove et fait donc des choix plutôt audacieux en s’appuyant sur son savoir-faire. Il faut dire que le marché des claviers sans fil "gaming" est aujourd'hui pour le moins embryonnaire, laissant au fabricant suisse toute latitude pour tenter de s'y imposer. Mais dans le cas de ce clavier, certes agréable à utiliser et équipé de mécaniques de qualité, les avantages qu’apporte la technologie sans-fil sont plutôt maigres par rapport aux compromis qu’elle impose. Alors que le tarif de 150€ demandé pour se débarrasser de son câble se montre déjà plutôt élevé, on doit accepter la disparition du rétroéclairage, l’absence de port USB et un châssis plastique trop souple digne d’un modèle d’entrée de gamme. Alors à moins que sa double connexion Lightspeed et Bluetooth vous tape vraiment dans l’oeil, gardez votre câble et optez plutôt pour un Razer Blackwidow V2, un Steelseries Apex M800 ou l’un des nombreux modèles véritablement orientés gaming et offrant de bien meilleures performances sur ce sujet, à un coût souvent plus raisonnable.

Test Logitech G613 : Libéré, délivré, mais quel intérêt ?RECHERCHER SUR AMAZONTest Logitech G613 : Libéré, délivré, mais quel intérêt ?RECHERCHER SUR LDLC.COMTest Logitech G613 : Libéré, délivré, mais quel intérêt ?RECHERCHER SUR MATERIEL.NETTest Logitech G613 : Libéré, délivré, mais quel intérêt ?RECHERCHER SUR TOPACHAT
Les notes
+Points positifs
  • Passage du Lightspeed au Bluetooth à la volée
  • Une ethétique réussie et une finition irréprochable
  • Le toucher des mécaniques Romer-G
  • La durée de vie des piles
-Points négatifs
  • Le sans fil qui se paye au prix fort
  • Le chassis est trop souple au centre
  • Le logiciel de Logitech, largement sous exploité par le clavier
  • Une seule mémoire en nomade
  • Pas de rétroéclairage ni de port USB
  • Pas de connexion filaire prévue
  • Un clavier qui prend de la place
Profil de oliveroidubocal
L'avis de oliveroidubocal
MP
Twitter
Rédaction jeuxvideo.com
22 novembre 2017 à 14:19:00
15/20
Mis à jour le 27/04/2019
PC

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Zx7r
Zx7r
MP
le 28 nov. 2017 à 17:13

vous dite qu'il a esthétique réussie,certes,mais question design c'est quant même bien sobre et ultra classique !
presque austère.

Lire la suite...
Katse
Katse
MP
le 27 nov. 2017 à 20:16

Un clavier à ce prix là sans rétro-éclairage...

Lire la suite...
Top commentaires
Katse
Katse
MP
le 27 nov. 2017 à 20:16

Un clavier à ce prix là sans rétro-éclairage...

Lire la suite...
Sommaire Dossier
  • Test des Logitech G915 et G815 : Révolution tout en finesse
  • Test du Thermaltake Level 20 RGB : En long, en large et en lumière
  • Test Asus ROG Strix Flare : Un clavier sûr pour illuminer vos sessions nocturnes
  • Test Cherry MX Board 6.0 : Si son ramage se rapportait à son plumage...
  • Test du Cooler Master MK750 : De grandes qualités, même en nomade
  • Test Corsair K95 RGB Platinum MX Speed : A la vitesse de la lumière
  • Test Corsair STRAFE : Simple, compact, efficace
  • Test Corsair STRAFE RGB Silent : Un sans faute, ou presque
  • Test Cougar Attack X3 RGB (2016) : Un bon compromis tout en couleurs
  • Test G.Skill Ripjaws KM570 : Efficace et pas cher, c'est G.Skill qu'on préfère ?
  • Test G.Skill Ripjaws KM780 : Un rapport qualité prix intéressant
  • Test du HyperX Alloy Elite RGB : Une référence colorée mais sérieuse
  • Test HyperX Alloy FPS : Un clavier pour conjuguer loisirs vidéoludiques et mobilité
  • Test Logitech G413 : On ne fait pas que du bon chocolat en Suisse
  • Test Logitech G513 : Le G413 ne parvient pas à prendre du galon
  • Test Logitech G613 : Libéré, délivré, mais quel intérêt ?
  • Test Logitech G810 Orion Spectrum : Une copie revue et corrigée du G910
  • Test Logitech G910 Orion Spectrum : Tout le monde a droit à une seconde chance !
  • Test du Mad Catz S.T.R.I.K.E. 4 : Quand Hardware et Software ne font pas bon ménage
  • Test du MSI Vigor GK80 : Largement battu par la concurrence
  • Test Razer BlackWidow Chroma : Derrière le bruit des touches, personne ne vous entend crier !
  • Test Razer BlackWidow Chroma V2 : Un repose-poignet qui "tue le game" !
  • Test Razer BlackWidow X Chroma : Quelques grammes de finesse, dans un monde de joueurs
  • Test Razer Huntsman : Et le confort ? Il est où, le confort ?
  • Test Roccat Suora : Un clavier gaming qui va à l'essentiel
  • Test Roccat Vulcan 120 AIMO : Un confort de frappe qui fait la différence
  • Test SteelSeries APEX M500 : Le digne héritier du clavier 6Gv2 ?
  • Test du NACON CL-750 OM : Le plastique, ce n'est pas toujours fantastique
  • Test Razer Ornata Chroma : Le clavier membrane qui roule des mécaniques
  • Test Logitech G910 Orion Spark : Du haut de gamme qui peine à convaincre
  • Test STRIX Tactic Pro : Le retour gagnant du style orange mécanique ?
  • Test Mad Catz S.T.R.I.K.E. T.E. : Une renaissance, en quelque sorte...
  • Test Roccat Ryos MK Pro : L'habit ne fait pas le clavier
  • Test SteelSeries Apex M800 : Un clavier qui marque sa différence (et qui le fait bien)
  • Test Corsair Raptor K30 : Un clavier membrane bien pensé à prix contenu