Menu
Blackwell Unbound
  • Tout support
  • PC
  • Mac
  • iOS
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Blackwell Unbound
iOS
Blackwell Unbound
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Ptit-Cactus
L'avis de Ptit-Cactus
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
06 août 2014 à 16:03:48
14/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs
Donnez votre avis sur ce jeu !
Partager sur :

D'abord prévu pour n'être qu'un flash-back dans The Blackwell Convergence, l'épisode Unbound s'est finalement avéré trop important et a été détaché pour devenir un chapitre à part entière de la série Blackwell. Si ce genre de segmentations peut faire peur et sentir l'appât du gain, ce n'est absolument pas le cas ici, puisque Dave Gilbert nous livre une préquelle riche et passionnante en marge du reste de la série. Anglophiles amateurs de fantômes et du New York nocturne des années 70, ce jeu est pour vous !

Blackwell Unbound

Devoir guider les âmes des défunts tourmentés et inconscients de leur triste sort vers l'au-delà n'est pas toujours une sinécure, particulièrement lorsqu'on n’a pas choisi cette vocation. C'est d'ailleurs la profession secrète pratiquée bon gré mal gré (et avec plus ou moins de succès) de génération en génération par les femmes de la famille Blackwell. Pourquoi ce pouvoir leur est subitement tombé dessus ? Pourquoi le spectre de Joey Mallone s'est-il soudainement attaché à la famille en tant que guide spirituel fantomatique ? Personne ne semble connaître les réponses, et elles seront sans doute distillées au compte-gouttes jusqu'à la fin de la série.

Blackwell Unbound
Joey devra parfois faire bande à part.
En attendant d'en savoir plus, et après nous avoir confrontés dans le premier épisode au choc et à la surprise de la découverte de l'héritage familial par la dernière représentante des Blackwell, c'est plutôt par l'angle du train-train quotidien que l'on continue de nous présenter l’imposante trame de la série. En effet, au revoir Rosangela, et bonjour Lauren : c'est la fameuse tante internée en hôpital psychiatrique sur laquelle on enquêtait dans le premier épisode que nous incarnons ici, avec vingt ans de moins (et autant de paquets de cigarettes en plus). On découvre alors une personnalité haute en couleur, qui fait des étincelles une fois mise en présence avec son pâle coéquipier à la langue bien pendue.

On regarde, mais on ne touche pas !

Blackwell Unbound
Lauren peut chercher des numéros de téléphone et appeler des personnes.
Ce duo-là se connaît depuis longtemps, et le gameplay s'en ressent. Première nouveauté intéressante à noter : la possibilité d'alterner le contrôle des personnages. Soudainement, les portes fermées à Lauren sont aisément franchissables par Joey. En contrepartie, celui-ci ne peut qu'observer les alentours et parler aux spectres (généralement peu coopératifs). Il faudra donc utiliser astucieusement les informations récoltées par ce dernier et compter sur le sens des relations humaines et du dialogue de sa comparse pour contourner le manque de preuves matérielles dans le monde des vivants. Une tâche parfois plus ardue qu'il n'y paraît puisque Lauren est loin d'être la reine de la diplomatie, ce qui donne lieu à des échanges parfois inattendus et le plus souvent hilarants.

Blackwell Unbound
Une référence à "The Bridge" de Sonny Rollins ?
Les énigmes à résoudre pour mener l'enquête s'enrichissent également par rapport au premier épisode : le fameux bloc-notes avec lequel on peut combiner deux idées est toujours présent, mais c'est surtout le développement de la notion de recherche et des interactions qui retient notre attention. En effet, si l'ordinateur et les navigateurs Internet sont loin d'être popularisés en 1973, le bottin, lui, a le vent en poupe. Si l'idée de feuilleter un tel pavé pour dénicher une adresse ou un numéro de téléphone n'a rien de bien engageant au premier abord, les concepteurs ont su la rendre plus attractive et fluide en permettant au joueur de taper directement au clavier le sujet de sa recherche. C'est là l'occasion d'enrichir l'enquête en assimilant de nouveaux réflexes dépassant le simple clic sur la liste du bloc-notes, mais aussi de glisser un certain nombre de clins d’œil pour les petits curieux qui auraient la drôle d'idée de chercher les noms de… Mais on ne va pas tout spoiler quand même ?

