Menu
Strike Vector
  • Tout support
  • PC
  • PS4
  • ONE
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Strike Vector
PC
Strike Vector
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de citizen_3rased
L'avis de citizen_3rased
MP
Journaliste jeuxvideo.com
28 janvier 2014 à 09:59:00
17/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (31)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15.6/20
Partager sur :

Les FPS sortis ces derniers temps sont cool, mais on commence à être de moins en moins surpris avec les dernières moutures. Entre une partie de Crysis 3, Battlefield 4, Call of Duty 10 (A.K.A. Call of Duty : Ghost), ne vous êtes-vous pas demandé : « Le paramilitaire c’est bien beau, mais ils sont où les FPS hardcore ? Avec mes shotguns et mes gros lance-roquettes ? Avec mises à jour gratuites ? Avec serveurs dédiés ? En mode LAN ? A l’ancienne quoi ! ». Le jeu parisien Strike Vector, en bêta fermée depuis peu, essaye de s’approprier les lettres de noblesse d’un genre qu’on croyait être plongé dans les limbes de l’oubli. Attention, ça va vite. Et avec une insolente originalité, s’il vous plaît.

Strike Vector

Comme dans beaucoup d’univers futuristes, à force de faire n’importe quoi, l’humanité est obligée de fuir sa bonne vieille Terre devenue alors inhabitable. Cependant, incapable de quitter la Terre elle-même, l’Homme décide de bâtir une nouvelle société dans les airs en construisant de gigantesques plates-formes aériennes afin de s’y installer. Et comme l’Homme est Homme, même aux portes du tout-puissant, il ne peut pas s’empêcher de s’étriper avec ses semblables. L’outil de destruction à la mode ? Le Vector : Avion de chasse polyvalent, puissant et capable d’orienter ses réacteurs pour démultiplier son potentiel de manœuvres.

Highway to the danger zone !

Strike Vector
Ça donne presque le vertige…
Clavier / souris en mains, piloter son Vector est plutôt simple. Votre engin suit le pointeur de votre mulot et vous accélérez avec une simple pression sur « Z ». Le souci est que vous allez vite, et le moindre accrochage avec le décor transforme votre destrier des airs en cratère fumant. Il n’en faudra pas plus pour évoluer dans les sublimes structures de Strike Vector jonchées d’obstacles en tout genre. Si vous ne pouvez pas esquiver ce mur devant vous, il est temps alors d’utiliser ce qui rend les Vectors si particuliers : le mode Harrier. Vos réacteurs pivotent à la verticale et vous voilà arrêté à faire du surplace de manière quasi instantanée. Une fois le mode Harrier engagé, vous pouvez alors vous déplacer, à vitesse moindre, dans la direction de votre choix, comme un FPS classique. Vous pouvez aussi modifier votre altitude avec la molette de la souris.

Strike Vector
Savoir prendre des risques dans les dédales du décor est une chose primordiale pour survivre à vos poursuivants.
Alterner entre le mode Jet et le mode Harrier est la clé d’un bon pilotage. Performer des virages à 90 degrés, zigzaguer entre les obstacles ou tirer par-dessus un mur en jouant avec l’altitude deviennent des choses naturelles et fluides. Les combats s’en retrouvent alors dantesques, rapides et parfois tactiques. Les Vectors exécutent un ballet aérien d’une vélocité ahurissante que des yeux et des mains non entraînés auront du mal à suivre. Toute la map s’embrase dans des séries d’explosions sans fins, accompagnées de Jets abattus qui descendent dans une gerbe de flammes. Il faut apprendre à esquiver les tirs en abusant des Barrel-Rolls, semer vos adversaires dans les dédales métalliques et ne pas oublier de brancher son cerveau reptilien pour pourchasser vos proies. En bon fast FPS, vos canons sont précis et suivent votre réticule au pixel près. Uniquement multijoueur, le souci est que vos adversaires sont aussi agiles et armés que vous. Vitesse d’exécution et précision sont alors les clés de la victoire.

Watch your six !

Strike Vector
Avec le plasma gun, c’est « one shoot, one kill ».
Si votre Vector est un bel objet volant, il ne faut pas oublier qu’il est lourdement armé. Vous disposez de deux armes. Une pour votre clic gauche et une pour le droit. Le choix vous appartient alors parmi un panel à disposition : une Gatling, un lance-roquettes, un shotgun, des têtes chercheuses et bien d’autres. Vous pouvez avoir une arme en double exemplaire ou deux différentes, une de chaque côté. De plus, les pilotes peuvent choisir des perks pour spécialiser leurs armes comme augmenter les dégâts, la précision, la cadence de tir ou même le volume des explosions. Vous pourrez également ajouter une capacité passive (détecter les ennemis à travers les murs, augmentation de la défense, zoom amélioré…) et une capacité active (traînées de mines, boucliers temporaires, régénération…). Votre appareil est donc complètement customisable et les possibilités de mix entre armes, perks et capacités s’en trouvent assez nombreuses. Le fun avant tout, absolument tous ces éléments sont accessibles dès le départ, sans déblocages nécessaires. On joue, point barre. Avant chaque réapparition, vous aurez la possibilité de rechanger votre configuration et ainsi d'adopter de nouvelles tactiques au fil de la partie.

