Menu
jeuxvideo.com / Actualités à la une / Derniers dossiers / La robotique dans le jeu vidéo, de l'homme à la machine ? /

Le robot serviteur - La robotique dans le jeu vidéo, de l'homme à la machine ?

Page Dossier
Le robot serviteur
Le robot serviteur
PC PS4 ONE WiiU PS3 360 Mac Android MD Xbox
Partager sur :

Si le terme "Robot" nous est familier, il remonte pourtant à presque un siècle. Ce mot apparaît pour la première fois dans une pièce de théâtre mise en scène par un réalisateur tchèque du nom de Karel Čapek. C'est son frère, Josef, qui inventa le dénominatif "Robota", qui signifie "Corvée". D'ailleurs, pour la petite histoire, Robotnik (coucou Sonic !) signifie "ouvrier" en slovaque et en polonais. La pièce, préparée en 1921 et jouée un an plus tard sur la scène new-yorkaise, sera retranscrite en différentes langues et le terme "Robot" remplacera très vite le mot "Automaton". Dans l'univers du jeu vidéo, tout comme dans la vie réelle, sa fonction et sa représentation ont évolué au fil des années et de la technologie.

Un robot pour la vie de tous les jours

Dans notre quotidien, c'est-à-dire celui du grand public, les robots servent avant tout à nous épauler dans nos tâches domestiques. Au sein des foyers, l'interaction homme-machine reste limitée pour le commun des mortels. Ces dernières années, la rare percée est venue de l'installation progressive des robots aspirateurs dans nos maisons et appartements. Mais nous sommes véritablement à un tournant avec l'arrivée prochaine de véritables compagnons automatisés. Prévu en 2016, Buddy est une création française qui devrait se vendre dans les 749 euros. Avec son look kawaii à souhait et ses multiples fonctionnalités (télé-présence, jeux pour enfants, surveillance de la maison, gestion de playlists musicales...), cette adorable créature douée de la parole rappelle, par certains côtés, le robot Codsworth dans Fallout 4. Ce dernier, toujours fonctionnel 210 ans après l'explosion nucléaire, est un compagnon qui nous accueille en début de partie. Programmé dans ce but, il s'efforce d'être aux petits soins de la famille et de tout faire pour qu'elle soit heureuse.

Fallout 3 Reportage

Chargement de la vidéo

De nos jours, c'est exactement ce que tentent de faire les sociétés qui sont à l'origine de Buddy, mais aussi de Pepper. Mais nous n'en sommes qu'aux prémices et il faudra attendre de longues années pour que l'intégration des robots se démocratise. Dans les jeux vidéo, les robots les plus fréquents sont avant tout fonctionnels. Outre les tourelles qui réagissent au moindre danger, on trouve des drones qui viennent épauler le joueur en cours de mission. Dans un jeu comme Killzone Shadow Fall, ils sont omniprésents. Le jeu de Guerrilla Games se déroule dans les années 2300 et on comprend aisément que la technologie y a libre court. Jadis trahi par un drone, Lucas Kellan, le héros, va pourtant profiter de ce même type d'appareil quelques années plus tard. Alors qu'il se rend sur la zone d'un crash pour retrouver des survivants, ce dernier découvre un OWL, un drone d'attaque aux multiples fonctions. Via la touche tactile de sa manette PlayStation 4, le joueur peut lui demander d'agir en fonction de la situation. L'OWL peut mitrailler l'ennemi, pirater un système, déployer un bouclier ou encore servir de tyrolienne pour se rendre à un endroit en contrebas. En cas de coup dur, il peut également réanimer le héros grâce à aux packs d'adrénaline.