Clichés et belle musique

Blackwell Unbound
Il faudra faire bon usage de certaines photos pour soutirer des informations aux personnes peu coopératives.
Deux autres nouveautés, malheureusement utilisées de façon trop anecdotique, sont l'appareil photo et le dictaphone. On en dévoilerait trop sur l'histoire en détaillant ici leur usage, mais leur rôle, tant dans la quête principale que pour la découverte de bonus, apporte une réelle consistance à la trame scénaristique et va jusqu'à impacter poétiquement le dramatisme de certaines scènes. Le jeu est, comme d'habitude, un peu trop court pour permettre d'implémenter durablement ces mécaniques au fil des trois enquêtes menées. Cependant, les deux à trois heures passées à se promener entre les chantiers de construction glauques et les boîtes de jazz tamisées sont suffisamment riches en action, rebondissements et dialogues jouissifs pour pardonner ses faiblesses à la production du petit studio indépendant WadjetEye. Tout en apportant une foule d'informations supplémentaires aux fans déjà conquis, et en plus de proposer des histoires individuelles intéressantes et accessibles, même aux novices n'ayant jamais posé le clic sur la série Blackwell, Unbound offre un voyage confortable et dépaysant au cœur des années 70. On insistera sur l'ambiance nocturne marquante, parfaitement encadrée par la bande-son de Thomas Regin qui, si elle ne correspond pas tout à fait aux mouvements musicaux de l'époque, nous immerge parfaitement dans le jeu et ne nous donne pas envie de décoller de notre siège avant d'avoir résolu l'enquête. De plus, la musique prend une importance toute particulière dans cet épisode, et participe à la mise en place de la cohérence de l'univers. Les plus attentifs pourront d'ailleurs trouver un clin d’œil assez imposant dans un des épisodes suivants (mais ce serait tout gâcher que de le dévoiler...).

Blackwell Unbound
Toute la série se déroule à New York.
Le style graphique change légèrement par rapport au premier épisode. Il garde son aspect pixel art bien assumé qui ne pourra définitivement pas plaire à tout le monde, surtout que les portraits animés des dialogues ont disparu pour des raisons de temps et de budget. Mais les appréciateurs d'esthétique à l'ancienne se sentiront à l'aise dans cette ambiance rétro, et admireront le soin tout particulier apporté à l'animation du mégot de Lauren, devenu tellement important qu’un compteur indiquant le nombre total de cigarettes fumées au cours de l'aventure a été mis en place à la fin du jeu (réussirez-vous à le terminer en moins d'un paquet ?). Le doublage intégral des dialogues, avec des acteurs en forme et parfaitement dans leur rôle, comble aussi parfaitement ce manque de détails graphiques.

En résumé, si on aimerait que le jeu dure plus longtemps pour des raisons d'exploitation du gameplay, on est tout de même grandement satisfait par la qualité de l'écriture du scénario. Pour l'apprécier à sa juste valeur, il faut le considérer comme un bon roman noir interactif qui continue de combler notre curiosité, tout en nous donnant hâte de voir la suite des péripéties de Joey et de la famille Blackwell.

Le jeu est identique à la version PC. Le test est donc repris sur la version originale de l'article publié le 5 janvier 2014.

The Blackwell Legacy trailer

Chargement de la vidéo
Les notes
+Points positifs
  • Une histoire passionnante
  • Une bande-son qui correspond parfaitement à l'ambiance et de bons doublages
  • Des énigmes intéressantes et tordues juste comme il faut
-Points négatifs
  • A quand une traduction française ?
  • On en veut plus, toujours plus !

Un bon point & click à l'ancienne dans un bon espace-temps rétro, voici ce qui définit le mieux Blackwell Unbound. Pour peu que vous vous laissiez séduire par l'ambiance et le scénario sans doute inspiré des histoires mystérieuses parsemant le milieu du jazz (la première enquête rappellera aux connaisseurs la mort non élucidée du saxophoniste Albert Ayler), vous passerez un très bon moment et repartirez les yeux brillants et la tête pleine de questions vers la suite de la série.

Profil de Ptit-Cactus
L'avis de Ptit-Cactus
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
06 août 2014 à 16:03:48
14/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs
Donnez votre avis sur ce jeu !
Mis à jour le 06/08/2014
iOS Aventure Point'n Click Wadjet Eye Games Fantômes
Dernières Preview
PreviewNioh 2 - Une suite qui déchaîne son démon intérieur ? 13 sept., 18:22
PreviewRing Fit Adventure : La symbiose idéale entre sport et jeu vidéo ? 12 sept., 14:15
PreviewProject Resistance : Le nouveau Resident Evil orienté multi où l’enfer, c’est l’autre 12 sept., 07:00
Les jeux attendus
1
Cyberpunk 2077
16 avr. 2020
2
Call of Duty : Modern Warfare
25 oct. 2019
3
Death Stranding
08 nov. 2019