La porte ennemie est en bas

Strike Vector
Il faudra parfois des réflexes de Jedi pour survivre à un dogfight en intérieur.
La partie graphique du jeu en elle-même est très impressionnante pour une équipe initiale de quatre personnes. On redécouvre l’Unreal Engine 3 sous un nouveau jour et qui est visiblement repoussé dans ses derniers retranchements. Les maps sont immenses, et le design et l'atmosphère générale du jeu sont cohérents et originaux. Mélange industrialo-cyberpunk fourmillant de détails, on va cependant trop vite pour admirer quoi que ce soit. Ce qui n’empêche pas d’apprécier le travail titanesque abattu. C’est crade, on sent que les Vectors sont rafistolés avec des bouts de ficelles, que les structures sont rongées par la rouille et qu’elles sont envahies de tentes de réfugiés des airs. Les combats peuvent tout aussi bien se dérouler à ciel ouvert lors de dogfights classiques, au milieu d’énormes plates-formes industrielles à plusieurs milliers de kilomètres d’altitude, voire au sein même de mégastructures qui rappellent fort l’assaut final de l’Etoile de la Mort dans Star Wars – ce qui n’est pas pour nous déplaire tellement la tension en devient plus forte encore. Oubliez la notion de « gameplay vertical » que peuvent se donner certains jeux. Ici, le haut et le bas n’ont plus vraiment de sens, mauvais jeu de mots à part. Les Vectors débarquent tous azimuts et surviennent de n’importe où. En effet, l’horizon à proprement parler n’existe plus vraiment, ce qui est encore plus vrai dans les maps d’intérieur. Bien que l’environnement garde une cohérence logique à l’échelle humaine, piloter un avion qui exploite totalement les six degrés de liberté change complètement la donne. Les points de repère changent constamment de par un level design recherché et toujours unique d’une carte à l’autre. Ca déroute, mais c’est bien.

Strike Vector
Une fois abattu, vous avez cinq secondes pour essayer d’entraîner quelqu’un dans la tombe !
Les modes de jeu, quant à eux, ne sont pour l’instant pas nombreux, mais s’avèrent efficaces. Si on a bien entendu les inconditionnels Deathmatch et Team Deathmatch, on y trouve un tout aussi classique mode Domination en équipe et un mode fait maison : Bounty Hunter. En Bounty Hunter, c’est chacun pour soi. Chaque frag vous rapporte cent points comme à l’accoutumée, mais votre score est alors décrit comme une cagnotte. Plus vous faites de frags, plus la cagnotte monte. Si par malheur, vous vous faites descendre, une grande partie de votre cagnotte part dans les poches de votre assaillant, et si vous vous crashez, votre argent se répartira autour de votre épave sous forme de bonus que les autres joueurs s’empresseront de ramasser tels des vautours. Les trois plus hautes cagnottes parmi les joueurs sont révélées sur le radar en permanence. Les pauvres n’ont alors aucun moyen de se cacher. Le premier arrivé à 2.000 points gagne la partie.

Etre rapide et meurtrier c’est bien, mais sans le style, c’est rien

Strike Vector
Toutes les folies sont permises. C’est les Bronies qui vont être contents...
Le choix de votre équipement étant primordial comme dit plus haut, Vector Strike propose aussi un outil de personnalisation esthétique assez sympathique. Au fur et à mesure des matchs, vous gagnez de l’expérience qui définit votre niveau, comme c’est à la mode aujourd’hui. Plus vous montez en grade, plus vous débloquez diverses options cosmétiques pour votre garage : des schémas de peinture, des logos à appliquer sur votre appareil, des styles de cockpits et de réacteurs différents. Vous aurez aussi la possibilité de personnaliser une carte de visite à la Call of Duty et de gagner de magnifiques artworks conçus pendant la phase de développement du jeu. Du contenu additionnel est prévu pour les mois / années après la sortie du soft. Nouvelles cartes, nouveaux modes de jeu et plus d’options de personnalisation sont au programme. Des outils de création de serveurs seront bientôt disponibles et des gens à l’aise avec l’UDK seront déjà en terrain connu. Comme les développeurs de chez Ragequit Corporation sont sympas et humains avant tout, les mises à jour de contenu seront gratuites. DLC, oui. Payants, non. Joie. Vous avez dit à l’ancienne ?

Strike Vector Gameplay

Chargement de la vidéo
Les notes
+Points positifs
  • Fast shooter comme on n'en fait plus
  • Concept efficace et maîtrisé
  • Très inspiré d’un point de vue design et technique
  • Mises à jour futures gratuites
  • Serveurs dédiés
  • Musique à la guitare bien grasse
-Points négatifs
  • Multi uniquement
  • Quelques équilibrages encore en cours
  • Une prise en main qui peut en rebuter certains
  • Contenu qui peut être perçu comme maigrelet… Pour l’instant

Strike Vector est la petite bombe indépendante sans prétention que l’on ne voyait pas venir. Ses revendications de shooter se veulent old-school, mais c’est bien un jeu multijoueur qui tape dans l’original auquel on a affaire. L’absence de modes solo peut être un défaut pour certains, mais pour d’autres, c’est l’essence d’un genre qui refait surface. Exigeant, précis, rapide, voilà une potentielle réponse aux joueurs en quête de la PURE adrénaline en compétitif. Faites chauffer votre serveur d’appoint ou invitez vos potes à revenir en LAN ! Pas de prise de tête, on laisse l’adrénaline monter et on apprécie le carnage d’acier au septième ciel.

Profil de citizen_3rased
L'avis de citizen_3rased
MP
Journaliste jeuxvideo.com
28 janvier 2014 à 09:59:00
17/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (31)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15.6/20
Mis à jour le 28/01/2014
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : Travis Strikes Again No More Heroes : Une expérience néo-rétro débridée
    SWITCH
  • Preview : Resident Evil 2 : 4 heures passées à Raccoon City, et des S.T.A.R.S plein les yeux
    PC - PS4 - ONE
  • Preview : Super Smash Bros. Ultimate : On a joué au mode Aventure, au Tableau des Esprits et au mode Classique !
    SWITCH
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Jump Force
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Anthem
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Resident Evil 2 (2019)
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live