Plus près de nous, un titre comme Destiny fait également appel à un compagnon numérique. Il s'agit du Spectre, capable de déchiffrer des codes extra-terrestres, donner des informations, protéger son Gardien, etc. On peut également citer D0g, le célèbre chien-robot de Half Life 2, toujours là pour aider Freeman. Ces robots, vous l'aurez compris, sont avant tout là pour guider le joueur (Metal Gear MK. II dans Guns of the Patriots, vous vous en souvenez ?) et l'épauler dans sa progression. Mais à force de le suppléer, ne pourrait-il pas le dépasser ? En effet, à mesure que les recherches sur l'intelligence artificielle évoluent, l'homme souhaite toujours aller plus loin et faire des robots des êtres pensants, capables d'émettre des émotions, voire même éprouver des sentiments. Mais à terme, cette course à la performance pourrait se retourner contre nous...

Un spectre et le Metal Gear MK II

Le robot serviteurLe robot serviteur

La machine plus forte que l'homme

Si des scientifiques renommés (dont le grand Stephen Hawkins) commencent à tirer la sonnette d'alarme, ce n'est pas pour rien. L'intelligence artificielle a fait de tels progrès que des robots sont aujourd'hui capables d'anticiper nos réactions afin d'y répondre. Il existe notamment un robot capable de rivaliser avec n'importe qui au ping-pong tandis qu'un autre excelle dans le jeu du "pierre, papier, ciseaux". Ce dernier, appelé Janken (ça rappelle un certain Alex Kidd ça !), est capable de déceler, en une fraction de seconde, ce que son adversaire va choisir. Il contre à chaque fois l'être humain et gagne toutes les parties. Redoutable ! Il existe également un autre robot au sens cette fois plus "aiguisé". D'une précision stupéfiante, cette machine de la firme Yaskawa, surpasse un maître en sabre japonais en parvenant à scinder en deux un... haricot ! En clair, à ce rythme, l'homme sera dépassé par la machine très rapidement.

Le robot serviteur
Sarah Connor ?

Au cinéma, cela a donné lieu à des œuvres cultes. Terminator, avec Skynet qui prend le contrôle, est sans doute l'un des films d'anticipation robotique le plus marquant qui soit. On peut également parler de Matrix avec ses sentinelles et ses machines qui cultivent littéralement les hommes. Dans l'univers du jeu vidéo, l'un des jeux récents matérialise cette omnipotence par rapport à l'humain : Black Ops 3. L'histoire, qui se déroule en 2065, révèle un futur où la machine a pris le pas sur l'homme. Ce dernier (nous y reviendrons) a été obligé de s'adapter à ces ennemis faits de titane et dotés d'une force largement supérieure à celle d'un être humain. La fin du premier acte est d'ailleurs lourde de sens et sonne le gong de départ de cette nouvelle aventure très portée sur le principe de l'IA. Et dans Bioshock Infinite ? Vous souvenez-vous des Patriotes motorisés ? Avec leur visage à l'effigie de George Washington, Benjamin Franklin, Abraham Lincoln et Comstock, il faut bien admettre qu'ils ne laissent pas indifférent. S'ils ne sont pas très futés (ils ne cherchent pas à se mettre à couvert), ils sont cependant redoutables et peuvent même effectuer une attaque de mêlée. Pas le genre de robots qu'on aimerait croiser tous les jours !

Le robot serviteur
Metal Sonic

Vous voulez d'autres exemples ? Prenons GLaDOS de Portal. Cette entité informatique, signifiant Genetic Lifeform and Disk Operating System, possède une IA capable de manipuler l'homme, tout en démontrant que la machine lui est supérieure. Dans les jeux vidéo, les développeurs aiment que les antagonistes fassent appel aux créatures robotisées. C'est le cas d'un certain Dr Eggman (ou Robotnik si on lui donne son ancienne appellation) qui utilise des tas de robots pour venir à bout de Sonic. Il va même jusqu'à utiliser un robot à l'effigie du hérisson : Metal Sonic. Ce personnage, censé être doté de capacités supérieures à Sonic, est pourtant trahi par sa condition de robot. Il agit de façon "mécanique", en utilisant les mêmes "pattern" pour vaincre son adversaire. Puis, au fil des jeux et de ses apparitions, il commence à montrer de plus en plus d'animosité envers Robtnik, avant de le trahir dans Sonic Heroes. Il s'agit d'un être manipulateur mais qui peine, dans la série, à s'émanciper. Il est toujours plus ou moins l'esclave de son maître et agit pour éliminer le hérisson. Par ces quelques références, le jeu vidéo révèle "l'humanisation des robots" qui se traduit, dans l'autre sens, par la mécanisation du corps humain.

L'homme qui se voulait machine

Dans le sillon de l'évolution technologique, l'homme a toujours cherché à augmenter ses capacités naturelles. Ce lien qui unit notre organisme à de la cybernétique pose une réflexion très intéressante, en plus de permettre des désirs les plus fous, notamment en médecine.

Nombreuses sont les œuvres à s'être intéressées à cette notion. Les plus anciens d'entre nous se souviennent sûrement de l'Homme qui valait trois milliards (qui puise son inspiration dans un livre intitulé Cyborg), une série télévisée de 1974. Après un grave accident, le colonel Steve Austin est grièvement blessé. Certaines parties de son corps sont alors remplacées par des prothèses bioniques qui vont lui permettre de devenir un agent secret capable de multiples prouesses. Ce scénario fait écho, dans une moindre mesure, au film culte RoboCop où le policier Alex Murphy est tué et ramené à la vie pour devenir une véritable "machine de guerre", capable de résister à n'importe quel criminel. On peut également citer le film I Robot, où l'acteur Will Smith obtient une greffe "mécanique" de certains de ses membres. Cette augmentation de l'être humain pose de réelles questions sur les dangers de l'évolution cybernétique, et notamment sur la dérive des firmes exploitant ces technologies.

Le robot serviteur

Cette problématique est mise en avant dans un film déroutant : Repo Men. Daté de 2010 et mettant en scène les acteurs Jude Law et Forest Whitaker, il dépeint un monde où L'Union, une société qui gère le don d'organe, règne en maître sur la biotechnologie. Les patients achètent leur greffe à des coûts pharaoniques. Le crédit s'étale sur plusieurs années et certains sont dans l'incapacité de rembourser leurs dettes. Les "Repo Men" rentrent alors en action et reprennent ce qui appartient à l'Union, à savoir la greffe. Ils récupèrent les pièces biotechnologiques sur le patient, ce qui entraîne une mort brutale. Et bien évidemment, le héros va être confronté à une situation qu'il n'avait pas envisagé.

Le robot serviteur
Un tachikoma de Ghost in the Shell

Dans l'univers du manga et de la japanim, cette représentation de l'humain augmenté est également présente dans des œuvres marquantes comme Apleseed, Armitage III ou encore le génial Gunmm. L'histoire d'Ido et de la charmante Gally est absolument passionnante et suivre la progression de cette androïde est un vrai bonheur. Ce dont on se rend compte, c'est qu'il n'y a plus aucune distinction entre un humain augmenté et un robot perfectionné. En se référant à Ghost in the Shell, il y a bien la notion d'âme et Kusanagi fait partie de la section anticriminelle (section 9) au même titre que son partenaire Batou. Là où cela devient intéressant, c'est dans le lien qui unit les robots/hommes augmentés (Batou a des yeux de cyborgs) a des partenaires véritablement humains ( Togusa, Aramaki). Dans l'anime de Ghost in the Shell Stand Alone Complex, les tanks utilisés par l'héroïne développent leur propre conscience et les humains ne savent pas comment réagir. Les détruire, les garder ? On se rend compte que cela pose de vraies questions éthiques.

Bien évidemment, le jeu vidéo n'échappe pas à cette vague, avec en ligne de mire la série Deus Ex. En 2016, les joueurs pourront découvrir le nouvel épisode intitulé Mankind Divided qui reprend le background de Human Revolution. Dans ce volet, on pouvait suivre les traces d'un certain Adam Jensen et se glisser dans les activités peu claires d'une entreprise appelée Sarif Industries. Deus Ex dessine intelligemment les contours des biotechnologies, démontrant tout l'attrait et le côté positif des prothèses augmentées mais aussi toutes les dérives possibles. L'appât du gain est, comme souvent, l'un des principaux vecteurs. Le cyborg (ou des dérivés, façon exosquelette) dans les jeux vidéo est un élément assez courant (Raiden, Gray Fox ou encore Olga dans la série des MGS, quelques personnages de Mortal Kombat...) mais c'est encore plus amusant de se dire qu'un certain Inspecteur Gadget peut, lui aussi, être considéré comme un être augmenté. Mais à l'époque, on ne se posait pas toutes ces questions...

"I didn't ask for this"

Le robot serviteur
Mis à jour le 22/12/2015
PC PlayStation 4 Xbox One Wii U PlayStation 3 Xbox 360 Mac Android Megadrive Xbox Action Beat'em All FPS Infiltration Aventure Réflexion Puzzle-Game RPG Plate-Forme Simulation Bungie BioWare Comcept Straight Right Sony Japan Studio Sony Computer Entertainment Armature PlatinumGames Eidos Montréal Kojima Productions Beenox Studios Guerrilla Monolith Soft Square Enix Treyarch From Software Eidos Interactive Capcom Valve Electronic Arts Sony Activision Nintendo Konami Bethesda Softworks Sega Ion Storm Fantastique Futuriste Post-apocalyptique Cyberpunk Science-Fiction Extraterrestres Mecha Dinosaures Espace Robots Rétrogaming

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
culejetan
culejetan
MP
le 25 déc. 2015 à 21:17

tout un dossier sur les robots et uniquement le point de vue des méchant robot, pas d'Asimov et ses robots, juste ridicule

Lire la suite...
sofiendu31
sofiendu31
MP
le 25 déc. 2015 à 15:11

"Prévu en 2016, Buddy est une création française qui devrait se vendre dans les 749 euros. Avec son look kawaii à souhait et ses multiples fonctionnalités (télé-présence, jeux pour enfants, surveillance de la maison, gestion de playlists musicales...), cette adorable créature douée de la parole rappelle, par certains côtés, le robot Codsworth dans Fallout 4."

Ce truc là? http://www.noelshack.com/2015-52-1451052653-buddy-robot.jpg

Moi ça me rappelle surtout un gamepad posé sur un aspirateur...

Lire la suite...
2075
2075
MP
le 25 déc. 2015 à 13:09

Déjà, une machine n'est pas forcément un robot, et inversement.
Ensuite il est rare que dans l'histoire le progrès technique survienne de fantasmes sociaux (ce que sont les robots et particulièrement les androides). Si avénement des robots il devait se produire, ça serait plus comme ce que vous appelez les robots serviteurs (soldats, armes, drônes, aspirateurs...), mais il faut arrêter de s'enjailler sur les robots humanoides et j'en passe, ça n'existera jamais, et même si ça existe un jour, quel intérêt ?

Puis dans Deus Ex de mémoire (et dans quasiment tous les JV) on parle de Cyborg, encore un concept différent, particulier et plus philosophique pour le coup que le "robot", qui reste un terme trop générique et imprécis.

Lire la suite...
Top commentaires
sofiendu31
sofiendu31
MP
le 25 déc. 2015 à 15:11

"Prévu en 2016, Buddy est une création française qui devrait se vendre dans les 749 euros. Avec son look kawaii à souhait et ses multiples fonctionnalités (télé-présence, jeux pour enfants, surveillance de la maison, gestion de playlists musicales...), cette adorable créature douée de la parole rappelle, par certains côtés, le robot Codsworth dans Fallout 4."

Ce truc là? http://www.noelshack.com/2015-52-1451052653-buddy-robot.jpg

Moi ça me rappelle surtout un gamepad posé sur un aspirateur...

Lire la suite...
Sommaire Dossier
  • Le robot serviteur
  • Le robot affranchi
  • L'évolution du robot dans les jeux
Meilleures offres